Miasme automnal de Mai 68

Notes de l’auteur : Rédigé en cours d'Histoire alors que les secondes étaient des siècles.
 
 

Miasmes, spasmes

Traînent et grouillent

Rampent furtifs et narquois

Microbes ricanants

Bronchites écœurantes

Miasmes masqués

Miasmes enthousiasmés par la disparition de l'été 

Saletés.

Comme en 68 OUVREZ LES FENÊTRES !

Ne laissez pas l’automne pénétrer vos poumons

Vos joies s’éteindre et dégringoler des arbres

Souriez à l’hiver qui débarque dans un silence explosif

Ne laissez pas le froid, les miasmes vous ensommeiller.

VIVEZ ! Sous le tapis de feuilles et le béton la plage.

Sous la couche de glaires de miasmes le cœur battant et les joues roses.

  

Envoyer valser les pages blanches

Ecrire à réveiller les morts

Partir

Vous devriez être des feux d’artifices

Exploser et faire briller les yeux de ceux qui regardent

Créer de la magie pour un instant

Disperser des paillettes dans le ciel comme si c’étaient des bouts d’étoiles 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Imre Décéka
Posté le 20/09/2021
Ton texte a beaucoup de souffle et télescope les images les uns après les autres. C'est étourdissant, tellement c'est riche, tellement il est nécessaire de s'arrêter sur chaque vers pour en comprendre la portée. C'est très fort.
Bravo pour ce texte et merci pour le partage.
EryBlack
Posté le 21/09/2021
Ravie qu'il puisse encore produire un tel effet ^^ Merci pour tes retours !
Mart
Posté le 15/03/2018
Ce poème est perturbant. Mais après une deuxième lecture, je le trouve super! J'ai d'abord été déconcerté par l'absence de rimes dans la deuxième partie, mais en fait cela exacerbe bien la nouvelle explosivité de ce passage.
J'ai apprécié les références que tu fais, et si la dernière strophe peut sembler hors thème, laisse-la bien où elle est <3.
EryBlack
Posté le 15/03/2018
Pour situer, ce poème a été écrit dans une période où je m'ennuyais beaucoup et où je réfléchissais beaucoup à l'art, en cours et avec des camarades. On peut dire que c'était une période de grands discours et de grandes expérimentations, haha ! Du coup, je pense que je voulais rendre ce poème perturbant. C'était un peu à qui écrirait le truc le plus révolutionnaire (dans tous les sens du terme) ; j'étais loin d'être dans le top mais au moins je m'amusais bien !
Merci pour ta lecture ^^ 
Olek
Posté le 14/03/2018
Eh bien ! Tu écris comme une tempête ! J'adore ! ça commence doucement et puis ça explose, avec des images magnifique. "vous devriez être des feux d'artifice" c'est génial !
 
EryBlack
Posté le 14/03/2018
Oh, c'est un super joli compliment, ça, merci beaucoup ! La moi de l'époque, qui était en Première et qui s'ennuyait ferme, elle aurait été très fière d'écrire comme une tempête :D 
Diogene
Posté le 21/05/2014
Hé ben c'est du propre Ery,
Non mais franchement, j'ai l'impression de revivre l'un de mes cours de fac, plus précisement ceux sur la mitochondrie. 8h30 - 10h30 avec un vrai soporifique comme prof.
En tout cas, il est excellent même si un mouchoir ne serait pas de trop.
EryBlack
Posté le 21/05/2014
Le mien était sans doute du même moule, je tenais pas cinq minutes, et pourtant, j'adore l'Histoire...
Merci beaucoup ! (Et c'est vrai que c'est un peu crade tout ça, mais du crade gentil) 
couscous1976
Posté le 08/08/2013
Et bien, il ne devait pas être très intéressant ton cours d'histoire. Par contre tes petits poèmes le sont. Merci.
EryBlack
Posté le 08/08/2013
Effectivement non, pourtant j'adore l'histoire, mais certains profs possèdent une voix terriblement soporifique...
Merci infiniment, ça me fait vraiment plaisir :) 
Vous lisez