Le Mishipeshu

Lorsque James décida d’aller se coucher ce soir-là, Caleb en profita pour monter dans sa chambre à son tour. Ils avaient pu passer un bon moment ensemble, le premier depuis fort longtemps. En mettant de côté leurs désaccords, les reproches qu’ils pouvaient se faire, en profitant de ces retrouvailles pour réveiller le passé et lui faire une véritable place ils avaient l’un comme l’autre le sentiment que l’avenir serait plus radieux qu’ils n’auraient pu l’imaginer.
Il referma sa porte lentement avant de se jeter sur son lit, son regard fixa le plafond avant qu’il ne souffle longuement. Dire qu’il aimait ses grands-parents aurait été un euphémisme mais ici, chez lui, il se sentait mieux que n’importe où. Simon avait raison quand il disait qu’il avait une famille et que leurs cœurs et leurs portes seraient toujours ouvertes, il en avait eu la preuve ce soir encore.

Sa main venait alors lentement serré le totem de sa mère qu’il portait autour du cou, un mince sourire s’afficha sur ses lèvres alors qu’un petit bruit le fit sursauter. Caleb se levait, venait décaler la chaise de son bureau pour découvrir comme d’ordinaire le Maymaygwashi caché dessous et murmura en s’asseyant à même le sol pour se mettre à sa hauteur.

- Bonsoir toi! Ça faisait un moment n’est-ce pas? Tu vas bien?

La créature hocha simplement la tête avant de venir pointer de l’un de ses petits doigts palmés le pendentif de l’adolescent. Caleb baissait les yeux. Il n’était pas difficile de comprendre son émotion et le Maymaygwashi ne faisait pas exception à la règle. Il observait sans relâche le totem, ses yeux s’arrondissant plus que d’habitude et sa bouche venait s’ouvrir laissant apparaître ses petites dents bien aiguisées. Caleb lui lança un regard surpris par ce comportement, tirant la photo de sa mère qu’il avait jusqu’alors conservé dans sa poche il chuchota à l’attention de son visiteur.

- C’est ma mère regarde, elle s’appelle Nirvelli.  C’était son pendentif quand elle était jeune. Mon père me l’a offert et m’a dit que l’ours représentait sa tribu et que le renard c’était elle. Je ne sais pas ce que ça veut vraiment dire mais j’ai l’impression que ça me rapproche d’elle.

Le Maymaygwashi souffla par le nez. Il pencha d’abord la tête à droite puis à gauche et prit la photo avant de reculer d’un pas. Ses grands yeux noirs passaient du visage de Nirvelli à celui de Caleb avant de revenir vers lui et posa son front contre le sien.
Ils avaient pris l’habitude de communiquer ainsi, Caleb parlait et la créature lui montrait des choses soutenue par la voix qui venait se joindre à eux pour ouvrir et montrer le chemin à suivre. Cette fois pourtant, l’adolescent ne comprit pas. Il ne voyait rien d’autre que de la fumée, entendait des cris terrifiés et la voix répétait sans cesse qu’il devait écouter les murmures des Grands Esprits et ne faire qu’un avec la terre. Ça n’avait pas vraiment de sens mais Caleb promettait de faire de son mieux. Que pouvait-il bien dire ou faire d’autre? La créature paraissait satisfaite et pour une fois, Caleb eut le temps de lui dire au revoir avant que cette dernière ne disparaisse dans un nuage de fumée. Il était surpris, fatigué et n’eut de cesse, cette nuit-là, de rêver d’une ourse bleue gigantesque qui parcourait des montagnes enneigées sans jamais ralentir la cadence.

Le portable de Caleb sonnait sans relâche lorsque le jeune homme tendit enfin la main pour l’atteindre. L’écran indiquait qu’il était déjà 10h30 et les 5 appels en absence finirent de totalement le réveiller. Il se redressait sur son lit, baillait longuement avant de voir que son ami cherchait encore à le joindre et décrocha sans grande conviction.

- Ouai? Salut Ted.
- Sérieux mec tu dormais encore? répondit son camarade en riant.
- Mh..ouai, ouai désolé. Ça va?
- Tu nous rejoins au Skaneateles ou quoi? On est tous là!
- Je pense que mon père est déjà parti au boulot là! Fais chier…Je vous rejoins dans l’après-midi au pire. Grogna Caleb en se levant rapidement.
- Ou alors je viens te chercher! Dépêche toi de te préparer j’arrive! Lança Ted en raccrochant aussi subitement.

