Nouveau départ

Je n’ai jamais su choisir sur un nuancier. Quatrième déménagement et je me fais encore avoir. Quatorze ans et je me retrouve avec une piaule rose bonbon. La voix stridente de ma mère m’arrache à ma contemplation.

— Floriiiiiine, viens m’aider !

Au milieu du salon, c’est à peine si je vois son chignon dépasser du tas de cartons.

— La pile de droite va dans la cuisine, celle devant moi c’est tes affaires. Je m’occupe du reste.

— Et papa il est où ? Il a perdu ses bras ?

— Arrête de faire ta mauvaise tête. Il a dû partir. Le boulot. Tu le sais très bien !

Ça ne sert à rien de traîner des pieds. Elle m’aura à l’usure. Plus vite je rangerai les cartons, plus vite j’aurai la paix. Après avoir placé les verres et les assiettes dans les placards, je peux enfin retourner me terrer dans ma chambre. Je balance les fringues sur les étagères de l’armoire. Bien fermer les portes pour cacher tout ça. Allongée sur le lit, je scrute le plafond. J’aime bien les moulures, c’est chouette. Ça me donne l’impression d’avoir remonté le temps. Pas deux secondes tranquille, ma mère se pointe déjà.

— Tu as préparé ta tenue pour demain ? Vérifier que ton cartable est prêt ?

— Ça va j’ai pas cinq ans. Je gère !

— Flo… c’est important de faire bonnes impres…

— … J’ai compris, lâche moi ! Et ferme la porte en partant !

Je ne supporte pas le regard qu’elle me lance. Je sais qu’elle a peur que ça recommence. Elle espère qu’ici tout sera différent. Que je serai différente. Ma main se crispe sur l’oreiller que je balance dans sa direction pour la faire partir. Elle me fait sentir coupable. Minable.

Une partie de moi sait qu’elle a raison. À regret, je ré ouvre les portes du placard. Rapidement, j’inspecte les choix qui s’offrent à moi. Qui ai-je envie d’être pour ce jour de rentrée ? Faussement rebelle avec le tee-shirt noir délavé et le dessin d’une grande bouche qui tire la langue ? Passe-partout avec un pull gris et un jean bleu ? Je pourrais jouer la carte de la fille sexy, avec une mini jupe et un débardeur à bretelle…

Pas vraiment envie d’attirer l’attention. J’opte pour le look banal, triste et sans intérêt du pull gris et du jean bleu. Si ça peut me permettre de gagner ma tranquillité pour finir mes années collège tranquille… et puis peut-être que ça sera vraiment différent ici. J’ai envie d’y croire. Un peu. Cette étincelle d’espoir me motive pour déballer les derniers cartons. Rayon après rayon, la bibliothèque se remplit. Je caresse la tranche des livres avec le pouce. Les hauts de hurlevent… Bille en tête… Éducation sentimentale… Autant d’histoires qui me permettent de m’évader, de fuguer ma réalité.

Le repas du soir est vite avalé. Mes parents sont plongés dans leur discussion. Je m’éclipse après avoir gobé mon yaourt. C’est le cœur battant que je cherche le sommeil. Demain… demain sera un nouveau départ.

…..

Petit bahut dans une petite ville. Des groupes de filles se sautent dans les bras en gloussant. Les mecs se tapent dans le dos nonchalamment. Et moi je suis sur le trottoir d’en face. Paniquée. Avec ma mère. Elle a absolument voulu m’accompagner. Je n’ai pas pu échapper à ça.

— C’est bon là. Je suis arrivée. Tu peux me laisser s’teplait ? Tu vas pas me tenir la main jusqu’au portail, non ? J’ai passé l’âge…

— Tu es sure ? Attends.. Je vais rester là jusqu’à ce que la cloche sonne, d’accord ?

— Sérieusement ? Tu veux m’afficher dès le premier jour ?

Je la vois se mordiller la lèvre. Ses doigts jouent avec le bouton de son chemisier. Sa poitrine se soulève dans un dernier soupir. Je n’arrive pas à éviter le bisou sur le sommet de mon crâne. J’espère que personne n’a vu ça. Trois fois. Elle se retourne trois fois avant de disparaître au coin de la rue.

