I.7 La Barrière de la langue

Par Flammy
Notes de l’auteur : Pour ceux qui voudraient lire "Au nom de la Sorcellerie", je déconseille fortement la note de Max de ce chapitre. C'est fort spoilant et pas essentiel pour CE maintenant ^^

Chapitre 7 : La Barrière de la langue

 

~919 jours avant le cataclysme

 

~0~

 

Le royaume de Flamiella était le royaume maudit de Consort. Situé entre Vianum et Eoiel, ce royaume était protégé par une malédiction depuis le jour où la reine Mana est montée sur le trône à la place de son frère. Cette malédiction touchait tous les étrangers qui pénétraient dans le royaume, les poussant dans la folie ou la mort. Flamiella a donc connu plusieurs siècles de prospérité et de paix, totalement isolé et coupant aussi le continent en deux. Cela a continué jusqu’il y a une vingtaine d’années, lorsque le prince génocidaire de Mandchou, Martel, a provoqué la chute de la reine Dimélia et de son royaume.

Notes de Max.

 

~0~

 

Lise hésitait.

 

Elle était fin prête, à quelques heures de la tombée de la nuit. Il ne s’agissait pas du meilleur moment pour partir en vadrouille au milieu de nulle part. Mais à s’attarder trop longtemps, elle risquait de perdre de vue l’homme en rouge et or. Il n’avait absolument pas bougé depuis tout à l’heure, mais il finirait par s'en aller. Elle ne le connaissait pas, mais déboussolée comme elle l’était, elle avait l’impression qu’il représentait son seul repère.

 

Elle avait senti quelque chose l’appeler. Si elle n’avait pas rêvé. Est-ce qu’elle devait faire confiance à son instinct ou à sa raison ?

 

Lise se mordit les lèvres. Le village paraissait désert. Soit elle saisissait sa chance maintenant d’aller le voir, soit elle pariait sur un avenir totalement incertain. Sans tergiverser plus, elle réunit ses affaires dans son sac. Silencieusement, elle lutta pour entrouvrir une fenêtre et s'inclina à l’extérieur pour vérifier les alentours. Elle ne voulait pas passer par l’intérieur : le risque de croiser quelqu’un était trop grand. Elle préférait se montrer trop prudente que pas assez.

 

Lise retint un juron de justesse.

 

Dans son angle mort, un homme était assis sur un banc. La tête penchée en avant, il paraissait assoupi, probablement après avoir trop picolé. Avec un peu de chance, c’était vraiment le cas. Elle décida de miser dessus, ne sachant pas si une meilleure occasion se présenterait de sitôt. Il lui suffisait de ruser un peu. Elle laissa tomber son sac dans la rue pour tester la réaction de l’inconnu. Il ne frémit même pas. Parfait. Lise inspira profondément tout en louchant sur le vide qui la séparait du sol. Un étage, il ne s’agissait pas de grand-chose. Ses réflexes de gymnaste se réveillèrent et elle sauta avec souplesse, sans un bruit. Rien ne bougea dans le hameau. Lise récupéra ses affaires et se dirigea négligemment vers la rivière et l’homme en rouge et or. Elle devrait passer devant le soûlard mais tout irait bien. Il paraissait trop ivre pour s’occuper d’elle. Malgré son assurance, Lise se crispa légèrement en le dépassant avant de se détendre rapidement. Il lui suffisait maintenant de…

 

Lise poussa un petit cri de douleur et s’arrêta net. Elle porta les mains à ses cheveux tout en se retournant. L’inconnu avait attrapé l’extrémité de sa longue tresse. Quelques mèches d’un noir brillant s’en échappaient, n’ayant pas apprécié le traitement. L’homme ne la regardait pas, toujours figé dans la même position. Seule sa main avait bougé, comme mue par une volonté propre.

 

— Eh ! s’exclama-t-elle. On ne vous a jamais expliqué qu’on ne jouait pas avec les cheveux des autres ?

 

Sans tenir compte du côté saugrenu de la situation, Lise tira sur sa tresse sans réussir à la dégager. Les lèvres de l’empêcheur de tourner en rond tremblèrent un instant avant d’esquisser un très léger sourire. La Colère de Lise explosa.

 

— Et en plus, ça vous fait rire ?!

— En effet. Certaines choses ne changent jamais.

 

La voix de l’homme, grave, résonnait dans le silence du soir de manière rassurante. Lise n’aurait pas su dire pourquoi mais elle se sentait apaisée. L’inconnu se leva en tenant toujours l’extrémité de sa tresse. Il la dépassait, mais pas de beaucoup, vêtu d’une sorte d’armure légère en cuir, avec quelques pièces de métal. Encore un illuminé comme Rudy ? Quelques mèches grises clairsemaient ses cheveux noirs, unique preuve de son âge. Sans cela, Lise lui aurait donné la trentaine alors qu’il devait approcher les cinquante ans. Lorsqu’elle croisa son regard vert sombre, bordé de petites rides, elle oublia définitivement l’homme en rouge et or. L’espace d’un instant, elle visualisa sa tante, Mérédith. La seule personne de sa famille qui l’aimait réellement. Sa gorge se noua. Cet homme, comme elle, manifestait parfaitement son affection d'un seul coup d’œil.

 

Peut-être… qu’elle pouvait lui faire confiance. Elle avait peut-être enfin trouvé un vrai repère à quoi se raccrocher.

 

L’impression disparut rapidement. Elle se crispa tandis que son visage se fermait. D’un coup sec, elle essaya de récupérer ses cheveux. Sans succès. La Colère enfla d’un coup. Les paroles qui ne signifiaient rien, sa trop grande assurance et son comportement… Tout l’irritait.

 

— Mais qu’est-ce que vous me voulez putain ?!

— Si c’est toi qui insistes. Tu as bien fait de mettre une tenue décente, commenta-t-il avec un sourire en coin. Ça va nous éviter des ennuis.

 

Prestement, l’homme lâcha la tresse et passa son bras derrière les épaules de Lise. Il l’entraîna avec lui vers la porte de la bâtisse qu’elle venait de quitter. Elle n’eut pas le temps de réagir ou de pester qu’elle se retrouvait à l’intérieur, assise à une petite table en bois. Surprise, elle regarda autour d’elle. L’immense pièce ne déparerait pas dans un film du Seigneur des anneaux. Une taverne. La réplique parfaite d’une taverne, comme n’importe quel récit de fantasy pouvait en faire la description. Le comptoir dans le fond avec un aubergiste qui essuyait des verres, les tables de différentes tailles pour accueillir tout type de groupes, la porte qui laissait échapper des effluves alléchants… Tout paraissait… authentique. Sur le côté, un escalier en bois massif desservait l’étage. L’homme s’installa après avoir commandé des boissons.

 

— On est où en fait ? attaqua directement Lise.

— Le village de Graüdur, au nord-ouest de la plaine de Fyh, répondit-il, clair et concis. Dans l’est du continent de Consort.

 

Les noms n’évoquaient rien à Lise. Elle préféra ne pas s’y attarder et poser une nouvelle question. Elle devait en apprendre plus.

 

— Et vous êtes qui vous ?

— Je m’appelle Leihulm, mais appelle moi Lei. C’est moi qui t’ai retrouvée dans la plaine de Fyh et amenée ici. Tu es restée inconsciente plusieurs heures. Te sens-tu mieux Lise ? La déshydratation peut faire des dégâts.

 

L’aubergiste choisit cet instant pour déposer devant eux un broc d’eau et trois gobelets. Leihulm remplit un verre et le tendit à Lise en lui faisant signe de boire. Elle s’exécuta, contente de s’occuper les mains.

 

— Merci, souffla-t-elle.

— Prends ça aussi. Ne fais pas attention à l’odeur, tu aimes.

 

Déconcertée par les paroles, elle saisit le godet, rempli d’un liquide blanc et épais. Une sorte de lait caillé ou de yaourt. Les émanations, très fortes, lui retournèrent l’estomac. Devant sa grimace, Leihulm esquissa un demi-sourire qui irrita particulièrement Lise. On ne se moquait pas d’elle pour une telle broutille. La première gorgée avalée, toute son appréhension s’envola et elle vida le verre d’une seule traite. La mixture offrait un mélange de saveurs étranges mais sucrées qui lui plut énormément. Leihulm secoua la tête, amusé.

 

— C’est impressionnant comment tout se répète, soupira Lei dont le regard s’obscurcit brièvement.

 

Lise garda le silence sans trop savoir pourquoi. Il se comportait comme s’il la connaissait mais… ses épaules se crispèrent. Il l'avait appelée par son prénom. Comment avait-il pu ? Avait-il fouillé dans ses affaires ? Elle l’avait déjà croisé quelque part ? Les questions se bousculaient, toujours sans réponses. C’était trop.

 

— Si tu te lèves, je t’attache à ta chaise, l’arrêta Leihulm quand elle se redressa. Et je préfère insister, je n’aurais aucun scrupule à le faire. Je ne te demande que de m’écouter. Ensuite, tu pourras n'en faire qu'à ta tête, même si je te conseillerais d’attendre demain matin avant de partir. Je réglerai l’auberge.

— Mais vous êtes qui putain ? s’énerva de nouveau Lise. Qu’est-ce qu’il se passe ici, pourquoi vous faites semblant de m’aider ?

— Je ne fais pas semblant. Tu es en danger, j’essaie juste de te protéger.

— En danger ! Merci de me l’apprendre ! Vous pensez que je ne suis pas au courant ?!

 

Elle avait crié sans s’en rendre compte, s’attirant le regard mécontent du tavernier. Elle s’en fichait. Depuis l’attentat de la fac, tout s’enchaînait trop vite. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux mais elle les ravala.

 

— Pourquoi moi ? Qu’est-ce qu’ils ont contre moi ?

