Négociations en clé de Sol

Par Bleiz
Notes de l’auteur : Bonjour à tous ! Voilà un nouveau chapitre de la Pythie, on se rapproche petit à petit de la Quête, mais il faut d'abord trouver tous les Héros ! N'hésitez pas à me faire part de vos impressions, comme toujours. Bonne lecture !

7 Décembre :

Permettez que je reprenne ici le récit que j’ai abandonné hier soir. Je me suis endormie sur mon clavier.

Charlotte et moi nous tenions donc là, à observer celle que j’avais désignée comme Barde. À présent que j’avais pris ma décision, elle m’apparaissait comme une évidence. La première fois que je l’avais vue, elle avait l’air douce, presque effacée, mais là ! Une énergie, une passion capable de tout renverser ! Gemma serait parfaite pour encourager et apaiser les autres membres du groupe. Elle ne tiendrait pas le rôle principal, à l’inverse du Chevalier : pas assez d’assurance ou de capacité physique. Elle ne devait même pas savoir faire la roue, alors des combats... En revanche, elle contribuerait singulièrement à l’image publique. Sans parler du fait qu’elle jouait divinement bien du piano. Pour un Barde, ça avait du sens.

Restait à présent une difficulté. Charlotte, comme d’habitude, l’exprima à haute voix :

« On fait quoi, si elle dit non ?

-Elle ne dira pas non, » répondis-je immédiatement en me tournant vers elle.

« Ça aussi, tu l’as vu dans ta vision ?

-Pas vraiment… » dis-je en baissant les yeux. « Disons plutôt que j’espère qu’elle va dire oui. Je ne sais pas trop comment lui présenter ça. Quelle est la bonne façon d’annoncer à quelqu’un que le sort du monde dépend de lui ? Marchand, tu as une idée ?

-Je sais pas, mais à ta place, je réfléchirais vite : elle se barre. »

Je bondis de ma chaise en voyant une porte s’ouvrir de l’autre côté du studio et la silhouette de la pianiste s’engouffrer dans la lumière du couloir. J’attrapais le bras de mon agent et sortis en courant à mon tour, trainant Charlotte derrière moi. Il était hors de question que je manque cette occasion ! J’ignorais comment la persuader ou même si elle allait accepter de m’écouter. Peu importe : je me devais de tenter le coup.

Je l’aperçus, son sac à dos se balançant d’une de ses épaules. Elle était presqu’à la porte.

« Attendez ! »

Mon cri avait résonné le long du couloir désert. J’eus honte pendant une demi-seconde mais tout s’effaça quand elle se retourna. La surprise peinte sur son visage s’exacerba quand elle comprit qui l’avait interpellée. Je continuais de courir jusqu’à être face à elle, Charlotte sur les talons, sa main toujours dans la mienne. Je tentais de parler, mais mes pauvres poumons de rat d’amphithéâtre m’en empêchèrent. Les mains sur les genoux, les joues probablement rouges comme des cerises et le souffle court, j’ose à peine imaginer l’image que je devais donner ! Heureusement, Charlotte intervint avant que Gemma puisse dire quoi que ce soit :

« Karls... je veux dire, la Pythie doit vous parler de quelque chose. C’est très important.

-Ah... elle va bien ? Elle est très pâle, » s’inquiéta la jeune fille en fronçant les sourcils.

« Elle est toujours pâle, elle ne sort jamais. Donnez-lui deux minutes, histoire qu’elle revienne à la vie, ça ira mieux après.

-Oui, bien sûr, bien sûr. Et toi, tu es... ?

-Charlotte Marchand, son agent. Enchantée. »

Charlotte lui tendit une main, que l’artiste serra en disant :

« Ravie de te rencontrer. Je suis Gemma Mopin. Tu n’es pas un peu jeune pour être l’agent d’une prophétesse ?

