I.12 Les Lutins

Par Flammy

Chapitre 12 : Les Lutins

 

~830 jours avant le cataclysme

 

~0~

 

La raison d’un tel rejet des dimidius n’est pas seulement le fait qu’ils descendent des canitas, ces hommes sans pouvoir qui ont failli exterminer les magiciens. Les dimidius sont capables d’utiliser une magie non élémentaire, héritée d’aucun Esprit. Plus que tout, ce sont ces pouvoirs sans véritable provenance qui choquent. L’explication la plus répandue de leur origine est que les dimidius doivent manger des magiciens pour recycler et abâtardir leur magie élémentaire en une chose impie, rejetée même par les Esprits.

Notes de Max.

 

~0~

 

Après une longue course dans les ténèbres, Hawk discerna des rais de lumières. Sa boussole magique disparut et il émergea enfin à l’air libre. D’abord ébloui, il resta immobile, attentif au moindre son. Le bruissement des feuilles. Presque entièrement masqué par des buissons, le passage vers les souterrains débouchait dans la forêt exotique. Vu la végétation particulièrement dense, il se trouvait vers le centre de l’île, une zone qu’il n’avait pas explorée. Il dégagea l’entrée du tunnel et détailla les environs. Après un dernier regard en arrière, il jura.

 

— ’Tain ! Même pas capable de courir un peu. Bon débarras !

 

Sans une hésitation, il s’élança entre les arbres et les fougères géantes. À force d’avancer en ligne droite, il finirait bien par rejoindre la plage. Il lui suffirait de faire le tour de l’île pour retrouver Noelia. Après… Selon l’empotée, les mines étaient reliées au continent. Il s’agissait d’un bon point de départ pour se sortir de ce guêpier.

 

Car sa chute n’avait rien eu d’accidentel.

 

Le trou avait grossièrement été masqué et quelqu’un avait détourné son attention. Sa vie avait été trop souvent menacée pour qu’il croie naïvement à un simple farceur. Quelqu’un souhaitait les piéger. Il valait mieux fuir. Au moins le temps de mettre Noelia à l’abri. Il reviendrait se venger plus tard.

 

Une branche d’arbre craqua. Hawk réagit immédiatement. Il se jeta sur le côté et porta ses mains à ses cuisses. Il jura quand il ne trouva que du vide. Ses dagues lui manquaient. Tendu, il observa attentivement les environs. Entre les feuilles d’un buisson, il distinguait des yeux jaunes à la pupille verticale. Celle-ci se rétracta, tremblant presque d’excitation. Sous ce regard dérangeant, un sourire s’étira, dévoilant deux rangées de canines luisantes. D’une immobilité totale, l’étrange créature émergea de la végétation. Deux petites ailes verdâtres battaient furieusement l’air dans son dos. Haute d’un mètre, elle ne touchait pas le sol. Sa peau parcheminée, d’un violet profond, tranchait avec ses dents et ses yeux, ainsi qu’avec ses longues oreilles effilées, d’une teinte beaucoup plus claire. Un lutin. Il ne portait aucun vêtement et n’en paraissait absolument pas gêné. Il tendit en avant un doigt couronné d’une griffe interminable.

 

— Nous avions mis de grands espoirs en toi. Pourquoi nous as-tu tant déçus ? Déçus ?

 

Sa voix évoquait à la fois un rire et un crissement métallique. À cause des intonations plus qu’inhabituelles, Hawk devait se concentrer pour réussir à comprendre ce que le lutin disait.

 

— Nous pensions que tu serais plus intéressant. Mais tu t’es laissé prendre comme un idiot ! Idiot !

 

Toujours sans un frémissement autre que ses battements d’ailes, il s’éleva jusqu’à se trouver à hauteur d’yeux.

 

— Nous nous ennuyons, bloqués ici ! Ici ! De la visite, extraordinaire ! Extraordinaire ! Nous aimons tellement nous amuser et rire.

 

Hawk se crispa. Visiblement, il ne partageait pas le même humour que la créature. En tout cas, il n’appréciait pas de se retrouver du côté de la victime. Malgré son envie de répliquer sèchement aux provocations, il garda le silence. Il n’avait jamais croisé de lutins avant ce jour-là. Il ne savait même pas qu’ils existaient vraiment. Il ignorait donc de quoi cette chose était capable et préférait ne pas prendre de risques inutiles. Ne jamais sous-estimer son adversaire. Leurs farces n’étaient pas si anodines que ça.

