Prologue

Notes de l’auteur : Bonjour à vous, nouveaux lecteurs !

Mes premiers pas sur cette plate-forme, j'espère que vous serez indulgents sur la mise en page qui est, à l'origine, une mise en page spéciale WP. #patapé

L'histoire, terminée, sera postée très régulièrement, le temps que je me re-corrige encore, et encore, parce que je passe à côté de quelques coquilles, malheureusement.
N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, je suis très ouverte à la critique et rien de mieux que celle-ci pour s'améliorer, n'est-ce-pas ?

Bonne lecture à vous !

PDV Luc Baillet
 

*****

Premier lundi d'octobre, 9h58.

Avant de pénétrer dans ma classe, je poussai un soupir angoissé, le cœur douloureux. J'avais passé le stade où je ne comprenais plus mes réactions, je m'étais déjà résigné à accepter ce que je ressentais, même si je me détestais pour cela. C'était pire depuis la dernière cession, je n'avais pas cessé de penser à elle.

Lors de sa semaine de cours, elle avait paru si froide et détachée. Son humeur avait tant changé, elle avait tant changé en l'espace d'un été. C'est à peine si elle m'avait accordé un regard ou une parole. Plus de vannes, plus de sourires. Elle m'avait inquiété et, même si j'étais soulagé de pouvoir la retrouver aujourd'hui, afin de jauger son état, j'avais été dans l'angoisse tout au long de ces dernières semaines, alors qu'elle était si loin de mon regard. Mais aujourd'hui, j'appréhendais de la revoir enfin.

Elle m'avait manqué.

Dans quel état allais-je la retrouver, cette fois ?

L'estomac au bord des lèvres, j'entrai d'un pas, vissant un sourire de circonstance sur mon visage. Je m'étais toujours appliqué à être le même, cordial et accessible, je n'allais pas flancher maintenant. Je me dirigeai vers mon bureau, sans un regard à la classe. Je me refusai à la chercher du regard tout de suite.

— Bonjour à tous ! lançai-je d'une voix forte. Asseyez-vous, s'il vous plait !

Le brouhaha qui suivit m'autorisa à lever les yeux une seconde et automatiquement, ils se dirigèrent en premier lieu vers sa place habituelle et mon cœur rata un battement tandis que mon estomac se soulevait. Elle allait encore plus mal que la dernière fois. Elle avait encore perdu des couleurs et du poids. Ses vêtements sombres, tranchants sur sa peau pâle, semblaient bien trop grands pour elle, dissimulant ses formes. Son col roulé montait si haut que d'un mouvement, elle pouvait dissimuler son visage à l'intérieur. Coiffée d'une queue de cheval négligée, la tête rentrée dans les épaules, elle semblait vouloir disparaître, son sac sur les genoux.

— Eva, peux-tu poser ton sac par terre, s'il te plait ? lui demandai-je d'un ton plus doux que je ne l'aurai souhaité.

Je l'avais interpellée exprès. J'avais besoin qu'elle lève les yeux vers moi, besoin de croiser son regard bleu espiègle, de voir ses fossettes se creuser tandis qu'elle me souriait timidement. J'avais besoin de voir son visage se colorer en esquivant mon regard.

Mais rien.

Elle se contenta de baisser la tête un peu plus, sans un mot, sans même acquiescer. Avant de s'exécuter, elle sembla vouloir serrer une dernière fois son sac contre elle, tel un rempart entre elle et le monde extérieur. Cette pensée me brisa.

Que lui était-il arrivé ?

Je me promis de l'attraper seul à seule, une fois encore, pour la questionner, la pousser à me parler. La dernière fois avait été un échec. Elle m'avait simplement assuré que tout allait bien, tout en fuyant mon regard. Je n'avais pas insisté, persuadé que je la mettais trop mal à l'aise, à présent que nous savions tous les deux ce que Chloé Jaillard était venue me révéler. Bien sûr, elle n'avait fait que confirmer ce que j'avais deviné tout seul. Eva était si lisible !

