La solution à l'énigme n° 4

Par Figaro

Solution énigme n° 4 : Vous n'aviez pas compris, le jeune garçon qui raconte l'histoire a téléphoné à son père pour lui lui dire q'un cadavre avait été retrouvé dans le jardinde leur ancienne maison. Avant de téléphoner, les informations ont précisé que le cadavre était celui d'une petite fille.

Peu de temps après, le père parle avec son enfant au téléphone et dit :

- Ouais, je me demande qui aurait pu enterrer une gamine là-bas. Il faut vraiment être taré, j'en ai des frissons rien que d'y penser.

Attendez ... Pourtant, à aucun moment dans le texte, son fils lui dit que le corps retrouvé était celui d'une fillette ...

On pourrait donc en conclure que le père en sait un peu trop par rapport à cette histoire et que c'est lui le meurtrier qui a assassiné la petite fille retrouvée dans son ancien jardin.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Pluma Atramenta
Posté le 12/03/2021
Salut Fig !

Je lis ces énigmes de façon fantomatique depuis quelques temps, et à cet énième chapitre, je me suis dit qu'un bon vieux commentaire comme on les aime ne ferait pas de mal. Je veux dire que ta plume est très mathématique, tu as cette manière d'exposer les faits sans les démontrer vraiment. Prenant en compte le format peu commun de cette histoire, cette manie n'est pas plus problématique que cela (et cela peut même, en quelque sorte, rajouter une épice bien particulière au texte !) ; mais si un jour tu t'aventures dans la rédaction d'un roman par exemple, cela peut s'avouer vraiment aléatoire.
Prenons un exemple : A la mort de sa mère, Mathieu est choqué. Il est tout naturel qu'il soit choqué. Mais avec ou non cette phrase à endosser, le lecteur n'est pas plus avancé. Par contre, si tu prends le temps de DECRIRE son sentiment, en usant davantage de ces superbes figures de style que tu as tendance à négliger, le lecteur sera pour le coup embarqué dans sa lecture et peut-être même atteint d'empathie.
De plus, ces précisions permettront de fluidifier ton texte.

Voici quelques coquilles dénichées par-ci, par-là :

- "Vous n'aviez pas compris, je jeune garçon" = CE jeune garçon, faute de frappe.
- "Avant de téléphoner, les informations ont dit que le cadavre était celui d'une petite fille." Le verbe "dire" dans cette phrase est assez maladroit. Essayes-toi à un autre terme moins commun et plus adéquat ! (et cela crée une répétition avec la prochaine phrase.)
- "que le père en sait un peu trop à mon goût" = Te mentionner, alors que tu ne l'as jamais fait auparavant, est maladroit et donne ici un petit côté bancal malvenu.

DANS LE CHAPITRE *LA SOLUTION A L'ENIGME TROIS* :

- " (...) et égorgé Paul jusqu'à ce que mort s'en suive." = s'ensuive, tout attaché.
- "Ils ont donc été jugés et emprisonner" = emprisonnés

DANS LE CHAPITRE *L'ENIGME QUATRE* :

- "Moi non plus, ils ont dû être mort d'inquiétude." = morts, au pluriel.

Bref, retournons au positif ! J'apprécie grandement ces petites énigmes très intelligentes et astucieuses ; il ne faut pas louper une phrase, une ponctuation car la moindre des solutions peut se trouver dedans... Fantastique ! <3 De plus, malgré mes remarques, je trouve tout de même ta plume très accessible et dotée d'une simplicité charmante. Je lirai la suite avec grand plaisir !

Bonnes inspirations à toi <3
Pluma.
Figaro
Posté le 15/03/2021
Merci Pluma, je vais corriger ces fautes le plus vite possible.
Je suis contente que la lecture t'ai plu, j'espère que tu apprécieras la suite tout autant !

Figaro
Vous lisez