Interlude - Silas

Par dcelian
Notes de l’auteur : Bonsoir, c'est encore moi !
Ce chapitre-ci est un peu particulier, il introduit un personnage qui ne jouera pas un rôle important dans mon histoire, un personnage passager qui me tient à cœur. Il y en aura d'autres comme ça, des chapitres sur des personnages tiers, disséminés par-ci par-là. Ils permettent de faire avancer le récit d'un point de vue unique.
Ce seront mes hommages, se reconnaîtra qui pourra ;)

Silas n'est qu'un homme. Il guette. Il guette parce que c'est ainsi, parce que l'étrange concours de circonstance auquel se résume sa vie l'a mené là. Du haut de sa muraille, il a une vue imprenable sur Grimard qui s'étend en contrebas. De l'autre côté, il voit aussi plus loin. Il voit le toit de l'ancienne église abandonnée, il voit la forêt dense. Il voit l'horizon qui s'étend, qui s'étire et qui semble s'éloigner, toujours plus, toujours hors de portée. Il voit l'hiver qui arrive.

Il en tremble d'avance

Depuis sa tour, Silas prend. Il prend l'air, il prend les minces rayons de soleil. Il prend le large, surtout. Il s'évade loin. Il tente d'imaginer ce qu'il y a après. Mais il imagine de travers. Il a toujours été comme ça. Silas est un direct, un impulsif, il vit concrètement et ne s'embête pas du reste. Le reste, c'est bon pour les autres.

Ses yeux balayent la plaine, en bas des remparts. Voilà à quoi ça se résume. Balayer du regard la vie qu'il ne mènera jamais. La vie ailleurs. Ça fait envie, parce que, ça ne peut être que mieux, pas vrai ? Quoi de pire qu'ici, que maintenant ?

Un courant d'air pénètre sa piaule. Il frissonne. Silas n'a pas d'âge, pourtant il est vieux. Quand il fait froid, il grimace. Quand le vent souffle, ses os craquent, et il se dit qu'il ferait peut-être meilleur vivre ailleurs. Et puis il sourit, l'air de dire, bof, après tout.

Une rumeur grandissante lui parvient du côté de la ville. Silas se retourne, change de côté, change de monde. Le voici surplombant Grimard. Silas n'est pas un homme de pouvoir. Il ne convoite ni n'aspire à rien. Tout ce qu'il ressent, en contemplant la cité en contrebas, c'est le poids de la charge qui lui incombe.
Il soupire.

L'aube se lève à peine et déjà, les passants s'affairent. Il faut dire que cela fait bien longtemps que le temps n'a pas été aussi clément. Hier encore, l'orage grondant menaçait, toujours plus proche. La pluie était drue, violente. Il n'y avait personne dans les rues.

Enfin, personne... si.

Il y avait cette drôle de silhouette. Elle est restée un long moment à contempler le ciel maussade. On aurait dit qu'elle souriait à la pluie. Lorsque sa capuche est tombée, Silas a d'abord été surpris par sa peau noire comme l'ébène. Il n'avait jamais rien vu de tel. Il a trouvé quelque chose de beau, pourtant, à cette femme venue d'ailleurs, seule face à l'orage. Dans son dos luisait une faux aiguisée. Traqueuse.

Silas est du genre sceptique. Il sait ce qu'il sait, du reste il se méfie. D'Ombres, il n'a jamais vu le bout du nez. Alors les Traqueurs, il n'a pas confiance. Question de principe. Pourtant, il y avait dans la démarche de cette femme une détermination poignante. On avait presque envie de la croire spontanément.
Après tout, pourquoi pas.

Mais cela fait déjà deux jours qu'elle a quitté l'enceinte de la ville. Peut-être est-elle morte. Sûrement. On ne survit pas longtemps, dehors. Du moins, c'est ce que l'Eglise raconte. Silas y croit, pas tant pour se rassurer, mais plutôt pour justifier sa fonction, pour se donner un sens.
Dehors, c'est dangereux, alors il veille.
Pourtant, d'aussi loin qu'il se souvienne, il n'a jamais rien surveillé qui méritait de l'être.

