Partie I - 1. Les Rassemblés

Notes de l’auteur : Remis à jour suite aux premiers commentaires reçus ; merci à tous ! (28/07/17)

 

*** 

Première partie

- Trois hommes venus du Sud -

 

***

 

Chapitre 1 - Les Rassemblés 

 

Ils venaient chaque hiver depuis plus de trente ans. Les clans, les familles, les trappeurs, chasseurs, shamans et dresseurs, tous prenaient la route de l'auberge dès l'arrivée des premières vagues de froid. Azar Kazara les attendait invariablement à la porte de son établissement, avec son grand sourire de Sudiste et ses accolades exubérantes. Il venait de là où les hivers n'existent pas ; tout chez lui détonnait parmi les Nordiques : ses cheveux ras, sa silhouette rebondie, sa peau mate - comme perpétuellement dorée par le soleil - et ses manières, bien sûr, cette façon de parler à tort et à travers surtout. Dans les premiers temps après son arrivée au Nord, il avait suscité beaucoup de méfiance, mais n'avait pas tardé à devenir indispensable.

Son auberge était une grande bâtisse de pierre, plus solide que n'importe quelle construction nordiste, pourvue d'un large réseau de cheminées, plantée au milieu d'une vaste clairière. À mi-chemin entre la lande et les fjords, entouré par la forêt, le site avait toutes les qualités ; il était devenu le lieu de rendez-vous du Rassemblement d'hiver. Tous s'y réunissaient pour passer ensemble les mois les plus durs.

En dehors de la saison froide, la plupart des clans sillonnaient le Nord, ne séjournant à l'auberge qu'occasionnellement. Les visiteurs étrangers étaient encore plus rares : quelques aventuriers parfois, cherchant à établir une cartographie du Nord ou à capturer des bêtes de la région ; d'autres fois, c'étaient des commerçants à la recherche de produits insolites. Mais ces téméraires se comptaient sur les doigts de la main ; les Nordiques vivaient à l'écart du reste du monde, éparpillés au cours des mois les plus chauds, rassemblés pendant l'hiver.

Dans leur communauté, Azar occupait depuis bien des années une place centrale, en dépit de ses origines sudiques. Quand on l'interrogeait sur son passé, il racontait quelque anecdote désopilante qui faisait rire tout le monde ; quand on lui demandait ce qu'il était venu faire dans le Nord, il parlait des mystères et de la magie des pays froids en agitant les mains, les yeux brillants - il parlait de ce que les enfants se chuchotaient au Sud à propos d'une contrée ensevelie sous la neige - ils en parlaient sans oser y croire, disait-il, et il avait voulu vérifier, lui, si c'était bien réel.

Ce n'était pas un si gros mensonge. Il y avait effectivement eu une époque où le Nord l'avait fait rêver, comme bien des enfants sudistes ; mais comme eux, il s'en était rapidement désintéressé. Son départ vers le Nord n'avait pas exactement été un acte de pleine volonté ; Azar était volubile, mais cela, il le gardait soigneusement caché. Par honte, par crainte peut-être - et puis, ces dernières années, parce que ce passé s'était estompé. Ça faisait trop longtemps maintenant. Il ne tenait pas à déterrer ces vieilles histoires, n'avait pas l'intention d'en parler à qui que ce soit. Pas même - surtout pas même - à la principale intéressée.

 

*

 

Cet hiver-là, comme le précédent et un certain nombre d'anciens autres, les premiers arrivants du Rassemblement furent les Wa, menés par leurs chefs Baïr et Sonja. Des traînées blanches et grises parsemaient leurs cheveux telles des neiges éternelles, témoins de leurs cinquante hivers dépassés depuis peu ; ils avaient pourtant chevauché côte à côte dans le froid, devançant les cinq chariots de leur convoi.

Avant même que les Wa aient mis pied à terre, des commis frissonnants jaillirent des écuries pour les accueillir et prendre en charge leurs montures. Les chefs de clan prirent le temps de les saluer et de leur indiquer les chevaux qui avaient besoin de soins particuliers, après quoi ils allèrent aider au déchargement des chariots. Une dizaine de Wa avaient bondi de leurs sièges pour transporter caisses, paniers de victuailles et piles de fourrures à l'intérieur.

Sonja et Baïr s'employaient à faire descendre de voiture la poignée de jeunes enfants que comptait le clan, quand la porte de l'auberge s'ouvrit avec fracas, laissant le passage à Azar lui-même, sa figure affable déjà rouge d'excitation.

-       Les Wa ! s'écria-t-il de sa voix sonnante, les bras écartés. C'est toujours vous les premiers, décidément !

-       Il n'y a que toi qui prennes ça pour une compétition, Azar, lança Sonja, tout sourire, en posant à terre le dernier enfant du chariot.

-       Mais c'en est une ! insista l'aubergiste en descendant les marches. Tenez, vous aurez le privilège de choisir vos chambres sans payer de supplément !

Tout en parlant, il se mit à distribuer des accolades aux Wa qui passaient près de lui ; il étreignit même deux de ses propres commis par erreur. Les chefs du clan Wa échangèrent un regard amusé, comme souvent devant l'attitude théâtrale de leur hôte. Ils savaient bien que les chambres seraient réservées à ceux qui en avaient réellement besoin - les plus jeunes ou les plus vieux. Et il y avait bien longtemps qu'il n'était plus question de payement entre l'aubergiste et les Rassemblés.

-       Hanne, petite Hanne ! s'exclama Azar en ébouriffant les cheveux d'une fillette Wa. Hé, on a perdu quelques dents depuis l'hiver dernier, non ? Et comme vous avez tous grandi, c'est terrifiant ! Regardez-moi Bjarne, on dirait qu'il pousse à vue d'œil. Et c'est Yvon, là, sous cette touffe de cheveux ? On te reconnaît à peine, garçon !

Les enfants pouffaient, se tortillant sur place sans oser répliquer. Leur timidité ne durerait pas - elle fondrait au bout de quelques jours, comme tous les ans. Sonja et Baïr s'approchèrent tandis que les petits s'éparpillaient, et Azar ouvrit les bras à ses vieux amis.

-       Branns, Sonja ! s'exclama-t-il en lui donnant l'accolade, le temps n'a aucune prise sur toi. Tu es aussi terrifiante que les premiers jours.

Sonja lui rendit son étreinte en riant - elle aussi se souvenait de leurs premières rencontres.

-       Qu'est-ce que tu utilises ? demanda Azar en faisant mine d'inspecter son visage. Un élixir, un baume peut-être ? Il m'en faut absolument - regarde ces rides sur mes tempes, c'est une honte pour notre génération.

-       Tu n'aurais pas à t'en faire si tu ne gesticulais pas tant, répliqua calmement la shaman du clan Wa.

-       Oh, vous auriez péri d'ennui depuis bien longtemps, fichus Nordiques que vous êtes, lança Azar avec un de ses grands rires de Sudiste.

Un frémissement parcourut la barbe de Baïr des Wa, et l'accolade qu'il échangea avec Azar fut d'une sobriété typiquement nordiste - une sobriété fervente.

-       Trente hivers, marmonna-t-il en serrant l'épaule de l'aubergiste. Et tu es toujours incapable de te tenir tranquille.

-       Ça, jamais ! promit Azar en riant de plus belle. Ah, mes amis, c'est bon de vous retrouver. L'hiver est une plaie et vous m'entendrez m'en plaindre dans quelques jours, mais c'est un tel bonheur quand les premières neiges vous ramènent ici !

Tout en parlant, ils déchargeaient les voitures de tout le paquetage qu'ils pouvaient soulever. Le va-et-vient des commis et des Wa qui déposaient les malles et les caisses à l'intérieur de l'auberge était incessant, troublé seulement par les accolades et les salutations qu'ils échangeaient au passage.

-       Où est Andrev, au fait, je ne l'ai pas encore aperçu ? demanda Azar avec un large sourire. Que je serre vite ce grand escogriffe dans mes bras, quitte à lui déboîter une épaule au passage !

-       Il est là, dit Sonja. Il faisait partie de l'arrière-garde du convoi, ajouta-t-elle avec une certaine fierté.

Sans cesser de sourire, l'aubergiste tourna la tête dans la direction qu'elle indiquait. Un jeune homme solidement bâti descendait de cheval à quelques pas. Azar écarquilla les yeux tandis qu'il approchait.

-       Garçon, dis-moi que je rêve ? L'année dernière, tu ne pesais pas plus lourd qu'une écrevisse ! Et je t'avais tordu le poignet en te souhaitant la bienvenue !

Andrev des Wa hocha la tête, puis rabattit ses longs cheveux noirs derrière ses épaules et abaissa son écharpe, dévoilant une mâchoire carrée où poussait une ébauche de barbe. Son nez, droit, était légèrement rougi par le froid, et ses sourcils épais un peu froncés au-dessus de ses yeux noirs ; il rendit son accolade à Azar avec une retenue semblable à celle de son père, et s'éloigna rapidement pour aider au déchargement, sans avoir dit grand-chose.

Azar le suivit du regard, notant avec amusement qu'il jetait des coups d'œil discrets tout autour, comme s'il cherchait quelqu'un. Sonja et Baïr rassemblaient des fourrures éparpillées dans un chariot - l'aubergiste se tourna vers eux.