Même si je n'ignorais pas ce qu'elle devait endurer, toute seule, à présent que sa meilleure amie lui avait tourné le dos, j'avais la certitude que ce n'était pas la situation à l'école qui l'avait mise dans cet état. Il y avait forcément autre chose. Je devais le découvrir.

C'est avec cette idée en tête que je passai ma journée, un peu ailleurs. Eva occupa mes pensées sans discontinuer. Une fois qu'elle était hors de mon champ de vision, je n'étais plus vraiment moi-même. La savoir dans le même établissement me rassérénait cependant. Ici, même avec la défection de Chloé, elle était toujours sous la surveillance de quelqu'un.

Sauf quand elle était seule dans sa chambre.

Je secouai la tête et revins à mes copies. Étais-je déjà en train de m'imaginer demander à Roseline de la faire dormir avec une autre apprentie, pour être sûr ? Pour qui me prenais-je ? Je poussai un grognement rageur et mes premières années levèrent les yeux vers moi.

— Un souci, chef ? me lança Maxime, qui s'affairait à sa pâte feuilletée près de moi.

La journée était déjà bien avancée et je n'avais qu'une hâte, qu'elle soit enfin terminée. Je n'avais pas la tête à travailler de toute façon et les copies posées devant moi ne m'inspiraient plus du tout.

— Tout va bien, répondis-je en reposant mon stylo. C'était juste une mauvaise idée de corriger vos devoirs ici.

— Ce sont les nôtres ? s'inquiéta soudain Mattéo. Qu'on a fait tout à l'heure ?

— Oui, répondis-je avec malice.

Je pris mon tas de feuilles et le remis dans le tiroir de mon bureau avant de récupérer ma toque et de la visser sur ma tête.

— Inutile de me demander quoi que ce soit, vous aurez vos notes vendredi.

Ils râlèrent, comme prévu, mais retournèrent à leurs fabrications sans rien dire de plus tandis que je déambulais au milieu d'eux, l'esprit ailleurs.

Ce n'était que ma troisième année ici et, lors de mon arrivée, je n'avais récupéré que des premières années. Ils étaient nouveaux, comme moi. J'avais été à l'aise dès le début, comme si j'avais toujours été prof. J'avais eu beaucoup d'apprentis sous mon aile, quand j'étais encore embauché, alors je n'étais pas tellement perdu. Gérer autant de gamins d'un coup m'avait un peu effrayé au début et finalement, c'était plus amusant que prévu. Je devais admettre que Philippe m'avait définitivement sorti du gouffre.

Que dirait-il s'il me savait troublé par une apprentie ?

Je poussai un soupir. Encore une fois, Eva revint dans mes pensées. Je devais être fou. Ou dérangé. Peut-être un peu des deux. Je n'en revenais pas d'être à ce point subjugué par une gamine. Étais-ce mon passif avec mon ex-femme ? Étais-je à ce point orgueilleux d'être flatté d'avoir réussi à charmer une adolescente ? Non, je n'avais rien fait pour, pourtant.

Je me giflai intérieurement.

Comment pouvais-je me mentir à ce point ? J'avais bien évidemment alimenté ce flirt, innocent, à l'origine. La manière dont elle me répondait avec aplomb, ses réflexions brillantes, son attitude, tout cela avait eu trop tendance à me faire oublier son âge et j'avais parfois, je le reconnaissais volontiers, été bien trop loin. Même quand j'avais fini par comprendre qu'elle avait effectivement succombé pour moi, j'avais continué à la charmer, avant de réaliser que ça me plaisait trop pour arrêter.

Parfois, je m'écœurais.

J'étais impatient de la retrouver, le lendemain, pour le cours de pratique. Le seul cours où elle semblait s'animer un peu. Pourvu que j'arrive à la faire parler... J'avais besoin qu'elle aille mieux !

*****

Mardi après-midi, 14h03.

