II.3 Callune

Par Flammy

Réminiscence de Callune

 

Atlantide - Trois ans plus tôt…

 

~0~

 

Les battements de son cœur devinrent douloureux.

 

Détachée de son environnement comme à son habitude, Callune n’avait remarqué l’absence de ses gardes protecteurs que trop tard, lorsque l’air avait commencé à s’épaissir autour d’elle. Rapidement, elle ne réussit plus à bouger, complètement figée. Une étrange mélopée parvenait jusqu’à ses oreilles. Elle n’en comprenait pas les paroles, mais elle se sentait apaisée, calme. Elle ne voulait pas que la douce mélodie s’arrête. Tous ses muscles se détendirent.

 

Une silhouette apparut au bout du couloir du palais dryadien. Malgré sa vue devenue trouble, elle distingua la démarche souple et féline de la personne qui s'avançait. Alors qu’elle approchait, une intuition naquit mollement dans l’esprit de Callune, qui se mua en certitude. Elle ne l’avait jamais rencontré, il ne devait même pas s’agir d’un habitant de Lyanie. Ses vêtements ne correspondaient pas, pas plus que sa carrure. Trop musclé, trop physiquement en forme. Et puis, quelle étrange manie de ne porter qu’un seul gant… Elle devait s’inquiéter, tenter de fuir. La chanson s’intensifia et ses doutes s’évanouirent. C’était lui qui chantait, tout en évoluant gracieusement. L’enchantait. Elle devait se méfier, mais les mélodieuses notes l’incitaient à se laisser aller, à se détendre.

 

L’inconnu se rapprocha d’elle, jusqu’à la frôler. Il pencha la tête vers elle, qu’elle puisse toujours entendre sa mélopée. Sans s’arrêter, il posa doucement une main sur son ventre et passa dans son dos, se colla contre elle. Délicatement, il écarta ses cheveux et ses lèvres effleurèrent son oreille. Plus que jamais, Callune avait l’impression que tout un choeur chantait pour elle. Sa vue s’obscurcit tellement qu’elle ferma les yeux sans noter de différence. La seconde suivante, elle sentit son corps lâcher prise et ses jambes céder sous son poids. Elle sombra dans l’inconscience.

 

~0~

 

Un déclic s’effectua en elle. Elle sentit quelque chose marquer son âme de manière indélébile. Une instruction, un ordre auquel elle devrait obéir. Un voile opaque tomba sur sa mémoire. Elle ne devait pas se souvenir pour l'instant.

 

Plus tard, le moment venu.

 

Pour la libération.

 

~0~

 

Callune chuta au sol. Complètement hébétée, elle mit plusieurs minutes avant de reprendre contact avec la réalité. Elle entendait des bruits autour d’elle, ses yeux distinguaient des ombres en mouvement, mais tout restait flou et lointain, comme si cela ne la concernait pas vraiment. Son cerveau peinait à fonctionner correctement. Il ne s’agissait pas d’un rêve dont il était difficile de s’extirper, elle avait l’impression qu’on l’avait droguée. Elle ressentait une sorte de manque qui lui tordait l’estomac. La mélopée, elle voulait l’écouter encore. L’inconnu, elle devait le suivre ! Affolée, elle tenta de se remettre sur pieds malgré la mollesse de ses jambes. En s’appuyant sur le sol, elle s’entailla profondément la paume et la douleur lui tira un petit cri.

 

La brume se dissipa autour d’elle.

 

Elle regarda ce qui l’entourait d’un œil neuf. Les couleurs paraissaient plus vives, les détails plus vivants. Les sons parvenaient de nouveau jusqu’à ses oreilles. Des hurlements provenaient des jardins royaux. Callune leva les yeux vers l’une des grandes fenêtres qui émaillaient le promenoir. La vitre était brisée. Quelqu’un avait fui par là. Le chanteur d’un peu plus tôt probablement. Mais pourquoi ?

 

— Vous vous êtes blessée, vous sentez-vous défaillir ?

 

Callune remarqua enfin la présence d’une autre personne dans le couloir. Avant qu’elle ne puisse réagir, l’homme lui saisit délicatement le bras et la remit sur pieds, fermement mais avec beaucoup de douceur. Il s’écarta ensuite pour la laisser respirer, tout en restant suffisamment proche pour la rattraper en cas de chute. Il s’agissait d’un jeune homme à peine plus vieux qu’elle. Son visage rond portait les traits typiques des Izanamiens, avec leurs yeux bridés en amande. Ses courts cheveux noirs, très brillants, tranchaient avec la pâleur excessive de sa peau. Il affichait une expression très amicale et attentionnée, rehaussée par des iris bleus pétillants et un sourire chaleureux.