Grimard, vue de si haut, c'est une vraie fourmilière. Silas regarde les gens qui marchent. Qui vaquent à leurs occupations. C'est étrange, il songe. Ils sont là, tous ensemble, pourtant ils pourraient être seuls que ça ne changerait pas grand-chose. C'est à peine s'ils se regardent. Ils vivent dans l'indifférence d'autrui la plus totale. Silas les méprise pour ça.

Au fond, peut-être les déteste-t-il simplement parce qu'ils sont là où il aimerait être.

Silas est seul, mais ce n'est pas un solitaire. Il est juste incompris par le trop grand nombre. Il semble avoir de nombreux secrets douloureux, comme des plaies pas tout à fait cicatrisées. Il voit des gens, beaucoup. Mais les gens ne le voient pas. Pas vraiment. Pas totalement.

Il est profondément philanthrope. Trop, peut-être. Il s'intéresse tellement aux autres qu'il en oublie presque de s'intéresser à lui-même. Il s'intéresse tellement aux autres pour éviter de s'intéresser à lui-même. Les brumes du dehors sont toujours préférables à celles qui entourent ses secrets.

Alors il regarde dehors, il fait ce qu'on ne veut pas faire, pas pour qu'on apprécie son sacrifice, mais simplement par pure envie de se sacrifier.

Il change à nouveau de côté pour retourner voir la plaine. Tout est calme, silencieux. Il se dit que ce serait peut-être plus supportable s'il y avait quelqu'un. Quelqu'un d'autre. N'importe qui.

Et puis soudain, la voilà.

Une silhouette sombre se dessine à la lisière de la forêt. Elle claudique le long du chemin qui mène aux portes de la ville, elle brise la routine de Silas, elle rompt le calme plat de son existence.
Il est encore tôt, pourtant, il songe depuis son perchoir.

Dans sa tête défile la bobine des gens qui ont traversé la ville ces derniers jours. Et l'évidence le frappe.
C'est elle.

C'est la Traqueuse venue d'ailleurs.

Alors qu'elle approche, Silas fixe sa démarche, fasciné. Chaque pas semble une prouesse. Elle tremble, elle tressaille, elle manque de chuter, mais elle continue.

De là où il est, il ne voit pas son regard, mais il le devine, braqué devant elle, elle défierait le Diable en personne.

Cette image, Silas, ça le transporte.

Il n'a jamais rien vu de tel, cette rage de vivre, cette force, cette audace, cette souffrance, tous ces feux lui sont étrangers, étrangers parce qu'ils brûlent vraiment, parce que ce ne sont pas des feux mais des brasiers incandescents qui dansent et dansent encore, dansent à en perdre haleine. Ces sentiments dévorants parce qu'entiers, parce qu'impossibles à feindre ou à comprendre sans les vivre sincèrement. Pour un peu, il est presque paralysé, condamné à la regarder osciller entre la vie et la mort sans pouvoir bouger le petit doigt.

Et puis il se ressaisit.

Muni d'une énergie nouvelle, il décide de prendre les devants. Alors il se retourne et, dans une course maladroite et précipitée, dévale les escaliers de pierre qui mènent aux titanesques portes de la ville.

C'est comme si, pour la première fois depuis trop longtemps, il prenait en mains les rênes de son destin.

Un étrange frisson parcourt tout son corps.

De l'excitation ? Il ne saurait dire.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Louison-
Posté le 05/03/2022
REKOUKOU.