-       Pas bavard, constata-t-il. Ça, au moins, ça ne change pas. Mais pour le reste ! Votre fils est devenu un homme, ma parole. En voilà un qui a vu arriver l'hiver avec impatience, j'en donnerais ma main aux Branns ! ajouta-t-il avec un clin d'œil. J'ai hâte d'assister aux retrouvailles... Et je suis sûr que vous aussi, même si vous le cachez bien.

Les chefs du clan Wa échangèrent un regard amusé.

-       Je ne vois pas de quoi tu parles, déclara tranquillement Sonja.

 

*

 

La porte à double battant débouchait immédiatement sur la salle principale de l'auberge, une large pièce meublée de bancs de bois, de fauteuils garnis et de toutes sortes de tables ; rondes, rectangulaires, accolées les unes aux autres ou séparées par d'étroits couloirs de circulation. Deux immenses cheminées ronflantes se faisaient face d'un bout à l'autre de la pièce, et le reste de l'éclairage était assuré par des lanternes savamment réparties. Le personnel s'activait derrière les comptoirs et en cuisine ; on attendait encore du monde d'ici à la fin de la journée, et les nouveaux arrivants seraient fourbus et affamés.

Les portes claquèrent au rythme des entrées et des sorties, jusqu'à ce qu'un commis songe à immobiliser l'un des battants. La grande salle se remplit rapidement ; les enfants se lançaient déjà dans de joyeuses poursuites entre les bancs et les chaises, tandis que leurs aînés transportaient les victuailles à la cuisine et aux remises, et que les mieux bâtis montaient les bagages dans les chambres. Commis et servantes guidaient, assistaient, servaient même les premières tisanes aux anciens du clan Wa, installés près des cheminées.

Une fois tout l'équipement déchargé et les chariots rassemblés au sec dans une grange, Andrev vint lui aussi se réchauffer devant l'une des cheminées, non loin des adultes déjà en grande conversation. Il regardait les flammes sans cesser d'observer ce qui se passait à droite et à gauche, levant la tête chaque fois qu'une nouvelle personne arrivait à proximité. À ceux qui le saluaient, il répondait avec respect, sans toutefois se départir de la réserve qui le caractérisait. Le temps passant, il finit par accepter de s'installer dans un fauteuil aux côtés de son hôte et de ses parents.

-       Alors pas plus tard qu'hier, disait Azar, j'ai réalisé que vous vous apprêtiez à débarquer, tous en même temps, et qu'on allait avoir besoin de tout en quantités décuplées, sachant ce que vous engloutissez, vous et vos sales gosses - remets tout de suite ce fauteuil sur ses pieds, Bjarne, ou je t'en colle une ! Figurez-vous que la remise à bois de l'auberge était presque vide, à cause de certains étourdis parmi mon personnel, alors qu'on a une grange toute pleine à deux lieues d'ici... J'avais prévu le coup il y a plusieurs années déjà, tout ce bois doit être parfaitement sec aujourd'hui !

Il croisa les bras d'un air satisfait. Une servante appelée Rawen s'approcha avec un plateau chargé de boissons chaudes, et la logorrhée de l'aubergiste s'interrompit le temps que Baïr et Sonja la saluent. Rawen leur rendit la pareille en bredouillant ; c'était une nouvelle recrue, venue des îles du Nord-Est pour travailler quelque temps à l'auberge, et elle avait l'air encore tout intimidée. Interceptant les coups d'œil qu'elle jetait à Andrev, Azar l'invita rapidement à retourner aux cuisines, avant de reprendre tranquillement son discours.

-       Donc, je disais, j'ai envoyé une petite troupe chercher ce fichu bois, et ils mettent le temps, ces fainéants ! Mais ils ne devraient plus être bien longs maintenant. Je leur ai dit que vous arriveriez probablement dans la journée, et c'est important, les retrouvailles. Un moment précieux, très précieux. Personne ne veut rater ça, pour sûr.

Il engloutit une grande rasade de sa boisson et promena sa langue sur ses lèvres pour n'en pas perdre une goutte. Sonja et Baïr, plus mesurés, savouraient chaque gorgée. Andrev continuait de surveiller les allées et venues du coin de l'œil, écoutant seulement d'une oreille le discours d'Azar, qui lui adressait pourtant des regards appuyés. N'y tenant plus, l'aubergiste se pencha vers lui, tapota vigoureusement son épaule et s'exclama :

-       Vivement qu'ils arrivent ! Hein, garçon, ça te fera sûrement plaisir de revoir Endrin !

Au même moment, alors qu'Andrev se redressait soudain, trois commis chargés de fagots pénétrèrent dans la pièce à grand bruit, en faisant à nouveau claquer la porte.

-       Pas ici, bande d'imbéciles ! se mit à brailler Azar. Je vous avais dit, on met tout dans la remise à bois !

-       Elle est déjà presque pleine, lui lança une servante en empilant les bûches près de la cheminée. On en a ramené trop.

-       Qu'est-ce que je vous disais ! triompha l'aubergiste en se retournant vers les Wa. Des réserves de bois comme on n'a encore jamais vues en hiver ! Mes amis, cette année, ni rhume ni pénurie !

Il rit, vida son verre et se leva pour aller superviser les opérations. Mais après quelques pas, il fit volte-face, un demi-sourire sur le visage.

-       Viens avec moi, garçon, on va avoir besoin de tes bras pour décharger tout ce qui reste.

Andrev lui emboîta aussitôt le pas vers l'extérieur. Ses parents le suivirent du regard jusqu'à ce qu'il passe la porte.

-       Envoyer Endrin chercher le bois avec les commis, juste avant qu'on arrive, murmura Baïr. Tu penses qu'il l'a fait exprès ?

-       Ça ne m'étonnerait pas une seconde, répondit Sonja sur le même ton. Il avait l'air beaucoup trop amusé pour que ce soit un hasard...

Baïr acquiesça en caressant sa barbe, et Sonja lui sourit tendrement. Azar allait les avoir, ses retrouvailles.

 

*

 

Dehors, un bataillon de commis avait formé une chaîne qui traversait la cour, reliant les charrettes pleines de bois et la remise. Mais avant de pouvoir trouver sa place dans la file, Andrev se fit embrigader dans le transport d'une souche très épaisse, que son groupe déplaça avec peine en piétinant dans la neige. Azar les regarda faire du haut du perron, bras croisés sur sa pelisse, distribuant des ordres à son personnel. Andrev ne fut pas fâché de se soustraire à sa vue en pénétrant dans le débarras.

L'endroit sentait le renfermé, la poussière et le bois sec ; tout semblait promettre et invoquer le grand Brasier d'hiver. On se bousculait entre les étagères, des commis et servantes circulaient de tous les côtés, aidés par quelques Wa, et le tout était à peine éclairé par deux lanternes encadrant l'entrée. Andrev ne distinguait pas bien les visages. Mais en sortant de la remise, il s'immobilisa.

Elle était là.

Endrin était chargée de plusieurs fagots qu'elle portait serrés contre sa poitrine, certaines branchettes piquant légèrement ses joues rosies par le froid. Elle secouait la tête pour empêcher les boucles de ses cheveux cuivrés de s'emmêler dans les branches. Andrev s'écarta, la regarda silencieusement entrer dans la remise avec son fardeau. Il garda les yeux fixés sur l'obscurité qui l'avait engloutie, puis les détourna lorsqu'elle reparut, époussetant sa tunique et son pantalon, dégageant des fragments de bois accrochés aux fourrures qu'elle portait sur les épaules. Elle ne sembla pas l'apercevoir - ou du moins, pas le reconnaître. Elle gravit les marches du perron et Azar l'accueillit avec de grands gestes.

Andrev se dépêcha de saisir un nouveau tas de bûches et retourna à l'abri, dans l'obscurité de la remise. Azar ne manquerait pas de dire à Endrin qu'il était là, et il ne voulait pas marcher dans ses combines. À l'intérieur, il aida à solidifier les tas de bois branlants, et quand il ressortit quelques minutes plus tard, l'aubergiste et Endrin avaient tous deux disparu - sans doute rentrés profiter de la chaleur de la grande salle.

Après quelques allers-retours supplémentaires, il n'y eut plus de bois à transporter, et plus de raison pour Andrev de s'attarder à l'extérieur. Il regagna l'auberge, les mains enfoncées au fond des poches. On avait déjà pris place dans la salle principale ; les plateaux de boissons chaudes circulaient et la rumeur des conversations s'amplifiait. Endrin avait rejoint auprès du feu le groupe formé par Azar, Sonja et Baïr. Debout devant l'âtre, elle tendait les mains vers les flammes pour les réchauffer, se retournant parfois à demi pour répondre aux questions des adultes.

Andrev s'avança lentement dans leur direction, contournant les groupes d'enfants en plein affrontement, répondant sobrement aux salutations, écartant les chaises et les bancs. Ses parents l'aperçurent, de même que l'aubergiste qui lui adressa un signe enthousiaste de la main. Endrin suivit leurs regards et croisa enfin celui d'Andrev.

