III.13 La Frontière des ombres

Par Flammy

Chapitre 13 : La Frontière des ombres

 

~823 jours avant le cataclysme

 

~0~

 

Les mœurs dryadiennes définissent quasiment tous les aspects de la vie de tous les jours, comme le rôle des hommes et des femmes, et sont suivies très scrupuleusement. Il existe de très nombreux codes et rites particuliers à connaître qui rendent l’intégration d’un étranger très difficile, voir impossible, puisque la plupart sont implicites. Il s’agit du clan le plus figé de tout Atlantide, qui porte une énorme attention aux traditions et aux convenances. Certains s’enorgueillisse même de cette part de “mysticisme” si obscure pour les autres magiciens.

Notes de Max.

 

~0~

 

Noor soupira de soulagement.

Après une légère amélioration de son état grâce à l’écorce de saule, Callune avait sombré dans l’inconscience et ne s’était plus réveillée depuis. Elle gémissait parfois faiblement et se débattait contre un ennemi imaginaire, délirante. Heureusement, les aéris volaient à bon rythme depuis le matin. Les limites du teikoku izanamien étaient enfin visibles et la nuit éternelle de ces contrées les avait enveloppés.

Parvenu proche de la frontière izanamienne, Noor poussa quelques cris aigus. Aussitôt, les dragons inclinèrent leurs ailes et plongèrent en direction du sol.

— Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi on s’arrête maintenant ?

Noor se tourna vers Hawk, qui avait pris assez d’assurance depuis le début du voyage pour se permettre parfois de diriger sa monture à l’aide des rennes. Il s’était rapproché pour hurler sa question, visiblement mécontent du détour. L’état de sa sœur ne s’améliorait pas, sa réaction était compréhensible. Malheureusement, impossible d’éviter cet arrêt. L’armée izanamienne se montrait toujours très stricte là-dessus, elle ne plaisantait pas avec la sécurité de son teikoku.

— Nous devons obtenir un droit de passage ! Ça ne prendra pas longtemps, ne vous inquiétez pas.

Hawk fronça les sourcils et tira légèrement sur les rennes pour éloigner son aéris. Il ne s’était pas attendu à quelque chose du genre. Avant, tous se déplaçaient librement en Atlantide, mais beaucoup de choses avaient changé en quelques années, depuis la Senso.

Les dragons se posèrent délicatement sur un vaste espace dégagé, à côté d’un poste de garde. Noor vérifia rapidement que Callune était bien maintenue en selle, puis sauta souplement au sol. Il sortit de ses affaires un parchemin roulé et se dirigea sans une hésitation vers les deux hommes armés qui s’approchaient de lui.

Les soldats arboraient la peau pâle et les yeux bridés typiques de leur clan. Pendant longtemps, quelques moqueries avaient couru sur eux, sur leur physique si différent de ceux des autres magiciens. Avant, certains clamaient même qu’on ne pouvait distinguer deux Izanamiens, avec leurs cheveux systématiquement raides, d’un noir de jais et leurs pupilles de couleur sombre. Maintenant, plus personne n’osait la moindre remarque déplacée envers eux. On ne titillait plus leur Meiyo, sous peine de cuisantes représailles. Chaleureux comme toujours, Noor salua respectueusement les gardes et leur tendit le parchemin. Ils jetèrent à peine un coup d’œil dessus.

— Parfait. On nous avait prévenus de votre arrivée, vous êtes en retard.

— Navré, la météo s’est révélée particulièrement mauvaise proche de l’Yggdrasil. J’ai failli y perdre un aéris.

Un des soldats hocha la tête, compréhensif. Il se déroulait systématiquement des phénomènes étranges près de l’arbre géant d’Atlantide. Il pointa du doigt les passagers, toujours jugés sur le dos de leur monture.

— Par contre, eux n’étaient pas prévus.

— Il s’agit d’amis qui avaient besoin de se rendre rapidement en Izanamie, je ne pensais pas que ça poserait problème…

L’homme haussa les épaules.

— Ça ne devrait pas. Il y a juste des vérifications supplémentaires à faire. D’après nos derniers rapports, des dimidius rôdent dans les environs et tentent de pénétrer nos frontières. Nous avons de nouvelles procédures. Va chercher les pierres, Akito !

Après s’être raidi et avoir hoché la tête, l’Izanamien tourna les talons et retourna en courant vers le poste de garde. Il revint rapidement, un sachet en velours à la main. Il en sortit des gemmes, parfaitement translucides.

— Qu’est-ce que c’est ?

— Rien de dangereux, ne vous inquiétez pas. Il s’agit de vérifier l’origine de vos amis.

— C’est possible ?! s’étonna Noor.

