Prologue - Division

Par Naelle

Il faisait chaud. Extrêmement chaud. Le thermomètre affichait 40 degrés Celsius et il n’était que six heures du matin. Trissiah était déjà levée, elle se préparait pour aller travailler. Elle se vêtit d’une salopette beige démunie de son bouton droit et elle attacha ses cheveux ambrés grossièrement à l’aide de quelques pinces. Quelques mèches lui effleuraient le visage mais elle n’y prêtait pas attention. Ce qui l’importait à cet instant c’était de réussir à réparer sa lampe à huile. Sans ça, elle n’était rien. Il faisait si noir sur Centria qu’elle ne pouvait pas se permettre d’aller travailler sans être sûre d’avoir de quoi s’éclairer en rentrant ce soir. Après inspection, elle descella le problème. Le réservoir fuyait et elle allait devoir l’emmener au travail. Elle emboitât le pas et sortit de son funèbre logement qui n’était ni une maison, ni un appartement. C’était pour ainsi dire une sorte de grotte, assez grande pour y vivre à condition de ne mesurer qu’un mètre soixante et d’aimer la solitude. À Centria les portes se faisaient absentes, à quoi bon se protéger des voleurs quand il n’y a rien à voler. Chacun savait où il vivait et personne ne s’autorisait à violer l’intimité de quiconque. Trissiah arpentait les chemins recouverts de poussière brulante. Le soleil ne montrait jamais le bout de son nez sur Centria mais c’était pourtant l’endroit le plus chaud du Nouveau Monde. La proximité du noyau terrestre en était évidemment la cause. Cela faisait maintenant cent ans que l’Ancien Monde n’existait plus. Il avait explosé et donné suite à quatre petits mondes bien différents. Centria était l’un d’entre eux. Comme son nom l’indiquait, c’était un monde créé dans le centre de la Terre. Après l’explosion, le monde avait laissé place à un gouffre immense dans lequel se trouvaient désormais six villages creusés dans la roche terrestre. Trissiah était presque arrivée à l’usine. Elle décida de s’arrêter un moment pour caresser la peau rugueuse d’un petit lézard. Les fumées des usines laissaient paraitre la proximité de son lieu de travail. Elle repartit de plus belle. On pouvait entendre les rires des enfants qui zigzaguaient entre les passants. L’un d’entre eux bouscula Trissiah qui se rattrapa sur un lampadaire. 

- Désolé m’dame ! s’écria l’enfant en continuant sa route.