Il n’avait pas fallu longtemps au jeune homme pour enfiler une tenue adéquate, préparer son sac et prendre un petit déjeuner. Sans arrêt aux aguets pour surveiller l'heure, il se décida, juste au moment où il entendit frapper à la porte, à envoyer un message à son père pour le prévenir qu’il rentrerait un peu tard sûrement et qu’il allait profiter d’un moment avec ses amis. Il se doutait bien que ce dernier ne verrait pas d’un très bon œil cette sortie improvisée mais savoir que malgré tout il avait réussi à se faire des amis et avoir une vie sociale ne pouvait pas lui déplaire.
Jetant son sac à dos sur son épaule, Caleb arbora un grand sourire en voyant son ami. Ted était de ceux que l’on pouvait qualifier de passe-partout. Seul son amour pour la musique et les fêtes le rendait populaire mais il préférait de loin rester avec son petit cercle d’amis. Il avait sympathisé avec Caleb au cours de l’année de 3ème, un peu par hasard. Les deux avaient fui le cours de sport et l’entente s’était faite naturellement. Il avait un an de plus que Caleb mais était physiquement plus petit que lui. Il arborait une chevelure claire qu’il coiffait toujours avec soin. Deux opposés que tout avait finalement attiré.

- Franchement Cal’ on ne te voit pas de la semaine et toi tu dors plutôt que de venir avec nous! T’es super chiant parfois! La taquina Ted en lui faisant signe de monter dans la voiture.
- Ça a pas mal été compliqué pour moi ces derniers jours mais ça va mieux alors te plains pas! Marmonna l’adolescent en grimpant dans le véhicule.
- On a 30 minutes de route si tu veux vider ton sac! Après t’oublie tout et tu profites!
- Non, je vais commencer à en profiter maintenant. En plus y’a pas grand chose à dire. Mon père m’a pris la tête, je suis parti chez mes grands-parents et maintenant ça va mieux. Résuma Caleb en entendant son téléphone sonner. Il y jeta un œil, lu rapidement le message de son père qui lui demandait d’être prudent et de ne pas rentrer trop tard et leva les yeux au ciel en répondant simplement “ok,à ce soir”.

Les deux amis avaient profité de la route pour parler de tout et de rien. Les cours et contrôles que Caleb avait manqué, les filles, les petites histoires de couple de leurs camarades, les coups en douce des uns et des autres. La vie de lycéen n’avait rien de tranquille et confortablement installé dans la voiture l’adolescent se laissait aller à rire. Il savourait ce moment de liberté, de légèreté avant d’apercevoir enfin le lac et le petit coin qu’ils s’étaient aménagés pour la journée. Ses amis étaient en train de chahuter quand Ted gara la voiture et la petite troupe arriva en courant pour les accueillir. Chacun y allait de sa petite remarque ou question et Caleb grimaça avant de sentir le bras de son ami autour de ses épaules.

- Laissez-le respirer bande de vautours! Il va bien et je l’ai ramené. Maintenant que la fête commence! Lança-t-il à ses amis en leur faisant signe de s’éloigner, puis d’ajouter. Tu vois comme tu nous a manqué à tous! Ne nous fait plus jamais ça!
- Vous exagérez, c’était que quelques jours! Mais je suis vraiment heureux de voir que..attends quoi la fête? Quelle fête?

Devant les questions et l’expression abasourdie de Caleb, Ted ne put s’empêcher de rire doucement. L’absence de leur camarade n’était en rien passée inaperçue et ensemble ils avaient décidé de lui préparer une petite fête surprise pour son retour. Ce n’était pas grand-chose, un pique-nique au bord du lac, une virée en canoë, une baignade entre amis et le soir, une veillée autour d’un feu de camp, tout ce que leur ami pouvait aimer.
Les sourires de leurs comparses émurent Caleb. Durant toutes ces années de solitude il avait érigé un mur, puis une forteresse autour de son cœur pour ne jamais être déçu ou blessé des autres mais eux, sa petite bande, avaient réussi à retirer pierre après pierre pour se frayer une place dans sa vie. Ça n’avait jamais été simple, mais contrairement à beaucoup d’autres, ils avaient su voir au-delà des apparences et lui avaient permis d’être comme tout le monde. Après quelques tapes dans le dos ou accolades qu’il s’évertuait à rendre le plus rapide possible, il s’asseyait auprès d’eux, regardant tout autour pour s’assurer que rien ne traînait au sol et sourit.

- C’est vraiment cool d’avoir fait tout ça, je ne sais vraiment pas comment vous remercier mais comment dire. Vous êtes vraiment au top!
- On sait tous que lundi c’est ton anniversaire mais comme on sera en cours et tout ça, on s’est dit qu’on pouvait le faire là, entre nous! Renchérit Blaise en lui adressant un clin d’œil.
- Il faudra juste que je vous abandonne un peu en fin de journée pour aller chercher le gâteau. Ricana Zoey en changeant de place pour s’asseoir près de lui.
- Et le mieux c’est que demain c’est dimanche donc tu pourras dormir! C’est promis! Lui lança Ted en éclatant de rire, suivi rapidement par tous les autres. Il jeta alors un rapide regard à sa montre et en voyant l’heure suggéra. Bon on va piquer une tête dans le lac avant de manger ou quoi?

