Juin 2002

Par Elka

Juin 2002

La nuit tombait tout juste, apportant de la fraîcheur sur la journée qui avait été brûlante. Lysander, presque cinq ans, referma précautionneusement la porte de derrière et attendit dehors quelques secondes, le souffle court. Le plancher, de l'autre côté, ne grinça pas, et les rires qui lui parvinrent lui indiquèrent qu'il n'avait pas été repéré. Ses parents étaient toujours dans la balancelle, sous le porche.

Avec un sourire ravi, le gamin serra son épuisette dans son poing, colla le pot de confiture contre sa poitrine et courut sur le chemin de terre. Ils le croyaient dans sa chambre et il avait le droit de veiller un peu ; il lui restait juste assez de temps pour ce qu'il voulait faire avant de se coucher.

La semelle de ses sandales crissait sur le sable, lui donnant l'impression d'être aussi discret qu'un éléphant. Mais son père ne hurla pas son nom pour le rappeler, sa mère ne le menaça pas d'une punition, et il s'autorisa à lâcher un petit rire. Rapidement il dut s'arrêter, haletant dans l'air encore chaud, la transpiration lui dégoulinant dans le dos et collant son tee-shirt à sa peau. Il écrasa un moustique sur son mollet, manquant d'en lâcher son épuisette, et progressa en marchant jusqu'à l'orée de la petite forêt.

Il allait là tout le temps pendant la journée. Il connaissait l'endroit par cœur, il savait qu'en tournant à droite il tomberait sur la propriété d'Albert Green, un vieil homme toujours en salopette qui lui faisait parfois ramasser les œufs de ses poules. Quand il y en avait trop, Lysander pouvait même en ramener chez lui. S'il tournait à gauche il tomberait rapidement sur la route, et au bout de celle-là se trouvait le village où était son école.

C'était d'ailleurs pour l'école qu'il était là ce soir, en quelque sorte. Il comptait bien prouver à Peter qu'il n'était pas un dégonflé et un froussard. Et tant qu'il y était, ça lui ferait un chouette cadeau pour May... À la récré ils se tenaient la main, et tout le monde disait qu'ils étaient amoureux. May se jetait alors sur celui ou celle qui l'avait dit pour le taper. Elle était plus forte que les garçons ! Plus forte que Lysander qui était du genre petit et maigre, surtout comparé à Peter. Il l'aimait bien, May, surtout qu'après avoir crié elle lui reprenait toujours la main pour qu'ils s'éloignent.

Alors il s'était décidé. Pendant la classe, puis à la maison, il lui avait fait une carte. Et ce soir, il allait lui attraper un cadeau.

Lysander quitta le chemin, fit comme s'il allait en direction de l'école, et pouffa quand les herbes lui chatouillèrent les genoux. Ça sentait bon les fleurs et l'été, il devait chasser les insectes en agitant son épuisette ou son pot mais il adorait ça. Dans le ciel les étoiles et la lune toute ronde illuminaient l'endroit. Il veillait rarement si tard.

Il remarqua la première luciole un peu devant lui, côté forêt. Lysander s'avança tout doucement, s'accroupit et, d'un geste adroit, attrapa l'insecte dans son filet. Il se dépêcha d'ouvrir le couvercle percé, plaça la luciole dans le pot et porta celui-ci à hauteur de ses yeux. Une c'était joli, mais il pouvait en prendre d'autres.

Il se tourna vers sa maison qui brillait dans l'obscurité. Si sa maman l'attrapait, il dirait que c'était pour son amoureuse. Il se tourna, plein de bonnes intentions, et fit face à un énorme animal.

Il avait dû sortir du couvert des arbres et s'était approché sans un bruit, parce qu'il était bien là, deux mètres plus loin. Il était réel. Lysander et l'animal se regardèrent longuement, le gamin se raccrocha fermement à ses possessions comme si elles pouvaient le protéger.

Plus tard, il réussirait à expliquer que c'était un très très gros loup. Il se souviendrait qu'il était plus grand que lui et qu'il avait des poils noirs.

Mais sur l'instant, Lysander ne vit qu'une masse indistincte, plantée sur quatre pattes, avant de s'attarder sur les crocs jaunâtres qui dépassaient de sa gueule. Il lâcha son épuisette et son pot à confiture et galopa en direction de sa maison. L'animal lui bondit dessus et l'écrasa au sol, son nez heurta la terre avec un craquement, tout l'air s'échappa de ses poumons. Lysander se tortilla férocement en gémissant et l'animal le laissa se retourner avant de le coincer sous ses pattes.

Lysander hurla comme il n'avait jamais hurlé. La bête enfonça ses griffes dans sa peau et sa peur se mêla à la douleur. Il se débattit, brailla, appela à l'aide. Tout était noir, la terre était froide mais les herbes lui brûlaient les joues. Il faisait si chaud. Il ouvrit les yeux et l'animal grogna, les yeux brillants, la bave aux lèvres.

Il ouvrit la gueule et planta ses crocs dans son épaule. La souffrance fut horrible, son corps entier se faisait dévorer par des flammes.

 

Les étoiles clignotaient. Il était encore là.

Il était entier ?

Son corps n'avait jamais été si lourd, il ne pouvait pas le bouger.

 

Pourtant il était vivant. Il entendait des choses. Les étoiles clignotaient.

Il avait froid. Très très froid. Et il faisait noir.

Il n'aimait pas le noir.

Il ne sentait plus l'été. À vrai dire il ne sentait plus rien.

 

Ça remonta de son épaule.

Une vibration, une vague, un raz-de-marée.

Une tiédeur, une chaleur inconfortable, un brasier.

La douleur monta, monta, monta...

 

...et devint insupportable.

 

Lysander fut réveillé par son propre cri qui lui arrachait la gorge ; il ne faisait plus noir mais blanc blanc blanc aveuglant et il y avait des gens et ils parlaient mais il avait si mal mal mal et son épaule criait et son corps se cassait et il n'avait plus froid mais tellement CHAUD et ça le mangeait et personne ne faisait rien et il voulait mourir, mourir, mourir, comme papy, comme son chat, comme ceux-qui-partent-pour-pas-revenir, Lysander voulait mourir mourir MOURIR et pire il voyait encore la bête qui bavait qui grognait qui brûlait, comme son épaule maintenant qui était en feu et qui allait le dévorer alors il voulait MOURIR pour pas supporter ça plus longtemps.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
DraikoPinpix
Posté le 27/04/2020
Coucou ! J'aime ce passage, et notamment, comment il écrit : on est vraiment dans la tête d'un garçon de cinq ans et ses impressions et émotions sont bien retranscrites.
À bientôt !
Elka
Posté le 28/04/2020
Merci beaucoup, Draiko <3
Zig
Posté le 24/04/2020
" Il écrasa un moustique sur son mollet" On est bien d'accord pour dire que, entre le loup et le moustique, c'est encore le mosquito le plus dangereux ?
Moi je le sens venir le plot twist... notre Lyzou c'est un mi moustique, mi loup et re-mi moustique derrière.

Je me suis arrêtée dans ma lecture parce que j'ai vraiment adoré le style d'écriture ! A la fin c'est tellement beau et bien maîtrisé... vraiment le rythme est incroyable et rend bien compte de la transformation que subit le pauvre petit bout.
Très, très beau ! (enfin... pas pour Lyz, évidemment)
Elka
Posté le 24/04/2020
Merde ! Mon plot twist du moustique-garou est percé à jour !
Je n'ai plus qu'à trouvé autre chose.

Merci ! (je ne te dis que ça, non ? Je suis très simplette dans mes réponses de commentaires...) Je suis vraiment heureuse que ce dernier paragraphe fonctionne, j'ai vraiment beaucoup aimé l'écrire et il a l'air de transmettre tout pile ce que je veux.
<3
Dédé
Posté le 22/04/2020
NFPA a dévoré mon commentaire, rrrah… (et bien sûr, j'ai oublié de copier/coller sinon c'est pas drôle xD)

Je disais donc que j'avais beaucoup apprécié ce flashback. Dans mes commentaires d'hier soir, tu auras compris que j'attendais ce moment. Ca m'a aussi fait penser à la couv de l'histoire !

