Préambule

 

Le silence, ici, n'a jamais été comme chez les autres. Au-dehors, il est plutôt de ces choses qui pèsent et dont les gens se débarrassent par des petits mots tout faits, par des politesses qui font du bruit. Ici, le silence est assez doux - pas de ces silences de luxe, de feutre ou de velours, non. Un joli silence de coton déjà usé, un peu froissé, de ceux qui ne nous heurtent pas. En passant la porte sans carillon, les gens nouveaux se font légers, comme poussière sur la poussière, et se faufilent jusqu'au comptoir qu'ils osent à peine toucher. Ils inspirent ensuite par petits coups, des coups tout secs, presque en cachette.
Dans ces moments-là, les gens du dehors me font rire. Binocle me fait alors le gros sourcil par dessus ses montures, un sourcil brun et broussailleux, appuyé par les rides. Il n'aime pas que je dévisage les clients – « je les tourne à l'envers », il dit. Ce n'est pas vraiment vrai, la plupart ne me regardent pas. Ceux qui ont les yeux qui se perdent sur moi finissent toujours par les récupérer, presque fâchés de les avoir laissé traîner là où ils n'auraient pas dû.
Parfois, je me faufile au-dehors, parmi eux. Binocle me répète souvent que le dehors n'est pas si beau, qu'il vaut bien mieux rester à l'intérieur. « Il ne fait pas bon de trop pousser les murs. » Mais rester à l'intérieur, c'est comme être enfermé en moi-même - une cachette pas très droite, pas très vieille, minuscule. Une cabane à oiseaux qui voudrait se suspendre aux grands arbres qui tanguent, tout au fond du Grand Parc.
Il dit aussi que ma curiosité me perdra, alors je lui cache mes genoux qui se cognent au monde. Ils sont maigres, noueux et recouverts de bleus.


– Apporte-moi le flacon 420, veux-tu ? Et ne traîne pas des pieds.
Le flacon 420 est d'une jolie couleur bleue, un bleu d'eau pure et profonde. Manipulé avec précaution, il laisse de minuscules particules dorées flotter à l'intérieur comme une drôle de vapeur. Je tourne les talons en prenant garde à ne pas trop le serrer dans mon poing, coule mes pieds plus doucement sur le sol. Binocle a le nez dans son registre, mais je sais qu'il m'attend de l'oreille. Il a le don d'entendre tout ce qu'il y a dans le silence.
La femme devant lui n'est pas une habituée. Ses gants sont cousus de fils blancs et ses manières précieuses comme les pierres de couleurs qui valent cher, par-dessus. Elle est entrée chez nous entre deux coups de vent, ses longues boucles sombres roulant comme des serpents qui lui mordraient la nuque. Je dépose le flacon 420 sur le comptoir, pas trop près pas trop loin, puis attends les mains jointes. Les particules dorées coulent à nouveau vers le fond et s'éteignent, et comme à chaque fois, j'ai le ventre qui fait un noeud.
– Voici...
Binocle regarde la femme et je regarde Binocle, qui s'interrompt car la femme me regarde. La femme me regarde et le noeud remonte un peu plus dans ma gorge, pouce par pouce.
Sans y accorder une vraie attention, sa main maigre et blanche se referme sur le flacon et j'ai soudain la sensation que mon cou, ce petit cou noué, est un flacon de verre bleu. Mon air s'est enfui en courant et ses cheveux-serpents tressautent.
– Désirez-vous autre chose, Mademoiselle ?
Pour la première fois, le silence d'ici se fait flasque et lourd - il s'assoit mollement sur ma poitrine à mesure que la femme se rapproche. Elle paraît un temps vouloir frôler ma joue du bout des doigts, se ravise, ôte une poussière de mon épaule d'un revers de main que je n'attendais pas. Je vacille, et elle rit. C'est comme si la poussière, c'était moi. Son rire est aigu, cinglant, hideux. Il salive comme un vieux monstre.
– Il est inhabituel, cet enfant.
– En effet.
Binocle s'est tendu comme une pique, et je sens à son ton vif que la scène ne lui plaît pas. Il doit penser qu'une fois encore, j'ai « tourné un client à l'envers ». Je n'ai rien fait. Non.
– Me le prêteriez-vous ? Il plairait beaucoup, dans le monde.
– Je regrette, la maison ne prête pas de main-d'oeuvre.
Mademoiselle se redresse, laisse sa nuque reprendre le fil. Elle fait glisser ses yeux sur mon visage de travers et jusque sous le grain de ma peau, range la fiole dans un étui à cigarettes métallique qui tinte quand elle le referme. Je ne bouge plus. Seul le petit noeud de ma gorge respire.
– La vend-elle, alors ?
Je sens mes yeux s'agrandir et me tourne tout entier vers Binocle. Il cille, paraît un temps étudier la proposition, ne me regarde pas. Puis sa peau se défroisse et son corps se détend, sa mécanique habituelle reprend peu à peu le dessus. Une peur de batracien, froide et visqueuse, me colle comme un mauvais baiser.
Je n'ai pas une grande valeur - quelques couronnes, tout au plus. Je me faufile au dehors et rentre toujours trop tard, à ne plus y voir le bout de mes souliers tout noirs. Je casse souvent des fioles, brûle plus ou moins nos repas, j'ai fendu l'oreille du chat. Je ne sais pas siffler. Et je me cogne partout. Pourtant, parce qu'il m'a acheté, l'idée qu'il puisse me vendre me semble idiote. On ne laisse pas si facilement aller quelque chose qu'on a vraiment choisi. Si ?
Lorsqu'il hausse enfin les épaules et s'essuie les paumes sur sa poitrine, ses membres tout secs donnent l'illusion de longues branches craquant autour d'un trop vieux tronc.
– Nous ne vendons que des souvenirs, Mademoiselle.
La femme recule en se composant la moue des grandes gens qui n'ont pas ce qu'ils veulent. Elle effleure un peu les perles sur sa gorge, du bout des doigts, comme pour s'assurer encore de leur présence, de leur froideur, de leur rondeur. Toutes sont d'un blanc laiteux, soigneusement poli, et toutes semblent identiques.
Chacune, en revanche, a plus de valeur que moi - un moi unique, un moi particulier. Je me rappelle alors que je n'ai rien d'autre que ce petit moi-même, et le noeud de ma gorge se met à palpiter, comme pour pleurer.
– Bien. Alors je vous achète le sien.
– Mademoiselle...?
Binocle a soudain pâli et ça la fait sourire, un grand sourire qui élargit son visage et fronce un peu son nez. Elle reprend en détachant ses mots avec soin, comme pour savourer le goût salé qu'ils donnent à ma stupeur.
– Vous m'avez entendue. Je vous achète son plus beau souvenir.
Non. Je ne veux pas.
Elle se penche à nouveau sur moi, son visage si proche du mien que je parviens à distinguer la finesse de ses rides au coin des yeux - des yeux d'un vert terni, d'un vert de gris. Elle pourrait être vraiment jolie, si elle était plus gaie. Je contemple un instant le rouge agressif de sa bouche, la boucle brune cognant contre les cils de son oeil gauche. Je respire son parfum de fleurs blanches, presque trop pâle, trop fin pour elle. Trop jeune pour elle. Ses yeux s'agrandissent, et je me dis que c'est facile, de mettre mes mains sur sa tristesse. Elle cille, se recompose un peu, tapote son index sur ma poitrine comme si j'étais un petit singe. Je sens alors que ce qui compte en cet instant précis, c'est que moi non plus, je ne sois pas heureux. Ce qui compte, ce n'est pas ce qu'elle achète, c'est ce qu'elle m'enlève.
– Voyez comme il fronce les sourcils ! Cet enfant est si drôle.
Elle ne rit pas. Binocle m'observe du coin de l'oeil, dans le silence, et je lui en veux. Il a le front figé par le temps et l'inquiétude, la vilaine inquiétude de celui qui ne rit pas, lui non plus. Je détourne mon regard pour le coller au mur, par dessus son épaule. Soigneusement, je compte alors les fioles portées au garde-à-vous le long des étagères, soldats fidèles de notre petite armée de souvenirs à particules. J'attends. J'attends qu'il refuse encore, que ce jeu cesse. Le silence est parfait pour compter - pour attendre que le temps ait fini.
– Bien.
Binocle accepte et la femme bat des mains comme une enfant. Je chancelle sous le poids d'un dégoût gigantesque, ouvre la bouche pour protester, vois à son sourcil que ce n'est plus le moment. Je me rapproche du comptoir tandis qu'il s'empare d'un flacon neuf dans un tiroir. Bien raide à côté de Mademoiselle, les poings serrés, le souffle lourd, je me sens porté par la nausée qui fait soudain flotter mon estomac. J'ai envie de rentrer en moi, ce moi acide, et m'y noyer.
– Lazare, s'il te plaît.
Je regarde Binocle et sens presque tomber sur moi le poids de son regret. Il a sa voix de quand il est trop tard, de quand il est plus vieux, sa petite voix lointaine de l'homme qui n'est pas tout à fait devenu un père mais n'est déjà plus un tuteur. De celui qui ne sait, au fond, s'il a su convenablement cueillir - accueillir - une jeune pousse un peu trop biscornue. Sa voix de Monsieur.
Je déteste Monsieur, mais je le laisse entrer.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
SometimesIwrite
Posté le 17/07/2021
Wow, eh bien ! Sacré préambule ! Je sens même ma jalousie me monter au nez tant c'est joli !