 

Leihulm resta impassible un long moment. Lorsqu’il rouvrit la bouche, il se frotta machinalement la nuque, tendu.

 

— C’est… compliqué, soupira-t-il. Je… Tu es la seule personne originaire de Terre capable de vivre ici. Certains ont cherché à comprendre d’où te venait cette capacité, et ils ont fait… des expériences sur toi, hésita-t-il, les doigts crispés sur son verre. Ce qu’ils ont fait était totalement illégal. La seule personne qui peut témoigner de ça, c’est toi. C’est pour cette raison qu’ils cherchent à te tuer. Pour supprimer les preuves.

 

Perplexe, Lise ne savait pas si elle devait s’énerver ou rire. Elle s’en rappellerait, non, d’avoir servi de cobayes à des scientifiques fous ?!

 

— Vous vous foutez de ma gueule ?! Je me souviens pas d’un truc pareil !

 

Une lueur étrange passa dans le regard de Leihulm. Il murmura, presque pour lui :

 

— C’est… rassurant qu’on puisse réellement oublier ce genre de choses…

 

Il parut un instant songeur, avant de se ressaisir et de continuer :

 

— Je comprends que ça soit difficile à croire pour toi, j’aurais dû commencer par le début. Tu as perdu la mémoire suite à un… regrettable incident. Mais nous avons jugé que cela serait mieux pour toi de ne plus te souvenir de… tout ça.

 

Leihulm mit quelques secondes à organiser ses pensées. Il se lança ensuite, plus sérieux que jamais.

 

— Il faut que tu saches que tu ne te trouves plus dans ton monde. Tu te situes dans un univers parallèle. Il existe de nombreux mondes parallèles, comme la Terre ou Atlantide. Ici, il s’agit de Kaea.

 

Les bras croisés, Lise se contenta de fixer son interlocuteur. Au fur et à mesure de la tirade, son visage s’était fermé.

 

— C’est complètement débile ! Une amnésie ? Il n’y a aucun trou dans mes souvenirs ! Et un monde parallèle, et puis quoi encore ?

— Tu ne t’es jamais sentie en décalage avec ton environnement ? Tu n’as jamais réalisé d’exploit dont tu ne devrais pas être capable ?

 

Elle se levait de nouveau pour mettre fin à la conversation quand elle se figea. Son agression, lorsqu’elle avait envoyé son voleur à l’hôpital. Elle n’aurait jamais dû pouvoir battre cette grosse brute dans un combat à mains nues. Pourtant, elle l’avait rétamé tout en étant bien alcoolisée. Et puis… elle avait quitté Thomas du jour au lendemain… Sans parler du sentiment de ne pas être à sa place, son niveau en gymnastique qui avait brusquement grimpé en flèche… Comment cet homme pouvait-il être au courant ? Il parut lire dans ses pensées.

 

— Je t’ai connue. Avant. À ton avis, comment aurais-je pu deviner ton nom, sinon ? Et si tu ne me crois pas, tu as dû croiser Maxhirst normalement, beaucoup de bijoux, une queue de cheval et des lunettes. Et même si tu ne l’as pas côtoyé longtemps, tu l’as sûrement vu réaliser des exploits inexplicables comme… de la sorcellerie ?

 

Lise se rassit. La description correspondait parfaitement à l’un des hommes qui l’avaient amenée dans la plaine sans fin. Comment Leihulm était-il au courant ? Il disait peut-être partiellement la vérité. Mais pas tout ce qu’il savait. Elle peinait à croire à quelque chose d’impossible comme des sortilèges ou un truc du genre. Mais depuis que les quatre psychopathes en avaient après elle, elle avait été témoin de trop de choses extraordinaires pour les ignorer. Et cela expliquerait l’origine de la technologie inconnue dont parlaient les journaux. Au fond d’elle, elle savait qu’il ne mentait pas. Il prévoyait ses réactions, il l'avait déjà rencontrée. Mais cela ne la rassura pas pour autant. Elle croisa les bras et posa sur lui un regard dur.

 

— Pourquoi devrais-je vous faire confiance alors que vous semblez connaître l’un des individus qui m’ont attaquée ? le provoqua-t-elle.

— Tu parles de Maxhirst et Rudy ? Ça m’étonnerait qu’ils aient essayé de te faire du mal. Ils tiennent trop à la vie !

 

Leihulm paraissait amusé. Devant son expression outrée, il retint un rire et reprit un comportement un peu plus sérieux.

 

— D’après ce que je sais, quatre personnes se sont rendues dans ton monde récemment. Rudy, Max, Laor et Riesz. Ce sont les deux derniers qui ont dû tenter de te tuer, non ? Les deux autres ne les ont suivis que pour te protéger. Et tu ne me feras pas croire le contraire.

 

La dernière phrase tomba comme un couperet, irrévocable. Jusqu’alors, il s’était montré sympathique et patient. Là, son sérieux reléguait le plus austère des professeurs à l’état de joyeux luron. Lise hésita à se replonger dans le souvenir de ses tristes péripéties à Lyon. Elle n’avait pas besoin de chercher pour savoir qu’il avait raison. Leihulm esquissa un sourire.

 

— Je suppose par ton silence que tu ne trouves rien à leur reprocher ?

— Pourquoi m’ont-ils enlevée alors ?

— Même s’ils avaient mis Riesz et Laor hors d’état de nuire, tu n’aurais pas été en sécurité pour autant. S’ils t’ont ramenée ici, c’est pour que tu nous aides à faire tomber les Connaws et régler définitivement le problème.

 

En terminant de parler, son regard s’était durci, ayant visiblement une idée très précise de comment résoudre ses ennuis. Lise ne s’y attarda pas, interloquée par autre chose.

 

— Les Connaws ? C’est ridicule comme nom !

 

Leihulm éclata d’un rire franc.

 

— Pour les réclamations, vois avec toi-même ! C’est toi qui les avais appelés comme ça. On suppose que, officiellement, il s’agit des Teòiridhs d’Eoiel, mais vous avons besoin de ton témoignage pour confirmer le lien entre les deux.

— Les Connaws… ?

 

Lise se contentait de se répéter ces quelques mots en boucle, sans plus se préoccuper du reste. Quelque chose clochait sans qu’elle puisse mettre le doigt dessus. Un problème dans la sonorité. Ou peut-être dans le rythme. Le regard perdu au loin, elle fixait sans le voir le tavernier qui servait des chopes de bière. Autour d’elle, les hommes du village étaient revenus des champs. Elle ne les avait pas vus arriver. La nuit était tombée et seul un feu de cheminée illuminait la pièce, jetant des ombres et réchauffant l’atmosphère. Pourtant, Lise sentit un frisson froid remonter dans son dos. La foule et la proximité de tant de personnes inconnues la stressaient et l’angoissaient d’un coup. Devant son manque de réponse, Leihulm commença à s’inquiéter.

 

— Eh, tout va bien ? Qu’est-ce qu’il y a ?

 

En entendant la question, Lise perdit ses dernières couleurs. Elle venait de réaliser ce qui la perturbait. La langue. « Les Connaws » sonnaient de manière étrange, car cela se rapprochait d’une insulte française. Pour tout le reste de la conversation… Eh bien, elle ne savait même pas dans quelle langue elle s’était exprimée. Pourtant, il n’y avait rien en commun entre les deux dialectes ! Les mots, la construction et le rythme des phrases… Comment avait-elle pu parler si naturellement un langage dont elle ne se souvenait plus ? Elle reprit pied avec la réalité lorsque Leihulm lui secoua le bras sans ménagement.

 

— C-Comment c’est possible ?! Je ne m’en étais même pas rendu compte ! Ce n’est pas du français, qu’est-ce que…

— Calme-toi. Tu deviens incompréhensible lorsque tu paniques.

 

 Lise s'aperçut en effet qu’elle s’était exprimé de manière anarchique, alternant entre différentes langues sans même en avoir conscience. La tension accumulée depuis le début de sa fuite, le stress, la peur et la fatigue fondirent sur elle d’un coup. Elle se sentait vidée, à bout de nerfs. Ce dernier chamboulement, ce langage qu’elle maîtrisait sans le connaître, lui avait porté le coup de grâce.

 

~0~

 

Profondément perdue, Lise s’affaissa sur sa chaise sous le regard imperturbable de Leihulm. Il finit par soupirer. Il aurait aimé faire plus pour elle, pour la soulager, mais sans sa mémoire, il devait garder ses distances, ne pas la brusquer. Avancer à pas mesurés. Elle était en vie et en bonne santé. C’était l’essentiel pour le moment.

 

Sans un mot, il se leva et marcha jusqu’au comptoir pour échanger quelques paroles avec le tavernier. Quelques minutes plus tard, deux assiettes fumantes leur étaient servies à table. Il pouvait au moins lui donner de quoi se nourrir convenablement.

 

— Mange et file te coucher. On a assez discuté pour ce soir. Nous reprendrons cette conversation demain matin.

 

Lise attaqua son repas dans un silence total. Leihulm respecta son besoin de calme. Autour d’eux, les villageois profitaient de la douce veillée d’été et fêtaient quelque chose. La venue d’un barde. Leihulm n’y prêta pas grande attention. Du moment que personne ne s’approchait de Lise, cela lui convenait. Il tuerait le premier qui la menaçait. Elle lançait régulièrement des coups d’œil sur le côté, inquiète. Elle mettrait probablement des jours et des jours avant de retrouver sa sérénité.

 

Quelqu’un pénétra dans l’auberge. Une étrange libellule en profita pour se faufiler à l’intérieur et vint voleter près de Lise. Celle-ci, trop perturbée par les dernières révélations, ne leva même pas les yeux de son assiette. Leihulm fronça les sourcils. Il l’attrapa d’un geste vif et garda son poing serré le reste de la soirée. Personne ne prêta attention au couple insolite, insensible à l’ambiance joyeuse.

