Interlude - Hameline

Par dcelian
Notes de l’auteur : Coucou, c'est encore moi !
Deuxième interlude que je publie, et ce concept me plaît toujours autant. Pour me citer moi-même : "il y en aura d'autres comme ça, des chapitres sur des personnages tiers, disséminés par-ci par-là. Ils permettent de faire avancer le récit d'un point de vue unique.
Ce seront mes hommages, se reconnaîtra qui pourra ;)"

Ici, il règne un faux silence.
C'est un faux silence, parce que, si on tend l'oreille, il est moins discret qu'il n'y paraît. D'abord, il y a ce plancher de bois qui craque et qui grince, bavard comme pas deux, et qui ne cesse jamais de rappeler combien il souffre sous les pas lourds de celle qui le foule, jour après jour. Il y a toutes ces plantes empotées, aussi, qui font vivre l'endroit de leurs couleurs tantôt douces et délicates, tantôt vives et fascinantes. En y prêtant attention, on les entend qui murmurent en s'épanouissant sous le soleil. Et puis, il y a la forêt, aussi, il y a la forêt tout autour de la bicoque, vieille comme les mondes, qui charge l'atmosphère du chant de ses oiseaux et du bruissement de ses feuillages.
Alors, ici, il règne un faux silence.
Mais il y a aussi Hameline. Parce que, c'est quand même chez-elle, aussi. Oh, c'est certain, comparée au reste, elle n'est pas là depuis bien longtemps et elle n'a rien d'éternel. Elle est là, pourtant, elle prospère au milieu de ce calme, et il faut dire que, de la même façon qu'il profite aux plantes, il est d'une douceur paisible qui lui détend l'esprit, qui enveloppe doucement son quotidien, qui meuble ses propres silences.

Là, tout de suite ? Elle lit. Elle est confortablement assise dans son fauteuil, et elle lit, entourée de ce faux silence qui chuchote à ses oreilles et qui berce sa lecture. Pas éternelle, mais pas loin non plus. Peut-être que, si elle essayait, elle pourrait rester là éternellement, elle aussi. Rester là à leurrer le temps.
Mais elle ne le fera pas. Elle n'en aura pas la possibilité.
Elle ne pourra pas, parce que le changement toque à sa porte, il sonne la fin d'un temps, la fin d'un temps calme et serein.
Hameline est figée dans son fauteuil, elle ne fait pas un mouvement. Elle sent une vague de panique la submerger, et c'est loin d'être inhabituel. Elle ne se lèverait pour rien au monde. Et puis, d'ailleurs, elle le voudrait que ça n'y changerait rien, elle est paralysée. Peut-être qu'en attendant un peu, ça finira par passer ? Parce que, qui viendrait toquer à sa porte, comme ça, en pleine journée, sinon les ennuis, sinon le changement ?
Sa stratégie ne prend pas : le bruit continue. Hameline tend l'oreille. Finalement, à bien écouter, ça ressemble plus à un grattement qu'autre chose, comme si c'était une griffe qui lacérait le bois plutôt qu'un poing qui s'abattrait dessus. Et si c'était Hollis ? Ça pourrait bien, mais en même temps, ça pourrait aussi être autre chose, autre chose d'autrement plus effrayant. Mais c'est peut-être Hollis. Et c'est peut-être important.
Alors Hameline sort de sa transe et finit par se redresser, elle pose son livre sur une petite table en bois, elle retire le plaid sous lequel elle s'était confortablement installée, et elle se lève lentement, très lentement, très très lentement. Peut-être que si elle traîne trop, on ne l'attendra pas ?

