PROLOGUE – GENÈSE 1:1

Theliau lève les yeux, devant lui s’étend une mer de corps mutilés que des vagues de cris noient. Du regard, il cherche son frère et sa sœur. Il ne les voit pas. La panique commence à l’envahir, alors d’un bond il se redresse de toute sa hauteur. Quand il prend une inspiration, de la poussière et une odeur de sang lui font tourner la tête. 
Alors qu’il manque de s’écrouler au sol, Theliau sent que deux mains gantées de fer l’attrapent sous les bras. À sa démarche traînante, il reconnaît son frère Holmi. Celle de sa sœur Meloe est, elle, plus lourde et pressée. En un clin d’œil, la fratrie quitte le champ de bataille.

Theliau ouvre les yeux, il a dû s’évanouir à cause de ses blessures. D’ailleurs, lorsqu’il porte ses mains à son torse, il se rend compte qu’on lui a retiré son armure. À la place, de larges bandages sales protègent sa poitrine d’éventuelles infections. Le soldat se redresse : Holmi et Meloe sont quelques mètres plus loin, ils discutent à voix basse. Sur leur droite, un lac fait miroiter le métal de leur cuirasse. Une quinte de toux assaille la gorge de Theliau, il manque de s’étouffer en crachant du sang.
Son frère et sa sœur se tournent vers lui, des flammes démentes brûlent dans l’obscurité de leurs regards.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez