Sonnet 1

Par Yvaine

Tu es parti comme l'orage se tait

Doucement, brusquement

Ne laissant que le silence, le vide et

Dans mon cœur, un poème.

 

Tornade de ma vie, éclair de ma

Jeunesse ; je n'ai jamais

Aimé les hommes et leurs manières

– Mais étais-tu un homme ?

 

Ton orage marqua ma liberté

Et j'ose affirmer que ta tempête

Fut la première, et sera la dernière.
 

Tu es parti, Ulysse.

Tu m'as laissée seule, et comme le calme

Je te hais.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
JeannieC.
Posté le 18/09/2022
Eh bien je ne regrette pas de m'être arrêtée par ici <3
Il y a de la nostalgie et de la douleur dans ce poème, où on sent cette esseulée voguer entre amour et haine. Une déchirure que tu rends bien dans la fragmentation de tes vers... qui pourtant savent aussi conserver un rythme très doux.
Coup de cœur pour "tu es parti comme l'orage se tait" et pour le tercet final <3
Je repasserai visiter tes textes - au plaisir !
Yvaine
Posté le 18/09/2022
Ton commentaire me touche beaucoup, je suis heureuse que ces sonnets sachent trouver leur public ! C'est un genre assez nouveau pour moi, et je craignais de ne pas réussir à en faire ce que je voulais. Je suis donc ravie de voir qu'en fin de compte, tout va bien !
Les prochains sonnets ne devraient pas tarder, et ce sera un plaisir d'avoir de nouveau de tes commentaires <3
Vous lisez