IV.3 Laor

Par Flammy

Réminiscence de Laor

 

Kaea - Plusieurs années plus tôt

 

~0~

 

Laor caressa les fils métalliques accrochés à son oreille pointue.

Aujourd’hui, c’était le grand jour ! La joie menaçait de faire exploser son cœur.

Il se promenait dans l’une des avenues majeures de Vianum, en compagnie de sa très chère Nélya adorée. Lise et son nouveau chien de garde, Rudy, s’étaient incrustés à leur balade de couple. Pas grave. Il parviendrait bien à s’en débarrasser assez longtemps pour faire sa demande en mariage à sa moitié chérie. Après tout, ils étaient comme les Amants Maudits, destinés à s’aimer éternellement !

En théorie, Nélya était toujours engagée sur un contrat. Leihulm, ce qui se rapprochait le plus d’un ami, l’avait payée pour protéger Lise en son absence. De retour, il pouvait bien s’en occuper tout seul. Rudy s’en chargeait en tout cas. Pourquoi continuer à embêter la femme de sa vie alors ? Pourquoi ne lui consacrait-elle pas tout son temps ?

Nélya restait accaparée par Lise, ensevelie comme toujours sous une quantité incroyable de vêtements. Lise détestait son corps. Il suffisait de la côtoyer quelques instants pour le réaliser. Elle cachait ses mèches blanches sous un bonnet, ses cicatrices sous plusieurs couches de tissus. Elle portait même des gants et une écharpe, remontée jusque sur son nez. En pleine saison froide, son accoutrement n’attirait pas trop la curiosité des badauds. Mais elle se serait sûrement habillée à l'identique en pleine canicule. Il ne comprenait pas. Les complexes, ça lui passait bien loin au-dessus des oreilles. Mais à force de coups et de regards assassins, il avait appris à laisser ce sujet sensible de côté.

La suite de l’après-midi, Laor essaya de s’approcher subtilement de Nélya, sans grand succès. L’habile mercenaire dont il était complètement fou esquivait toutes ses tentatives avec une nonchalance un poil vexante. Elle l’ignorait même quand il lui hurlait ses sentiments. Il finirait par l’avoir à l’usure. Ce n’était pas parce qu’elle avait fait la promesse avec le pacte de sang et tout le tintouin de ne plus jamais prononcer le mot  « oui » qu’il ne réussirait pas à lui faire accepter sa demande en mariage.

Nélya profitait de leur visite de Vianum pour travailler l’accent et la grammaire de Lise. Celle-ci parvenait maintenant à communiquer grossièrement, mais il lui manquait toujours du vocabulaire et elle avalait certains sons. Elle s’appliquait consciencieusement, tout en essayant de s’éclipser discrètement pour explorer en paix. Lorsqu’elle avait une question, elle avait pris l’habitude d’embêter Rudy plutôt que lui. À chaque fois, il la repoussait pour se concentrer sur sa dulcinée. Lise n’osait pas trop interroger Nélya. Personne n’osait. Sauf lui.

Ils débouchèrent sur une grande place. Un attroupement s’était formé autour d’une estrade. Un chaland attirait les badauds, hélant particulièrement les jeunes couples.

— Approchez mes chers amoureux, amants et époux de tous horizons ! Venez voir Anaël, le grand Prêtre des Âmes sœurs ! Venez vous prouver et vous montrer votre amour ! Cupidon est là pour créer le Lien entre ceux que le destin a réunis !

Parfois, un couple s’avançait sur la plate-forme surélevée et tendait leurs bras en avant. Un bébé obèse miniature doté d’ailes apparaissait alors, et une pluie dorée tombait pendant quelques secondes. Systématiquement, après quelques instants de silence, ils s’éloignaient, déçus.

C’était sa chance ! Quelle joie !

Laor n’en croyait pas ses yeux. Une cérémonie du Lien mené par un Prêtre lié à l’amour ? Ce genre d’événements n’arrivaient jamais d’habitude. Laor ne se sentait plus de joie. Il bondit vers Nélya pour l’inviter à le suivre sur l’estrade. Elle lui tordit le bras sans même le laisser parler, sans trahir la moindre émotion. Quelle femme !

Pas très loin d’eux, Lise exigeait des explications à Rudy qui s’était lancé dans une longue réponse alambiquée, beaucoup trop rapide sans articuler. Elle n’allait rien comprendre. Tant pis pour elle.

Laor tenta plusieurs approches auprès de sa dulcinée. Son nez rencontra deux fois les pavés, un hématome fleurit sur son mollet et Nélya lui déboîta l’épaule. Heureusement, Rudy avait su la remettre en place, après deux essais. Il n’abandonnerait pas. C’était la difficulté qui faisait tout le charme de la femme de sa vie.

Lise vint lui tirer sur le bras. On ne discernait que ses yeux sous ses vêtements, mais cela suffisait pour voir qu’elle perdait patience.

— Lor ! Kess c’est ?