Sans attendre un mot de plus, les jeunes gens se délestèrent de leurs vêtements pour finir en maillots de bain, se jetant à l’eau tout en s’éclaboussant les uns les autres, ils riaient tous de bon cœur et Caleb les observait, silencieux. Il avait senti une présence à quelques pas de lui et soufflait à mi-voix.

- C’est toi n’est-ce-pas? Mon bon ami. J’ai pris l’habitude de te voir entre quatre murs, je ne pensais pas que tu me suivrais jusqu’ici. Est-ce que tout va bien?

Tournant la tête lentement, il croisait le regard de la créature, cachée entre les branchages non loin du petit campement des jeunes. Ses yeux tout ronds le fixaient avant qu’il ne lui indique la rive droite du Lac. Caleb fronça les sourcils, jetant un œil vers ses amis il soupira.

- Tu veux que je te suive c’est ça? Mais, enfin, je viens à peine d’arriver et…Je te promets que je viendrai dès que nous aurons mangé.

Il détournait rapidement le regard pour surveiller ses amis qui hurlaient comme des fous dans l’eau. Le Maymaygwashi poussait de petits grondements qu’il ignorait ostensiblement avant de recevoir un caillou en plein dans les côtes et, en même temps, fut interpellé par Ted.

- Hey, Caleb tu viens avec nous ou quoi? L’eau est super bonne! Arrête de la regarder comme si elle allait te manger!
- J’ai pas peur de l’eau! Hurla-t-il avant de marmonner pour lui-même. Je me doute juste qu’il y a des trucs là-dedans qui pourraient carrément vous faire flipper.

Un nouveau caillou vint le percuter, dans l’épaule cette fois-ci et Caleb abdiqua. A trop énervé le Memegwesi il y avait fort à parier que le prochain caillou viendrait le percuter en pleine tête et il était loin d’en avoir envie. Il se leva, épousseta ses vêtements avant de hurler de nouveau à ses amis.

- Je vais jeter un œil plus loin, je veux voir un truc!
- Attends, je viens avec toi! Lui lança Zoey pleine d’espoir.
- Nan, nan, reste là, j’en ai pas pour longtemps.

Il ne lui laissait pas le temps de répliquer ni de sortir de l’eau. Enfonçant ses mains dans ses poches, il avança en entendant la créature qui gambadait à l’abri des regards. Autant ses visites nocturnes n’avaient jamais dérangé Caleb mais là, ce dernier trouvait qu’il exagérait lourdement. Ses pas pourtant le menaient hors de portée de ses amis, ils étaient désormais trop loin pour qu’il ne les entende, trop loin même pour les voir et la créature se montrait enfin. Elle le fixait, le détaillant de haut en bas avant de désigner le milieu du lac et disparu. Outre le fait qu’il se trouva surpris, Caleb laissa son regard dériver vers le lac, pas une vague, le calme plat. Il ne savait pas pourquoi mais il ressentit le besoin de se poser, d’inspirer profondément avant de fermer les yeux et de répéter comme un refrain les paroles que la voix lui avait susurrées la veille.

- Ne faire plus qu’un avec la terre, laisser le vent apporter les murmures des grands Esprits. Ne faire plus qu'un avec la terre, laisser le vent apporter les murmures des grands Esprits. Ne faire plus qu’un…

Un bruit semblant venir du lac l’avait contraint d’ouvrir les yeux. Le lac était totalement recouvert par un épais brouillard qui s’avançait vers lui. Incapable de reculer, les yeux écarquillés, il ne fallut pas longtemps avant qu’il ne se retrouve à quelques mètres d’une créature qui semblait toute droit sortie d’un film. Il sentait sa respiration se bloquer, son coeur accélérer, il secouait la tête espérant se réveiller mais non, il n’était pas dans l’un de ses rêves.
Fermant les yeux, il compta jusqu’à 5 avant de les ouvrir de nouveau, elle s’était rapprochée, malgré la distance il pouvait sentir son souffle contre sa peau, entendre le glissement de ses pattes sur l’eau. Avait-il peur? Certainement mais Caleb ne l’admettrait jamais. Il l pencha la tête avant de souffler.

- Mais qu’est-ce que c’est que ça! Je n'ai jamais rien vu de tel.
- Il t’attendait Waban, il sait qui tu es. C’est pour lui que tu es tel que tu es. C’est ta Destinée.