-Parce que vous la trouvez suffisamment vieille pour faire ce qu’elle fait, elle ? »

Charlotte a toujours eu de la répartie et si je trouve ça plutôt amusant d’ordinaire, il était absolument hors de question que sa langue-fouet ruine mes plans avant même que j’ai pu mettre la main sur mon Barde. Je me redressais donc vaillamment et toussotais avant de demander :

« Je vous prie de m’excuser, Mme Mopin. Je vais être directe : que savez-vous de ma dernière prophétie ? »

Ma question ne l’effraya pas, comme je le redoutais. Ses yeux s’écarquillèrent un peu, mais elle ne montra pas d’autre signe de surprise. Elle lâcha lentement :

« Une quête ? Pour lutter contre une menace... je n’ai pas trop compris. C’est quelque chose comme ça, non ?

-Oui. Et pour accomplir cette quête, je vais avoir besoin de l’aide de héros. »

Elle ajusta son sac sur son épaule. Je sentais que je la mettais un peu mal à l’aise, cependant je ne pouvais pas m’empêcher de la fixer. Elle était la première des cinq élus sur lesquels je jetais mon dévolu. Je voulais l’observer jusqu’à ce que ses traits se gravent dans mon esprit. 

« Pardon, mais je ne vois pas vraiment ce que ça a à faire avec moi...

-Tout. Ça a tout à voir avec toi. Gemma, tu es l’une des héros qui doivent nous protéger. Mes visions me l’ont dit. »

Ses longs doigts de pianistes se serrèrent autour de la bretelle de son sac à dos, au point d’en avoir les jointures blanches. Les lèvres pincées et le regard troublé, elle semblait chercher ses mots, ou une sortie de secours, ou les deux, en vain. Charlotte me jeta un coup d’œil inquiet. Pour être honnête, je ne savais pas non plus comment j’allais gérer la situation si elle faisait une crise de panique. Pire, si elle tombait dans les pommes ! Mon agent avait beau avoir de la force pour son âge, je la voyais mal transporter une jeune femme de dix-huit ans évanouie. Pardon ? Avec mon aide, peut-être que nous pourrions la transporter ? Oh, lecteurs, vous avez toujours le mot pour rire. 

De toute façon, nous n’eûmes pas à débattre sur cette question ni même à nous inquiéter longtemps. 

« Il doit y avoir une erreur. Je suis loin d’être une héroïne, je... je ne sais faire que de la musique ! » dit-elle avec conviction.

« Je comprends que ce soit difficile à accepter. Pourtant, c’est bien toi qui m’as été désignée. Il n’y a aucune erreur.

-Vous ne pouvez pas choisir quelqu’un d’autre ? Parce que non seulement je n’ai pas l’étoffe d’un héros, je veux devenir musicienne à temps plein. Je n’ai pas le temps de sauver le monde, je dois préparer mon projet professionnel. »

Je balayais ses remarques d’un revers de la main et poursuivis :

« À toi, je peux te le dire : quatre autres héros vont te rejoindre. Et pour ce qui est de choisir... ça ne se passe pas comme ça. Je ne décide pas juste qui va accomplir la Quête parce que je décide qu’ils ont une bonne tête : non, ce sont mes visions et mes voix. »

Mensonge, encore et toujours ! Une chance qu’il n’y ait pas de Fée Bleue dans les parages, car mon nez de Pinocchio aurait été suffisamment long pour couvrir la distance Paris-Dakar. Cela dit, ce sont mes oreilles et mes yeux, pas mon nez, qui m’ont permis d’embarquer Gemma dans cette aventure, alors je suppose que ce n’est pas vraiment important. Je continuais de la regarder et je la voyais se faire à l’idée. Elle reprenait pied à une vitesse qui me confortait dans mon choix. Le Barde doit être calme et équilibré, il est la clé de voûte de la troupe. J’avais fait un bon choix. Il ne fallait plus grand-chose pour achever de la convaincre, cela sautait aux yeux. c’est pourquoi je me lançais :

« Gemma, je sais que c’est difficile à croire ! Moi-même, quand j’ai découvert que je pouvais voir l’avenir... » Petit soupir destiné à inciter la sympathie et créer une complicité. « Ça n’a pas été simple. Mais tu n’es pas seule, je suis là pour t’aider. Bientôt, les autres héros seront là et ensemble, vous allez accomplir une des plus grandes missions que l’Homme ait jamais connu ! »

Ok, j’étais un poil trop lyrique, mais j’étais très enthousiaste. Légèrement paniquée sur les bords, aussi. Comme je vous le disais, la pianiste était parfaite pour remplir le rôle que je lui destinais. Il n’y avait aucune chance que je rencontre quelqu’un comme elle dans les jours ou semaines à venir. Elle devait accepter ! 