Mes espoirs de la voir enfin plus vivante retombèrent comme un soufflé. En la voyant entrer dans le laboratoire, j'eus le sentiment que mon cœur se brisait. Jamais elle ne m'avait parue aussi fragile, aussi petite. Elle était la dernière à arriver, légèrement en retard, ce qui n'arrivait jamais et j'eus tout le loisir de l'analyser quand elle passa devant moi.

Elle semblait voutée, courbée par le poids qu'elle portait. Sa veste et son pantalon semblaient flotter légèrement, là où, avant cet été, elle les remplissait correctement, laissant voir quelques-unes de ses formes. Ses joues, auparavant légèrement rondes étaient creusées et il me semblait qu'elle n'avait pas eu de bonne nuit de sommeil depuis un long moment. Même ses poignets semblaient trop fins pour porter sa mallette sans se briser. Combien de poids avait-elle perdu ?

Je déglutis difficilement en reconnaissant les symptômes d'une profonde dépression et je repensai à ma résolution. Je lui laisserais le temps de la récréation, mais à la fin de la journée, elle me parlerait. Elle n'aurait pas le choix, je la garderais avec moi toute la soirée s'il le fallait.

Les deux heures qui suivirent furent terriblement pénibles. Eva semblait ne pas être là. Plus qu'être habituellement dissipée, elle était littéralement absente. Malgré mes efforts pour le récupérer, son esprit était resté inatteignable. Je tentai les traits d'humour, je l'aidai au mieux pour les efforts physiques – la voir essayer de porter le KitchenAid m'avait collé des sueurs froides – mais tout glissait sur elle. Ce n'était plus qu'une coquille vide et une fois encore, mon cœur se figea en le réalisant.

J'étais en manque de ses œillades en coin, quand elle croyait que je ne la voyais pas, de son sourire amusé qui creusait ses fossettes quand je faisais un mauvais jeu de mot. Même ses longs cheveux bruns semblaient avoir perdu de leur éclat.

Lorsque la cloche retentit dans l'école, je la cillai du regard tandis qu'elle s'animait un peu. Qu'avait-elle en tête, maintenant ? Les garçons quittèrent le laboratoire rapidement et, n'y tenant plus, j'interpellai rapidement la jeune fille.

— Eva ?

Elle stoppa et se tourna péniblement vers moi. Lorsque nos regards se croisèrent enfin, une angoisse sourde m'enserra la poitrine. Le voile sombre qui s'était abattu sur ses prunelles, auparavant si pleines d'intelligence et de vie, me fit frémir et j'eus toutes les peines du monde à ne pas accourir pour la prendre dans mes bras. Une aura sordide émanait d'elle et, tandis qu'elle me contemplait sans réellement me voir, je déglutis mais fut incapable de dire quoi que ce soit.

Elle haussa alors les épaules et quitta la salle dans le plus grand silence. La panique me rattrapa. Un terrible pressentiment m'assaillit et après une trop longue réflexion, je me précipitai dans le couloir, prêt à la rattraper. Sans succès. Elle était hors de vue et je passai une main sur mon visage, alarmé.

Je n'étais pas en mesure de la confronter maintenant de toute façon. Je devais calmer mes nerfs. J'avais conscience que cette fille me rendait un peu trop émotif et je devais rassembler mes idées avant de pouvoir discuter calmement avec elle.

Si on lui avait fait du mal, j'allais péter un plomb.

J'avais désormais compris qu'elle était un danger pour elle-même. Mais ici, il ne pouvait rien lui arriver. Après une hésitation, je fermai la porte du labo à clé. Outre les couteaux bien aiguisés, il y avait dans la pièce des produits ménagers très nocifs, si ingérés. Il était hors de question que je courus ce risque.

Un quart d'heure. Elle ne pouvait pas se faire de mal en si peu de temps, n'est-ce pas ?