 

— Mo s’occupe de l’autre. La chance ! Chance ! La verte est si drôle ! Drôle ! La grise ennuyeuse… Elle, Pa s’en charge. Le pauvre ! Pauvre !

 

Hawk sursauta. La grise faisait référence à Noelia. Il devait la retrouver avant qu’une de ces saletés l'attaque. Callune, il s’en fichait. Qu’ils se la gardent. Mais il y avait des limites à ne pas franchir. Il se débarrasserait de son chieur et irait ensuite rejoindre Noelia. Il chercha des yeux une arme, mais dans la forêt tropicale, à part les lianes et les fougères… Les grandes oreilles du lutin s’agitèrent.

 

— Oh, Mo a fini ! À mon tour ! Tour !

 

La créature s’anima. Elle battit des mains, ravie comme un enfant, tandis que ses pieds fouettaient l’air. Hawk n'essaya même pas de comprendre. Il se jeta sur une branche morte, repérée un peu plus loin. Il l’avait à peine effleurée qu’elle s’envola et fila vers le lutin, soulevée par sa magie. Il voulut ensuite profiter de la diversion pour s’élancer vers la plage. Trop tard. Il réalisa qu’il était de nouveau tombé dans un piège. Le bout de bois avait été posé sur un nouveau trou, caché par un tapis de feuilles. Hawk jura. Le lutin l’avait parfaitement anticipé. Contrairement à la première « farce », il s’agissait juste d’une cavité de quelques mètres de profondeur. Un peu d’escalade suffirait pour sortir. Le lutin voleta au-dessus de l’ouverture, son sourire dévoilant de plus en plus de canines. Il tenait dans ses mains la branche que Hawk lui avait envoyée.

 

— Tellement prévisible ! Prévisible !

 

La créature s’éleva vers la cime des arbres. Hawk entendit de grands coups, assenés à quelque chose de creux. Un bourdonnement emplit l’air. L’instant d’après, une ruche s’écrasa à ses pieds, suivie d’une multitude d’abeilles en furie. Hawk jura. Beaucoup. Et en réponse, le lutin riait, fier de son œuvre.

 

~0~

 

Prostrée sur le sable, Noelia tentait désespérément de garder son calme. Elle ne paniquait pas facilement, capable de relativiser les pires drames. Mais là… Elle se sentait dépassée et aurait fui sans une hésitation. Si seulement elle n’était pas terrorisée par une voix dans sa tête.

 

« Du calme voyons. Il n’y a aucune raison de s’effrayer pour si peu. »

— Si peu ?! Un Esprit, c’est… c’est… impossible ! Je ne suis qu’une dimidius et…

« Je suis là pourtant. Pas besoin de parler à voix haute, j’entends tes pensées. »

 

Noelia sentit ses entrailles se contracter. Elle avait toujours imaginé les Esprits comme des dieux qui se tenaient loin du monde des humains, se contentaient de parler à de rares élus ou d’intervenir de manière exceptionnelle. Elle n’aurait jamais cru que…

 

« Que quoi ? Un peu d’orgueil petite nymphe, pourquoi ne pourrais-tu pas être une élue ? »

« Je ne suis qu’une dimidius ! »

 

Un silence plana un instant avant que la réponse ne tombe, sans aucune intonation particulière.

 

« Certes. »

 

Noelia ne sut comment interpréter ce simple mot. Elle resta étendue sur la plage, incapable de formuler la moindre pensée. Elle appréhendait petit à petit à l’idée de parler avec un Esprit. Il lui semblait même sentir une présence en elle, à moins que cela ne soit le fruit de son imagination. Une fois apaisée, une question émergea, aussi naturelle qu’évidente.

 

« Pourquoi ? »

« Mon clan commence à perdre la raison. Je ne cautionnerais pas un sacrifice humain. Ou même animal d’ailleurs. Végétal passe encore. Je ne suis pas aussi extrémiste que Dryade. »

« Mais pourquoi moi ? Pourquoi ne pas s’adresser directement au roi Antonin ? »

« … »

 

Face au silence d’Ondine, Noelia chercha dans ses souvenirs une formule adaptée pour s’adresser à elle sans risquer d’outrager une déité.

