II.4 Malvéace

Par Flammy

Réminiscence de Malvéace

 

Atlantide - Un an plus tôt…

 

~0~

 

Malvéace se lava les mains longuement, abusant du savon dur. Elle se trouvait dans une pièce d’une propreté immaculée, remplie de plusieurs lits où des malades étaient soignés en temps normal. Pour l’instant, la chambre s’était vidée de tous ses souffrants et une femme replète s’occupait d’enlever et de réunir les draps tout en jacassant d’une voix tonitruante. Elle répétait en boucle les mêmes remerciements, que Malvéace écoutait avec un sourire forcé. Elle hocha plusieurs fois la tête, plus gênée que flattée par une telle reconnaissance.

 

— Vraiment, m’dame, je sais pas comment on ferait sans vous. On croulerait sous les cadavres !

 

L’image tira une grimace à Malvéace, qui replaça ses cheveux bruns derrière son oreille. Les mèches raides, trop courtes, récupérèrent rapidement leur liberté à l’exception d’une fine tresse qui resta bloquée.

 

— C’est normal. J’ai la chance d’avoir gardé ma magie, et cela ne me prend pas beaucoup de temps de venir régulièrement soigner ici.

 

La matrone se figea dans sa besogne. Elle se redressa et son regard se perdit au loin.

 

— Ça pour sûr, on était pas préparé à ce que les Esprits nous abandonnent. C’est un coup dur terrible. Heureusement qu’vous êtes là pour les cas critiques. Vous faites vraiment honneur à votre famille madame !

 

La brave femme accompagna ses paroles d’une révérence maladroite qui embarrassa Malvéace au plus haut point. Malgré plus de trente timthrialls dans le décorum et les mondanités, elle ne s’y habituait pas. Elle marmonna quelques mots avant de filer hors de la pièce, la tête basse. Elle salua quelques personnes dans la maison réorganisée en hospice et quitta les lieux le plus rapidement possible. Possédant toujours sa magie et ses capacités pour guérir, il lui paraissait normal de venir en aide à son prochain. Mais elle aurait préféré qu’on arrête de l’associer systématiquement aux siens, les Lipotro. La deuxième famille la plus puissante des contrées dryadiennes, après celle du roi.

 

Mal à l’aise, elle fendit la foule, ignorant ceux qui l'entourait. Elle remonta sur sa tête l’ample capuche de sa cape et baissa le visage. Ce jour-là, elle avait rendez-vous avec Maxwell et n’avait pas le temps d’écouter les doléances du peuple qui l’implorait de les aider avec sa magie. Les Dryadiens, plus que tous les autres, se retrouvaient totalement démunis sans pouvoirs. Depuis toujours, ils avaient eu l’habitude de se reposer sur leurs capacités à contrôler les éléments pour réaliser toutes les tâches du quotidien et la moindre corvée prenait dorénavant des proportions d’épreuves divines. Les autres clans, limités à un seul élément, encaissaient bien mieux l’Extinction. Grands Esprits, pourquoi une telle punition ? Qu’avaient-ils commis comme crime pour mériter cela ? Après la Senso, elle aurait compris. Mais avant ? Et pourquoi quelques rares élus comme elle gardaient leur pouvoir ?

 

Malvéace s’engagea dans les jardins royaux et accéléra un peu plus. Les blessés à l’hospice avaient été plus nombreux que d’habitude. Les Dryadiens, plus fragiles physiquement que les autres clans, supportaient mal les privations et la vie difficile sans magie. Pendant des siècles, ils avaient considéré tous les autres Atlantes avec mépris, évitant au maximum les mariages avec eux pour ne pas risquer l’ignominie de mettre au monde un enfant affilié à un autre Esprit. Résultat, le poids de la consanguinité pesait sur leur royaume et les affaiblissait. Tant qu’ils pouvaient se soigner magiquement, cela ne posait pas de problème et compensait leur lourde hérédité. Mais maintenant… Elle passait plus de temps avec les malades qu’à étudier ses animaux. Un comble. L'empereur Kurayamada finirait par la renvoyer.

 

Elle remonta à grandes enjambées l’allée principale recouverte de graviers, jusqu’à une bifurcation. Elle laissa sur sa droite le palais royal, imposant et niché au cœur des jardins, pour se diriger vers l’académie, lieu de réunion des meilleurs jeunes magiciens en apprentissage et des professeurs qui excellaient dans tous les domaines. L’endroit idéal d’Atlantide pour perfectionner ses pouvoirs. Avant. Maintenant, les locaux s’étaient vidés, laissant place à des spécialités nouvelles. Histoire, géographie et autres sciences de savoirs purs. Elle avait même pu récupérer tous les sous-sols pour ses élevages. Au final, l’Extinction l’arrangeait par certains aspects. Elle avait aussi pu rencontrer Maxwell.

 

Un sourire étira les lèvres de Malvéace. Il s’agissait d’un historien, qui avait gagné son poste à l’académie avant la disparition de la magie, malgré ses origines mokochiennes. Un exploit que peu réalisaient. Pourtant, elle n’avait pas fait sa connaissance immédiatement. Elle avait toujours fui tous les contacts avec les enseignants, préférant s’isoler et s’occuper de ses travaux sur les animaux. Nombre de magiciens ne l’approchaient qu’à cause de la puissance de sa famille, et cela l’exaspérait au plus haut point. Maxwell… Elle savait parfaitement pourquoi il était venu vers elle. Et cela lui convenait parfaitement.

 

Un homme attendait devant l’entrée de l’académie, assis sur les marches. Âgé d’une trentaine de timthrialls comme elle, il était penché sur un lourd ouvrage, profitant du soleil de fin de journée pour lire sans s’abîmer plus les yeux. Il remontait régulièrement ses lunettes sur son nez, insensible à son environnement. Ses courtes mèches brunes retombaient sur son front et ses joues, tandis qu’une fine et longue tresse prenait naissance à la base de son crâne et traînait négligemment à côté de lui. Un professeur sortit du bâtiment et marcha dessus. Des représailles mesquines contre le seul enseignent non Dryadien de l’académie. Mais Maxwell s’en fichait. Maxwell se contrefichait de beaucoup de choses, et la bassesse en faisait partie.