Elle cligna des yeux. L'un était d'une couleur noisette chaleureuse, mais l'autre était imprévisible. Bleu quand il l'avait aperçue dans la cour, il tournait maintenant à un gris clair, parsemé de volutes de fumée. Et il serait vert dans le quart d'heure à venir, ou noir quand on se mettrait à table, peut-être même jaune ou violet lorsqu'elle s'éveillerait le lendemain matin. Andrev ne savait pas si ces changements de couleur étaient aléatoires ou s'ils suivaient une certaine logique, et il avait cessé de se poser la question depuis longtemps. C'était comme ça avec Endrin : les questions restaient souvent sans réponse et il valait mieux l'accepter sans s'obstiner.

Les deux jeunes gens échangèrent une brève accolade. À côté d'eux, quelques personnes s'étaient arrêtées pour saluer Baïr et Sonja. Azar souriait d'un air absent, légèrement penché en direction d'Endrin et d'Andrev, l'oreille tendue.

-       Ton année s'est bien passée ? demanda Endrin en faisant un petit pas en arrière.

-       Oui. Et la tienne ?

-       Oui.

Elle ôta les fourrures qui lui couvraient les épaules et les abandonna sur un fauteuil tout proche ; puis elle remonta les manches de sa tunique aux bordures brodées de fils colorés.

-       On se voit plus tard ? proposa-t-elle. J'ai du travail.

-       Ma petite fille, intervint aussitôt l'aubergiste, tu peux bien prendre un peu de bon temps après avoir peiné sous la neige jusqu'à la grange.

-       On attend encore du monde, Azar, objecta Endrin. Ils vont avoir besoin d'aide en cuisine.

-       Les commis se débrouilleront sans toi, voyons !

Endrin secoua la tête avec une expression sérieuse, adressa un petit signe de tête à Andrev et partit en direction des cuisines. Azar pinça les lèvres.

-       Eh bien, garçon - accompagne-la ! Il y a toujours de quoi faire en cuisine...

Andrev secoua la tête.

-       Je vais plutôt aux écuries, marmonna-t-il. Vérifier si nos montures sont bien installées.

Les adultes le suivirent des yeux, et une fois qu'il eut passé la porte, Azar s'installa plus confortablement dans son fauteuil, l'air à la fois un peu déçu et tout de même satisfait.

-       Alors ? lança-t-il aux chefs du clan Wa.

-       C'est lui qui a remarqué les premiers flocons, hier, lui apprit Sonja d'un ton dégagé. Nous sommes partis presque aussitôt.

L'aubergiste tapa sur ses accoudoirs avec un grand rire.

-       Je l'aurais parié ! Ah, je vous jure... Vous les avez entendus ? Plus timides que des faons !

-       Ça ne durera pas, assura Sonja.

-       J'aimerais bien te croire. Et je donnerais cher pour assister à la suite. Mais ils sont à l'âge où on ne peut plus les suivre à la trace, ajouta Azar en soupirant.

Baïr ne dit rien. Il regarda Sonja, puis laissa ses yeux se perdre dans les flammes. Il se souvenait des hivers précédents et de ceux d'il y a longtemps.

 

*

 

Au cours de l'après-midi, la grande famille Maam arriva à l'auberge ; ils vivaient dans les environs, mais le trajet avait été long à cause de leurs bêtes, qu'ils installèrent dans les étables réparties autour du bâtiment central. Peu après, les clans Skoll et Venn, qui s'étaient rencontrés en chemin, se joignirent à leur tour à la foule qui commençait à emplir la clairière.

On attendait encore du monde pour la soirée. L'ambiance de l'auberge était toute aux retrouvailles et aux bavardages, les boissons chaudes circulaient et des fumets appétissants commençaient à émaner des cuisines.

À une table de la salle principale, Piotr des Venn racontait sa rencontre avec trois Skums près du fjord où il allait parfois pêcher. Il décrivit longuement les motifs qui s'étalaient sur leur peau sombre, leur gracieuse chevelure d'écume, le calme apparent avec lequel elles l'avaient contemplé pendant d'interminables secondes et leur lente replongée au fond de l'eau.

-       Tu n'as pas eu peur ? demanda Frigg Maam.

-       Pas vraiment, mentit Piotr avec aplomb.

Frigg haussa les sourcils avec admiration, puis enchaîna en parlant des Lytts qui s'étaient cachés récemment dans une des granges de la famille Maam, effrayant les bêtes ; le père Maam avait dû user de toute sa science pour les faire partir sans déclencher leur colère.

À l'extérieur de l'auberge, on préparait l'aménagement du campement. L'édifice, quoiqu'imposant avec ses deux étages, ses dizaines de chambres, sa grande salle et ses salons secondaires, sans compter ses cuisines, les caves où se trouvaient ses laveries et ses multiples remises, ne pouvait accueillir tous les Nordiques entre ses murs. Les sédentaires - la famille Maam et les commis de l'auberge - recouvrirent le sol de revêtements isolants aux emplacements choisis ; puis les nomades - Venn, Skoll et Wa - montèrent les tentes avec la rapidité que confère l'habitude. On garnit ces abris de couvertures tressées, de fourrures, et chacun y installa ses couchages.

Pendant ce temps-là, un second groupe de travailleurs avait entrepris d'empiler du bois dans un vaste espace devant l'auberge, à distance respectable des tentes, en prévision du départ du grand Brasier. La cérémonie devait avoir lieu le lendemain au soir, quand tout le monde serait arrivé. Quelques shamans marchaient déjà autour du tas pour disposer aux endroits propices leurs pierres peintes, leurs touffes d'herbes aromatiques et leurs statuettes de bois enduites d'huile.

Endrin faisait du tri parmi la masse de victuailles entreposées dans les remises. Au fond d'un garde-manger, elle tomba sur un groupe de Lytts qui tournoyaient au plafond, répandant leur étrange lumière sur les sacs de toile et les tonneaux de bois ; ils étaient surexcités par le Rassemblement, eux aussi. Ne tenant pas à provoquer un mouvement de panique, Endrin les chassa discrètement par la porte arrière des cuisines, et ils scintillèrent de plus belle en filant vers la forêt.

De son côté, Andrev n'avait pas bougé de l'écurie. La plupart des montures, de tous poils et plumes, avaient parcouru un long chemin dans la journée et réclamaient des soins. Il fallait brosser les pelages des chevaux et décrasser leurs sabots, lisser les plumages des munnins et frictionner leurs pattes fourbues, les nourrir, parfois à la main, garnir leurs stalles de tout ce dont ils avaient besoin... Le jeune homme n'était pas de trop. Quand les commis s'éloignaient, il murmurait même des refrains apaisants aux bêtes les plus fatiguées.

Azar, quant à lui, se trouvait au beau milieu de la tourmente : il débitait accolades et paroles accueillantes à un rythme effréné, s'arrêtant pour soulever les enfants de terre, repartant trinquer avec un groupe, engageant la conversation avec un autre, faisant éclore sur son passage sourires et chaleur. Les Rassemblés étaient glacés par la longue chevauchée qu'ils avaient menée jusqu'à l'auberge. Ici, toutefois, l'hiver se faisait toujours plus discret. 

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 07/03/2021
Coucou !
Alors l'impression d'avoir affaire à une belle histoire après avoir lu le prologue se confirme, ce premier chapitre est superbe. Je suis assez sensible au style et je dois dire que le tien me touche particulièrement. J'aime tes descriptions, l'ambiance qui s'en dégage pose tout de suite un cadre épais et dense dans lequel il fait bon de se perdre, en tant que lecteur.
Tes dialogues sont fluides, animent le récit, et pour le reste je ne vais pas trop m'étendre parce que parfois trop décortiquer les récits enlève de leur charme, alors je suppose que je vais juste me laisser porter par la suite et me taire pour laisser tes personnages parler à ma place.
EryBlack
Posté le 07/03/2021
Re ! Tes compliments me vont droit au coeur, merci beaucoup ! Le style est important pour moi aussi, et précisément pour ce début, je cherchais à créer quelque chose de très immersif, une ambiance "épaisse", comme tu dis. Je suis ravis si ça fonctionne ^^
J'y pense avec un temps de retard : cette version n'est pas la dernière. J'ai repris une ultime (croisons les doigts) réécriture depuis quelques mois. L'histoire ne change pas, mais dans le détails il y a quand même pas mal de trucs qui varient. Je ne vais pas la poster tout de suite, mais si ça te dit, je peux te l'envoyer (au moins la première partie puisque le reste n'est pas terminé). C'est juste pour prévenir au cas où, aucune obligation ! Tu peux aussi lire tranquillement sur PA ^^
Merci encore pour tes retours, ça me motive bien, je voulais justement écrire aujourd'hui ! À bientôt ici ou sur le forum :D
Louison-
Posté le 07/03/2021
Oh chouette si tu as encore sous la main une "ultime" réécriture ! Et quant à me l'envoyer : alors c'est comme tu le sens de ton côté ! Pour ma part pourquoi pas, comme ça j'ai vraiment la meilleure version sous les yeux ^^ Merci en tout cas !
Et oui à tout bientôt ici ou ailleurs ! :)
Gabhany
Posté le 06/12/2020
Hello Eryblack !
Je suis contente que les HO me donnent l'occasion de découvrir ta plume. Ce premier chapitre est intrigant, juste ce qu'il faut, il pose bien les choses entre les différents personnages, mon coeur de midinette se concentre déjà sur l'idylle Andrev/Endrin ^^ Je suis curieuse des éléments fantastiques que tu intègres, les créatures mais aussi la magie, les shamans ... je continue ma lecture !
EryBlack
Posté le 06/12/2020
Salut Gabhany, bienvenue ! Merci pour ton retour encourageant <3
Aaaah je dois quand même t'avertir, le mot "idylle" n'est pas le plus approprié pour parler de ces deux zigotos xD J'espère toutefois que la suite te plaira !
C. Kean
Posté le 25/11/2020
Franchement, je déteste le Nord et puis la neige ça m'horrifie, mais là je suis séduite. Peut-être est-ce le soucie du bois et du feu, l'évocation des tisanes, la texture des fourrures ou l'accent chaleureux et intarissable d'Azar, mais je m'y suis sentie très bien. Il y a les textures, l'agitation, qui sont montrés mais qui avant tout se ressentent. On y prend un peu le tournis, et parfois il y a un aspect un peu répétitif (entrer, sortir, entrer, ressortir). Mais ça donne aussi un sentiment de vrai. Vrais regards qui ne se croisent pas tout de suite entre Andrev et Endrin par exemple.