— Oui, avec ces petites merveilles que nous fournit notre respectable empereur. Il suffit de mettre une goutte de sang dessus et la pierre se colore en fonction du clan. Vert pour les Dryadiens, rouge pour les Athanoriens… Et si elle se teinte en violet, ce sont des dimidius.

— I-Incroyable ! Je n’avais jamais entendu qu’une telle magie existait.

— C’est tout récent, et d’ailleurs…

 

~0~

 

Noelia sentit son sang se figer.

Noor et le garde continuèrent de s’extasier sur les gemmes, sans se rendre compte de la menace qui grondait près d’eux. Hawk se crispait de plus en plus, prêt à attaquer. Noelia lui lança un regard catastrophé. Refuser un contrôle serait suspect. S’enfuir serait plus que douteux. Se soumettre au test signerait leur arrêt de mort. Que faire ? S’ils tentaient de leur fausser compagnie maintenant, Noor pourrait les rattraper facilement grâce à ses aéris. Et même s’il n’y pensait pas spontanément, les soldats risquaient de réquisitionner les dragons pour une traque. Essayer de partir avec leur monture peut-être ? Mais elle obéirait aux ordres de Noor plutôt qu’aux rennes.

Hawk serra les poings à s’en faire craquer les articulations. À force de s’entêter à vouloir trouver cette Tomoe, il s’était jeté dans un piège idiot sans réfléchir. Comment avait-il pu se montrer si inconscient ? Lui d’habitude si prudent, surtout avec elle… Ses mains glissèrent doucement vers les dagues récupérées auprès de Callune. Il envisageait de passer à l’attaque ? C’était de la pure folie ! Il ne fallait pas que…

Noor se dirigea vers Callune, qu’il dessangla délicatement, avant de la prendre dans ses bras. Il s'avança ensuite vers Hawk et Noelia pour leur demander s’ils avaient besoin d’aide. Hawk refusa d’un signe de tête. En quelques gestes rapides, il se libéra, ainsi que Noelia, de la selle et sauta au sol. Il tendit la main à son amie pour la descente, le tout dans un silence pesant. Pour le moment, personne ne se doutait de ce qui clochait. Dès que les soldats testeraient leur sang… Les gardes attendaient, pas encore soupçonneux. Il ne s’agissait que d’un contrôle de routine pour eux. Ils ne réalisaient pas que bientôt…

La terre gronda.

Le mouvement, comme une simple ride à la surface de l’eau, resta imperceptible pour tous, à l’exception de Hawk qui se figea. Les dragons commencèrent à paniquer et à battre des ailes, sans que personne comprenne pourquoi. Noor essaya de les calmer, en vain. Ils s’envolèrent les uns après les autres, provoquant un chaos sans nom. Les soldats réalisèrent enfin que quelque chose ne se passait pas normalement et se rapprochèrent. Un bruit étrange, sourd, s’éleva, d’abord faible puis assourdissant, comme un début d’apocalypse. La terre commença alors à trembler de manière plus perceptible et quelques arbres furent déracinés. Noor et Noelia chutèrent, incapables de garder leur équilibre.

Cela dura de longues, très longues secondes. Seul Hawk parvenait péniblement à rester debout.

Les convulsions de la terre se calmèrent, comme enfin apaisée. Tous se détendirent, sauf Hawk qui se crispa encore plus. L’instant suivant, le sol se déchirait, comme pris d’un ultime et violent tressaillement. Hawk saisit Noelia et la tira sèchement sur le côté. Un tronc s’effondra là où elle s’était tenue. Noor, figé sur place avec Callune dans les bras, fut épargné. Deux hurlements réussirent l’exploit l’espace de quelques secondes à couvrir le tonnerre du séisme. Tout de suite après, tout s’apaisa, d’une façon si brusque que le calme paraissait surréaliste, presque faux. Tous restèrent immobiles, attendant une réplique, un nouveau désastre. Rien. Plus rien ne frémissait. Seuls les feuillages des arbres ondulaient sous une brise légère.

 

~0~

 

Noor se redressa en premier.

Il avait pris le soin d’allonger délicatement Callune avant de constater les dégâts autour de lui, catastrophé. Une étrange odeur d’humus et de renfermé flottait dans l’air. Certains arbres, couchés par terre, exposaient leurs racines. D’autres troncs avaient été cassés en deux par la violence des secousses. Le poste de garde s’était écroulé, pas construit pour résister à un séisme. Partout où il posait ses yeux, il ne s’agissait que de destructions et de chaos. Son cerveau refusait de réfléchir ou de pleinement réaliser ce qui venait de se passer. Noor se sentait vide, incapable de réagir ou de paniquer. Cela avait presque un aspect réconfortant. Jusqu’au moment où la vérité lui tomba dessus, brutalement. Il blêmit et son rythme cardiaque grimpa en flèche.