C'est avec un café, dans la salle de pause des profs, que je parvins enfin à faire le point. Une fois la panique passée, c'est la colère qui prit sa place. La colère contre elle, qui n'avait pas été fichue de se confier à moi, de ne pas m'avoir fait confiance. Et surtout contre moi-même, d'avoir déjà senti son mal-être trois semaines plus tôt et de n'avoir rien fait, à ce moment-là. Car très certainement, sa situation s'était détériorée. Et j'aurai pu agir avant.

Je jetai mon gobelet dans la poubelle d'un geste rageur et je repartis vers le labo, plus tôt que la sonnerie, pour être là, quand elle arriverait.

Mais elle n'arriva pas.

Le dernier de ses camarades était revenu depuis bien cinq minutes quand je sortis dans le couloir pour la guetter, les nerfs à vif. C'était bien trop long et ce n'était pas normal, je le savais parfaitement. Et après le regard que je lui avais vu juste avant de partir en récréation...

Je franchis la porte du labo d'un pas empressé.

— Personne n'a vu Eva ? demandai-je d'une voix forte aux garçons.

Ceux-ci secouèrent la tête et je posai ma toque sur mon bureau d'une main tremblante.

— Je vais la chercher, dis-je, maitrisant ma voix. Vous, vous restez ici et pas de conneries.

Je n'attendis pas de réponse et parti au pas de course jusqu'au rez-de-chaussée. D'un coup d'œil, j'avisai la cour de récréation, mais ne vis personne. Alors, je me dirigeai vers les vestiaires des filles, le cœur au bord de l'implosion.

En m'approchant, je vis que la porte était entre-ouverte et la lumière allumée. J'accélérai le pas, refusant de penser à ce que j'allais y trouver.

— Eva ? appelai-je. Eva, est-ce que tu es là ? Je peux rentrer ?

Mon rythme cardiaque était bien trop élevé et je me sentais de plus en plus nauséeux. Sans attendre de réponse, je poussai la porte et mon souffle se coupa soudain en découvrant Eva.

Non ! Non, non, non !

La scène m'apparut par flashs, comme si mon cerveau refusait de les imprimer complètement. Une bouteille de vodka brisée, une plaquette de médicaments vide et Eva, allongée sur le sol, immobile et pâle comme la mort.

Je me précipitai sans réfléchir et me jetai à genoux sur le sol.

— Non, Eva, non...

Elle ne pouvait pas m'avoir fait ça, c'était impossible ! La gorge serrée, l'estomac crispé, je sentais que j'étais en train de paniquer et je me forçai à garder la tête froide. Je ne parvenais pas à quitter du regard le visage figé de la jeune fille et je soufflai pour recouvrer mon sang froid.

Réagis, bon sang ! me serinai-je avec force.

Je passai mes doigts tremblant sur son front pour dégager ses yeux. Elle était froide et n'eut aucune réaction quand je lui manipulai la tête afin de passer ma main devant son nez. Un faible souffle chaud vint me caresser les doigts et, dans un éclair de lucidité, je compris ce que je devais faire. La faire vomir.

Mais comment ? J'eus un frisson de dégoût en m'imaginant mettre mes doigts dans sa petite gorge mais quelle autre solution avais-je ? Du café salé !

Je me redressai, courant à toutes jambes jusqu'au self désert. Le souffle court, j'attrapai la cafetière et versai une grande quantité de liquide dans un gobelet avant de vider un sachet de sel prit au hasard sur une table.

Le chemin du retour fut tout aussi rapide et c'est du café chaud coulant le long de mes doigts que je déposai le gobelet fumant sur le rebord du lavabo. L'adrénaline avait remplacé la panique et c'est empli d'une puissante détermination que j'attrapai Eva sous les épaules avant de la traîner jusqu'aux cabines de toilette.

Je calmai mes gestes, rendus brusques par la colère qui m'envahissait petit à petit, et récupérai mon gobelet avant d'ouvrir ses lèvres devenues violettes et d'y verser une grande quantité de café salé.

