Révélations

Par Maud14

Le médecin qui les avait accueilli chez lui fit irruption dans la petite pièce, un verre d'eau à la main. Il s'avança vers le lit où se trouvait encore Hyacinthe, et adressa un regard mécontent aux deux autres hommes présents.

« Il ne faut pas prendre à la légère une commotion cérébrale », sermonna-t-il en tendant le verre d'eau à la jeune femme. Elle bu de longues gorgées pour lui obéir et se laissa faire docilement lorsqu'il se mit à l'examiner. L'hôte lui prit la tension, écouta battre son coeur, inspecta ses pupilles et lui posa quelques questions sur son état de santé. Pendant ce temps, elle surprit le reporter jeter de brefs coups d'oeil à Alexandre, sans rien dire. 

« Elle va bien? », finit par s'enquérir Ali.

« Il faut qu'elle se repose »

« Quand est-ce qu'elle pourra voyager? »

« Vous voulez que votre impatience la tue? »

La remarque sèche du médecin mécontent fit soudainement s'affaisser la mine du reporter qui baissa les yeux au sol.

« Non », murmura-t-il. 

« Bon. Je vais la garder en observation encore cette nuit. Mieux vaut être prudent »

Hyacinthe regarda l'homme sortir de la pièce, penaude.

« Je suis désolée », chuchota-t-elle.

« Désolée de quoi?! », s'exclama Ali, ahurit. 

« Je nous retarde ».

« Je t'int... je t'interdit de dire un truc pareil, lâcha le reporter d'une voix blanche. Si on en est là, c'est de ma faute. J'ai sous estimé le danger. J'ai sous estimé Alamar. Je nous ai fait courir des risques trop grands... Un homme est mort. Tu es blessée... »

« Ali, tu n'as pas a endosser le rôle du fautif tout seul. On s'y est tous embarqué! »

« Je suis le plus expérimenté Hyacinthe. Bien sûr que c'est de ma faute! »

Un air d'accablement s'était peint sur son visage, déformant son front, tordant amèrement sa bouche. Ses yeux la fuyaient.

« Ali. On s'est fait avoir, on ne pouvait pas savoir »

« J'aurais dû m'en douter. J'aurais dû y penser. Non, j'ai voulu foncer tête baissée dans un bourbier. T'aurais pu y rester Hyacinthe, toi aussi! T'entends? ». Sa voix s'était cassée. L'émotion l'avait déformée. Il coula un nouveau regard vers Alexandre, vraisemblablement perturbé.

« Mais c'est pas le cas », protesta mollement la jeune femme. Ali ne l'écoutait plus et était désormais tourné complètement vers le géant. 

« C'est toi qui as fait ça? », interrogea le reporter. Sa posture trahissait un mélange de détermination, de vive impression et de colère voilée. 

« Fais quoi? », répondit calmement Alexandre. 

« Les lianes, les racines, les arbres. Le sable. J'ai passé les dernières heures à refaire le scénario dans ma tête, j'ai cru devenir fou »

Hercule le dévisageait paisiblement, le jaugeant, l'étudiant, le sondant. 

« Réponds! »

Hyacinthe tressaillit face au cri irrité de son ami. Celui-ci s'avança vers le géant, les iris incandescentes.

« T'es qui toi au juste? »

Le visage las d'Alexandre se referma complètement. 

« Maintenant qu'on est là, qu'on s'est sorti de ce guêpier, que tu t'ai bien marré avec nous que tu nous as bien caché beaucoup de choses, tu vas parler », reprit Ali. Son ton, menaçant, n'avait plus rien d'amical. L'alarme s'y mirait, l'alarme du questionnement, de l'inconnu, de l'inexplicable. Hyacinthe sentait que la culpabilité qu'Ali ressentait face aux derniers évènements était entrain de retomber sur le dos d'Alexandre. S'il avait pu prendre en compte ce paramètre-ci, rien ne se serait passé de la même façon. Du moins, c'est ce qu'il devait penser. 

« Je suis la même personne que vous connaissez », répondit le grand brun. 