— Les gardes !

Noor chercha des yeux les deux Izanamiens, mais il ne les trouva pas au milieu des décombres. Après un instant d’hésitation, il se précipita vers la faille. Il se pencha avec précaution mais ne distingua que des ténèbres. Comment savoir si…

— Ils sont tombés. Ça s’est ouvert juste sous leurs pieds, ils avaient aucune chance.

La voix de Hawk avait tranché ses espoirs, aussi froide qu’un couperet. Noor se mit à trembler. Il recula de quelques pas, profondément choqué.

— J-Je… Il faut faire quelque chose !

— Et quoi ? Ils sont morts.

Hawk s’exprimait durement, sans prendre la peine de le ménager. Il aida Noelia à se relever tout en examinant les environs.

— Et on ferait même mieux de déguerpir le plus vite possible.

— Q-Quoi ?! Mais on ne peut pas…

— Qu’est-ce que tu crois ? Si la garde nous trouve ici, avec deux cadavres et un tel bordel, j’donne pas cher de not’peau !

— Mais ce n’est qu’une catastrophe naturelle, nous ne sommes pas responsables de…

— T’es vraiment si idiot qu’ça ? coupa sèchement Hawk.

Noor cligna des yeux, surpris par la dureté des paroles. Jusqu’à maintenant, Hawk s’était comporté de manière froide, mais jamais insultant ou cassant. Ce changement le prenait de court.

— On est trop loin de la frontière mokochienne pour qu’ce tremblement de terre soit normal. Et puis, justement à un contrôle ? Qui tue juste les deux soldats ? Cette histoire pue la magie. Et même si, par le plus grand des hasards, il s’agit vraiment d’une merde naturelle, la coïncidence est trop grosse. Personne nous croira.

Noor regarda autour de lui, comme s’il cherchait quelque part un improbable soutien. Noelia gardait les yeux fixés par terre et Callune, malgré les événements, ne s’était pas réveillée, trop assommée par la fièvre. Les épaules de Noor finirent par s’affaisser. Il espérait toujours le meilleur des gens, mais Hawk avait raison. Sans compter qu’il avait perdu ses aéris ainsi que les parchemins qui aurait pu prouver sa provenance et pourquoi il s’était rendu ici. Hébrun allait le tuer. S’il parvenait à rentrer en un seul morceau à l’élevage. Et puis... les Izanamiens avaient réclamé des dragons. Ils se montreraient mécontents de ne jamais en voir les écailles. Et les bêtes, relâchées en liberté, risquaient de provoquer des dégâts. Et s’ils mettaient le feu aux cultures dryadiennes ? Les conséquences cascadaient dans sa tête, toutes plus inquiétantes les unes que les autres.

— Q-Qu’est-ce qu’on va faire ?

— Toi, j’sais pas. Nous on va contourner la faille et profiter qu’y a personne pour passer. J’dois toujours voir Tomoe, c’est l’occasion ou jamais.

 

~0~

 

Sans perdre une seconde, Hawk se mit en mouvement.

Le précipice créé par le séisme ne s’étendait que sur une courte distance. De plus en plus suspect. Il n’avait jamais entendu parler de Mokochiens ayant gardé leur pouvoir, il devait donc s’agir d’un Dryadien. Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi les aider et rester caché ? Il jeta un regard suspicieux à Callune, avant de repousser cette idée saugrenue. Toute cette histoire puait le piège, mais il n’allait pas faire demi-tour, pas après avoir traversé tout le continent. Il se dirigea vers le poste de garde et commença à fouiller dans les décombres. S’il pouvait y trouver quelques vivres et de quoi faire du feu, il s’estimerait pleinement satisfait de sa journée. Ou presque.

Du coin de l’œil, il remarqua Noelia, penchée sur Callune dont elle vérifiait l’état. Elle ne voudrait probablement pas l’abandonner, pas si proche du but. ‘Tain. Maintenant, il s’en fichait de donner le change devant Noor. Celui-ci ne pouvait plus rien leur apporter et s’il comprenait la véritable nature de ses compagnons de voyage, il pourrait le neutraliser sans soucis. Il n’avait plus à jouer au frère inquiet. Mais si, contre toute notion du bon sens, Noelia souhaitait emmener l’empotée avec eux, elle insisterait jusqu’à obtenir gain de cause. Comme s’il avait du temps à perdre avec un tel poids mort.