Allez, je l’ai déjà fait. J’ai l’habitude d’être l’éternelle nouvelle. Celle que tout le monde regarde avec curiosité. J’accroche un sourire sur mon visage et c’est parti. Lutter pour ne pas regarder ses pieds. Avoir l’air sympa, mais pas niaise. Décontractée, mais pas défoncée. Les gens chuchotent en passant à côté de moi. J’ai l’impression de patienter dans cette cour depuis des plombes. Je ne devrais pas rester là au milieu de tout le monde. À droite y’a le préau squatté par les 6e. Ils sont si petits. À gauche le seul banc de la place. Occupé par LE groupe. Ça se voit tout de suite. Ils ont cette assurance, cette confiance qui donnent envie de faire partie de leur clan. Les filles comme les mecs semblent sortir d’un magazine de mode. Allez rêve pas Florine. Tu ne joues pas dans la même catégorie. Cherche des gens de ton niveau.

La cloche sonne. Dans une parfaite cohésion, chacun se met en rang. Quelques élèves semblent avoir mon âge, j’hésite à me diriger vers eux. Une voix grave derrière moi me stoppe dans mon élan.

— Mademoiselle Garly, je suis le proviseur Grimber, suivez-moi.

Il a pas attendu que je me retourne. J’allonge le pas pour le rattraper. Sympa l’accueil ici. Les lettres collées sur la porte de son bureau semblent fatiguées de lutter pour rester en place. Le « B » pique déjà du nez, menaçant d’entraîner dans sa chute le « U ». Je me retiens de glousser en imaginant qu’il ne reste que le « reau du proviseur ».

— Asseyez-vous.

Il n’a pas l’air commode. Ou il veut me montrer dès les premières minutes qui est le patron. Je ne veux pas d’ennui, alors je me tiens bien droite et j’essaie de sourire. Sans trop en faire. Les muscles de mon dos tremblent pour redresser ma colonne vertébrale plus habituée à s’arrondir au-dessus d’un livre. Penché au-dessus de son caisson, il m’offre une vue plongeante sur son front dégarni. Quelques cheveux rebelles se cachent au bas de sa nuque. Je pourrais lui dire de couper sa petite queue de rat. Pas sûr que ça nous permette d’établir les bases pour une relation sereine. Je l’entends grommeler. Je ne sais pas si je dois proposer de l’aider. Dans le doute, je préfère me taire. Mes yeux se baladent sur les étagères de l’unique armoire. Hormis des livres pédagogiques, rien de croustillant. Des manuels et de la poussière. Dans un coin du bureau, je remarque une collection de grenouilles. Il y en a au moins une quinzaine. Bizarre comme passion.

Il se relève enfin, déposant un dossier marron sur le sous-main verdâtre. Du bout de l’index, il souligne chaque mot.

— Florine Garly, classe de troisième.

À tâtons, sa main gauche s’empare de lunettes rondes. Le proviseur sévère a laissé place à un homme emprunté. Il ne doit pas accueillir des nouveaux tous les jours. Je me sens mal à l’aise. Facilitons-lui la tâche.

— J’ai emménagé cet été. Nous avons suivi mon père. Nous habitions Metz et je suis ravie de venir habiter ici !

Mon discours est rodé et validé. Je répète comme un perroquet la même chose à tous les proviseurs que je rencontre. Monsieur Grimber parait convaincu.

— J’ai lu votre dossier scolaire. Vous êtes une bonne élève.

Je ne sais pas quoi répondre à cette affirmation. Je souris bêtement.

— Bien, allons-y. Je vous accompagne à votre classe. Je vous présenterai aux élèves.

Tout, mais pas ça pitié. J’avais espéré pouvoir me fondre dans la foule et m’asseoir incognito. Mon leitmotiv du jour était de ne pas me faire remarquer. Loupé. J’aurais dû me douter que dans une si petite ville, l’arrivée d’une nouvelle personne est un évènement. Dernière inspiration, il est temps de rentrer dans l’arène.

Tous les regards sont braqués sur nous. Sur moi. Ne flanche pas. Baisse pas la tête. Sois cool. C’est une goutte de transpiration que je sens sur mon front ? C’est à peine si j’arrive à distinguer chaque visage. Mon cœur bourdonne si fort que ma vision se trouble. Les murmures qui envahissent la pièce m’empêchent de respirer. Les angoisses qui m’ont accompagné l’année dernière se réveillent. Je ne veux plus être cette personne. J’ai tant besoin de ce nouveau départ. Monsieur Grimber se racle la gorge bruyamment dans l’indifférence la plus totale. L’autorité dont il a fait preuve avec moi n’était qu’un leurre. C’est finalement la professeur qui réussit à obtenir le silence en tapant dans les mains fermement.

— Silence. Le proviseur Grimber a un message pour vous.

— Bonjour jeunes gens. Je vous présente notre nouvelle élève. Elle vient d’arriver ici, je compte sur vous pour l’accueillir comme il se doit ! Venez plus près de moi, Florine. Quelques mots à dire à vos nouveaux camarades ?

Les mots se bousculent dans ma gorge sans en trouver la sortie. Inspire. Bloque. Expire. Encore une fois. Ils attendent tous. Je peux y arriver. Ils ne sont pas comme eux. Je veux le croire. Tout ça est derrière moi.

— Je… bonjour. J’m’appelle Florine et... Je suis contente d’être parmi vous, dis-je avec un sourire.

Je me risque à croiser le regard de quelques filles. J’y lis beaucoup de curiosité, un peu d’amusement. Je me sens détaillée de la tête aux pieds. Ça me donne envie de tirer sur les manches de mon tee-shirt pour disparaître dedans. Sans réfléchir, je m’engouffre sur la chaise libre devant moi. Des rires fusent. Génial. Je peux déjà voir la pancarte « fille bizarre » clignoter au-dessus de ma tête. Pas encore. Je ne veux pas que ça recommence.

— Est-ce que tu vas bien ?, me chuchote la prof.

Elle s’est agenouillée pour être à ma hauteur. J’acquiesce en silence. Mes joues me chauffent. Je fixe le tableau pour oublier la présence des autres élèves. D’un frappement de main, elle impose le silence. L’autorité ne m’a jamais dérangé. Je la trouve même rassurante.

— Bien, une nouvelle année commence. Un programme chargé nous attend. Objectif le brevet en fin d’année. Avant toute chose, je vous note mon nom. Vous n’aurez aucune excuse pour mal l’orthographier. Mon mail. À utiliser avec parcimonie.

Je comprends qu’elle prenne la peine d’écrire son nom de famille sur le tableau. À l’intuition nul doute qu’une lettre pourrait s’oublier ou se glisser en trop. Sur la première page de mon agenda, juste en dessous de mon prénom, il y à les coordonnées de ma professeur. Nadine Vandemeleubroucke. Nadinevandemeleubroucke@collegesaintexupery.com

Une voix traînante interrompt l’ambiance studieuse.

— Madame, c’est quand l’élection des délégués de classe ?

Et pour le voyage de classe, on saura quand la destination

— Clara, merci de te lever pour venir cracher ton chewing-gum. Nous aborderons ces sujets… quand je l’aurai décidé. Et dépêche-toi.

D’un coup d’œil en arrière, je la vois qui descend l’allée sans se presser. Les épaules en arrière, le bassin basculé en avant, le regard droit devant. Du bout des doigts, elle lâche son chewing-gum dans la corbeille avant de refaire son cinéma. À la manière dont les yeux des garçons brillent, il est évident qu’elle est populaire. L’inverse serait étonnant. Je me surprends à me tordre le cou pour continuer à l’observer. Un jean qui fusèle ses jambes, un top arrivant à la lisière de son nombril, des lèvres luisantes et gourmandes. Ses cils semblent fouetter l’air à chaque battement. Je veux lui ressemble.

— Merci Clara pour ce défilé. Ouvrez votre manuel de grammaire page dix. Lisez l’énoncé et faites l’exercice un deux et cinq. Dans le silence.

Quelques minutes me suffisent pour arriver au bout de ce travail. La prof de l’an dernier était une acharnée de boulot et avait tenu à aborder les thèmes programmés pour la troisième. Les soupirs qui s’élèvent dans la classe m’indiquent que certains souffrent déjà. Je griffonne sur un bout de papier. Pas trop envie de montrer que j’ai terminé avant tout le monde. Je suis la seule assise au premier rang. Tous les autres sont derrière moi. Je ne peux même pas les observer discrètement. Me reste plus qu’à me rabattre sur la prof. Les muscles de sa mâchoire se contractent à intervalle régulier. Ses sourcils sont froncés en permanence. Pas un cheveu brun ne déborde de son carré. Tout est lisse et impeccable chez elle. Rigueur et autorité. Je l’aime déjà.