 

« Ondine suffira pour toi petite nymphe. Il faut vraiment que les humains arrêtent de se compliquer la vie et de chercher la Terre sur la Lune. »

« La Terre sur la Lune ? Qu’est-ce c’est ? »

« Ce sont… Aucune importance. Pour te répondre, je n’avais aucune envie de me connecter avec l’un des énergumènes qui approuvent l’idée de meurtres ritualisés. Il ne me restait plus grand choix. Et puis l’Oracle t’a mise sur ma route. Autant en profiter. »

 

Noelia ne savait pas si elle devait se sentir soulagée de la réponse rationnelle ou vexée de ne représenter qu’une solution par défaut, au point qu’elle ne prêta aucune attention à la mention de « l’Oracle ».

 

« Tu ne m’en voudras pas, j’ai pris possession de ton corps à ce moment-là, petite nymphe. Je vous ai sauvés et amenés ici avec tes… compagnons. »

 

Noelia sentit tout le scepticisme, presque la répulsion d’Ondine sur son dernier mot. Elle paraissait pourtant bien accepter son statut de sous-être un peu plus tôt, alors pourquoi mépriser ses amis ? Surtout que seul Hawk…

 

« Franchement, comment peux-tu rester avec un… »

 

La voix, plus qu’énervée, s’interrompit brutalement. Noelia sentit une tension surgir et lui nouer les entrailles, sans comprendre d’où elle venait.

 

« Lève-toi vite et cache-toi. Un lutin arrive. »

 

Sans poser de question, elle rouvrit les yeux et se redressa d’un bond. Elle avait l’habitude d’obéir aux injonctions de Hawk quand celui-ci cherchait à la protéger. Il s’agissait des mêmes intonations et elle y répondit par réflexe. Elle évita soigneusement le piège et se dirigea vers la forêt. Elle eut à peine le temps de s’accroupir dans des fougères géantes qu’une étrange créature la dépassa en voletant à un mètre du sol. Le lutin murmurait, se parlant à lui-même. Lorsqu’il déboucha sur la plage, il parut furieux de ne pas trouver l’objet de ses désirs, ignorant les traces dans le sable. Il s’agita un peu avant de s’éloigner et de disparaître derrière une dune.

 

« Je n’aurais jamais dû permettre à ces choses-là de vivre dans mon royaume. Ils n’ont posé que des problèmes. »

 

Sans attendre de nouvelles directives, Noelia se redressa rapidement et s’enfonça sous le couvert des arbres exotiques. Son intuition lui soufflait de se méfier et de s’éloigner un maximum. Après plusieurs minutes de progression, elle se figea. Il lui sembla entendre des cris. Elle tendit l’oreille, incertaine. Elle se précipita en avant, malgré les branches basses qui fouettaient son visage et les buissons épineux qui s’accrochaient à ses vêtements. Hawk. Et pour qu’il panique à ce point, la situation devait être catastrophique. Elle déboucha rapidement dans une clairière. Devant elle, un essaim d’abeilles bourdonnait et tournait autour d’un trou creusé dans le sol. Des insultes en émergeaient sans fin. Noelia s'affolait, cherchant en vain une solution pour aider Hawk.

 

« Poséïdon ! Tu veux vraiment secourir ça ? Un dragon mal luné, tu ne préférerais pas ? »

« Oui, bien sûr, c’est mon… une seconde ! C’est quoi Poséïdon ? »

 

Un instant de silence régna dans son esprit.

 

« Arrête de poser des questions et je m’occupe de ça. »

« D’accord ! »

 

À peine avait-elle formulé sa pensée que Noelia sentit une énergie nouvelle parcourir ses veines. Il s’agissait de magie, mais pas la sienne. L’espace d’un instant, elle perdit le contrôle de son corps et sa main se tendit vers la cavité où se débattait Hawk. La seconde suivante, une sphère d’eau apparut en apesanteur. Elle tournoya gracieusement sur elle-même, avant de s’abattre.

 

Plus aucun bruit ne perturba la forêt.

 

Noelia ne s’en préoccupa pas. Elle fixait sans comprendre son bras. Ondine pouvait-elle vraiment prendre possession d’elle et l’utiliser comme… Comme quoi d’ailleurs ? Comme vecteur pour sa propre magie ? Était-ce… une bonne chose ? Normale ?

 

Une série de crachotements. Noelia sursauta. Hawk venait de crever la surface de l’eau et il retrouva péniblement le sol tapissé de feuilles mortes. Les dernières minutes avaient été plus qu’éprouvantes pour lui. Il était couvert d’une multitude de dards d’abeilles, plantés dans sa peau. Il ne s’y intéressa pas. Il regardait autour de lui, tentant de comprendre ce qui l’avait sauvé. Finalement, il fixa son amie, déterminé.