Plus sérieusement, je trouve ta plume magnifique. Elle réveille tous les sens, et les répétitions qu'on y trouve, peut-être un peu troublantes au début, lui donnent un rythme très mélodieux. J'avais l'impression de lire une chanson.
Les personnages sont très bien écrits et donnent directement envie d'en savoir plus sur elleux. C'est intrigant, chaque phrase nous donne envie de lire la suivante immédiatement.
GeniusPapy
Posté le 14/07/2021
Ce préambule est une belle entrée en matière pour nous faire découvrir ta plume pleine et poésie et d'image. Je retrouve les descriptions du "parfum" et le personnage de la dame me fait penser à celui de Jadis dans Narnia, beauté froide et terrifiante. J'ai hâte d'en savoir plus sur ce monde.
Livia Tournois
Posté le 21/06/2021
Ce préambule est une belle entrée en matière pour nous faire découvrir ta plume pleine et poésie et d'image. Je retrouve les descriptions du "parfum" et le personnage de la dame me fait penser à celui de Jadis dans Narnia, beauté froide et terrifiante. J'ai hâte d'en savoir plus sur ce monde.
Myrtille
Posté le 19/05/2021
Bonjour,
Je viens juste de lire ce préambule et je suis absolument admirative de la manière dont tes phrases sont tournées. Tu as un style extraordinaire qui prend tout de suite le lecteur et l'emmène dans un monde riche en détails et émotions. Tu caractérises tellement bien tes personnages! J'ai hâte de découvrir la suite.
jus
Posté le 05/05/2021
C'est saisissant. Des formules développées et pourtant si légères. Si certains parviennent à domestiquer la langue il semble que tu entretiennes avec elle une relation intime, faite de valse et de séduction plutôt que d'acharnement et de domination. Merci.
anthea1659
Posté le 29/04/2021
Salut à toi ! J'ai découvert ton histoire en me promenant sur le site et je suis subjuguée . Si je devais choisir un adjectif pour définir ce premier chapitre (je ne dirais pas génial parce que c'est évident) mais délicat. Vraiment, tes phrases, tes images, tout est en délicatesse comme les fioles de souvenirs. J'ai vraiment hâte de lire la suite et de découvrir ton univers car cette mise en bouche donne vraiment envie de poursuivre ! Bravo !
Taranee
Posté le 21/03/2021
Coucou !
Je recherchais un (énième) livre à lire sur PA et je suis tombée sur le tien ! Cette préambule est très intrigante ! On rentre directement dans le vif du sujet ! Je ne sais pas encore dire si la femme est "gentille" ou "méchante"...
Quant à ton style d'écriture, rien à redire ! Il est poétique, envoûtant, les figures de styles sont bien insérée, le récit est fluide !!
C'est un concept assez original que de vendre des souvenirs... Ça me plaît bien...
Je m'en vais de ce pas lire la suite !
Fauchelevent
Posté le 24/03/2021
Merci beaucoup Taranee ! J'espère que la suite continuera de te plaire. :)
Amusile
Posté le 19/03/2021
C'est une invitation magnifique à suivre ton histoire. Tes mots sont d'une juste poésie. Ils vibrent dans l'âme de ceux qui les lisent. Je vais aller guetter la suite, car le concept attire ma curiosité.
Fauchelevent
Posté le 21/03/2021
Merci pour tes mots, Amusile. Ils me touchent beaucoup. <3
AnushaJey
Posté le 12/03/2021
Merci pour ce préambule tout en poésie ! Les mots sont justes et entraînants. De quoi augurer un univers mystérieux et passionnant. J'ai hâte de plonger plus avant dans les souvenirs et d'en savoir davantage sur les personnages.
Fauchelevent
Posté le 21/03/2021
Merci beaucoup pour ton commentaire, AnushaJey ! J'espère que la suite de ta découverte ne te décevra pas. :)
Pétrichor
Posté le 04/02/2021
Holala... Je n'ai pas les mots.

Extraordinaire ? Non, pas assez fort. Sublime ? Non, toujours pas.
Je crois que je ne trouverais pas.

Ton style est formidable. Vraiment. J'aime tellement !
C'est direct, droit, sans fioritures. Les phrases vont à l'essentiel, le tout est cohérent, et on a le droit à des métaphores superbes, des descriptions au petit oignons, un amour du détail et du vocabulaire...
Et puis on te lit si facilement, sans effort ! Je suis sous le charme...

S'il y a des défauts dans ce récit, qu'on me le dise car je n'en trouve pas !
Bravo pour tout ton travail et merci pour cette histoire !

Je vais de ce pas continuer ma lecture en grande hâte !

Pétrichor.
Fauchelevent
Posté le 20/02/2021
Merci, avec un peu de retard, pour ce si joli commentaire et tous ceux qui vont suivre... (Tu vas avoir le droit à de très nombreux mercis, je crois.)
Ton enthousiasme me va droit au cœur, et je suis heureuse de voir que tu trouves ce prologue "sans fioritures". C'est l'une de mes craintes, que mes métaphores soient "en trop", d'écrire quelque chose d'indigeste. Donc ce genre de retours est toujours extrêmement rassurant. <3
(Oh, et très joli pseudo ! Petrichor est l'un des mots que je préfère au monde.)
Pétrichor
Posté le 21/02/2021
Oui ! C'est un de mes mots préférés aussi ! Tellement chargé de sens et de poésie...
dcelian
Posté le 30/01/2021
Allô ? Oui, bonjour. Non ben voilà, je voulais savoir, c’est à vous, qu’on s’adresse, quand on est perdu dans sa contemplation ? Oui, dans sa contemplation. Non, je ne suis pas (encore) demeuré, et je ne vois pas le rapport. Bon, passez-moi votre supérieur.e !

Fauchelevent ! Ben écoute (j’ai du mal à te tutoyer tellement je suis sidéré), merci. Non, mais voilà, je te remercie. C’est du grand art, ce que tu écris, c’est du grand art comme j’aimerais en lire plus souvent.

