Partie I - Chapitre 9

Par Vylma

Un autre jour se levait sur la ville au son des oiseaux et des moteurs d’automobiles. Une émission de radio sur l’actualité à Paris s’échappait du café, où un certain nombre de clients buvaient leur tasse du matin. Seulement deux grand-mères étaient présentes sur la terrasse ; Madame Petitjean était souffrante ce jour-là, un mauvais mal de gorge. Elle avait préféré rester chez elle.

— J’espère qu’elle pourra se joindre à nous demain, dit Madame Blanche.

— Je l’espère aussi, mais cela semblait être un bien mauvais coup de froid qu’elle ai attrapé, répondit Madame Dubois.

— Peut-être à cause de la pluie d’hier soir…

— D’ailleurs hier soir j’ai entendu comme des cris de loups à la nuit tombée, tu les as entendu aussi ?

— Oui, je me demande ce que c’était. On n’a plus de loups dans la région normalement ! s’exclama Madame Blanche.

— J’ai entendu par le fils du frère de ma voisine, qui est berger, qu’il y en avait un ou deux qui étaient revenus. Des moutons ont été retrouvés morts et à moitié dévorés, il y a juste quelques semaines.

— Les enfants devraient être prudents… Je pense notamment au petit Emile, qui se balade souvent seul en forêt.

— Oh, il n’est pas seul, il est avec ses deux chiens. Mais je ne sais pas s’ils font le poids contre un loup… se demandait Madame Dubois.

— Ils ont l’air féroce ses chiens tout de même… Je les trouve assez effrayants. Je pense qu’ils pourraient déchiqueter un autre gros chien, alors pourquoi pas un loup.

— En parlant des Leroy, j’ai vu passer Monsieur Leroy ce matin avant de venir, en allant chercher ma bouteille de lait. Il avait l’air totalement hagard. Ce n’est pas souvent qu’il se promène comme ça. Il marchait d’une manière étrange… Ce n’était pas coordonné comme il fallait. Je me suis demandé sur le moment s’il avait bu ou s’il était sous l’influence d’une force maléfique… C’était effrayant. Toujours est-il que quand je suis rentré chez moi, mon lait avait tourné. Je me demande si ce n’est pas lié au passage de Monsieur Leroy.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
MbuTseTsefly
Posté le 19/01/2020
Petite correction:
— Je l’espère aussi, mais cela semblait être un bien mauvais coup de froid qu’elle ai attrapé, répondit Madame Dubois.

cela semble être un mauvais coup de froid qu'elle a attrapé ou, si ça doit être au passé, qu'elle avait attrapé.

Le mystère se construit et on reçoit beaucoup d'indices qui laissent deviner pas mal de choses. J'ai trouvé que les personnages sautaient néanmoins un peu rapidement aux conclusions. Par exemple, comment fait-elle le lien aussi rapidement entre le lait tourné et le passage de Monsieur Leroy?

— Peut-être à cause de la pluie d’hier soir…

— D’ailleurs hier soir j’ai entendu comme des cris de loups à la nuit tombée, tu les as entendu aussi ?

"D'ailleurs" montre qu'il y a un lien entre pluie et loup mais ce n'est pas le cas. Elle pourrait dire avoir cru entendre des loups hurler pendant la tempête ou simplement aborder le sujet sans aucun rapport avec ce qui précède "Vous avez entendu parler de...?"

En bref, à mon avis un peu rapide. Prenez votre temps.
Vylma
Posté le 20/01/2020
Merci pour votre lecture et votre commentaire !
Je prend note de vos remarques :)
Vous lisez