Mon cœur loupe un battement au son de la cloche. L’heure de la récréation. Tous les élèves se précipitent hors de la classe. En quelques secondes, il ne reste plus que moi. C’est le moment de sauter dans le grand bain. Courage Florine.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
PetraOstach - Charlie O'Pitt
Posté le 26/04/2021
Pour avoir changé d'école je ne sais plus combien de fois, je peux tout à fait me mettre dans les chaussures de Florine. Etre la nouvelle, devoir tout recommencer, faire de son mieux pour être intégrée... Douloureux rien que d'y repenser.

De ma perspective, la scène de convocation du proviseur n'apporte pas grand chose à la situation, si ce n'est de souligner le contraste entre le comportement de Florine avec sa mère et le proviseur. Elle est rebelle avec sa mère, mais elle sait se tenir devant d'autres figures d'autorité. D'autant plus qu'elle aime la rigueur et l'autorité comme elle le dit à la fin du chapitre à propos de la prof.

Aussi, j'ai noté qu'il y avait beaucoup de mystère autour des angoisses de Florine et pour avoir lu la suite, c'est un élément d'intrigue dont le mystère traîne sur plusieurs chapitres. Ce n'est que mon avis, mais je pense que le lecteur serait davantage concerné par les problématiques que Florine rencontre s'il avait assez tôt connaissance de ce qu’il s’est passé dans son ancienne école.

On comprend vaguement que le père a un métier qui l’amène à se déplacer très souvent et que la famille doit suivre, mais quel est ce métier ? Pourquoi ne pas donner l’information dès à présent pour poser le cadre ?

À ce stade de la lecture, je me suis demandée quel était le ou les thèmes qui vont être abordés ? L’adoption, les origines, la maladie ? Ne pas savoir de quoi va traiter l’histoire est assez dérangeant pour se décider si oui ou non on a envie d’en savoir plus. Là, j'ai le sentiment que le mystère est maintenu de manière superficielle dans le but de donner envie de connaître la suite, or je pense que tu peux prendre le temps de poser le cadre et donner des informations au lecteur. Mon conseil serait de ne pas faire des tabous ou des non-dits pour créer du mystère. C'est encore le début de l'histoire, le suspens a le temps d'arriver plus tard.

Mais tout cela ce n'est que mon avis et mon ressenti, tu peux tout à fait ne pas être d'accord ou me corriger sur des choses que je peux ne pas avoir comprises. ❤️
Cocochoup
Posté le 26/04/2021
Je lis avec attention tout ce que tu me dis.
C'est vrai que le thème n'est ni défini, ni claire et que ça peut être agaçant pour un lecteur et le pousser à ne pas pour suivre.
Je vais regarder comment être plus explicite et que Flo s'ouvre plus rapidement ☺️
Fauchelevent
Posté le 27/03/2021
Je l'aime bien, cette gosse. Je trouve sa façon d'observer autour d'elle, le grand écart entre ses volontés de rébellion (envers ses parents et pour singer les camarades plus populaires) et de soumission (envers l'autorité et pour avoir la paix), très justes.
L'unique bémol - infime - que je peux souligner est que je l'imaginais arriver en cours d'année. La présentation en classe par le proviseur et les exercices que la prof leur fait faire d'emblée laissent à penser que ce n'est pas le premier jour de l'année, que Floriane arrive dans un contexte déjà routinier, où toutes les habitudes sont déjà prises et où tout le monde se connaît déjà. Mais vraiment, je chipote car cela ne nuit en rien au rythme du récit. :)
Tu peux évidemment compter sur moi pour la suite ! <3
Fauchelevent
Posté le 27/03/2021
Florine* pardon ! J'avais une ado qui s'appelait Floriane dans mon précédent boulot, je crois que j'ai superposé son visage et sa personnalité à ton personnage. Désolée, désolée, désolée !
Cocochoup
Posté le 28/03/2021
Tu lèves un point auquel je n'avais pas pensé... Dans mon imaginaire, Florine arrive dans une toute petite ville où tout le monde se connaît depuis toujours et c'est pour ça que j'avais écrit cette présentation devant tout le monde.
Mais tu as raison il faudra que je revois ça pour gagner en cohérence ❤️
sifriane
Posté le 26/02/2021
Bon alors c'est convenu, je suis là pour faire ma chipoteuse :)
J'avais oublier qu'il y avait eu 4 déménagements, tu n'en reparles plus jamais. Bon Flo se comporte comme une vraie ado, on a envie de lui mettre des baffes parfois. Tu la décris très bien.
Avec son caractère j'ai un peu de mal à croire qu'elle laisse sa mère l'accompagner. Seule la scène du soir pourrait suffire non ?
Sinon, le proviseur, le regard des gamins, devoir parler devant tout le monde, bbrrr, ce sont des mauvais souvenirs.
Cocochoup
Posté le 27/02/2021
A la ré écriture faudra que je retravaille le caractère de Flo qui est partagé entre la rébellion qui gronde en elle et la soumission de petite fille.
Pour le déménagement, tu as complètement raison, c'est une information qui mériterait d'être rappelé 😉
NM Lysias
Posté le 18/12/2020
Salut,