J'ai beaucoup aimé ce qui est dit des yeux vairons d'Endrin d'ailleurs. Ca souligne son origine trouble, nécessairement hybride de quelque chose. Solidement campée dans ce microcosme par ses activités mais aussi étrange si ce n'est étrangère. Comme Azar. J'avoue je l'aime vraiment beaucoup, ce moulin à parole, qui cache ses secrets non pas dans le silence mais dans la profusion. On se demande vraiment comment il survit à l'été et qui subit ses effusions lorsque les rassemblées sont éparpillés sur le territoire !

Bref, j'ai hâte également de découvrir un peu plus les éléments merveilleux de ton univers, puis le rôle des chamans et les spécificités de chaque clan. L'immersion est là, et l'écriture est maîtrisée, riche et généreuse, ça ne peut que donner envie de poursuivre !

Je te note à titre indicatif la seule remarque que j'ai retenu en passant :
* « installés près des cheminées.
Une fois tout l'équipement déchargé et les chariots rassemblés au sec dans une grange, Andrev vint lui aussi se réchauffer devant l'une des cheminées, » : répétition maladroite

A bientôt !
EryBlack
Posté le 28/11/2020
Saluuut encore !
Ouaaah si j'ai pu convaincre un minimum une réfractaire au Nord enneigé, c'est inespéré. Ravie que l'ambiance t'ait plu. J'ai eu beaucoup de retours positifs sur ce point et j'en suis super contente. Je crois que j'ai rectifié un peu (ou essayé en tout cas) l'aspect répétitif de ces arrivées successives. En fait je suis en pleine réécriture de ce tome 1 en ce moment, à la moitié à peu près. Du coup toutes les remarques sont bonnes à prendre !
Oui ! Ah ça me fait trop plaisir ce que tu dis sur eux. Les yeux d'Endrin, c'était une de mes premières idées, j'y tiens et en même temps, ces derniers temps, parmi tous les doutes que j'ai sur cette histoire je me suis dit que c'était quand même très cliché, l'héroïne aux yeux spéciaux. Mais en fait il faut que je le garde à cause de ce que tu as perçu : son aspect hybride. Merci pour Azar aussi, c'est exactement ça. (Quel plaisir c'est quand on sent que nos personnages sont compris et bien cernés <3)
Merci beaucoup pour ton commentaire, désolée d'y répondre un peu tard. J'espère que la suite te plaira si tu continues !
Cherry
Posté le 12/11/2020
Hey EryBlack !

Ce début est juste magique, il me donne vraiment l'impression d'être immergée dans l'histoire. Andrev est pour l'instant mon personnage pré-fé-ré. L'univers que tu as tissé est incroyable et me rappelle Game of Throne et Rebelle de Disney honnêtement ;-)
Après je n'ai pas compris ce qu'était des Lytts ? Des créatures à part ? Dommage qu'il n'y ait pas plus d'explications sur eux.
Mais c'est toujours avec entrain que je te suis !!!

Cherry on the cake !
EryBlack
Posté le 13/11/2020
Re ! Contente de te voir continuer ^^
Merci pour tes compliments, et pour Andrev ! GoT et Rebelle ne font pas vraiment partie de mes inspirations, mais c'est sûr que leurs ambiances respectives ont des liens avec la mienne. Rebelle plus que GoT, quand même : toute cette violence, loin de mon histoire ! ^^
Sur les Lytts, c'est vrai que cette version de l'histoire (qui n'est pas la plus récente, je n'ai pas encore mis à jour...) pourrait être plus claire. Mais les explications viennent assez vite normalement, j'espère qu'elles te satisferont.
Merci beaucoup ! Bonne journée :D
Codan
Posté le 02/01/2020
Bonjour !
J'aime beaucoup dans ce chapitre la manière dont tu prends le temps de poser l'ambiance et de présenter les personnages. L'univers m'a séduite : on est en plein hiver, mais les peuples et les liens que tu mets en scène regorge dent de chaleur. Un gros coup de coeur pour l'aubergiste : je trouve ça assez cool que ce soit un étranger qui rassemble autour de lui, dans son auberge, des autochtones. Et puis, bien sûr il est intrigant. J'aime aussi les deux personnages romantiques, Andrev et Endrin, j'aime qu'ils ne se sautent pas dessus et la frustration que tu donnes à tes lecteurs : il n'y a qu'un regard pour toute interaction !! C'est génial !

Ce que j'ai le plus aimé, c'est que tu prends ton temps pour tout. Ca laisse plein de questions et ça incite à continuer.

Oh et puis moi je ne vois rien sur le style, mais ce n'est pas mon fort. Juste qu'il est fluide, rythmé, et plein de belles images et qu'il sert habilement ton récit.

À bientôt !
EryBlack
Posté le 13/11/2020
Merci beaucoup pour ton commentaire, ça m'avait fait très plaisir de lire tes impressions :) Concernant le rythme, c'est un vrai soulagement de voir que le fait de prendre son temps peut plaire à certains lecteurs, parce que je suis incapable de faire autrement avec cette histoire xD Merci beaucoup encore !
Envoleelo
Posté le 29/12/2019
Je continue avec ce premier chapitre qui tient les promesses du prologue !

J'aime beaucoup les romans qui débutent dans une auberge. C'est un lieu de passage, de rencontre - un lieu prometteur et romanesque par définition. La rencontre entre tes deux jeunes protagonistes est toute douce, pimentée par le double regard de l'aubergiste et des parents.

Ton aubergiste me semble être un excellent personnage pour nous guider à travers ce début de roman. Tu réussis à marquer son tempérament grâce à des répliques truculentes, pleines de vie. On comprend bien à quel point il est différent des gens du Nord dans sa manière de s'exprimer, ses gestes, sa chaleur. Et - chose que j'adore - on comprend aussi qu'il garde quelques secrets pour lui. C'est un personnage qui a du relief, très attachant.

Au niveau du style, je n'ai rien à dire. Tout est vraiment très maîtrisé, bien rythmé. C'est un plaisir à la lecture.