Elle n'aime pas le changement, ou plutôt, elle n'aime pas prendre les décisions qui l'amènent. Alors elle vit ici seule, elle vit sans s'embêter des choix, elle se laisse porter par ce qui vient. Ça lui convient parfaitement. Mais ce matin, pourtant, le changement semble en avoir eu assez de l'attendre, alors il se manifeste de lui-même, tant pis si elle ne veut pas de lui, maintenant qu'il a fait le déplacement, il croit sans doute qu'elle n'aura pas envie de le repousser.
Ce serait bien mal la connaître.
Pourtant, à la porte, le changement gratte toujours, il gratte avec insistance. C'est drôle comme il peut être littéral, parfois. Alors Hameline approche, elle fait quelques pas craintifs, elle avance avec précaution, ce qui ne l'empêche pas de se prendre les pieds dans son anxiété, manquant de justesse de s'étaler au sol.
"Quelle gourdasse", elle pense, et elle s'essaie à un sourire incertain, comme pour se donner du courage, pour se rassurer un tant soit peu.
A mesure qu'elle approche, elle le sait, elle le devine, c'est Hollis, c'est sûr, ça ne peut être que Hollis. Mais il y a quand même cette pointe d'anxiété dans sa poitrine, comme si ça ne suffisait pas à la rassurer. Parce que Hollis ne vient jamais seul.e. Et cette fois, Hollis est venu.e accompagné.e du changement.
Cette situation n'est pas inhabituelle, elle s'est produite à plusieurs reprises, mais là, maintenant, tout de suite, Hameline a un mauvais pressentiment, elle croit deviner que les choses ne vont pas se passer aussi bien qu'elles ont l'habitude de le faire. Alors elle avance doucement, elle se méfie même de sa méfiance, de peur d'à nouveau trébucher dedans, et elle arrive finalement à la porte.
De l'autre côté, il y a toujours ce grattement, il s'interrompt par instants, mais c'est toujours pour mieux reprendre juste après.
Hameline pose sa main sur la poignée et elle frémit à son contact froid. Son cœur bat fort, alors elle tente de se calmer, elle inspire un coup. On ne peut pas dire que ça la calme vraiment, probablement que ça accentue même un peu ses peurs, mais qu'importe. Hollis gratte à sa porte, et elle prend le temps de respirer. Après tout, c'est peut-être une fausse alarme, elle se fait peut-être des idées.

Finalement, elle abaisse la poignée qui s'est réchauffée sous sa main, et elle ouvre timidement le battant de la porte en vieux bois. Son angoisse s'envole aussitôt qu'elle aperçoit le corps au sol.
Dehors, plus aucune trace de Hollis, il ne reste que le changement. Et il se manifeste visiblement sous la forme de cette femme évanouie. Hameline la détaille un instant, là, sur le palier de sa porte, alors qu'elle git au sol, inerte. Elle voit le large hématome sur son visage, elle voit la souffrance qu'elle a dû endurer. Elle ne la connaît pas, et elle n'a pas pour habitude de laisser entrer des inconnus ici, surtout pas des Humains. Mais c'est Hollis qui l'apporte, et Hameline lui voue une confiance absolue. Et puis, elle a tout l'air d'une femme, et il faut dire que ça la rassure grandement, alors elle décide de ne pas rester ici, elle décide de la transporter à l'intérieur.
Finalement, peut-être que le changement la connaît mieux qu'elle ne l'aurait cru. Parce que Hameline déteste faire des choix. Pourtant, lorsqu'elle a vu le corps de cette jeune femme allongé là, elle n'a pas hésité un seul instant. Elle ne se l'est même pas laissé, le choix, elle l'a amenée chez elle, voilà tout. La question de l'abandonner à son sort ne lui a même pas traversé l'esprit.