Ah, le collège... Une histoire qui ne me manque pas.
Florine me plait beaucoup et ses observations sont parfaits, le contexte est super bien traité. Bizarrement je n'ai pas envie qui lui arrive de malheur.
Elle est trop mimi.
Bichonne.
Cocochoup
Posté le 19/12/2020
Ah ah les souvenirs du collège... je crois qu'on est nombreux.ses à ne plus vouloir retourner à cette époque!
Je suis en tout cas touchée que tu te sois si rapidement attachée à Florine ❤️
Cherry
Posté le 13/11/2020
Hello

En lisant ce chapitre, j'ai l'impression de replonger dans mes souvenirs de collégienne ! et à bien des égards je trouve que Florine et moi on se ressemble en termes de personnalité

Après je trouve bizarre que le proviseur sache tout de suite à quoi ressemble Florine... et l'action se passe un peu trop vite, notamment lorsqu'elle passe du bureau du proviseur à la salle de classe.
Pour toute honnêteté, on se retrouve avec une situation basique (ado en conflit avec sa mère, jour de rentrée dans un nouveau lycée) voire cliché mais j'accroche plutôt bien :) j'attends de voir ce que la suite réserve

A bientôt !
Cocochoup
Posté le 13/11/2020
Salut Cherry 😊

Je note ta remarque sur le passage qui est trop rapide et le conserve précieusement pour le jour où j'attaquerai la ré écriture.
Effectivement ce 1er chapitre tend vers une forme de normalité et pourtant j'essaie de distiller quelques indices sur la suite 😜
J'espère que tu prendras plaisir à découvrir les aventures de Florine ❤️
Puzzle
Posté le 24/09/2020
Uuuuuuh mon téléphone a beugué et mon long commentaire a disparu avant de pouvoir être posté T-T go tout réécrire sur le PC

Re-ploup coco !

1ère chose : étant sur le pc, j'ai pu aller vérifier, là aussi les alinéas sont ultra grands sur le prologue ! En revanche sur ce chapitre 1, ils sont très bien ,_, C'était volontaire ou pas du coup ?

En terme de lecture, comme l'ont déjà dit d'autres avant moi, c'est super fluide ! Je fais parti de celles et ceux qui peinent à lire plus d'un chapitre à la suite sur un écran, tandis que le format papier se fait dévorer (miam), et là, c'est passé tout seul !
L'état d'esprit de Florine correspond très bien à son âge, un peu rebelle mais tentant de s'intégrer discrètement dans le monde sauvage des adolescents. J'ai cru comprendre qu'elle a eu des soucis dans ses anciens établissements, aussi ? C'est peut être parce que j'ai déjà vécu une situation similaire (c'était en cours d'année de 4e, changement d'établissement pour "fuir" certains problèmes, on va dire), mais je me suis énormément identifié au personnage et à sa situation (j'ai même stressé avec elle xD), et ça, c'est un bon point je pense ^^
Aussi, la fameuse rentrée de 3e, ou tous les profs répètent sans arrêt "ATTENTION BREVET CETTE ANNEE TRAVAILLER BEAUCOUP", est très bien racontée, jusqu'à l'organisation de la cours de récrée ! (ça m'a fait replonger au collège, c'est fou !)
Seul petit hic dans cette immersion : La prof qui demande de sortir le manuel, page n, exercices x et y. Personnellement, où que j'aie été, collège comme lycée, les manuels étaient distribués à la rentrée au CDI et on devait les rendre en fin d'année, alors faire des exercices aussi rapidement (sur un nouveau sujet qui plus est), c'est assez étonnant. Après, ça dépend certainement des établissements, des professeurs, etc. De manière générale, à la rentrée, c'est plus en mode "faites une fiche avec nom prénom âge hobbies numéro de téléphone profession des parents" etc. Cela m'est apparu comme une incohérence, mais peut être est-ce normal.