Le ciel dut m’entendre car ma prière fut exaucée : elle plia. J’avais lâché depuis un moment la main de Charlotte pour celle de Gemma. Le contact physique, quand il était amical, encourage une réponse positive, je l’avais remarqué auparavant. Je ne suis pas exactement une fan du contact tactile mais à la guerre comme à la guerre. Ma fin justifiait les moyens !

« Je... j’ai un peu de mal à enregistrer tout ce que vous venez de me dire. On pourrait en reparler plus tard ? » finit par murmurer Gemma.

-Bien sûr. Si tu as un numéro de téléphone, je pourrais te recontacter demain, ou après-demain. Je ne veux pas te presser, mais nous ne devons pas perdre de temps. »

Elle hocha la tête, attrapa la feuille et le stylo des mains de Charlotte et y inscrit son numéro. Elle n’avait plus le visage d’une musicienne épuisée par les répétitions mais bel et bien celui d’un boxeur qui s’était mangé patate sur patate, jusqu’au K.O. Je m’en serais presque voulue. Toutefois, savoir que mon plan venait de faire un bond de géant chassait toute scrupule de mon esprit. C’est simple, Gemma était ma paire de bottes de sept lieues à moi !

Voilà où j’en suis, à présent. Je compte l’appeler aujourd’hui. Je le ferai bien dès maintenant, seulement ma langue n’est pas tout à fait prête à s’exprimer au téléphone. Je préfère cent fois discuter en face à face, malgré mon manque d’affection pour les gens. Ah, la technologie ! Et puis, je devais vous raconter la fin des évènements d’hier. C’est fait.

Je suis si contente d’avoir trouvé un Barde pareil ! Elle se débrouillera à merveille, j’en suis sûre. On pourrait penser que les dieux me haïssent, avec mon surnom et mes fausses visions, mais regardez ! Tout se passe comme sur des roulettes. Je n’ai pas besoin de chercher mes héros, ils me tombent direct dans le creux de la main. Gemma serait le barde parfait : un caractère doux, dont le vrai travail sera d’apaiser et encourager le reste du groupe... Et comme elle a une bonne tête et paraît sympathique, ça améliorera l’image publique de la troupe. On ne saurait trop le répéter : je suis géniale.

Ça y est, je me sens prête à passer ce coup de fil. Je laisse le clavier en plan quelques minutes avant de faire le compte-rendu de notre discussion. Bientôt, le Barde m’aura rejoint.

 

Ma conversation avec Gemma aura duré une quinzaine de minutes. Elle a dit oui. Il faut impérativement que je contacte Charlotte au plus tôt pour qu’elle annonce que le premier membre de l’équipe a été trouvé. Personnellement, j’aurais aimé garder le nom des héros secret jusqu’à ce qu’ils soient tous réunis, toutefois mon agent m’a fait remarquer que l’aspect marketing de la Quête en pâtirait. Maudit soit les gens ! Ne peuvent-ils donc pas se contenter de savourer ce que je leur offre ? Une machination complexe dans le simple but de me divertir et que je mets à leur disposition, et ils osent avoir des exigences. Urgh. 

Toutefois, ce n’est pas vraiment ça qui me gêne le plus à ce moment précis. Disons que je sens quelque chose de pas net... Derrière mon plan détaillé, je crains de retrouver une pelote de nœuds embrouillés. C’est Gemma Mopin qui m’a laissé cette étrange augure. Pour une Pythie, c’est le comble. D’abord, laissez-moi vous raconter ce que j’ai appris d’elle.