J’ai été profondément ému (j’ai versé ma petite larme) par ces personnages que je ne connais pas, par cette ambiance que je ne connais pas, par cet univers que je ne connais pas. Alors merci.

Sans savoir pointer du doigt tout ce que j’ai infiniment apprécié, je peux déjà te dire que ton style est comme un archet qui joue sur mon âme (j’ai volé la phrase à Stendhal, j’espère qu’il me pardonnera), et que je n’ai qu’un hâte, c’est de découvrir. De découvrir tout, de découvrir ce que tu peins avec tes mots, de découvrir toutes les teintes que tu vas utiliser.

Bravo pour ce début de chef d’œuvre, et merveilleuse continuation :)
Fauchelevent
Posté le 01/02/2021
Merci beaucoup pour ton enthousiasme, tes mots, ton émotion, la phrase volée à Stendhal (même si je ne suis pas persuadée qu'il te pardonnera d'avoir atterri ici, le pauvre).
Je n'ai certainement pas la prétention d'écrire un chef-d'œuvre (évidemment, haha), écrire à mon échelle est déjà suffisamment difficile, suffisamment épuisant. Mais je suis vraiment très touchée que tu puisses voir un potentiel dans mon histoire. J'espère que les couleurs que tu y découvriras plus tard sauront te procurer ce sentiment de satisfaction que donnent les choses qui nous plaisent, même sans savoir pourquoi. <3
Vindicte
Posté le 25/01/2021
Comme je la hais, cette méchante dame au rire de monstre !

Merci pour ton texte, le premier que je lis sur ce site. Ce n'est sans aucun doute pas le dernier commentaire que je te laisserai, car il ne m'a pas fallu plus de trois paragraphes pour être conquis par tes mots et leur sujet. C'est donc par un premier commentaire bien maladroit, un peu balbutiant mais très sincère que j'ai le plaisir de te remercier pour ces quelques instants hors du reste, et te dis à très vite, pour la suite !
Fauchelevent
Posté le 27/01/2021
C'est moi qui te remercie pour ce premier commentaire pas du tout maladroit, ni balbutiant ! Je suis déjà touchée quand on s'arrête sur mon histoire et prend le temps d'y laisser un commentaire, mais encore plus quand il s'agit d'un tout premier commentaire... Je te souhaite de trouver ton bonheur sur PA, et j'espère que la suite de Lazare, de son côté, ne te décevra pas.
Bow
Posté le 20/01/2021
J'aime vraiment beaucoup ta manière d'écrire, de tout observer avec un regard inhabituel, tout en métaphores et en réflexions. On s'attache très vite au personnage, et le concept de l'histoire est prometteur.
Fauchelevent
Posté le 27/01/2021
Merci beaucoup, j'espère que la suite te plaira au moins autant !
marbraille
Posté le 15/01/2021
Je trouve le style vraiment unique, très contemplatif, étant partisane d'une narration très descriptive, je suis vraiment très contente d'avoir trouvé cette histoire, merci beaucoup pour ce chapitre, je cours me jeter sur les suivants !
Fauchelevent
Posté le 15/01/2021
Je suis toujours très heureuse de voir de nouveaux lecteurs et nouvelles lectrices s'arrêter ici, merci beaucoup ! Je suis moi aussi très attachée aux détails (c'est ce qui prime dans ma vision des choses), donc il est toujours très plaisant de recevoir ce genre de commentaires. :)
dodoreve
Posté le 04/01/2021
C'est un vrai plaisir à lire. Dès le premier paragraphe, j'ai été complètement imbibé par les phrases, me sentant obligé de les relire tant elles étaient bien écrites, alors que j'ai souvent tendance à avoir une lecture assez rapide. Ici, ça donne envie de prendre son temps, et de se fondre complètement dans le personnage. Les histoires racontées à la première personne ne réussissent pourtant pas souvent à me convaincre ! Mais ici, j'ai le sentiment qu'on part des sensations autant que du point de vue du personnage principal, et ça le fait instantanément exister à nos yeux et en nous. J'ai hâte de lire la suite.
Fauchelevent
Posté le 08/01/2021
Quel joli commentaire, merci beaucoup !
J. ROBIN
Posté le 17/11/2020
EH bien, ça fait plaisir de tomber sur un texte comme ça !
L'ambiance est là, la plume aussi. J'aime ce côté simple mais très direct de ta plume. Son "sarcasme" aussi. On est directement dans l'émotion du personnage et je trouve que tu gères bien la voix d'un enfant.
Les personnages font vrai, font solide. Je retrouve un côté "Pinocchio et Jepéto" dans ce vieux marchand de fioles et Lazare.
Les fioles intrigues aussi, comme tu univers, même si le point de vue très interne empêche de bien tout comprendre. Je regrette peut être un peu de ne pas cerner ici le besoin de vendre des souvenirs, ou bien comment cela fonctionne; D'ailleurs j'ai bien compris dès le début que cela était des fiols de souvenir, car j'ai lu ton résumé. je me demande, si je ne l'avais pas lu, aurais-je compris ? Ne serais-je pas trop perdu ? A voir. Peut être parler de souvenir pour la première fiole amené par Lazare ? une petit phrase pour ceux qui n'auraient pas lu le résumé de 4ème ?

Si je devais retrouver quelque chose à redire, je dirai que tu as un style très haché. C'est super, j'aime, mais parfois, peut-être que cela l'ai un peu trop et que quelques phrases mériteraient d'être allongées, lissées, pour varier le rythme et alléger la lecture.
Et j'ai relevé ce paragraphe :
"Binocle regarde la femme et je regarde Binocle, qui s'interrompt car la femme me regarde. La femme me regarde (j'avoue que la répétition ici, même si elle est voulu, alourdie un peu ma lecture)et le noeud remonte un peu plus dans ma gorge, pouce par pouce.
Sans y accorder une vraie attention, sa main maigre et blanche se referme sur le flacon et j'ai soudain la sensation que mon cou, ce petit cou noué, est un flacon de verre bleu. Mon air s'est enfui en courant et ses cheveux-serpents tressautent. (je ne comprends pas cette fin de phrase. On parle de qui , de quoi ?)"

