Terreur

Par Rimeko
Notes de l’auteur : Attention, descriptions gores / graphiques (Thème : écrire à partir de cette image : https://image.noelshack.com/fichiers/2019/46/5/1573807268-creepy.png) (regardez-la peut-être après avoir lu...)

Son cœur tambourinait dans sa poitrine, prêt à broyer ses côtes, sa respiration laborieuse lui déchirait la gorge. Elle se recroquevilla encore un peu plus contre la paroi de son abri, comme pour disparaître dans la roche. De violents tremblements secouaient son corps tout entier.

Dehors, le vent sifflait plaintivement, s’engouffrant par les fenêtres brisées et dans le moindre interstice des ruines. Au loin, le tonnerre grondait, menaçant. L’air crépitait presque d’électricité statique, l’orage se préparait à déchirer la nuit.

Dehors, mais beaucoup plus près, quelqu’un hurlait.

Aika se plaqua les mains sur les oreilles dans une vaine tentative de tenir l’horreur à l’écart. Ses ongles s’enfoncèrent dans sa peau alors qu’elle se crispait. Le son perçait à travers sa chair, forait dans son crâne, griffait les replis de son cerveau.

Et puis le cri cessa.

Elle aurait souhaité qu’il ne s’arrête jamais ; maintenant qu’il ne les couvrait plus, d’autres sons venaient peupler son cauchemar. Les craquements d’un cadavre torturé, les bruits de succion atroces. Ils réveillaient en elle les fragments de souvenirs qu’elle tentait désespérément de tenir à l’écart depuis le début de cette nuit de terreur. Elle n’y arrivait plus. Tout tournait, les images s’imposaient à elle – un corps démembré, son sang un entrelac sur sa peau livide, veines arrachées et gravées du mauvais côté –, la clouant contre la roche – un torse ouvert, une gueule sanglante, les côtes brisées comme autant de crocs –, comme autant de poignards qui s’enfonçaient dans sa psyché – une tête à la mâchoire arrachée, à jamais figée en un cri silencieux.

Des larmes brûlantes envahirent ses yeux, brouillant sa vision, débordèrent, creusèrent sur ses joues des sillons douloureux.

Le rocher qui la protégeait partiellement fut arraché au sol et projeté dans les ténèbres. Un glapissement étranglé se fraya un passage à travers sa trachée, écorcha sa langue, se fracassa contre la barrière de ses dents serrées. Aika se ramassa sur elle-même, terrifiée. Ses prunelles sombres s’agrandirent démesurément alors qu’elle tentait de percer la noirceur qui l’étranglait.

Un éclair fendit le ciel en deux, découpant le monde en lames de lumière crue et en ombres avides. Pendant une fraction de seconde, il n’y eut que du noir et du blanc – il n’y eut plus qu’Aika et les tentacules immondes, monstrueuses, dressées en face d’elle.

Les ténèbres se refermèrent sur elle en même temps que l’abject appendice, s’enroulant autour de sa frêle poitrine, serrant. Ses côtes cédèrent, se scindèrent, vinrent perforer ses poumons. Sa vision explosa en esquilles de souffrance.

Le rugissement du tonnerre couvrit ses cris d’agonie.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vylma
Posté le 06/01/2020
Sympathique ! :)
Bravo pour ton champ lexical, les descriptions sont vraiment bien, que ce soit pour le ressenti de la protagoniste ou l'horreur à côté d'elle. Vu ton sujet, tu t'en es bien sortie ^^ (ça me fait penser à du Junji Ito mais ça ne me semble pas être son style...)

J'aurais bien aimé avoir un peu plus de contexte sur d'où sort cette créature et comment Aika s'est retrouvée dans cette situation...
Rimeko
Posté le 07/01/2020
"Sympathique", hein ? C'est pas l'adjectif que j'aurais choisi xDD
Oui, j'ai cherché tous les mots avec le plus de "r" et de sons "durs" en général, je crois que ça se voit :P Par rapport au dessin, je me souviens que la personne (une autre étudiante) s'était inspirée (devait le faire ? Je sais pluuuus) d'un dessinateur d'horreur japonais, donc y a moyen que ce soit de lui, je me rappelle juste plus du nom !
J'ai écrit ça en une heure je crois, parce que je ne sais pas gérer une deadline et qu'il fallait que j'aille en cours XD Donc j'ai pas eu le temps de développer, puis l'horreur je trouve ça mieux en "vignette" aussi, mais sinon j'avais un cadre type "l'appel de Cthulhu" (ou Lovecraft en général, d'ailleurs...) en tête !
Liné
Posté le 16/11/2019
Oh mais c'est mignon tout plein ♡(hum...)

Il n'y a pas vraiment d'intrigue, on ne connait que le prénom du personnage, tu nous embarques dedans dès la première phrase... et tout fonctionne. Chapeau ! ;-)

En plus, j'ai trouvé qu'il y avait comme un contraste entre ce qui se passe, et la narration relativement calme et descriptive. Comme si, en tant que lecteurs.trices, on était à quelques mètres à observer, sans savoir quoi faire
Rimeko
Posté le 17/11/2019
"Hum", oui, c'est bien ça XD
En même temps, t'as vu l’œuvre qu'on m'a collée, pas possible d'écrire quelque chose d'heureux avec ça ! (Je me suis retrouvée avec le titre de seconde autrice sadique de l'asso d'ailleurs mdr) (D'ailleurs j'avais plus ou moins le choix entre cette image-là ou un portrait d'un homme couvert de cicatrices avec un genre de collier d'esclave, à croire que c'était une conspiration :P)
Contente que l'histoire fonctionne quand même malgré cette quasi-absence de contexte et d'explication ! (J'ai hésité à rajouter plein de trucs en plus, avant de me dire que ça servait pas le texte en fait...) Et oui, tu as raison, c'est vrai que la narration est quasiment neutre, je suis trop rentrée dans les pensées de mon pauvre perso pour une fois ! Je crois que j'ai tendance à faire ça dans les scènes très gores, à croire que je suis pas totalement une psychopathe ^^
Merci encore de ta lecture en tous cas !!
Vous lisez