 

Lorsque Lise regagna sa chambre, Leihulm en profita pour observer l’étrange animal capturé plus tôt. Seul un bout de parchemin gisait au creux de sa paume, barbouillé de symboles rouges. Il les étudia un instant avant de se crisper, le visage fermé et les épaules nouées. Ce n’était pas le premier qu’il interceptait. Riesz ne perdait rien pour attendre.

 

Il brûla le message dans la cheminée et quitta l’auberge.

 

Furieux.

 

~0~

 

Perdu entre l’immensité de la plaine et celle de la voûte étoilée où brillaient les lunes d’or, d’argent et de bronze, Rudy se sentait terriblement mal. Le regard fixé sur un feu qu’il entretenait distraitement, il repassait en boucle les événements de la journée, cherchant désespérément le moment où tout avait basculé, où il avait commis une erreur. Cela n’avait pas été dur à identifier mais il continuait pourtant à fouiller ses souvenirs pour trouver comment il aurait pu éviter ce désastre. Lise, amnésique, lâchée au beau milieu de Kaea alors que les Connaws souhaitaient sa mort. Comment imaginer pire ? Il soupira profondément, ce qui souleva au passage les mèches rousses qui retombaient devant ses yeux. Pour s'occuper, il détailla les volutes des tatouages sur ses bras, qui évoluaient parfois avec le temps. Depuis son passage sur Terre, de nouvelles ramifications étaient apparues. Rudy soupira à cette vue. Il ne savait pas comment l’interpréter.

 

La veille, il avait sincèrement cru qu’ils avaient réglé le plus gros de leurs ennuis. Il était de retour dans son monde, loin des effluves étouffants qui le prenaient à la gorge, des bruits étranges et de l’univers bizarre de Lise. Après deux jours de course et de lutte, il s’était endormi serein, plus à l’aise sur les herbes de la plaine que dans le plus moelleux des lits. Un son inconnu l’avait à moitié réveillé mais, plutôt que de s’extraire du pays des songes, il avait écouté Lise. Sans réfléchir une seule seconde qu’elle n’avait aucune raison de le rassurer. Bien au contraire. Malheureusement, il ne l’avait réalisé qu'après-coup. Il s’était redressé plus tard, affolé. Il n’y avait plus aucune trace d'elle, juste Maxhirst qui sommeillait toujours, épuisé par les sorts qu’il avait dû tisser.

 

Paniqué, il avait réveillé son compagnon, ce qui avait nécessité de longues minutes. Maxhirst aurait eu besoin de plusieurs lunes d’argent[1] de repos total. Pas d’une unique nuit écourtée. Rudy avait senti son cœur se pincer. Il aurait dû savoir se débrouiller et réussir à gérer Lise. Il la connaissait bien pourtant, il aurait dû prévoir ses réactions.  Pas juste fuir la conversation et espérer que d’autres s’en occupent à sa place.

 

Maxhirst avait pris les choses en main. Il avait sorti de sa sacoche un parchemin dont il avait arraché un morceau avant de gribouiller d’une écriture maladroite dessus. Quelques instants de concentration plus tard, le fragment déchiré s’était plié tout seul jusqu’à avoir l’apparence d’un oiseau et de s'envoler.

 

« Voilà, Lei est prévenu. Ne t’inquiète pas, il réglera tout sans souci. »

 

Maxhirst avait à peine terminé de parler qu’il s’était déjà rendormi, toujours assis. Rudy s’était alors occupé de lui et avait monté un camp de fortune. Depuis, il patientait, de plus en plus inquiet. La plaine de Fyh s’étendait à perte de vue, avec une monotonie qui rendait les repérages difficiles. Il aurait été plus facile de trouver un livre dans la bibliothèque d’Astée après le passage d’un ouragan. Il ne faudrait pas moins d’un miracle pour que Leihulm retrouve la trace de Lise dans une telle immensité. Lei… Rudy soupira. Il aimait et admirait profondément son maître, l’un de ses deux pères adoptifs avec Maxhirst. Mais pour une fois, il aurait apprécié leur montrer qu’il pouvait se débrouiller seul. Pas grave, il ferait ses preuves plus tard. Si quelqu’un pouvait réussir le tour de force de dénicher Lise au beau milieu de nulle part, il s’agissait de Leihulm.

 

Un bruit tira Rudy de ses pensées. Avant même de se retourner, il posa sa main sur le pommeau de son épée, qu’il gardait toujours avec lui. Sur ses gardes, il jeta un coup d’œil sur le côté en essayant de ne rien trahir de sa tension. Il se détendit immédiatement. Il ne s’agissait que de Maxhirst. Celui-ci farfouilla dans ses affaires probablement pour trouver de quoi boire. Les traits tirés, les cheveux décoiffés, avec de grands cernes, il paraissait à bout de forces malgré le fait qu’il ait dormi toute la journée. Pourtant, sentant qu’on l’observait, il mit de côté son sac et se rapprocha du feu. Il ébouriffa la tignasse rousse.

 

— Ne fais pas cette tête-là. Si elle était blessée, nous le saurions déjà.

 

Rudy acquiesça sans répondre. Il gardait son regard fixé droit devant lui, comme s’il avait peur de ce que Maxhirst aurait pu lire dedans.

 

— C’est dur pour toi, hein ? Toute cette histoire…

— Elle… elle a réagi avec moi comme avec Riesz. Ça n’était plus arrivé depuis…

 

Une larme roula silencieusement le long de sa joue. Il hocha la tête, la gorge trop serrée pour formuler le moindre mot supplémentaire. Plus aucune parole ne vint troubler le calme de la nuit.

 

[1] Lune d’argent : Mesure du temps liée à l’une des trois lunes de Kaea, correspond à un mois.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Géraud
Posté le 23/04/2020
Un chapitre qui apporte des réponses ! Pour l'instant, je dois avouer que je Préfère les chapitres de Lise. Jusqu'à maintenant, c'est un personnage bien plus proactif que Callum, qui subit surtout l'histoire.

Je ne suis pas certain d'avoir compris qui étais l'homme en rouge et or. J'ai pensé que c'était Riesz, mais j'ai un doute maintenant.

De petits détails :

Quelques mèches grises clairsemaient ses cheveux noirs

*Parsemaient plutôt, non ?

mais vous avons besoin de ton témoignage pour confirmer le lien entre les deux.

*Mais nous avons besoin ? :)
Flammy
Posté le 28/04/2020
Coucou !

Oui, ce chapitre apporte quelques réponses, c'était nécessaire au bout d'un moment avec tout ce qui arrive à cette pauvre Lise ='D

Et c'est classique de préférer l'arc de Lise, plus pro active, je pense que je serais lectrice, ça serait pareil pour moi ='D

Pour l'homme en rouge et or, il a les cheveux blancs, et Riesz est roux ;) Mais tu en sauras plus sur lui au prochain chapitre de Lise ^^

Merci beaucoup pour le relevé ! =D
Everjean
Posté le 03/01/2020
Helloooo again o/

I's still here !
Alors, je vais commenter ce chapitre et le précédent en même temps, ça t'évitera d'avoir un amoncellement de notifications chaque fois que tu te connecteras si je fais par groupe !

Sur la forme juste une petite question pour ce chapitre "Il aimait et admirait profondément son maître, l’un de ses deux pères adoptifs avec Maxhirst" => Maxhirst est aussi l'un de ses pères adoptifs ? Dans ma tête ils avaient le même âge haha. Ou alors tu veux dire qu'ils ont tous les deux 2 pères adoptifs ? Je ne suis pas certaine d'avoir bien compris.

Rentrons dans le vif du sujet :

> Chapitre précédent :

- J'adore Hawk. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment, et j'espère sincèrement que votre but n'est pas de nous le faire détester parce que sur moi, ça ne fonctionne pas. Je suis full empatihie avec lui, même s'il a un caractère de cochon, qu'il est cassant, je comprends. Il a grandi rejeté par la société et il se retrouve face à l'élite, une élite qui est encore plus cassée que lui. ça fait une bonne raison d'être énervé. Et puis surtout, quelque part, je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est plus profond que ça. Est-ce qu'il la protège ? Est-ce qu'il s'en veut de l'avoir enlevée ? J'ai trop hâte de le retrouver, je suis certaine que lui et moi, c'est le début d'une grande histoire à sens unique.
- Pour le chapitre en général, j'ai vraiment apprécié le décor que vous êtes parvenue à dépeindre. C'est un autre cadre, qui permet à Callune de faire un peu d'introspection, qui vous permet de faire un peu de description, et qui permet tout de même à l'histoire d'avancer.

Pour ce chapitre :

- Encore une fois, il n'est pas du tout décevant. Je suis super contente, car je sens que j'ai eu raison de penser qu'il y avait un lien avec ses rêves/souvenirs (du moins les réminiscences en italique) et sa rencontre avec l'autre monde (alors ok, ce n'était probablement pas le plus compliqué à deviner, mais on se satisfait des petits plaisirs)
- Le Rudy me fait aussi sentir full empathie. Est-ce qu'il était juste ami avec Lise ? Est-ce qu'il ressentait plus (je ne veux pas de réponses haha, je me pose simplement de nombreuses questions) ;
- J'adore le fait que vous commencez à nous dévoiler le passé petit à petit. C'est mieux qu'une découverte d'un coup. ça nous permet de mieux placer certains éléments du décor, et vous permet de garder un peu (beaucoup ?) de suspens !

Encore une fois, je trouve votre histoire fabuleuse.
Le style d'écriture est toujours aussi fluide.

A tantôt !
Flammy
Posté le 04/01/2020
Coucou !

