Prologue

Par Flammy

L’homme se laisse tomber à genoux, sur le bitume étrangement chaud de la route suspendue. Autour de lui, les brumes, particulièrement denses, serpentent entre les immenses tours d’immeubles et s’entortillent comme prises d’une ultime convulsion avant la mort. Ou avant le réveil. Tous les néons colorés et les éclairages publics d’un doré rassurant se sont éteints, seules les diodes rouges clignotent furieusement dans toute la ville, jetant des reflets écarlates sur les volutes dansantes. Un vacarme assourdissant parvient jusqu’à l’homme et un nuage de poussière se soulève au loin. Une tour s’effondre sur elle-même, presque au ralenti, entraînant dans sa chute passerelles, câbles et aqueducs transparents. Rapidement, la sirène stridente d’alarme reprend ses droits.

 

Néo-Knossos hurle.

 

Néo-Knossos est blessée et saigne.

 

Et, si rien n’est fait, Néo-Knossos mourra.

 

L’homme fixe le vide devant lui, hébété. Ses yeux écarlates trahissent sa peur, sa confusion. Ses cheveux d’un blanc pur tranchent avec tout le reste de Néo-Knossos, insensibles aux reflets rougeâtres. Les brumes, de plus en plus compactes, semblent ronger les hauts bâtiments dont les sommets se perdent loin au-dessus de lui. Un mouvement un peu brusque des volutes teintées de pourpre et les pylônes qui soutiennent une place d'un niveau supérieur se brisent, comme s’il s’agissait de verre. Des cris paniqués viennent d’une foule un peu plus bas. Tous les habitants n’ont pas encore eu le temps de rejoindre les bunkers.

 

Les brumes se condensent et, petit à petit, le monstre prend forme. Le Yokai. Le prédateur naturel de Néo-Knossos.

 

Des larmes coulent sur les joues de l’homme. Il murmure quelques propos incompréhensibles, secoue la tête. Ses mains tremblent sur le sabre qu’il tient de plus en plus maladroitement. Au loin, des cris montent, certains plus aigus que d’autres. Des pylônes s'effondrent sur eux-mêmes, avec une grâce inattendue.

 

Le chaos n’épargne rien ni personne, même pas les enfants.

 

D’un coup, l’homme semble se réveiller. Il essuie rageusement les larmes sur ses joues et hurle quelque chose au vide devant lui. Le démon de brumes termine d'apparaître, Néo-Knossos est de plus en plus meurtrie. Tout ça, c’est secondaire.

 

Néo-Knossos peut bien crever. Ça ne l’intéresse plus.

 

Tout ce qui importe, c’est de sauver cette petite fille. Parce que pour cette personne, elle est plus essentielle que tout le reste.

 

L’homme se redresse et se prépare à la lutte de sa vie, celle où, quoiqu’il arrive, il perdra. Malgré le lourd tribut à payer, il s’élance.

 

Quoiqu’il advienne, quelque que soit le prix…

 

Elle vivra.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
GueuleDeLoup
Posté le 06/01/2021
Coucou Flamouche !
Un petit mot pour dire que j’ai commencé cette histoire.
J’aime beaucoup l’ambiance de cette ville (mais est-ce étonnant XD )
Et dans ma tête ça fait comme un manga des années 80, je ne sais pas si ça colle à l’image que tu as de ton univers :o.
Sinon, l’entrée en scène est accrocheuse.
Comme critique (ou interrogation) je dirai que j’ai été perturbée par la phrase: « Le chaos n’épargne rien ni personne, pas même les gamines ». Quelles gamines? Elles arrivent un peu comme un cehveu sur la soupe. Et sinon, je trouve que ton narrateur insiste un peu trop sur le fait qu’il va sauver « une certaine personne ». C’est très vite assez clair ^^
Voilà, des gros bisous ma mie !
Flammy
Posté le 07/01/2021
Coucou <3 Contente de te voir par ici !

Crois-le ou non, pendant toute la rédaction, j'avais du tout pensé à la Ville Noire, c'est à la fin où je me suis dit "Oups" xD Je vois pas trop ce que tu veux dire par manga des années 80, pour moi niveau visuel, c'est surtout Into the spiderverse/certains des dessins de Yuumei, mais c'est pas forcément le plus visible dans l'intro ^^"

Bon, comme critique, tu insistes pile sur le truc sur lequel j'étais pas sûre ='D Bon au moins, c'est clair, je vais devoir reprendre ça, même si je sais pas encore comment ='D

Merci pour ton passage et tes retours <3
AnonymeErrant
Posté le 03/01/2021
Bonjour Flammy,

Voilà un prologue intriguant. On visualise bien cette ville de verre et d'acier qui s'effondre, envahie par les brumes. Cet homme avec son sabre semble contraster au milieu et laisse penser que technologie et "techniques" plus anciennes s'entrecroisent.

J'imagine que l'enfant qu'il veut sauver et celle du résumé. D'ailleurs, je me pose déjà des questions, les démons s'en prennent-ils spécifiquement à elle, ou sont-ils attirés par les fillettes en général ? J'ai eu l'impression que tu mettais l'accent dessus, je sais pas pourquoi ^^

Je crois qu'un pluriel s'est glissé en trop ici => Le chaos n’épargnent rien ni personne, même pas les gamines. (pas de "ent" si je dis pas de bêtises).
Flammy
Posté le 03/01/2021
Bonjour =D

Le rôle du prologue est rempli, il est là pour être intriguant, je suis contente =D

Pour les démons, ils s'attaquent à tout le monde, c'est juste que l'homme s'intéresse juste à une personne en particulier, va falloir que je modifie ça pour le rendre plus clair ! Et pour la faute, bien vu, je vais modifier ça de suite !

Merci beaucoup pour ta lecture et tes retours !
Vous lisez