Gemma Mopin a dix-huit ans, des cheveux bruns, des yeux verts, la peau pâle. Elle est d’une taille moyenne et pas de traits physiques particuliers à ma connaissance. Elle a pris des cours de piano au Conservatoire depuis le tendre âge de six ans. Depuis, elle enchaîne les concerts amateurs et les petits boulots en attendant de percer dans l’impitoyable monde du show-business. Ah, et quand elle avait huit ans, elle s’est retrouvée dans un accident de voiture qui l’a envoyée à l’hôpital pendant un mois. Cela explique sans doute pourquoi elle boîte légèrement quand elle marche rapidement. Mais aucune des informations sur ma fiche ne m’avait préparé à sa véritable personnalité.

Je suis absolument certaine qu’elle croit en la nature surnaturelle de mes pouvoirs et que, ainsi qu’elle l’a affirmé, elle est déterminée à mener la Quête à bien. Pourtant, j’ai la sourde impression qu’il y a anguille sous roche. Ah, j’ai mis la main dessus : elle est légèrement en décalage avec mon Barde. Laissez-moi retranscrire la conversation que j’ai eue avec elle, vous verrez ce que je veux dire.

« Comment vas-tu, Gemma ? J’espère que la révélation d’hier soir ne t’a pas trop choqué...

-Je vais bien. Je dois avouer que j’étais assez surprise, mais je me suis faite à l’idée, » dit-elle de l’autre côté du combiné.

« Vraiment ? » J’avais le cœur battant à tout rompre. Il était si difficile de garder ma voix calme ! « Gemma, je suis si contente que tu aies accepté ton destin ! 

-Moi aussi, Pythie... Par contre, ce ne sera pas gratuit. »

C’est là, que ça a dérapé. J’ai senti mon sourire se décrocher de mes lèvres comme une vieille pancarte et il m’a fallu beaucoup de maîtrise de moi pour répondre poliment :

« Je ne suis pas sûre de comprendre.

-Pas pour la Quête en elle-même, bien sûr ! Sauver le monde... je doute qu’on soit rémunérés pour ça. Seulement, quitter mon travail me rendra la tâche difficile, quand tout sera fini. Je serai rassurée de savoir que j’ai votre soutien.

-Mon soutien ? Pour ta... carrière de pianiste ? Je ne suis pas exactement une haute figure de la musique...

-Je veux juste que vous m’encouragiez comme vous l’avez fait pour Elena Bloom. »

La diva avait dû sacrément peser sur les nerfs de la jeune femme. Je ne vois pas d’autre raison pour laquelle elle aurait pu avoir l’idée de me demander une chose pareille. Mais il est vrai que mon influence, ou du moins ma réputation, était suffisamment grande pour qu’un coup de pouce de ma part la projette loin. Je n’avais rien à perdre, alors je promis avec toute la candeur dont j’étais capable :

« Ce sera avec plaisir, Gemma. Si tu peux jouer tous les morceaux comme tu joues le concerto de Chopin, tu n’auras même pas besoin de mon aide ; je t’aiderai du mieux que je peux ! »

Vous n’avez pas compris ce qui m’avait gêné ? Voyons, lecteurs, faites un effort ! C’est ce marchandage assumé qui m’a dérangé. Visiblement, mon Barde n’était pas exactement tel que je l’avais imaginé. Je continue de croire que les aspects les plus importants n’en souffriront pas, mais tout de même... Je comprends que Gemma veuille booster sa carrière. C’est sûr qu’un mot de ma part, surtout de mes visions, l’aideront. Pourtant, je reste frustrée. Le Barde doit être une personne douce, pleine de bonne volonté, destinée à préserver l’harmonie de ma troupe. J’ai senti dans la démarche de Gemma une volonté d’acier qui n’aidera pas les négociations internes. En un mot, je le sens, elle est têtue et ambitieuse. Ce qui est loin d’être un défaut, m’enfin ce sont des traits de caractère qui n’ont rien à faire chez mon Barde. Et puis, elle ne devrait pas me demander quoi que ce soit, c’est censé être un honneur de faire parmi de mes héros ! Il faut que je glisse un mot à Charlotte à ce sujet. Changer de stratégie marketing, n’importe quoi, du moment que je n’ai plus à rendre des services à quiconque. Ma Quête n’est pas un tremplin professionnel ! C’est une entreprise excitante et passionnante ! 