En continuation de ce que je disais avant (attention, Lou is revenue avec une autre analyse/décortication jpp) :
« Il guette. Il guette parce que c'est ainsi, parce que l'étrange concours de circonstance auquel se résume sa vie l'a mené là. Du haut de sa muraille, il a une vue imprenable sur Grimard qui s'étend en contrebas. De l'autre côté, il voit aussi plus loin. Il voit le toit de l'ancienne église abandonnée, il voit la forêt dense. Il voit l'horizon qui s'étend, qui s'étire et qui semble s'éloigner, toujours plus, toujours hors de portée. » >> En fait, je crois que ce qui casse principalement le rythme, c’est que tu mélanges par exemple « un-mot-fin-de-phrase-ce-même-mot-début-de-phrase » (un nom doit exister pour cette figure de style ??) avec une autre figure de répétition. En gros, 2 voire 3 figures de répétition en même temps (il en existe plusieurs donc, entre l'anaphore, le parallélisme, la répétition de mots, etc.). Il y a « il guette » répété 2 fois, et tout de suite après, une répétition syntaxique de « parce que ». Et je crois c’est ça qui me gêne plus ? Plus que la suite d’anaphores de « il voit » par après qui là me gêne pas ? Est-ce que tu vois où je veux en venir ou pas du tout ? ^^’ Sorry je chipote. Mais c’est juste que dans la suite :
« Depuis sa tour, Silas prend. Il prend l'air, il prend les minces rayons de soleil. Il prend le large, surtout. Il s'évade loin. Il tente d'imaginer ce qu'il y a après. Mais il imagine de travers. Il a toujours été comme ça. Silas est un direct, un impulsif, il vit concrètement et ne s'embête pas du reste. Le reste, c'est bon pour les autres. » >> là ce paragraphe m’est parfait au niveau de répétitions, peut-être parce qu'il y a moins de mélanges entre différentes figures de répétition ? Je trouve qu’ici c’est mieux dosé tu vois ? SURTOUT que, t’as fait un parallélisme de début de paragraphe avec le début de l’autre paragraphe et ça c’est méga-trop styley.
Donc je te dis pas de JAMAIS mélanger plusieurs figures de répétition, mais de faire attention à peut-être mieux les doser entre elles.
BREF, redis-moi si tu comprends rien à ce que je te raconte <3 <3
(et encore une fois, mon conseil ça peut être du bullshit et tu fais ce que tu veux)

SINON : wow. Ce chapitre est incroyable. On sent oui que c’est un chapitre à part, mais bon sang ce que j’ai aimé sa poésie. Il y a des pépites de phrases partout que j’aurais envie de toutes les relever asélfjaéslkfjaés.

Genre :
« Silas n'a pas d'âge, pourtant il est vieux. Quand il fait froid, il grimace. Quand le vent souffle, ses os craquent, et il se dit qu'il ferait peut-être meilleur vivre ailleurs. Et puis il sourit, l'air de dire, bof, après tout. » >> salkfaésfjaséfkls.

Ou quand il décrit Gaelle, c’est incroyable là-aussi. Autant la première fois que lorsqu’il la revoit.

« De là où il est, il ne voit pas son regard, mais il le devine, braqué devant elle, elle défierait le Diable en personne.
Cette image, Silas, ça le transporte. » >> Incroyable. Je VOIS Gaelle, je te jure je la vois c’est fou. Et l’utilisation du « ça », moh. Aéslfkjaéslkfjaésdf.

Et tout ça, ça fait que je me réjouis vraiment d’en lire plus de ce genre d’interludes. Vraiment, c’est magique <3

Bisou Célian, à très vitou <3 <3
dcelian
Posté le 06/03/2022
RECOUCOU HEY

Bon ben du coup je vais me répéter mais : OUI
Je suis on ne peut plus d'accord, t'as même pas besoin d'autant te justifier (c'était très clair ceci dit!), ces chapitres ont de sérieuses lacunes. Notamment le fait que je savais pas trop où j'allais, parfois, et pour savoir où aller je préférais revenir à la phrase précédente. ça permet de se guider soi-même, comme si on s'auto-tenait la main en quelque sorte. Mais clairement, c'est à mieux gérer et répartir, là ça fait trop, trop lourd, naze. Enfin. On se comprend ;)