Après une recherche minutieuse, Hawk dénicha enfin ce dont il avait besoin. Il fourra le tout dans un sac et se redressa au milieu des décombres. Il fallait se dépêcher de partir, avant que d’autres gardes arrivent. Le tremblement de terre avait peut-être été assez puissant pour toucher d’autres postes de contrôle, des patrouilles viendraient bientôt vérifier ce qui se passait. Hawk jeta un coup d’œil à Noelia. Elle n’avait pas bougé et se contentait de le fixer, sans un mot. Il soupira intérieurement. Il ne se débarrasserait pas de Callune aussi facilement. Sans tenter de convaincre Noelia, pas le temps, il revint sur ses pas et la prit sur son dos. Même si, en réalité, il la soulevait magiquement, il préférait éviter les mauvaises surprises en cas de rencontre inopinée avec des inconnus. Pas besoin de dévoiler d’office sa nature.

Pendant tout ce temps, Noor n’avait pas bougé, toujours perdu et dépassé par les événements. Il passa une main sur ses tresses et remua silencieusement les lèvres, avant de réussir à articuler quelques mots.

— J-Je… Je ne peux pas rester ici. Je viens avec vous.

— Et qu’est-ce qui t’fait croire qu’on va s’encombrer d’toi ?

Noor reçut les paroles comme une gifle et blêmit un peu plus. Jusqu’à maintenant, Hawk ne s’était jamais montré sympathique, mais pas désagréable non plus. Là… Il sentait qu’il devrait une justification à sa venue et une très bonne pour convaincre.

— Je peux vous guider jusqu’à Tomoe. Elle n’habite pas Izumo la capitale, mais dans un endroit reculé, dans une forêt. J’ai étudié un plan à l'élevage. Vous ne trouverez pas sans aide.

Malgré son aspect perdu et légèrement craintif, Noor s’était exprimé d’une voix ferme et posée, qu’il maîtrisait parfaitement. Le genre d’intonations rassurantes qu’il devait utiliser pour calmer les dragons. Hawk jeta un regard à Noelia qui, toujours trop gentille, paraissait prête à accepter sa venue. Il leur compliquerait singulièrement la tâche. Et pourquoi les accompagner ? Encore un truc louche. Rien ne pouvait justifier cet altruisme acharné. Entre lui et Callune, leur périple prenait des allures ridicules.

Sans répondre, il se mit en marche et dépassa Noor pour commencer à s’enfoncer dans le teikoku izanamien. Si Noor montrait du cran et les suivait, tant mieux pour lui. Sinon, ils se débrouilleraient très bien sans guide. Ils s’étaient toujours démerdés sans l’aide de personne, il n’y avait pas de raison pour que cela change.

 

~0~

 

Au final, Noor les avait suivis.

Un regard de Noelia l’avait convaincu de venir. Depuis, ils progressaient sans échanger le moindre mot, au début avec un rythme soutenu pour s’éloigner le plus rapidement possible des lieux du drame, puis Noor avait pris la tête pour montrer le chemin. Le début n’avait pas été compliqué. Jusqu’au Pont des Âmes, qui permettait de rejoindre l’île où se situait la majeure partie du teikoku, tous les sentiers convergeaient dans la même direction. Ils avaient pu franchir la gigantesque structure en bois peint en rouge sans le moindre problème, les soldats considérant qu’ils avaient déjà été contrôlés.

Noor avait surtout montré son utilité par la suite. Malgré la nuit et ses voyages habituellement aériens, il se repérait sans aucun problème, à la position du tsuki. Parfois, aux intersections, il hésitait à cause de sa méconnaissance des routes. Des panneaux de bois indiquaient des directions, mais Noor les ignorait, incapable de déchiffrer les symboles étranges de l’écriture izanamienne. Tous les clans parlaient et lisaient la même langue, à l’exception des Izanamiens qui avaient conservé leurs idéogrammes et s’en servaient dans leur teikoku. Peu de voyageurs se rendaient dans les contrées sombres, ce qui limitait les cas où leur traditionalisme posait problème. Malgré ce handicap, Noor continuait de montrer le chemin sans hésitation.

Pourquoi les aider ? Pourquoi les suivre et leur indiquer la route avec le changement de comportement de Hawk, si louche ? Et il n’y avait pas que cela qui aurait dû lui mettre la puce à l’oreille… Alors pourquoi ? Noelia ne comprenait pas.

Malgré le temps qui filait, le ciel conservait toujours le même aspect. Izanami, l’Esprit des ombres, gardait son teikoku plongé dans une nuit éternelle. Les habitants parvenaient à distinguer les parties de la journée à la luminosité du tsuki, mais les visiteurs ne percevaient aucune différence. Pour déterminer l’heure sans sablier, ils devraient se fier à leur horloge interne. Ils progressaient dans un silence parfait, étouffant. Le chemin de terre était bordé par des arbres étranges, toujours les mêmes, avec une écorce particulièrement sombre. Les nombreuses branches, très noueuses, semblaient disposées au hasard, comme si quelqu’un s’était amusé à les tordre dans tous les sens sans aucune logique. Les rameaux ne portaient aucune feuille, juste des fruits, des petites boules luminescentes qui donnaient un aspect féerique au paysage. Des lucioles voletaient, attirées par une lumière qu’elles émettaient aussi.