C’était la voix, encore, portée cette fois-ci par un petit vent d’Ouest qui venait ébouriffer ses cheveux. Caleb hocha lentement la tête sans oser faire de gestes brusques. La créature ne le quittait pas des yeux et réciproquement. Elle avait beau s’être rapprochée, elle gardait malgré tout une distance raisonnable entre eux. Caleb fronça les sourcils, elle ressemblait à un énorme félin blanc, un lion ou une panthère mais en deux ou trois fois plus grand! Le haut de son corps semblait recouvert de poils mais le reste se trouvait bien être des écailles qui luisaient au soleil. Il pouvait voir qu’elle possédait aussi quatre pattes puissantes et griffues mais sa queue ressemblait plus à celle d’un dragon d’eau, des piques et la pointe rougeoyante tout comme la rangée de pointes qui partait de sa nuque jusqu’au bas de son dos. Cette menace se renforçait par ses dents acérées et les deux cornes qu’elle avait sur la tête mais ses yeux, ses yeux étaient d’un bleu très doux fendus par une pupille noire à l’instar des félins, ce qui contrastait avec le reste de son apparence et lui donnait un côté plus amical malgré la brume qui l’entourait.

-Maymay? Appella l’adolescent dans un murmure! Maymay où es-tu? Montre toi! Il…il ne va pas te faire de mal!

La douce voix revenait sans que le Maymaygwashi ne se montre, elle chuchota de nouveau et Caleb avait du mal à percevoir le sens de ses mots. Ils étaient moins clairs, mais sans savoir pourquoi il devinait qu’il devait se dépêcher de comprendre. Le temps était désormais compté. La créature lâchait un rugissement rauque, et Caleb sursauta.

- Le Mishi..Mishipi? Mishipeshu? Le grand Lynx des Lacs! Ok. Il va quand même falloir me laisser le temps d’en apprendre plus sur toi. Tu veux bien?

Le brouillard se dissipa lentement, la créature disparaissant avec lui. Caleb se trouva de nouveau seul, du moins presque. Il retournait vers le petit campement de ses amis, un mal de tête en guise de compagne pour l’après-midi et se laissa tomber sur une serviette humide en soufflant lorsque Ted lui fit remarquer que cela faisait plus d’une heure qu’ils le cherchaient partout.

- Je m’en souviendrai de cet anniversaire! C’est un truc de fou.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
MichaelLambert
Posté le 24/11/2022
J'aime bien cette petite virée surprise avec des amis. Et c'est une bonne idée qu'elle soit interrompue par le Maymaygwashi (à un autre endroit tu l’orthographie Memegwesi, ça c'est bizarre). Après j'aurais voulu que l'apparition du Mishipeshu aient plus de conséquences (sur la sortie en groupe et sur la vie de Caleb en général). Mais je me doute que je vais en apprendre plus avec la suite !
A bientôt !
Elly Rose
Posté le 24/11/2022
Alors oui à un moment j'ai écrit Memegwesi parce que c'est le terme utilisé en langue Ojibwée (ou en anishinaabemowin pour le terme exact) qui est le langue natale de Nirvelli. Caleb ne l'apprendra qu'un peu plus tard.
La première rencontre avec le Mishipeshu est très brève oui, mais il va revenir en force dans le chapitre suivant!
A très vite
Camille Octavie
Posté le 23/11/2022
Bonjour ! Un petit chapitre avant de dormir et pas déçue du détour !
J'aime où va ton histoire on sent que tu crées ton "bestiaire" c'est sympa et pour une fois ce sont des bestioles "exotiques" !
J'ai l'impression que tu lis beaucoup de romans a la 1ère personne ? On dirait, parce que certaines phrases a l'imparfait avec Caleb en sujet, si on met "je" a la place c'est presque mieux (curieux ^^'), comme si tes pensées, habituées à la sonorité de l'imparfait, avait du mal au passé simple.
Bon courage j'ai hate d'aller lire le chapitre suivant !
Elly Rose
Posté le 24/11/2022
Bonjour,
Je suis contente que ce chapitre t'ai plu, celui-ci et le prochain ont été de véritables épreuves en terme d'écriture.
J'aime beaucoup les créatures, leur donner un sens, une vie et pour ne pas tomber dans les répétitions en mettre qui sont moins connues est vraiment intéressant.
Je suis presque incapable de lire ou d'écrire à la première personne alors ça me fait beaucoup rire. Peut-être devrais-je retenter le coup?
Merci infiniment de ton retour!
Camille Octavie
Posté le 24/11/2022
Coucou ! Tu peux essayer ! En fait ça fait peur mais on se prend au jeu ! Et tu peux lire "la fileuse d'argent" (le livre qui m'a fait aimer la 1ere personne XD) Moi j'ai prévu de tenter de passer 3/4 chapitre de ma saga en 1ere personne a un moment "pour voir"...
Vous lisez