Un rire cynique s'échappa de la gorge d'Ali qui lui lança un regard mauvais.

« Tu nous prends pour des abrutis?! », vociféra le reporter en avalant les derniers pas jusqu'à lui. Mais la grande paume d'Alexandre le stoppa dans son mouvement, érigeant une barrière de défense instinctive. L'élan d'Ali se répercuta sur le geste, le faisant reculer de plusieurs pas. 

« Ça suffit! », s'exclama Hyacinthe en se levant. Mais sa vision se brouilla et la tête lui tourna. Elle vacilla et retrouva le lit en pestant. Les deux hommes s'étaient figés, dans l'attente et la fixaient, anxieux. Alexandre soupira et alla se poser contre le chambranle de la fenêtre fermée, dans une posture indolente. Il croisa les bras sur sa poitrine.

« Je ne vous ai pas menti. Je n'ai bien aucun souvenir d'avant le jour où je t'ai rencontré Hyacinthe »

Les oreilles de la jeune femme se mirent à bourdonner. Enfin. Enfin il parlait. Enfin elle allait savoir.

« Seulement... Je me suis rendu compte que j'avais... certaines capacités, habiletés, pouvoirs... Appelez ça comme vous voulez... en moi. Que vous autres n'avez pas. Je ne savais pas qui j'étais jusqu'au jour où... »

Il se tu, fronçant les sourcils, hésitant. Cherchant ses mots. 

« Jusqu'au jour où on me l'a révélé ».

Il releva les yeux vers Hyacinthe, et son regard l'effleura, comme une griffure glaciale. 

« Je ne suis pas un humain. Je suis l'essence des humains. J'ai été créé pour une mission ». 

Les yeux de la jeune femme s'écarquillaient de stupeur à mesure qu'il parlait. Avait-il prit un coup sur la tête? Etait-il fou? 

« J'ai décidé de vous suivre vous parce que vous étiez impliqués dans un combat important, qui peut changer les choses. Et parce que j'avais besoin d'en apprendre plus sur vous, sur les hommes, sur le monde »

« Quelle mission? », la coupa Hyacinthe, la voix rauque. 

Il lança un regard circulaire à la pièce, pensif.

« Sauver la vie sur terre »

Ali émit un petit bruit de gorge étouffé puis, un large rire s'épancha dans la pièce, cogna contre les murs, rebondit contre leurs corps. 

« Tu te prends pour le Messi ou quoi?, répliqua-t-il hargneusement. C'est quoi ces conneries que tu nous sort à la pelle là? »

« Et comment tu comptes t'y prendre? », reprit Hyacinthe, entrant dans son jeu. 

Il l'a considéra, inconsistant.

« Je ne sais pas encore. Mais il faut agir vite, la sixième excitation est bien plus rapide que les précédentes. A ce rythme, on arrivera bientôt à une situation irrémédiable ». 

« Ok. On a un malade mental avec nous depuis des semaines. Hyacinthe, ne me dis pas que tu vas le croire? », s'insurgea Ali, en se passant les mains sur le crâne, attéré. 

La jeune femme se sentait vide. Vide intérieurement, vidée physiquement. Elle ne s'était pas attendue à ce genre de révélations, à ce genre de discours. Des paroles d'un illuminé, ne pouvait-elle s'empêcher de penser. Elle voyait en face d'elle cet être gigantesque, à la carrure et aux pouvoirs d'un dieu, à la douceur et à l'empathie qui la rassuraient pourtant, malgré elle. Comment pouvait-elle croire ce qu'il lui disait? Mais en même temps, comment ne pouvait-elle ne pas y croire après tout ce qu'elle avait vécu avec lui? Elle porta une main à son front, décontenancée. C'était au delà de tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Il faisait chaud, le soleil s'était bien dressé dans le ciel, et l'odeur de poisson se mêlait désormais avec celle plus fine des épices. 

« Tu nous demandes de croire en la magie », souffla-t-elle, comme pour elle-même.

