La rivière

Par-delà les montagnes, les ruisseaux, les plaines et les vallées, coulait une rivière. Une rivière d’eau si claire et de sable si fin, qu’elle portait en elle la vie infinie.

Derrière chaque pierre se cachait un résident, permanent ou passager. Sous les galets plats des profondeurs, petits poissons et escargots d’eau douce se côtoyaient. Au détour de cailloux ronds comme des pastèques, poissons de tailles moyennes et anguilles se mettaient à l’abri. A l’ombre des roches, loutres grises et libellules bariolées venaient s’abreuver.

Parmi tout ce petit monde, il y avait une résidente qui ne cherchait pas à se cacher.

Assise sur la plus grosse des pierres, au bord de l'eau, se trouvait une Grosse Dame. Tous les jours, elle venait se baigner. Elle enlevait sa toge et la posait sur l’herbe, bien au sec. Puis elle trempait un pied, puis l’autre, et enfin tout son corps. Elle s’avançait ensuite jusqu’à se trouver complétement immergée.

Quand ses cheveux mouillés redevenaient complétement secs, elle sortait et s’asseyait sur la grosse pierre. Le corps encore humide, elle s’adonnait, avec énergie et entrain, à son rituel quotidien.

Armée d’un gant en crin, elle se débarrassait des morceaux de vies passées qui encombraient son corps. D’abord les bras. Ensuite le tronc, les mains, les jambes, les pieds, le visage,… Ses gestes lents et maitrisés parcouraient chaque centimètre de peau. Elle regardait les déceptions, les doutes, les craintes, ces pelures familières, la quitter pour glisser dans la rivière.

Toute sa peau y passait, sauf son dos.

Elle ne parvenait pas à atteindre son dos. Elle avait un dos très épais et une peau très brillante. Un peu comme une carapace. Mais toute lisse, et faite de chaire.

Pendant qu’elle frottait minutieusement son corps (sauf son dos), elle racontait une histoire. C’était l’histoire de Moulia, la fermière qui devint riche en allant un jour à la rivière. Elle la racontait tout doucement et à voix basse, au début, pour les petits résidents du ruisseau. Puis elle la raconta un peu plus fort les jours d’après, pour les résidents de la forêt d'à côté.

Après quelques semaines, l’histoire avait atteint Nbarek, le village juste à l’entrée de la forêt. Mais les villageois étaient bien trop occupés à cultiver la terre, à broder, à coudre, à tricoter, à cuisiner, à boire, à manger, à dormir, à jouer, à vivre ensemble, qu’ils ne prirent pas la peine de trouver la source de cette histoire. Du moins, pas encore…

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Imre Décéka
Posté le 10/04/2021
J'aime beaucoup ce début et cette "grosse dame" qui va tous les jours baigner dans la rivière. On a envie d'en savoir plus sur elle et sur le village aussi. Bref, c'est accrocheur. Merci pour cette lecture :)
Lily Lilith
Posté le 02/04/2021
Super texte on rêvrais d'en savoir plus sur cette dame, pourquoi ne pas mouiller son dos, si c'est elle dont elle parle etc. On voudrais en savoir tellement plus que l'on est obliger de se poser des questions encore et encore.

Alors châpeau !
itchane
Posté le 29/03/2021
Bonjour Ervine,

quel plaisir de laisser couler ce texte dans mon esprit. J'ai adoré ta plume, si précise et légère en même temps !
J'aime aussi l'originalité du personnage, effleuré par des accents de fantastiques, c'est parfaitement dosé ♥

Ça promet, j'ai hâte de lire la suite ^^
Ervine Eilof
Posté le 31/03/2021
Bonjour itchane,
Merci pour ce gentil commentaire. Je suis contente que cela te plaise. :)
CorailN
Posté le 19/03/2021
Jolie petite histoire, les description son colorées, l'ambiance est douce. On aimerai nager dans l'eau ou s'allonger sur l'herbe pour écouter l'histoire que raconte cette femme.
Le rythme est bon, il respecte la tradition orale du conte et je l'ai plus écouté à voix haute dans ma tête que lu.
Seul bémol, pas mal de répétitions de mots assez proches.
Ervine Eilof
Posté le 24/03/2021
Merci beaucoup CorailN d'avoir pris le temps de me lire ! :) Ravie que cela te plaise et que tu l'aies écouté à voix haute à la lecture, c'était l'effet recherché. Je note pour le bémol. En effet, j'ai pas mal utilisé la répétition (instinctivement et influencée par les contes pour enfants très probablement). La suite arrive très prochainement. Au plaisir d'avoir tes impressions !
Vous lisez