Contente de voir que la lecture continue de te plaire =D C'était toujours un peu l'inquiétude, que ça finisse par ne pas plaire x) Mais là ça a l'air d'être bon, c'est trop cool \o/

Pour les commentaires, ne t'inquiète pas, fait vraiment comme tu veux et comme c'est plus facile pour toi, un commentaire à chaque fois ou un commentaire pour plusieurs chapitres, moi après dans tous les cas je suis contente !

Alors, pour ta question, Max et Lei sont bien tous les deux les pères adoptifs de Rudy. Max en apparence a plutôt entre 30 et 40 ans à la louche.

Pour Hawk, c'est complexe ^^ Personnellement, c'est un personnage que j'apprécie beaucoup pour diverses raisons que je ne vais pas dire :p Mais dans les faits, il a quand même un comportement de caca au début donc bon, il est pas forcément là pour être aimé, mais certains l'aiment quand même donc bon, je dirais que toutes les réactions sont normales face à lui ^^ Après sur pourquoi il agit comme ça, c'est plus drôle de ne rien dire donc je me tais :p

-Pour les rêves/souvenirs, tout le monde ne comprend pas forcément donc faut pas hésiter à se satisfaire !
-J'avoue que j'aime bien jouer avec le suspense, à ne pas tout dévoiler d'un coup ou à couper au mauvais moment <3 Mais promis, je ne me soigne pas !

Merci beaucoup pour la lecture et l'adorable commentaire, ça me motive vraiment énormément pour la suite !

Pluchouille zoubouille !
Dédé
Posté le 31/12/2019
Ca y est… Un chapitre que je n'avais jamais lu ! Snif… à croire que je deviens aussi émotif que Rudy ! :p

Dans ce chapitre, c'est l'heure des révélations et j'aime assez. Effectivement, Lise et Callune (oui j'ai dit Callune, la lecture me rend si sage… trop sage…) n'appartiennent pas au même monde. Ce serait ouf qu'elles se croisent mais ça m'étonnerait. A moins d'un énorme twist bordélique. Avec toi, c'est possible les twists bordéliques. Enfin, je crois…

Le fait que Lise parle un mélange de plusieurs langues sans plus ou moins s'en rendre compte, je trouve ça tellement cool ! Les Connaws, j'avais vu venir le jeu de mots. C'est tellement classe que tu le relèves toi-même dans ton histoire ! :D

Et, bon… je vais le dire mais… j'ai relevé le fameux passage du yaourt. Léthé a vraiment perverti ce passage… Honte sur elle ! :p

Je vais titiller un peu mais la réplique suivante : "— Vous vous foutez de ma gueule ?! Je me souviens de rien du genre !" m'a semblé étrange. Surtout "rien du genre". "Rien de ce genre(-là)" peut-être ? Je ne sais pas si c'est moi ou pas mais voilà, je relève au cas où ;)

A bientôt pour la suite ! :D
Flammy
Posté le 02/01/2020
Coucou !

Mon dieu, toi qui deviens émotif ? Cela voudrait dire que tu as un coeur ? Non, pas possible ! Ca doit être des allergies :p

Il y a en effet pas mal d'explications dans ce chapitre ^^ Fallait bien que ça arrive à un moment ! Et MOUA, faire des twists bordéliques ? Je ne vois pas du tout de quoi tu parles voyons :p

Pour le jeu de mots, si je ne l'explicite pas, parfois les gens captent pas, et je trouve ça dommage :p Tant de subtilités, faudrait pas les perdre !

Oui, honte sur elle ! Il n'y a rien de louche dans ce passage tant que Léthé ne passe pas par là :p

Et pour ta suggestion, c'est noté, je vais modifier ^^ Moi aussi ça me titillait mais j'étais pas trop sûre de moi ^^"

Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire !
Jibdvx
Posté le 19/10/2019
Retour à Lise ! Je me demande bien comment tout ce monde va se retrouver ensemble. Ou peut-être pas d'ailleurs, à voir ! Je me demande combien de personnes sont au courant pour les mondes parallèles. Est-ce un savoir spécifique aux études étranges menées sur Kaea ? Sinon j'ai bien aimé Lise qui se perd entre plusieurs langues, c'est assez réaliste comme situation ! Encore beaucoup de questions assaillent le lecteur maiiiis ça force l'intérêt :)
Flammy
Posté le 21/10/2019
Coucou =D

Pour la réunion des persos, faut pas espérer ça tout de suite :p Un jour, peut-être, mais faut mieux pas prévoir ça dans l'immédiat ^^ Je préfère le dire cash pour éviter les déceptions ;)

Pour la connaissance des mondes parallèles, ça dépend vachement déjà du monde d'origine. Par exemple, Kaea, c'est une connaissance de base, alors que sur Terre, bof quoi :p Mais on en saura plus au fur et à mesure ^^

Et contente que ça force ton intérêt ^^ C'est exactement le but recherché, bizarrement :p

Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire !

Pluchouille zoubouille !
Hinata
Posté le 17/10/2019
J'ai beaucoup aimé ce chapitre !
Bon, il est long donc j'ai relevé pas mal de trucs sur la forme, désolée pour cette bombe qui atterri sur ton JdB ^^"

Tout le passage avec Lei est franchement cool ! ça fait du bien d'en apprendre un peu plus sur les méchants, l'existence de plusieurs mondes, etc...
Le nouveau personnage est bien sympa, avec des scènes plutôt mémorables (la tresse, la libellule notamment), et quand on entend de nouveau parler de lui dans la bouche de Rudy et Maxhirst, ça fait carrément plaisir ! J'aime déjà beaucoup ce trio (en plus, de savoir que les senpai sont comme les "pères adoptifs" de Rudy, ça rend le tout super chou ! )

Le changement de POV de Lise à Lei est une très bonne idée et tu l'as bien géré ! (maintenant que j'y réfléchis, ces deux parties du chapitre s'étendent peut-être un peu trop par rapport à l'action qui s'y passe, mais je te rassure ça m'a pas choqué pendant la lecture)

Rudy est clairement mon petit préféré pour l'instant <3 Je sais pas si c'est lié, mais je ne trouve quasiment rien à redire quand t'adoptes son POV.
La fin du chapitre est tellement émouvaaaante ! J'avais envie de lui ébourrifer les cheveux moi aussi, et puis de lui faire un gros calin réconfortant aussi tant que j'y suis !! trop hâte de savoir quelle est son histoire avec Lise, de tout savoir sur le passé de Lise en fait x)

Pleins de bisous et à bientôt !
Flammy
Posté le 19/10/2019
Oucouc !

Mais ne t'excuse pas, au contraire ! =D C'est super pour moi d'avoir ces retours, ça me permet de finaliser le texte <3 Parce que bon, soyons honnête, ya des trucs, je les vois même plus, et j'en peux plus de relire encore ce début xD

Je suis contente que le personnage de Lei te plaise =D Et plus encore le trio, moi aussi c'est un trio que j'aime beaucoup ^^ (Même si mon chouchou, c'est max <3 Mais les deux autres sont cools aussi ^^ Et j'ai tout le temps envie de faire des câlins à Rudy !)

Pour le POV, j'ai pas eu le choix en fait, sinon je pouvais pas dire ce que je voulais xD Donc tant mieux si ça passe bien =D

Merci beaucoup pour ta lecture et tous tes retours <3

Pluchouille zoubouille !
Léthé
Posté le 09/09/2019
Hello Boubouille \o/

J’attendais avec IMPATIENCE l’arrivée du premier saint-moret de ce tome (le premier d’une longue série, espérons-le). Les chapitres de Lise sont mes préférés, je crois que j’aime suivre des gens combattifs et c’est clairement le cas sur Kaea (parce que bon, côté Caca, on a Noelia qui est complètement dépressive et Hawk qui est juste un harceleur psychopathe, youpi xD). Cela dit, ça te laisse de la marge de manœuvre pour l’évolution de tes personnages et ça c’est intéressant.

Je connaissais déjà ce qui se passait dans le chapitre donc je vais pas m’étendre hyper longtemps sur le fond : je trouve ça chouette qu’on ait le point de vue de Rudy à la fin et qu’il apparaisse comme quelqu’un de sensible. On sent aussi les relations entre les personnages en quelques phrases (le passage où Max lui ébouriffe les cheveux, ses sentiments par rapport à Lise). Le changement d’univers est bien amené, on comprend très rapidement que Lise a oublié certaines choses, dont un gros traumatisme.

Je crois que j’avais oublié de te le dire, mais j’adore comment fonctionne la magie dans ton monde, qu’elle soit fatigante et que les mages l’utilisent du coup avec parcimonie (ou passent leur temps à pioncer xD). Ça évite de l’utiliser à tort et à travers !

Sur la forme, je vais être vachement plus chiante par contre :/ je me dois de sortir le fouet, je sais que ça te plaît malgré ce que tu dis <3 donc je me suis penchée un peu sur ton texte, j’ai essayé de le décortiquer en cherchant ce qui pouvait me gêner. Au risque de me répéter, je pense que tu expliques vraiment pas mal de choses beaucoup de fois (ça passe notamment par les sentiments des persos, comme Lise qui se pose plein de questions en mode « Comment il sait comment je m’appelle ? Rudy le savait aussi. Est-ce qu’il me connaît ? » alors qu’en vrai, si quelqu’un t’appelle par ton prénom alors que tu le connais pas, crois-moi que tu percutes immédiatement XD je comprends que tu aies envie de nous faire comprendre qu’une part d’elle les connaît et leur fait confiance, mais je pense que tu peux l’amener différemment).

