La fin ou Tout finit pour le mieux (en partie) / Épilogue

Notes de l’auteur : Et voilà, c'est déjà la fin de cette histoire ! Même si elle est assez courte, j'espère que vous avez passé un bon moment à la lire ! :D

Bien que mon patron soit toujours aussi con et... humain, j'ai pu me rapprocher de Ravynne – ou Courtney, de son vrai nom.

Après le rencard qu'elle m'a proposé, nous nous sommes vues à plusieurs reprises. Nous avons passé de longues soirées à échanger des anecdotes. Elle avait d'étranges clients, tous plus étranges les uns des autres. Et de mon côté, j'en avais tout un tas sur tous les riches de San Francisco.

Pendant de longues soirées, nous avions des conversations assez animées... voire des échanges très animés. Nous nous étions retrouvées à être de plus en plus proches jusqu'à être inséparables.

Et après plusieurs semaines ainsi, elle s'est ramenée un jour chez moi, avec une petite boîte en main.

— Ne me dis pas que tu vas me demander en mariage, plaisanté-je.

— Mais non ! Et ouvre avant de faire le moindre commentaire !

— Ok ok, je vais l'ouvrir ta boîte.

Je m'exécute alors et y découvre une clé.

— Une clé ?

— Retourne-la ! me lance-t-elle, tout excitée.

— Ce n'est pas l'envers des clés qui va me donner la réponse non mais !

— Mais fais-le ! continue-t-elle, toujours aussi joyeuse.

De nouveau, je m'exécute et vois une inscription sur la clé. Enfin, ça représente probablement quelque chose, je n'y comprends vraiment rien.

— En fait... C'est dans une langue que j'ai inventé... Ça veut dire "Veux-tu vivre avec moi ?".

Wow... Elle a réussi à inventer une langue. C'est peut-être bel et bien une sorcière. De toute façon, tant qu'elle ne lance pas de malédiction sur moi, ça me va.

— Bien sûr que j'accepte !

Immédiatement, je me jette dans ses bras pour l'embrasser.

J'allais vivre dans un manoir avec une sorcière. Que vouloir de plus ? Bon, j'aurais bien voulu transformer mon patron en peluche requin, mais peut-être que je trouverais la réponse à ce problème un autre jour... Enfin, je l'espère.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez