II.2 La Gardienne

Par Flammy

Réminiscence de la Gardienne

 

Kaea - Quelques jours plus tôt…

 

~0~

 

Elle souffrait. Beaucoup. Trop. Beaucoup trop.

 

Elle se traînait lentement dans la forêt, malgré ses blessures, malgré le sang qu'elle laissait derrière elle. Elle ne croyait plus en ses chances de survie. Elle voulait juste s’éloigner des lieux de son calvaire. Elle ne pensait plus croiser un improbable sauveur qui la soignerait, la remettrait sur pieds. Non, elle allait mourir, bientôt, dans ce bois sordide, loin de tous ceux qu'elle aimait. Elle avait longtemps imaginé que ce sentiment était réciproque, qu'on l'appréciait, qu'on s'était attaché à elle. Mais elle s'était trompée. Ils l'avaient abandonnée au pire moment, ils l'avaient délaissée. Maintenant, elle gisait, agonisante. Seule, encore une fois seule, désespérément seule, avec sa tristesse. Terrifiée.

 

Tout ce qu'elle voulait, c'était s'éloigner du lieu de sa déchéance. Non content de l'avoir suffisamment fait souffrir pour la condamner, les brigands que la fatalité avait placés sur son chemin l’avaient violée. Elle hésitait sur ce qu'elle détestait le plus.

 

Mourir, elle n'aspirait plus qu'à ça. La seule chose qui la terrorisait était l'après. Ne pas savoir s'il y avait quelque chose après la mort. Mais sa vie la dégoûtait. Pas après ça, pas après avoir absolument tout perdu, ses illusions, son innocence. Pas avec cette tristesse omniprésente. Elle souhaitait juste tout recommencer depuis le début, obtenir une nouvelle chance, malgré l’inconnu qui l’effrayait. Ses envies, contradictoires, terminaient de la désorienter et de faire gonfler la panique en elle. Plus la mort se rapprochait et plus elle tentait de la fuir, sans pour autant vouloir poursuivre son existence.

 

— Je viens te proposer un marché.

 

Elle redressa la tête. La douleur s'était estompée, sa vision était redevenue plus nette. Accroupi devant elle, un être tout en finesse, habillé d'une robe à corset serré et à jupe bouffante, avait posé un chapeau haut de forme sur ses cheveux.  Les traits harmonieux de son visage la captivaient. Elle l’avait déjà croisé à plusieurs reprises, mais elle ne lui avait jamais vu un air si sérieux. Le personnage haut en couleur désigna le couvre-chef d'un signe de tête.

 

— Tant que tu le gardes, tu ne mourras pas et il éloignera la souffrance. Mais ne rêve pas, ce n'est pas ça que je te propose.

 

Ludificus. Le dieu de Kaea. Que faisait-il là ?

 

— Tu vas y passer, ça, c'est une certitude. Tu as dépassé le stade où on pouvait encore faire quelque chose pour toi. Mais je viens te soumettre un marché aussi vieux que moi. Poursuis ta vie quelques années, en tant que Gardienne. Tu devras protéger à tout prix une personne, que cela soit en tuant, en modifiant le futur, en trompant ton client ou quelqu'un d'autre, en manigançant… Bref, tous les moyens seront bons. Et je te les fournirais. En échange, si tu y parviens, ou que tu meurs de manière que je juge satisfaisante, tu auras le droit de te réincarner. Où tu veux, dans la situation que tu veux, tu pourras tout choisir, même le nom de tes parents en formant le couple le plus improbable que tu souhaites.

 

Ludificus appuyait ses paroles en agitant son index devant son visage. Elle se contentait de le suivre des yeux, pratiquement plus obnubilée par le doigt que par les mots.

 

— Il n'y a que deux règles à respecter. Jamais ton protégé ne doit découvrir ton ancienne identité. Ta vie s'arrête de toute façon maintenant, un Gardien n'a pas de passé. Et je ne te cacherais rien, ce pacte nous liera de manière très intime. A tel point que tu pourrais utiliser via notre connexion mes forces et devenir mon égal. Mais ne t'illusionne pas trop. Cela ne sera que temporaire, et si tu as recours à cet extrême, tu peux dire au revoir à la réincarnation, ou même à toute autre forme de mort. C'est l'errance éternelle qui t'attendra.

 

Un regard presque compatissant tomba sur elle. Elle cligna des yeux. L'instant fugitif avait disparu et elle n'eut aucun mal à se convaincre qu'elle avait rêvé. Ludificus ne s'intéressait jamais réellement à ses ouailles.

 

— Il te reste une dernière information à connaître avant de prendre ta décision. Le nom de ton client. Neruda, l’intendant de mon Sanctuaire.

 

Elle accusa le choc. Alors que la réponse semblait si évidente quelques secondes auparavant, elle ne savait plus que faire. Protéger Néruda ? C'était un excellent gestionnaire, mais du côté humain, les personnes avec qui il entretenait des relations plus ou moins amicales se comptaient sur les doigts d'une main. Et parce qu'elle n'en faisait pas partie, elle agonisait maintenant aux pieds de Ludificus.

 

Sa réflexion dura longtemps. Très longtemps.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Hinata
Posté le 13/11/2019
J'adore ces réminiscences * - * C'est tellement exaltant, on sent que ça annonce des trucs super compliqués, emmêlés, des histoires de réincarnation, d'alliances, de dieux et tout, whaaaaa !! XD

J'adore Ludificus et je suis super curieuse de revoir la Gardienne !!
Flammy
Posté le 13/11/2019
Voui \o/ Les réminiscences, c'est la vie !

Et ouais, c'est un peu le bordel, mais bon, si c'est pas le bordel, c'est pas drôle <3 Et on reverra ces deux zigotos dans la deuxième partie ;) Pas de souci !

Merci beaucoup pour ta lecture et tes commentaires =D

Pluchouille zoubouille !
Jibdvx
Posté le 09/11/2019
Tien donc ! Néruda...du tchèque ou du poète espagnol ? J'aime beaucoup ce nom...qui cela peut-il être ? Ah moins que... Oh. Ou alors ? Tant de questions ! J'adore vraiment, plus on avance et plus le tout s’agence sans jamais en toile de fond. Tu as vraiment bossé dur sur ton histoires et son univers et ça paye :) Et vraiment Ludificus me plait beaucoup alors qu'il apparaît seulement maintenant en personne.
Flammy
Posté le 12/11/2019
Coucou !

Alors, pour le coup, l'inspiration vient du poète espagnol, même s'il n'y a aucun autre lien que le fait que j'aimais bien le nom ^^

Cool si tu te poses des questions, c'est le but =D Et c'est super aussi si le travail paie, je me rend vraiment compte que j'arrive sur la version finale et ça fait plaisir <3 Vraiment merci beaucoup pour tes retours qui me rassurent =D J'espère que la suite te plaira aussi ^^

Pluchouille zoubouille !
Isapass
Posté le 02/05/2018
Commentaire :
Ah oui, là je retrouve bien le ton de tes premières réminiscences ! Troublante, cette rencontre ! Même si on ne connait pas le personnage féminin, et très peu Ludificus (mais j’avais déjà compris qu’il ne devait pas être un dieu très sympa.
Il n’y a que le chapeau qui fait un peu drôle, un peu déplacé (dans le monde que j’imagine, du moins.
Détails :
-       « Tout ce qu'elle voulait, c'était s'éloigner du lieu de sa déchéance. Non content de l'avoir suffisamment fait souffrir pour la condamner, les brigands que la fatalité avait placés sur son chemin l’avaient violée. Elle hésitait sur ce qu'elle détestait le plus. » : attention, dans cette phrase, on dirait que ce sont les brigands qui l’ont condamnée. C’est ce qu’il faut comprendre ?
« La seule chose qui la terrorisée était l'après. » : qui la terrorisAIT
Flammy
Posté le 21/10/2019
En effet, c'est plus classique là ^^ Et puis, quelqu'un est en train de mourir, donc bon, ça me correspond plus :p

Le chapeau est très caractéristique de Ludificus, un dieu qui est un peu... particulier. Dur de t'en dire plus sans spoiler par contre ='D Mais on en sait plus dans la deuxième partie.

Pour les brigands, pour moi, ils l'ont condamné dans le sens où c'est de leur faute si elle va mourir.
Rimeko
Posté le 14/12/2016
Coucou Flammy !
J'ai pensé qu'il était enfin temps de rattraper mon retard ^^
J'ai lu d'un coup ce chapitre-là et le précédent, mais comme j'ai pas grand-chose à dire sur ce dernier (à part que ces dragons me donnent envie d'en savoir plus sur eux :D), j'ai pas voulu laisser un commentaire...
 
Coquillettes (pour celui-ci, la rémisniscence de la Gardienne):
" Non content(s) de l'avoir suffisamment fait souffrir pour la condamner"
" La seule chose qui la terrorisée (terrorisait) était l'après"
" Mais ne rêve pas, ce n'est pas ça que je te proposer (propose)."
" Alors que la réponse semblait) si évidente quelques secondes auparavant, elle ne savait plus que faire."
 
Je trouve qu'on s'attache bien à cette femme en quelques lignes, sans même savoir pourquoi elle se retrouve là, à mourir toute seule. j'imagine que ça doit juste être une situation qui suscite l'empathie quelle que soit le contexte...
Et en plus, on revoit ce fameux dieu Ludificus, qui lui propose un bien étrange marché. J'ai l'impression qu'elle accepte mais en fait ce n'est même pas explicitement dit.
Quoi qu'il en soit, je suis bien curieuse d'en apprendre plus sur ces gens et leur lien avec l'intrigue principale ! En plus, on en découvre un peu plus sur ton monde, c'est super <3
Flammy
Posté le 14/12/2016
Coucou Riri !
Vu les retards et les délais que j'ai à chaque fois, je pense que toi, tu es en avance en fait :p 
Merci beaucoup pour le relevé de coquillettes ! Tu as vraiment l'oeil pour ça ^^ Plus que moi ^^' 
Je suis contente si tu arrives à ressentir de l'empathie, malgré le fait que ça soit court, j'avais peur que ça ne marche pas trop ^^' Mais oui, je pense que ce genre de situation... Cela ne laisse personne indifférent. Et pour si elle l'accepte ou non, cela sera dévoilé dans la suite ^^ 
Contente que l'univers et les personnages te plaisent <3 Un gros merci pour tes lectures et tes commentaires <3 
Vous lisez