 

Avec une mimique amusée, Malvéace se planta devant lui. Il l’ignora, trop concentré, jusqu’au moment où elle se plaça de façon à lui faire de l’ombre. Il redressa la tête, surpris, avant que son visage ne s’éclaire d’un sourire charmeur. Il ferma son livre d’un coup sec, soulevant un nuage de poussière. Il se releva et frotta rudement sa joue, mangée par son éternelle barbe de trois jours.

 

— Malvéace ! Toujours aussi jolie !

— Et toi, toujours aussi séducteur.

 

Maxwell haussa les épaules, le regard pétillant.

 

— On ne se refait pas.

 

Ils éclatèrent de rire tous les deux, complices. Ils se connaissaient suffisamment pour plaisanter sur tous les sujets, même les plus sensibles. Beaucoup voyaient Maxwell d’un mauvais œil à cause de sa tendance à courir un peu trop le jupon. Malvéace savait pertinemment qu’elle n’était pas la seule et cela ne la préoccupait pas. Il la traitait sans chichi, cela revêtait plus d’importance que le reste. Et puis, elle n’était plus une enfant depuis longtemps, à croire aux belles histoires d’amours éternels. Elle attrapa le bras de Maxwell pour l’attirer à sa suite dans les jardins. Elle le conduit jusqu’à un banc, isolé derrière un buisson, dégageant une forte odeur de fleur d’oranger.

 

— Navrée pour le retard ! Il y avait plus de malades que d’habitude à l’hospice.

— Ne t’excuse pas, c’est bon, j’avais de quoi m’occuper.

 

Elle coula un regard de travers au lourd ouvrage, à la couverture de cuir gravée d’étranges symboles dorés. Il paraissait à la fois vieux et neuf, une véritable énigme que Maxwell ne laissait entre les mains de personne. Son jardin secret.

 

— Tu ne l’as toujours pas fini ? Tu le lisais déjà lorsqu’on a fait connaissance.

— Eh non, toujours pas ! Il m’a permis de faire de belles rencontres, autant en profiter le plus possible.

 

Malvéace sourit à ce souvenir. À cette époque, il avait la fâcheuse manie de bouquiner en marchant dans les couloirs. Concentré, il l’avait alors bousculée et s’était ensuite platement excusé, s’offrant de lui rendre service comme dédommagement. Leur relation était partie de là.

 

— Tu as du mérite de consacrer ton temps pour aider sans contrepartie. Les autres Dryadiens qui ont gardé leur magie devraient prendre un peu plus exemple sur toi.

 

Elle laissa échappa un rire jaune. En public, elle n’osait jamais critiquer sa famille. Mais avec Maxwell, elle pouvait se permettre de mettre les convenances de côté.

 

— Et qui irait se fatiguer un peu pour le peuple ? Ma cousine Rose ? C’est une petite fille pourrie gâtée qui n'aime que son nombril et à sa position.

 

Rien que d’y penser, cela l’énervait. Elles n’avaient qu’une dizaine de timthrialls de différence, et pourtant Malvéace ne parvenait pas à percevoir sa cousine autrement que comme une gamine. Maxwell leva les mains en signe d’apaisement.

 

— Du calme ! Je ne voulais pas t’agacer, juste te complimenter ! Tu es bien plus jolie quand tu souris que quand tu grognes.

 

Les lèvres de Malvéace s’étirèrent sans qu’elle puisse se contrôler. Pour la forme, elle écrasa son poing dans les côtes de son amant, qui surjoua.

 

— Attention à ne pas me blesser ! Tant de forces dans un si petit corps, je vais sûrement avoir besoin d’une gentille guérisseuse pour s’occuper de moi.

 

Malvéace leva les yeux au ciel, amusée.

 

— Te connaissant, tu as surtout un service à me demander.

— Moi ? Pourquoi me donner de si mauvaises intentions ?

— Parce que toute l’académie sait que tu dois bientôt partir, et que d’abandonner tes études pour un voyage te désespère. Alors je suis très flattée que tu m’accordes de ton précieux temps, mais je doute que cela soit désintéressé. Tu agis rarement sans arrière-pensée.

 

Dans la bouche de n’importe qui d’autre, ces paroles auraient sonné comme une accusation. Pas venant de Malvéace. Elle connaissait assez son ami pour que ce genre de comportement ne la dérange pas. Ils étaient assez intimes pour laisser tomber les faux-semblants et se parler franchement sans jugement. Maxwell sourit et son expression s’adoucit, comme à chaque fois qu’il abandonnait ses réflexes de séducteur.

 

— Je risque d’être absent longtemps. Il me faudrait une réserve plus importante que d’habitude.

— Pour ta sœur dans le coma ?

 

Le visage assombri, il hocha la tête sans répondre. Depuis des timthrialls, elle le fournissait en potions pour maintenir stable l’état de sa sœur. Elle lui avait souvent proposé d’aller la voir pour tenter de la soigner, mais il avait systématiquement refusé. D’autres Dryadiens s’étaient déjà cassés les dents sur son cas, sans succès. Malvéace ébouriffa les cheveux de Maxwell et lui sourit largement.

 

— Bien sûr, j’avais prévu ça. Pour qui me prends-tu ? Et n’oublie pas, tu me la présenteras quand elle se rétablira !

— Naturellement.

 

Elle concluait toujours cette conversation de la même façon, espérant le soutenir grâce à son optimisme. Quelques minutes de silence flottèrent entre eux. Malvéace se nicha dans les bras de son ami. Autant profiter au maximum de leurs derniers instants avant longtemps.

 

— Alors comme ça, tu préfères t’occuper d’Ewoomi que de mon petit cousin ? commenta Malvéace. Cette chère Rose s’est bien énervée lorsqu’elle a appris cette décision.

 

Mal à l’aise, Maxwell remonta ses lunettes sur son nez.

 

— Soyons honnêtes, je ne pense pas que de me donner l’éducation d’un enfant de deux ans soit une excellente idée…

— Non, en effet ! Au moins, il aurait du succès avec les filles dès son plus jeune âge.

 

Malvéace éclata de rire. Elle mit un moment avant de réussir à se calmer.