Les petites fautes (il me semble, je suis pas un dico malheureusement) :
"À regret, je ré ouvre les portes du placard." je viens d'aller voir pour le verbe "réouvrir / rouvrir, je sais pas quoi xD, c'est un bazar monstrueux ,_, en revanche, il me semble que "ré ouvrir" ne s'écrit pas (ou à la limite avec un tiret ? à voir).
"— Tu es sure ? Attends.. Je vais rester là jusqu’à ce que la cloche sonne, d’accord ?" -> sûre
"Les angoisses qui m’ont accompagné l’année dernière se réveillent" -> accompagnée : le COD est m' (les angoissent ont accompagné quoi ? -> m' (donc Florine) -> COD avant l'auxiliaire avoir -> accord du genre et du nombre avec le COD.) J'en suis pas 100% certain mais j'ai été vérifier sur internet et ça m'a l'air d'être ça ^^'
"— Est-ce que tu vas bien ?, me chuchote la prof." -> dans le cas d'une ponctuation de type ? ! ou ..., il me semble qu'il n'y a pas de virgule après (pas sûr à 100%)
"il y à les coordonnées de ma professeur." -> il y a
"— Madame, c’est quand l’élection des délégués de classe ?

Et pour le voyage de classe, on saura quand la destination" -> c'est toujours elle qui parle ? si c'est le cas, le saut de ligne est peut être en trop. Il manque la ponctuation aussi ,_,
(j'espère que la correction ne t'a pas semblée trop crue ><)

Bref, courge Florine pour la récréation ! x) et courge aussi pour la prof qui verra son nom se faire écorcher de nombreuses fois pendant l'année (c'est certain xD)
Cocochoup
Posté le 26/09/2020
Coucou !
Merci pour tes remarques, je note l'incohérence sur l'exercice proposé par la prof le 1er jour. J'avoue que ma 3eme est fort fort loin derrière moi 😅
Et merci pour les corrections, je prends tout ce qui me permet d'améliorer mon texte, ❤️❤️
Espelette
Posté le 19/09/2020
Ce premier chapitre est très fluide et facile à lire (c'est rare que je puisse lire 2000 mots sur un ordi sans avoir mal à la tête). On a l'impression que ton écriture coule toute seule. Florine est bien dessinée et attachante. Tu places les informations de façon naturelle et il y a une pointe de mystère qui donne envie de continuer. À vrai dire, tu m'as eu dès la première phrase avec l'anecdote du nuancier que j'ai adorée.
Cocochoup
Posté le 20/09/2020
Coucou Espelette,
C'est vrai que la lecture numérique n'est pas toujours évidente. En tout cas, je suis super contente que ce début d'histoire t'ai accrochée. C'est tellement difficile d'être percutant dès les premiers mots pour donner envie de découvrir la suite 😅
Laetitia Moulin
Posté le 04/06/2020
Ton écriture est fluide, c'est agréable.
Il y a quelques problèmes de ponctuation mais pense déjà à corriger les quelques fautes que les autres lecteurs ont relevées, cela rendra la lecture d'autant plus appréciable.
Ton personnage est intéressant, cela donne envie de la découvrir davantage.
Go chapitre suivant :)
Cocochoup
Posté le 04/06/2020
Salut Laetitia,
Je suis contente que ce chapitre t'ai plu.
En revanche j'ai pris le temps de corriger les fautes qui m'ont été signalé... Peut être que quelques unes m'ont échappé, je vais relire.
Soah
Posté le 23/05/2020
Coucou Coco !
J'aime beaucoup ce chapitre. Je le trouve vraiment très bien écrit, posé. Je n'ai pas le sentiment de décalage qui peut arriver quand des adultes écrivent avec la voix d'enfants.
Il y a quelque fautes et de menues répétitions mais rien de vraiment méchant. Je trouve l'ensemble fluide et j'aime beaucoup Florine. On sent toutes les difficultés qu'elle peut avoir en tant qu'eternelle nouvelle.
Cocochoup
Posté le 23/05/2020
Oui c'est un 1er jet, alors des maladresses il y en quelques unes qui traînent XD
Je suis heureuse que tu me dises que la voix de la narratrice est juste ❤️
_HP_
Posté le 11/05/2020
Hello !