 

Sans lui laisser le temps de répondre, il attrapa sa main ensanglantée et l’examina, avec suffisamment de douceur pour ne pas lui faire mal. Au bout de quelques instants, il sortit de ses vêtements un mouchoir en soie qu’il déchira sans aucune considération pour la valeur de l’ouvrage. Il s’en servit pour bander la plaie.

 

— C'est un peu rapide comme soin, mais je ne peux guère vous proposer mieux, veuillez bien m'en excuser. J'espère que ce rustre ne vous a pas fait de mal ! Heureusement que je suis passé par là, sinon une belle jeune fille aurait disparu avant que je puisse la rencontrer. Un enlèvement après notre rencontre aurait été tout aussi ennuyeux me direz-vous, et sûrement même plus ! Mais pardonnez-moi ! Je parle, je discute, je badine et j'en oublie les bonnes manières ! Je devrais avoir honte. Je m'appelle Ewoomi, je viens d'arriver à Lyanie pour achever mes études. Je suis originaire des royaumes Izanamiens. Et vous gent demoiselle ?

 

Callune resta un instant interdite, surprise par le comportement de son sauveur, à la fois si maniéré et si naturel. Elle avait l’habitude des règles de bienséance et de tous les codes à suivre en tant que membre de la famille royale. Mais elle n’avait jamais rencontré quelqu’un qui les utilisait comme s’il s’agissait d’une seconde nature. Il portait une tenue de voyage, bien coupée qui mettait en valeur son corps fin et ses épaules étroites. De dos, sa silhouette devait ressembler à celle d’une femme. Elle n’aurait jamais cru que quelqu’un vêtu aussi simplement, comme n’importe quel soldat en mission, aurait pu s’exprimer de manière si recherchée. Toujours décontenancée, elle prit quand même sur elle pour répondre le plus poliment possible. Elle ne saisissait pas tous les tenants et les aboutissants des derniers événements. Elle en apprendrait peut-être plus au fil de la conversation.

 

— Je vous remercie d'être venu à mon secours, je vous suis redevable, dit-elle en accompagnant les formules d'usage d’une révérence. Je me nomme Callune...

— Ha ! Vous êtes la princesse dryadienne, n'est-ce pas ? Ce n'était pas seulement pour votre beauté que cette brute en avait après vous !

 

Callune cligna des yeux, surprise. Il s’agissait de la première fois depuis des années qu’on lui coupait si crûment la parole. D’habitude, on persiflait dans son dos jusqu’à ce qu’elle n’ose plus s’exprimer. Cette spontanéité avait quelque chose de rafraîchissant qui lui tira un sourire, bien plus que tous les faux compliments qu’on lui servait habituellement.

 

— Encore une fois, je vous remercie chaudement pour votre assistance, mais…

 

Callune hésita un instant. Montrer son ignorance devant un étranger irait à l’encontre de tout ce que ses tuteurs avaient tenté de lui inculquer. Mais sa curiosité la poussait à poser des questions. Pour une fois, elle oublierait les règles de bienséance.

 

— Il ne me reste qu'un souvenir confus de l’incident. Accepteriez-vous de me renseigner ?

— Naturellement altesse, je suis votre humble serviteur.

 

Ewoomi s’inclina délicatement pour accompagner ses paroles. Il lui répondit ensuite, toujours souriant.

 

— D’après ce que j’ai pu constater — les Esprits me gardent de me tromper !—, il s’agissait d’un dimidius. Il paraissait vous envoûter probablement pour vous enlever. Il n’a pas usé de magie élémentaire quand je suis intervenu.

 

Callune hocha la tête, distraite. Elle n’aurait pas su expliquer pourquoi, mais il lui semblait qu’il y avait autre chose. Que son agresseur avait tenté autre chose. Elle sentit son cerveau commencer à s’échauffer, à sauter d’une idée à l’autre pour essayer d’analyser son ressenti. Elle se crispa et se força à penser à autre chose. Elle devait se tromper, voilà tout. Ewoomi parut remarquer son trouble, son sourire et son regard pétillant se firent inquiets.

 

— Souhaiteriez-vous que j’aille quérir de l’aide ?

— N-Non, ne vous dérangez pas, je me porte parfaitement bien.