Sinon rien à dire, j'ai hâte de lire la suite. C'est vraiment sympa et sache que c'est rare de me happer aussi facilement dans une lecture ;)
Fauchelevent
Posté le 20/11/2020
Quel commentaire intéressant, merci beaucoup ! Je comprends les petits soucis rencontrés et tâcherai de travailler dessus lors de la réécriture, une fois le premier jet achevé. :) (Concernant la phrase citée, il s'agit des cheveux très bouclés de Mademoiselle, que j'imagine comme les serpents de la chevelure de Méduse. :))
Merci pour avoir pris le temps de me décrire ton ressenti, il est toujours précieux et constructif de recevoir ce genre de retour. J'espère que la suite ne te décevra pas !
Raza
Posté le 15/11/2020
J'ai lu il y a quelques jours les premiers chapitres de Lazare, et c'est très simple : te lire me remplit d'envie d'écrire. J'aime cette plume, ces détails, cette poésie concrète. Je n'en sais pas encore assez pour me prononcer sur le fond, mais sur la forme, ça m'émeut, c'est un merveilleux carburant à l'imagination. Merci !
Fauchelevent
Posté le 20/11/2020
Oh, merci beaucoup Raza ! <3 Quelques plumes m'ont fait part de ce ressenti - celui de l'inspiration stimulée par Lazare - et ça me fait vraiment, vraiment chaud au cœur. J'espère que cette sensation ne te quittera pas. :)
Isapass
Posté le 11/11/2020
J'avais commencé la lecture de Lazare il y a deux ou trois ans et à ce moment-là, j'avais trouvé ton style très prometteur, mais un petit peu trop chargé en métaphores.
Je ne sais pas si tu as remanié le texte ou si c'est moi qui y suis plus sensible, quoi qu'il en soit, je trouve cette fois ton écriture délicate et fine, l'ambiance immersive et ce prologue intrigant à souhait, que ce soit pour le personnage de Lazare ou pour ce commerce de souvenirs.
J'ai eu une interrogation sur cette phrase : "La femme recule en se composant la moue des grandes gens qui n'ont pas ce qu'ils veulent." à cause du "ils veulent" qui se rapporte à "grandes gens". Est-ce que ça ne devrait pas être "elles veulent" ?
Je continuerai en tout cas ma lecture avec plaisir et curiosité !
Fauchelevent
Posté le 13/11/2020
Merci beaucoup Isapass, pour ce joli retour (double retour, du coup !). :) Je n'ai pas retouché les scènes publiées ici - elles seront réécrites plus tard, quand j'en aurai fini avec mon premier jet - donc j'imagine que je t'ai plutôt eue à l'usure...
Concernant ton interrogation, j'avais reçu un commentaire il y a plusieurs années qui me rappelait à juste titre que "gens", lorsqu'il est précédé d'un épithète ne se terminant pas par un "e", doit être considéré comme féminin. En revanche, il me semblait assez confus de continuer le reste de la phrase au féminin, je l'avoue... Il va falloir que je me penche là-dessus pour tirer ça au clair, néanmoins.
J'espère que la suite te plaira autant, en tout cas ! <3
Alice_Lath
Posté le 06/11/2020
ENFIN, depuis le temps que je voulais m'y mettre haha, je pousse enfin la porte de Lazare, et navrée pour le retard. Tu as en tout cas une magnifique richesse de description, vraiment. Je me suis prise à me plonger avec régal dans les phrases, comme je le fais dans les écritures soyeuses et nettes à la fois. Pour le fond, difficile encore d'en juger pour moi haha, mais en tout cas, la forme est splendide. Navrée si je ne fais que répéter les autres, mais voilà. Je m'en vais maintenant découvrir la suite hahaha
Fauchelevent
Posté le 13/11/2020
Tu n'as pas à être navrée pour ce genre de commentaires, Alice ! <3
Merci mille fois pour ton enthousiasme (et pour les commentaires qui suivent ^^), ils sont tous très précieux. :)
Tac
Posté le 11/08/2020
Salut Fauchelevent !
Comme un peu tout le monde, je me suis laissée portée par ton texte tricoté de poésie, avec des mailles plutôt régulières, c’est très agréable, je trouve. Les ambiances sont bien posées et un rien devient aussitôt captivant, rassurant ou glaçant. Bravo pour ces caractérisations réussies !
Pour moi, néanmoins, ton texte manque un peu de description pour me satisfaire totalement. Quelques phrases qui nous planteraient le décor de la boutique seraient selon moi bienvenues.
« Il dit aussi que ma curiosité me perdra, alors je lui cache mes genoux qui se cognent au monde. » Je ne comprends pas très bien le lien entre les deux, je l’avoue
« pierres de couleurs qui valent cher » je pense que tu pourrais enlever « qui valent cher », car comme tu évoques les manières précieuses juste avant, on fait naturellement le lien avec les fameuses pierres citées
Plein de bisous !
Fauchelevent
Posté le 13/11/2020
Désolée, tout d'abord, pour le délai honteux entre ton commentaire et ma réponse... Je prends bien note de ton ressenti et de tes interrogations, afin de retravailler dessus lorsque le temps de la réécriture sera venu. Merci beaucoup de t'être arrêtée sur mon histoire, en tout cas. <3
Envoleelo
Posté le 02/08/2020
Je suis venue découvrir cette histoire au hasard de ma trop grande PAL, et je ne suis pas déçue. Ce prémabule est d'une grande délicatesse. Il y a beaucoup de poésie dans ton style, une attention portée aux mots, aux sons, aux sensations. C'est de la dentelle à la lecture.

Le personnage de Lazare est évidemment intriguant, mais il nous rassure par sa bizarrerie, si je puis dire. La grande dame, par contre, m'inquiète bien plus, comme tous les personnages qui pensent pouvoir tout acheter.

Je suis très curieuse de lire la suite !
Fauchelevent
Posté le 08/01/2021
Pardon pour ce retard de réponse, ton commentaire est malheureusement passé entre les mailles du filet, j'en suis désolée... Je suis très touchée par ce que tu écris, en tout cas. Lorsque tu dis que Lazare nous "rassure par sa bizarrerie", tu mets très précisément le doigt sur quelque chose qui me tient à cœur. A un point tel, d'ailleurs, que c'est presque mot pour mot ce que l'un des personnages lui dira, plusieurs scènes plus tard. :)
J'espère que la suite ne te décevra pas !
Luna
Posté le 11/06/2020
Je suis venue te lire en étant prévenue que tu avais une jolie plume, mais je crois que je n'étais pas préparée à ça. C'est un véritable coup de foudre pour ton écriture que je viens de vivre. Quelle poésie, quelle délicatesse et quelle justesse dans tes mots ! Je suis subjuguée, vraiment.

Ce préambule est une petite merveille et ce Lazare immédiatement attachant. L'univers qu'on entrevoit dans ces quelques lignes ressemble à ceux dont on s'immerge comm dans un rêve et dont on n'a plus envie de sortir. Une chose est certaine, je vais déguster tes prochains chapitres comme un bonbon au miel (mes préférés !).

