La pianiste {Épilogue}

Notes de l’auteur : J'ai longtemps hésité à poster cette fin, parce que je trouve qu'elle fait trop fermée par rapport à celle du chapitre 14. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ^^

La salle est immense, elle bruisse de chuchotements et de froissements d’étoffe. Le public prend place, ne manquant pas de remarquer les nombreuses caméras qui entourent la scène. Le concours international Antoine de Saint-Exupéry n’est normalement un évènement que seuls les initiés connaissent, mais aujourd’hui c’est toute la presse qui fourmille autour du grand piano laqué. Cela fait des semaines que les journalistes s’égosillent au sujet d’une affaire vieille de vingt ans, ils sont impatients d’assister à la finale qui met en scène leur favorite.

Quand elle apparait, le silence qui engloutit la salle est absolue. On a même l’impression que les mouches ont cessé de voler.

Le regard de la finaliste esquive celui du public, elle va directement au piano. L’instrument, aussi majestueux soit-il, ne parait complet que lorsqu’elle s’assoit face au clavier.

Elle prend une grande inspiration, ses mains pâles se mettent en mouvement.

Ses doigts fusent, agiles, vifs. Ils sautent, caressent, frappent, ils connaissaient chaque note, chaque mesure, et savent comment l’embrasser pour faire jaillir la perfection. Les notes s’envolent, tournoient, paradent, exhibent leur harmonie, elles dansent dans l’air épris d’admiration. La mélodie reflue, puis éclate, avant de se faire murmure. Les spectateurs retiennent leur souffle, leurs oreilles s’abreuvant de cette musique. Même les plus néophytes n’esquissent pas un mouvement de peur de rater une micro-seconde de prestation.

Les doigts dansent, les touches chantent, les cœurs s’emballent.

 

Quand la mélodie se tait, toutes les personnes présentent ont l’impression qu’elle s’est étalée sur toute une vie, alors même qu’elle leur a semblé durer le temps d’un battement de cils.

Le silence qui s’en suit parait être un intrus. Une femme rousse bondit sur ses pieds, quelques part dans les premiers rangs, et se met à applaudir si fort que le micro du présentateur dans la loge renvoie ce bruit dans les haut-parleurs.

Alors, la salle s’ébroue, et c’est un concert unanime d’applaudissements qui submerge l’atmosphère en liesse.

La pianiste se lève, hésitante. Les jambes flageolantes, elle s’approche du rebord de la scène pour faire une révérence. Les rides naissantes au coin de ses lèvres s’étirent en un sourire brillant de larmes.

Le jury ne s’est pas encore déclaré, mais les journalistes écrivent déjà les gros titres de leur article.

 

Erika Furchausen, après dix-huit ans de prison, gagne de concours international de piano de Saint-Exupéry

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Guimauv_royale
Posté le 27/04/2020
Coquille (argh une faute sur la chute ça pique x))

- Erika Furchausen, après dix-huit ans de prison, gagne de (le) concours international de piano de Saint-Exupéry
AudreyLys
Posté le 16/05/2020
merciiiiiiii
Alice_Lath
Posté le 25/03/2020
Aaaah, un happy ending donc, moi qui pensais que ça allait finir en eau de boudin hahaha
En tout cas, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire courte dans laquelle tu déploies une très grande maîtrise du suspens. J'avoue avoir particulièrement aimé le début où la petite Eri était introduite, même si l'action qui survient derrière est également de très bon niveau. Une histoire de goût personnel je pense huhu
Merci pour ce très bon moment!
AudreyLys
Posté le 25/03/2020
En eau de boudin ? Je connaissais pas cette expression XD
Enfin, les happy end c'est plus rare dans mes histories quand même...
Tes compliments me vont droit au cœur<3 Merci na toi pour ta lecture et ta fidélité ^^
Emejie
Posté le 29/01/2020
Bonjour AudreyLys,
J'aime bien ton idée de "rédemption" à la fin. Tu peux laisser cet épilogue à mon avis. Je vois d'ailleurs en lisant les commentaires que je ne suis pas la seule à le trouver à sa place !
A l'occasion, j'irai voir tes autres écrits.
AudreyLys
Posté le 15/02/2020
!!! Honte à moi j'ai oublié de répondre à ton commentaire !

Merci pour ta lecture complète et tes gentils com's qui m'ont motivée. Ça me rassure que tu aimes l'épilogue parce que moi aussi finalement je l'aime beaucoup !

À bientôt ~
Cerise
Posté le 15/01/2020
Ouf! J'ai tout lu d'une traite, entre hier et aujourd'hui! Je m'y suis mise un peu par hasard, car je n'avais rien lu de toi, et ce titre revenait souvent. Résultat... une fois commencé, il a fallut que je finisse! J'avais trop envie de connaître la fin, savoir qui allait "gagner" (de Eri ou Erika ou...) et je n'ai pas été déçue. L'histoire n'est pas trop longue, les actions s'enchaînent bien, et pourtant je n'ai pas eu cette impression que j'ai souvent dans les histoires courtes d'avoir survolé le personnage central. Là, on l'appréhende bien, on suit son évolution même, jusqu'au final que j'ai trouvé bien mené.

Bon, je ne suis jamais très douée pour deviner les fins, et je pense que j'ai compris dans les grandes lignes ce qui allait se passer au moment où tu sèmes les indices. Bref, je n'irai pas jusqu'à dire que c'était une lecture "agréable" (certaines scènes... gloups!) mais accrocheuse, oui, carrément!

