Le 29 février, ce jour qui n'existait pas

Par Panufis

Le 29 février. 

Le jour qui n’existait pas. 

Ce jour qui n’aurait jamais dû exister. 

  

Loran ne l’avait jamais connu. 

  

Natif martien, il n’en avait jamais eu besoin. 

  

Peu de temps après le début de l’Insurrection Martienne, la Confédération Martienne avait renversé toutes ces conventions géocentrées. 

Un premier calendrier arècentré, nommé en l’honneur du dieu grec Arès, avait été adopté. 

Le concept d’heure avait été abandonné, pour laisser place à la « division arèsienne » (DA) d’une durée de 211 minutes. Chaque jour était ainsi divisé en 7 DA, ce qui permettait d’identifier plus facilement les différentes phases de la journée que ces stupides heures. 

Plus besoin de correction du calendrier, avec un jour apparaissant une fois tous les quatre ans. 

  

Les Terriens semblaient incapables de se passer de leur Histoire pour s’adapter. 

Les Martiens n’avaient pas ces limites. 

  

Les technologies Martiennes étaient sans pareil sur l’ensemble du système solaire. 

L’ouverture sexuelle était à la place qu’elle aurait dû occuper depuis bien longtemps sur Terre, celle d’une évidence. 

L’art Martien, né de l’expression inégalée d’une volonté de survie était associé aux courants artistiques les plus prolifiques de l’histoire humaine. 

Même les profils politiques des cités Martiennes avaient su tirer parti des erreurs de leur mère abrutie. Chaque Martien, à ses 17 ans, était libre de choisir la cité dans laquelle il vivrait. 

Les luttes idéologiques inutiles n’avaient plus lieu. Les débats étaient devenus constructifs. 

  

Bien entendu, tout n’était pas parfait. 

C’était tout à fait impossible, pensa Loran. 

Rien ne serait jamais parfait. 

  

Mais le système Martien était probablement ce qui s’en approchait le plus. 

  

Loran serra les commandes de son chasseur. 

  

Le discours qu’il entendait dans ses oreillettes lui arrachait bien des pensées. 

L’orateur choisi était diablement efficace. 

  

Tous les pilotes de la flotte savaient pourquoi ils entendaient cela. 

Chacun connaissait ces réflexions millénaires sur le moral d’un soldat avant la bataille. 

La façon dont collectivement, ils pouvaient renverser l’histoire s’ils étaient bien menés. 

  

Et ils s’en foutaient. 

Plus rien n’importait désormais. 

Ces pilotes ne voulaient pas marquer l’histoire. 

Ils voulaient la renverser. 

L’annihiler. 

Rendre à la Terre ce qu’ils avaient reçu. 

Pour la toute dernière fois. 

  

Le Haut Commandement de la flotte d’Arès avait choisi ce jour symbolique pour prendre sa revanche. 

  

Huit ans plus tôt, en ce jour impardonnable, la Terre avait commis l’impensable. 

  

L’Insurrection gagnait du terrain. 

La Lune était tombée depuis un mois. 

Les stations spatiales s’apprêtaient à céder face aux bombardements incessants. 

La victoire était à portée de main,  

Et la liberté à saisir. 

  

Mais la Terre ne perd jamais. 

L’Humanité est toujours gagnante, disaient-ils. 

Un objet issu de la Ceinture Principale d’astéroïdes avait été repéré par les Observatoires Martiens. 

Sa trajectoire aurait dû le rendre inoffensif. 

Mais une bombe Terrienne changea la donne. 

Et l’astéroïde détruit Mars. 

  

« Mars, la Rouge » était tombée. 

  

Des milliards de vies éradiquées. 

Les « secours » dépêchés sur place avaient achevé les rares survivants du désastre. 

  

Les médias terrestres le présentèrent comme la plus grande victoire de l’Union Humaine. 

Les Martiens le voyaient comme le jour où l’Humanité sombra dans la folie. 

  

Refusant de ne fêter cette « grande victoire » qu’une fois tous les quatre ans, les gouvernements de l’Union Humaine décrétèrent que celle-ci pourrait être célébrée tous les jours de chaque année. 

  

Seules les flottes militaires arèsiennes, éparpillées dans tout le système solaire, avaient survécu au massacre. 

Loran était l’un d’entre eux. 

  

Comme beaucoup d’autres Martiens, il avait fait le serment de se venger. 

Aujourd’hui était venu le grand jour. 

  

Les flottes arèsiennes auraient pu se disperser, se reconstruire ailleurs, se rebâtir, pour enfin prendre faire payer le sang de Mars dans quelques générations. 

Lors de la grande réunion des derniers Martiens, il en fut décidé autrement. 

  

Ceux qui avaient fait couler le sang de Mars ne seraient plus là pour voir la Terre tomber aux mains des Martiens. 

Il fallait agir le plus tôt possible. 

  

Se tuant à la tâche, les scientifiques de la flotte parvinrent après plusieurs années à assembler quelques bombes à gravitons. 

Seule, le dispositif était assez inutile : facile à repérer, long à se déclencher, il était totalement inadapté pour s’attaquer aux flottes Terriennes. 

De plus, la bombe ne pouvait être utilisée contre une planète entière, comme la Terre, tant elle était massive. Des missiles à longue portée l’aurait détruite très facilement. 

 

Le génie du commandement militaire fut d’en construire six, aussi puissantes que possibles, de les rendre aussi résistantes que possibles, puis de les activer aussi proche que possible du Soleil. 

 

L’étoile, soumise à une nouvelle masse importante, passerait dans une nouvelle phase de fusion, ce qui l’entraînerait éventuellement en supernova. 

 

 La Terre n’y survivrait pas. 

La flotte arèsienne non plus. 

  

 Les Martiens, dans leur folie, aurait enfin leur revanche. 

  

Ce 29 février serait leur jour. 

Ce jour qui n’existerait plus.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Xendor
Posté le 05/03/2020
Coucou, cette fiction me fait un peu penser aux Chroniques Martiennes ou à la Bible de Canaan. D'autant plus que l'histoire raconte probablement ce qui ce serait passé s'il y avait eu de l'existence avérée de vie sur Mars. Donc c'est une super nouvelle :)
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup pour ton message !
Fannie
Posté le 05/03/2020
Coucou Panufis,
Ce n’est pas que ce jour qui n’existera plus, manifestement. Tu as trouvé une manière très originale de traiter le thème. La guerre, qu’elle soit livrée sur terre ou dans l’espace, ce n’est pas mon truc, mais tu arrives à raconter cette histoire dans un style simple et épuré, sans nous asperger d’hémoglobine. On ne voit qu’un grand feu d’artifice et ça suffit pour comprendre. Entre l’humanité et la martiennité – si je peux le dire ainsi –, il n’y en a pas une pour rattraper l’autre...
Coquilles et remarques :
— Peu de temps après le début de l’Insurrection Martienne, la Confédération Martienne avait renversé [majuscules abusives : l’insurrection martienne / la Confédération martienne]
— Un premier calendrier arècentré, / la « division arèsienne » [arécentré / arésienne ; selon la règle de dérivation, les accents graves se transforment en accents aigus]
— Les technologies Martiennes / L’art Martien / des cités Martiennes / le système Martien [martien, martiennes ; ce sont des adjectifs, les majuscules sont donc abusives]
— sur l’ensemble du système solaire [du Système solaire]
— ils pouvaient renverser l’histoire s’ils étaient bien menés / Ces pilotes ne voulaient pas marquer l’histoire. [La majuscule n’est pas obligatoire à Histoire, mais ici, elle permet de lever une ambiguïté.]
— Le Haut Commandement de la flotte d’Arès [le haut commandement (sans majuscules)]
— L’Insurrection gagnait du terrain. [L’insurrection (sans majuscule)]
— Un objet issu de la Ceinture Principale d’astéroïdes avait été repéré par les Observatoires Martiens. [Encore des majuscules abusives : la Ceinture principale / les observatoires martiens]
— Mais une bombe Terrienne changea la donne [terrienne ; pas de majuscule aux adjectifs]
— Et l’astéroïde détruit Mars [détruisit]
— la plus grande victoire de l’Union Humaine / les gouvernements de l’Union Humaine [l’Union humaine ; pas de majuscule aux adjectifs]
— Seules les flottes militaires arèsiennes, éparpillées dans tout le système solaire, avaient survécu au massacre / Les flottes arèsiennes auraient pu se disperser [arésiennes (les deux fois) / Système solaire]
— se reconstruire ailleurs, se rebâtir, pour enfin prendre faire payer le sang de Mars [« prendre » est en trop]
— Se tuant à la tâche, les scientifiques de la flotte parvinrent après plusieurs années à assembler quelques bombes à gravitons. [Il faudrait mettre « après plusieurs années » entre deux virgules]
— Seule, le dispositif était assez inutile : facile à repérer, long à se déclencher, il était totalement inadapté pour s’attaquer aux flottes Terriennes. [Seul / terriennes]
— Des missiles à longue portée l’aurait détruite très facilement [l’auraient détruite]
— aussi puissantes que possibles, de les rendre aussi résistantes que possibles, puis de les activer aussi proche que possible du Soleil [que possible (les deux fois) / aussi près que possible]
— La flotte arèsienne non plus [arésienne]
— Les Martiens, dans leur folie, aurait enfin leur revanche [auraient]
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci pour tes remarques et tes corrections ! Il y a pas mal de fautes que j'aurais pu remarquer en travaillant un peu plus de temps sur le texte, mais malheureusement j'ai été pris par le temps, comme beaucoup je pense.