"Des traînées blanches et grises parsemaient leurs cheveux telles des neiges éternelles, témoins de leurs cinquante hivers dépassés depuis peu ; ils avaient pourtant chevauché côte à côte dans le froid, devançant les cinq chariots de leur convoi."
Je trouve que les deux parties de la phrase s'articulent plutôt mal. Peut-être la faute du point-virgule. En tout cas c'est le seul passage sur lequel j'ai tiqué. Il faut dire que le reste est tellement fluide...
EryBlack
Posté le 13/11/2020
Je continue mes réponses honteusement tardives... Je me souviens que j'avais lu tes commentaires alors que je fêtais le Nouvel An avec des amis, l'an dernier, et ça m'avait remplie de joie - mais je n'étais pas vraiment en position de répondre vite, et après le temps a passé. Vraiment désolée !
Merci beaucoup pour tous les points positifs que tu relèves, je suis super contente que tout ça soit perceptible et appréciable.
Je crois que le passage que tu cites a été modifié dans la version la plus récente. Merci pour ton avis en tout cas !
Jerome
Posté le 19/06/2018
Salut EryBlack!
Je viens de débuter ta fiction sur le conseil d'Isapass qui m'en a dit énormément de bien ("elle est dans une autre sphère que nous" m'a-t-elle dit). Eh bien j'avoue que ton prologue et ce premier chapitre lui ont donné raison.
J'ai été hyper impressionné par ta maitrise, si bien que je n'ai pas vraiment de remarque à faire. Ton style est recherché tout en restant fluide, le vocabulaire est varié, tu alternes très bien les descriptions (qui sont très précises et qui permettent facilement de se représenter les différents éléments) et les dialogues.
Bref tu plantes admirablement le décor et je pense avoir trouvé ma nouvelle lecture sur FPA. Je reviendrai très très vite lire la suite, c'est certain. 
En tout cas, même si je n'ai pas beaucoup de recul sur ton histoire, je rejoins Isa sur le fait que ton réçit fait vraiment "Pro".
A bientôt :)
EryBlack
Posté le 19/06/2018
Salut Jérôme !
Wow, eh ben ça ^^ C'est très gentil, merci ! Je ne sais pas si je mérite cette publicité dithyrambique mais ça fait très plaisir en tout cas :) Heureuse que ça t'ait fait cet effet, j'espère que la suite te plaira également. N'hésite pas à formuler des remarques bien sûr, moi j'ai l'impression d'être encore bien loin du "pro" donc tout avis est encore bon à prendre ! 
Merci pour ton passage et à bientôt ! 
Isapass
Posté le 17/03/2018
Waouh ! 
Je comprends déjà pourquoi on m'a conseillé de te lire.
Ton style est vraiment très agreable à lire. Fluide, efficace, mais recherché. Les images se forment derrière les mots avec facilité (c'est ma jauge : je visualise plus ou moins facilement le "film". Et là, ça se déroule sans effort).
En un chapitre, tu parviens à planter le décor. Les lieux, l'ambiance festive de retrouvailles, la rudesse du pays et de la saison. Et surtout les personnages ! Ils sont déjà bien campés : le truculent Azar, peut-être un peu roublard, le couple Wa, qui porte la sagesse de l'expérience, Andrev le taciturne... On en sait moins sur Endrin, mais on brûle de la découvrir. D'où vient son oeil qui change de couleur ? Qui est-elle ? La fille de Azar ? Alors pourquoi l'appelle-t-elle par son prénom ? Sa petite-fille ?
Et tu lances déjà les pistes de l'histoire : une relation particuliere entre les deux jeunes ? Sont-ils amoureux ? Est-ce réciproque ? Que s'est-il déjà passé l'hiver précédent ?...
Bref, tu vois, je suis déjà mordue ! Bravo pour l'immersion !
Une toute petite remarque : le mot "accolade" revient souvent. Il n'a sans doute pas beaucoup de synonymes ? Je ne suis pas très sensible aux répétitions et pourtant je l'ai noté, alors je te le dis.
Je reviendrai très bientôt !
EryBlack
Posté le 17/03/2018
Merci beaucoup, ça me fait super plaisir ! Je crois que j'ai un peu le même genre de jauge que toi - ce qui est embarrassant parfois quand je veux lire des écrits théoriques et non pas narratifs... ben oué, parce que sans images, je comprends rien à ce que je lis xD Bref, en tout cas, je suis ravie que tu aies eu cette impression positive. 
Hihi, toutes ces questions <3 Normalement elles devraient presque toutes trouver leurs réponses bientôt ! En attendant c'est super gratifiant de te voir t'interroger comme ça, merci beaucoup de partager ça avec moi <3 
Oh, on ne m'avait jamais fait cette remarque. Je note ! merci !
Et j'espère que la suite te plaira si tu t'y attaques :) 
Olga la Banshee
Posté le 27/01/2018
Hello ! Bon, je ne sais plus quel topic m'avait donné très envie de te lire (ainsi que le portrait d'Endrin de ce Wink-end), et je ne regrette pas ! C'est même difficile à commenter puisque j'aime tout ! L'ambiance est magnifiquement posée, je visualise déjà les lieux, à l'intérieur et à l'intérieur. Les réactions des persos et leur façon de parler sont très crédibles. Et le moment choisi pour débuter l'histoire est hyper bien trouvé ! Ca évite le côté gnan-gnan chabadou de la rencontre entre deux jeunes gens (ouais je suis pas très branchée romance), là ils se connaissent déjà peu ou prou.
 Bref, je dévore ! Bravo !!! 
EryBlack
Posté le 27/01/2018
Re, Olga :)
J'avoue que les copines dessinatrices m'ont fait une pub d'enfer... Promis, c'était pas de mon fait xD (mais amour sur elle, et merci encore à toi pour cette idée du Wink-end qui est vraiment chouette !)
Contente que ça ait valu le détour, en tout cas. Ça me fait particulièrement plaisir ce que tu dis sur le moment choisi pour débuter l'histoire. Ce n'est pas un choix réfléchi à proprement parler, puisque je me suis lancée dans cette histoire sans filets à la base, mais en 3 ans j'ai eu le temps de prendre du recul et je suis heureuse d'avoir commencé de cette façon-là. Moi je suis assez branchée romance, mais tout comme toi, le côté "rencontre dont on se doute très vite qu'elle va déboucher sur une relation plus ou moins romantique", ça ne me fait plus grand-chose (sauf quand c'est bien fait, et ça arrive). De manière générale, je trouve ça assez casse-gueule les romans avec des grands passages de découverte (que ce soit donc une personne qu'on rencontre ou bien un endroit qu'on visite), je trouve ça super dur à gérer. J'aime mieux l'idée d'atterrir pas tout à fait in medias res, mais pas loin ^^ C'est plus facile de poser une ambiance de cette façon-là, je trouve, on n'a pas besoin d'être spectaculaire.
Bref, je m'étale. Merci beaucoup pour la lecture et les compliments ! Au plaisir :D  
Lucyie
Posté le 24/05/2019
Je viens d'engloutir de chapitre! Je n'en suis qu'au chapitre un et pourtant il y a deja un univers, une ambiance bien spéciale. J'adore !
EryBlack
Posté le 24/05/2019
Bonjour Lucyie !
Merci pour ton commentaire qui me fait plaisir, j'espère que la suite te plaira aussi ! :)
Liné
Posté le 20/09/2017
Hello Ery,
ENFIN je me plonge dans la lecture de L'Université ! 
Et je suis ravie, parce qu'en un seul chapitre, et avec très peu de description, tu es parvenue à recréér un univers du Nord. Très naturellement, sans que je sache trop comment tu avais fait cela, je me suis immergée dans un monde tout gris/blanc, avec de la neige, de la brume, du froid, mais aussi du feu, des fourrures... 
Tu prends le temps de présenter tes personnages. L'intrigue amoureuse entre Endrin et Andrev est très prometteuse (coeurcoeurcoeur !).
Dans la scène du thé, Azar est seul à faire la conversation. Ses interlocuteurs ne lui répondent que très peu, voire pas. Ca a créé, j'ai trouvé, un sentiment de malaise : comme si Azar se dissimulait, cachait des vérités... Ce qui a l'air en parfaite cohérence avec ton intruigue générale (?). Bref, en tout cas chapeau bas, car ce sentiment de malaise est amené très subtilement !
Et parce qu'il faut bien titiller, j'aurai juste une rapide remarque en termes de style :
"Un jeune homme solidement bâti descendait de cheval à quelques pas"-> c'est vraiment du détail, hein, pour chercher la petite bête, mais j'aurais placé le "à quelques pas" en début de phrase. Pour éviter, si on lit trop rapidement, qu'on image ne serait-ce qu'une micro-seconde qu'il s'agit d'une appartenance rattachée au cheval (un cheval à pas)
En tout cas, merci Ery pour cette lecture, et à très vite =D
Liné
EryBlack
Posté le 20/09/2017
Linééé <3 Ça fait vraiment plaisir de te voir ici ! (désolée d'avoir tant tardé à répondre ><)
Je suis ravie que tu aies eu toutes ces impressions sur le Nord <3 Et puis aussi sur ce qu'il y a entre Andrev et Endrin <3 J'espère que la façon dont tout ça évoluera te plaira ! (et surtout que tu ne seras pas frustrée par la terrible lenteur avec laquelle tout se passe :') )
Oh, tu es la première à me faire cette réflexion sur le malaise de ce passage. Je n'avais jamais vu ça comme ça... Je crois que la joie d'Azar se manifeste simplement par beaucoup de bavardages, tandis que Baïr et Sonja sont beaucoup plus silencieux. Mais ton analyse sur ce qu'Azar dissimule de lui-même est très juste ! Alors, même si je pense qu'il n'y a pas de malaise entre les personnages à ce moment-là, s'il y en a un peu pour le lecteur, c'est quand même cool.
Je note ta remarque, tu as raison, ce sera mieux si je change ! Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire, j'espère que la suite te plairas si tu décides de poursuivre :D  
Praline
Posté le 31/05/2017
Coucou Ery ! 
 
Que dire  que dire à part que je suis impressionnée par ton style, particulièrement par tes descriptions qui nous plongent directement dans l'ambiance du Nord et tes personnages qui semble tous avoir leur particularité... bravo ! J'aime particulièrement Andrev et Endrin, c'est bien prometteur tout ça ! Est-ce volontaire qu'ils s'évitent ainsi? De la timidité ? 
 
Je ne sais pas pourquoi mais je trouve qu'il y a un petit goût de l'ambiance de Game of Thrones, ce qui est tout à ton honneur !
 
