Partie III - Chapitre 4 ("l'essentiel est que l'on continue de raconter des histoires")

Par Liné

— Non mais t’as vu la gueule qu’il a ?

— On peut pas juger les gens sur leur tronche.

— Je sais, mais mate-moi cette gueule de con ! Ça se voit, non, qu’il en a rien à carrer de nous.

Virginie réajuste les draps du lit de Blanche et en profite pour jeter un œil sur le téléphone de l’adolescente. Pierre et Blanche sont tous deux penchés sur la photographie du maire de Clairedun : un type droit, engoncé dans un costume serré et un sourire trop large. C’est vrai qu’il a une gueule de con. La gueule de quelqu’un qui s’impose là où n’est pas sa place, et pour de mauvaises raisons.

— Fallait attendre que des gamins crèvent dans une école pour qu’il nous rende visite. Tu l’as vu, Virginie ? Quand il s’est pointé à l’hôpital ?

Le « non » de l’infirmière s’étouffe dans la claque qu’elle vient de donner à un oreiller. Virginie n’était pas là. Elle faisait quelque chose d’utile : elle poursuivait son recensement.

— C’était mon jour de repos, précise-t-elle afin de se justifier.

— T’as raté un truc ! Il est venu serrer les mains des médecins… Et il nous a tapoté sur la tête…

— Là, tout le monde avait l’air con.

Virginie s’enfonce dans ses souvenirs. Pendant que le maire de Clairedun serrait des mains et tapotait des têtes, elle furetait dans le centre-ville. Son carnet se noircissait à vue d’œil et personne ne se doutait de rien. Elle prenait de l’assurance — ne frappait pas encore aux portes, mais arrêtait certaines femmes dans la rue et les interrogeait. Elle mentait très bien : en deux ou trois mots, elle expliquait qu’elle travaillait pour un institut de sondage. On n’y voyait que du feu, et les informations s’accumulaient. Elle n’avait qu’une crainte, que quelqu’un la reconnaisse. Bien sûr, elle sait rester vigilante.

Elle sillonne les rues, tourne autour des maisons, rode près des boutiques. Petit à petit se façonne dans sa tête une autre ville — celle qu’elle n’avait pas pris le temps de regarder. Tout, l’architecture, les couleurs, lui semble à la fois similaire et très différent. Elle passe devant le cinéma de France, plus familier, et de nouvelles lignes, de nouveaux points, la font s’arrêter net. Ces couleurs n’étaient pas là avant. Des graffitis le long des murs. « Art dégénéré », lit-elle et, plus loin, « Bientôt les châtiment ».

Ils ont oublié le « s » à « châtiments » est la première chose qui lui vient à l’esprit. Elle le regrette aussitôt : la signification de ces mots-là a plus d’importance que la forme empruntée. Une signification étrange, pas si cachée que cela, et qui se veut menaçante. Virginie hallucine peut-être. Ce ne serait pas la première fois. Qui, à Clairedun, perdrait son temps à taguer les murs d’un cinéma ? Ça n’a pas de sens. On ne va pas se débarrasser de l’art parce que des gens meurent un peu plus que d’habitude. Et puis, de toute façon, il y aura toujours du cinéma. Même sans électricité, sans projecteur ni pellicule conservés — au lendemain d’une explosion, par exemple — même sans l’outillage qui fait la salle obscure, on trouvera bien un moyen. Tendre un tissu clair et y projeter des images avec des marionnettes. Réinventer une technologie. Ça n’a rien de bien compliqué. L’essentiel est que l’on continue de raconter des histoires.

Toutefois l’explosion, elle, fait peur. Virginie y repense. Elle entend le boum grave et étouffé, voit les nuages s’accumuler, s’accumuler, l’onde de choc courir le long des rues et rafler animaux et matériaux. Non. Elle se trompe — s’efforce de bouger un bout d’elle-même, n’importe lequel, pour sortir de sa torpeur. Ce n’est pas une explosion qui s’étale, là, sous ses yeux, à la fois belle et effroyable, mais les graffitis. Il ne faut pas tout confondre. Le futur ne se calque pas ainsi sur le présent : il arrive de lui-même, à son rythme, à la manière d’une vague inévitable. Pourquoi Virginie s’évertue-t-elle à l’invoquer avant l’heure ?

— Mais ton père il y va, alors, dans cette église ?

La vague et l’explosion et les graffitis s’effacent. Virginie revient dans la chambre d’hôpital.

— Ouais… J’arrête pas de le charrier pour qu’il y aille plus. Je lui dis que c’est complètement con, de prier et d’écouter des prêtres te dire quoi faire de ta vie. Mais bon… Je crois que ça lui fait du bien, alors…

— Moi ma mère y est allée l’autre jour. Et elle y retournera plus. Apparemment, ça tourne beaucoup autour des enfants morts, les sermons du prêtre. En mode l’apocalypse débarque, rentrez chez vous et arrêtez de pécher. Tu vois le genre…

Virginie tend l’oreille. Elle n’avait aucune idée qu’un groupe religieux s’était formé en réponse aux morts mystérieuses. Cela n’a pourtant pas grand-chose d’étonnant.