Il y a quelque chose sur lequel j'ai tiqué après coup (pas pendant la lecture, j'étais trop dedans!), c'est comment Sébastien arrive à faire sortir et revenir autant de personnes de l’hôpital. Alors, certes, il a des complices, qu'il paie grassement j'imagine, mais malgré tout cela me semble un peu gros. Et je comprends encore moins comment il parvient à faire disparaitre Erica de la circulation. Une personne qui s'évapore comme ça, ça attire l'attention quand même!

J'ai noté pas mal de coquilles, des lettres manquantes, mais je t'avoue que j'étais trop prise par ma lecture pour les relever. Je suis certaine que d'autres l'ont fait!

Globalement, j'ai été frappée par la variété et la justesse des adjectifs que tu utilises, ils sont toujours très adaptés, et posent à merveille les atmosphères, les lieux, les personnages, les situations. Si c'est là ta patte, je reviendrai!
AudreyLys
Posté le 15/01/2020
Ooooow ça fait plaisir tout ça <3 j'espère que la lecture n'a pas trop empiété sur ton emploi du temps !

Aaaah, les méthodes de S.S (oui c'est fait exprès que ses initiales soient ça XD) c'est clairement la grosse faiblesse du fond et j'en ai conscience. À vrai dire je n'ai pas trouvé d'excuse valable pour qu'il puisse sortir autant de personnes de l'hôpital. En revanche, pour ce qui est de la disparition d'Erika il a fait porter le chapeau à un autre, avec des preuves accablantes. Cet autre n'ayant pas avoué où était le corps (il clame son innocence à raison). C'est d'ailleurs ce qui a convaincu Séléné de relancer l'enquête puisqu'elle était persuadé que ce n'était qu'un bouc émissaire. Le problème, c'est qu'expliquer ça, j'ai du mal à le faire sans que ça paraisse trop dans le point de vue très étroit d'Eri... tu pense que je devrais quand même le mettre où ça passe ?

Pas de problèmes^^

Re-ooooooow <3 je suis super contente que tu aies remarqué ce style que je soigne. Alors y a pas que les adjectifs mais effectivement j'aime beaucoup des synesthésies, en autre, du coup j'aime beaucoup en mettre dans les adjectif plutôt de me contenter de ceux trop banales du style "regard larmoyant"( je préfère mettre "regard humide" par exemple(bon c'est pas un très bon exemple)). C'est quelque chose que je travaille mais c'est assez récent, y a que dans White Lucy, Le Baroudeur et Danse étoilée (et ce récit bien sur) qu'il s'exprime. ^^


En tout cas merci à toi pour cette lecture et ce com ! Il a éclairé ma journée ^^
Sorryf
Posté le 15/01/2020
Ooooh
cet épilogue est trop beau T.T
Vraiment il est parfait, juste, émouvant *v*
Merci de l'avoir écrit ! c'est vraiment la meilleure façon de conclure possible !
AudreyLys
Posté le 15/01/2020
Ooow trop contente que ça t’aies plu ^^
Merci à toi <3
Hinata
Posté le 14/01/2020
Hey hey!
Honte à moi d'avoir autant attendu pour venir commenter \o/
C'est un très beau texte, et je trouve qu'il termine très bien ton récit ! J'aime bien le côté "une des journaux" qui encadré la poésie. Et puis c'est quand même trop cool de savoir qu'Erika a pu revenir à son amour du piano malgré tout ce qu'elle a vécu, et quand je dis "y revenir"...un peu plus que cela, même !
C'était court, ah la la, mais intense, et très approprié pour un épilogue ^^
AudreyLys
Posté le 14/01/2020
Hey !
Oh je suis super contente que l'épilogue t'aies plu, un peu plus que cela même.
Merci beaucoup pour ta lecture de cette histoire et tes commentaires <3
Samy
Posté le 13/01/2020
1ère réaction :
- Ouééééé ! Enfin ! Y en a encore ! C'est pas fini !

2ème réaction :
- Snif, y a plus mais c'est une belle fin : l'histoire trop dramatique se termine sur une note positive. Merci n'a toua !

3ème réaction :
- Du coup c'est qui cette Erika qui fait du piano ? C'est la "normal" ou la "folle" ou "kesskicécellelà" ?
J'avoue ne toujours pas compris le dernier chapitre malgré tes explications. Ça cogite dur dans ma tête...

Donc, répondre à ta question : j'aime beaucoup cet épilogue ! Je préfère avec que sans, c'est trop abrupte sinon (pour moi en tout cas).

Point positif : la fin est positive. La positive attitude, comme qui dirait l'autre.

Point négatif : la fin est finale. The End, comme qui dirait l'autre.
AudreyLys
Posté le 14/01/2020
Merci na toua <3
Alors pour répondre à ta question ce serait la « kessikicécela » et oui XD je peux essayer de te t’expliquer encore si tu veux

Ah cool ^^

Merci pour ta lecture et ton commentaire !
Cocochoup
Posté le 12/01/2020
Oh ça m'a fait plaisir de retrouver Ericka !!
Est ce que tu vas encore écrire sur cette histoire ou ce chapitre marque la fin ?

Petite coquille sur la dernière phrase:
Gagne de concours= gagne le concours
AudreyLys
Posté le 12/01/2020
Ce chapitre et l'épilogue, il marque la "vrai" fin. Est-ce que tu penses qu'il ne rend pas la fin trop fermée ?
Merci <3
Cocochoup
Posté le 13/01/2020
Oh si si ça ferme bien l'histoire, c'est juste que je me suis attaché au perso et j'avais encore envie de la suivre dans sa vie :)
AudreyLys
Posté le 13/01/2020
Oki^^
Vous lisez