Je m’énerve, je m’en rends compte. Gemma a détraqué quelque chose dans mon humeur. Oui, elle m’a cassé les pieds, quoi. Sauf que je n’arrive pas à m’arrêter d’être énervée ! Je ne comprends pas ! Elle ne demande pas grand-chose et franchement, ça ne change rien pour moi. Bon sang, qu’est-ce que je suis énervée !!

Je reprendrai demain. Je ne peux plus écrire un mot. Cette après-midi va être horrible pour moi, et elle le sera pour les autres. Je vais m’en assurer !

 

8 Décembre :

Je vous avais dit que je n’étais pas à l’aise sur Internet. Laissez-moi vous présenter la deuxième étape de mon inadaptabilité numérique : les achats en ligne.

Voyez-vous, je me suis rendue compte que mon plan était un peu compliqué. Des étapes partout dans le monde, des gens à manipuler, héros comme associés, des épreuves dramatiques... on s’y perd. Moi-même, je sens que ça va tourner mal, comme quand on mélange tous les tubes de peinture d’un coup. Quelle est la couleur finale ? Atroce, immonde, indéfinissable sauf pour dire à quel point ça n’a pas de sens. Je refuse ce sort pour mon plan génial ! Je commençais à me sentir dépassée par les évènements lorsque que mon cerveau me sauva une fois de plus la mise. Un tableau de liège ! Avec des fils rouges, des cartes et des photos, des notes ! J’allais enfin pouvoir mettre à plat toutes mes idées et m’y retrouver. Ce sera aussi pratique pour Tristan. Ça se voit qu’il a du mal à suivre, le pauvre garçon. Il ne me reste plus qu’à solliciter l’aide de mon frère pour l’amener dans ma chambre et le monter. Ça va pas être de la tarte. Déjà que ça m’a pris une éternité pour le convaincre de passer la commande pour moi sans qu’il exige des bénéfices (je lui donne l’argent en liquide et il paye en ligne). J’étais à deux doigts de laisser tomber et de demander à mon père. Bien sûr, je ne l’ai pas fait. De toute façon, c’est toujours comme ça : dès que vous avez besoin d’un coup de main avec vos parents, il faut que vous vous disputiez avec eux juste avant ! C’est trop injuste.

Oui, parce qu’il faut que vous sachiez que mon coup de sang d’hier ne s’est pas évaporé dans les airs. Non. J’ai tout évacué en me disputant avec ma mère et plus rare, mon père. C’était pas beau à voir. Pour rien, en plus ! Nada, zéro ! Je ne me souviens même plus de ce que j’ai utilisé comme excuse pour péter un boulon. Parce que oui, au cas où vous n’auriez pas compris, c’est moi qui ai démarré la bagarre. C’est complètement parti en steak, je criais à ma mère je-ne-sais plus quoi, elle me hurlait en retour, mon frère a rajouté son grain de sel, mon père s’y est mis aussi pour essayer de calmer les esprits (spoiler : ça n’a pas fonctionné, il s’est lui aussi mis en colère). Si bien qu’au bout du compte, on aurait dit quatre Banshee lors d’un conseil de guerre. C’était affreux. Ça s’est passé hier soir, je n’ai pas eu l’occasion de m’excuser et ça me ronge. Urgh ! Pourquoi ma famille ne peut-elle pas être plus raisonnable que moi ? Ils devraient savoir que je suis stressée. Le fait que je le nie farouchement ne devrait pas les convaincre ! Ils me connaissent un minimum, non ? Je veux dire, je fréquente mes parents depuis plus d’une dizaine d’années, on n’est pas des inconnus !

