Le petit guide des hirondelles

Par Feydra

Au petit matin, à travers le brouillard épais craché par les usines qui règnent à la périphérie de la petite ville, il est difficile de distinguer le ciel et le soleil. Sur les toits, des centaines d’hirondelles attendent. Elles regardent fixement une grande maison à trois étages.

Cette étrange maison est couronnée d’un gros hangar ventru, dont les doubles portes de bois sont grandes ouvertes : Isidore et son père s’y agitent, car aujourd’hui, c’est le grand jour !

Au centre, le zeppelin attend. Un petit ballon rouge et doré rempli d’air chaud vibre et flotte au-dessus d’un vélo rouge. Le père observe l’engin avec attention, en nettoyant ses mains pleines de cambouis sur un chiffon.

Isidore sent son cœur s’emplir de fierté. Il admire le zeppelin : sur le guidon ont été installés tous les instruments nécessaires à son pilotage. A l’avant se trouve la lanterne ouvragée qui guidera les oiseaux à travers la brume. Il s’installe et enfile ses lunettes de protection.

- Tu es prêt ?

- Oui.

Sur leurs toits, comme si elles avaient entendu, les hirondelles agitent leurs ailes. Le cœur d’Isidore bat à cent à l’heure. Il appuie sur les pédales de toutes ses forces et le zeppelin quitte le hangar. Le pilote abaisse une manette, le ballon le soulève et il jaillit au-dessus des toits.

Il fait de grands signes à son père, qui l’observe depuis la terrasse, puis il passe devant les hirondelles qui s’envolent toutes à sa suite. Elles le suivent bien groupées, les plus braves virevoltent près de son visage. La lumière de la lanterne traverse les nuages. Avec un grand sourire, Isidore guide les oiseaux à travers la brume jusqu’à la sortie de la ville, où ils pourront partir pour leur grande migration annuelle, vers un pays où le soleil brille toujours.

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Peridotite
Posté le 12/11/2022
Encore un chapitre mignon à souhait. Je trouve ça adorable que ce vieux monsieur aide les hirondelles à migrer vers le soleil, alors que la pollution les empêche de voir le ciel. Au début, je me l'imaginais même sur un vélo-zéppelin !
Feydra
Posté le 13/11/2022
Coucou encore ! C'est un enfant et il est vraiment sur un vélo-zeppelin. Ravie que cela t'ait plu. 😊
JeannieC.
Posté le 04/10/2022
Ah, on change de style et d'ambiance ! Mais toujours aussi réussi, sur cette ligne plus narrative et avec un paysage de ville. J'ai beaucoup aimé certaines images, comme le ciel et le soleil qui se mêlent, ou encore le hangar ventru.
Plein de joie et d'espoir aussi, entre ces hirondelles et Isidore <3
Feydra
Posté le 08/10/2022
Merci !
Rachael
Posté le 20/09/2022
Je suis venue voir tes poèmes minuscules et j'ai été happée. C'est léger sans être superficiel, mignon sans être niais, et cela évoque de belles images et des sensations agréables. C'est un ton que j'ai beaucoup aimé.
Ici, justement le style change, on part sur quelque chose de plus narratif, il y a comme une petite histoire structurée, avec déjà deux personnages (+ les hirondelles) et une intention de leur part. C'est aussi très réussi, comme petite histoire, peut-être moins dans l'évocation poétique et la création d'impressions mais plus de l'ordre du message (d'espoir pour les hirondelles et les humains qui les aident). Bravo, je trouve ça toujours très fort de dire beaucoup en peu de mots.
Feydra
Posté le 20/09/2022
Merci beaucoup pour ces compliments. C'est très gentil ! Ravie que ces textes t'aient plu ! Je vais essayer d'en ajouter d'autres !
Ayunna
Posté le 01/08/2022
Recoucou Feydra !

Ooooh ! Isidore est le nom de l'un de mes chats !!
Du coup, je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer mon chat avec des lunettes de pilote, aux commandes du zeppelin, en train de guider des hirondelles, et c'était très drôle !!

Ce petit conte est différent des autres, tu as plein d'idées !
C'est très mignon cette idée qu'un humain puisse aider les hirondelles à trouver leur chemin pour migrer !
Feydra
Posté le 01/08/2022
Recoucou Ayunna,
Merci beaucoup.
Ton chat sur le zeppelin, très drôle en effet ! Je suis ravie que mon histoire t'ait inspirée.
Vous lisez