La réaction fut immédiate et elle ouvrit les yeux de surprise et je basculai sa tête au-dessus de la cuvette tandis qu'elle vidait le contenu de son estomac. J'attrapai à nouveau son menton et renouvelai l'opération. Son regard, choqué et apeuré, se vissa au mien et j'eus toutes les peines du monde à rester de marbre. Elle vomit à nouveau et, avec mille précautions, je passai mes mains dans ses cheveux et les retins en queue de cheval, le temps que les haut-le-cœur se calment. Lorsque la bile remplaça l'alcool, je l'aidai à s'asseoir et la contemplait un instant, la mort dans l'âme.

Elle haletait et, couverte de sueur, avait l'air un peu hagard. D'un geste tendre, je dégageai les cheveux collés à son front et la sentit frissonner à mon contact. Je me redressai afin de rincer mon gobelet et lui proposer de l'eau fraîche, pour rincer sa bouche. La colère vint faire trembler ma main et je tâchai de me contrôler.

— Bois, ordonnai-je en lui tendant le gobelet.

Je me reprochai aussitôt ma rudesse mais j'étais incapable de faire autrement. Comment avais-je pu être aussi stupide ? Je remarquai alors qu'elle était trop faible pour réagir et je serrai les dents avant d'approcher le contenant de ses lèvres, qu'elle ouvrit sans résister. Après lui avoir fait ingurgiter un peu d'eau, par petites gorgées, je m'agenouillai face à elle. Nos regards s'arrimèrent et je pus soudain lire toute la détresse qui l'habitait. Elle baissa les yeux et je dus m'accorder un instant afin de clarifier mon esprit et mon cœur.

J'avais décidément été doublement stupide. De ne pas avoir vu ce qu'elle allait faire, et d'avoir cru que ça ne me toucherait pas autant. Et pourtant me voilà. Elle m'avait touché. C'en était fini de moi. Alors que des larmes se mirent à couler sur ses joues pâles, un sentiment d'urgence m'assaillit. Celui de la protéger, la préserver.

Et détruire ce qui lui faisait autant de mal.

Sans réfléchir, j'attrapai son visage dans mes mains et la força à croiser mon regard.

— Qu'est-ce... Qu'est-ce qui t'a pris ?!

Je devais absolument savoir, comprendre, pour pouvoir la mettre en sécurité. Je n'étais habité par aucun autre désir que celui de la savoir en vie et loin du danger. J'étais prêt à tout pour ça. Et à l'instant où j'eus cette pensée, je compris que j'allais trop loin. Elle était mineure, bon sang !

Les sanglots d'Eva redoublèrent d'intensité et je ne pus faire autrement que de l'attraper et la serrer contre moi. Je ne pouvais pas encaisser sa douleur. Le pieu qui se plantait dans mon cœur en l'entendant laisser échapper des gémissements désespérés me poussait bien plus loin que les limites de la moralité et j'en étais parfaitement conscient.

Il m'apparut alors clairement qu'il m'était très difficile de ne rester que son prof.

Je lui frottai le dos avec douceur, attendant patiemment qu'elle se calme.

— Eva...

Je déglutis mais ne continuai pas, au risque de trop me dévoiler. Je devais me ressaisir, je devais être présent pour elle, si je voulais qu'elle se confie à moi. Il fallait que je lui prouve que j'étais solide pour l'entendre et l'épauler. Elle se calma au bout de quelques minutes et je m'écartai d'elle à contrecœur, afin de jauger son état. Elle avait terriblement mauvaise mine. Les couleurs ne lui étaient toujours pas revenues et ses lèvres avaient toujours une teinte violette assez inquiétante. Sans parler de la fraîcheur de sa peau.

— Bon sang ! Regarde-toi ! lâchai-je alors, inquiet. Je vais appeler une ambulance.

Je me redressai et allais me lever quand je vis sa main attraper ma manche d'un mouvement maladroit. Si sa poigne ne me retint pas, je compris son intention et stoppai.

— Non ! S'il vous plait, pas ça !