Et aussi : DES INCISES, OÙ SONT LES INCISES ? xD Tes dialogues sont vachement découpés et c’est dommage parce que tu peux mettre pleiiiin d’informations dedans. J’ai fait un petit essai avec une partie de ton texte :

« — C’est impressionnant comme tout se répète, soupira Lei dont le regard s’obscurcit pendant un court instant.
Lise garda le silence. Cet homme se comportait comme s’ils étaient amis, alors qu’ils venaient à peine de se rencontrer… Il m’a appelé par mon prénom, réalisa-t-elle soudain. Les épaules de Lise se crispèrent, un tas de questions se bousculaient dans sa tête, de plus en plus absurdes. Est-ce qu’on avait fouillé dans son sac, ses cahiers ? Ces garçons, les avait-elle croisé à une soirée trop arrosée ? Pourquoi un taré lui courait après en l’appelant son sucre d’orge ? Où est-ce qu’elle se trouvait, dans une réplique de la Comté ? C’était trop.
— Si tu te lèves, je t’attache à ta chaise, l’arrêta Lei quand elle se redressa. Et je préfère te prévenir que je n’aurais aucun scrupule à le faire. Tout ce que je te demande, c’est de m’écouter. Ensuite tu pourras n’en faire qu’à ta tête, mais si je te conseille d’attendre qu’il fasse jour pour partir.
— Mais vous êtes qui putain ? s’énerva Lisa. Qu’est-ce qu’il se passe ici, pourquoi vous faites semblant de m’aider ?
— Je ne fais pas semblant, je suis là pour t’aider. »

Bon, c’était un essai, mais tu vois j’ai coupé un peu dans ton texte, rajouté des incises et j’ai aussi essayé de rendre le langage de Lise un peu plus trivial, comme elle est en colère et qu’elle s’emporte vite x) je sais que moi je dis tout le temps putain. Je sais pas si ça t’aidera, si tu comprends ce que je veux dire ou pas ! Après c’est ma façon de faire et mes préférences en terme de lecture. Surtout, je pense que tu as tellement retravaillé ces chapitres que c’est très difficile pour toi de les retoucher, donc les conseils que je te donne ici, si tu choisis de les prendre en compte, ne sont vraiment que pour tes prochains écrits ! Ça ne me gêne pas de lire CE en l’état, ça reste fluide !

Voilààà, désolée pour ce pavé de la mort (j’ai mis une heure à l’écrire XD tu sauras pourquoi y a pas de troisième chapitre des Escrocs !!)
Bisouuuuilles <3
Flammy
Posté le 22/09/2019
Coucou Léthouille !

Tu vas continuer de me traumatiser longtemps avec cette histoire de Saint Moret, de cheval et autre ? Tu pervertis tellement mes personnages :'( Tu sais que c'est à cause de ça qu'ils vont mourir dans d'atroces souffrances.

Je suis contente que la scène avec Rudy te plaise ! Et qu'on voit bien les relations entre perso ^^ Si je m'écoutais, je ne ferai que ça, pleins de relationnel et pas d'aventure. Mais bon, au bout d'un moment, ça risque d'être compliqué ='D

Pour le dialogue, j'ai essayé de le reprendre en rajoutant des incises, en rendant Lise plus pro active et rajoutant des putains. Très important des putains. Et en essayant d'alléger un peu. J'espère que le résultat est cool. En tout cas, clairement, c'est plus léger, et c'est pas plus mal ^^

Merci beaucoup pour tes retours, clairement, tu as bien fait d'y passer du temps, merci beaucoup =D Et file écrire de suite !

Pluchouille zoubouille !
Isapass
Posté le 24/04/2018
Commentaire :
Ah, on apprend et on comprend enfin des choses : des univers parallèles ? Je pensais à un bond dans l’antiquité. Mais encore mieux : du coup, là, il y en a plusieurs ! Oui je sais, je suis un peu lente : je croyais que Atlantide et Kaea étaient des villes différentes, pas des mondes parallèles.
Mais du coup, je réalise que Lise et Callune ne sont pas dans le même monde !
 
Excellent les « Connaws ». Je n’avais pas odé te le dire mais j’avais trouvé ce nom assez peu gracieux… Mdr ! Je comprends pourquoi maintenant. Mais du coup, dans ma tête, ça sonnait « connoouh », alors que je suppose qu’il faut le prononcer « Connaouh » (bon, c’est pas très clair par écrit ce que je dis… pas grave, j’ai compris le principe en tout cas.)
 
Pauvre Lise, ça doit être dur à assimiler tout ça.
 
Je trouve ça intéressant que tu aies donné le point de vue de Rudy à la fin.
 
Par contre, tu ne reparles pas du tout du flashback du « laboratoire » du chapitre 6. On ne sait pas si ce sont des bribes qui sont revenues à la mémoire de Lise, un rêve, ou si c’est juste dans la narration (ce qui serait un peu dommage). Ça ne lui revient pas quand Lei parle d’expérimentations ? En tout cas, c’est à ce moment que j’ai fait le lien, et aussi avec la réminiscence d’Eloi.
 
Détails :
-                « Ses réflexes de gymnases se réveillèrent et elle sauta avec souplesse, sans un bruit. » : de gymnasTes 
-                « Elle avait peut-être enfin trouvé une piste à quoi se raccrocher. » : ça fait drôle « une piste », étant donné qu’on n’a pas l’impression qu’elle cherche quelque chose mais plutôt qu’elle est perdue. Un repère ? Un pilier ?
-                « L’immense pièce ne dépareillerait pas dans un film du Seigneur des anneaux. » : je crois qu’on dit plutôt « ne déparerait pas ».
-                « Vous me prenez vraiment pour une idiote ? » : répétition (même phrase quelques lignes plus haut.
-                « elle l’avait rétamé » : l’expression est familière. Je dirais que ce n’est pas nécessaire ici, puisqu’on est dans la narration, et pas dans un dialogue.
-                « Là, son sérieux reléguait le plus austère des professeurs en joyeux luron. » : il faut mettre un adverbe de lieu après le verbe reléguer. Ou changer de verbe. Pourquoi pas : « Là, son sérieux faisait passer le plus austère des professeurs pour un joyeux luron » ? Ou « Là, son sérieux reléguait le plus austère des professeurs à l’état de joyeux luron » ?
-                « La foule et la proximité de tant de personnes inconnues la stressaient et l’angoissaient d’un coup » : tu utilises souvent l’expression « d’un coup ». C’est plutôt du langage parlé, je crois. Peut-être qu’il vaut mieux utiliser « tout à coup ».
-                « Il brûla le message dans la cheminée et quitta l’auberge.
Furieux. » : je t’embête encore une fois avec ça, mais je pense que si tu écrivais « Il brûla le message dans la cheminée et quitta l’auberge, furieux », ça aurait la même portée. Je pense que le point et le retour à la ligne sont inutiles ici.
Flammy
Posté le 22/09/2019
Coucou Isa !

Ne t'inquiète pas Isa, tu n'es pas la seule a avoir mis un peu de temps à saisir pour les différents mondes, et le fait que Callune et Lise ne sont pas dans le même ^^" C'est vraiment quelque chose de difficile à faire comprendre sans y aller avec de gros sabot hors de la narration, donc non, clairement, ce n'est pas toi le souci ;)

Pour le Connaws fort peu gracieux, c'est tellement fait exprès au final :p Et pour la prononciation, il faut juste s'imaginer le mot de base dit par quelqu'un qui n'arrive pas vraiment à prononcer les "r".

Contente que la scène avec Rudy te plaise =D Et pour Lise, oui, c'est compliqué à assimilé ^^"

Pour les souvenirs des expérimentations, c'était des bribes dans des cauchemars à cause de l'insolation, mais en effet, elle ne s'en souvient pas vraiment. Je prendrai le temps de plus le traiter plus tard, histoire de ne pas faire "trop" d'un coup.

Merci beaucoup pour ton relevé ! Et aussi pour le commentaire et la lecture ^^

Pluchouille zoubouille !
GueuleDeLoup
Posté le 25/09/2016
Je reviens poster ma bétaaaaaaaaaa!!!!!
Chap 7<br /><br />«Le temps s’écoulait avec langueur.»<br />La langueur m’évoque un sentiment de paresse, de chaleur et de sécurité, ce qui contraste avec l’ambiance froide et angoissante du cachot. <br />Avec «une lenteur cruelle»? Mais ceci dit je pense que la formulation n’est pas fausse.<br /><br />«Une torpeur libératrice» La torpeur est un engourdissement physique et psychique, ce qui contraste avec la phrase suivante.<br /><br />«Pourquoi maintenant ? Pourquoi pas avant ?» Pourquoi quoi? Je suppose qu’il s’agit du fait que Hawk lui ait parlé presque normalement, mais ça maque de clarté.<br /><br />«Des luttes diplomatiques ou commerciales avaient rythmé les relations entre les différents clans. Certes. Pas plus.» Le «certes» me parait bizarre entre ses deux phrases.<br /><br />«Un seul grand affrontement avait ensanglanté leur passé : celui qui les avait opposés aux canitas, les sans-pouvoirs.»<br />Si j’ai bien compris Atlantis est le nom de ce monde. Mais dans cette phrase, le «les» se raporte aux Atlantes. Est-ce que cela signifie que les canitas ne viennent pas du même monde? Il y a beaucoup de de clans à retenir, n’hésite pas à en rajouter un peu dans les explications, quitte à rabacher parfois pour que le lecteur s’y retrouve.<br /><br />«L’Ancien Monde fut divisé en deux univers. Ainsi naquit Atlantis.» <br />D’accord, ça éclaire un peu ma lanterne, mais du coup les Atlantes et les magiciens sont les même personnes, mais on les appelait déjà les atlantes avant la cission? Est-ce que ça ne voudrait pas le coup de les appeler juste les magiciens au début de l’explication? Et le deuxième monde, celui des sans-pouvoirs, c’est celui où se trouve Lise au début?<br /><br />La description de la ville sous-marine est super cool!<br /><br />«Derrière elle, le sol s’arrêtait abruptement, laissant place à la mer.» Perturbant: Derrière elle ne devrait-il pas y avoir l’escalier qui mêne aux cachots. En plus, les cachots donnent directement sur la rue? Il n’y a pas une sorte de hall de caserne ou un truc du genre?<br /><br />«Elle ne pouvait pas leur prouver le contraire» Et ses cheveux verts?<br /><br />«Certaines paraissaient même abandonnées, en trop mauvais état. Les ruelles étaient sales et boueuses, jonchées de détritus.»<br />«Détritus» m’évoque des déchets modernes même si ce n’est pas si evidents. Je pense que le délabrement et la saleté sont suffisant pour montrer l’ambiance et éviter toute confusion.<br /><br />«Tout vola en éclat. Avec une violence inouïe.» Qu’est ce qui vola en éclat? Je pense que cette phrase est là pour préparer ton lecteur à la scène suivante mais elle est un peu décallée sur le plan temporel. <br /><br />«Les dimidius représentaient pour eux des coupables parfaits»<br />Je ne me souviens pas si on explique clairement ce que sont les dimidius? Ce sont des hybrides de magiciens et de sans pouvoirs je crois?<br /><br />«l’enfer se déchaîna.»<br />Je me suis bien pris le chou sur cette phrase sans savoir si elle est correct où si elle m’embête parce que la personnification de l’enfer est un peu gratuite. Je suis super perplexe.<br /><br />chap 8
«Pouvez-vous au moins me dire pourquoi moi ? Qu’est-ce qu’ils ont contre moi ? «<br />Et surtout qui ils sont?<br /><br />«Tu te situes dans un univers parallèle. Ici, la Terre n’existe pas. Il s’agit de Kaea.»<br />Kaea est le nom de cette planète où le nom de la dimension?<br /><br />« Autour d’elle, les hommes du village étaient revenus des champs. Elle ne les avait remarqués.» «pas» remarqués?
 
