Prologue

Tout a commencé là, sur Tinder. Et oui rien de plus glamour pour trouver le grand amour… Quand bien même cet endroit n’était pas des plus romantiques, j’y avais la folle intention d’y rencontrer enfin le prince charmant.

Mon passé amoureux n’était pas si mal, mais très réduit. J’avais connu mon premier copain au lycée, fait mes premières expériences avec lui, puis du jour au lendemain je l’avais quitté pour un autre. Oui pas très sympa me direz-vous mais c’était l’insouciance de la jeunesse dirons nous. J’avais 21 ans, et souhaitais découvrir la nouveauté.

Avec le garçon suivant, le numéro 2, j’avais pu plus me lâcher. Nous étions plus vieux, plus raccords, nous sortions plus, avions plus de centres d’intérêt communs, etc. jusqu’au jour où une fois encore la flamme commençait à s’éteindre de mon côté. Mais cette fois-ci c’est lui qui est parti le premier, blessé dans son ego d’apprendre que mon désir devenait moindre pour lui, il m’avait simplement foutu dehors. Oui, nous habitions ensemble depuis quelques années.

Soit, après 4 ans d’amour avec cet ex, j’avais 25 ans et voilà que je me retrouvais sur le marché des célibataires pour la première fois depuis mes 17 printemps. Période  post-rupture difficile. Je me retrouvais comme une cruche à redevoir apprendre à plaire et engranger tous les nouveaux codes de la séduction. Je me sentais donc oui, bel et bien comme une tarte perdue au milieu d’un immense frigo.

Les premiers flirts furent catastrophiques. Je commençais par sortir avec les potes de mon frangin. Gentils mais pas du tout le style me correspondant. Ils étaient peu avenants, plutôt très geeks et associales. Je ne suis pas d’une  grande extraversion mais disons que j’ai des sujets de conversation assez classiques et aiment les activités banales du genre cinéma, lecture, sorties entre amis dans un bar en terrasse… Bref classique ! Ces mecs, eux, étaient branchés sur des sujets particuliers style jeux vidéos à tout bout de chant et ne parlons pas de sortie engageant de nouvelles rencontres amicales. L’un d’eux était aussi féru de médicaments. Vous avez bien entendu, sa passion était pour les petites gélules qu’il collectionnait parce qu’il trouvait ça beau. Autant vous dire que pour celui-là, bien qu’étant ouverte d’esprit, je ne suis pas restée très longtemps prenant mes jambes à mon cou.

A vrai dire je ne suis jamais restée très longtemps avec tous ces garçons, deux ou trois semaines tout au plus sans que ça n’aille très loin. C’étaient vraiment des flirts ou des « tampons » comme les appelle mon pote Pascal. Des relations rapides pour se remettre dans le bain de la drague.

J’ai ensuite voulu passer au stade supérieur en rencontrant des garçons avec qui je pourrais franchir le cap du canap mais ce fut difficile : peu d’endroit où les rencontrer. Hormis les amis de mon frère, déjà fait et merci non merci, il n’était pas question de sortir avec l’un de mes amis à moi. J’avais testé le flirt avec collègue mais non très mauvaise idée. Les lendemains d’afterwork où règne une atmosphère de gêne incommensurable pendant des semaines entières après, ne sont pas des plus agréables.

Non finalement je m’étais rabattue sur les réseaux sociaux. Là pour franchir des caps il y a du monde. C’est vrai que je n’ai pas eu de difficultés à rencontrer rapidement de beaux garçons prêts pour une nuit ou des plans culs disons le. Le problème c’est que je ne souhaitais ni l’un ni l’autre. Je voulais du sérieux ! J’avais donc été très claire avec ces jeunes hommes dès le départ, ce qui n’a pas empêché les deux premiers de mentir outrageusement. Les deux ne me répondant plus passés les premières nuits. Je commençais à désespérer quand la troisième rencontre dura enfin quelques mois. Ce fut encore un échec certes, mais au moins je savais désormais ce que je voulais et ce que je ne souhaitais pas retrouver chez le futur homme de ma vie.

Cela dit je ne faisais toujours pas la fière. J’avais désormais 27 ans et toujours rien de sérieux en vue. C’est ainsi que je me suis relancée sur Tinder prête à en découdre !

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Edgar Fabar
Posté le 18/10/2020
Je m'invite à mon tour dans tes histoires.

Vouloir rencontrer le Prince charmant sur Tinder. C'est un plan parfait que je trouve drôle et très prometteur du point de vue du récit. Je vais lire d'autres chapitres avec envie.

Côté trouvailles, j'ai aimé moi aussi la métaphore de la tarte dans le frigo, et le copain du frangin fan de petites gélules, m'a fait sourire également. D'ailleurs s'il est disponible, avec des amis, on organise un dîner mercredi prochain et on serait ravi de l'avoir à notre table...

Well done.
Au plaisir de te lire,
Trisanna
Posté le 06/10/2020
Coucou !

Prologue assez entraînant. Tu as un style qui se lit vite et qui est agréable. Je me réjouis de lire la suite.

Ps : J'adore la comparaison avec la tarte haha. Faudrait explorer le frigo ensemble.

Bien à toi,
Trisanna.
charlottieRD
Posté le 09/10/2020
hello ! ahah merci Trisanna en espérant que la suite te plaise :)
Trisanna
Posté le 09/10/2020
J'en suis persuadée ;)
victoire180218
Posté le 15/09/2020
"L'amour est comme la fièvre. Il naît et s'éteint sans que la volonté y ait la moindre part"...Numéro 2 aurait dû lire Stendhal. Merci pour ce chapitre qui me replonge dans mes premiers flirts
charlottieRD
Posté le 15/09/2020
Ahah oui ça c'est bien dit ! C'est sûr que ça ne faisait pas parti de ses lectures enfin bref :).. Je suis contente si ce chapitre a pu te rappeler des souvenirs !
MayaAubray
Posté le 10/09/2020
Magnifique !
J'adore le style concis que tu emplois ainis que cette exposition des faits banals et amusante (pourtant totalement vrai XD) que tu nous sers. J'aime aussi le fait que tu oses baser ton histoire sur les rencontres sur internet. ( types pas assez exploré en littérature)
J'ai hâte de lire les aventures de cette p'tite jeune dame. <3
charlottieRD
Posté le 11/09/2020
Merci MayaAubray pour ton commentaire. Oui j'ai souhaité aller à l'essentiel et rester dans la simplicité des faits pour évoquer cette histoire "inspirée de faits réels" :)
Vous lisez