Un petit pas pour l’Homme…

Notes de l’auteur : Bonne lecture :D

Ils mirent une journée entière à consoler Aby de la perte du vaisseau et à faire en sorte qu’elle cessât de pleurer. Ils avaient réussi à la convaincre d’abandonner la carcasse qui était inutilisable. Elle avait bien essayé sans succès de remettre certains morceaux les uns avec les autres comme si à force de les emboîter, ils allaient se souder les uns avec les autres comme par magie. Ils avaient migré à travers les liens pour trouver une page dont le contenu était facile à modifier pour Albane et avait attendu. Pendant ce temps, la jeune femme qui avait été prévenue de leur numérisation et qui depuis suivait leur parcours sur son téléphone, trouva un moyen de les contacter sur leur nouvel emplacement.

"J’ai créé un site internet”, leur écrit-elle à travers un chat. “C’est un moteur de recherche que j’ai calqué sur la dernière version connue du code source d’Eloann, celui sans sa main. Il vous permettra de trouver sa localisation et de vous rendre sur le site correspondant. Une fois que vous serez tous ensemble, nous trouverons un moyen de tous vous ramener”.

La page qu’Albane avait créée dérivait sans s'arrêter aux confins l’espace car elle n’était retenue par aucun lien interne. Il n'y avait pas de vent dans l'espace et les voir se déplacer si vite sans sentir aucun souffle sur leur visage avait quelque chose de déconcertant.

"Je vais vous écrire le code dans ce chat et il vous faudra prendre les lettres et les placer dans la barre de recherche."

Les codes de personnes étaient assez long. Il traduisait toutes ses caractéristiques physiques jusqu'au moindre point noir, ses façons de réagir, son caractère. Autant d'informations ne pouvaient tenir en quelques lignes même s'il existait de nombreux codes raccourcis. L’équipage sans vaisseau s’organisa pour constituer une chaîne humaine partant du chat vers la barre de recherche afin d’en déplacer les lettres. 

« Faîtes attention à bien placer les caractères comme ils étaient à l’origine. Ne les retournez pas, ne les agencez pas différemment même si c’est pour gagner de la place. »

Après quelques dizaines de minutes, ils avaient rempli la barre de recherche mais n'avait pas terminé de taper le code. Il était trop long.

« Que fait-on maintenant ? Il nous reste du code à déplacer ! »

Albane voyait le transfert du chat à la barre se mettre en pause. Que faisaient-ils ?

“Il faut que vous trouviez un moyen de continuer à transférer le code même si la barre de recherche est complète, elle doit se prolonger. Je ne peux pas écrire directement dedans sinon ma recherche fonctionnera pour moi mais elle partira sans vous.”

Ludivine inspecta l’extrémité de la barre de recherche. 

« On peut passer sous la page ! » s’écria-t-elle, les mains plongée en dessous.

En appuyant sur la barre au niveau de sa jonction avec la page, elle avait ménagé une petite ouverture. En effet, la barre se prolongeait.

« Ça va être un peu plus long mais pas le choix, Gaylor et Lina vous soulevez, ordonna Aby. Raphaël fait des allers-retours pour ramener les morceaux de code et Ludivine et moi nous nous glissons dans l’ouverture pour les installer. »

Ce n’était pas une mince affaire. Le travail avançait quatre fois moins vite sans la chaîne mais peu à peu, ils complétèrent leur tâche. 

« Vous n’avez pas l’impression qu’il y a du vent ? demanda Gaylor en s’épongeant le front, fatigué de soulever la page.

– C’est impossible. Nous sommes dans l’espace.

– C’est ce que tu as dit quand quelqu’un a frappé à la porte du vaisseau et pourtant quelqu’un frappait réellement. »

Tous s’arrêtèrent dans leur geste et étendirent leurs bras.

« Il y a du vent.

– Qu’est-ce que ça signifie.

– Une seule chose possible. »

Aby courut jusqu’à l’extrémité de la page, là où le vent semblait s’engouffrer. Au loin, un immense trou noir aspirait tout ce qui se trouvait à sa portée et la page fonçait droit vers lui.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez