Planètes

On vit tous sur nos planètes

Je vivais sur la mienne

Ce n’était pas celle du petit Prince

Je n’avais pas de rose

Ni de baobabs

J’avais un sac à idées noires

Et la tête dedans

Dans le noir, si bien que j’étais

Aveugle et sourde à la fois

Comment aurais-je pu remarquer

Un vaisseau ennemi ou allié

Accoster sur mes terres ?

Tout simplement personne

Pas de vigile

Pour les voir arriver,

Pour les accueillir

Ou les chasser,

Ces pilleurs et ces grandes âmes

De la galaxie !

 

Personne pour défendre sa cité,

Elle a la tête dans un sac fermé.

 

On est tous sur nos planètes

Isolés du monde et des réalités

Plus d’échanges ni d’authenticité

La peur de regarder

La peur d’échouer

Isolés, et comme des bocaux,

Vides : la rose a fané.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Fy_
Posté le 27/12/2021
J'adore ! Ce jeu que tu fais avec le petit prince, la rose, la planète et le rapport à la réalité que tu as a une lucidité fascinante. J'aurais bien aimé connaître le fin mot de cette histoire pour toi, j'espère qu'écrire t'aide à vider ce sac d'idées noires sur le papier blanc ;)
Bonne suite !
Fy
Prudence
Posté le 05/01/2022
Le fin mot de cette histoire ? Y en a-t-il seulement un ? Je ne sais pas si l'écriture vide le sac, car ce sac fait partie de nous, non ? On peut le transformer en de belles choses (des poèmes, by example x)) Disons, que ces mots, ce sont ces idées noires mais sous une forme différente. :DD

Merci, Fy <3 Ça me fait extrêmement plaisir, d'autant plus que ce poème traite d'un sujet qui me tord la cervelle depuis longtemps. Et merci au petit Prince <3 Sans lui, pas de "Planètes"...

Bonne suite à toi aussi <3
Vous lisez