Bref, l’immanquable châtiment ne s’est pas fait attendre. Privée de sortie, même pour le travail ou les études, aucune visite autorisée, Charlotte et Tristan compris. Pour une fois, je ne contestais pas : je l’avais bien cherché. Pour citer mon cher agent quand je l’appelais pour lui raconter mon abominable dîner :

« Comment quelqu’un d’aussi intelligent que toi peut être aussi stupide ? Ça m’dépasse.

-Mais moi aussi, ça me dépasse, Marchand ! Je sais pas ce qui m’a pris. À la base, j’étais énervée à cause de l’autre pianiste, avec ses discussions de marchands de tapis et là, là, j’ai craqué. J’ai déversé toute ma rage sur ma mère et son gratin de courgettes... même moi, j’étais choquée. Rien que d’en parler, là, je le sens, ça monte, » murmurais-je en me pinçant l’arête du nez.

« Ah ouais, quand même. Tu m’diras, je suis pas étonnée. Ou plutôt, je suis étonnée que t’ais pas explosé plus tôt. T’as fait la masse de choses, ça pèse sur les nerfs toute cette agitation. Faut que ça pète à un moment, et toi... 

-Et moi, je l’ai fait hier. Oh, je te jure, je me sens mal. J’ai presque envie de m’excuser.

-Presque... ?

-Ce serait une preuve de faiblesse de dire que j’avais tort ! » expliquais-je. « En plus, c’est vrai que maman a toujours eu la main lourde sur le poivre.

-Je suis pas certaine que l’assaisonnement soit le vrai problème, dans ce cas précis.

-C’est parce que c’est pas toi qui as mangé ce maudit gratin ! »

Elle émit un nouveau « mmm ». Désireuse de changer le sujet, j’enchaînais sur notre autre problème :

« On fait comment pour Gemma ? Je continue de penser que c’est la meilleure candidate pour la troupe de héros, mais j’ai peur qu’elle-

-Candidate, c’est-à-dire ? »

Zut. Je m’étais relâchée. Maudissant ma langue bavarde, j’inventais :

« Dans ma vision, j’ai vu qu’elle serait un excellent membre pour la Quête... mais rien n’est gravé dans le marbre. Le destin varie...

-Oui, je vois. Ce serait chaud de retrouver quelqu’un d’aussi capable qu’elle, c’est ça que tu veux dire ?

-Exactement. » affirmais-je avec soulagement.

-Écoute, c’est normal qu’elle cherche ton soutien. La carrière d’Elena Bloom a explosé dans la stratosphère après ta prédiction. Et puis, elle joue bien. Pas la peine de chercher plus loin.

-Tu as raison... et pour Froitaut ? C’est un héros, lui aussi.

-Je vais le faire en même temps que pour Gemma, dans un même post. C’la dit, c’est marrant quand t’y penses.

-Mmm ? » Nouveau coup de stress, pourquoi cette fille ne peut-elle pas être plus claire quand elle s’exprime ?!

« Ta prophétie a bien fait les choses : tous les héros sont à proximité ! Imagine s’il y en avait eu à l’autre bout du monde, on aurait galéré !

-Haha, oui, excellente blague... Bah, comme je te disais, rien n’est gravé dans le marbre, hahaha... »

J’ai raccroché rapidement après ça. J’avais trop peur de faire une autre gaffe ! Un de ces jours, j’allais vraiment finir par tout lui avouer sans le vouloir. De l’autre côté... est-ce que j’étais vraiment prête à mentir à mon associée jusqu’à la fin de mes jours ? Je ne suis pas certaine d’en être capable. Oh, et puis zut ! C’est un problème pour plus tard. J’ai jusqu’à ma mort pour confesser, donc j’ai le temps de voir venir.