Et voilà c'est fini pour ces chapitres!! Amour sur toi et ta descendance! <br /><br />
 
 
Flammy
Posté le 25/09/2016
Re-coucou ma mie \\o/ 
Tu as de nouveau le droit à mes humbles remerciements et à ma reconnaissance éternelle pour tes commentaires \\o/
Pour les explications, j'hésite à en mettre des tonnes et à rabacher. Je veux dire, ya déjà beaucoup de choses à mettre, j'ai peur de ralentir encore le début et de faire un truc ennuyeux au début. Après, je vois bien qu'il y a encore des soucis donc je modifierais ça pour rendre plus clair, quitte à ré-insister dessus, Mais bon, j'avoue que j'ai du mal à doser entre rendre tout compréhensible et que ça devienne trop lourd :/
Pour les appelations en mode atlantes/magiciens, actuellement, c'est la même chose, avant c'était un peu différent (ça désignait les magiciens qui vivaient sur Atlantis mais tous les magiciens ne vivaient pas sur Atlantis). De mémoire, j'avais utilisé les deux appelations pour éviter trop les répéitions, mais si ça amène à la confusion, faudra que je modifie ça.
Sur le point monde des canités = monde de Lise, je ne dirais rien :p Mais bon, normalement on devine la réponse assez facilement au fur et à mesure qu'on aprend plus de choses sur le BG d'Atlantis.
Pour la caserne, non, il n'y en a pas. En fait, ils y a une grosse pénurie de matériaux tout en tout genre sur l'île, et vu que les prisons servent une fois tous les 36 du mois, la caserne n'a pas d'utilité et "coûterait" cher. Et pour les cheveux verts, ça montre qu'elle est Dryadienne de haut rang, mais pas qu'elle fait partie de la famille royale (et bon, je le dis pas clairement dans l'histoire, pas tout de suite en tout cas, mais c'est aussi un moyen de repérer les bâtards du roi, donc c'est pas forcément non plus LE critère. Mais Callune est pas trop au courant de ça et il faudrait que je reprenne un peu ça de toute façon.).
Et oui, les dimidius sont des hybrides magiciens/dimidius, sachant que deux dimidius qui font des bébés font des dimidius (ce qui explique qu'il y en a encore malgré la séparation magiciens/caintas). Après, ils sont pas vu comme humains, mais comme des hybrides monstrueux.
Pour le chapitre 8, Kaea est le nom de la planète.
Merci beaucoup pour tous tes retours \\o/ J'avoue que j'ai pas forcément réagis sur tout, mais tu soulèves des points très intéressants et ça me donne des pistes pas mal pour la prochaine séance de corrections ^^  Un très gros merci pour tout ce boulot <3 
Câlins et amour sur toi et ta descendance !
Pluchouille zoubouille ! 
Rimeko
Posté le 04/06/2016
Coucou Flammy !<br /> (Ça y est, je suis enfin à jour sur CE :P)<br /> <br /> Suggestions :<br /> "Lise lança en arrière elle (juste 'en arrière' suffirait) son sac à main"<br /> Du coup, j'ai pas bien compris, mais la sonnerie de son réveil, ça faisait partie d'un rêve quand elle se réveille dans la plaine, non ?<br /> "Elle s'était changée pour enfiler un débardeur léger et un short court" Euh... j'ai peut-être oublié quelque chose, mais d'où elle a un change ?<br /> "Ne serait-ce que pour enlever à ses détracteurs (C'est pas le mot que tu cherchais, je crois :P) la satisfaction d’avoir réussi à l’achever."
"Au bout d’une semaine, un enfant se continuellement plaignit d’être exténué" Je ne suis pas sûre que cet adverbe soit bien placé, je l'aurai mis après le verbe.<br /> "Bientôt, tous dépérir(ent)"<br /> "Seule survivante parmi tous les prisonniers, des hommes étranges avaient tenté" Ce n'est pas le même sujet entre le début de la phrase et sa suite, ça va pas... (Lise puis les hommes)<br /> "À son réveil, une nouvelle cicatrice zébrait son corps, sans comprendre comment elle avait pu apparaître aussi vite" Idem (la cicatrice puis Lise)<br /> "Même son repos (ce repos ?) lui était refusé." Sinon on voit pas trop de quoi tu parles, je trouve :)<br /> "Il ne restait plus que quelques heures avant la nuit. Il ne s’agissait clairement pas du meilleur moment pour partir en vadrouille." Hum, au moins elle n'aurait pas trop chaud...<br /> "qu'on (doit) évite(r) de jouer avec ?"<br /> "Lise tira sur sa tresse sans réussir à les (la ?) dégager." Ce serait plus cohérent :)<br /> "La première gorgée avalée, toute son appréhension s’envola et vida de la boisson" Je ne pense pas qu'une appréhension puisse boire, problème de cohérence ^^<br /> "Dangereuse car tu es la seule pouvant d’identifier (pouvant identifier) des individus recherchés" <br /> "- Je t’ai connu(e)."<br /> "Son agression, lorsqu’elle avait envoyé son voleur à l’hôpital. Elle n’aurait jamais dû pouvoir battre cette grosse brute dans un combat à mains nues. Pourtant, quelques semaines plus tôt, elle l’avait rétamé tout en étant bien alcoolisée" On dirait que tu fais référence à un événement qu'on connaît... Alors soit c'est le cas et j'ai une mémoire de poisson rouge, soit il faudrait ajouter un truc genre 'elle se rappela, la semaine précéndente, quand...' je crois :)<br /> "En terminant de parler, son regard s’était durci, ayant visiblement une idée très précise de comment résoudre ses ennuis." Problème de lien : Lei, puis son regard, puis Lei à nouveau
 
J'ai passé tout le chapitre à me poser plein de questions sur ces passages en italique, mais j'imagine que c'était fait exprès ^^ Il me semble bien avoir reconnu Riesz, mais après... Du coup, c'est un morceau de son passé qu'on a effacé de sa mémoire, c'est bien cela ? (Je me demande juste une chose : ils ont aussi effacé les traces sur son corps, j'espère, parce que sinon ça lui aurait fait vraiment bizarre à son "réveil" :P) Du coup, les humains ordinaires ne survivent pas dans ce monde parallèle... Mais l'inverse n'est pas vrai, puisque y'en a qui sont allés faire coucou au monde moderne et qui n'ont rien eu. Ou alors ils ne sont pas restés trop longtemps ?
Et du coup, on se demande bien ce que Lise a de spécial... Est-ce qu'elle serait originaire de ce monde parallèle (mais ça paraît bizarre qu'elle soit adoptée puisque tu dis qu'elle ressemble à sa famille...) ou juste à part, genre une élue ? Rah. Trop de questions, pas assez de réponses. Je veux la suite !
J'ai lu quelque part dans les commentaires que le point de vue de Lise était préféré parce qu'on voyait plus son but. Bah personnellement, je suis pas trop d'accord, parce que Lise fuit sans cesse sans trop savoir comment et pourquoi... Bon, en même temps, elle débarque au milieu de choses dont elle ne connaît rien mais quand même, il y a tellement de trucs bizarres qu'elle devrait se poser des questions, peut-être essayer d'en savoir plus auprès de gens moins agressifs comme Rudy et Max, afin de se potéger plus efficacement... Enfin, elle a plus l'air d'être une fille d'action que de réflexion ^^ Et peut-être que son expérience passée avec les Scientifiques joue un rôle, instinctivement ?
Le passage des explication avec Lei était peut-être un peu long... C'était intéressant de la voir nier comme ça, mais nous on se doute fort que c'est la vérité du coup ça pourrait être écourté je crois :)
Bon, ça fait quelques remarques un peu négatives mais je voudrais surtout souligner que cela ne m'a pas empêchée de lire d'une traite ce chapitre, happée par ton histoire de bout en bout ! <3 Maintenant, je peux légitimement te harceler pour avoir le prochain chapitre... enfin, quand tu auras fini ton concours quand même ;)
Bisouilles,
Rimeko
Flammy
Posté le 04/06/2016
Coucou Riri ! 
Alors tout d'abord, je suis désolée pour le retard de réponse ><" Je me suis plongée à corps perdu dans mes corrections de CE et j'ai totalement négligée FPA, j'ai honte ='D Mais sache que ton commentaire m'avait fait très plaisir et m'a bien servi pour les corrections lors du PaCo ^^ Donc ça n'a pas été vain, bien loin de là !
Et pour te répondre. C'est super si tu t'es posée des questions avec les parties en italique, c'est fait exrès comme tu t'en doutes :p  Mais oui, tu as bien deviné de ce qu'il s'agissait, c'est pas non plus un énorme secret ^^" Elle a pas toujours rigolé Lise ><" Pour les cicatrices, tu verras :siffle: Mais je trouve ça très crédible de se réveiller du jour au lendemain avec pleins de cicatrices sans se poser de questions. Et pour le fait que ceux de Kaea puissent vivre sur Terre, on peut pas savoir en fait :3 Les terriens ont mis plusieurs jours avant de dépérir et les zigotos de Kaea ne sont pas restés sur Terre plus de deux jours. Donc les deux possibilités restent possibles ^^ C'est cool d'y avoir pensé en tout cas :3
Et pour ce que Lise a de spéciale, va savoir :siffle: En fait, elle a récupéré un jour une cicatrice en forme d'éclair sur le front et depuis, c'est l'élue. 
En tout cas, c'est bête mais ça me rassure de voir que tu ne préfères pas forcément le point de vue de Lise ^^ Que Lise soit à ce point préférée me fait me poser des questions sur Callune ("où est-ce que je me suis plantée"), et ce genre de commentaire me rassure donc un peu ^^ Et oui, Lise fait beaucoup de choses instinctivement, c'est pas sans raisons ^^
J'ai essayé d'écourter la discussion avec Lei, mais c'est vrai que moi, quand je lis, ça m'énerve les héros qui acceptent tout sans se poser de questions, mais j'ai peut-être un peu trop insister là-dessus pour le coup ='D
Et ne t'inquiète pas ! C'est toujours légitime les remarques négatives et ça permet d'avancer ^^ Surtout que tu les présentes très gentiment donc ya pas de soucis pour moi, ne t'inquiète pas. Tant que c'est fait respectueusement, je suis contente \\o/
En tout cas, je suis contente si ça t'a plu ^^ La suite ne devrait plus tarder, le temps de terminer de mettre FPA à jour !
Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire,
Pluchouille zoubouille ! 
Laure
Posté le 01/05/2016
Ouuh les révélations ! La pauvre Lise. N'empêche, on s'en doutait un peu, avec Rudy et les autres qui connaissaient son prénom dans le chapitre 2 et son espèce d'instinct à faire certaines choses. C'est amusant de la voir nier comme ça ! hihiii
Je trouve que son comportement est tout à fait réaliste, ça me plaît. Je comprends pas bien comment Lei a réussi à la trouver, quand elle s'était endormie d'épuisement et de soif. Enfin, il a l'air un peu magicien, donc c'est pas tellement surprenant non plus.
J'ai pas compris la partie en italique. C'est le passé de Lise ? Un rêve qu'elle fait ? C'est agréable à lire, mais je ne vois pas très bien où on veut en venir... Et puis de manière générale, j'ai trouvé le rythme peut-être un peu lent, j'ai trouvé qu'il y avait parfois des choses qui étaient expliquées un peu longuement avec quelques répétitions dont on n'a pas forcément besoin pour comprendre. C'est pas spécialement embêtant à la lecture, mais je sais que CE est très long, donc je crois que tu peux te permettre de couper un peu dans ce qui se répète.
J'ai pas vu le yaourt ! Je comprends pas :'D
Le relevé habituel :
« bien trop rapidement, elle avait sentit l’énervement poindre » : senti
« Mais où l’avait-on emmené ? » : emmenée
« un enfant se continuellement plaignit d’être exténué » : j’inverserais continuellement et plaignit (et je mettrais peut-être plaignait ?)
« Au fil des jours suivant » : suivants
« Bientôt, tous dépérir et furent à peine capables » : dépérirent
« Elle l’avait d’abord haï pour une telle trahison » : haïe
« Seul son bras avait bougé, comme mue par sa propre volonté » : mu
« La première gorgée avalée, toute son appréhension s’envola et vida de la boisson » : on dirait que c’est l’appréhension qui vide de la boisson… D’ailleurs, c’est pas un peu étrange, vider de la boisson ?
« Une voile obscurcit le regard de l’homme » : Un
« Je réglerais l’auberge. » : réglerai
« Tu ne t’es jamais senti en décalage avec ton environnement ? » : sentie
« Je t’ai connu. Avant. » : connue
 
« S’ils t’ont ramené ici, c’est pour que tu nous aides » : ramenée
Flammy
Posté le 01/05/2016
Coucou Ethel !
Alors tout d'abord, je m'excuse pour l'énorme retard dans ma réponse, je suis désolée >.<" Je suis toujours ravie de voir tes commentaires, n'en doute pas, mais là avec toutes mes questions sur comment reprendre CE, j'avais laissé FPA de côté et j'ai après allègrement oublié ^^" Mais sache que je suis toujours contentes t'avoir tes retours ^^
Et sinon, pour te répondre. Oui, ya des révélations dans ce chapitre, on comprend enfin pourquoi Lise a autant de succès auprès des roux :huhu: Et beaucoup de déni de sa part. En même temps, je pense qu'à sa place, je ne ferais pas beaucoup mieux, c'est vrai que c'est un peu gros à gober tout ça.
Et sinon, je trouve ça super cool que tu te demandes comment Lei arrive à trouver Lise *.* C'est parfaitemenr réfléchis, yaura une réponse. Je suis super contente, tu es la première à demander et c'est vrai que vu les conditions, c'est pas anodins de retrouver quelqu'un dévanouie dans une telle plaine ^^
Pour la partie en italique, normalement tu ne devrais pas tarder à comprendre donc je n'en dis pas plus pour laisser le suspence :siffle: Mais tu es sur la bonne piste ^^ Et sinon, quand j'ai repris CE dans le PaCo, j'ai bien retenu ce que tu m'as dit et j'ai essayé d'éviter les répétitions dans ce chapitre ^^ Après, j'ai tendance à pas les voir vu que pour moi, si on change un micro-détail, c'est totalement différent, mais j'essaie de me guérir ^^
Et pour le yaourt, c'est pas appelé comme ça mais c'est la boisson bizarre que Lei donne à Lise à l'auberge. Yavait donc rien de bien extraordinaire, Léthé a beaucoup grossi la chose :p
Et merci beaucoup pour ton relevé ! Ca a bien été pratique pour le PaCo ^^
Merci beaucoup pour ta lecture et ton retour !
Pluchouille zoubouille ! 
Hermine
Posté le 15/04/2016
Coucou Flammy !
Eh bien, Calia en prend encore plein la figure dans le troisième chapitre ! :'D Mais bon elle reste fidèle à elle-même, de quoi faire criser Hawk (et moi aussi je l'avoue). En même-temps elle les a vraiment foutus dans une situation pas possible, il y a de quoi être en colère. J'aime beaucoup Naomi, c'est un personnage très discret mais elle arrive à beaucoup me toucher, notamment quand elle s'est faite torturée par les gardes. Pour ce qui est de Calia, je dois avouer que l'empathie n'est pas encore là. J'ai du mal à saisir ce qu'elle fait là, quelle est son histoire (elle a été rejetée par sa famille, ça d'accord mais je n'ai pas compris pourquoi) et surtout quel est son but. Elle subit beaucoup, contrairement à Lise par exemple qui est dans l'action malgré le fait que la situation lui échappe complètement. J'espère que tu comprends ce que je veux dire ! Surtout que j'aime beaucoup l'univers d'Hawk et Naomi, avec Charybde qui fait une magnifique apparition à la fin du chapitre ! J'aime les pieuvres, j'aime les combats mouillés, j'aime Hawk. :D
Le chapitre 4 m'a confirmé que je préfère les passages avec Lise comme narrateur. Il m'est plus facile d'être touchée par elle que par Calia car je comprends mieux ses enjeux et qu'elle est beaucoup moins passive. J'ai beaucoup aimé la manière dont tu as amené les flash back, au début je pensais vraiment qu'il s'agissait d'un cauchemar ! Cela rend cette captivité d'autant plus inquiétante.
Si j'ai bien compris, Lise est passée dans le monde de Calia ? J'ai hâte qu'elles se rencontrent ces deux là ! La fin du dernier chapitre m'a laissée sur ma faim, je veux en savoir plus sur les Scientifiques !
A bientôt Flammy !
 