Maintenant, alors qu'elle a installé sa patiente sur sa table qu'elle a débarrassée d'un revers de la main, laissant s'écraser au sol quantité de livres et tout un bric-à-brac informe dans un bruit sourd, elle l'observe un peu plus en détails, elle se livre à une analyse plus poussée.
Elle a retiré ses habits crasseux, et elle constate avec une grimace le piteux état dans lequel se trouve la jeune femme. De ses pieds couverts d'ampoules à ses nombreuses côtes cassées en passant par sa mâchoire abîmée, elle a visiblement connu des temps troubles.
Aussitôt, Hameline traverse le salon pour se rendre dans la petite pièce avoisinante, la serre qu'elle cultive et qui abrite de quoi arranger la situation. Elle ne trébuche pas une fois. Elle peut faire preuve de beaucoup d'indécision quand il s'agit de choix la concernant, mais elle est une tout autre femme quand il s'agit de venir en aide à ceux qui en ont besoin.
Dans la pièce en verre, Hameline s'affaire. Elle va de droite à gauche, elle cueille une feuille ici, une autre là, elle mélange tel et tel sucs pour former un étrange cataplasme verdâtre, elle sait ces choses mieux que quiconque.
Enfin satisfaite, elle retourne au salon, du côté de la jeune femme toujours inconsciente, et elle verse dans sa bouche la mixture qu'elle a préparée. Ça devrait atténuer la douleur, au moins pour un temps. Elle applique une deuxième pâte étrange sur les divers hématomes qui constellent son corps, et puis elle fait un pas en arrière, pour constater le résultat avec un peu plus de recul. Ce qu'il va lui falloir, à cette inconnue, c'est surtout beaucoup de repos et de patience. Les os se réparent, mais ils prennent pour cela beaucoup de temps, elle devra probablement rester en convalescence plusieurs semaines a minima.
Enfin, mieux vaut attendre qu'elle se réveille, déjà. Après, elle avisera.
Elle la déplace sur son lit, ce sera toujours mieux qu'ici. Elle, elle dormira dans le salon. Oh, ça sera loin d'être la première fois, de toute façon.

Elle retourne à son fauteuil, à son livre et à son plaid, elle retourne à son confort qu'elle avait cru devoir quitter pour longtemps. Finalement, ce n'était pas si terrible. On en fait tout un plat, de ce changement, mais il a suffi de le regarder droit dans les yeux et de lui dire : "tu ne me fais pas peur !" Enfin, quand c'est Hameline, ça donne plutôt : "tum'faipapeur !", mais le résultat n'en est que sensiblement modifié.
Elle soupire un grand coup, comme si elle s'était libérée d'un poids, comme si toute cette histoire était terminée et derrière elle. Alors elle tente de se plonger à nouveau dans sa lecture, elle tente de s'évader dans l'imaginaire, là où elle n'est plus le personnage principal de sa vie, là où elle n'est plus rien du tout, même, ailleurs. Mais elle n'y parvient pas vraiment. Parce que, tout de même, il y a ces questions qui l'accablent et auxquelles elle n'a pas de réponse à apporter.
Qui lui a infligé un tel sort, à cette jeune femme ? Et pourquoi ? Que faisait-elle seule dans les bois ? Était-elle réellement seule ? Est-ce que son agresseur rôde toujours ?
Bref, se concentrer dans ces conditions, c'est pas gagné.
Et puis, qui est cette humaine, d'ailleurs ? Quelles seront ses intentions, lorsqu'elle se réveillera enfin ? Après tout, elle ne connaît rien d'elle. Mais Hameline a une foi inébranlable dans le vivant, elle se refuse aux jugements hâtifs et aux idées préconstruites, elle attend de voir, elle attend toujours de voir. Cette fois ne fera pas exception. Qui que soit cette femme, elle l'écoutera attentivement et avec bienveillance. La suite dépendra de ce qu'elle a à dire, des choix à prendre.
Enfin, de toute façon, c'est inutile de s'en préoccuper dès maintenant. Elle dormira sûrement plusieurs heures encore, peut-être même jusqu'à demain, et rien ne presse. Alors elle se cale confortablement dans son fauteuil, elle rouvre son livre, elle plonge dans d'autres mondes.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
AnatoleJ
Posté le 14/01/2022
Hello et bonne année :D

J’ai lu ce petit intermède avant que tu re-publies plein de chapitres (j’ai pas eu le temps/l’énergie d’écrire un commentaire dans la foulée, tu sais comment c’est), j’espère du coup qu’il n’a pas subie une grosse réécriture sans que je m’en rende compte x)
D’ailleurs c’est la réécriture qui avance ou c’est une division/réorganisation des chapitres ? Au nombre de signes j’ai l’impression que tu as divisé en deux pour les parties, j’ai souvenir de gros chapitres de 6k !