Je ne sais pas si les personnages de Peter, du voisin et de May sont là juste pour éclairer sur l'entourage de Lyz enfant ou s'il donne des pistes sur le loup qui l'a mordu. Vu que j'aime bien faire des hypothèses de fou, je pencherai sur la deuxième option. Je les soupçonne tous les trois. Peter aurait-il fait exprès de lui donner rendez-vous dans l'intention de le mordre ? (ce serait vil pour un gamin de 5 ans) Le voisin ou May se seraient-ils rapprochés de lui dans l'optique de le transformer ? Le fait que May semble "forte" m'a aussi mis la puce à l'oreille. Ou alors ces gens n'ont rien à voir avec la transformation (et je t'aurai fait rire avec mes théories xD).

Je rejoins les autres sur le fait d'arriver à se mettre dans la tête de Lyz enfant. On le visualise au début et on est dans sa tête à la fin. On sent la détresse, la douleur, le traumatisme (réaliste) de l'événement. C'est percutant à souhait ! Bravo !

Je n'ai plus qu'à te dire : à bientôt pour la suite ! :D
Elka
Posté le 22/04/2020
Je compatis très fort, j'ai vécu ça y a pas longtemps...
Comment faire des FB sans passer par celui-ci ? Je suis heureuse qu'il t'ai plut !
Le truc quand on lit sur FPA c'est qu'on cherche toujours pleins de pistes dans un seul chapitre, parfois ça aide et parfois on donne un coup d'épée dans l'eau.
Veux-tu savoir ce qu'il en est pour toi ? <3 Ou on garde le mystère ?

A bientôt, Dé ! Bisous =3
Dédé
Posté le 22/04/2020
Est-ce une question piège ? ;) J'imagine que dans le pire des cas, je serai fixé à la fin. Gardons le mystère… :D
Ysaé
Posté le 17/04/2020
Ce chapitre est vraiment bien amené, on a l'impression d'être dans la tête de l'enfant, surtout au départ, et l'idée des lucioles (ça a un côté charmant, poétique) créé un contraste avec l'horreur qui va suivre.
J'ai particulièrement bien aimé le dernier paragraphe, qui est original, bien écrit, et qui décrit parfaitement à quel point l'enfant est perdu et à quel point il a mal!
J'ai dans l'idée que c'est le voisin le loup, je me trompe peut-être.
Elka
Posté le 18/04/2020
Merci beaucoup Ysaé ! J'ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce dernier paragraphe et je suis ravie qu'il fonctionne.
Hinata
Posté le 29/12/2019
Wouaa je suis trop fan du contexte de sa morsure ! Ce qu'il dit de ses parents, de son école, des copains, de May, je suis fan ! L'atmosphère est ouf, avec la lumière des lucioles, la chaleur, les insectes, puis la vision du loup ...bref, c'est pas le genre de scène qu'on oublie ... Et il était tellement petiot > <
Je me demande maintenant pourquoi le loup l'a simplement mordu et pas bouffé (c'est un truc de loup-garou de vouloir juste "transmettre la morsure" sans forcément tuer ? Est-ce que ça tient du choix ou de l'instinct ? Rha la la, je me pose plein de questions sur "tes" loups-garous, et sur ce que Lys est devenu à partir de ce moment du coup... )

Je continue, je continue (et je suis triste, je viens de voir qu'il n'y avait pas tant de chapitres que ça de postés pour l'instant... juste pour info, tu continue à écrire cette histoire ou pas ? )
Elka
Posté le 30/12/2019
<3 MERCI <3
Ton commentaire fait beaucoup de bien à mon hémisphère plume !
Ta question trouve sa réponse en début de partie 2 ! (mais pas la peine de tourner autour du pot : tu as trouvé la bonne réponse)

Du coup ça répond un tout petit peu à ta question : l'histoire se poursuit ! (je vais reprendre la publication, j'avais perdu mon joli rythme, snif)
La rédaction est un petit bordel en soi, mais je n'abandonne pas ce texte et une bonne partie est déjà rédigée !