Sa voix éraillée me retourna l'estomac et me donna une raison de plus de ne pas l'écouter.

— Je ne vais certainement pas te laisser dans cet état ! ripostai-je, plus durement que je ne l'aurai voulu. Tu as recraché seulement une douzaine de ces pilules, je ne sais pas combien tu en as avalé, il te faut un lavage d'estomac.

— Non...

Sérieusement, jeune fille ? Elle baissa les yeux devant ma détermination.

— J... Je crois avoir tout vomi...

Je retins un soupir et m'accroupis en face d'elle, incapable de rester éloigné plus longtemps. Il était de mon devoir d'appeler une ambulance, qu'elle soit examinée, qu'elle voit un psychologue. Il était de mon rôle de faire en sorte de la confier à plus compétents que moi. Mais j'aurais l'impression de la trahir, de ruiner les maigres chances qu'elle puisse compter sur moi. Et c'est imaginer la perdre de vue qui me convainquit de la garder près de moi.

— Pas question que tu ailles au labo dans cet état, commençai-je. Et pas question non plus que je te perde des yeux à nouveau.

Elle hocha docilement la tête et je me rabrouai mentalement. Ne pouvais-je pas être plus doux ? Non, ce serait l'être trop. Je ne pouvais pas la laisser m'atteindre plus, ou j'allais être incapable de me séparer d'elle. Qu'étais-je en train de faire ?

Je me levai et lui tendis ma main pour l'aider à se relever.

— Tu vas venir avec moi.

Elle se leva lourdement, manquant de trébucher et je l'attrapai vivement. Je compris qu'elle était physiquement trop faible pour marcher normalement. Après un soupir résigné, je passai une main autour de sa taille avec une douceur exagérée. Elle me paraissait si faible, j'avais peur de la briser. Je récupérai son autre main dans la mienne et la guidai lentement dans le couloir en priant intérieurement pour que personne ne nous repère.

Je l'emmenai jusque dans le labo de Philippe. Ici, elle serait isolée et tranquille et je pourrai venir la veiller régulièrement. Je l'installai dans le coin le plus éloigné des vitres et la quittai un instant avant de rejoindre la réserve où je m'emparai de quelques nappes.

A mon retour, elle n'avait pas bougé et m'observa sans un mot étaler les nappes sur le sol. D'un mouvement de la main, je la forçai doucement à s'allonger sur les draps de fortune et, tandis qu'elle s'allongea en position fœtale, elle sombra dans le sommeil. Je la couvris d'une dernière nappe pliée et je résistai à l'envie de passer ma main dans ses cheveux avant de me lever et retourner dans mon labo, où les garçons travaillaient normalement, comme si de rien n'était.

Antoine leva les yeux vers moi et m'apostropha.

— Vous l'avez trouvée, chef ?

Les autres levèrent alors la tête, curieux et je les toisai du regard.

— Oui, tranchai-je. Occupez-vous de vos brioches.

J'étais incapable de me concentrer. Je devais le reconnaître, cette histoire m'avait retourné le cœur et le cerveau. Je m'occupai à peine des garçons, ne leur adressant la parole que lorsqu'ils me posaient une question. J'avais conscience d'être un parfait idiot et me laisser guider par mes émotions n'allait certainement pas m'aider à y voir plus clair. Quoi qu'il arrive après cette journée, je savais pourtant que ça nous changerait tous les deux. Et cette perspective m'angoissait tout comme elle m'exaltait.

En repensant à ce qu'elle faisait naître en moi, j'avais le sentiment d'avoir de nouveau vingt ans et qu'une seconde chance s'offrait à moi. Cependant, la réalité était simple mais dure : si je me laissais griser par cette sensation, j'allais au-devant d'ennuis. Moralement et déontologiquement, je n'étais pas à ma place.