Il semble aussi que ce monde est empli de magie; j'ai hâte de découvrir les autres créatures qui peuplent ce monde.   À très vite ! 
EryBlack
Posté le 31/05/2017
Coucou Pralou <3
Merci beaucoup pour tes compliments, ça me fait très plaisir ! Pour Andrev et Endrin, je vais te laisser te faire ta propre idée, je crois que les chapitres suivants en révèlent un peu plus ^^ Une chose est sûre, en tout cas, ni l'un ni l'autre n'est très extraverti.
Ahhh, tu n'es pas la première à me dire ça pour GoT, et je ne sais jamais comment le prendre :'D Je sais que c'est une série très appréciée, et il y a moi-même plein de trucs que j'aime dedans. Mais certainement pas l'ambiance :') c'est beaucoup trop sombre et violent pour moi, sans même parler du fait que ça traite énormément de politique alors qu'ici pas du tout. S'il y a eu inspiration, et je ne nie pas que ce soit possible, ç'a été plutôt sur la dichotomie Nord/Sud, et au-delà de ça, bien sûr, sur certains éléments disons "décoratifs" (les paysages, les vêtements...). Bon, en tout cas, je pense que c'est normal que le début fasse penser à cette série, mais ça m'étonnerait que ça se poursuive dans la suite ^^ Enfin, tu me diras ! 
On les découvrira petit à petit, j'espère que tu ne seras pas déçue ^^ Merci pour ton commentaire !
Keina
Posté le 12/05/2017
Coucou ! Bon, j'ai pris du retard sur le triptyque, mais je me suis enfin penchée sur ce premier chapitre. Et... c'est vraiment cruel de t'être inscrite. Non mais, comment veux-tu que j'arrive à t'écrire une review digne de ce nom alors que tout ce qui me vient en tête après ma lecture c'est "aaaah mais c'est trop bien qu'est-ce que ça fiche encore sur PA ? Pourquoi c'est pas déjà en librairie cette petite perle ?".
Bref, tu l'as compris, je suis conquise, et je ne pense pas être la seule. Tout m'a semblé juste dans ton récit, la façon dont tu introduisais ton monde, les dialogues, la présentation des personnages... j'avais vraiment l'impression d'ouvrir les premières pages d'un roman YA à succès, et si la suite est du même accabit, je crois sérieusement que tu vas être notre prochaine Cricri, avec le même succès.
C'est encore plus  flagrant que je me souviens avoir lu le premier chapitre de l'ancienne mouture : s'il était déjà très agréable à lire, j'ai l'impression que celui-là est encore plus efficace !
Donc c'est avec grand plaisir que je vais continuer. Et je m'excuse profondément pour la vacuité de cette review. Au prochain chapitre, j'essaierai de chercher la petite bête, promis ! :)
EryBlack
Posté le 12/05/2017
Oh là lààà, Keina <3 Je sais absolument plus où me mettre, ton commentaire m'a filé la banane pour le reste de la journée ! Merci infiniment, je suis juste hyper touchée ! J'espère très très fort que la suite ne te décevra pas ; ce début a été tellement manié et remanié, c'est génial de voir qu'il peut plaire à ce point-là et ça me ravit, mais je sais aussi que la suite va me demander encore tellement de travail, c'est stressant... mais aussi ô combien encourageant !
Alors, vraiment, aucun problème ; si c'est pour me laisser des retours de lecture si gentils, je t'autorise à ne pas chercher la petite bête xD (Enfin, je plaisante à moitié bien sûr, si tu trouves des choses à améliorer, n'hésite surtout pas !)
Merci encore et à très vite <3 <3 
Fannie
Posté le 11/05/2017
Coucou Ery,
C’est agréable, cette auberge où tous ces gens peuvent venir passer l’hiver dans une ambiance chaleureuse. Tu nous montres bien l’atmosphère qui règne là, avec ces familles où plusieurs générations sont représentées, dont les enfants qui courent partout. Il y a déjà une belle palette de personnages. Azar en fait des tonnes, mais il faut bien que quelqu’un fasse l’animation, avec tous ces taciturnes. Et il est sympa, même s’il est un peu lourd avec Andrev et Endrin.<br /> Concernant ces deux-là, on dirait que lui s’intéresse plus à elle que l’inverse. Et pour l’œil qui change de couleur, dommage que tu n’aies pas d’explication toi-même. Tu en parles de manière à lui donner de l’importance et tout ça pour rien ? Je veux bien attendre, longtemps s’il le faut, mais j’aimerais savoir un jour ou l’autre d’où lui vient cette caractéristique, aussi anodine soit-elle.
J’ai aussi été frappée par la phrase : « C'est lui qui a remarqué les premiers flocons, hier, lui apprit Sonja d'un ton dégagé. Nous sommes partis presque aussitôt. » C’est clair que dans ce contexte, cette réaction semble dictée par son désir de retrouver Endrin. Moi, je le vois aussi comme un garçon qui devient adulte et qui commence à prendre les devants au lieu de simplement suivre ses parents.
De mon côté, je ne m’étais pas doutée un instant qu’Endrin était la fille (même adoptive) d’Azar. Je l’ai lu dans des commentaires. Je me demandais justement où était sa famille...
Les munnins ont vraisemblablement une allure qui s’apparente aux autruches ou aux émeus. Mais à quoi ressemblent les Skumms ? À des sirènes ? À ton avatar ? Et les Lytts ? À des sortes de fées ou de lutins luminescents ? Des sortes de lucioles ? Alors elles s’apparentent plutôt à des insectes ou des animaux ; bizarre... Les majuscules à Skumms et Lytts ne sont pertinentes que s’ils sont assimilés à des ethnies. Si ce sont des espèces (comme les sirènes, les fées, les humains), il ne faut pas mettre de majuscules.<br /> Enfin bref, je trouve dommage que tu parles de ces créatures comme d’une évidence, sans les décrire ; ça me donne l’impression d’avoir loupé des chapitres et de prendre l’histoire en cours de route. Je ne pense pas que ce soit une bonne option de laisser le lecteur les imaginer à sa manière jusqu’au moment où tu voudras bien en dire davantage à leur sujet. D’autant plus qu’après s’en être fait sa propre idée pendant plusieurs chapitres, on aura de la peine à intégrer la nouvelle image que tu en donneras. Après tout, si on adaptait cette histoire au cinéma, il faudrait bien les montrer dès leur première apparition.
<br />
Coquilles et remarques :
En-dehors de la saison froide [En dehors, sans trait d’union]
pour travailler quelques temps à l'auberge [quelque temps ; ici, « quelque » veut dire « un certain », pas « plusieurs », donc il reste au singulier]
et elle avait l'air encore toute intimidée [tout intimidée ; ici, « tout » a valeur d’adverbe et il s’accorde uniquement par euphonie avec les adjectifs qui commencent par une consonne (« h » muet excepté)]
comme on n'a encore jamais vues en hiver [j’écrirais plutôt « comme on n'en a encore jamais vu en hiver »]
l'aubergiste et Endrin avaient tous deux disparus [disparu]
sans doute rentrés à l'intérieur [c’est un pléonasme ; en plus, il y a déjà « à l’intérieur » dans le même paragraphe]
l'édifice, quoiqu'imposant [en règle générale, on ne fait l’élision que devant les déterminants, les pronoms personnels et des mots comme en, avec, aussi, aucun et enfin. Mais certains grammairiens sont moins restrictifs.]
Quatrième tentative. Je suis tellement fatiguée que j'ai tendance à laisser des coquilles. (Non mais ça a l'air de quoi ?)
EryBlack
Posté le 11/05/2017
Hello Donna,
Contente que tu aies bien saisi l'atmosphère :) Et effectivement, si Azar n'était pas là, les Nordiques risqueraient de s'ennuyer un peu ! Tu as eu la bonne intuition à propos d'Endrin et d'Andrev, ce sera très vite développé dans la suite. Concernant l'oeil d'Endrin, tu as mal compris : j'ai une explication à propos de cet oeil qui change de couleur. La question à laquelle je ne suis pas sûre d'avoir de réponse, c'est celle qui concerne l'aspect aléatoire (ou non) de ces changements de couleur. Concrètement, est-ce que la couleur change quand Endrin ressent une chose en particulier par exemple, ou est-ce que ça se produit au hasard ? En tout cas, on saura bien d'où vient cet oeil un peu spécial, même si ça n'aura rien de scientifique ou de très précis.
Oh, ton analyse de cette phrase est intéressante ! Ça me fait plaisir que tu l'aies relevée. Honnêtement, Andrev n'aurait pas pu prendre tout seul la décision de mettre les Wa en mouvement pour repartir vers l'auberge ; ce sont ses parents les chefs de clan, donc eux qui décident. Mais plus jeune, il aurait pu avoir tendance à se laisser plus porter, c'est vrai, et c'est chouette que ça puisse être interprété comme ça.
Pour le fait qu'Endrin est la fille d'Azar, je ne vois pas trop comment rendre ça plus clair plus vite, il l'appelle quand même "ma petite fille", c'est assez explicite... Il n'utilise pas ce qualificatif pour les autres enfants, par exemple. Mais bon : à vrai dire, ça ne me dérange pas qu'on ne comprenne pas immédiatement. Ce sera largement développé dans la suite, et rien ne vient laisser entendre qu'Endrin n'est pas la fille d'Azar (c'est même dans le résumé de l'histoire !), donc je pense que ça ne me poserait pas de problème en tant que lectrice.
Alors, la question de l'apparence des esprits. C'est vrai, je parle de ces créatures "comme une évidence" et ça donne l'impression de "prendre l'histoire en route" ; c'est exactement l'effet que je recherche. Contrairement à ce qui se passe dans Harry Potter par exemple, il n'y a ici aucun personnage qui soit en train de découvrir le Nord. C'est une société qui existe depuis des années et je n'ai pas envie de l'expliquer, mais de la montrer telle qu'elle est. Je m'efforce de rendre ça compréhensible malgré tout, mais je ne veux pas procéder d'une manière mécanique en décrivant les esprits au fur et à mesure qu'ils sont mentionnés. Toutefois, quelques lignes donnent de premières indications :
 
