Traquée

Par Emejie
Notes de l’auteur : Nouvelle écrite pour un concours organisé par la revue "Quinzaines". La première phrase était imposée et le nombre de signes limité à 3500.

« Une lettre étrange est arrivée ce matin. Une lettre pour toi.» Ces deux phrases laconiques prononcées par Ludivine, alors que je franchis à peine le seuil de la cuisine en baillant, coupent mon élan et me glacent le sang. Mon cerveau embrumé démarre à toute allure. À cette heure-ci, la distribution du courrier n’a pas encore eu lieu. Il s’agit donc nécessairement d’un pli que quelqu’un a glissé sous la porte de l’appartement car aucune d’entre nous n’est encore descendue à la boîte à lettres. D’ailleurs, ce n’est pas dans nos habitudes. Nous ne descendons jamais dans le hall de la copropriété le matin. Aucun abonnement de presse, le pain toujours prévu la veille pour la table du petit-déjeuner, plus d’animal à sortir. J’ai vite fait le tour des possibles, révisé nos habitudes, cherché la faille. Rien, le courrier n’a pu qu’être glissé sous la porte. Dernier ajustement des pensées qui se réveillent : en fait, nous sommes dimanche ! Tout clignote rouge.


 

Mon esprit tangue, mon cœur tambourine. Si ce sont eux, comment sont-ils entrés ? Comment m’ont-ils retrouvée ? Sont-ils planqués dans le couloir à m’attendre ? Que me veulent-ils encore ? Après ces années de fuite et de dissimulation, je commençais enfin à me sentir apaisée. Je n’ai pas pour autant relâché ma vigilance, mais là, instant de panique totale dans ma tête ! Je voulais juste un dimanche ensoleillé, ne pas avoir à penser à cette valise toujours prête au fond du placard où à l’autre dans la consigne de la gare, aux passeports. Un terrier à deux sorties. Ludivine, ma coloc’ depuis 6 mois, est presque devenue une amie. Une pote, un truc, une copine qui fait du bien, qui me permet de se me sentir à nouveau vivre en relation. Deux filles faisant partie de l’humanité pépère, celle qui peut glander devant la télé en pyjama. Hier au soir… le film me paraît déjà si loin. Une amie qui, néanmoins, en sait le minimum sur moi, sur mon passé car je suis maîtresse en réponses évasives, en changements abrupts de sujet de conversation, en petits mensonges protecteurs. Je sens les gros mots qui affluent dans mon cerveau. À un certain niveau de stress, c’est toujours comme ça, je deviens grossière : Merde ! Celui-là est resté crié dans ma tête, heureusement, inutile d’inquiéter ma coloc’.


 

Je n’ai pas avalé mon café, je sens que mes neurones s’embrouillent. Je dois parler, je dois répondre. Est-ce que je lui parais encore normale, là dans l’encadrement de la porte ? Seulement quelques secondes se sont écoulées depuis qu’elle a parlé. Encore un pas, mon pied se prend dans le bas de mon pyjama et menace de me faire chuter. Il m’offre une diversion inespérée. Je baisse la tête. Je me redresse vacillante, respire un grand coup en prenant le temps de m’asseoir et arrive à articuler le plus naturellement possible avec presque même un sourire : « Étrange comment ? »


 

« Regarde ». Elle sort la chose de sous le pain. Une feuille un peu froissée, maladroitement pliée en quatre, largement recouverte de ruban adhésif. Sur le devant, en grosses lettres capitales au tracé malhabile, mon prénom ou presque : MATID et une signature qui commence par un E en miroir suivi d’un I avec un point énorme et en dessous LÉON.

Ma joie est à la démesure de la peur que je viens de ressentir ! Notre petite voisine du dessous avec laquelle j’échange souvent de gentils potins enfantins. Léonie m’a envoyé un dessin avec un grand bonhomme et un tout petit qui se tiennent par la main, un arc-en-ciel et plein de cœurs !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Fy_
Posté le 11/06/2021
Je ne m'attendais pas du tout à cette chute !
C'était très bien écrit, on ressent bien la panique du personnage, puis la sidération à la fin, j'ai beaucoup aimé :)
Et puis surtout on se demande qu'est-ce que ce personnage cache : quel est ce lourd passé qui la suit constamment sans qu'elle n'en parle à personne ?
Ce fut un plaisir de lire ce court texte, en espérant qu'il y en aura d'autres ! :)
Fy
Emejie
Posté le 12/06/2021
Il y en a déjà d'autres mais je publie chaque nouvelle comme une histoire indépendante. Peut-être devrais-je les mettre en recueil ?
J'adore, car j'ai beau avoir écrit l'histoire, je ne sais pas moi-même quel est le passé du personnage. Je n'en ai pas eu besoin, alors, il lui appartient !
Vous lisez