Au bout d'un moment, je retournai voir Eva. Elle dormait, plus ou moins paisiblement, à la vue de la sueur qui brillait sur son front. Je passai ma main devant son nez et, ne sentant pas son souffle, je dégageai son poignet pour mesurer son pouls. Soulagé, j'allai rapidement récupérer mon manteau pour le glisser sous sa tête avec le plus de délicatesse possible. Elle ne broncha même pas, et c'est avec soulagement que je repris le chemin de mon labo.

Je retournai contrôler quand il fut l'heure pour les garçons de ranger leur matériel et nettoyer leurs plans de travail. Je fus une nouvelle fois rassuré de la savoir respirer toujours et un coup dans l'estomac me rappela que je n'aurais pas eu à m'inquiéter si j'avais appelé les secours. Et je me rappelai encore une fois que j'étais un imbécile.

A la sonnerie, je laissai mes apprentis quitter leurs tabliers et la pièce avant de verrouiller celle-ci et me diriger vers les vestiaires pour me changer. Je fis vite, afin de retourner plus rapidement auprès d'Eva et, après une hésitation, je rebroussai chemin jusqu'aux vestiaires des filles, au rez-de-chaussée. Avec un soupir, je m'appliquai à jeter les derniers médicaments dans les toilettes et je ramassai le verre brisé, jetant la poubelle dans les containers au passage, dissimulant les traces de ce qu'avait fait la jeune fille.

En retournant près d'elle, son sac à la main, je l'entendis s'agiter et marmonner dans son sommeil. Je m'approchai alors et m'accroupis à son niveau. Sans un bruit, je l'observai se débattre avec son cauchemar, sans oser intervenir. Les lèvres tremblantes, le front moite, elle semblait terrorisée. Tandis que j'envisageais de la réveiller, elle prononça mon nom.

— Baillet, non ! Me laissez pas seule avec lui !

Sa voix brisée me transperça le cœur et je posai immédiatement ma main sur sa joue. Des larmes étaient en train de couler et je lui caressai la pommette de mon pouce.

— Ne t'en fais pas, je n'irai nulle part, murmurai-je doucement.

Elle poussa un soupir de soulagement et elle s'enfonça à nouveau dans le sommeil.

Ma tête bourdonnait soudain.

J'avais donc vu juste, quelqu'un lui avait fait du mal. Chloé était étrangère à sa douleur et c'est avec un soulagement intense que je réalisai que je n'y étais pour rien également. C'était particulièrement égoïste de ma part d'éprouver du soulagement dans pareille situation, je l'admettais volontiers, mais puisque je n'avais rien à voir avec sa souffrance, je pourrais sans doute l'aider.

Je tins ma promesse et restai près d'elle. Personne ne m'attendait aussi, je n'avais pas d'autre préoccupations qu'elle. J'appelais simplement rapidement Marcus, du self, pour qu'il me garde une assiette au chaud. J'escomptais bien faire manger cette gamine rachitique.

La colère contre moi refit surface. J'aurais du reconnaître les signes. Dans ses tenues, dans sa façon d'esquiver les regards, les gens, sa perte de poids, tout indiquait qu'elle était en souffrance. Comment n'avais-je pas pu voir sa détresse plus tôt ? Avais-je simplement refusé l'idée que ce soit à ce point dramatique ? Mon affection pour elle avait-elle troublé mon attention ? Mon manque de recul avait failli causer sa perte, comment pouvais-je prétendre tenir à elle ?

Et ce fut comme si la foudre me frappait.

Parce que je tenais à elle.

Cette vérité n'avait jamais été aussi éclatante.

Elle gémit à nouveau dans son sommeil et se remit à pleurer puis, elle fronça le nez avant d'enfouir sa tête dans mon manteau. Le furieux désir de la prendre dans mes bras pour la voir coller son joli minois dans mon pull me traversa. Je le refoulais aussitôt et Eva s'apaisa soudain, après avoir inhalé profondément. J'aimais à penser que c'était mon odeur qui l'avait apaisée et à nouveau, je refoulais cette idée.