Merci pour tes jolies remarques. Les interludes c'est vraiment un petit truc hyper perso et magique, je suis moi-même super étonné de leur rendu et de la façon dont ils ont eux aussi réussi à se frayer un chemin dans cette histoire. Mais je les aime de tout mon cœur, jte dis même pas !!
Et d'ailleurs c'est drôle que celui-ci ait une construction un peu bancale, finalement. Tout bien réfléchi, ce côté maladroit et clumsy correspond tellement au personnage. Enfin, je cherche pas d'excuse hein... j'améliorerai tout ça ! Mais j'ai cette petite certitude qui me dit que c'est peut-être pas tellement une coïncidence, après tout.
:)

Enfin merci en tout cas. Tu m'as fait relire le chapitre et l'aimer à travers les petites phrases que t'as relevées, et ça c'est tellement chouette *-*

C'est absolument trop fou et génial que quelqu'un de ton talent et de ta gentillesse me lise et vraiment ça me touche énormément que tu te plaises ici et que t'aies envie de poursuivre à chaque chapitre qui passe (si un jour c'était plus le cas je compte sur toi pour ne pas te forcer non plus!). Je m'excuse encore de ce début au style parfois un peu douteux, et du coup merci pour ta patience et tes remarques !!

A supervite (et peut-être même sur les Portiers, du coup !!!! ROHLALA TROP HÂTE WOO)
Louison-
Posté le 06/03/2022
ouiiii moi aussi je les aime tes interludes. Je me réjouis du prochain *-*

"Tout bien réfléchi, ce côté maladroit et clumsy correspond tellement au personnage." >> Wouiii

"C'est absolument trop fou et génial que quelqu'un de ton talent et de ta gentillesse me lise" >> (euh pour la gentillesse peut-être (en tout cas j'essaie de pas être une vilaine dame dans la vie de tous les jours), par contre pour le talent : hmm, non ? :') Zé pas de talent mwa.

Et t'inquiète, pour le moment ton histoire me plait énormément et j'vois pas pourquoi soudain elle me plairait plus ;))) Et puis, faut dire ce qui est : c trô méga trô cool d'échanger avec toi.

Bisouuuuu
dcelian
Posté le 06/03/2022
Hahahaha bah voyons, pas de talent... Ah cqui faut pas entendre mazette ;)
Mais en tout cas ça me fait super plaisir :D
Raratralala
Posté le 23/12/2021
Coucou

Très poétique ce chapitre. Silas me fait penser à ces hommes aux yeux délavés d'avoir trop regardé la mer.
Je ne vais pas relever tout ce que j'aime ce serait trop long, alors quelques morceaux choisis :
- "Il voit l'hiver qui arrive. Il en tremble d'avance" (Winter is coming, tremblez mortels)
- Silas n'a pas d'âge, pourtant il est vieux.
- Silas se retourne, change de côté, change de monde.
- Silas a d'abord été surpris par sa peau noire comme l'ébène." Aha ! Je le soupçonnais, c'est que tu as bien su instiller le doute. ^^
- Silas est seul, mais ce n'est pas un solitaire. Il est juste incompris par le trop grand nombre. Il semble avoir de nombreux secrets douloureux, comme des plaies pas tout à fait cicatrisées. Il voit des gens, beaucoup. Mais les gens ne le voient pas.
Pas vraiment. Pas totalement."
J'aime particulièrement ce paragraphe et le précédent.

Sinon, je profite de l'interlude pour te faire une petite récap de ce que je relève sur ces premiers chapitres, un peu plus en transverse :
1) Sors la tronçonneuse
(J'aimais bien ce titre) Si tu t'attaques à une réécriture un jour, je vote en faveur de tailler dans la masse. Des coupes dans les passages qui s'embobinent un peu donneraient je pense un rythme plus soutenu à l'ensemble.