"Piotr des Venn racontait sa rencontre avec trois Skums près du fjord où il allait parfois pêcher. Il décrivit longuement les motifs qui s’étalaient sur leur peau sombre, leur gracieuse chevelure d’écume, le calme apparent avec lequel elles l’avaient contemplé pendant d’interminables secondes et leur lente replongée au fond de l’eau." 
Quant aux Lytts, on sait qu'ils émettent une "étrange lumière" ; c'est tout ce qu'on a besoin de savoir, puisque, autant le préciser dès maintenant, ils sont littéralement des petites lumières. Pour eux, pour les Skums, les Pans et les Branns, il y aura des descriptions plus longues par la suite, quand Endrin sera vraiment face aux esprits à certains moments importants dans l'histoire. Pour moi, ça n'a pas d'intérêt d'expliquer ce que sont ces créatures avant même qu'on les ait réellement rencontrées. Je veux d'abord montrer qu'elles sont là, un peu partout autour des Nordiques, qu'elles ont quelque chose de familier mais aussi d'inquiétant parfois. C'est un choix de les introduire de cette façon-là plutôt que frontalement :)À propos des majuscules, merci de la remarque, mais je vais les laisser. Les esprits ne sont certes pas des ethnies, mais ce ne sont pas non plus de simples créatures imaginaires telles que des sirènes ou des trolls, puisqu'elles sont réelles et bien présentes ; ni humaines, ni animales, mais un peu entre les deux et dotées d'un petit quelque chose de plus. Honnêtement, ce genre de règle ("une majuscule seulement pour les ethnies") fait partie de celles dont je m'affranchis sans aucun scrupule dès lors que j'estime que ça peut servir l'histoire, tant au niveau de l'intrigue que de la potentielle beauté du texte. Les majuscules soulignent la particularité de ces êtres, c'est donc là aussi une décision réfléchie.  Concernant tes autres remarques, merci pour ta minutie ! Pour "en dehors" et "tout intimidée", tu m'as appris ces règles que je ne connaissais pas et je t'en remercie. Pour le "comme on n'a encore jamais vues en hiver", je vais le laisser pour une question de sonorité ; je ne suis pas friande des accumulations de petits mots quand je peux les éviter, et comme ce n'est pas une erreur... De même pour le "quoiqu'imposant", "quoique imposant" me paraît moins joli à la lecture et générateur de confusion pour la lecture à l'oral (on ne prononcera pas "quoiquEUH imposant", c'est laid). Pour le reste, ce sont des erreurs que je vais corriger tout de suite, ainsi que dans les chapitres suivants ! Merci pour ta lecture, j'espère que ça t'a plu. À bientôt !
Cliene
Posté le 28/04/2017
Whaouh ! C'est captivant tout ça ! On sentirait presque le froid du dehors et la chaleur de l'auberge...
C'est très bien écrit et rythmé, très agréable à lire du coup.
J'ai juste remarqué que tu utilisais à de nombreuses reprises le point virgule et le tiret dans la première partie de ce chapitre. Cela m'a un peu gêné dans ma lecture pour garder le fil, mais il s'agit juste de mon ressenti ! 
Je ne sais pas si c'est volontaire mais parfois sudique est utilisé, parfois sudiste. 
En tous les cas, je suis contente que tu aies décidé de publier de nouveau ce texte pour nous en faire profiter ! À bientôt pour la suite :-)
EryBlack
Posté le 28/04/2017
Salut Cliène ! Heureuse de te voir par ici :)
 
Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire, je suis ravie que ça t'ait plu, et tes compliments me font super plaisir ! Hihi, le point-virgule et le tiret sont mes péchés mignons en matière de ponctuation, je suis navrée de t'annoncer qu'il y en aura autant, sinon plus, dans les chapitres suivants :') j'ai conçu la narration de cette histoire avec eux, et j'aurais beaucoup de mal à m'en détacher. Toutefois, s'il y a des endroits où l'usage que j'en fais te paraît inapproprié ou particulièrement gênant, il ne faut pas hésiter à me le signaler ! J'en mets peut-être beaucoup trop.
Quant à ta remarque sur les adjectifs, ahhh, je suis contente que tu aies remarqué ça ^^ C'est une des nouveautés de cette nouvelle version. J'ai décidé de distinguer les Sudistes (= les habitants du Sud) et la langue sudique. Pour être encore plus précise, j'emploie l'adjectif "sudiste" dès qu'il est lié à une ou plusieurs personnes (donc "des enfants sudistes" par exemple), mais l'adjectif "sudique" pour tout le reste (la langue sudique, les moeurs sudiques, les animaux sudiques...). Et c'est l'inverse pour les Nordistes qui parlent la langue nordique et montent des chevaux nordiques ; c'est peut-être un peu complexe, j'en suis désolée >.< Là encore, n'hésite pas à me signaler dans les prochains chapitres si tu trouves que ce n'est pas clair ! J'aime bien me retourner le cerveau avec des questions linguistiques mais j'en fais peut-être trop :')
 
Merci encore et j'espère que la suite te plaira, si tu décides de la lire ! À bientôt ici ou sur le forum :D 
Jowie
Posté le 27/04/2017
P { margin-bottom: 0.21cm; } Re-salut !
<br />
Ce chapitre pose bien le décor de l'auberge, ainsi que de ces nombreuses familles qui s'y réunissent. Ton style est fluide et agréable à lire. J'aime bien aimé comment au tout début, tu présentes Azar et tu introduis le mystère de sa présence parmi les Nordiques, ainsi qu'un secret concernant Endrin. En parlant d'Endrin, je ne sais pas pourquoi mais je trouve ça hyper cool et original que son œil change de couleur, j'ai hâte de voir si la couleur reflète ses émotions ou s'il y a une raison particulière derrière ces changements !
J'ai direct croché avec la relation Endrin-Andrev et tous les adultes qui espèrent/attendent quelque chose de leur part. Je me demande surtout pourquoi Azar est autant à fond sur eux... (bon, j'avoue qu'après avoir lu ce chapitre, je suis tout aussi enthousiaste que lui xD) Bref, on sent qu'il y a des mystères intéressants là derrière...
Le seul truc qui me pousse à chipoter, c'est la partie entre la première et la deuxième étoile (*) qui, à mon avis, ralentit un peu le rythme et pourrait être un poil plus courte, surtout que les dialogues sont assez triviaux. Après, ce n'est que mon ressenti, ce n'est sûrement pas pour tout le monde pareil ^^
<br />
Questions bêtes de Jowie la lectrice-nouille) :
1) Endrin, c'est la fille de Azar, c'est juste ? (si c'est faux, s'il te plaît, ne me tape pas)
<br />
2) D'après les indices que tu parsèmes dans le texte, les Skums sont des sortes de sirènes, les Lytts des espèces de lucioles, et les munnins des oiseaux qui peuvent être montés, c'est juste ? La faune de ton monde m'a l'air unique ! D'ailleurs est-ce que se sont des animaux mythologiques « pré-existants » ou est-ce qu'ils sont de ton invention ? Ça m'intrigue parce que tu ne les décris pas vraiment (ou pas encore) et j'ai très envie d'en apprendre plus ! Je ne sais pas si tu en parles plus en détail par la suite, mais ça serait peut-être bien de les décrire rien qu'un tout petit peu pour que le lecteur puisse s'en faire une image mentale dès le début :)
<br />
Voilà ! J'espère que mon commentaire n'est pas trop décousu et qu'il te sera utile ;-) En tout cas, j'ai apprécié te lire, vivement la suite !
<br />
À toute !
<br />
Jowie
EryBlack
Posté le 27/04/2017
Re-coucouuuu !
 
Ah je suis vraiment contente que le début fonctionne bien. Je ne suis jamais parfaitement sûre que ce passage "introductif" soit une bonne idée, mais en l'enlevant, j'ai le sentiment que la direction de l'histoire est trop floue (déjà que c'est pas bien net tout ça xD). En ce qui concerne l'oeil d'Endrin, je préfère te prévenir tout de suite pour éviter les déceptions, je ne suis même pas sûre qu'on finira par vraiment savoir le pourquoi de ces changements ! Ou en tout cas, ce ne sera pas tout de suite. mais rien ne t'empêche de te faire ta propre idée :D
Moh, ravie qu'Andrev et Endrin t'aient un peu accrochée <3 Pour ce qui est d'Azar, aha, je crois que c'est vraiment dans son caractère d'être à fond pour ce genre de choses ! Et puis surtout, effectivement, Endrin est sa fille (adoptive, comme tu le comprendras normalement assez vite - mais autant te le dire tout de suite ^^). 
Ah, Tamtam m'a fait une remarque semblable à propos de ce passage ! Je vais donc essayer de le reprendre un peu, je pense que vous avez raison, surtout sur la pertinence des dialogues. Il doit y avoir moyen de rendre ça un peu plus pertinent et naturel... Merci pour ton avis !
Concernant la drôle de faune de mon monde, ça me fait très plaisir que tu poses la question !! Les idées que tu t'es faites sont tout à fait juste, c'était exactement ce que je voulais qu'on soupçonne à ce stade de l'histoire. Du coup, je ne les décrirai pas plus que ça dans ce chapitre, pour le moment ; ce que je voulais, c'était commencer par montrer leur présence et les différents effets qu'ils peuvent faire aux gens. Mais normalement, la suite devrait t'en apprendre plus sur eux, et bien sûr je serai très contente que tu me dises si la façon dont je les introduis te convient ou pas ! Quelques détails déjà : les Skums et les Lytts font partie de ce qu'on appelle les esprits, tandis que les munnins sont, effectivement, des montures au même titre que les chevaux. Eux tous, et les autres esprits (les Branns et les Pans) sont "inventés" dans le sens où je n'ai pas récupéré des créatures précises d'un folklore ou d'un autre domaine ; mais il ne sont pas complètement "de mon invention" non plus, ils sont plutôt comme le résultat de nombreuses inspirations. J'ai juste mis à ma sauce des choses qui me trottaient dans la tête, et comme j'adore ce genre de créatures, j'en ai très vite mis plein dans cette histoire. J'espère que ce qu'on apprendra petit à petit sur eux te plaira ! <3
 
