Mots de coeur

Par Kalten
Notes de l’auteur : ça y est ! ^^
Bon là, je pense l'avoir terminer, mais si vous voyez d'autres coquilles, ou n'importe quel autre problème, n'hésitez pas à me le dire ^^
Merci d'avance et bonne lecture ^^
Je me sens vide, comme incomplète comme amputé… Toujours ce léger poids sur l’estomac, la tête lourde et le corps fatigué. Ma respiration peut être calme et décontracté comme soudain crispé, bloqué. J’ai toujours une impression d’étouffer ; mon corps est engourdi, je sens mes bras lourds, ballant bêtement le long de moi. Mes jambes supportent à peine mon poids, à chaque instant, je risque de m’écrouler et, même si c’était le cas, je ne chercherais sûrement pas à me relever. Je me sens ni très bien, ni très mal. Je suis dans un état tellement neutre que cela en est presque lamentable. J’ai de plus en plus souvent des sautes d’humeurs, plus violent que d’autre selon la situation. Je contrôle tant bien que mal cela aussi. Je sais pertinemment que m’énerver sur les autres ne fera en rien évoluer la situation alors, la plupart du temps, je me tais. J’ai aussi toujours les yeux comme embrumé ; je sens les larmes prêtent à couler sans que je puisse les arrêter ensuite. Il ne faut surtout pas que je pleure. La plupart du temps, j’y arrive, tant bien que mal certes, mais j’y arrive. Pourtant cela fini toujours par plus ou moins ce voir physiquement, particulièrement sur le visage. J’ai l’impression d’être un peu plus pâles que d’habitude et d’avoir les yeux constamment gonflés, comme si je n’avais pas dormis depuis un long moment. Chaque sourire que je fais me semble pâle et hypocrite, seul mes rires restent « vrais ». Non. Je ne suis pas en état de déprime, cela serait une insulte pour ceux qui le sont vraiment, qui ont des problèmes mille fois plus important que « le miens ». Et encore, dire que j’ai un « problème » serait totalement ridicule ! Oui, c’est loin d’être un « vrai » problème. Peut être que la façon dont j’ai décris ce que je ressentais pouvait faire penser que j’avais un énorme problème mais c’est très loin d’être le cas, j’en suis pleinement consciente. Je jure que tout ce qui est écrit je l’ai et le ressent encore et toujours, je sais juste que quand j’y réfléchis vraiment, ce n’est absolument rien, ou du moins, pas grand-chose. Je dirais que je ressens une sorte de « coup de blues » en continue plus ou moins présent à certain moment. Mais j’ai toujours cette sensation de vide profond, comme un gouffre sans fond qui s’est lentement installé en moi et dans lequel je risque de tomber à n’importe quel instant. . Oui, même si s’est vraiment ridicule de le dire ainsi, cela commence vraiment à me peser. Pourtant cette sorte de mal être peut être guérie très simplement… « Tu me manque » Ces trois petits mots aussi ridicules qu’ils soient sont à l’origine de tous cela. Je n’aurais jamais pensé que ces simples pouvaient être aussi douloureux. Bien sure, comme beaucoup, je pensais que ceux qui disait cela, ne le disait uniquement pour montrer qu’ils ne sont plus seul, qu’ils ont trouvé quelqu’un qui accepte d’être avec il ou elle en acceptant ses qualités et ses défauts. Certain en tire beaucoup de fierté comme d’autre s’en moque royalement. C’est un peu comme les « je t’aime ». De la bouche de certain, cela peu passer comme une formalité ou pire, comme une excuse lorsque l’on blesse l’autre. Utiliser « je t’aime » comme une excuse et purement et simplement immonde. Dans ces moments là, ce n’est pas en disant ces mots que les choses s’oublieront, bien au contraire… J’ai l’impression aussi que l’on doit absolument dire « je t’aime » particulièrement en début de couple, comme si c’était une tradition, ou comme je l’ai dis plus tôt, une formalité. Pourquoi ne peut-on pas tout simplement apprécié la présence de son compagnon et voir si l’on s’attache vraiment à lui ou pas ? Bien sure, je « n’incite » personne à sortir avec le premier ou la première venue mais juste avoir conscience que « je t’aime » peut avoir une plus grande importance que vous ne le croyez. « Tu me manque » C’est mots ne cesse ne résonner dans ma tête, me faisant prendre conscience au combien sa présence m’est vitale. Je ne sais pas si je suis amoureuse, je ne sais pas du tout à quoi ça ressemble. Si être amoureuse s’est se sentir vide quand sa moitié n’est plus là, avoir l’impression de sentir le poids de son corps contre le sien, l’empreinte de ses baisers dans le cou, ses mains glissant sur la peau mise en nue alors non, je ne suis pas amoureuse...Je suis accros. Je n’ai qu’à fermer les yeux pour l’avoir près de moi mais quand je tends la main pour le toucher je ne trouve que du vide. J’ai l’impression de pouvoir sentir sous mes doigts la douce forme de ses muscles mais à chaque fois, je n’y trouve que du vide le plus totale. Je ferme alors les yeux et me retrouve dans ses bras. Mais si j’ai le malheur de les ouvrir…Rien. Je n’y trouve rien. J’en ais besoin. J’en ai horriblement besoin. Je le veux. Je ne veux pas avoir à attendre. J’ai envie de hurler. J’ai envie de frapper sur n’importe qui, n’importe quoi. Sa présence est ma drogue et je suis en pleine crise de manque. Chaque instant avec lui m’ais plus que précieux. Chaque instant sans lui est un supplice. Et pourtant, quel bonheur de savoir que ces sentiments sont aussi réciproque ! Ses « je t’aime » me font pratiquement pleurer de joie. Ces sentiments sont tellement forts pour ma part que même ces mots n’arrivent pas à sortir de ma gorge. S’il existait un mot plus fort que « je t’aime », je le crierais jusqu'à en perdre halène. Laissez-moi être dans ses bras et je mourrais de bonheur. Je ne peux pas m’empêcher de gouter ses lèvres si douces, si désirables, ce corps si fort et si délicat à la fois. Sa voix est envoutante, rassurante, sensuel. Laissez-moi être avec lui, laissez-moi être enfin réellement entière. Il ne me reste plus qu’à attendre, attendre encore un petit peu, pour me sentir enfin complète, vivante…
Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Arabella
Posté le 10/06/2008
Bon j'ai vraiment envie de te surnommer mon ptit salop! C'est très tentant. Pour répondre à ta réponse d'auteur ( on a l'air vraiment malins tous les deux)...Je n'ai pas les autres "bibles"( on va créer une nouvelle religion xD...on a nos bibles déjà)...Et je pleure comme pas possible parce que je les voudrais...Mais que je peux pas! Snifffff<br />
Et bien au début, j'avais l'impression que ton personnage était à l'état végétatif. Quelle description! On a l'impression vraiment que la narratrice est dans une sorte de coma, on se demande ce qu'elle a eu pour être ainsi, mais sa seule maladie ce révele etre la maladie d'amour ( elle court elle court la maladie d'amour...*Arabella tais-toi...SBAFFFFFFFF...Arabella mouru*). Touchant. J'ai beaucoup aimé l'état d'esprit du personnage. Le fait qu'elle dise qu'il ne faut pas dire " je t'aime " soit à tout bout de chant soit comme une formalité. Du style. "Je vais acheter le pain". "Jt'aime." Non. Pour moi l'amour ca ne se dit pas ca se sent, dans les gestes, dans l'être, on doit vibrer d'amour mais pas le dire. Le dire...je trouve ca "immonde" aussi ( pour citer cet adjectif qui convenait à merveille) le chuchoter oui mais ce n'est pas une bagatelle! Bref je m'éparpille et ca donne pas grand chose. A ta place j'aurais plus insister sur l'état de dépendance. j'ai aimé cette impression qui se dégager, comme si l'amour qu'elle recevait était une dose d'héroine xD. Tu devrais vraiment montrer sa dépendance dans le côté maladif du terme, pas le côté gnan-gnan xD! <br />
Je ne vais pas être très sympa mais je n'ai pas aimé l'avant dernière phrase du texte "Il est mon homme, mon cœur, ma moitié, mon être. "Ca fait gnan-gnan Katlen ( désolée d'être franche :( ) . J'aime pas du tout, je trouve que ca casse le texte, que ca lui donne un côté histoire à l'eau de rose de collégienne éperdument amoureuse de son voisin d'a côté avec trois poils sur le menton et qui se dit "homme". maintenant chacun son point de vue! J'espère que tout ceci t'aidera. Que tes textes deviendront encore mieux. Je suis triste. A plus de texte. SNif. Veux la suite. Allez hop hop hop maintenant AU BOULOT!!!! Bouge tes fesses! Commence par la suite de l'éveil hein? héhé. Bisou le salop! Bonne nuit! Travail jusqu'à très tard pour que demain tu attaques l'écriture. ( on peut toujours rêver...L'espoire fait vivre :) )Reponse de l'auteur: Bon maintenant que j\'ai fini de les retravailler, je peux enfin répondre à ton commentaire ^^\r\nJe suis vraiment content à savoir que je ne suis le seul pas penser qu\'il ne faut pas dire je t\'aime n\'importe quand à n\'importe qui ^^. \r\nJ\'espère avoir d\'avantage insister sur le coté de la dépendance en enlevant tout le coté gnian gnian en plus ^^. Tu avais raison, après avoir relu le \"Il est mon homme, mon cœur, ma moitié, mon être.\" ça faisait vraiment trop lourd et tout le reste... Donc j\'espère que la nouvelle version te plaira, du moins la fin ^^\r\n\r\nBisous a+++^^
Sunny
Posté le 06/06/2008
Hey, ça faisait longtemps dis-moi... C'est un beau texte. ^^' Je reviendrai voir ce que ça donnera une fois totalement achevé. A plus ^^Reponse de l'auteur: Oui je sais, j\'ai eu une grosse panne d\'inspiration ces temps-ci >
La Ptite Clo
Posté le 06/06/2008
Aaaaah mon Katounet ! Je me demandais y'a peu de temps quand est-ce que je pourrai lire encore quelque chose de toi ! Me voilà exaucée ! ^^
Pour ce qui est de ce texte, il y'a des petites coquilles mais... il y'a tellement d'émotion que...c'est bon, j'ai le moral à zéro (merci Katounet, tu ne peux jamais t'en empêcher xD).
C'est très beau, et ça rend mélancolique. Du Katounet, voilà tout. Beau travail, KaKa.
Pleins de bisous et pleins de Kâlin. 
Klo'. ;) 
Reponse de l'auteur: Merci Clo d\'avoir lu ^^\r\nPour les coquilles, ouais je sais j\'ai du faire ça à la va vite mais je vais le travailler encore un peu, en faite j\'ai écris ce texte en cours de communication ( on était sure les ordis ^^) et vu que c\'était la fin de l\'année le prof a dit \" faites ce que vous voulez \" Donc je m\'en suis donné à coeur joie ^^. \r\nMais voila ayant oublié ma clef USB je n\'avais rien pour sauvegarder mon travail, donc la fin est baclé pour cause de manque de temps. Mais là, quand j\'aurais de nouveau un peu de temps, je l\'améliorerais ^^\r\nEt au faites, désoler de t\'avoir fait déprimer ma p\'tit Clo ^^\"
Vous lisez