2) De l'air, de l'air !
Il me semble que l'équilibre des différents types de récit (disons action/dialogue/descriptions/introspection) penche trop souvent en faveur de l'introspection (mis à part le chapitre 1, clairement différent).
Les dialogues sont peu nombreux, parfois rapportés, et même quand il y en a je les trouve assez peu développés. Les descriptions sont souvent complètement intégrées aux réflexions de personnages. C'est bien, mais pas tout le temps.
Quelques échanges vifs, quelques sorties de la tête des personnages me donneraient de l'air pour les passages très introspectifs.

3) Le mieux est l'ennemi du bien
(Proverbe, ça fait sérieux) Tu as des trouvailles de style qui ne sont qu'à toi, comme par exemple les phrases répétitives que tu utilises pour rythmer les chapitres et entrer/sortir des pensées des personnages, ou les descriptions à base de sons. Je les trouve exquises . Je les savourerais encore plus si j'en trouvais une de temps en temps, par hasard : Ô ! Une perle, un caillou blanc ! alors qu'en ce moment j'ai l'impression qu'elles tendent à ce systématiser. À voir dans la suite.

Dans tous les cas j'ai encore plus de 20 chapitres pour voir comment ton style va évoluer, je suis vraiment enthousiaste à cette idée. J'ai hâte d'attaquer le vif du sujet et découvrir ce que tu nous réserve !

Merci pour la lecture,

À bientôt
dcelian
Posté le 25/12/2021
Coucou !! Toujours un plaisir de te retrouver par ici ;)
ça me fait très plaisir que tu aies trouvé ce chapitre poétique, le personnage de Silas est particulier mais très cher à mes yeux et c'est cool que tu en dises toutes ces jolies choses.
Merci d'avoir relevé tous ces petits trucs que tu as aimé, c'est vraiment super chouette <3
Et surtout : merci pour tes trois grands points, je suis hyper d'accord avec ce que t'as dit, et j'espère que c'est des écueils dans lesquels je tombe moins à mesure que je progresse (dans mon récit mais aussi dans mon style). Le 3e point en particulier est hyper juste, je pense que j'avais ce besoin de me trouver un style, et une fois que c'était fait, de l'affirmer à tout bout de phrase.
Pour la tronçonneuse : oui, on en a déjà parlé et j'en suis bien conscient, va falloir faire un tri dans tout ça ! Et un sacré, en plus !
Pour le 2e point en revanche, j'ai quelques doutes. Effectivement, tu as raison là-dessus : mes chapitres sont très souvent introspectifs au détriment du reste. Mais d'un autre côté, je ne me place pas en narrateur omniscient, donc je me vois mal sortir de la tête des personnages ? L'impression un peu étouffante, je te l'accorde sans mal pour autant : c'est clairement dû à ces trop nombreuses descriptions, qu'elles soient internes ou externes.
Pour ce qui est de l'action, elle est assez ponctuelle mais je pense pouvoir dire que ça s'améliore par la suite. Le début est probablement un peu lent.
Enfin pour ce qui est des dialogues, je les adore profondément et je peux déjà te dire que j'en utiliserai de plus en plus à mesure qu'on avance. Le temps des introspections devra bien prendre fin un jour...
Mais mes deux zigotos ne sont ni du genre très bavards, ni très entourés, alors à moins de les faire parler seuls... Mais je vois ce que tu veux dire. Je prends note de tout ça, merci beaucoup.

"Merci pour la lecture"
hahaha mais de rien, et même : merci à toi d'être ici, c'est grandement apprécié, vraiment !

Bonnes fêtes et à tout de suite sur ton prochain commentaire !
Nanouchka
Posté le 17/12/2021
J'adore les multiplicités de points de vue, donc très satisfaite de ce chapitre et des autres que tu annonces dans ce genre-là !