 

— Mais prends un peu plus confiance en toi ! Même si je ne te laisserais pas mon hypothétique progéniture, tu ferais un très bon tuteur je parie. Après tout, tu es le professeur le plus polyvalent et facile d’accès de l’académie. Cela compte.

 

Elle s'apprêtait à continuer sur sa lancée quand un homme déboula devant eux, essoufflé.

 

— Enfin, je vous trouve ! Maxwell, l’empereur vous a mandé. Il veut vous voir en urgence, dépêchez-vous ! Il serait mal vu de le faire patienter.

 

Maxwell adressa un sourire désolé à Malvéace.

 

— Navré, je dois y aller. À la prochaine !

 

Sans attendre, il se leva et commença à s’éloigner. Il s’arrêta tout de même pour lui faire un clin d’œil mi-amical, mi-charmeur. Malvéace soupira, immobile. Elle aurait apprécié rester avec lui plus longtemps. Le messager renifla dédaigneusement.

 

— Dame Malvéace, pourquoi vous compromettre avec un énergumène comme lui ? Quelqu’un de votre famille !

 

Le regard rêveur, ses joues se colorèrent légèrement.

 

— On va dire que lui sait faire plaisir aux femmes, répondit-elle.

 

Horriblement gêné, l’homme s’éloigna. Il ne s’était pas attendu à une telle franchise de sa part. Malvéace s’étira en bâillant. Sa pause récréative était finie. Elle devait maintenant retourner à ses élevages. Elle aimait bien ses animaux, malgré leur violence, leur sauvagerie et la nécessité de les surveiller en permanence. Cela ne lui laissait pas beaucoup de temps libre, mais au moins l’empereur appréciait ses travaux. Sa vie aurait pu se révéler plus ennuyeuse. Il lui faudrait juste trouver un autre moyen de se divertir une fois que Maxwell serait parti. Elle le regretterait sincèrement.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Slyth
Posté le 07/01/2020
Je m'attendais à avoir la suite directement et paf ! surprise ! quatre interludes ! xD

Une surprise certes, mais c'était sympa de découvrir ces nouveaux personnages, d'en apprendre plus sur ton univers et de se poser pleeeeeeeeeeein de nouvelles questions ! XD

Je n'aurais qu'une seule chose à dire : le final de la réminiscence de Callune m'a brisé le cœur T^T
Flammy
Posté le 13/01/2020
Oucouc !

Oui, entre les parties, ya toujours des interludes ^^ J'aime bien, ça permet de parler d'autres choses que je pourrais pas trop évoquer sinon, comme le passé de persos ou des événements qui ont lieu ailleurs ^^

Désolée pour le final de Callune ='D Mais ça s'améliore par la suite pour elle, non ? (Oh wait, non ^^" Je suis horrible avec ce perso ='D)

Merci pour tes retours <3
Jibdvx
Posté le 17/11/2019
Ils sont mmmeugnooon tous les deux ! Malvéace m'intéresse beaucoup. J'espère qu'on la reverra évoluer dans ce milieu de la noblesse dryadienne qu'il me tarde de découvrir en détail. Ewoomi est mentionné, j'imagine donc qu'il est bel et bien important ! En tout cas, certains fils commencent lentement à s'entrecroisés, j'aime bien, tu fais cogiter le lecteur et c'est parfait pour me donner envie de lire la suite demain !
Flammy
Posté le 03/12/2019
Re-coucou !

C'est marrant que tu les trouvent mignons, parce que c'est pas forcément comme ça que je les vois, mais chacun sa vision =D

Pour Malvéace, on la reverra bien, mais pas tout de suite ;) Enfin, je te laisse voir ^^

Et je suis contente que l'aspect "faut réfléchir un peu" ne te rebute pas, j'ai toujours peur justement que ça puisse paumer des gens =D

Pluchouille zoubouille !
Isapass
Posté le 04/05/2018
 
Cette fois, j’ai cru pouvoir raccrocher cette réminiscence à l’histoire (avec l’histoire de la sœur dans le coma) ou même à la réminiscence précédente (Ewoomi), mais je n’ai pas trop su comment. J’imagine que c’est normal que tu maintiennes le flou ?
En tout cas, Malvéace fait une très bonne impression, elle a l’air sympa, un peu rebelle sur les bords et pas prise de tête. Exactement le genre de personnage que j’aime. Quant à Maxwell, il est intrigant. J’imagine qu’il a un lien avec Maxhirst ?
Détails :
« L’image tira une grimace à Malvécace, » : un C en trop
« L’endroit idéal d’Antlantis pour perfectionner ses pouvoirs. » un N en trop.
Flammy
Posté le 04/05/2018
Coucou !
Oui, c'est normal de maintenir le flou sur certains aspects ;) Mais normalement, c'est prévu d'avoir toutes les réponses à un moment, le but n'est pas de maintenir le lecteur dans l'incompréhension ^^ Enfin, pas tout le temps :p 
Contente si Malvéace te plait ^^ Il y a en effet quelque chose pour les deux Max (ce n'est pas un hasard le nom), et sur le fait qu'ils se ressemblent, mais je n'en dirais pas plus :p 
Un gros merci pour le relevé de faute <3 
Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire =D 
Rimeko
Posté le 14/12/2016
Re-bonjour !
Ça y est, je suis à jour ^^
 
Coquillettes :
" Ca (Ça) pour sûr, on était pas préparé(s) à ce que les Esprits nous abandonnent"
" Mal à l’aise, elle fendit la foule, ignorant ceux qui l'entourait (entouraient)."<br /> " Elle savait parfaitement pourquoi il était venu vers elle. Et cela lui convenait parfaitement." Repet<br /> " C’est une petite fille pourrie gâtée qui n'aime que son nombril et à sa position." J'ai pas compris ce que les quatre derniers mots font là...
 