 

Callune ne voulait pas alerter la garde ou sa famille. Elle s’attirerait des ennuis et des commérages pour n’avoir pas su se défendre seule et d’avoir dépendu du soutien d’un étranger. Elle préférait repousser au plus tard les reproches. Avec de la chance, cette affaire ne s’ébruiterait peut-être même pas. Un instant de silence plana dans le couloir. Après un dernier sourire, Ewoomi se fendit d’une révérence, aussi cérémonieuse qu’élégante. Il semblait avoir compris que sa présence n’était pas désirée plus longtemps.

 

— Je ne vous importunerai pas plus, majesté.

 

Sans marquer la moindre hésitation, il se redressa et tourna les talons. Il s’éloigna d’une démarche pleine d’énergie. Callune sentit son cœur se serrer. Elle aurait aimé pouvoir afficher la même assurance tranquille que lui. Les personnes qui s’inquiétaient réellement de son sort se faisaient de plus en plus rares. Mais il fallait mieux le repousser maintenant. Avant de tisser des liens et de souffrir à cause d’eux.

 

Le visage fermé, elle se détourna et reprit sa marche. Rester isolée, détachée de tout. C’était le seul moyen de se préserver, de ne pas finir blessée.

 

Se désintéresser de tout pour s’immuniser.

 

L’unique solution pour ne pas sombrer dans le désespoir.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Jibdvx
Posté le 14/11/2019
Un petit saut dans le passé de Callune, intéressant. Et quelque chose me dit que ce Ewoomi (joli nom d'ailleurs, c'est chantant et original, ça lui va bien) est plus important qu'il n'y parait.
Flammy
Posté le 03/12/2019
Coucou !

Merci beaucoup pour ton commentaire et ta lecture =D Pour Ewoomi, faut voir, peut-être qu'on le reverra, peut-être pas ^^

Pluchouille zoubouille !
Isapass
Posté le 03/05/2018
Ah, ça j’arrive à le rattacher à l’histoire : si je ne me trompe pas, c’est la première tentative de kidnapping de Hawk ?
Pas grand-chose à dire : c’est bien raconté, Ewoomi est intrigant. Et c’est bien dans le même style que les autres réminiscences.
Tu as vu, c’est la première fois que je ne te fais pas une énorme tartine ! (As-tu remarqué que je suis un chouillat bavarde ? 😉 )
Détails :
« C’était lui qui chantait, tout en évoluant gracieusement. L’enchantait. » : j’aime beaucoup !
« Il pencha la tête vers elle, qu’elle puisse toujours entendre sa mélopée. » : POUR qu’elle puisse
Flammy
Posté le 21/10/2019
Oucouc bis !

Oui, c'est exactement ça, la première tentative de Hawk ! Et je suis contente de l'effet rendu ^^

Et toi, bavarde ? Absolument pas ! Je n'avais pas remarqué ^^

En tout cas, un énorme merci pour tous tes retours sur CE, ça m'a permis de mieux cerner pas mal de choses, et ça a vraiment été utile, même si j'ai mis du temps à te répondre x) Je mets juste du temps à digérer :p

Un grand merci pour tout !

Pluchouille zoubouille !
Rimeko
Posté le 14/12/2016
J'ai enchaîné !
 
Coquillettes :
" La chanson s’intensifia et ses doutes s’évanouir (s'évanouirent). "
" Avec de la chance, cette affaire de (ne) s’ébruiterait peut-être même pas"
 
Hé bien, tu n'es décidément pas tendre avec la pauvre Callune. J'ai comme l'impression qu'elle a toujours eu une vie pourrie, parce qu'on ne la dirait vraiment pas heureuse chez elle, avant le problème avec la magie.
Je me demande bien si son "agresseur" est vraiment un dimidius, et surtout ce qu'il lui voulait. Elle n'a pas l'air d'avoir de pouvoirs, sa famille s'en fiche un peu d'elle... alors pourquoi ? Tu m'intrigues là ^^
Et je sais pas pourquoi, mais ce Ewoomi, je le sens pas. On va le revoir ?
Flammy
Posté le 14/12/2016
Encore une fois, merci pour les fautes ! <3
Eh ! Je proteste ! C'est pas moi qui maltraite Callune ! C'est la vie. Et les autres. C'est jamais l'auteur le responsable voyons :p Et oui, elle a toujours eu une vie pourrie et n'a jamais été vraiment heureuse depuis un truc comme ses 5 ans. 
Ah ba normalement, tu pourrais deviner de qu'il s'agit :p Qui pourrait bien avoir comme idée d'enlever la princesse pour demander un truc en échange ? :p 
Pour ewoomi, je te laissera juge après <3 Mais oui, on va le revoir, c'est prévu ! 
Merci beaucoup pour ton commentaire <3 
Vous lisez