Je devais prendre mes distances. C'était devenu vital, pour elle. Pour que je puisse être plus attentif, il me fallait du recul que je n'avais pas actuellement. Quel genre de pervers étais-je, à penser de cette façon à une adolescente ? J'avais des problèmes. Mon ex-femme m'avait-elle plus abîmé que prévu ?

Je consultai l'heure et poussai un soupir avant de me résoudre à réveiller la jeune fille. J'étais déterminé à savoir ce qui lui était arrivé. Tout comme je l'étais de mettre de la distance. Dans un cas, comme dans un autre, la tâche promettait d'être ardue et je rassemblai mon courage avant de lui secouer doucement l'épaule. Elle ouvrit vaguement les yeux et quand elle me trouva près d'elle, elle poussa un soupir.

— Eh, il est presque 19h, dis-je avec douceur. Il faudrait que tu ailles manger.

Elle esquiva mon regard en enfouissant son nez dans mon manteau, sans répondre. En vérité, je savais déjà qu'elle refuserait de descendre et je ne lui avais proposé cela que pour confirmer que nous resterions ensemble ici.

— Bon. Tu peux rester tranquille un instant ? Je vais chercher un plateau.

Je n'attendis pas sa réponse et quittai le labo, le cœur lourd. J'allais devoir me blinder avant de retourner dans cette pièce. J'allais lui faire du mal, j'en étais déjà meurtri. Je savais déjà qu'en retournant auprès d'elle, j'allais être exposé. A sa souffrance, à mon affection pour elle, à ses sentiments pour moi. Je devrais garder la tête froide je ne devrais en aucun cas me dévoiler.

Pourrai-je seulement l'éloigner de moi, pour son propre bien ?

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Lola Rhoswen
Posté le 21/12/2020
Très beau titre.
Je trouve ton prologue un peu long, je ne sais pas s'il y a une longueur réglementaire.
Je pense que le couper en 1prologuer et le chapitre 1 serait pas mal.
Un prologue ou le professeur trouve son élève évanouie donc la fin de ce chapitre, et le reste en chap 1 pour commencé à expliquer.
Dans cette partie apparait des personnages, Philippe, Roselyne, Chloé qui pourraient être mieux abordé.

"Ce n'était que ma troisième année ici et, lors de mon arrivée, je n'avais récupéré que des premières années. Ils étaient nouveaux, comme moi. J'avais été à l'aise dès le début, comme si j'avais toujours été prof. J'avais eu beaucoup d'apprentis sous mon aile, quand j'étais encore embauché, alors je n'étais pas tellement perdu. Gérer autant de gamins d'un coup m'avait un peu effrayé au début et finalement, c'était plus amusant que prévu. Je devais admettre que Philippe m'avait définitivement sorti du gouffre." même si je vois ce que tu a voulu dire, pour moi, ce paragraphe n'est pas clair.
Par contre, j'ai envie de connaître la suite ...Eva et ses secrets, et Luc m'ont plu.
Courage
AnolieLara
Posté le 21/12/2020
Coucou! Merci beaucoup :)
Je ne sais pas non plus s'il y a une longueur réglementaire, je ne me suis jamais vraiment posée la question. Pour moi, c'est une "entrée en matière", différente des résumé, bien loin de leur côté succinct. Ce prologue sert à présenter le personnage masculin, et sera le seul chapitre de son point de vue à lui. Pour les "vrais" chapitres, les autres personnages seront plus présents et introduits plus efficacement. Je souhaitais juste, par ce prologue, vous présenter monsieur Baillet, et son état d'esprit en vous plongeant dedans.

Après, ça reste qu'un prologue, il est difficile de vraiment asseoir une histoire en quelques lignes, je pense.

Pour le paragraphe en question, je t'avoue que je n'arrive pas à voir ce qui est gênant... Je vais interroger mes bêtas, elles arriveront peut-être à mettre le doigt dessus !

Merci pour ton retour, ça me fait chaud au cœur !

Bonne soirée :)
Vous lisez