Elle me plaît Malvéanne. Déjà, elle est altruisite, ça aide, et puis j'aime bien sa vision de l'amour, très "couple libre", et sa franchise ^^
Et puis j'ai trouvé ça très bien vu de nous montrer quelles conséquences ont eu la disparition de la magie, spécialement pour les Dryadiens. J'ai comme l'impression que, pour l'instant, ces interludes servent surtout à appréhender ton monde... Enfin, là, tu nous parles de Maxwell, et puis de l'inconnu qui a aidé Callune... Vive les puzzles ^^
Voilà, je peux à nouveau dire que j'attends la suite !
Flammy
Posté le 14/12/2016
Coucou Riri !
Merci beaucoup pour tes commentaires <3 Je suis vraiment désolée pour le temps de réponse à chaque fois, mais je suis ça de très près, c'est juste que je suis pas très réactive x) 'Fin bref, MERCI ! 
Un gros merci aussi pour le relevé de fautes ^^ Je fais attention pourtant ^^' Sisi, promis ! Pour le dernier relevé, j'avoue, je ne sais pas ce que j'ai fumé xD
Contente si Malvéace te plait =D  Et oui, les interludes servent beaucop à appréhender le monde, mais aussi à introduire des persos et montrer des événements un peu dure à montrer sans ça ^^ Et oui, vive les puzzles \\o/ 
En tout cas, un gros merci, tu es adorable à toujours continuer de lire, malgré mon rythme foireux et tout <3 Tu es la meilleure ! 
Loki
Posté le 14/12/2016
Coucou Flammy !
Ca y est, j’ai tout lu ! Comme ça me fait beaucoup de choses à commenter, j’espère que tu ne m’en voudras pas mais je ne serais pas des plus précises, je le serais pour la suite de ton récit ! Alors je vais prendre chapitre par chapitre, en te disant ce qui m’a le plus marqué dans chaque (que ce soit positif ou négatif) puis je te ferais part de ma vision d’ensemble, mais je te rassure tout de suite j’ai beaucoup aimé !
Prologue et chapitre 1 cf commentaire précédent.
Chapitre 2 :
Alors, là on a une présentation du trio Callune, Hawk et Noelia. Elle est très sympathique à lire. On comprend très bien la nature des relations entre eux. Callune souffre-douleur d’Hawk mais aussi sous la protection de Noelia. La haine de Hawk semble exagérée mais je pense qu’il y a une raison de plus à cette colère qui semble disproportionnée, je me trompe ? ^^ Callune est toujours très faible à la suite de son coma, je la plains ! Elle est détruite aussi bien physiquement que mentalement. Il y a aussi l’histoire du triskell qui interpelle. J’ai beaucoup aimé ta manière d’écrire ce chapitre car par exemple moi le personnage de Callune c’est typiquement le genre de personnage qui m’exaspère, mais comme tu as bien expliqué pourquoi elle était aussi abattue, j’ai même ressenti de l’empathie pour elle !
Chapitre 3
Alors ce chapitre là j’ai adoré ! Ça dépote ! Il faut dire que Lise me plait beaucoup^^ . Tu as écrit ça de manière très fluide et en y mettant un rythme qui correspondait très bien à la narration. On visualise chaque scène facilement sans se poser de question. Ça bouge, on rit, on a peur… Juste il y a un truc qui m’a semblé (peut-être) inutile :
Quand elle va à la BU rendre ses livres, elle voit Manue (d’ailleurs ça ne s’écrirait pas plutôt Manu ? Manue pour moi ce serait pour une fille mais bon) c’est une personne qui l’apaise tout ça tout ça et bien qu’on voie qu’elle y attache peut-être un souvenir d’un autre perso dans les autres chapitres, ça ne me semble pas plus important que ça… A mon sens, à moins que Manue repointe le bout de son nez plus tard, tu devrais le squizzer pour fluidifier ton chapitre. Mais c’est toi qui le sens !
Son ex, excuse-moi l’expression mais c’est un gros bâtard ! Voilà, maintenant que c’est sorti je peux passer à la suite ! ;)
J’aime beaucoup ce petit passage là :
~0~
 
Des cris.
 
Des éclaboussures de sang.
 
Et la peur, si omniprésente qu’elle paralysait tout.
 
— Mon sucre d’orge, je suis tellement heureux de te retrouver !
 