« Non. Pas à la magie. Aux pouvoirs des éléments, dont je suis constitué. Les éléments nécessaires à la vie, ceux qui façonnent la Terre ». 

« De mieux en mieux! s'exclama Ali. Un bouddhiste qui se prend pour le petit Jésus! On aura tout vu! »

« Tu as vu ce qu'il a fait non? C'est quoi ta théorie? », la coupa Hyacinthe, légèrement agacée par les piques acerbes et répétitives de son ami. 

Ali la considéra, presque ébranlé. Comme si sa question le ramenait soudain à la réalité. Devant des faits incroyables non expliqués, dont il n'avait pas la réponse. Mais celle d'Alexandre ne le satisfaisait pas. Ou bien il ne supportait pas de ne pas l'avoir percé à jour avant et d'avoir été maintenu dans l'ignorance tout ce temps. 

« Il nous a sauvé plusieurs fois la vie. Il n'a jamais cherché à nous faire de mal. Il ne peut pas être totalement mauvais, tu ne crois pas? »

« Pourquoi il nous a menti alors? »

« Je ne vous ai pas menti, je ne vous ai juste pas tout dit. Et j'en suis désolé », intervint Alexandre. 

« Comment tu penses qu'on aurait réagit, s'il nous avait dit qu'il pouvait... qu'il pouvait faire ces choses-là? », ajouta Hyacinthe. 

« Mal, avoua Ali. Mais excuse-moi d'être sur le cul face à un truc pareil. C'est difficile à croire. A concevoir.... »

« Clairement », approuva-t-elle d'une petite voix. 

Elle glissa un regard vers Alexandre. Vers cet homme qu'elle ne connaissait pas. Qu'elle n'avait jamais connu et qu'elle ne connaitrait peut-être jamais totalement. Ce sentiment qu'il était une force de la nature, sa lumière qui brillait différemment que celle des autres... Cette aura si particulière qu'elle avait su percevoir chez lui,... Tout ceci s'expliquait brusquement d'une drôle de manière au moment présent. Ali l'observait lui aussi du coin de l'oeil, indécis. 

Soudain le médecin entra en trombe dans la chambre, le visage crispé.

« La police est là, dans le village. Elle recherche un petit groupe de blancs. Vous feriez mieux de ne pas bouger d'ici »

Puis, il sortit et referma la porte derrière lui. 

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jane Demo
Posté le 10/05/2021
Coucou,
Après plusieurs chapitres lus, un petit commentaire s'imposait :) J'ai vraiment bien accroché à l'univers que tu as mis en place et aux personnages (évidemment la relation entre Hyacinthe et Alexandre !! :) :) :) ).
J'apprécie également Ali même s'il peut être agaçant des fois : je pense qu'il a vu Hyacinthe au plus bas, au plus mal et la connaît très bien. Je ne sais pas s'il éprouve d'autres sentiments mais ce qui est certain (pour moi) c'est qu'il y a une relation amicale sincère et profonde. Ils ont vu le meilleur comme le pire ensembles. Et je trouve ça très intéressant comme relation.
En te lisant j'ai aussi l'impression que tu inclues dans ce récit ton expérience personnelle (voyages, valeurs... etc).
Merci pour ce partage !
Maud14
Posté le 10/05/2021
Coucou ! Un grand merci pour ton commentaire! Contente de lire que tu apprécies l'histoire et les personnages :)
Tu fais une analyse très juste de la relation entre Ali et Hyacinthe, bravo !
Je ne suis jamais allée en Tanzanie, mais j'aimerais beaucoup ! haha!
Et effectivement, j'essaye de prendre bien soin de la relation entre Hyacinthe et Alexandre... elle m'inspire :)
Au plaisir de te lire!!
joanna_rgnt
Posté le 06/05/2021
Ali j'ai envie de la taper laaaaaaaaaaaaaaaa ! Ca y ai il m'énerve à nouveau ! Il est trop chi*nt ! Par contre je sais pas, j'ai l'impression que Hyacinthe ne croit pas Alexandre malgré ce qu'elle dit...
Vous lisez