 

— Va vraiment falloir qu’on parle. Et pas qu’un peu !

 

Noelia déglutit difficilement. Elle savait que ce moment arriverait. Mais comment expliquer ce qu’elle peinait à réaliser ? Elle baissa la tête, cherchant des yeux une échappatoire. Elle soupira. Hawk ne lâcherait pas le morceau. Mais elle avait besoin de temps. Sans un mot, elle s’assit à ses côtés et entreprit d'extraire délicatement les dards d’abeille. Le travail, minutieux et répétitif, lui changeait les idées. Hawk resta immobile, tressaillant tout de même parfois à cause de la douleur, conscient de la tempête qui faisait rage dans l’esprit de Noelia.

 

Une fois sa besogne finie, elle nettoya sommairement les plaies avec l’eau toujours présente dans le piège. Elle n’avait aucune envie de parler, ne sachant par où commencer. Ondine gardait le silence, la laissant se débrouiller. Ses doigts, inoccupés à présent, se crispèrent doucement puis se figèrent. Noelia écarquilla les yeux avant de se redresser d’un coup. Hawk la regarda avec une lueur d’interrogation.

 

— Callune ! Où est-elle ? Est-ce qu’elle va bien ?

— Oh, c’est qu’ça ? On s’en fout.

— Hawk !

 

Il leva les yeux au ciel mais répondit malgré tout.

 

— Perdue quelque part dans les tunnels sous l’île. Incapable de courir c’te mollusque !

— Il faut la trouver ! Avec les lutins, elle peut finir blessée !

 

Hawk la fixa d’un air dur mais elle soutint son regard sans ciller. Il haussa les épaules et sauta sur ses pieds. Elle pouvait se révéler inflexible et il le savait. Elle se sentait responsable de la situation précaire de Callune, isolée dans un environnement inconnu, et elle ne l’abandonnerait pas.

 

— L’entrée est par là-bas. Paraît qu’on peut rejoindre le continent grâce aux souterrains. Au moins on s’fera pas chier dans le noir pour rien.

 

Noelia lui adressa un sourire reconnaissant et se mit en marche. Callune lui offrait l’échappatoire dont elle avait besoin.

 

~0~

 

L’exploration des souterrains se révéla fastidieuse. La roche était glissante et certaines galeries n’avaient pas été assez creusées pour qu’un adulte puisse se tenir droit. L’humeur de Hawk se dégrada rapidement. Sans même l’observer, Noelia le sentait crispé et prêt à sauter à la gorge de la première victime qui se présenterait à lui. Sa colère menaçait d’exploser à tout instant. Même si elle savait qu’elle n’en serait jamais la cible, elle évita tous les comportements qui l’auraient enflammée. La rage bouillonnait, mais restait maîtrisée.

 

Ils progressaient dans les couloirs, faiblement éclairés par la boussole magique de Hawk. Elle n’aiderait pas à retrouver Callune mais la petite sphère, fermement bloquée entre les doigts gantés de son propriétaire, diffusait une douce lumière qui jetait des ombres sur toutes les aspérités des tunnels. Ils devaient se montrer méthodiques pour ne pas tourner sans fin. Au bout de plusieurs heures de marche, une longue galerie inclinée vers les profondeurs déboucha sur une salle. Malgré l’éclairage, les ténèbres demeuraient opaques. Impossible de distinguer l’autre côté de la caverne. Hawk s’avança et disparut en quelques secondes, englouti par l’obscurité. Il ne resta de lui bientôt que l’écho de ses pas.

 

« Il faut descendre plus. Le passage vers les niveaux inférieurs se trouve ici. »

 

Noelia sursauta. Elle pensait qu’Ondine l’avait abandonnée pour s’occuper de problèmes plus importants. Elle s’apprêtait à poser une question lorsqu’un léger gémissement parvint à ses oreilles, aussi tonitruant qu’un hurlement dans le silence des souterrains. Callune. Noelia s’avança dans l’obscurité. Elle rattrapa rapidement son ami, qui tendit le bras pour l’empêcher de s’approcher plus. D’un mouvement de menton, il lui montra le sol, qui s’interrompait d’un coup. Les ténèbres s’enfonçaient dans un gouffre.

 

— Ça venait de là. D’après les traces de pas, elle l’a vu et s’est éloignée, mais elle a reculé et est tombée. Quelle débile !