Un coup d’œil à ma liste de choses à faire du jour et j’ai presque envie de pleurer. Il me reste tant de choses à faire et si peu d’énergie ! Entre autres, je dois vérifier que Charlotte n’a pas fait de gaffe en annonçant que Gemma et Froitaut étaient les deux premiers héros. Ensuite, appeler ce dernier pour lui rappeler notre accord et serrer les dents quand il ne manquera pas de me rappeler que je dois rencontrer son élève. Urgh. Ah, je vois que j’ai noté « finir mes exercices d’algèbre linéaire ». Je me laissais aller à un moment de nostalgie : je commençais à sincèrement regretter les jours où je pouvais creuser mes compétences et jongler avec les chiffres par pur amour des mathématiques... Mais je ne me plains pas ! Ma Grande Prophétie m’amuse. Et rien ne m’empêchait de continuer, dans des moments volés, mes recherches.

Cependant,  mon cœur se chiffonne quand je vois ces feuilles d’exercices vierges. Et ça, c’est mauvais signe. Je ne doute jamais de moi, les décisions que je prends sont toujours à mon avantage. Pourtant, les heures manquées de mes études s’enroulent autour de moi comme un millier de mille-pattes aux mandibules acérées.
Lecteurs, je n’aurais pas fait une erreur, quand même ? 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
AliceH
Posté le 14/10/2022
Mais je compatis tellement pour les parents qui ont la main lourde sur le poivre, ça rend tout immangeable et eux ne s'en soucient même pas (et j'ai bien ri à la comparaison avec le Paris/Dakar).

Ce que je retiens de sa chapitre : il faut rémunérer ses héros et bien penser avant de parler sinon on peut facilement révéler ses mensonges sans le réaliser...
AliceH
Posté le 14/10/2022
De ce chapitre, pas de sa, je ne sais pas ce qu'il m'a pris.
Bleiz
Posté le 16/10/2022
Salut ! Contente de voir que la problématique du poivre ne concerne pas seulement Ingrid x) Merci pour ton commentaire !
Edouard PArle
Posté le 13/08/2022
Coucou !
J'aime bien les premiers doutes qui s'instaurent, la colère d'Ingrid contre ses parents, le fait que Gemma demande de l'argent. On commence avoir pas mal d'éléments explosifs, il va seulement suffire d'une étincelle pour qu'Ingrid se retrouve dans le pétrin.
J'aime bien le début d'équipe de héros. C'est rafraîchissant d'avoir de nouveaux personnages, vu qu'on a souvent croisé les mêmes depuis le début. Je trouve Gemma très intéressante, avec son ambition inattendue. Je suis curieux de voir les prochains héros que tu vas dégoter, surtout que j'imagine que tu vas essayer d'avoir des profils très différents. Ca va être intéressant.
Je me demande aussi comment les relations d'Ingrid et de sa famille vont tourner. Simple coup de gueule ? Ses parents ont quand même pas mal de raisons de lui en vouloir...
Mes remarques :
"Maudit soit les gens !" -> maudits soient ? (je ne suis pas sûr à vérifier)
"ne t’a pas trop choqué..." -> choquée ?
Un plaisir,
A bientôt !
Bleiz
Posté le 16/08/2022
Salut !
Merci pour ton commentaire :) en effet, doucement mais sûrement, les dynamiques entre les personnages changent, d'autant plus qu'Ingrid est enfin en train de concrétiser sa Quête... merci d'avoir pointé les erreurs !
À bientôt :)
Benebooks
Posté le 05/07/2022
C'est ce qu'on appelle le retour de karma XD je ne m'attendais pas à ça de Gemma ! Mais qui pourrait lui en vouloir ? Ingrid va avoir fort à faire pour gérer tout ça. Il est évident que ça va tourner aux vinaigre et j'ai hâte de voir comment. On a beau utiliser toutes les stats du monde, prédire une personnalité et ses réactions c'est chose sans doute impossible
Comme d'habitude, rien sur la forme, je ne vois pas défiler les lignes !
A bientôt
Bleiz
Posté le 07/07/2022
Bonjour !
Contente que le changement de personnalité de Gemma t'ait surprise x) Les autres héros lui réservent également des surprises !
À bientôt :)
Vous lisez