Transfert en cours

Notes de l’auteur : Bonne lecture ! Pour les commentaires, n'hésitez pas à laisser des critiques ! Elles me sont tout aussi utiles que les compliments et m'aident à avancer :)

Le jeune homme qui s’était endormi sur un coin du blog fut réveillé par une secousse, assez violente pour le propulser à l’autre bout de l’image qu’il avait utilisée comme couverture. Pas qu’il ait froid, il n’était qu’un amas de données. S’il s’était recouvert, c’était plutôt par habitude.

La page qui dérivait au loin dans l’Univers, venait d’être rattachée au reste de la toile par son contenu et s’était stoppée net comme une corde qui se déroulait peu à peu jusqu’à se tendre au dernier moment. Eloann vit avec bonheur apparaître en dessous du dernier article, suivi d’un simple mot “retour”, un commentaire du dénommé @labande2656 avec l’adresse de l’Université. C’était tout ce qu’il fallait pour lui permettre de rentrer.

Il jeta un coup d’œil autour de lui comme pour vérifier qu’il n’avait rien oublié. Là encore, c’était un réflexe de la vraie vie. Ici, il n’avait rien à oublier, rien à emporter. Il fit quelques pas, traversa le lien… et rebondit contre le pare-feu de l’Université. Il s’évanouit dans le noir.


 

***

Eloann s'était écrasé avec fracas contre le pare-feu de l'Université alors qu'il voyait déjà la page de téléchargement à quelques centaines de mètres de lui. Son transfert avait rebondi dans l'espace avec un bruit sourd comme s’il avait heurté une paroi de verre, quelques secondes à peine après avoir traversé le lien du commentaire. Le son avait duré un instant, le temps que sa tête vibre sous la violence de l'impact. Puis, un silence complet s'était établi : sans air pour transporter les ondes, le son était inexistant dans l'espace. Tant que les échanges d'informations électroniques qui avaient lieu sur les pages ne venaient pas pallier ce manque, il était comme sourd.

Après la violence du choc, il avait dérivé pendant longtemps, assommé. Il ne savait même pas jusqu’à présent qu’il était possible pour lui de flotter ainsi sans être raccroché à une page. Comment cela se traduisait-il sur un ordinateur ? Etait-t-il l’équivalent d’un téléchargement non abouti ? Incapable de se réchauffer dans le froid de l’espace sans toutefois pouvoir geler puisqu’il se trouvait sous forme de données, il grelottait.

Il essayait de se rassurer tant bien que mal. Plus les pages internet étaient liées entre elles et s'échangeaient des données et des utilisateurs, plus elles étaient proches les unes des autres dans l’espace. Le site de l'Université, sans être en complète périphérie, n’était pas un carrefour numérique. Eloann était incapable de contrôler sa trajectoire et dérivait en ligne droite à vitesse constante dans le vide intersidéral. Les pages internet étaient plus nombreuses et plus proches les unes des autres que l'étaient les planètes ou les étoiles mais combien de temps pouvait durer son voyage ? Pendant qu’il dérivait, il percevait leur présence au loin, grisâtres car inactives ou bien lumineuses si des utilisateurs s’y trouvaient. À cette distance, il ne pouvait distinguer leurs silhouettes s’y promener et encore moins leur faire signe de lui venir en aide. Même s’il parvenait à entrer en contact avec eux, que pourraient-ils faire pour lui ? Si au moins il pouvait accélérer un peu le rythme. Une page devait bien se trouver quelque part en face de lui.

Il avait fallu des heures pour qu’Eloann s’écrase enfin sur une page au hasard. L'atterrissage lui fit perdre connaissance. Sans complètement couper contact avec la réalité, l’esprit du jeune homme brun se retrancha tout au fond de lui et se reposait à présent de sa traversée de l’espace. Si pour le corps être une donnée n’était pas fatiguant, pour son esprit c’était une épreuve qui demandait de l’énergie. La faim qui avait commencé à le tirailler au moment où il débutait la partie lui tordait les tripes. Il avait besoin de se nourrir pour continuer d'interagir avec le reste du monde virtuel. Il ne cessait d’utiliser son énergie pour se déplacer, penser, traverser les liens. Il lui fallait recharger les batteries au plus vite. Cette pensée le ramena à la réalité de sa situation et il commença enfin à percevoir les voix autour de lui. À présent qu'il se trouvait à nouveau sur une page, il avait retrouvé l'usage de l'ouïe.

Il ne savait pas combien de temps il avait passé évanoui. Sa bande l’avait-elle retrouvé ? Il lui semblait entendre un timbre masculin mais ce n’était ni Robin, ni Gaylor. Raphaël ? Il n’avait pas voulu jouer mais il était bien capable de venir le chercher si besoin. Eloann tendit l’oreille. 