<3
Xian_Moriarty
Posté le 05/10/2019
J'imagine tellement le gamin avec son pot, son épuisette et les sandales qui crossent ! Simple mais efficace.
Le flash bacl est bien mais est-ce qu'il n'en dit pas trop ? Est-ce que savoir comment il est devenu loup-garou est important à ce moment là du récit ? La suite me le dira je suppose :)
Elka
Posté le 06/10/2019
C'était mon but en écrivant de mélanger le passé et le présent afin de montrer certains moments plutôt que les raconter après coup.
Je pense qu'en dire moins c'était ne pas le raconter du tout, et je tenais à le raconter justement.
Bon, après, certains flash-back trouveront plus de liens avec le présent è_é

Merci de ta lecture, Xian !
Keina
Posté le 03/10/2019
Oh, j'aime beaucoup comment tu décris la transformation de Lyz. Ton dernier paragraphe est vraiment incroyable, il est très puissant et nous plonge vraiment dans les tourments du petit garçon ! Pauvre mini-Lyz, on comprend ce qui l'a rendu comme ça...
Elka
Posté le 03/10/2019
Merci Keina !
J'avais beaucoup aimé écrire ce flash back, et je crois que je l'aime bien alors ton retour me comble de joie !!
Stella
Posté le 03/10/2019
Coucou
Lyz petit est aussi ❤️ qu'ado. Une morsure sur un enfant et qui ne se produit pas en forêt ça change de ce qu'on lit habituellement ! J'apprécie. La magnifique couverture est inspirée de cette scène, je l'avais en tête en lisant ?
Je me demande si le loup a des raisons de s'en prendre à Lyz ou il était au mauvais endroit au mauvais moment. Ce n'est pas anodin de mordre un enfant surtout quand c'est juste pour le transformer. J'ai hâte de savoir ! Au passage, j'ai trouvé Lyz peut être un poil dégourdi pour 5 ans. Ou carrément téméraire 🤣Sinon on ressent bien l'intensité de sa transformation. À voir si tu ne peux pas te passer d'un ou deux effets (trio répétition/ majuscule).
La transition du flash-back de 2013 était introduite et visuelle (la voiture, la visite chez Lyz). Là Lyz ne pense pas à sa transformation en fin du précédent chapitre, il n'est pas question de salle de bain ou d'eau qui coule. Bon ça reste de l'ordre du pinaillage-enrobage. Parce que ton chapitre c'est du haut niveau. Peut être trouveras tu le moyen de glisser ce petit liant optionnel 😉
Le récit se passe en 2014 ? Pourquoi ? Tu as commencé l'écriture en 2014 ou l' histoire est en lien avec des événements de 2014 ? Je suis curieuse.
Des bisous étoilés
Elka
Posté le 03/10/2019
Oui, je crois que Dan a pensé à cette scène pour la couverture 8D (et si tu l'as eu en tête, c'est parfait)
C'est tellement galère d'écrire du point de vue d'un enfant ! @_@ j'en vois toute la journée au boulot et, clairement, des gamins téméraires il y en a (et je me dis bêtement qu'à la campagne tu dois te balader tranquillou dans le champs comme moi je faisais le tour de mon quartier)
Le problème c'est que si ça fait tiquer, c'est que la voix n'est pas bonne è_é Il faudra que je me repenche sur le chapitre.

Et oui, tout n'est pas introduit. J'ai peur de tomber dans le lourdingue (parce que des flash-back, surtout en partie 1, tu vas en manger xD) mais j'ai peut-être une idée alors je bidouillerai ça.

Pourquoi 2014... euh... honnêtement je ne sais plus. Je l'aurais commencé y a si longtemps ? Remarque, c'est bien possible xD (oui je sais, tu es impressionnée par mon sens du détail)

Merci !
Vous lisez