Le baptême

Par Maud14

Le lendemain, ils se rendraient sur le site d'Alamar, dans la baie de Mnazi au Sud de la région de Mtwara. Mais pour l'heure, ils s'octroyèrent un petit moment de détente en cette fin de journée aux températures plus clémentes que dans le Nord du pays.

En contrebas de leur hôtel, une longue plage de sable blanc accueillait des hommes et des femmes triant les produits de leur pêche. De grandes pirogues flottaient près du bord de l'océan, où les hommes déchargeaient des sceaux de petits poissons. Les habits colorés de leurs épouses conféraient des notes de couleurs vives au paysage qui s'habillait de teintes nacrées avec la descente du soleil dans le ciel. De petites cabanes peintes entouraient la plage. Un peu plus loin, des parasols aux allures de paillotes plantés dans le sable se détachaient sur l'horizon.

Hyacinthe sortit son appareil photo et commença à capturer ce qu'elle voyait, en demandant timidement l'autorisation lorsqu'il lui semblait nécessaire de le faire. Les travailleuses de la mer, courbées et concentrées sur leur marchandise faisaient danser leurs doigts, offraient aux yeux de la jeune femme des gestes précis, trahissant les longues heures passées à reproduire à l'identique la besogne. Un chant s'éleva petit à petit d'entre elles, les voix s'unirent, s'additionnèrent pour finir par former un hymne émouvant et musical. Hyacinthe en eut des frissons. Là, sous ce soleil infernale, sur se sable chaud, près de cet océan aux eaux cristallines, hommes et femmes travaillaient ensemble, main dans la main. 

La voix des femmes résonnait encore dans sa tête, même après leur départ. Le soleil pointait presque à l'horizon. La journée de travail était terminée. Demain, elles reviendraient là. Demain, elle plongeraient à nouveau leurs mains dans ces sceaux, à travers les écailles multicolores. Alexandre s'était lui aussi promené parmi ces centaines d'êtres humains, parmi les bateaux, parmi les pêcheurs. Il avait observé leur façon d'écailler les poissons, de les découper sur leurs tables de fortune. Etait-il en train de comparer sa vision et sa pratique de la pêche avec la leur? Probablement. Il avait tenté de se faire petit, lui qui était bien trop grand pour ne pas se faire remarquer. Des hommes l'avaient interpellé, l'avaient invité à se joindre à eux, lui avaient tendu leur machette et avaient observé avec de grands yeux ses gestes forts et précis. Des tapes dans le dos s'étaient échangés. Alexandre avait été accepté. 

Le soleil était maintenant bas et on entendait que le clapotis léger de l'eau sur le sable mouillé. L'atmosphère sereine qui régnait tout à coup sur cette plage contrastait profondément avec celle qui la précédait de quelques dizaines de minutes. De petites tables avaient été installées sur le sable, face à la mer, et des gens venaient s'y installer pour profiter du coucher de soleil et des heures plus fraîches de la journée. 

La silhouette d'Alexandre se dessinait sur l'horizon teinté d'un bleu irisé. Quelques frêles traînées de nuages rosées et orangées striaient ce ciel calme. Quelques torches flambaient ici et là sur la plage. Hyacinthe le rejoignit à la table et s'assit à son tour. Quiétude et sérénité trônaient dans ce décor à couper le souffle. Ali se laissa tomber près d'eux peu de temps après. Il était parti chercher de quoi manger et ils dînèrent tranquillement, appréciant l'air tiède, le bruit des vaguelettes et l'odeur marine mêlée à celle des manguiers proches. 

Ahmed les rejoignit après manger. Il avait rendu visite à un membre de sa famille vivant près d'ici et s'était occupé de tout pour que leur reportage de demain soit complet, élaborant une feuille de route bien remplie. 

« Alors, qu'est-ce que vous en dîtes? », s'exclama-t-il en s'installant avec eux, leur désignant de la tête l'océan à leurs pieds.

« C'est somptueux », murmura Hyacinthe. 

« Il faut vous baptiser », reprit Ahmed en posant brusquement les deux mains sur la table. 

Face à leur air d'incompréhension, un rire aigu et tonitruant s'échappa de sa gorge. 

« Allez goutter l'eau, c'est le meilleur moment pour se baigner ici »

Ali pouffa et s'enfonça un peu plus dans la chaise en plastique, fourrant ses mains dans les poches. C'était sa façon de refuser l'invitation. Ahmed rit une nouvelle fois et lui tapota l'épaule. 

Alexandre se leva et fit quelques pas vers le rivage où l'eau laissait sur le sable des traces aux sillons arrondis. Puis, d'un mouvement ample, il se débarrassa de son t-shirt, faisant apparaître un dos robuste à la peau pâle sous les rayons laiteux de la lune. Ses pieds puis ses mollets  jusqu'à son shirt s'enfoncèrent dans l'océan paisible et de sa haute silhouette il ne se découpa bientôt plus que les lignes bombés de ses épaules et de ses bras frôlant la surface. Puis, il s'immergea totalement, tellement délicatement que presque aucune onde ne se répercuta sur l'eau. 

« Votre ami à tout compris », commenta Ahmed avant de boire une gorgée de sa bière. 

Enivrée par l'ambiance, Hyacinthe se leva à son tour et se débarrassa de sa chemise en lin pour se retrouver en débardeur. Elle ôta précipitamment son pantalon de toile et ses pieds frémirent de plaisir sous la caresse de l'eau. Alors que ses genoux passaient sous la surface, Alexandre émergea plus loin, vers l'horizon, sous le halo de l'astre de la nuit qui répandait son éclat sur les flots. Son ombre se figea alors qu'elle se laissait glisser dans l'océan jusqu'à la nuque. 