Flammy
Posté le 15/04/2016
Coucou Hermine ! 
Contente de te revoir par ici ^^
Eh oui, Calia prend cher dans ce chapitre x) Ce n'est pas la seule, mais vu qu'elle a pas l'habitude, elle supporte ça d'autant plus mal. Je comprends que tu aies du mal à avoir de l'empathie pour Calia, comme je te disais (je sais plus si c'est vraiment à toi mais on faire style), je me suis loupée dans le premier chapitre de Calia et il faut que je reprenne pas mal de choses, ne serait-ce que pour qu'on puisse comprendre ce qu'elle fiche là la petite. Après, je ne te promet pas que tu vas l'aimer *sifflote* Mais si tu parviens à la cerner et la comprendre un peu mieux, ça sera déjà cool ^^ A côté de ça, je suis vraiment contente si l'univers, Hawk et Naomi te plaisent ! Ya encore des ajustements à faire sur Naomi, mais globalement, j'ai l'impression que ça fonctionne mieux de ce côté et c'est cool ^^ Et si tu aimes les combats ba... Je te dis pas qu'il y en aura tout le temps, mais yen aura d'autre ^^ Après, pour savoir s'il seront mouillé ou dans la boue... *sifflote*
Je suis doulagée si pour le chapitre 4, ça va mieux ! C'est vrai qu'il est globalement plus facile de s'identifier à Lise je trouve ^^ Et oui, sa captivité n'a pas été de tout repos ^^"Mais elle est costaude la petite =p
Alors, pour l'histoire des mondes, c'est pas tout à fait ça. Calia est dans un monde appelé Atlantis et Lise est passé sur Kaea. elles ne sont donc pas actuellement dans le même monde. C'est assez compliqué à faire ressortir dans le texte de manière "normale", mais j'essaierais de trouver une astuce, parce que c'est vrai que c'est pas évident à saisir :/ Pour les Scientifiques, faudra attendre un peu plus ^^
Merci beaucoup pour ton commentaire et ta lecture ! J'espère que la suite te plaira ^^
Pluchouille zoubouille ! 
DCybele
Posté le 29/04/2016
Coucou Flammy o/<br /><br />Comme promis je viens te déposer un petit pavé, parce que tu le vaux bien xD<br /><br />Bon, histoire d'y aller direct : j'ai adoré. J'ai dévoré les quatre chapitres et le prologue, je ne pouvais pas m'arrêter et j'avais l'impression d'être plongée dans un roman tout fini, tout beau tout propre ! Et du coup j'ai passé un super moment (la suiiiiiiite la suiiiiite) et je voulais te dire merci pour avoir illuminé mon après-midi !
<br />
Au départ je ne te cache pas que j'étais un peu sceptique par rapport au résumé qui laissait entrevoir à mes yeux un truc assez classique de fantasy. Sauf que j'ai commencé à lire et que t'as bazardé tout mes a priori sans même me laisser le temps de réaliser que je m'embarquais pour un truc génial. Je me plaignais de Calia au début parce que cette gouuuuuurde mais au final, à la lecture du chapitre 3, j'ai commencé à l'apprécier petit à petit (et puis elle a les cheveux verts quand même, c'te classe) et c'est assez bien amené. D'une manière générale d'ailleurs, j'apprécie ta façon de distiller le récit, de nous donner des bouts ça et là sans que ça devienne incohérent. On en apprend un peu plus chaque fois et on a pas l'impression de se faire avoir (et puis ça fait Tolkien et son herbe à pipe donc c'est bien xD). Après Hawk, mis à part qu'il est HAWT, j'ai pas trop d'opinion sur lui ! (on sait tous que je préfère Laor ehehe). D'une manière générale, le personnage de Calia est assez inhabituel par rapport à ce que je suis habituée à lire et en fait ça fait du bien, ça change et ça fait aussi relativiser. Et comme tu l'amène très bien, ça passe du tonnerre !
<br />
Pour ce qui est de Lise, elle ressemble déjà plus à ce qu'on connaît en général, du coup c'est plus facile de l'apprécier (enfin pour moi en tout cas). Même si je la bafferai bien elle-aussi de temps en temps! Maxhirst est adorable, Laor est mon nouveau mari et Rudy est pas mal non plus (team pastèque!)(je ne parlerai pas de l'autre rouquin psychopathe qui ferait bien de manger une pelle histoire de se calmer, nous sommes d'accord). Grosso modo, les personnages présentés sont tous intriguant, sympathiques pour la plupart et j'ai tellement envie d'en savoir plus t'imagine même paaaaas ! <br /><br />Pour ce qui est du monde je suis aussi super curieuse ! Ce que tu montres à l'air tellement prometteur, je voudrais aussi en savoir plus xD Une fois encore, les infos sont bien réparties, on est pas assailli, c'est pas ennuyant, ça vient tout naturellement dans le récit et du coup ça fonctionne ! Pareil pour les dialogues, je n'ai pas eu de problèmes avec.<br /><br />En fait, si j'avais une seule petite chose à reprocher à ma lecture, c'est que parfois j'étais un poil perdu dans les événements. Par exemple, lors des multiples courses-poursuites du chapitre 2, c'était assez confus, j'ai dû relire plusieurs fois les mêmes passages pour comprendre qui était qui et faisait quoi (après c'est p'être moi aussi xD) et je n'ai compris qu'à la fin que Rudy est l'épéiste alors que je croyais que c'était la psychopastèque m'enfin bref, c'était un peu confus pour moi ^^ Mais bon je te fais confiance pour ça, gérer autant de personnages sans que l'écriture devienne répétitive c'est pas évident !
<br />
Sinon, un peu anecdotique mais il reste deux trois petites fautes, j'ai relevé que dans le chapitre un il y avait « la Naomi » qui traînait ce qui rend bizarrement, et que dans le quatre, Lise dit que ses ravisseurs sont Maxhirst et Rudy mais elle n'a jamais entendu que le nom Max. Après, peut-être que ça lui fait comme avec Rudy et qu'elle se souvient, mais sur le coup ça fait bizarre . Mais bref c'est des petits machins pas importants !
<br />
Pour faire court (parce que j'ai l'impression que c'est déjà très long mon blabla), j'ai adoré, j'en redemande, tu m'as surprise et j'ai aimé, je suis intriguée et j'aaaaaaaaaaaaaaaaime Laor. Voilà, c'est dit ! <br /><br />
Si t'as besoin d'arbouses pastéquiennes pour te motiver à écrire/corriger, je suis là 8D
<br />
Plein de bisous
DCy
Flammy
Posté le 29/04/2016
Coucou DCy \\o/
Tout d'abord, merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire ! ^^ Ca me motive bien pour la suite, c'est cool \\o/ J'adore les pavés *siffle*
Alors, tout d'abord, pour la partie direct, un énoooorme merci \\o/ Comment ne pas avoir la patate après ça ? Bon, le roman est encore loin d'être tout beau et tout fini, mais c'est génial si ça plait déjà ^^ La suite, j'essaierais de faire en sorte que ça tarde pas trop, mais ça risque de traîner quand même, j'ai pas trop le temps en ce moment, désolée >.<"
Je suis bien contente que tu ne te sois pas arrêtée à tes préjugés, ça aurait été bête ='D C'est toujours compliqé les résumés, c'est cool si celui-la ne t'a pas trop rebuté ^^ Pour Calia, elle énerve beaucoup de monde ='D Mais c'est bien si ça change petit à petit ^^ Et oui, les cheveux verts, c'est la classe ! Même si c'est pas tous les jours facile à accorder avec ses vêtements xD Oui, je reste toujours pragmatique. Pour les infos distillés, je suis contente que ça marche avec toi, c'est toujours la méga prise de tête xD Trop de trucs à dire et jamais assez de temps ^^" N'empêche, pour une fois que quelqu'un a pas d'opinion sur Hawk, après l'amour et la haine, il m'aura tout fait ce perso ^^ Et oui, Calia est assez étrange, j'ai pris pas mal de risque avec elle ='D Mais bon, ce qui est cool avec les persos, c'est aussi d'explorer des trucs originaux ^^
Ton impression sur Calia est tout à fait vrai, elle est plus classique et c'est plus évident de s'identifier à elle ^^ J'ai pas osé de sortir deux extra-terrestre en même temps =D Et c'est vraiment drôle que Laor te marque autant, tu es la première à qui il fait cet effet là ^^ Et pour Riesz, c'est juste un romantique exacerbé et un peu mal compris, mais il a le coeur tendre en vrai, tu verras *sifflote* Et tu en sauras plus sur tous, pas d'nquiétude ^^ Généalement, je m'embête à nommer un perso quand quand le perso est utile, je suis fible, j'aime pas tropver des noms ='D 
Et je suis aussi super contente si le travail sur les mondes te plaît, c'est pas mal de boulot mine de rien ='D Donc je suis méga contente \\o/
Pour ton reproche, c'est totalement justifié, c'est pas la première fois qu'on me fait la remarque sur le chapitre 2 ^^ Par contre, du coup, est-ce que ça te l'as fait pour d'autres chapitres, ou juste le 2 ? Que je sache si je dois tout reprendre ou pas ='D
Oh, pour le Maxhirst, j'aurais jamais capté l'incohérence toute seule, merci beaucoup ! C'est peut-être des petits machins, mais je trouve que c'est important d'y faire gaffe ^^
Merci beaucoup pour cette avalanche de compliments, tu m'as tellement donné la patate, tu n'imagines même pas \\o/ En espérant que la suite je te décevras pas ^^ Et les arbouses pastéquiennes, ça motive toujours hein ^^
Pluchouiille zouobuille ! 
Nethy
Posté le 19/07/2016
Coucou Flammouille !
Je suis super content, CE est la première publication que je lis sur FPA, et je dois dire que je suis loin d'être déçu !<br />Je reviendrais bien sûr tout relire quand tu l'auras récrit, surtout les passages sur Calia qui m'ont moins plus que ceux de Lise.
Petit truc comme ça en passant, dans le chapitre 4 :
"soudard" est un terme péjoratif pour désigner les soldats, et je crois que tu l'as confondu avec "soulard", les alcoolos =D
À peluche Flamm' !
Flammy
Posté le 19/07/2016
Coucou Nénéthouille !
Merci beaucoup pour ton commentaire et ta lecture ! Ca me fait vraiment très plaisir de voir que ça t'a plu ^^ En espérant quand même que Callune te plaira plus dans la nouvelle version :p
Pour le soulard, c'est corrigé ! Merci de me l'avoir signalé parce que pour le coup, je ne savais pas du tout ^^"
Pluchouille zoubouille ! 
Vous lisez