Aaah, c'est donc pour ça que tu voulais savoir en quelle classe on était à 14 ans ! 😜
'Nouveau' personnage (je suppose que c'est la petite fille du prologue, mais elle a bien grandi ;) ). Tu décris correctement ses pensées, mélange de questions, de la peur du jugement des autres, d'agacement envers les adultes... C'est réel ! (je pense que tu peux me faire confiance sur ça, n'est-ce pas ? 😜😜)
J'aime beaucoup ce personnage, et j'ai hâte de voir comment sa journée va se dérouler ^^
A... ben, tout de suite, commentaire du chapitre suivant xDD

• "Quatorze ans et je me retrouve avec une piole rose bonbon" → piaule
• "J’ai passé l’age…" → âge
• "T’es sure? Attend.." → sûre / attends
• "J’arrive pas à éviter le bisous sur le sommet de mon crane" → bisou / crâne
• "Les muscles de mon dos tremblent pour redresser ma colonne vertébral" → vertébrale
• "Pas sur que ça nous permette d’établir les bases pour une relation sereine" → sûre ("je ne suis pas sûre que ça nous permette...." ^^)
• "Je suis contente d’être parmi vous— , dis-je" → pourquoi qu'il y a un tiret ? 🤔😜
• "Est ce que tu vas bien?—, me chuchote la prof" → là aussi 🤔😄
• "L’autorité ne m’a jamais dérangé" → dérangée
• "Un programme chargée nous attend" → chargé
• "A l’intuition nulle doute qu’une lettre pourrait s’oublier" → nul
• "il y à les coordonnées de ma professeur" → il y a
Cocochoup
Posté le 11/05/2020
Mais ouiii vous avez le même âge avec mon perso ! Ah la pression pour moi XD
Au moins tu vas pouvoir me dire si je respecte bien l'état d'esprit de Floriane ❤️❤️
annececile
Posté le 08/05/2020
Encore une fois, tu sais trouver le ton parfaitement juste, authentique, pour ce qui se passe dans la tete de Florine, ce melange adolescent d'agacement, d'inquietudes et de curiosite. C'est vraiment tres bien ecrit, sans jamais qu'on sente un decallage ou qqchose d'emprunte. Ce qui me surprend dans la rentree que tu decris, c'est qu'on traite Florine a part, un peu comme si elle arrivait en cours d'annee. Elle ne peut quand meme pas etre la seule qui n'etait pas dans ce lycee l'an dernier? Et on la met dans l'embarras maximum en la faisant arriver dans la classe apres les autres et en lui demandant meme de quasiment faire un discours! C'est peut-etre le reflet de ce qui se passe maintenant (mes classes de lycee sont bien des annees derriere moi...) mais ca m'a surpris. Mais encore une fois, le principal (sans jeu de mots) c'est le ton et le style, et c'est parfait. J'ai hate de lire la suite.
Cocochoup
Posté le 08/05/2020
coucou Annececile!
je prend note de ta remarque. en fait c'est un tout petit collège dans une toute petite ville. il y a donc quasi jamais de nouveau. il faudra que je rende cet élément plus clair à la ré écriture.
Tu me rassures sur le fait que tu trouves le ton juste. mes années lycée sont bien bien loin derrière moi et j'avais cette peur d'être caricatural!
Dédé
Posté le 07/05/2020
Une rentrée presque normale pour Florine. Je me suis demandé si c'était vraiment son nom, si c'était vraiment sa mère. Ou si la petite fille du prologue est ailleurs dans la classe. Bref, je cherche le lien avec le prologue.

J'ai hâte d'en savoir plus. On a quelques indices qui nous teasent sur ce qui s'est passé avant, avec une autre classe, et ça m'intrigue beaucoup !

Bref, je reste à l'affût de la suite, pour sûr ! :D
Cocochoup
Posté le 07/05/2020
Tu auras quelques réponses dans le prochain chapitre 😉
Et merci pour le message avec toutes les corrections ❤️❤️❤️
Vous lisez