Noelia avait l’impression d’évoluer dans un rêve, avec cette végétation étrange et les lueurs qui provenaient de partout et de nulle part à la fois. Le silence l'inquiétait. Tous les sons paraissaient étouffés et aucun bruit de vie ne lui parvenait. Avec le calme des alentours et la forêt, ils auraient dû entendre des animaux. Mais même le vent s’était tu.

Noelia observa ses compagnons de voyage. Hawk, imperturbable comme toujours, avançait sans s’émerveiller le moins du monde. Il se contentait de surveiller les environs, à la recherche d’une embuscade ou d’une attaque. Noor, lui, progressait le nez dressé vers le ciel. Il s’était déjà rendu dans le teikoku izanamien plusieurs fois et plus rien ne semblait l’étonner. Il s’inquiétait juste régulièrement de l’état de santé de Callune qui gémissait dans le dos de Hawk. Étrangement, il ne paraissait plus préoccupé par la perte de ses aéris. Ses seuls regrets concernaient la disparition de ses affaires et de l’écorce de saule pour Callune. Dans les contrées izanamiennes, ils ne pourraient plus dénicher facilement des plantes médicinales.

Noelia trouvait leur situation surréaliste, entre les lieux, ses compagnons de voyage et les raisons d’une telle expédition. Sa vie avait radicalement changé en si peu de temps… Machinalement, elle porta sa main sur sa poitrine, là où l’étrange gemme bleue était apparue. Ondine s’était tue dans son Esprit. Peut-être que l’Esprit s’était lassé d’elle ou la sirène avait déniché un autre hôte plus digne.

 « Non. Jusqu’à ta mort, notre lien sera indéfectible, ne compte pas te débarrasser de moi aussi facilement. »

Noelia marqua un instant d’arrêt, figée comme à chaque fois qu’elle entendait la voix retentir dans sa tête alors qu’elle ne s’y attendait pas. Pour ne pas éveiller les soupçons, elle reprit rapidement sa marche, mais sa seconde d’hésitation avait suffi à lui attirer un regard suspicieux de la part de Hawk. Sa relation d’Âme-Liée lui déplaisait fortement. Mais visiblement, même en le souhaitant elle ne pouvait pas revenir en arrière.

 « Pour te répondre, avec les autels des Esprits scellés, il est compliqué pour moi de garder contact avec votre monde, même si mon lien avec toi facilite grandement les choses. En plus, sur un territoire qui ne m’appartient pas… Je préfère me ménager au maximum. Surtout si c’est pour supporter ton ignoble ami. »

Noelia leva les yeux au ciel. À chaque fois qu’Ondine lui parlait, que cela soit pour commenter le paysage, la folie des magiciens ou quelles plantes cueillir pour soulager Callune, cela terminait par une pique envers Hawk. Elle pouvait sentir toute la répulsion et le ressentiment de l’Esprit pour son ami, sans qu’elle parvienne à en déterminer réellement l’origine. La sirène se montrait particulièrement douée pour éluder les questions et ne pas répondre.

 « Je préfère te prévenir. Hors de la lande ondienne, je ne pourrai pas faire appel à ma magie, il te faudra te débrouiller seule. Essaie de survivre, cela m’embêterait de devoir me trouver quelqu’un d’autre. »

 « Mais quelqu’un d’autre pour quoi ? À quoi cela vous sert-il de vous être liée à moi ? »

 « … »

 « Vous comptez reprendre le contrôle de mon corps pour remplir vos objectifs ? »

 « Tout ceci ne te concerne pas. Mais si tu me rends service, je saurai te récompenser largement. Rien qu’avec ton statut d’Âme-Liée, tu n’auras plus jamais à craindre la haine des magiciens envers les dimidius. C’est déjà… Plus que tu… ne pouvais en espérer… »

La voix d’Ondine s’affaiblit dans sa tête, jusqu’à devenir inaudible. L’Esprit ne mentait pas en ce qui concernait ses difficultés à maintenir leur lien suffisamment fort pour discuter. Quelque chose avait réussi à sceller les divinités d’Atlantide. Mais quoi ? Et comment ? Et surtout, pourquoi ? Existait-il vraiment quelqu’un, homme ou entité, suffisamment puissant pour les dominer ? Trois timthrialls plus tôt, elle avait trouvé la défection des Esprits inquiétante. Maintenant qu’elle savait une partie de la vérité, elle se sentait terrorisée.