 

Il avait à peine terminé d’expliquer ses conclusions qu’il s’écarta, se désintéressant totalement du sort de Callune. Noelia tenta d’apercevoir quelque chose, en vain. Elle longea le vide, à la recherche du passage évoqué par Ondine.

 

« Continue un peu, tu rencontreras bientôt l’escalier. »

 

Elle suivit les indications jusqu’à tomber sur les premières marches, usées au milieu par des centaines de passages.

 

— Hawk ! J’ai trouvé comment descendre !

« Vraiment, pourquoi l’appeler ? demanda Ondine. Tu aurais pu te débarrasser de ce… »

« C’est mon ami ! »

« Tsss. Tu regretteras. »

 

Noelia ignora la remarque et continua son exploration. Le silence, pesant, l’oppressait et elle s’inquiétait pour Callune. Elle vivait encore, mais dans quel état ? Et pour combien de temps ? Collée contre la paroi, Noelia avançait avec précaution pour ne pas glisser à cause de la patine et des mousses humides. Au bout de quelques minutes dans un silence total, elle buta sur quelque chose. Elle sursauta et se crispa contre la roche lorsqu’un gémissement s’éleva. Noelia s’agenouilla et tâtonna à l’aveuglette. Elle trouva un corps, encore chaud, mais sans lumière…

 

À peine cette pensée lui traversait l’esprit qu’une petite sphère brillante vint éclairer Callune. Sans qu’elle l’entende, Hawk était arrivé derrière elle et avait devancé sa demande. Avec délicatesse, elle vérifia rapidement l’état de Callune. À part son bras gauche, salement amoché, et une multitude d’égratignures, elle ne semblait pas sérieusement blessée. Elle respirait et son rythme cardiaque paraissait normal. Le soulagement étreignit Noelia.

 

— Rien de trop grave. Elle est juste inconsciente.

— ’Tain ! Moi qui espérais qu’on en serait débarrassé.

 

Amusée, Noelia sourit et ne commenta pas. Elle ne pouvait pas s’attendre à autre chose de la part de son ami.

 

— Tu pourrais la porter ? Si on veut rejoindre le continent, il va falloir descendre le plus possible.

 

Hawk se contenta de soupirer. Il se pencha et effleura du bout des doigts Callune. Sa peau se mit à luire faiblement et, quelques secondes plus tard, elle lévitait au-dessus du vide, cadavre fantomatique qui suivait Hawk. Sans un mot, il dépassa Noelia et continua de s'enfoncer dans les profondeurs des souterrains.

 

« Pourquoi aider la petite arduinna ? »

 

La question prit Noelia de court. Elle faillit manquer une marche.

 

« Callune a des ennuis par notre faute, ça serait horrible de la laisser tomber ! »

« Elle avait des ennuis avant que vous ne vous en mêliez. Et trois ans à s’occuper d’une comateuse, c’est long. »

 

Noelia ne répondit rien. Soit Ondine était omnisciente, soit elle farfouillait gaiement dans sa mémoire. Charmant. Cette conversation lui en rappelait tant d’autres, avec Hawk comme interlocuteur. Il fallait juste sortir les mêmes arguments, encore et encore.

 

« Non. Si c’est pour me sortir les mêmes fadaises qu’à l’autre énergumène, j’ai accès à toutes les variantes, merci bien. J’ai horreur des personnes qui se voilent la face. Il te faudra regarder un jour la vérité en face petite nymphe. »

 

Surprise, Noelia s’était arrêtée. Elle ne comprenait pas où Ondine voulait en venir.

 

« L’honnêteté avec toi-même ne sera pas pour tout de suite. Mais je vais te donner un indice. Tu ne l’as pas aidée elle. Tu t’es aidée toi. »

« Quoi ? Mais… »

« Rassure-toi, tu es comme tout le monde. Une égoïste avant tout. Mais une égoïste plus agréable à côtoyer que beaucoup d’autres. C’est déjà cela. »

 

Noelia tenta de faire développer sa pensée à Ondine, mais celle-ci garda le silence. Pourquoi une telle conversation ? L’Esprit souhaitait-il se jouer d’elle et de ses nerfs ? Elle ne comprenait pas. La discussion lui laissait un sentiment de malaise, qu’elle repoussa pour se concentrer sur l’essentiel. Survivre.