~0~
Il nous met tout de suite dans l’ambiance de l’horreur en quelques mots puis intrigue par son coté saugrenu des retrouvailles amoureuses.
Pareil pour Fuir vite et loin, survivre.
Ça démontre que lors d’un évènement le cerveau n’est pas capable d’analyser la situation dans son ensemble. Il ne fait que donner des consignes de survie et là, grâce à ces petits mots entrecoupés de silence on peut s’imaginer à sa place.
Les scènes de combats sont très bien, pareil, je visualise tout sans soucis. J’ai beaucoup aimé la petite accalmie avec son frère Lionel. Comme quoi finalement, malgré tous les conflits fraternels, il y a de l’amour. Par contre, même si j’ai aimé cette scène sur le moment elle m’a paru en contradiction avec ce que tu dis par la suite et à plusieurs reprises je crois sur le fait qu’il n’y a que sa tante qui l’aime. D’autant plus que Lionel dit que les parents s’inquiètent aussi.
Pour la suite, le combat entrecoupé de déclarations d’amour j’aime beaucoup !
Pour la fin du chapitre, en soi elle ne me dérange pas, mais j’ai constaté que beaucoup de chapitre se terminaient par un évanouissement. Et à force ça devient redondant je trouve.
Chapitre 3
Ce chapitre commence par démontrer la relation de confiance entre Noelia et Callune avec quelques mots très simples et j’aime beaucoup.
La suite nous donne des explications sur les conditions de vies des Dimidius, on voit bien la différence avec celles de Callune… Et en même temps, on ressent que Callune est en train de changer d’avis sur les Dimidius, elle les considère à nouveau comme des humains, bien qu’elle continue à se faire servir sans se poser de questions. La scène du serpent…. Je ne sais pas trop. J’ai peut-être loupé un truc, mais elle ne me semble pas nécessaire non plus. Avec ce qu’on a lu précédemment, on a bien compris qu’Hawk la considérait comme une moins que rien et qu’elle était vraiment brisée de partout donc… Après ce n’est pas très long non plus, si ça te semble important garde-la.
  Par contre j’apprécie beaucoup le défi qu’elle s’impose avec les souvenirs d’humiliation qui l’accompagne. Ça nous démontre bien à quel point elle a été humiliée depuis très longtemps et qu’elle a perdu toute confiance en elle. Le fait qu’elle se lance un défi nous amène aussi à penser que tout n’est pas perdu. Qu’elle a une réelle volonté de vivre.  Pour la suite, et l’enlèvement, rien de spécial à dire. C’est bien.
Chapitre 4 (heureusement que j’avais dit que je ferais concis…)
On commence à comprendre que certains des méchants sont en fait gentils mais Lise ne semble pas cet avis et je suis complètement d’accord avec ses réactions, ç’aurait été dommage qu’elle se mette à les suivre comme un petit chien.
J’aime BEAUCOUP le refuge à la basilique, le réconfort qu’elle y trouve, et une aide en la personne du prêtre. C’est un choix difficile à faire dans le monde d’aujourd’hui que de dire qu’un catholique puisse avoir la bonne idée d’aider son prochain sans avoir envie de violer des enfants. Donc bravo pour ton ouverture d’esprit !
Le dernier combat m’a semblé un peu plus cafouillis mais c’est peut-être aussi parce que je l’ai lu avant de dormir…
Chapitre 5
C’est bien de constater que, que ce soit libres ou en prison, la relation entre le trio ne change pas. On commence aussi à comprendre que la magie a des ratées mais comme on le voit avec Callune tout semble… au ralenti.
Bon, je vais être honnête je n’ai pas de grand enthousiasme pour ce chapitre et pourtant je n’aurais pas de réelles critiques à faire. Mais on est en prison, il ne se passe pas grand-chose, on a peur, on a froid, et on attend qui se passe un truc donc ça me semble logique que ce soit moins enthousiasmant non ? Après on y apprend plein de trucs !
Chapitre 6
J’aime beaucoup les résurgences du passé de Lise, ça nous permet de mieux comprendre qu’il y a un lien entre elle et les deux mondes. J’aime beaucoup aussi sa manière de s’enfuir, simple et efficace, il n’y a pas besoin de mettre du combat à tout bout de champ ! C’est bien d’être mesurée ainsi^^.
Sa fugue démontre aussi sa combativité sa volonté de ne pas se laisser faire. Et même à son réveil, elle continue de vouloir s’enfuir, là par contre, je lui reprocherais de trop être dans l’action justement et que c’est le moment de commencer à réfléchir mais je pense que c’est quelque chose d’intrinsèque au caractère du personnage non ?
Chapitre 7
J’aime beaucoup ta description de la ville, la grandeur qui fait place à la médiocrité.
Par contre à un moment tu appelles Callune Calia, c’est voulu ?
La scène de la présentation publique est très dure et violente, elle me semble très juste. Ça me fait beaucoup penser à Game of Thrones mais ç’en est peut-être inspiré ?
Ce qui marque aussi dans ce chapitre c’est tout comme la ville, la décadence du peuple. Le fait, qu’ils soient avec des armes, sans magie, misérables, sales… réduit à faire des sacrifices de dimidius pour changer le cours des choses est pitoyable…
Tout comme Callune, j’ai été très surprise qu’Hawk sache se servir de la magie. La scène du combat avec la pieuvre amène de l’action dans l’histoire de Callune et j’en suis ravie ! Tout est bien décrit et on visualise bien. 
Ah voilà : fin en évanouissement.
Chapitre 9 :
Je suis VRAIMENT contente que Noelia prenne du poil de la bête grâce à la déesse, c’est hyper intéressant et on a envie d’en savoir plus ! Cette façon qu’elles ont de communiquer me plait beaucoup, c’est une très bonne idée.
Et puis, j’aime bien ta façon de faire ton paragraphe en italique pour retranscrire ce qui s’est passé dans le chapitre précédent.
C’est sympa d’apprendre qu’Hawk a de vrais sentiments pour Noelia et qu’il ne la considère pas que comme une boniche.
Je suis contente aussi de constater comme Hawk que Callune va pouvoir faire avancer l’histoire grâce à son savoir ! L’idée des souterrains est bien, c’est toujours un peu angoissant d’être sous terre ! L’explication de la magie d’Hawk est aussi intéressante.
La rencontre avec le monstre est simple mais efficace, il faut des monstres dans ce genre d’histoires sinon ce n’est pas drôle !
Bam : tombe dans les pommes.
Chapitre10 :
Mais qui est donc ce ménestrel ? Le Dieu dont on entend parler par la suite et que Leihulm ne peut pas voir ? Je suppose que oui, ou bien qu’il y ait une autre explication sinon il n’aurait pas de sens ici…
En tous cas, Lise a eu de la chance de tomber sur Leihulm directement sans tomber sur des méchants avec sa tête de cochon^^. Elle semble extrêmement réticente… Mais elle commence à comprendre que les choses ont peut-être un sens. Les explications que tu donnes me semblent logiques.
