Jaune déteint

Par Fy_

  Julie est seule, à la fenêtre de sa chambre. Le ciel est gris. C'est parce qu'il n' y a pas de lumière. Pas de jaune. Pas Hugo. Son air triste ne l'a pas quittée. Mais cette fois, elle est triste pour une raison. Il lui manque. Elle repense à hier. Rencontre dans la foule. Croisement de regards. Ses yeux si clairs et si sombres à la fois. Cette intensité qui se dégage de lui, et qu'elle avait sentie, au premier abord. Son coeur chavire. Elle veut le retrouver. Elle étouffe, enfermée. C'est la première fois qu'elle a l'envie de sortir. Sera t-il là ? Elle ferme les yeux un instant. Elle revoit les traits de son visage, la courbe de ses lèvres, l'éclat de son regard, son aura rayonnante. Jaune. Sa couleur la réchauffe.

  Elle se lève, passe un sweat large, ramène ses mèches noires devant son visage, et quitte la maison, sans bruit. Elle s'engage dans la rue. Les passants déferlent, l'assaillent de tous les côtés. Bleu. Marron. Gris. Vert. Marron. Rouge. Marron. Orange. Bleu. Vert. Rouge. Gris. Violet. Bleu. Marron... Pas de jaune. Tous ces gens identiques, affairés, insouciants, nerveux... Les couleurs défilent, se mélangent, la heurtent. C'est pour ça qu'elle ne sort pas. Elle a peur. Elle est perdue. Elle va couler. C'est insupportable. Angoissant. La tête lui tourne. Il lui faut sortir, s'éloigner à tout prix. Elle se met à courir ; du plus fort qu'elle peut, elle se concentre. Sortir. Elle étouffe, mais continue. Elle sait où elle doit aller. La colline.

  Julie parvient à s'éloigner de la marrée. Les rues sont plus calmes, et ses pas résonnent sur les pavés. Elle sait exactement quel chemin prendre, mémorisé quand Hugo la guidait. La colline apparaît. Les herbes folles viennent caresser sa peau tandis qu'elle monte. Son souffle est court, son regard apeuré et ses mains tremblantes. Elle a besoin de lui. Cette attirance qui la prend toute entière et la rattache à lui fait vibrer son corps. Elle ne peut lutter. Tout la pousse vers lui. Jaune, elle n'a plus que cette couleur en tête. Plus rien en dehors n'existe. Il est devenu son île, sa bouée. Elle doute. C'est impossible. Une telle force ne peut pas prendre possession d'elle comme ça. Elle se sent torturée pas les questions qui la submergent. Devient-elle dépendante ? L'est-elle déjà ? Que va t-il se passer, ensuite ? Pourquoi lui ? Pourquoi alors qu'elle avait perdu espoir de retrouver la lumière ?

  Julie se laisse tomber dans l'herbe. Sa poitrine se soulève au rythme de ses respirations. "Calme-toi Julie". Elle ouvre les yeux sur le ciel. Elle a eu peur. Ou plutôt la peur a pris possession d'elle, sans qu'elle ne puisse plus rien contrôler. Comme ce lien, avec Hugo. Un long soupir s'échappe de ses lèvres, une larme roule, tellement silencieuse qu'elle l'aurait ignorée si elle ne l'avait pas sentie. Elle coule le long de sa joue, échoue le long de son menton. Une chaleur intense vient perturber les émotions de Julie, se répand dans tout son corps. Jaune. Il est venu. Elle lève son visage vers Hugo. Ses yeux pleins de détresse rencontrent l'éclat doré de son regard. Il s'acroupit en face d'elle et prend son menton entre ses doigts, cherchant à comprendre son état de tristesse. Son aura rayonne autour de lui, enveloppe à présent chaque centimètre carré de sa peau. Un sanglot s'échappe, elle détourne les yeux.

  - Hé, qu'est-ce qu'il y a ? murmure t'il. Chuuut sèche ces larmes, tu vas finir par te noyer tu sais ?

  Julie esquisse un sourire. Elle le regarde à nouveau, juste pour se sentir traversée de toute cette énergie qu'il lui transmet d'un simple contact visuel.

  - Comment tu as su que j'étais ici ? lui demande-t-elle à demi-mots.

  - J'ai lu les gens. Une fille sombre, qui fend la foule. Des cheveux noirs comme l'ébène. Et mêmes des larmes, un souffle court qui détonne au milieu de la lassitude des passants. J'ai tout de suite su que c'était toi. Et que tu avais un problème. J'ai lu, en chaque personne qui t'avait croisé, le chemin que tu as pris. Je donnerais n'importe quoi pour redonner le sourire à ces lèvres tendres, l'étincelle à l'éclat de ce regard empli de larmes que je vois là. Ne pleure plus. Viens contre moi.

  Julie s'approche, Hugo la prend doucement dans ses bras. Elle se sent bien, ferme les yeux. La chaleur d'Hugo irradie tout son corps. Pour une fois, la noirceur de son coeur s'illumine. Jaune. Déteint sur noir.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
C05i
Posté le 21/11/2020
J'adore !
Je n'ai jamais vu ce type d'écriture et c'est ce qui fait ressortir cette histoire du lot ! J'aime beaucoup le style simple qui donne un tout autre effet : plus complexe, brut et mystérieux...
Le fait d'utiliser des couleurs est une super bonne idée car c'est une connaissance commune à tout le monde, et utiliser leur signification comme le jaune pour la lumière est un bon moyen de retenir les personnages.
Je croise les doigts pour une suite et j'ajoute cette histoire au plus vite dans ma PAL !
Fy_
Posté le 22/11/2020
Je voulais changer un peu de style d'écriture pour cette histoire, me baser plus sur le tact, le débit des mots qui donneraient un certain rythme, je suis contente que ça fasse effet ^^

Je ne sais plus trop comment l'idée des couleurs m'est venue mais elle m'est apparue comme ça :)

Merci pour ton commentaire, il fait très plaisir !
Bonne suite ! ;)
Fy
Vous lisez