Bravo Fauchelevent, vraiment, et je plussoie ce qu'ont déjà dit d'autres plumes : tu as une vraie voix. Et quelle voix !
Fauchelevent
Posté le 17/06/2020
Merci, vraiment, pour ton enthousiasme Luna !
Outre que je suis très heureuse que mon travail soit comparé à des bonbons au miel (sans rire, cette analogie me colle un sourire gigantesque), je suis également très surprise de lire les plumes qui me parlent de ma "voix"... Je n'ai jamais eu conscience de ça avant de venir poster sur PA, et ça a quelque chose de bizarrement réconfortant. Comme un endroit qu'on aime bien et qu'on reconnaîtrait facilement.
J'espère vraiment que la suite ne te décevra pas, en tout cas. <3
Eryn
Posté le 06/05/2020
Ah c'est super ! J'aime beaucoup ta façon d'écrire, je ne trouve pas les mots, c'est... Léger, agréable, j'hésite à utiliser le terme "poétique" parce que ce n'est pas ça... Les mots sont très bien choisis et on sent une écriture singulière, c'est ta voix et celle de personne d'autre !
Un début d'histoire qui intrigue et donne envie d'aller voir plus loin ! (entre ces souvenirs qu'on achète / arrache aux gens, et des enfants qu'on pourrait acheter ? non mais sérieux, on est ou la ?? )
Bon je me le met de côté pour lire la suite quand euh... quand je pourrai ! ;-)
Fauchelevent
Posté le 17/06/2020
Merci beaucoup Eryn (et désolée pour le retard de ma réponse) !
Je suis heureuse de savoir que ce petit début t'a suffisamment plu pour continuer, et j'espère que la suite ne t'a pas déçue !
<3
AudreyLys
Posté le 29/04/2020
Coucou !
Je savais que ta plume était délicieuse, mais elle l'est encore plus que ce que je pensais ! La rythmique, le vocabulaire... tout y est, c'est savoureux. Je me suis laissée absorbée comme dans un songe.
Ce préambule donne tr!s envie de lire la suite, de découvrir qui, quoi, comment, où, quand. Je sens que je vais me régaler ^^
Fauchelevent
Posté le 17/06/2020
Merci pour ce joli commentaire, AudreyLys, et désolée du retard de ma réponse... <3
Je suis heureuse de savoir que ce petit préambule t'a plu (il me semble d'ailleurs que tu as poursuivi ta lecture). Chaque commentaire encourageant laissé ici rend l'écriture plus facile.
Prudence
Posté le 02/04/2020
J'aime beaucoup ce petit préambule ! Je vais me plonger avec délice dans les chapitres suivants ! L'atmosphère que renvoie ce prologue me paraît lointaine, dans un autre monde, dans un autre temps (comme en témoigne la couverture). Je me suis tout de suite attachée à Lazare. Il n'est pas parfait, il est différent, il n'est pas "sublimé" par le récit, et j'aime ça. Je ne pense pas non plus qu'il soit spécialement beau. Est-ce un esclave ? Je ne sais pas, je n'ai pas encore lu la suite, héhé. La femme est très intrigante, et ces souvenirs ? Si j'ai bien compris ce sont des souvenirs de personnes mis en bouteille ? Houlà ! J'ai hâte de tout comprendre avec la suite !
Ça fait beaucoup de "suite", non ? Bon, assez parlé, je vais aller la lire ! ;-)
Fauchelevent
Posté le 03/04/2020
Merci beaucoup pour ce bel enthousiasme, Prudence (et joli pseudo au passage <3) !
J'apprécie beaucoup que tu ressentes d'emblée le côté imparfait de Lazare, c'est l'une des choses qui me tient le plus à cœur quand j'écris, la question de "l'imperfection".
J'espère que la suite ne te décevra pas, et qu'elle te permettra de trouver la réponse à certaines de tes questions...
<3
Wayland Smith
Posté le 01/04/2020
Ce préambule est une vraie réussite. Il nous plonge immédiatement dans un univers étrange, poétique, où plane déjà quelque chose de mystérieux et même d'inquiétant avec cette "Mademoiselle"... Le jeune Lazare en revanche attire immédiatement la sympathie mais aussi la curiosité du lecteur. C'est très accrocheur en tous cas et cela donne envie de lire la suite...
Fauchelevent
Posté le 01/04/2020
Merci beaucoup pour ce joli commentaire, Wayland Smith !
J'espère sincèrement que la suite te plaira également, si tu choisis de t'y pencher... :)
chlaraphylle
Posté le 01/04/2020
bien le bonjour,
c'est le nom de l'histoire qui m'a attiré. je le trouve simple et rigolo. le préambule est toute de suite accrocheur et à la fin, j'ai bien eu envie de poursuivre ma lecture. les personnages m'ont l'air attachants, avec de vraies personnalités et originaux. j'ai été immédiatement touché par Lazare, qui me rappelle un peu moi dans sa grande maladresse aha. enfin, ton style d'écriture est vraiment très joli. c'est poétique, c'est tout doux à lire. j'aime beaucoup.
bonne journée !
Fauchelevent
Posté le 01/04/2020
Merci beaucoup d'être passé.e par ici, Chlaraphylle !
Le titre est simple pour une raison tout aussi simple : je suis incapable de trouver de jolis titres pour ce que j'écris, je choisis donc le plus souvent la solution de facilité (ou de paresse, selon le point de vue). :) Mais j'aime beaucoup le prénom de Lazare, pas si courant, donc jusqu'ici je ne me suis pas trop posé la question !
Merci, en tout cas, pour les compliments... <3 J'espère que la suite te plaira au moins autant, si tu choisis de poursuivre ta lecture !
Arabella
Posté le 31/03/2020
Coucou Fauchelevent,

Je découvre enfin ton histoire, je l’avais vu passer à plusieurs reprises et elle m’avait fait très envie ! J’adore ce premier chapitre très poétique mais également très accrocheur.
Une boutique de « souvenirs » c’est très intéressant et tu arrives en très peu de temps à nous plonger dans ton univers. Par ailleurs, le personnage de Lazare – j’adore ce prénom ! – est très attendrissant. On sent qu’il a beaucoup plus à offrir au monde que ce qu’il montre. Il a l’air mystérieux, mais également très doux. On a vraiment hâte d’en apprendre plus sur lui.
Et cette cliente…Brrr, elle me donne des frissons ! Tu la décrites à merveille…Elle est tout à fait normal…mais la description subtile que tu en fais est glaçante.

En espérant que Lazare garde son souvenir au creux de lui.

Des bisous :)
Fauchelevent
Posté le 31/03/2020
Merci pour ce joli commentaire, Arabella !
Je suis heureuse de savoir que Lazare t'a touchée, à sa façon, et j'espère sincèrement qu'il continuera de le faire dans la suite de son histoire (si tu choisis de lire la suite de son histoire, évidemment). :)
Des bisous aussi ! <3
Shangaï
Posté le 30/03/2020
Bonjour !
Un prologue qui donne envi d'attaquer la suite de la lecture immédiatement !
Le personnage de Lazare est immédiatement attachant alors qu'on ne sais pas encore grand chose de lui...
Binocle m'a bien tapé dans l'oeil aussi et j'ai envi d'en apprendre plus sur leur relation !
L'ambiance est agréable et j'ai trouvé la description du silence très douce et joliment écrite.
J'aime avoir quelques détails de descriptions des lieux, ce qu'on à pas ici mais pourtant cela ne pas tellement gêné !
Merci pour cette lecture, je vais lire la suite avec plaisir je le sens :)
Fauchelevent
Posté le 30/03/2020
Merci beaucoup pour ton retour Shangaï !
Je prends tout de même note pour ce que tu soulèves concernant la description des lieux, parce que c'est effectivement quelque chose qui m'interroge quand j'écris (je ne suis jamais trop sûre d'en faire trop ou pas assez). :)
J'espère que la suite te plaira tout autant !
Stardust
Posté le 23/03/2020
Bonjour !
C’est un vrai régal de te lire. Tout y est, la plume qui sonne juste, l’ambiance particulière, le caractère des personnages qu’on visualise, l’intrigue originale sur ce marchandage de souvenirs, les émotions du perso principal, tout ! Et c’est très inspirant :)
Oh, et j’adore cette phrase que tu as écrite « On ne laisse pas si facilement aller quelque chose qu’on a vraiment choisi. » Ça m’a beaucoup fait penser aux si jolies phrases du petit prince :)
Très bonne continuation à toi ! Je vais certainement poursuivre ma lecture :)
Elo
Fauchelevent
Posté le 24/03/2020
Merci beaucoup Stardust !
La comparaison avec Le Petit Prince me va droit au cœur, j'ai réalisé un très gros mémoire sur cette oeuvre et même si ce préambule a été écrit plusieurs années avant ce mémoire, il est probable que mon attachement à ce personnage y était déjà apparent sans que je ne m'en rende bien compte. :)
peneplop
Posté le 22/03/2020
Coucou Fauchelevent !

J'étais persuadée d'avoir posté un commentaire sur ce premier chapitre, chapitre que j'ai lu il y a quelque temps déjà. J'ai cherché, en vain. Tant pis, je m'y attèle.

Ma première impression est celle d'avoir découvert une autrice (jeunesse ?) avec une voix. Le début de ton histoire n'est pas seulement intriguant et bien écrit, non, on pourrait le mélanger avec des dizaines d'autres prologues et, à la minute où l'on commencerait sa lecture, être persuadé que c'est toi qui l'a écrit.

C'est très impressionnant.

Tu n'arranges pas l'état de ma PàL, dis donc ;)
Fauchelevent
Posté le 24/03/2020
Merci beaucoup, beaucoup pour ce commentaire, Peneplop ! Tes compliments me touchent beaucoup, et j'espère sincèrement que la suite ne te décevra pas. :)
PetraOstach - Charlie O'Pitt
Posté le 18/03/2020
Hello,
Belle narration, belle intrigue.
Je me suis sentie soudainement oppressée lorsque la femme dit qu'elle veut acheter le plus beau souuvenir de Lazare, et je me suis sentie encore plus dégoûtée quand Binocle a accepté. Cruel !
En résumé, je dirai que tu as réussi à me happer dans ton histoire :D
Fauchelevent
Posté le 24/03/2020
Merci Petra, j'espère sincèrement que la suite te plaira autant. :)
Gwenifaere
Posté le 17/03/2020
Oooh très beau mais aussi très intrigant. Le premier paragraphe est un vrai régal à lire.

Je suis aussi impressionnée par le travail à la fois du style et du fond - souvent quand le style d'une histoire est très travaillé, le fond en pâtit un peu, on s'attache moins aux personnages ou alors on suit moins l'intrigue... Alors que là, on peut à la fois apprécier la forme et en même temps, les personnages pèsent leur poids émotionnel et l'intrigue... Ben, intrigue ^^°

Juste un poids qui m'a gênée à la lecture : ne pas avoir d'alinéas, je trouve que ça permettrait de mieux séparer les paragraphes et de faciliter les choses pour le regard.
Fauchelevent
Posté le 24/03/2020
Merci beaucoup pour ce joli commentaire !
Les personnages sont toujours le premier élément (et le plus important), pour moi... Je suis contente de savoir qu'ils possèdent déjà un peu de poids pour vous. :)
Je prends note pour la mise en page, je ne m'en sors pas très bien avec le site donc je vais voir ce que je pourrais améliorer pour la suite !
Cocochoup
Posté le 10/03/2020
Salut !
Je découvre ta plume et... Que dire...
C'est magnifique, des détails qui rebondissent, une atmosphère sublime. J'ai adoré ce que je viens de lire !
Ça me donne clairement envie de découvrir la suite !
Fauchelevent
Posté le 10/03/2020
Oh, merci beaucoup pour cette spontanéité ! Mon rapport à l'écriture est toujours assez difficile, donc ce genre de commentaire me fait beaucoup de bien ! J'espère sincèrement que la suite ne te décevra pas. :)
Ursule
Posté le 20/09/2019
en tant que synesthète, cette lecture est un délice. J'ai les sens qui crépitent. Merci mille fois pour la magie et la douceur.

(j'aime vraiment pas du tout lire sur écran, mais impoooossssible pour mes yeux de se décoller de ton texte. )
Fauchelevent
Posté le 21/09/2019
Merci à toi pour ce si joli commentaire... Je me demande surtout comment tu as pu parvenir à découvrir ce préambule alors que la mise en page du nouveau site - à laquelle je n'avais pas prêté attention pour ma propre histoire - était si peu lisible... Je viens de la modifier grâce à toi, j'espère que la suite sera plus facile (et qu'elle ta plaira au moins autant). <3
Ursule
Posté le 28/02/2020
en faaaait, je ne me connecte presque jamais mais j'avais découvert ta plume l'an dernier et je me suis souvenue de toi. C'est comme ça que j'ai découvert le préambule de Lazare, en recherchant "Fauchelevent" sur le site (héhé, stalking :-O). Je vais aller lire la suite de Lazare maintenant :)
CielOrage
Posté le 04/05/2018
J'ai adoré ce premier chapitre ! Je le trouve merveilleusement bien écrit et porteur d'une intensité assez incroyable !
 
Le concept que tu développes est aussi très attrayant et donne envie d'en savoir davantage :) 
Fauchelevent
Posté le 04/05/2018
<br /> Merci beaucoup pour ton enthousiasme ! <3  Fauchelevent. 
Vylma
Posté le 12/04/2019
Coucou ! Il y a déjà pas mal de commentaires mais je viens déposer mes impressions ici quand même :) 
J'aime beaucoup le premier paragraphe sur le silence.
 Je n'ai pas vraiment compris cette phrase : (Je traîne souvent des pieds, à cause de ces jambes maladroites qui tricotent sans qu'il sache.) Je ne sais pas qui est ce "il".
Par contre, j'ai trouvé celle-ci particulièrement parlante :  Une peur de batracien, froide et visqueuse, me colle comme un mauvais baiser.
On ressent bien la tension quand la cliente remarque le personnage principal, je me demande ce que ça veut dire, pourquoi elle s'intéresse ainsi à lui. J'imagine qu'il a une particularité physique, peut-être des déformations.
Et cette histoire de souvenirs vendus, de fioles étiquetées, je me demande comment ça marche ! 
Erralune
Posté le 17/08/2017
Bonjour !
Je viens de lire ce premier chapitre, et je dois avouer que je suis complètement tombée amoureuse de ton écriture, dès les premières lignes.
Je serais bien en peine de te donner quoi que ce soit comme suggestion au niveau de la formulation, de la syntaxe, et tutti quanti, ou au niveau de l'histoire, donc je laisserai cette tâche à d'autres, et me contenterai dechanter tes louanges et de dire à quel point j'ai adoré ton premier chapitre. 
Lazare est exactement le genre de personnages qui me fascinent. Je ne sais pas quel âge il a précisément, mais il me semble incroyablement intelligent pour son âge, et capable de discerner les choses avec une grande sensibilité. J'aime énormément la façon dont tu décris ses émotions et ses sensations, ainsi que ses pensées. Il m'a l'air d'avoir un univers à lui tout seul.
J'attends avec impatience d'en savoir plus sur lui, et les autres personnages qui vont l'entourer.
Bon courage pour la suite :)
Fauchelevent
Posté le 17/08/2017
Pfiou, merci beaucoup, beaucoup, beaucoup, Erralune. <br />Je pense que tu as bien su saisir l'essence de Lazare, et je suis super heureuse qu'il te plaise tel qu'il paraît être (pour le moment). Ca me fait tellement peur pour la suite ! Il y a un peu de cette envie de ne pas trop toucher à ce qui a déjà été publié, pour être sûre de ne pas décevoir... Mais PA m'apprend à prendre des risques, donc j'espère que ça ira. :)
 
Patbingsu
Posté le 07/08/2017
Hey ! Alors, l'idée des souvenirs en flacon m'a tout de suite fait pensé au Cirque des Rêves d'Erin Morgensten, donc forcément ça m'a intrigué.
J'ai trouvé ce premier chapitre très intéressant, on a envie d'en découvrir plus sur les personnages, cette boutique et ce qui s'y trame. Le choix du présent et de la première personne est pertinent, on est tout de suite avec le personnage principal.
Par contre, j'ai eu un peu de mal à imaginer les décors, un peu plus de description n'aurait pas été surperflue (les décors c'est mon point faible alors j'y fais particulièrement attention chez les autres ><)
J'espère en découvrir un peu plus au prochain chapitre ;) 
Fauchelevent
Posté le 07/08/2017
Merci beaucoup de t'être arrêtée sur ce petit début, je ne m'attendais pas à avoir un commentaire aussi vite ! :)
Le Cirque des Rêves est l'un des (nombreux) livres qui m'attendent patiemment sur mon chevet, on me l'a offert et je ne sais pas vraiment de quoi ça parle, c'est à mon tour d'être intriguée... J'espère vraiment que mon histoire ne fera pas doublon, du coup, même si elle est faite sans prétention.
Pour ce qui est des décors, ta remarque m'a fait sourire, parce que j'ai justement tendance à partir dans des descriptions sans jamais trop en voir le bout, d'ordinaire. J'ai voulu faire plus simple et plus concis, ici, mais ça ne m'étonne pas vraiment d'être tombée dans l'extrême inverse. Je vais tâcher de me montrer plus mesurée, la fois prochaine !
J'espère sincèrement que la suite te plaira. :)
Laure
Posté le 08/08/2017
Wow, Fauchelevent, c’est vraiment super beau ! J’ai beaucoup aimé !
Tout sonne juste, tout est en accord avec l’univers, et puis vraiment je peux te le confirmer, tu ne décevras personne. C’est vraiment chouette : c’est bien rythmé, bien écrit, on sent les atmosphères, tes personnages sont bien caractérisés, on les voit bien… Je sais pas quoi dire de plus ! Je te disais tout à l’heure que PA était super pour s’améliorer et bam je te dis que j’ai rien à corriger, hahaha, je suis désolée xD
J’ai hâte de lire la suite pour découvrir le plus beau souvenir de Lazare. Quelle cruelle dame que cette Mademoiselle ! J'aimais beaucoup ses insistances sur la drôlerie de Lazare.
Deux détails que j’ai notés :
 « La vend-t-elle, alors ? » : vend-elle
« l'homme qui n'est pas tout à fait devenu un père mais n'est déjà plus un tuteur » : pour moi ces deux choses sont plutôt des additions qu’une contradiction ; pour moi, il n’est pas père mais en plus il n’est même pas tuteur. Je sais pas si c’est clair… En lisant je le comprenais comme « pas tout à fait devenu un père mais presque, déjà plus qu’un tuteur » je sais pas si tu vois ce que je veux dire. Et puis avec la suite et Monsieur on comprend tout à fait, mais voilà, ce « mais », ça m’a un peu butée dans ma lecture (sinon très fluide)
Fauchelevent
Posté le 08/08/2017
Merci beaucoup Ethel, à la fois pour la petite correction et pour les compliments !
J'ai un peu de mal à saisir lorsque tu m'écris "En lisant je le comprenais comme "pas tout à fait devenu un père mais presque, déjà plus qu'un tuteur"", puisque c'est précisément ce "mais" que je souhaitais utiliser... Ce n'est pas tant un "mais" de contradiction que quelque chose qui indique que dans la hiérarchie père > tuteur, Binocle possède pour Lazare une sorte de non-place, un entre-deux indéfinissable. Il n'est certainement pas un père, mais il n'est plus non-plus un véritable tuteur, il est à placer dans une zone floue entre ces deux notions, et non en-dehors de ces deux notions. (Peut-être que c'est ce que tu voulais dire et peut-être ai-je mal compris...). Je ne sais même pas trop si c'est vraiment plus clair. ^^
J'espère que la suite te plaira aussi en tout cas ! :)
Cliene
Posté le 17/09/2017
Comme je viens de le dire sur ton journal de bord, j'ai déjà beaucoup de tendresse pour Lazare, son côté cabossé et sensible.
Ton style est très agréable à lire et l'ambiance de ton texte aussi intriguante qu'attirante.
Je suis contente aussi de découvrir des chapitres courts. Non pas que je n'aime pas les chapitres longs hein mais je préfère souvent ce format, même dans l'écriture.
Je rejoins les précédents commentaires sur l'utilisation de l'italique en sus des guillemets pour les dialogues. Je trouve également que ça gène un peu la lecture.
Ayant déjà lu le deuxième chapitre, j'en fais le commentaire en même temps. J'ai beaucoup aimé ce premier aperçu de l'histoire de Lazare même si on reste sur notre faim de ne pouvoir en savoir davantage. 
Vivement la suite !
 
Liné
Posté le 10/08/2017
Bonjour Fauchelevent,
 J'étais très intriguée par tes réflexions sur les détails, sur les sons... Et effectivement, ton écriture n'en manque pas et c'est très agréable !
Contrairement à tes inquiétudes, ces particularités de ton écriture fonctionnent à merveille ;-) Moi qui ai aussi "l'oreille à la plume", cette lecture était un régal ! Un détail qui n'en est pas un et qui me saute toujours aux yeux (enfin, à l'oreille), est l'usage de la ponctuation, qui chez toi fait faire des petites vaguelettes très agréables au rythme de ton récit (je sais pas si tu comprends... oO)
 Et puis, tes expressions sont superbes, très imaginées ! Mettre le client à l'envers, un silence rempli par des politesses qui font du bruit,... Lorsque tu mentionnes la peur de batracien, le personnage qui salive comme un monstre, je me suis même demandée si certains de tes personnages n'étaient pas des sortes d'animaux anthropomorphes ! Je supppose que j'en saurai plus au 2e chapitre... 
Bravo et à très bientôt !
Liné
Fauchelevent
Posté le 10/08/2017
Merci beaucoup Liné, vraiment ! J'ai eu l'occasion de lire le premier chapitre de la Noirceur du Blanc tout récemment, et j'ai été si impressionnée que je n'ai pas trop osé répondre à propos de toutes ces jolies choses que tu m'as écrites. Je comprends également l'importance que le son a pour toi, et je suis d'autant plus touchée que mon goût pour tout ça ait été perceptible. Ta remarque sur les animaux anthropomorphes est très intéressante ! Je peux déjà dire qu'il n'est a priori pas prévu qu'il y en ait dans cette histoire (même si tout peut toujours changer, étant donné mon non-plan), mais il est vrai que je m'accroche assez souvent à des analogies animales... Je n'y avais jamais trop réfléchi avant. Je suppose qu'il y a derrière tout ça un peu de mon goût pour les contes de fées, ces images qui par tradition et/ou par folklore peuvent êtres dotées d'un pouvoir d'évocation assez fort (le mauvais baiser du batracien est une petite référence à la Princesse et la Grenouille). :)
J'espère que la suite te plaira au moins autant (les compliments ont ceci de délicat qu'ils me paralysent assez vite...). 
Jowie
Posté le 08/08/2017
Salut Fauchelevent, ici Jowie !
Je viens de découvrir une perle. Depuis les premières lignes, tu as retenu toute mon attention. Ta plume est si délicate, si belle, elle sonne si juste. J'adore la façon dont tu décris un sentiment ou le silence et tu lui donne une texture, une température, une connotation. C'est juste... ouah. Les phrases coulent toutes seules, c'est fluide, on ne trébuche pas à la lecture; très agréable !
Ton univers me semble à la fois magique, mystérieux et unique, avec cette vente de souvenirs (ça m'a fait penser aux souvenirs qui peuvent être « visionnés » dans Harry Potter, ainsi que les rêves gardés dans des bocaux comme dans le Bon Gentil Géant, et pourtant, ça se voit que tu as ta propre vision originale des souvenirs, ça promet ! ), ces personnages très différents et 3-dimensionnels et leurs noms particuliers.
On sent la tension dans la salle, quand Mademoiselle (quelle méchante, celle-là), veut prendre le souvenir de Lazare. Je me demande ce qu'elle va faire avec !
J'ai beaucoup d'empathie envers Lazare, tu nous fait ressentir sa révolte, son désarroi.
Bref, j'ai adoré ! Bravo pour ce beau début, et vivement la suite !
À bientôt !
Jowie
PS : C'est un mini détail de rien du tout, mais je pense que visuellement, c'est plus facile à lire sur l'écran quand le texte est justifié :)
Fauchelevent
Posté le 08/08/2017
Pfiou, merci beaucoup pour tous ces jolis compliments, ça m'a un peu fichu les larmes aux yeux ! (Je suis très émotive et ces personnages comptent pour moi.) Il y a effectivement un peu de la Pensine de Harry Potter, je suppose, cette histoire a littéralement bâti toute mon adolescence, de 11 à 18 ans. :)
Ca me met une certaine pression pour la suite, j'espère qu'elle ne te décevra pas !
(Pour ce qui est de la mise en page, je ne peux qu'être d'accord, mais il m'est impossible de toucher au texte... Je suis sur Linux et pour le publier, j'ai dû le réécrire quasi-intégralement, il ne se produit rien quand je clique sur les icônes - hormis concernant la police - et la fenêtre n'accepte pas les copier-coller. Je me suis arrachée les cheveux, et pour quelqu'un d'aussi perfectionniste que moi, c'est une plaie visuelle de ne pas le voir bien mis !)
ClaireDeLune
Posté le 07/08/2017
La femme recule en se composant la moue des grands gens qui n'ont pas ce qu'ils veulent. : gens est un féminin. Dictionnaire Larousse : Lorsque l'adjectif épithète précède immédiatement gens, il est au féminin : de vieilles gens, de bonnes gens.<br />(http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gens/36606/difficulte)
Toutes sont d'un blanc laiteux, soigneusement poli[...]Je ne suis pas sûre d'avoir compris  : c'est le blanc qui est poli ? 
 
A part ces deux minuscules fautes, j'adore ton texte ! Bien qu'il soit assez horrible... J'aime beaucoup cet univers particulier, mystérieux. J'ai hâte de la suite !  
Fauchelevent
Posté le 07/08/2017
Merci beaucoup pour cet avis et pour ces corrections ! J'ai ajouté "grands" bien après avoir écrit la suite, lors de la relecture, et ça a permis à cette vilaine faute de s'installer. :D Pour ce qui est de la seconde, c'est effectivement le blanc, qui est poli... Avec cette idée - peut-être très mal formulée, c'est vrai - d'une certaine texture. Pas un blanc translucide, quelque chose de plus doux et d'opaque. (J'aime beaucoup les perles blanches, elles ont vraiment cette teinte nacrée très particulière, tantôt dorée, tantôt bleutée, capable de capter la lumière. Comme dans le tableau de Vermeer. :))
 
J'espère que la suite te plaira au moins autant, en tout cas !
Yvaine
Posté le 07/08/2017
J'aime beaucoup ton style!
Tu m'as fait ressentir parfaitement bien les émotions de ce pauvre Lazare, vendu en partie pour faire plaisir à une bourgeoise. (Si j'ai bien compris. C'est un peu trouble, mais ça rajoute du mystère et me fait encore plus aimer ce texte!)
Lazare m'a tout l'air d'un petit garçon extrêmement discret et silencieux, mais aux pensées bien vivantes. Il se cache, pour se protéger, pour se trouver un endroit réconfortant - qu'il a trouvé en lui. J'aime beaucoup l'idée :)
Quant à Mademoiselle, je ne l'aime pas trop. Elle m'a tout l'air d'être une enfant de riche qui, si elle n'a pas ce qu'elle veut, fera que les autres regrettent de ne pas l'avoir satisfaite. Ce qu'elle fait à Lazare est très égoïste...
D'après ce que j'ai compris, les souvenirs des gens sont mis dans des fioles et vendus à d'autres, et leurs anciens propriétaires les oublient?
En tout cas, c'est très intéressant! 
Fauchelevent
Posté le 07/08/2017
Merci beaucoup pour tous ces compliments, vraiment !
Si cela peut te rassurer, tu es très bien parvenue à saisir les enjeux et les ébauches de personnalités dessinées ici : à défaut de pouvoir acheter ce petit garçon un peu étrange sur lequel, ce jour-là, Mademoiselle daigne poser le regard, elle demande de lui son plus beau souvenir. Il s'agit - par caprice - de le priver d'un peu de ce qu'il est, d'un peu de son bonheur. 
J'espère pouvoir continuer à conserver une part de mystère tout en rendant les personnages et l'intrigue attachants (ou repoussants, pour certains). :)
ClaireDeLune
Posté le 07/08/2017
D'accord, je vois de quoi tu veux parler ^^
EryBlack
Posté le 08/08/2017
Coucou, Fauchelevent ! Je suis très contente de pouvoir découvrir ton premier chapitre.
Ton écriture m'a tout de suite frappée par sa délicatesse. C'est très agréable à lire, parce que très soigné et bien "calculé" - je comprends ce que tu voulais dire par rapport à ton travail sur le son. Vu la qualité, c'est un travail qui en vaut la peine ^^
Deux choses m'ont étonnée. La première personne, d'abord. Il n'y a pas de raison, mais en lisant ce que tu en disais dans ton jdb, je ne m'étais pas imaginé une première personne. Cela dit, ça ne me pose pas de problème, principalement parce que ça n'empêche pas la narration d'être belle et riche. Ma seule crainte avec la première personne, surtout quand le narrateur est jeune, c'est qu'on se sente obligé de simplifier le style, mais comme tu ne l'as pas fait, tout va pour le mieux ! La seconde chose, c'est ta façon de mettre en page les dialogues. Ça ressemble un peu à la façon de faire des anglo-saxons, mais tu as mis les paroles en italique également. Dans ce chapitre, ça m'a plus surprise que gênée ; ça contribue à créer une ambiance feutrée, comme si tout ça se passait sous l'eau. Par contre, je pense que ça risquera de me gêner si les dialogues se poursuivent sur plusieurs lignes... Principalement les italiques, à vrai dire. Donc je voulais juste te le signaler, mais bien sûr, c'est toi le chef ! J'aimerais tout de même te demander si tu as fait le choix conscient de délaisser les normes françaises de la mise en page des dialogues (c'est-à-dire les tirets, pas d'italiques, etc.), et si oui pourquoi, ou si ça s'est simplement présenté comme ça ?
Sur l'histoire en elle-même, je trouve que tu as très vite réussi à installer une drôle d'ambiance, un brin angoissante, et franchement mystérieuse. Pourquoi Lazare a-t-il éveillé l'intérêt de cette femme, et pourquoi vouloir lui enlever son plus beau souvenir ? (ne me réponds pas, bien sûr, je m'interroge juste ^^) D'ailleurs, je me demande aussi ce que peut bien être son plus beau souvenir. Et puis, j'ai envie d'aller découvrir le monde extérieur en compagnie de Lazare. Enfin, le monde extérieur où on se fait des bleus aux genoux, pas celui où des grandes dames avec des colliers de perles achètent des petits enfants... à moins que ce soit le même. Je me demande aussi quel est le processus pour fabriquer un flacon de souvenirs.
Bref, je suis bien harponnée, et donc pour moi ce premier chapitre fonctionne très bien ^^ Vivement la suite ! 
Fauchelevent
Posté le 08/08/2017
Ton point de vue et tes questionnements sont très riches, c'est vraiment intéressant de tomber sur eux. :)
Pour ce qui est de la première personne, je comprends tes propos, je n'ai pas caché l'importance de Lazare pour moi et il aurait semblé plus naturel de le représenter avec mes yeux, avec un focus externe (ou omniscient). Lorsque j'ai commencé à écrire, j'ai adopté assez naturellement le "je", puis je l'ai délaissé justement par volonté de lui laisser une vraie place, la sienne... Avant d'y revenir, parce qu'au final, j'étais bien moins à l'aise. Je peux simplement dire que ce ne sera pas toujours le cas ! ;) Et effectivement, je ne souhaitais pas tomber dans la simplification du propos, dans le babil... Mais Lazare est un enfant possédant un vocabulaire, une vision peut-être un peu particuliers (je l'espère), ce n'est pas difficile jusqu'ici de le laisser vivre tout seul, à l'intérieur. 
Concernant les dialogues, je tenais à ce qu'ils soient représentés ainsi pour le premier chapitre parce qu'il y en a peu et parce que l'accent est porté sur le silence habituel, sur le côté feutré de la boutique (tu l'as très bien ressenti, ça me fait plaisir !). Lazare ne parle pas, Binocle le fait avec réticence, et Mademoiselle est sèche, je voulais que cela se ressente... Plus qu'un véritable dialogue, il s'agit ici de phrases ponctuelles, servant à éclairer très brièvement les identités de chacun. Par la suite, lors de propos destinés à s'enchaîner, je serai obligée de repasser aux traditionnels tirets pour que ça reste compréhensible (ça serait un casse-tête, sinon). Mais pour être honnête, l'une de mes craintes principales en postant ce premier chapitre était justement que ça ne soit pas évident à saisir, je suis contente de constater que jusqu'ici, ça n'a pas semblé trop poser problème ! :)
Vous lisez