Chapitre 11 :
J’aime beaucoup le principe de la boussole magique mais j’avoue ne pas bien en comprendre le fonctionnement, il s’agit d’une boule de feu qui s’agite quand elle s’approche d’une sortie c’est ça ? Le fait d’être bloqué seuls sur une île et qui plus est se retrouver séparer est vraiment anxiogène, c’est une très bonne idée, surtout lorsqu’on découvre qu’il y a des traces de méchants mais sans savoir qui ou quoi… Jusqu’à ce l’on découvre les lutins ! Ils ne seraient pas devenus dérangés à force de rester seuls sur leur île sans avoir de s’occuper ces bêtes-là ?^^ J’aime beaucoup leur manière de parler en se répétant dans le dialogue, ça démontre qu’ils n’ont pas vraiment l’habitude de discuter… La ruche… Aïe !
Le dialogue entre Noëlia et Ondine est aussi très sympa, j’ai toujours aimé ce mode de communication par les pensées.  Même si bon là, d’après ce que je comprends, Ondine « possède » Noelia comme Voldemort possédait le prof de défense contre les forces du mal dans HP N°1. Mais en étant beaucoup plus cool et avec plus de pouvoirs ! Est-ce que les Esprits ne pourraient agir sur terre que par l’intermédiaire de leurs habitants ? Comme dans Percy Jackson ? Je m’interroge beaucoup… D’ailleurs, Ondine n’a pas l’air de porter Hawk dans son cœur, plus ça va, moins je pense qu’il ne s’agisse réellement d’un dimidius…
Par contre je dois avouer que je ne vois pas du tout à quoi correspond la référence à Poséidon, je trouve que ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe en fait…
J’adore les nouveaux pouvoirs de Noelia/ Ondine !
Retour dans les galeries, je n’ai jamais été rassurée sous terre…
J’aime beaucoup le fait qu’Ondine mette Noelia fasse à soi-même et que tu notes que les bonnes actions sont très souvent des actes égoïstes, ça « casse » un peu le personnage trop lisse de Noëlia.
Lutin+tunnel=combo gagnant.
Fin =perte de connaissance.
Chapitre 12 :
Je sais que Lise n’est pas censé avoir fait du cheval dans sa vie, mais vu son caractère aventureux et son agilité, je ne crois pas que je l’aurais imaginée avoir peur à cheval. Ça me chiffonne.
Je dois avouer que j’ai une tendresse particulière pour Rudy, j’aime beaucoup ce genre de personnage qui amène de la lumière et de l’espoir dans un récit. Il semble détenir assez de chaleur humaine pour réchauffer n’importe quel cœur de pierre ! J’aime aussi le fait qu’ils rient quand Lise se fâche, ils sont contents de la retrouver, ta manière de l’écrire rend la chose sincère.
La preuve de la magie par le fait de guérir la main est simple et efficace.
Lise est crédible dans ses réactions.
J’aime BEAUCOUP découvrir que Lise est recouverte de cicatrices… ça nous amène à penser que son expérience de rat de laboratoire devait être extrêmement difficile.
Eishik est impressionnant par sa force tranquille, on dirait presque un animal sauvage qui n’a pas peur des autres animaux parce qu’il sait qu’il est le plus fort.
J’en reviens à Ludificus, ce ne serait pas le ménestrel ? On apprend qu’il s’est bien mêlé des histoires de Max, Leihulm et Rudy, ç’aurait très bien pu être lui aussi qui aurait mis Lise sur la route de leihulm… En tous cas, j’aime bien parce que ça amène une envie de connaître la suite !
J’aime beaucoup l’arrivée devant Viamnum avec Rudy qui la présente à Lise. Ça marque un rapprochement non négligeable !
Je dois avouer que je suis triste de quitter cette partie parce que maintenant tout est en place et qu’on est tout près d’arriver dans le vif du sujet !
II.1
Hébrun nous présente Noor, j’aime beaucoup cette présentation, on en apprend beaucoup sur ce nouveau monde. Et surtout la présence de DRAGONS !!! Ils ont l’air superbe !
Revenons-en à Noor, il a l’air d’être un bon gars sous tous rapports ce garçon !^^ Il n’est pas raciste envers les dimidius, ils les aide même, et s’il est le meilleur soigneur, dresseur, c’est parce qu’il aime les êtres vivants sans les juger ! En plus, il ne relève pas les insultes de ses collègues ! Non, sérieusement, Noor à l’air très gentil, sans être benêt et un personnage comme ça peut être très intéressant dans ton histoire…
 II.2
J’adore ce petit chapitre, il est très original. Ludificus à l’air d’intervenir très souvent dans la vie de ses « ouailles » Quel est son dessin ? Et puis cette gardienne presque condamnée à protéger le responsable de sa mort ! Très bonne idée !
II.3
WTF ? Callune se serait fait violer par une ombre chanteuse ? ou du moins presque on ne sait pas trop. Et puis c’est quoi cet ordre à suivre ?
Et son sauveur, est-il vraiment un gentil ? Il accuse un dimidius et ça n’y ressemblait pas… On apprend aussi que le caractère de Callune est toujours aussi triste avec les quelques mots de la fin…
II.4
Malvéace me plait beaucoup mais je pense que c’est aussi parce que certains traits de caractères me ressemblent…
J’aime beaucoup cette manière que tu as de nous montrer les conséquences du manque de magie sur Kea. Par contre, j’ai toujours du mal à comprendre pourquoi certaines personnes sont plus affectées que d’autres. Maxwell, je ne sais pas… Il a le nom d’une marque de café et comme je hais le café.. ^^ Trêve de plaisanteries, même sans le café, je ne le sens pas. Je ne pense pas que ce soit quelqu’un de foncièrement méchant mais ce n’est pas un homme de confiance non plus.. Par exemple l’histoire de la sœur malade qu’elle ne peut voir…
Et puis Ewoomi, ce ne serait pas l’étranger qui a vu Callune après son agression ?
Tadaa !!!! J’ai fini mes commentaires !
Pour conclure, en vision d’ensemble, je dirais que j’ai l’impression d’assembler un puzzle géant et c’est vraiment sympa ! La difficulté du puzzle, c’est de ne pas trop mettre de faux-indices et de relever sans trop le faire les vrais pour qu’on puisse raccorder facilement à la lecture et honnêtement, t’es plutôt pas mal à ce niveau-là ! En plus tu as une très belle histoire qui donne envie de s’enthousiasmer. Les deux grosses choses à noter seraient pour moi le personnage de Manue qui n’a pas d’existence utile à mon sens. Et les fins de chapitre évanouissement à répétitions, 4/12 ça fait beaucoup dans la première partie.
Voilà, autrement, tu as une très belle plume, ça se lit bien et j’ai toujours une vision nette de ce que je lis ce qui est très agréable. J’ai vu quelques coquilles que je n’ai pas notées, mais rien de bien grave, une simple relecture attentive les feront disparaître.
Voilà, j’aurais fait un roman pour commenter le tien ! ^^ Par contre, t’en fait ce que tu veux, ce n’est que mon avis, et il faut le prendre comme tel, non pas comme un jugement dernier ! ^^
Voili,voilou !
 