L’enfant avait le crâne rasé et il lui manquait quelques écailles sur le bras. Sur Centria, les habitants étaient dotés d’une peau plus épaisse recouverte de fines écailles argentées qui ne craignait pas la chaleur. C’était à cet instant qu’elle remarqua qu’elle était arrivée. Les bruits de claquements de fer prenaient le dessus sur ceux des passants et la chaleur envahissait ses poumons. En fait, cela ne lui posait aucun problème puisqu’après la destruction de l’Ancien Monde les habitants du Nouveau Monde avaient développé certaines facultés leur permettant de survivre dans leur contrée. Trissiah salua franchement ses collègues déjà très occupés. Elle mit son casque de protection, abaissa sa visière égratignée et commença à jouer avec des étincelles. Elle pouvait en effet maitriser le feu comme tous les habitants de Centria. Elle fit jaillir quelques flammes de sa main droite pour liquéfier la tige de métal devant elle. Elle fit transvaser ce liquide bouillant dans un moule et quelques minutes plus tard il commençait déjà à se durcir pour laisser place à une fine plaque argentée qu’elle ajouta délicatement sur le réservoir de sa lampe à huile. D’un geste plutôt élégant, elle brula les extrémités de la plaque du bout de son index. La plaque finit par se ramollir et fut soudée au réservoir. Trissiah passait ses journées à faire ça : réparer des objets, en créer de nouveaux. Elle trouvait ça pathétique d’utiliser son don de cette façon mais le Royaume de l’Île aux Nuages en pensait autrement. Altiba, composé de six îles flottant dans le ciel était la contrée dominante du Nouveau Monde. Ils avaient réussi à isoler Centria du reste du monde sous prétexte que leur pouvoir était trop destructeur pour les laisser errer comme bon leur semblait. Trissiah n’avait jamais connu autre chose que l’obscurité de Centria. Elle voulait tellement sortir d’ici, découvrir le vrai monde coloré et la chaleur fébrile du soleil. Pendant sa pause déjeuner elle parcourut maladroitement les pages du journal hebdomadaire du Nouveau Monde en mastiquant quelques morceaux de pain rassit. C’était pour elle la seule façon de s’évader d’ici. Elle analysa la météo des différents mondes. À Océda il faisait toujours la même température : 20 degrés Celsius. « Quelle horreur, ils doivent vraiment se les cailler là-bas » pensait-elle. Elle se demandait à quoi pouvait bien ressembler une journée dans la peau d’une Océdienne… Tout ce qu’elle savait c’est que les habitants d’Océda maitrisaient l’eau et vivaient dans des sphères sous l’Océan du Nouveau Monde. Elle jeta un coup d’œil sur les prévisions pour Terraga « 15 degrés Celsius sérieusement ?! Au secours… ». Ici le temps était maitrisé par les Îles flottantes d’Altiba donc il était très variable. Ce qui restait de l’Ancien Monde était sur Terraga, un seul et même continent terrestre. Enfin, les prévisions annonçaient la même température pour les îles célestes d’Altiba. « De toute façon c’est eux qui contrôlent la météo donc j’imagine bien qu’ils vont pas se compliquer la tâche » songea Trissiah. Elle savait effectivement que les habitants d’Altiba maitrisaient l’air. Sur la dernière page un passage l’interpella :

Appel à la participation pour la chasse au trésor mondiale : À la clé 100 000 pièces !

Vous rêvez de partir à l’aventure ? Vous avez entre 18 et 30 ans ? Alors tentez votre chance ! Tout le MONDE est le bienvenu pour participer à cette chasse au trésor mondiale qui promet un beau butin de 100 000 pièces pour l’équipe victorieuse. La chasse sera disputée par trois équipes composées de quatre participants qui ne seront autres que quatre habitants de chaque contrée ! Une première pour l’histoire de ce Nouveau Monde qui souhaite rapprocher les peuples pour son centième anniversaire.

Pour tenter votre chance, veuillez envoyer votre candidature composée de votre prénom, nom, âge, adresse et profession à l’adresse suivante : 77 Allée Pegasus, Île aux Nuages, Altiba.

Bonne chance !

 

Trissiah savait ce qui lui restait à faire, le Nouveau Monde l’attendait et elle n’allait pas le manquer.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
ventus64
Posté le 10/02/2020
Bonjour,
Je trouve l'histoire très intéressante,ton écriture est très agréable a lire,la taille du chapitre ne me dérange pas en revanche je n'aime pas trop la façon dont tu racontes l'histoire de ce nouveau monde. Pour être plus précis je n'aime pas trop le fait que tu met cette histoire petit bout par petit bout dans le chapitre car je trouve que ça fait des répétitions. J'aurais personnellement préférer que tu fasse un chapitre en plus avant le chapitre 1 pour raconter l'histoire de ce nouveau monde qui est très intéressante. A part ça c'est une tres bonne histoire,continue comme ça
sifriane
Posté le 14/01/2020
Bonjour Naelle
Ton histoire m'a intrigué parce qu'elle commence comme la mienne qui se passe aussi dans cent ans, et que mon héroïne est aussi une jeune femme mais la comparaison s'arrête là.
Ton écriture est fluide et on ressent bien l'atmosphère de ton nouveau monde.
Chapitre assez court cependant, j'ai hâte de lire la suite
Naelle
Posté le 16/01/2020
Bonjour Sifriane!
En effet, c’est également la raison pour laquelle la tienne m’a intriguée 😄.
Merci beaucoup, cela m’encourage et me motive à écrire davantage!
Et je suis tout à fait d’accord avec toi sur la longueur de mon chapitre, je compte bien remédier à ça pour le second chapitre
Vous lisez