Ondine refusait de lui en dire plus et d’expliquer réellement la situation, ce qui la laissait avec un fort sentiment d’insécurité. Noelia posa son regard sur Callune, les joues rouges de fièvre. Au moins, se concentrer sur elle lui permettait de se changer les idées. Porter les inquiétudes d’Atlantide seule lui semblait un poids beaucoup trop énorme pour elle. Noelia sentait la peur se répandre insidieusement en elle quand un hurlement la figea sur place.

— Bâtards de dimidius ! Revenez ici tout de suite ! Sale pourriture !

Noelia lança un regard paniqué à Hawk. Noor s’était arrêté, visiblement décontenancé par l’invective, et s’était retourné pour observer d’où venait le cri. Hawk étudia rapidement les environs. Malgré le nombre d’arbres qui bordaient le chemin, l’absence de feuillage empêchait de s’y camoufler correctement. Il lâcha Callune qui tomba au sol, sa chute ralentie magiquement sans que Noor le remarque. Hawk se crispa et ses mains se tendirent doucement vers les dagues qu’il portait attachées à sa ceinture. Noelia se mordit les lèvres. Si son ami commençait à assassiner des gardes pour supprimer toutes preuves de leur passage, il s’occuperait aussi de Noor dans la foulée, pour ne prendre aucun risque. Mais pouvait-elle vraiment le laisser tuer quelqu’un qui avait juste cherché à les aider ? Mais comment Noor réagirait-il en apprenant leur origine ?

— Sales gosses ! Arrêtez de courir ! Fomoires !

— Vous êtes trop gros pour nous rattraper, trop la honte !

— Faut pas boire autant !

Des rires enfantins éclatèrent. Hawk et Noelia se fixèrent sans comprendre. Avant qu’ils puissent réaliser quoi que ce soit, deux garnements déboulèrent sur le chemin. Ils souriaient largement, amusés par la situation. Ils regardaient sans cesse derrière eux, sans faire attention à ce qui se passait devant eux. L’un d’eux percuta violemment Noor. L’enfant, surpris par le choc, tomba au sol. Il s’agissait d’un garçon d’une dizaine de timthrialls. Blonds, les yeux bleus, il ressemblait à n’importe quel gamin joueur et chamailleur, il paraissait juste un peu plus maigre que les autres. Il cligna des yeux sans comprendre ce qui venait de se produire.

— Apo ! Grouille-toi !

— Arrête de me donner des ordres Arty !

Une petite fille du même âge avait réussi à progresser sans percuter personne. Elle s’était arrêtée pour attendre son ami, lui hurlant de se dépêcher. À l’exception du sexe, la ressemblance entre les deux garnements était troublante. Malgré son air renfrogné, le gamin se redressa rapidement et rejoignit la fillette. Sans perdre plus de temps, ils se serrèrent dans les bras l’un de l’autre. La seconde suivante, ils avaient disparu, ne laissant que l’obscurité derrière eux. Le pouvoir de la téléportation. Quelques instants plus tard, trois gardes arrivèrent, totalement à bout de souffle. En constatant qu’il n'y avait plus de trace de leurs cibles, ils s’arrêtèrent, incapables de continuer plus. Pliés en deux, les poings appuyés sur leurs cuisses, ils respiraient péniblement, épuisés.

— S-Sales gosses…

Les soldats parlaient avec un fort accent et certaines insultes ne furent comprises que d'eux seuls. Hawk se força à se détendre. Comme si de rien n’était, il s’accroupit et saisit Callune dans ses bras. Sa présence permettait de cacher la crispation de ses muscles et la vue de la malade attirerait la compassion des soldats. Noor, avec son altruisme habituel, prit les choses en main.

— E-Est-ce que vous allez bien ? Qu’est-ce que…

— N-Ne vous inquiétez pas.

L’un des gardes se redressa. D’un geste nerveux, il essuya la sueur de son visage.

— Ils ne vous ont pas attaqués au moins ?

Noor secoua la tête.

— Non, il y en a un qui m’a bousculé par accident, mais…

— Raclure de dimidius ! Ils ne méritent vraiment pas de vivre !

Noor cligna des yeux, surpris par la violence de la réaction. Visiblement, il trouvait normal qu’un enfant puisse se montrer un peu chahuteur. Exiger sa mort pour un surplus d’énergie le laissait pantois.

— Je suis sûr que ce n’était pas voulu, il a probablement eu plus mal que moi…

— Ne vous faites pas berner par leur âge ! Ce sont des monstres ! Ils volent sans arrêt dans la région et se moquent de nous depuis un fómhar sans qu’on parvienne à les attraper !