Loki
Flammy
Posté le 14/12/2016
Coucou Loki !
Alors, tout d'abord, désolée pour le temps de réaction. Ca fait un moment que j'avais lu ton commentaire (et que j'avais d'ailleurs beaucoup cogité dessus ^^") et il a été très utile, donc un très grand merci <3 Et j'insiste, vraiment un très gros merci <3 Et désolée pour mon temps de réaction digne d'un escargot ^^' Alors, pour te répondre de manière à peu près organisée : 
I.1 
En effet, la haine de Hawk envers Callune est grosse, mais justifiée de plusieurs raisons ^^ Normalement, c'est déjà un peu traité dans la partie I et ça le sera aussi dans la partie II. Mais ce n'est pas si "gratuit" que cela. Et si tu as ressenti de l'empathie pour Callune, je suis vraiment très heureuse ! Je me suis vraiment arraché les cheveux sur Callune, qui est typiquement le genre de perso qu'on aime pas en général, et si on arrive au moins à la comprendre, je m'estime extrêmement heureuse, j'ai enfin réussi ce point-là ^^ 
I.2 
Les chapitres avec Lise dépotent en effet beaucoup plus, Lise c'est un peu le contraire de Callune, les gens l'aiment d'ailleurs souvent mieux ^^ Manue n'existe en effet que parce qu'il lui rappelle inconsciemment quelqu'un d'autre (Max) et aussi pour faire le point qu'elle s'énerve facilement. Mais c'est vrai que ça fait un peu pièce rajouttée donc bon :/ Pas le passage essentiel quoi. Et oui, l'ex est le connard du siècle \\o/ Et tout ce que tu me dis sur les petites phrases pour le rythme, je suis contente que ça te plaise, parce que mine de rien, j'ai mis de temps à assumer que j'aimais bien écrire des passages comme ça ='D <br />Pour les contradictions sur qui aime qui dans la famille, pourmoi c'est pas forcément contradictoire, dans le sens où un gamin en crise d'ado aura tendance à s'engueuler avec sa famille, mais à s'inquiéter quand même en cas de crise. C'est comme ça que je le vois pour Lionel en fait, c'est de l'amour vache qu'on admet pas vraiment en temps normal (Lise l'admet pas en tout cas). Mais je vais peut-être revoir ça, surtout pour les parents qui sont eux par contre vraiment négligents x) <br />Et sache qu'à cause de toi, il y a beaucoup moins d'évanouissemens à la fin de mes chapitres :p 
I.3
Pour la scène du serpent, j'ai fini par modifié, parce qu'en effet, là elle ne servait pas à grand chose (vestige d'une ancienne version). Je l'ai gardée, mais du coup je m'en sers pour mettre en évidence quelque chose d'important dans le caractère/comportement de Callune, donc je me dis que là, normalement, c'est justifié ^^ Et oui, Callune a une volonté, c'est juste qu'elle a été bridée longtemps. Mais ça va changer. Peut-être. Si elle meurt pas avant :p 
I.4
Ba personnellement, je comprends rien, des gens se tappent dessus de manière ultra impressionnante, moi je fais pareil et je me casse très vite ='D C'est toujours un trucs qui m'énerve dans les histoire du genre, les filles qui croient tout sans se poser de questions ^^"<br />C'est drôle que le passage de la basilique plaise autant car je pensais le supprimer car il n'apportait pas grand chose en soit ='D Après, c'est pas forcément que je veuille prendre une position ou une autre sur la religion (le prêtre n'est pas parfait non plus), mais j'ai toujours toruvé que c'était un coin cool pour se planquer x)
I.5
Je comprends ton manque d'entousiasme ^^" Après les chapitres avec Lise où il se passe pleins de choses, c'est un peu la douche froide. Mais justement, j'aime bien l'idée du décalage et prendre le temps de poser les explications. Mais si ça fait trop "violent" ce calme, il faudrait peut-être que je trouve quelque chose.
I.6
En même temps, si Lise avait essayé de taper sur des gens, ça aurait pas marché non plus, faut pas exagérer :p Donc la fuite discrète, c'est encore la meilleure solution.  Après, tu m'as beaucoup fait réfléchir sur "trop de fuite" et du coup, j'ai changé l'explication de pourquoi elle s'en va. En gros là, elle sent que quelque chose l'appelle et essaie de le retrouver. En plus, ça permet d'introduire un autre mystère :p Comme quoi, tu m'auras beaucoup fait réfléchir ^^ Après, le personnage est, comme tu dis, beaucoup dans l'action, mais là ça faisait juste trop. 
I.7 
Alors, pour la Callune qui se transforme en Calia, ce n'est pas voulu, c'est juste son ancien nom ='D Donc va falloir que je corrige ça. Pour la scène très violente dans les rues, je ne connaissais pas du tout GoT quand je l'ai écrite donc non x) Mais pour l'avoir vu ensuite, oui, il y a de cela, même si ya "moins de chichis", dans le sens où c'est vraiment spontanné et non organisé/codifié. Et oui, grosse décadence des villes, des gens... Sans magie, ils sont perdus, c'est vraiment ce que je voulais marquer. Et c'est un évanouissement qui a disparu depuis ;) 
I.9
C'est enfin les chapitres où on commence à s'intéresser à Noelia, bien discrète à côté de Callune et de Hawk ^^ Mais oui, Hawk tient beaucoup à Noelia, c'est clairement la personne la plus importante dans sa vie. C'est juste qu'il est pas très... démonstratif ='D Contente que ce chapitre te plaise en tout cas ^^ 
I.10
Alors, c'est drôle que tu me demandes si le ménestrel c'est le dieu, vu qu'il n'y a pas de lien là ='D Alors non, ce n'est pas le dieu, mais Ernest et le dieu ont bien un lien, développé un peu plus tard ;) (Et avec la réécriture, le ménestrel montre une importance un peu plus... importante, vive mon vocabulaire). Oui, Lise a de la chance. Mais pas que ;) 
I.11
La boussole, c'est juste vraiment une magie pour indiquer la sortie, c'est pas relié aux éléments ou autre. La magie des dimidius et justement non élémentaire ^^ Et oui, la solitude (et la consanguinité) a totalement rendu les lutins fous x) Mais tout va bien sinon, ya pas d esoucis :p Pour Ondine qui possède Noélia, c'est tout à fait ça ^^ Après, je n'ai pas lu Percy Jackson, donc je ne peux pas t'en dire plus ^^" Et oui, ya bien une raison au fait qu'Ondine n'aime pas Hawk, après faut voir laquelle :p <br />La référence à Posédion a une justification, mais c'est peut-être trop tordu/subtile pour que ça ne paraisse pas totalement WTF en fait ^^" Donc je vais voir quoi en faire. Et oui, Noelia n'est pas parfaite, et j'ai même pas honte d'insister dessus :p J'aime pas les persos parfaits. 
I.12
Pour le cheval, je ne pense pas être particulièrement peureuse non plus, mais ça m'a impressionné la première fois ^^" Et puis, Lise n'aime pas les animaux, ça n'aide pas. Et tu as bien raison d'aimer Rudy, il est trognon ce petit <3 <br />C'est EXACTEMENT ça pour Eishik. J'adore comment tu décris mieux que moi mes personnages x) <br />C'est bête, mais je suis contente que la fin de partie t'attriste, c'est qu'elle a bien fonctionné <3 (C'est beau le sadisme de l'auteur !). 
II.1
Oui, Noor et gentil mais pas con <3 Il est trop mimi ce petit. Contente qu'il te plaise ^^
II.2 
Pour comprendre Ludificus, bon courage ;) Mais on en apprend plus dans la partie 2 ^^ 
II.3 
xD
Ce passage a visiblement besoin d'éclaircissement. Elle ne se fait pas violer, c'est une magie d'envoutement pour l'enlever plus facilement. Je vais devoir revoir un peu ça je pense ='D Et pour le coup, une magie d'envoutement, c'est forcément un dimidius, donc le sauveur ne ment pas ;) 
II.4 
Sur pourquoi la perte de magie en affecte plus que d'autre, c'est lié de base à leur capacité magique. Ceux qui pouvaient que crééer des tremblement de terre, globalement ils avaient l'habitude de très peu l'utiliser, donc ça les choque pas trop. Mais les Dryadiens pouvaient tout faire avec de la magie, et donc faisaient tout avec (surtout qu'ils sont faibles physiquement donc ils en avaient besoin pour vivre normalement). Donc la perte de magie change drastiquement leurs conditions de vie et ils ne le vivent pas forcément bien. <br />Et oui, je ne peux que confirme que l'histoire de la soeur malade est louche :p Et Ewoomi est effectivement l'étranger qui avait sauvé Callune, bon coup d'oeil ! 
 