Elle pointait l’estrade avec insistance. Malheureusement, lui expliquer correctement prendrait beaucoup trop de temps. Tant pis pour elle. Il avait d’autres priorités. Lise tapa du pied, frustrée. Elle lui lança un regard noir avant de se diriger vers Rudy. Elle lui attrapa la main et le traîna derrière elle sans lui laisser le choix. Ils fendirent la foule, bousculant sans ménagement les couples présents. Rudy s’excusait pour eux deux, sans comprendre ce qui lui arrivait. Laor avait peur de deviner où Lise voulait en venir.

— Eh ! C’était à moi d’y aller avec Nélya !

Un pied s’écrasa à l’arrière de son genou. Il tomba au sol, le cœur rempli de joie. Quelle femme sa chérie ! Nélya le saisit par le col de ses vêtements et le traîna derrière elle. Elle n’appréciait pas de laisser Lise toute seule. Sa protégée était un peu trop douée pour se mettre dans les ennuis jusqu’au cou.

Sans tenir compte de la file de personnes qui attendaient, Lise dépassa tout le monde et grimpa sur l’estrade avec Rudy. Le Prêtre parut surpris un instant mais il ne se départit pas de son sourire marchand. Il tendit la main en avant :

— Mes tourtereaux, vous êtes si mignons ! Un petit don pour ma Prêtrise avant de mener la Cérémonie ?

Sans poser de question, Rudy sortit quelques pièces et Anaël les fit disparaître en un temps record. Laor laissa échapper un grand rire.

— Eh, Rudy ! Je ne te pensais pas coureur de jupons à ce point ! Lei a décidément réussi toute ton éducation, il pourra être fier de toi !

L’interpellé parut perdu un instant. Le Prêtre ignora totalement l’interruption et continua de donner ses instructions.

— Mon garçon, tends-moi ta main gauche. Ma petite, ta main droite… Ah mais ça ne va pas du tout ! Retire-moi ça.

Sans même laisser le choix à Lise, il lui enleva son gant et remonta sa manche sur son bras. Il révéla une peau recouverte de cicatrices. Lise se crispa. Elle essaya de se dégager mais Anaël tint bon sans même se rendre compte de sa réaction.

— Et maintenant, la cérémonie du Lien ! Cupidon, à toi très cher !

La Plume sous forme de bébé obèse apparut de nouveau. Là s’arrêta la ressemblance avec les fois précédentes. Cupidon s’approcha de Lise et Rudy et vint effleurer leur main tendue. Il étendit ses ailes qui se mirent à briller de plus en plus violemment, jusqu’à aveugler toute la place. Laor sentit Nélya bondir à ses côtés. L’instant suivant, tous les badauds recouvrèrent la vue pour découvrir le Prêtre des Âmes sœurs écrasé contre son estrade, une femme à la crinière rousse le maintenant fermement.

— Qu’est-ce que tu as fait à la petite ? Réponds si tu tiens à tes vertèbres.

Ses doigts serrés autour du cou d'Anaël, Nélya était prête à lui briser la nuque. Elle n’appréciait guère qu’on perturbe ses missions, et laisser un protégé mourir faisait toujours tache. À côté d’eux, Rudy se redressait, un peu sonné par l’incident. Il tendit la main pour aider Lise à se relever. Son bras gauche était recouvert par des volutes noires qui ondulaient. Elles se déplaçaient sur sa peau, s’entortillaient et se multipliaient, cible des regards écarquillés de tous les badauds. Le manège dura quelques secondes et le tatouage finit par s’immobiliser.

— Euh…

Rudy, stupéfait, en avait oublié Lise. Celle-ci se remit difficilement sur pieds. Un dessin noir s’étalait aussi sur son bras gauche, exact reflet de celui de Rudy. Sauf qu’il manquait la moitié des volutes. À côté d’eux, Nélya souleva légèrement Anaël avant de le plaquer brutalement sur les planches de bois.

— Réponds ! Qu’est-ce que tu lui as fait ?

— Ba… La cérémonie du Lien ! Chuis là pour ça, c’est ce que je fais depuis tout à l’heure !

— C’était différent.

— J-Je… Je crois que ça a fonctionné, hésita Anaël. Bordel ! Dix ans que je fais ça et je manque de me faire tuer quand ça marche enfin !

Un instant de silence flotta. Après un coup d’œil à Lise, Nélya redressa de force le Prêtre en lui bloquant les mains dans le dos.

— Tu viens avec nous. Si tu essaies de t’enfuir, tu es mort. Compris ?

Pâle comme un cadavre, Anaël se contenta de hocher la tête. À côté de lui, Cupidon regardait la scène, blasé.

— Quand j’disais que ça apportait que des emmerdes l’amour.

 

~0~

 

Leihulm ferma les yeux et se massa pensivement la base du cou. Il inspira longuement pour tenter de se calmer. Lorsqu’il reprit, ce fut d’une voix plus maîtrisée.