Bref, retournons au texte !
Je sais pas comment tu fais pour écrire des chapitres qui sont des vibes entières, mais damn. Hameline et sa maison ça pourrait être moi et mon appart dans une réalité alternative, y’a pas d’autres explications

Contrairement à dodoreve je me suis à aucun moment demandé si Hameline pouvait être une version miroir de Gaëlle, ou même lié à Gaëlle d’une façon ou d’une autre x) (à part qu’elles se rencontrent ?) Parce qu’en vrai elles sont à des années lumières, niveau attitudes et ambitions de vie (et autant j’adore Gaëlle, autant clairement je suis à 100% derrière Hameline). Le fait qu’elles aient toutes les deux une audition acérée me parait un joli point de compréhension commune pour le futur, au moins !
Le coup du bazar qu’elle laisse en plan m’a trop fait rire aussi, c’est carrément un truc que je ferais aussi. C’est par terre, ça tombera pas plus bas hein !

Mes petites notes :
« C'est un faux silence, parce que, si on tend l'oreille, il est moins discret qu'il n'y paraît. »
Ah tiens, encore quelqu’un de la team audition acérée on dirait ?

« En y prêtant attention, on les entend qui murmurent en s'épanouissant sous le soleil. »
Elles murmurent « arrête de m’arroser tous les jours, je suis un cactus bordel »

« Mais c'est peut-être Hollis. Et c'est peut-être important. »
Si Hollis est un chat ou un chien alors c’est toujours important, ouvre vite petite sacripan

« maintenant qu'il a fait le déplacement, il croit sans doute qu'elle n'aura pas envie de le repousser. Ce serait bien mal la connaître. »
Hahaha vraiment une VIBE entière

« Parce que Hollis ne vient jamais seul.e. Et cette fois, Hollis est venu.e accompagné.e du changement. »
Tiens tiens de mémoire la dernière fois qu’on a vu de l’écriture inclusive c’était pour le projet abolition, est-ce que Hollis y serait lié.e ?

« Son angoisse s'envole aussitôt qu'elle aperçoit le corps au sol. »
Confirmation qu’Hollis est un.e félin.e, typique de leur part de laisser un truc mort comme casse-croute à leurs potes (et je parie que c’est notre Gaëlle qui est cette livraison spéciale)

« Oh, ça sera loin d'être la première fois, de toute façon. »
Hollis lui apporte souvent des gens cassés on dirait haha

« Elle retourne à son fauteuil, à son livre et à son plaid, elle retourne à son confort qu'elle avait cru devoir quitter pour longtemps. Finalement, ce n'était pas si terrible. »
Non mais je jure, on dirait moi à chaque fois que je fais un truc xD

A bientôt sur le prochain chapitre :D
dcelian
Posté le 16/01/2022
Hahaha t'inquiète pas, et coucou au passage ! Comme tu l'as deviné, c'était un gros réagencement, j'ai juste tout divisé pour faciliter la lecture : pas d'inquiétude, très peu de réécriture seulement.
Merci d'avoir pris le temps et trouvé le courage de me laisser ces quelques mots, ça me fait toujours aussi plaisir :)

Content que tu t'identifies à Hameline, c'est quelqu'un de vraiment formidable alors ça m'étonne pas ;)

"Ah tiens, encore quelqu’un de la team audition acérée on dirait ?" >> Ah tiens, pourquoi pas oui ! J'avais jamais vraiment vu ça comme ça, mais pourquoi pas faire le rapprochement avec Gaëlle ouais ! ça me plaît bien