Pour ton impression de puzzle, c'est exactement ce que je voulais faire ^^ Des pièces un peu partout, à la limite, c'est pas grave si on voit pas tout, mais au fil de l'histoire on assemble le tout.  Pour les points qui vont pas, il y a moins d'évanouissment, et Manu, c'est encore en réflexion mais il n'est pas sauvé pour autant ;) 
En tout cas, un gros merci pour ton commentaire ! Il m'a vraiment fait réfléchir sur pas mal de points et ça m'a bien permi d'avancer, donc vraiment, un énorme merci d'avoir pris le temps de me commenter ! 
Gros bisous et pleins de câlins ! 
Flammy
Tamtam
Posté le 21/11/2016
Hello,
 
Beaucoup plus tard que prévu, voici mon humble commentaire. Il y a un peu de tout, mais j’espère que ça t’aide. Bien entendu, ce n’est qu’un avis, et tu en fais ce que tu veux.
 
D’abord, ce que j’en ai pensé.
J’ai vraiment beaucoup aimé ce chapitre, parce qu’il nous permet de découvrir un peu plus la culture des Atlantes: les différents clans, un point de vue un peu moins détaché que celui de Callune. Et puis il me paraît plus long que les deux/trois précédents. Plus construit peut-être? Enfin bref, je l'ai vraiment bien aimé :D
Il soulève aussi plein de questions qui donnent envie de lire la suite pour avoir des réponses ^^ Qui est ce Maxwell ? Qui est sa sœur ? Qui est Ewoomi ? Et j’en passe…
 
Et ci-dessous, quelques petites choses que j’ai relevées dans ton texte :
 
Mal à l’aise, elle fendit la foule, ignorant ceux qui l'entourait. <-- l’entouraient
 
[…]pour réaliser toutes les tâches du quotidien et la moindre corvée prenait des proportions d’épreuves divines <-- je mettrais un « désormais » avant « la moindre corvée prenait etc » pour marquer l’opposition entre les idées.
 
L’endroit idéal d’Antlantis pour perfectionner ses pouvoirs. <-- je trouve que ça sonne bizarre. Je mettrais plutôt « l’endroit idéal pour…» ou « le meilleur endroit d’Atlantis pour…».
 
Beaucoup voyaient Maxwell d’un mauvais oeil à cause de sa tendance à courir un peu trop le jupon. <-- Pareil, cette phrase me fait bizarre. Je ne sais pas si on peut voir quelqu’un d’un mauvais œil ? Une relation oui, une situation aussi.
 
Elle le conduit jusqu’à un banc, isolé derrière un buisson, dégageant une forte odeur de fleur d’oranger. <-- le reste du passage étant au passé, j’aurais mis « conduisit »
 
Leur relation était partie de là. <-- ça fait très oral, non ? Peut-être que tu pourrais dire que c’est comme ça/ ainsi/là que leur relation avait commencé ?
 
C’est une petite fille pourrie gâtée qui n'aime que son nombril et à sa position. <-- un « à » de trop je pense
 
Moi ? Pourquoi me donner de si mauvaises attentions ? <-- intentions, non ? Comme prêter de mauvaises intentions à quelqu’un ?
 
Et voilà, c’est tout pour ce soir.
Flammy
Posté le 21/11/2016
Coucou Tam tam ! Tout d'abord, désolée pour le retard de réponse, c'est pas cool de ma part ><"
Et ensuite, merci beaucoup pour ta lecture et ton long commentaire ! L'interlude avec Malvéace est en effet plus long, vu qu'il est là pour poser l'ambiance et donner un autre point de vue, tu as parfaitement cerné le bébé ;) Et en effet, pas mal de questions, je suis contente que ça te titille parce que les lecteurs relèvent pas toujours ^^ 
Et merci pour le relevé de trucs qui vont pas, c'est fou comment je peux ne rien voir quand je relis ='D Ca va faire du bien de faire un brin de relecture <3 
Merci beaucoup pour tout ça ! <3 
 
 
Vous lisez