J'aurais aimé que tu ailles plus loin encore dans l'aperçu du monde par les yeux de Silas, à travers des détails spécifiques sur sa vie, son métier, son enfance, ses goûts alimentaires, n'importe quoi qui nous projette dans son existence, parce que pour le moment ça m'a laissé un peu un goût d'abstraction.
dcelian
Posté le 18/12/2021
Hahaha tant mieux si t’aimes bien les points de vue, j’adore jouer avec et ça se ressentira par la suite :)
Je vois ce que tu veux dire pour les détails, j’ai prévu de réécrire ce chapitre donc je note tes recommandations !
Dzoody
Posté le 15/03/2021
enfin je peux continuer la lecture !
je suis ravie de reprendre ici avec un magnifique interlude. très poétique.
j'aime bien ce nouveau personnage, un peu mystérieux. il n'est pas une Ombre pourtant il est dans l'ombre. il voit tout, il observe et ce genre de personnage est vraiment intéressant.
d'ailleurs tout le long je me suis demandé si Silas était une vraie personne. je veux dire il n'y a rien de concret finalement, et je me suis dis, "on dirait une personnification ou un truc dans le genre". il a le rôle de celui qui guette, qui reste en dehors de tout alors peut-être que. mais ça se trouve j'ai tout compris de travers :D
en tout cas j'ai beaucoup apprécié cet interlude !
dcelian
Posté le 15/03/2021
*-*
Merci beaucoup pour ton commentaire, c'est trop mignon ! Ravi que ça t'ait plu, et ravi que tu émettes toutes ces théories ! Je vois hyper bien ce que tu veux dire, et ça me paraît très pertinent, même si c'est pas forcément juste.
J'ai presque envie de t'écrire (d'ailleurs je le fais) : on s'en fiche un peu, de ce que je veux dire, l'important c'est ce que tu comprends, et en l'occurrence, j'aime beaucoup la façon dont tu interprètes ce petit bout d'histoire, donc merci pour ça.
J'espère que la suite te plaira
A bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 15/03/2021
Hello :D

J’aime bien les interludes, je m’en sers jamais quand j’écris alors que j’aime bien quand il y en a dans ce que j’écris, un vrai mystère ! (du coup j’étais content d’en voir un ici héhé)

Au sujet des parenthèses : je ne pense pas qu’elles soient nécessaires, dans la mesure où c’est déjà titré « interlude ». Cela dit, au cas où le titre n’est là que parce qu’il faut bien remplir la case dans le formulaire sur PA, les parenthèses vont bien avec ton utilisation peu conventionnelle des virgules et de la typographie en général, si on imagine ce passage dans un livre papier ou un ebook ^^

Une pincée de remarques plus spécifiques :
- « Il guette parce que c'est ainsi, parce que l'étrange DE concours de circonstance auquel se résume sa vie l'a mené là »
Le « de » mis en majuscule est en trop !

- « Depuis sa tour, Silas prend. Il prend l'air, il prend les minces rayons de soleil. Il prend le large, surtout. »
J’aime beaucoup ce petit passage, je ne saurais pas te dire pourquoi mais je le dis quand même ^^

- « Cette image, Silas, ça le transcende. »
J’ai l’impression d’être le seul à ne pas apprécier ce petit nouveau (et ce n’est pas grave), mais à vrai dire, autant au début j’étais intrigué, mais dès qu’il a posé les yeux sur Gaëlle c’était fini pour moi x) Il voit quelqu’un qui souffre et le premier truc qui lui passe par la tête c’est que ça l’inspire ? Y’a des claques qui se perdent mon petit Silas D: (la phrase que j’ai cité est le moment précis où j’ai eu envie de lui tirer les oreilles très fort)