Ce n’était pas lui. La voix était légèrement plus grave que celle de son ami et n’appartenait à aucune de ses connaissances. Un homme inconnu se trouvait près de son corps à demi inconscient. La décharge d’adrénaline qui le traversa à cette pensée lui donna la force d’ouvrir les yeux mais la puissante lumière que diffusait la page les lui fit refermer aussi vite. Si elle était si lumineuse, c’était parce qu’elle était entièrement blanche : pas d’arrière-plan, aucun texte, aucune photo. Une simple page blanche flottant dans l’espace. Comment y parvenait-on sans lien vers d’autres endroits ?

« Il se réveille ! »

“Dans tes rêves”, pensa Eloann qui essayait déjà de se rendormir. Sa tête pulsait bien trop fort et la luminosité n’aidait en rien. 

Un pied vint lui heurter les côtes. Il se recroquevilla sur lui-même mais ne fit rien de plus pour se défendre.

« Mais arrête ! Pourquoi tu fais ça ? demanda une voix féminine. Tu vois bien qu’il est dans le gaz !

— Il faut qu’on quitte la page d’accueil, on risque de se faire repérer. »

Quelqu'un lui prit la main du côté d’où venait la voix compatissante. Il fit l'effort de soulever ses paupières. Devant lui, à quelques centimètres, une fille le fixait avec un air inquiet. Il était certain de l'avoir déjà vue quelque part. Mais où ? Elle avait son âge. Ils avaient dû se croiser à l'Université. Il n'était donc pas si loin de sa destination s'il rencontrait encore des étudiants dans les parages !

« On est où ? » réussit-il à articuler, le gorge sèche alors que ses yeux repartaient dans le vague.

La jeune femme en face de lui jeta un coup d'œil sur le côté. Eloann devina qu'elle consultait du regard celui qui lui avait mis un coup de pied.

« Dis-lui. De toute façon, il faudra qu'on lui explique tout. Ensuite, il choisira s'il part ou s'il reste.

— Il vaudrait mieux qu'on l'emmène dans un endroit plus confort et qu'on mange un peu. C'est une longue histoire. »


 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ModesteContesse
Posté le 23/02/2021
J'ai beaucoup apprécié ce chapitre également ! La description des pensées d'Eloann quand il erre dans le cosmos est très imagée et fonctionne très bien ! On fait vraiment le voyage avec lui, c'est agréable (enfin mis à part qu'il est perdu bien sûr) ! J'ai beaucoup aimé l'idée d'un téléchargement non abouti, même si on ne sait pas si c'est ce qui lui est vraiment arrivé ou pas, mais la suite nous le dira j'imagine !
Aussi, je tiens à dire que les titres de tes chapitres sont aussi amusants que pertinents, le lexique de l'informatique est très bien rentabilisé !
Et on finit sur une chute assez intrigante... On devine que ce ne sont pas ses amis qui l'ont retrouvé, mais alors qui ? Des gens de l'Université ? Des pirates ? Je suis bien curieuse...

Remarques/suggestions :
"fut réveillé par une secousse, assez violent" --> violente
"l’image qu’il avait utilisé" --> utilisée
"un amas de donnée" --> données
"s'était plutôt" --> c'était
"s’était stoppée nette" --> net (ça ne s'accorde pas ici) :)
"comme une torde" --> coquille : corde
"en-dessous" --> pas de tiret ;)
"une parois de verre" --> paroi
"palier à ce manque" --> pallier ce manque
"il était certain de l'avoir déjà vu quelque part" --> vue (on parle d'une fille)
"Il n'était donc pas si loin de sa destination si on rencontrait encore des étudiants dans les parages !" --> l'utilisation du "on" ici est étrange, c'est lui qui rencontre des étudiants alors pourquoi pas "il"? ^^

Voilà, j'espère que ça t'aidera dans ton écriture/ré-écriture ! A bientôt !
LiraBücher
Posté le 24/02/2021
Merci beaucoup pour ton commentaire.
Je vois qu'une relecture ce n'est vraiment pas suffisant pour enlever le plus gros des fautes. Je vais passer une nouvelle fois sur mes textes avant de les poster. Je suis rouge de honte d'avoir laissé tout ça...
J'espère que ça n'a pas trop gêné ta lecture et que tu auras tout de même envie de poursuivre.
Merci encore pour ton retour !
ModesteContesse
Posté le 24/02/2021
Ne t'en fais pas, on a tous posté des chapitres avec quelques fautes dedans ^^ Les lecteurs sont aussi là pour ça ! Et non, il n'y en a pas assez pour que ça gêne la lecture, ne t'inquiète pas pour ça ;)
Vous lisez