Grand merci pour ton commentaire, il n'était pas du tout décousu, il m'a fait très plaisir et m'a donné de quoi retravailler certains points, donc c'est que du bénef !
À bientôt j'espère, et encore merci <3 
Primrose
Posté le 19/03/2018
Salut Ery ! 
Enfin, je me plonge dans L'Université, donc j'ai entendu beaucoup de bien ^-^
J'ai lu – je crois que je devrais plutôt dire avalé– les sept premiers chapitres ce matin dans le métro, autant te dire que j'étais accrochée. J'ai préféré attendre d'être de retour chez moi pour ne pas rédiger mes commentaires dans une rame bringuebalante. Le seul désavantage, c'est que je rédige mes commentaires en connaissant déjà un peu ce qui va se passer par la suite, mais je vais essayer de retrouver mon regard innocent de première lectrice xD
Juste un petit mot sur le prologue, qui m'a vraiment intriguée. Je me suis posée beaucoup de questions à la première lecture, et je m'en pose encore d'ailleurs ! 
Je passe (enfin) au vif du sujet: ce premier chapitre. Eh bien, j'ai énormément aimé. J'avais beaucoup de mal au début à me repérer au milieu de tous cette belle galerie de personnages. Mais j'ai vite repéré la mystérieuse Endrin, son oeil tout aussi intriguant, ainsi qu'Andrev, et le jeu étrange entre les deux.
Et tu poses déjà les premières bases de ton intrigue: ce que Azar cache à la "principale intéressée", la relation entre Endrin et Andrev qui semble relever un peu du jeu du chat et de la souris.
Ton style est vraiment agréable, fluide, on a l'impression que toutes les phrases coulent les unes après les autres sans anicroches. En plus de cela, l'univers que tu mets en place est vraiment intéressant, très visuel: la neige, le froid, les joues rouges des personnages, l'auberge, le feu qui crépite, tous ces petits détails, c'est pile poil le genre de petits détails qui rendent l'ensemble très facile à visualiser. J'aime beaucoup cette description du Nord, ce territoire sauvage et emprisonné dans le silence de la neige... Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer, mais il y a dans ce genre d'univers quelque chose de très poétique qui me happe immédiatemment.
Enfin bref, tu l'auras compris, ce premier chapitre donne envie d'aller plus loin (ce n'est pas pour rien que j'ai dévoré 7 chapitres sans m'arrêter ^^).
 A bientôt (très bientôt même ;) )
PS: Je réponds très bientôt à ton commentaire, je ne t'ai pas oublié, j'attends juste d'avoir assez de temps de bien répondre à ton super commentaire ;D 
EryBlack
Posté le 19/03/2018
Oh, salut Prim ! Chouette de te voir par ici ! Et tu me rassures pour le commentaire que je t'avais laissé, à un moment j'étais tentée de t'envoyer un MP en me disant qu'avec le PaNo, il t'avait peut-être échappé x) Mais du coup ne te presse pas pour répondre ;)
Wow, sept chapitres d'un coup ! Ça me fait trop plaisir ! Et c'est super gentil à toi de revenir au début pour me faire des commentaires à tous les chapitres <3 Mais sache quand même que tu peux aussi me faire un retour plus global si ça t'arrange, ça ne poserait aucun souci. C'est que ça prend du temps, de rédiger tous ces commentaires ; j'apprécie beaucoup évidemment, mais faut pas te forcer, voili voilou ^^ 
Merci beaucoup pour tous ces compliments ! Je suis soulagée que la grande galerie de personnages ne t'ait pas rebutée. Tu as repéré ce que j'espérais que le lecteur repérerait, c'est-à-dire que parmi tous ces gens, il y a quand même trois figures qui se détachent du lot : Endrin, Azar et Andrev. C'est l'essentiel ! Quant au style et à l'ambiance, je suis ravie qu'ils t'aient plu <3 Et je vois très bien ce que tu veux dire sur la poésie de ce type d'univers. Quand je me suis lancée dans l'écriture, j'étais poussée par le même goût pour ce genre d'ambiance, donc je suis super contente que ça se ressente aussi à la lecture.
Merci encore ! 
Natsunokaze
Posté le 08/01/2018
Hello !
 
Je viens de lire ton premier chapitre ainsi que ton prologue et me voilà pour commenter !
 
Alors, déjà, le prologue m’a beaucoup intriguée car je me demandais qui était en train de parler, et visiblement, ça n’avait pas l’air humain. Mais alors, qu’est-ce ? Je me suis aussi demandée si l’absence de ponctuation était normale, mais vu la chapitre 1, je dirai que oui et du coup, ça m’intrigue encore plus, uh uh uh.
 
Pour ce qui est du chapitre 1, il est vraiment très bien écrit, les phrases sont fluides, les informations très bien dosées et amenées, tout s’enchaîne à la perfection. Et les dialogues sonnent terriblement vrais x) Cependant, il me faudra en lire plus pour savoir si j’aime ou non, car ce chapitre, bien que long, ne fait que présenter les personnages et la situation initiale et il manque un petit quelque chose pour attiser ma curiosité et me donner envie à coup sûr de lire cette fiction ? Toutefois, c’est tellement bien écrit que je vais poursuivre plus loin.
 
Question personnage, j’ai adoré l’aubergiste, Azar ! Je trouve qu’en un chapitre, tu as su lui donner une vraie personnalité, une vraie présence et tu as tout de suite su me le rendre attachant. J’aime beaucoup ce genre de personnage avenant, qui aime plaisanter, qui sait comment mettre tout le monde à l’aime. On se sent bien auprès de lui. Et cela se voit à travers ses relations avec les nomades. Et puis, sa façon de taquiner Andrev m’a fait sourire plus d’une fois.
 
D’ailleurs, Andrev, je l’aime bien lui aussi ! Il m’a attendri avec sa timidité, sa retenue dans sa façon d’être et de s’exprimer, surtout quand il est avec sa petite amie (car je suis certaine qu’il est amoureux d’elle, sinon, Azar ne le taquinerait pas autant). J’ai hâte de voir comment tu vas l’approfondir. Quant à Endrin… je ne sais pas. Elle est une fille bien mystérieuse, avec ses yeux qui changent de couleur. Mais on ne sait quasiment rien d’elle et on ne la voit que très peu alors je me réserve.
 
Bref, j’ai passé un bon moment de lecture et je reviendrai pour la suite !
 
Bonne inspiration à toi !
 
Natsunokaze
EryBlack
Posté le 08/01/2018
Salut Natsu, contente de te voir par ici !
Contente que le prologue te fasse cet effet ^^ Je l'ai écrit après une illumination il y a pas si longtemps, notamment grâce aux recommandations de certaines Plumes qui estimaient que le début, malgré son ambiance appréciable, manquait d'un petit truc auquel on aurait envie de s'accrocher. Visiblement, c'est aussi ce que tu as pensé du chapitre 1 ; je l'ai relu hier soir après avoir vu ton commentaire et je suis assez d'accord avec ton avis. C'est compliqué parce que ce chapitre 1 est composé de multiples strates, dont les plus anciennes remontent à la création de cette histoire (bon, c'était en 2014, mais ça commence à dater mine de rien, à mon échelle perso !) et du coup je ne creuse dedans qu'avec beaucoup de circonspection. Je te remercie donc de m'avoir donné ton avis ; d'ici mai, je vais essayer de dynamiser un peu ce premier chapitre dans l'optique du concours Galli >< En attendant, je suis quand même très contente que tu aies apprécié certaines choses dans ce premir chapitre, c'est le résultat de beaucoup de travail !
Tu n'es pas la première à t'attacher à Azar et ça me fait vraiment plaisir <3 J'espère que ce qu'on découvrira de lui petit à petit te plaira également. Quant à Andrev, allez, je te raconte l'anecdote : de base, ce personnage a été créé seulement pour introduire Endrin, parce qu'elle était très floue pour moi et que je voulais la présenter à travers les yeux d'un personnage qui l'aime (pour que le lecteur puisse l'aimer aussi, ptet bien). Après ça, dans ma tête, Andrev se fondrait dans la foule des Rassemblés et on entendrait plus trop parler de lui. Mais il m'a pas laissée faire x) il est toujours là, du coup, et c'est un personnage auquel je tiens beaucoup, finalement. Sans lui, je ne sais pas si j'aurais pu poursuivre l'écriture de cette histoire. Endrin est un personnage épuisant, je dois toujours lui courir après ; Andrev est plus reposant. Bref, en tout cas, merci pour ton avis et j'espère sincèrement que la suite te plaira si tu décides de continuer :D
Bonne inspiration à toi aussi ! 
Vous lisez