"Elles murmurent « arrête de m’arroser tous les jours, je suis un cactus bordel »">> HAHAHA mais-
Même dans un petit interlude comme ça t'arrives à détourner mes mots pour me faire rire, bravo :D

"Si Hollis est un chat ou un chien alors c’est toujours important, ouvre vite petite sacripan" >> héhé bonne intuition

"Tiens tiens de mémoire la dernière fois qu’on a vu de l’écriture inclusive c’était pour le projet abolition, est-ce que Hollis y serait lié.e ?" >> Wow quelle mémoire ! Très bien vu, mais désolé de casser tes théories : j'utilise juste l'écriture inclusive quand le personnage qui pense/parle ne connaît pas le genre d'un autre personnage (enfin peut-on parler de genre pour un félin, c'est une autre question, mais bref j'ai mes raisons et t'as plus qu'à continuer à lire pour les découvrir muhahaha)

"Confirmation qu’Hollis est un.e félin.e, typique de leur part de laisser un truc mort comme casse-croute à leurs potes (et je parie que c’est notre Gaëlle qui est cette livraison spéciale)" >> Je sens un vécu ? J'ai aussi fait cette expérience. Et même que c'était pas toujours mort... Bref... Une expérience... Enrichissante....... ?

"Non mais je jure, on dirait moi à chaque fois que je fais un truc xD" >> Hahaha je voulais absolument réussir à parler de ce sentiment parce que c'est TELLEMENT fréquent et drôle (a posteriori bien sûr ;-;)