Je vais essayer d’attaquer la suite aujourd’hui, sinon ce sera demain ! A bientôt :D
dcelian
Posté le 15/03/2021
C'est noté pour les parenthèses, je vais les retirer, je pense !
"« Depuis sa tour, Silas prend. Il prend l'air, il prend les minces rayons de soleil. Il prend le large, surtout. »
J’aime beaucoup ce petit passage, je ne saurais pas te dire pourquoi mais je le dis quand même ^^"
Hahaha ça me fait trop plaisir ce que tu dis là, mais malgré tout mon amour propre je me dois de crédite l'auteur initial de cette phrase : je l'ai volée à Patrick Ness. Si tu connais pas, je recommande FORTEMENT sa trilogie Le chaos en marche, c'est une oeuvre assez exceptionnelle (et pas que pour cette phrase sublime !). En plus, la traduction française est vraiment excellente, et c'est assez rare pour être souligné !
Bref, je raconte un peu ma vie, mais ça me paraissait important de préciser que la phrase est pas de moi, tout de même.

"J’ai l’impression d’être le seul à ne pas apprécier ce petit nouveau (et ce n’est pas grave), mais à vrai dire, autant au début j’étais intrigué, mais dès qu’il a posé les yeux sur Gaëlle c’était fini pour moi x) Il voit quelqu’un qui souffre et le premier truc qui lui passe par la tête c’est que ça l’inspire ? Y’a des claques qui se perdent mon petit Silas D: (la phrase que j’ai cité est le moment précis où j’ai eu envie de lui tirer les oreilles très fort)"
C'est vrai ?? Aww, pauvre Silas, moi je l'aime beaucoup ! Je comprends ce que tu veux dire, il a ce côté assez inactif et "qui subit les événements" plutôt que de les vivre pleinement. Mais il se rattrape au chapitre suivant, quand même. Je pense qu'il te plaira plus après, mais c'est pas obligé ! Je suis curieux d'avoir ton retour là-dessus, en tout cas.
Merci beaucoup pour ta (re)lecture, pour les fautes que tu remarques et tout le reste.
A bientôt :D
AnatoleJ
Posté le 16/03/2021
Je n’ai pas encore lu Patrick Ness, mais je sais qu’il faut que je m’y mette ! (si j’en crois les catégories de ma PAL longue comme le Nil il y a des personnages queers dans ses bouquins, et dans le dernier il y a des dragons ce qui me fait très beaucoup de l’oeil) C’est de lui dont tu parlais dans ta petite intro sur les hommages ?

Ma remarque sur Silas n’était pas négative (je me rends compte que j’ai oublié de nuancer dans mon précédent commentaire, c’était pas cool de ma part !), même s’il m’a fait grincer des dents d’un point de vue subjectif, il m’a fait réagir sans que je ne repose le bouquin pour ne plus jamais l’ouvrir, et d’un point de vue écriture, c’est nickel ^^ Il me plait pas pas parce qu’il est mal construit, au contraire, mais simplement parce qu’il me rappelle des gens de la vraie vie que je bafferais bien si j’étais malpoli x) (je pense que tu l’avais compris au vu de ta réponse, mais je préfère être sûr !)
dcelian
Posté le 17/03/2021
Hahaaa, c'est vrai que ça aurait pu, mais non c'est pas de lui dont il est question dans ma petite note ;)
En tout cas oui, clairement, c'est un sacré monsieur (et y a effectivement des personnages queers dans ses bouquins, AMEN) donc j'ai plus qu'à te souhaiter une bonne lecture (même si c'est pas pour toute suite, hehe ^^')