Les soldats retrouvaient enfin leur souffle. Ils se redressèrent et commentèrent entre eux la course poursuite qu’ils venaient de vivre. En les écoutant, Noelia aurait pu croire qu’ils avaient poursuivi de dangereux psychopathes, avides de sang et de violence, et pas deux gamins un peu trop turbulents. Noelia se concentra sur ses pieds, incapable de jouer la comédie de la haine envers les dimidius. Son comportement pourrait paraître suspect mais… Elle sursauta quand une main se posa sur son épaule.

— Vous allez bien, mademoiselle ?

Noelia redressa la tête, apeurée. Attirer des soupçons maintenant serait si idiot. Si elle parvenait à se maîtriser, la conversation s’arrêterait et ils pourraient se séparer sans drame. Hawk n’aurait pas besoin de tuer une fois de plus pour la protéger.

— Ne vous inquiétez pas. Nous sommes là pour nous occuper de telles monstruosités. Nous ferons toujours notre travail pour que vous puissiez vivre en paix.

Elle se força à sourire et à hocher la tête d’un air reconnaissant. Sa gorge était trop nouée pour qu’elle puisse articuler le moindre mot. Le soldat se contenta de sa réponse muette et se tourna vers ses collègues.

— Bon, on a plus qu’à aller au poste. Avec un peu de chance, une autre patrouille les attrapera.

Les gardes s’éloignaient lorsque Hawk les interpella. Il s’exprimait avec une voix neutre, dénuée de toute émotion. Il gardait les yeux fixés sur Callune, comme s’il hésitait à parler.

— Attendez ! Vous leur courrez après depuis longtemps ?

Les guerriers se retournèrent, surpris.

— Non, nous les avons croisés par hasard.

— Je… Si je ne me trompe pas, ces gamins ont causé du grabuge à la frontière. Nous les avons vus là-bas, près d’un poste de garde détruit.

— Quoi ?!

Les soldats parurent horrifiés. Ils échangèrent quelques mots à voix basse avant de commencer à s’éloigner vivement. Seul l’un d’entre eux resta en arrière pour poser quelques dernières questions.

— Vous êtes sûrs de vous ?

— Il s’agissait de deux gamins, après…

— Où vous rendez-vous ?

— Izumo.

— Bien ! Les samouraïs sur place vous interrogeront pour confirmer tout ça, une routine. Pas d’inquiétude et merci pour votre aide ! Faites attention à vous !

L’homme partit en courant sans attendre plus. Noelia resta estomaquée, incapable de trouver ses mots. Elle comprenait parfaitement pourquoi Hawk avait agi ainsi. Mais mettre un tel accident sur le dos de gamins la dérangeait profondément. Noor exprima son indignation pour elle.

— Hawk ! Pourquoi…

— T’es pas content, tu vires ! Grâce à ça, on évite énormément d’emmerdes. Et puis, tu vas pas m’faire croire que t’as d’la peine pour des dimidius ?

— Mais… Ce ne sont que des enfants ! Tu viens peut-être de signer leur arrêt de mort !

— Ce sont des dimidius. Leur arrêt de mort est signé depuis leur naissance, leur mettre le massacre de gardes sur le dos ne changera pas grand-chose et nous sauve probablement la vie.

Hawk affronta du regard Noor qui détourna les yeux, gêné. Il baissa la tête et passa une main sur ses tresses. Il n’ajouta rien, sachant

 

pertinemment que, à force de jouer avec les nerfs de Hawk, il finirait par se retrouver seul dans le teikou izanamien. Hawk reprit Callune sur son dos et se redressa. Il se remit en marche comme si aucun accident ne les avait retardés. Légèrement blême, Noelia lui emboîta le pas.

 « Et tu considères vraiment ça comme ton ami ? Un être capable de dénoncer gratuitement les siens ? »

Elle ne répondit pas. Elle savait que son ami ferait toujours tout pour la protéger. Mais cet extrémisme l’effrayait parfois.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Djina
Posté le 03/04/2020
Je sens la fin poindre, encore tant de questions... Toujours la même envie, Hawk n'est juste pas une personne bonne, je veux dire c'est à cause de personnes comme cela qu'on voit mal les dimidius, s'en rend il seulement compte ? Je vais finir par vouloir le brûler, je ne sais pas si tu le fais exprès de le rendre si antipathique et qu'à la fin tu nous fasses un retournement de situation mais si c'est le cas, ça marche!!