Encore merci pour ta lecture, et à bientôt <3
dodoreve
Posté le 12/05/2021
Mmmmmmmmmmmh.
Je rejoins Sklaërenn, c'est intrigant cet interlude qui nous fait découvrir ces nouveaux personnages (tout en ne nous faisant en voir qu'un, puisqu'on ne rencontre pas Hollis à proprement parler).
Moment théories : je peux pas m'empêcher de me demander s'il n'existe pas des corrélations à la "mondes inversés" maintenant qu'on a rencontré Hameline. Dès que j'ai commencé le chapitre, j'ai eu cette impression de "déjà vu" (à prononcer à l'anglaise, c'est pas drôle sinon) et le sentiment qu'on était du point de vue de Gaëlle, tout en me disant que c'était étrange (forcément, vu là où on l'avait laissée - à moins que ça n'ait été un flashback). Bon, a priori elle n'est peut-être pas humaine (mais qu'est-elle dans ce cas ?), ou alors elle a une méfiance certaine pour eux si elle en fait partie malgré tout. Alors est-ce que Hameline est une version Aïag de Gaëlle ? Je ne sais pas si ça me convaincrait totalement pour le moment - en fait, j'ai presque le sentiment que c'est un mix entre Gaëlle et Grégor ! Surtout à cause de la manière avec laquelle on l'avait retrouvé il y a quelques chapitres. Bon, l'hypothèse s'arrête donc ici, c'est plus une idée comme ça, mais tu sais ce qu'il en est de mes théories : faut que je te les partage !
Pour aller plus dans le détail, j'ai bien aimé le premier paragraphe (pas que, eh). L'idée de faux silence me plaît de toute façon, et j'aime bien le fait que ce soit par lui qu'on rentre avant d'arriver sur celle qui le ressent.
"Maintenant, alors qu'elle a installé sa patiente sur sa table qu'elle a débarrassée d'un revers de la main, laissant s'écraser au sol quantité de livres et tout un bric-à-brac informe dans un bruit sourd" Je peux pas te dire à quel point ce geste m'oppresse quand je le vois dans des films. Où est le moment où Hameline met une éternité à ranger ce bordel venu se casser et s'éparpiller sur le sol ?
"elle devra probablement rester en convalescence plusieurs semaines a minima." oups :T Aucun doute sur le fait que Gaëlle va donner des coups de pied au cul de cette convalescence, mais pour quelqu'un qui a beaucoup de choses à faire en une semaine, c'est mal parti.
J'espère qu'on ne tardera pas à rencontrer Hollis, et je remarque enfin que Hameline ne se fait pas du tout de réflexions sur la couleur de peau de Gaëlle ! Et pourtant, elle s'en pose des questions : c'est qu'elle a donc des raisons de ne pas s'en poser (selon la logique dodorevienne).
+ bonus de fin : "Alors elle se cale confortablement dans son fauteuil, elle rouvre son livre, elle plonge dans d'autres mondes." T'as pas rangé le bordel sous la table, mémère. (Je rigole, c'est le genre de détails dont on peut sans doute se passer, même si j'avoue que traditionnellement, ça ne m'oppresse pas MOINS.)
dcelian
Posté le 15/05/2021
Ewé, c'est vrai que c'est intrigant, tous ces nouveaux personnages ! D'autant qu'on était habitués à évoluer avec Soa et Gaëlle uniquement, et là, en deux chapitres à peine, j'ai introduit 3 nouveaux zigottos ! J'espère que vous serez pas trop chamboulés ;-;
Quant à Hollis : t'en fais pas, t'auras tout le temps de te familiariser avec, mais je n'en dis pas plus ;)
Ta théorie est hyper impressionnante, et je peux te dire que t'as vu juste sur certains points (mais je te dis pas lesquels, nah :p) ! Je vais pas trop m'épandre, au risque de spoiler à mon insu, mais franchement je me lasse pas de lire tes idées, elles sont toujours hyper pertinentes et justes, donc merci pour ça !
""Maintenant, alors qu'elle a installé sa patiente sur sa table qu'elle a débarrassée d'un revers de la main, laissant s'écraser au sol quantité de livres et tout un bric-à-brac informe dans un bruit sourd" Je peux pas te dire à quel point ce geste m'oppresse quand je le vois dans des films. Où est le moment où Hameline met une éternité à ranger ce bordel venu se casser et s'éparpiller sur le sol ?" Hahaha je comprends bien ta frustration. Mais elle a déjà vécu une journée sacrément chargée, faudrait veiller à pas trop lui en demander non plus. Chaque chose en son temps.... et puis, le bordel, ça a quelque chose de réconfortant en un sens, non ? :^)
""elle devra probablement rester en convalescence plusieurs semaines a minima." oups :T Aucun doute sur le fait que Gaëlle va donner des coups de pied au cul de cette convalescence, mais pour quelqu'un qui a beaucoup de choses à faire en une semaine, c'est mal parti." hahaha, mais c'est qu'on commence à connaître Gaëlle, dis-moi ?
Merci pour ta lecture <3
Sklaërenn
Posté le 11/05/2021
Hum Hameline est un personnage plutôt intriguant pour le coup. Pourquoi elle est arrivée là et a choisi de se mettre loin de tout le reste pour éviter le changement à ce point ? Ça me donne envie d'en savoir plus sur son histoire avant ce moment. Sinon Gaëlle est entre de bonne mains à mon avis, mais qui est Hollis du coup ? Et quel rôle aura Hameline (ou Hollis ) dans la suite de leurs aventure ? Un petit interlude qui ramène du calme par rapport au chapitre précédent, mais qui soulève quelques questions.
dcelian
Posté le 15/05/2021
Hahaha, je comprends que tu te poses toutes ces questions mais je vais précisément choisir de ne pas y répondre (parce que je suis machiavélique) (non) (enfin, un peu, mais pas que)
Comme je l'avais dit quand Silas est intervenu, les interludes serviront principalement d'hommages et de brèves parenthèses pour aborder une perspective différente de celle des 'héros'
Mais je te confirme que Hameline est un personnage très intrigant, et non moins appréciable !
En tout cas, je suis ravi de savoir que les questions persistent :)
Merci pour ta lecture !
Vous lisez