— Résumons. Vous êtes partis vous promener pour faire plaisir à Lise. Pas de soucis. Mais quand vous revenez, Lise et Rudy sont mariés. Et pas n’importe quelle union, celle qui tient de l’histoire de grand-mère. Le Lien sacré mené par un Prête spécialisé. Vous vous foutez de moi ? cria-t-il.

Rudy souffla sur ses mèches rousses qui s’écartèrent un instant. Il rentrait la tête dans les épaules, horriblement penaud. Laor afficha un large sourire. Leihulm ne devait pas le sermonner souvent.

— Et toi Laor, si tu pouvais arrêter de t’amuser comme un gamin.

— Rhooo, décoince-toi un peu ! Tu assistes à un truc super rare, tu devrais être content !

— C’est… C’est exceptionnel.

Maxhirst venait de prendre la parole, sans se rendre compte de la tension qui électrisait l’air. Après avoir longuement étudié le tatouage sur le bras de Rudy, il se redressa et remonta ses lunettes sur son nez.

— J’ai vérifié, il s’agit d’un vrai Lien, avec tout ce que ça implique. Regardez. Cupidon.

En prononçant le nom de la Plume à l’origine de la marque, Maxhirst avait saisi la main de Rudy. Les volutes noires s’illuminèrent et dansèrent sur la peau avant de retrouver leur aspect normal.

— Je ne pensais pas en voir un jour en vrai ! Même mon père n’avait eu échos de ça que dans les livres. Je suis sûr qu’on pourrait faire pas mal d’expériences pour étudier ça et…

— Ma parole ! Il n’y a que moi qui garde les pieds sur Kaea ou quoi ? On ne connaît pas les effets que cela pourrait avoir sur Lise. Prêtre, est-ce qu’on peut annuler le Lien ?

Anaël se passa la main dans les cheveux, gêné.

— Euh… Aucune idée, risqua-t-il d’une petite voix.

— Mais c’est votre sorcellerie, non ?

— J’gagne ma vie grâce à ça, mais ça avait jamais marché avant aujourd’hui ! J’sais pas ce que ça peut faire. Mais les deux jeunes, venez avec moi ! Avec la preuve que le Lien existe vraiment, on devrait pouvoir en tirer encore plus et…

Leihulm soupira, blasé.

— Comment peut-on être aussi désabusé avec les sentiments des autres et vouloir se faire de l’argent dessus ? Vous être Prêtre des Âmes sœur !

— Justement. Vous avez une idée à quel point c’est dur de choper avec un tel titre ? Je vous parle pas de Cupidon ! C’te Plume croit plus en l’amour. Un comble. Mais d’après lui, devrait pas y avoir de souci majeur avec le Lien. Et sinon, suffit de couper les bras.

 

Leihulm ouvrit la bouche pour ajouter quelque chose mais il se retint. Maxhirst lui adressa un sourire doux.

 

— D’après ce que j’ai lu, le Lien a plutôt des avantages et aucun effet secondaire. Ce qui m’intrigue, c’est pourquoi Lise n’a que la moitié du tatouage. Peut-être à cause de ses origines et…

Leihulm se leva d’un coup en faisant racler bruyamment sa chaise contre les dalles du sol. Maxhirst s’arrêta net dans ses divagations, gêné de s’être laissé aller. Dans son coin, Lise boudait. Une partie de la conversation restait obscure pour elle et elle sentait que quelque chose d’étrange s’était passé, mais personne ne prenait le temps de le lui expliquer clairement.

— Pfuuu. Je veulais comprendre. C’tout.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jibdvx
Posté le 09/10/2020
N'empêche ! Le prêtre a quand même continuer à officier alors qu'il savait même pas si ce qu'il faisait marcherait un jour. Si ça c'est pas de la vraie foie !
Bon, les dieux ont clairement un plan en tête par rapport à ce fameux cycle. Ça fait très fin collision des mondes façon Witcher on dirait...
Djina
Posté le 03/04/2020
Non ?! Tu n'as pas liée Hawk et Lise comme des jumeaux de mondes parallèles avec la marque de la rose ? Hein on va pas devoir se le coltiner encore longtemps celui là ? Je veux dire j'aime bien Lise même si c'est un peu chiant ce que lui ont faits ces amis.... Rudy et Elle, elle l'aimait tant... Et le lien d'amour ???? Que faire maintenant? Me rassureras tu en temps que petite lectrice en plein dans cette histoire MAGIQUE ? :)
Flammy
Posté le 04/04/2020
Pour la rose de Hawk et Lise, il y aura une explication, un jour :p Mais l'hypothèse est intéressante !

Et non, j'aime beaucoup trop maltraiter les lecteurs pour les rassurer voyons <3 C'est mieux de laisser dans le trouble :p

#auteursadique
Djina
Posté le 04/04/2020
sniff mais mais euhhhh qu'elle n'ai que la moitié de la marque du lien d'amour c'est qu'elle va mourir ou a 2 amours ? Ou la moitié de son être est lié. <3
Flammy
Posté le 04/04/2020
Ahah, grande question :p Tes hypothèses sont bien, après, est-ce qu'elles sont vraies... <3
Vous lisez