Hyacinthe ferma les yeux, pencha la tête en arrière, et se laissa flotter quelques instants, appréciant la sensation, se concentrant sur les courants qui ballottaient légèrement son corps. Elle était en Afrique, en Tanzanie. Elle était vivante, bien vivante, en bonne santé. Elle se trouvait dans un endroit incroyable, irréel, presque fantasmagorique, entourée de personnes extraordinaires. « Lucas, Lucas si tu me voyais... », pensa-t-elle en ouvrant les yeux sur le ciel parsemé d'étoiles incandescentes. 

Basculant ses jambes à nouveau dans l'eau, Hyacinthe se redressa et tomba nez à nez avec Alexandre. Son coeur loupa un battement et elle recula machinalement. Un sourire en demi lune éclaira le visage du brun où des gouttes d'eau perlaient. Il était tellement grand qu'il la cachait jalousement de la lueur de la lune. 

« Cette eau-là est plus chaude que celle de l'île-Tudy », dit-il soudain sérieux. Puis, il se laissa glisser à nouveau dans l'océan, disparaissant dans l'abysse sombre. Des frissons parcoururent l'échine de Hyacinthe qui se remémora l'épisode de sa chute dans l'océan, quelques semaines auparavant. L'homme semblait réellement à l'aise avec cet élément. Comme s'il domptait la mer. 

La jeune femme sortit lentement de l'eau, légèrement perturbée et Ali lui lança une serviette dans laquelle elle s'enroula. 

« Elle est super bonne »

« Tu sais bien que l'eau et moi ça fait huit, rétorqua-t-il en caressant sa barbe. Ses yeux se perdaient dans l'océan. C'est un vrai dauphin ce type! »

Ahmed hocha la tête, lui aussi le regard rivé sur Alexandre. Ou plutôt, à sa recherche. Une forme refit surface au large, à peine visible pour eux. Ils restèrent ainsi à observer le lent ballet d'Alexandre, buvant une bière dans le silence de la nuit. Lorsqu'il revint sur terre, il ne paraissait même pas essoufflé. Il se rassit à sa place et accepta la bière que Hyacinthe lui tendait. 

« L'activité d'Alamar dans le coin à des impacts sur l'océan, n'est-ce pas? », demanda presque rhétoriquement Alexandre.

« Quoi, les baleines t'ont parlé et se sont plaintes à toi? », ironisa Ali.

Ahmed ignora la remarque et offrit un petit sourire contrit au colosse. 

« Si tu prends en compte le déplacement et la réduction des zones de pêche, le risque de fuite, de déversements de substances et produits chimiques, l'émission de gaz, les collisions, mais aussi les boues et les déchets solides, les rejets d'eau de refroidissements et autre concernant le forage, le torchage, les bruits et lumières et la perturbations du fond marins et le déversement de roches... on peut dire que oui, ce projet a et va avoir de gros impacts sur son milieu... »

« Il peut aussi y avoir des perturbations sur les mammifères marins et les tortues à cause de la production des ondes acoustiques et des opérations des navires », note Hyacinthe, dont les recherches sur le sujet revenaient en mémoire. 

Alexandre balaya l'océan des yeux et soupira doucement. Hyacinthe lut sur son visage une certaine mélancolie, une tristesse évanescente qui se dissipa rapidement. Le sujet semblait le toucher sincèrement. 

« Ouais, c'est une belle merde qui se prépare encore, conclut Ali en se levant. Bon, on devrait penser à aller se coucher, demain une grosse journée nous attend »

Hyacinthe et Ahmed l'imitèrent et récupèrent leurs affaires. 

« Tu ne viens pas? », demanda la jeune femme à l'attention d'Alexandre qui lui n'avait pas bougé d'un pouce. 

« Je vais rester encore un peu », murmura-t-il, le regard toujours rivé sur l'horizon. 

Elle lui souhaita bonne nuit et remonta dans sa chambre. La baignade tardive et les émotions de la journée l'avaient un peu fatigué et elle trouva le lit particulièrement moelleux lorsqu'elle s'y allongea. Ce n'était plus la chaleur étouffante de Moshi. Les voilages de ses rideaux virevoltaient au grès de la bise venue de l'océan en contrebas. Intriguée, Hyacinthe se releva et approcha de la fenêtre ouverte sur la nuit étoilée. En bas, tout en bas, elle distingua la silhouette d'Alexandre, debout et droite face à la mer. Elle l'observa quelques minutes et ni lui ni elle ne bougeaient. A quoi pensait-il? Se rappelait-il de certaines choses? Il était si mystérieux et taiseux que Hyacinthe avait un mal fou à le cerner. C'est comme s'il lui échappait constamment, telle une fumée volatile, un mirage troublant, un animal sauvage... Indompté et indomptable. Une énigme. 

Elle finit par se recoucher, lasse de fixer une statue. Etrangement, ses yeux se fermèrent sans difficultés, et, son esprit trop occupé à vagabonder du côté de ce grand oiseau des mers, sombra facilement dans le sommeil. 

 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
joanna_rgnt
Posté le 05/05/2021
Rapprochement dans l'eau !!!! J'ai trop imaginé la scène ! Ali est tellement jaloux, il m'énerve ! Je me demande c'est qui Lucas... A moins que j'ai loupé cette info dans un précédent chapitre... Peut-être un ex décédé ou qui l'a quitté....
Maud14
Posté le 05/05/2021
Tu auras bientôt la réponse :D
Vous lisez