Le cinéma de France lui manque.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Nanouchka
Posté le 08/03/2022
Toutes les lignes se tissent et s'entremêlent ici. Le monde s'élargit. Ce n'est plus seulement comment la peur de la mort affecte Virginie, mais comment la catastrophe transforme la ville, métamorphose ses murs, ses groupes, la politique et la religion. La frontière entre ta fiction et notre réalité s'atténue, parce que les temps de crise, ça nous connaît, et de tous les côtés. Je me laisse porter par le recensement de Virginie, même si, encore une fois, je crains le pire sur son idée, mais parce que dans un monde sans espoir, et le sien l'est vraiment, une piste semble toujours meilleure que l'apathie résignée.
Liné
Posté le 11/03/2022
Je suis contente que ce chapitre fonctionne pour toi ! Dans une version antérieure, il était plus étoffé et plusieurs plumes ont jugé qu'on dérivait trop, et qu'on entendait trop "ma" voix. Elles avaient raison, il fallait que je recentre un peu. L'essentiel étant que les principales idées y soient bien véhiculées, et l'interprétation que tu en donnes va dans la direction que je voulais donner !

Pour la petite histoire, j'ai pensé l'intrigue et commencé l'écriture un peu avant le covid. Au final je trouve que certains éléments correspondent à la réalité, d'autres moins - et ça me va, parce que je garde en tête qu'une fiction est censée servir de loupe, pas forcément de miroir réfléchissant exactement la réalité.
Tac
Posté le 22/01/2021
Yo Liné !
J'aime beaucoup ce chapitre, il a plein de petits éléments piquants (la politique, le rapport à l'ordre social...et on arrive à la religion, je sens que ça va être folklo). J'ai été prise par surprise par cet inattendu petit espoir de la part de Virginie, quand elle voit le cinéma et se dit que meme si tout disparait, on pourra le réinventer et que ça sera le plus important. Je t'y reconnais bien ! C'est ultra bien fait je trouve, une touche d'espoir très subtilement glissée, très désintéressée : c'est peut-être pas Virginie ou els enfants qui réinventeront les histoires, qui seront en mesure de le faire, mais ça peut être n'importe qui - enfin c'est ainsi que je l'interprète.
Plein de bisous !
Liné
Posté le 09/05/2021
Tu vois, je suis pas si cruelle que ça, je glisse des petits indices d'espoir ! Plus sérieusement, c'est un peu le but du Marais aux pieuvres (... et de pas mal de mes textes, à vrai dire) : montrer l'horrible, tenter de le décrypter, et en profiter pour imaginer comment on pourrait le surmonter. Vaste tâche...
Alice_Lath
Posté le 28/10/2020
Un très bon chapitre à nouveau haha, j'ai beaucoup aimé les interactions des enfants et le récit de la visite du maire. De même que pour la sensation de tag. En revanche, j'ai toujours du mal à comprendre son objectif de recensement haha, sans doute cela viendra-t-il par la suite, mais c'est encore un peu flou dans ma tête haha
Puis quelque chose me dit que ce fameux groupe religieux risque fort d'avoir un rôle à jouer dans la suite des emmerdes
Liné
Posté le 31/10/2020
Merci ! J'ai fait exprès de garder le flou autour de cette idée de recensement, mais ce flou ne va pas couvrir plus de 2-3 chapitres, sinon c'est un peu du suspens inutile ;-)
J'ai hésité à développer cette idée de groupe religieux, mais j'ai peur que ça ne m'éloigne des deux intrigues principales avec lesquelles je perds déjà pas mal de monde en cours de route... Je voulais surtout montrer qu'il y a plusieurs réactions possibles à ce qu'il se passe, dont la religion !
Laure
Posté le 19/10/2020
Autant au début je trouvais que c'était pas évident d'où venait le problème autant maintenant c'est très évident, sans que ça paraisse ultra grave alors que ça l'est (sauf pour les manifestants ? et maintenant le prêtre ?).

Je trouve que Virginie est un peu passive dans ce chapitre, c'est comme si elle subissait tout ce qui se passait sans rien en comprendre ni vraiment lutter, sans rien ajouter. Son idée du recensement qui vire comme obsessionnel et sans réel but c'était cool, mais ici on dirait qu'elle fait rien. Enfin, il est court ce chapitre, donc peut-être que mon impression de stagnation vient de là !

J'ai beaucoup aimé la réflexion sur le fait qu'on a toujours besoin d'histoires, et qu'on pourra toujours s'en inventer !

Bisous !

Détail : « rentrez chez vous et arrêtez de pêcher » : pécher
Liné
Posté le 27/10/2020
Coucou ! <3

En effet ce chapitre est court et sert plutôt de transition/tranche de vie entre deux épisodes plus importants pour l'intrigue. Dans ce chapitre, je voulais surtout revenir sur la notion d'art et de culture (à travers le cinéma). Et comme je sais que ce chapitre est court, j'ai posté la suite directement pour ne pas trop dérouter ! A réfléchir, peut-être que ça paraitrait moins déroutant de le combiner avec le précédent ou le suivant (?)

A très vite !
Vous lisez