Est ce le pouvoir de Callune, le tremblement de terre ? Son intelligence, sa magie, son talisman contre l'action de ces pouvoirs.... La prise de confiance nécessaire, ses évanouissements et la porte des esprits scellée... Une histoire mêlant les 3 mondes ? Les connaissances telles qu'admises dans le monde régis par les mêmes que les notre? Je suis toujours impressionnée par tous ces mondes, que tu aies mis les mythes asiatiques comme ceux des guerriers en mode samouraïs... Il y a des termes japonisants que je connais mais j'avoue que je pense qu'il faudrait un pense bête notamment pour les durées, les âges etc... Je ne m'y retrouve pas personnellement alors que je captes les liens familiaux et les mondes ... Ah et aussi au niveau des dates j'ai parfois du mal à suivre.... J'aime les notes en premier, le Max c'est le père de Maxhirst ? Cela donne un peu les mythes en mode "le dieu omniscient vous narre ces histoires" :) Ce n'est pas une critique au contraire, c'est quelque chose qui me plait énormément ! :) Je vois bien un petit livre en plus avec le descriptif des mondes, les pouvors, les mythes et légendes des différents monde sou toutes les notes du plus grand sorcier de Kaea :) (Je crois que je vois ta "haptologie" un peu comme celle de J.K.R.

Il y a des soucis sur certains chapitre au niveau des espaces. La petite fille que l'on découvre avec Lise il s'agit de celle qui s'était faite violée et qui est devenue gardienne par Ludificus? D'ailleurs la terminologie Ludificus je peux aller la chercher en étymologie pour aider à comprendre ce dieu enfant qui joue comme un auteur avec ces enfants ?

Hawk je le vois de plus en plus mourir dans d'atroces souffrances, je n'arrive pas mon antipathie et au maximum pour ce personnage.. Et Noélia qui se voile la face m'énerve... Puis Callune j'ai envie qu'elle se révèle et que Noor soit un peu moins maltraité, il est si pur <3 j'espère que ça ira dans le futur mais j'ai peur qu'avec ton écriture il en bave lui aussi bientôt... Et cette histoire avec Malvéace, cela m'intrigue sur les choses qui ont été faite au nom de la "science" version magique ? Elle semblait si possiblement aimable... Donc tu travailles bien nos émotions... J'espère beaucoup maintenant (sans vouloir mettre de pression) , c'est du pur ressenti .... Donc je continues <3
Flammy
Posté le 04/04/2020
Oui, j'aime beaucoup les questions sans réponse <3 Après, il y a 7 tomes en tout, donc il y a encore le temps pour certaines réponses ='D Mais normalement, cela va venir au fur et à mesure, donc pas de panique !

Et oui, c'est normal que Hawk soit antipathique x) J'veux dire, il se comporte quand même comme un connard, on va pas se mentir hein ='D

Pour le pense bête, normalement au moins pour les vocabulaires un peu spécifique, le premier chapitre de chaque livre sur FPA résumé ça ;) Sinon en effet, c'est vite ingérable ^^"

Alors oui, l'histoire finira par mêler les trois mondes, le fil rouge qu'on voit parfois sans forcément le reconnaître repose sur ça ^^

Pour les notes de Max, contente qu'elle te plaise ! Après, qui les a écrite, mystère ^^ Mais j'aime beaucoup tout cet aspect de création de monde <3

Et je suis contente, mes personnages te font vivre toute une palette d'émotions, c'est le but =D Même si ça énerve parfois ^^"

Et ne t'inquiète pas, n'hésite pas à me mettre de la pression, au contraire, ça peut me motiver ^^
Jibdvx
Posté le 11/03/2020
Me revoilà ! Bon et bien chouette chapitre. Tu as un fort pour créer de beaux environnements ! Les descriptions sont assez claires sans être abusives et tu as franchement de bonnes idée pour faire des paysages "épiques". Et très bonne idée d'intégrer l’isolationnisme de l'époque d'Edo en le justifiant dans un univers de fantasy. Ça ajoute un petit cachet réaliste à l'univers. Par contre pauvre Noor, il ne sait pas dans quoi il vient de s'embarquer !
Flammy
Posté le 12/03/2020
Oh ça me fait plaisir de te revoir par ici =D J'espère que ça va bien de ton côté ^^ (et que tu continues à écrire :p )
Je suis vraiment contente que mes descriptions te conviennent ! J'ai toujours peur de ne pas en faire assez de ce côté vu que je ne suis pas forcément une grande fan ^^" Mais si j'arrive à retranscrire au moins un peu de ce que j'ai en tête, c'est l'essentiel \o/
Et Noor aurait clairement mieux fait de tourner les talons :p Mais bon, quand on est trop gentil... :p
Merci beaucoup pour ton passage ici et ton commentaire =D Pluchouille zoubouille !
Jibdvx
Posté le 12/03/2020
De rien c'est normal :) Un peu de lecture entre deux recherche pour mon mémoire, ça soulage. J'espère aussi que tu te porte bien (avec ce qui arrive on va voir besoin de lecture XD).
Vous lisez