Et je vois ce que tu veux dire, pour Silas, c'est vrai que ce genre de comportement peut facilement exaspérer x)
En tout cas, merci pour tes précisions !
HarleyAWarren
Posté le 11/02/2021
J'ai un amour tout particulier pour les personnages secondaires, en général, ce sont mes préférés au détriment des principaux. Du coup, ce genre d'interlude ne peut que me faire plaisir :D
Je suis très très nulle pour retenir les noms des personnages (pour retenir les noms tout court en fait) donc je ne me souviens plus s'il a déjà été question de ce Silas, mais il m'a l'air d'un perso intéressant, même s'il paraît aussi pas mal blasé. On se demande bien ce qui a pu lui arriver pour qu'il en soit là. J'aime bien le fait qu'on ne sache pas vraiment si cette surveillance qu'il opère est son métier, s'il est comme une espèce de sentinelle ou gardien de phare, ou bien si c'est quelque chose qu'il aime juste faire personnellement. Tu joues pas mal avec les incertitudes dans cette histoire, c'est plutôt cool comme procédé
dcelian
Posté le 13/02/2021
Haha, si tu aimes bien ce genre d’interludes alors tu risques d’apprécier la suite, j’en ai prévu d’autres !
Tu as totalement raison, il n’est jamais apparu auparavant. C’est effectivement un personnage très incertain, en pleine découverte de soi et en grosse introspection.
Merci pour les compliments, moi aussi il me tient vraiment à cœur !
julien
Posté le 31/01/2021
Je trouve cette approche intéressante, on voit très clairement que Silas est un personnage posé, réfléchit, intelligent si je puis dire, et rêveur, je me retrouve un peu dans Silas personnellement, et je trouve que la manière qu'il a de voir les choses est originale, et Passionnante, il n'est pas donné à tous de réfléchir et d'anticiper autant de choses, surtout quand l'ennui de la vie, (ou de son métier de garde) frappe.
Je pense que tu peut faire un 2nd chapitre sur ce personnage passionnant !
dcelian
Posté le 01/02/2021
T'es dans l'abus julien, mais bon je te l'accorde, il me tient à cœur malgré sa maladresse.
C'est un grand original, je suis bien content d'avoir fait sa connaissance parce que je suis pas sûr que y en ait deux pareil ;)
Amenyx
Posté le 28/01/2021
J'ai adoré cet interlude, qui nous laisse découvrir le personnage de Gaëlle de l'extérieur. Etrangement, je me suis surprise à avoir une bouffée d'affection pour cet homme, Silas, qui je dois dire a l'air un peu perdu. Hâte d'en apprendre plus, et de retrouver le point de vue de Soa ou de Gaëlle.
dcelian
Posté le 28/01/2021
<3
ah ça il est perdu oui...mais c'est ce qui fait son charme ;)
Belara
Posté le 25/01/2021
Bonjour Silas !
J’ai beaucoup apprécié cet « interlude ». En plus d’être, comme toujours, très agréable à lire, on voit Gaëlle à travers les yeux de cet homme (dont tu as fait mention dans le chapitre où elle quitte la ville si je ne me trompe pas ?). Tout est lié, on sait qu’on va la retrouver en piteux état physique mais sa force de caractère est accentuée par la description lointaine de Silas.
Je pense que Gaëlle nous réserve beaucoup de surprises :)
dcelian
Posté le 26/01/2021
il répond "euh, bonjour" (il est un peu gêné, le pauvre)
merci encore et toujours pour tes doux mots, ça fait plaisir ! et non, ce n'était pas lui dans le chapitre où Gaëlle quitte Grimard, mais c'est vrai que ça aurait pu !
en tout cas, tu as vu juste : Gaëlle a du caractère, et elle n'a pas fini de le prouver !
Belara
Posté le 26/01/2021
Merci à toi, j’apprend beaucoup en te lisant et notamment sur l’importance d’une bonne ponctuation pour donner du rythme.
Je suis désolée de ne pas pouvoir te faire de commentaires plus détaillés et pertinents mais je n’ai ni la compétence ni la légitimité face à un auteur aguerri comme toi :p
Je prends en tous cas beaucoup de plaisir à te lire et j’attends toujours avec impatience tes publications
dcelian
Posté le 26/01/2021
*-*
ben merci encore hein
je sais pas si je suis un auteur aguerri, mais bon, ça fait quand même très plaisir !
et pas de problème, tes petits commentaires me font quand même très plaisir :)
Vous lisez