En revanche, tu m'as fait réaliser que je ne connaissais pas les conventions relatives aux majuscules abusives, notamment dans les adjectifs relatifs aux nations ou peuples. Je vais me renseigner pour éviter de refaire ces fautes !
AudreyLys
Posté le 05/03/2020
Coucou ! J'aime bien ta nouvelle, elle est originale je trouve. Les Martiens valent franchement pas mieux que les Terriens, mais ils sont quand même attachants <3
Bravo à toi pour ta participation !
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup !
Nethy
Posté le 04/03/2020
Très sympa cette nouvelle, la chute est bien amenée, et on ne voit le lien avec le défi qu'à la toute fin. J'ai bien aimé aussi ne pas être le seul à avoir fait de la SF =p
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup !
Je n'ai pas encore eu le temps de me plonger dans les autres histoires du concours, mais je commencerai par la tienne, je suis curieux de lire ton histoire !
Elka
Posté le 04/03/2020
Le format de ta nouvelle est sacrément originale ! Ca commence comme un cours d'Histoire pour finir en colère d'un survivant.
C'est clair et concis. Bravo !
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup pour ton message !
Alice_Lath
Posté le 03/03/2020
Oh, d'habitude, je ne suis pas une grande fan de SF mais j'avoue que là, pour le coup, j'ai vraiment beaucoup aimé. Surtout cet aspect destruction finale que tu amènes très bien, cet espèce de double suicide dans la folie. Le style court de tes phrases permet d'avoir un rendu esthétique épuré qui convient bien à l'histoire, je trouve. Des phrases trop longues auraient alourdi et encombrés. Là, c'est juste au poil
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup !
MbuTseTsefly
Posté le 03/03/2020
J'aime bien ton style, presque télégraphique qui va à l'essentiel et donne toute l'impression voulue - dévoile peu à peu. J'ai imaginé pendant un moment que les martiens étaient des humains ayant colonisés Mars
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup !

Pour ce qui est des martiens, j'aurais dû être plus clair : les martiens dont je parle sont en réalité les descendants des humains ayant colonisé Mars !
MbuTseTsefly
Posté le 06/03/2020
Dans ce cas c'est clair, c'est ce que j'avais compris.
Zig
Posté le 03/03/2020
Coucou !

Le rythme très court des phrases m'a, au début, un peu déstabilisée, mais je trouve finalement que ça donne un effet d'urgence intéressant !

Ce n'est pas le genre de Nouvelle que j'ai l'habitude de lire mais j'ai aimé ! (la nouveauté c'est la vie !)
Panufis
Posté le 05/03/2020
Merci beaucoup !
Elga
Posté le 03/03/2020
Salut!

Ohlala, je n'aurais jamais pu écrire un truc pareil. Tu m'as embarquée dans cette guerre interplanétaire. C'est très bien vu! Mais j'espère que ce n'est pas vrai...
Panufis
Posté le 05/03/2020
Haha, ne t'inquiète pas, tout est fictif !

Merci beaucoup pour ton commentaire !
Renarde
Posté le 01/03/2020
Coucou Panufis,

J'aime beaucoup l'angle d'approche futuriste ! Cela change de ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant, excellente idée !

Le rythme monte progressivement, jusqu'à l'explication finale, c'est très bien mené.
Panufis
Posté le 02/03/2020
Merci pour ton commentaire !

Avec les contraintes du concours, je n'ai pas vraiment pu travailler sur le texte en détail, mais je me rattraperai sur d'autres histoires !
Cocochoup
Posté le 01/03/2020
Coucou !
Joli rythme dans cette nouvelle aux couleurs militaires. On rentre totalement dans l'esprit décidé de ton perso qui se lance dans ce combat
Merci pour ce joli texte !
Panufis
Posté le 02/03/2020
Merci à toi pour ta réponse !
Vous lisez