 

Dans les ténèbres à peine éclairées, les marches défilaient, trop nombreuses pour les compter. La température chutait. La paroi rocheuse suintait d’humidité, rendant l’escalier glissant. Lorsque Noelia atteignit enfin le fond du gouffre, elle se sentait vidée. Elle s’était crispée tout au long de la descente. Retrouver le sol, aussi traître soit-il, la rassura. Sans prendre le temps d’une pause, elle s’enfonça dans l’obscurité de l’immense salle. Elle distingua rapidement un couloir et s’y engagea avec Hawk. Avancer dans l’exploration semblait l’avoir apaisé. Tout plutôt que de tourner inutilement en rond. Ils progressèrent plusieurs heures dans un silence total. De l’eau ruisselait des murs, ce qui rendait le sol boueux et la marche délicate. Plusieurs fois, Hawk rattrapa Noelia et l’empêcha de tomber, sans jamais commenter l’incident.

 

La galerie, plus haute et large que celles qu’ils avaient parcourues jusqu’à présent, paraissait mieux construite, parfois soutenue par de larges poutres en bois. D'anciens supports pour des torches étaient fichés dans la roche, en partie grignotés par la rouille. Des allées, plus petites et moins bien creusées, se greffaient sur le boyau principal. Sans même s’être concertés, ils continuaient inlassablement dans la même galerie. Parfois, les passages secondaires étaient bouchés par un éboulement où des filets d’eau coulaient entre les blocs. Noelia essaya de se forcer à ne pas trop y réfléchir, mais Ondine formula ses peurs pour elle.

 

« Les mines sont en bien plus mauvais état que la dernière fois. J’espère qu’il est encore possible d’atteindre la sortie sur le continent. »

 

Noelia déglutit péniblement. Elle se voyait mal remonter tout l’escalier sans incident. Sans compter le froid, insidieux, qui lui engourdissait les membres. À ses côtés, Callune flottait dans le vide, toujours inconsciente. Le faible éclairage, ses traits tirés et la couleur de sa peau lui donnaient l’aspect dérangeant d’un cadavre. L’une de ses manches, tâchée de rouge, aurait mérité un examen minutieux mais s’arrêter maintenant aurait été une mauvaise idée. Entre la fatigue et le froid, Noelia n’était pas certaine de repartir. Elle ne marchait plus que par automatisme.

 

Perdue dans ses pensées, elle ne s’aperçut pas tout de suite que Hawk s’était immobilisé. Il tendit devant lui la main qui retenait prisonnier leur petite source de lumière. Elle éclaira des rochers qui bouchaient le passage. Noelia sentit son cœur plonger dans sa poitrine. Ils étaient coincés sur l’île pour toujours ? Les souterrains étaient-ils vraiment coupés du continent ? Peut-être que…

 

« Il s’agit du seul accès. Nous nous trouvons à peine à une dizaine de mètres de la sortie. Vu la présence d’eau, le reste de la galerie risque d’être ennoyé. »

 

Hawk sonda de sa main gantée l’éboulement. Pas le moins du monde découragé par l’obstacle, il essaya de dégager un passage, appuyant de tout son poids sur certains blocs. Il força jusqu’à devenir écarlate et ne stoppa l’effort que lorsque ses muscles commencèrent à trembler violemment. Le souffle court, il s’assit contre la paroi pour récupérer.

 

Pendant sa tentative, il avait négligé le reste, au point de laisser tomber Callune. Littéralement. Noelia s’était agenouillée près d’elle pour s’en occuper. Le corps glacé, elle respirait de manière imperceptible, comme un écho à ses années de coma. Noelia soupira. Elle l’aurait plus longtemps côtoyée endormie qu’éveillée. Drôle de situation. Soulagement.

 

— On peut oublier le pouvoir de passer à travers les murs, je n’ai jamais réussi. Je…

 

Hawk ne termina pas sa phrase. Un bourdonnement emplissait le couloir. Noelia avait cru dans un premier temps à une hallucination à cause du silence trop oppressant, mais le son grandissait. Quelque chose venait vers eux. Instinctivement, Noelia se crispa. Elle n’aimait ni les surprises, ni les imprévus. Surtout dans un tel endroit et dans de telles conditions. Elle serra un peu plus Callune dans ses bras et se décala contre l’éboulement. Ses vêtements furent rapidement trempés et une entêtante odeur d’iode emplit ses narines. Hawk se plaça sans un bruit devant elle. Au bout de quelques minutes, des yeux et des canines émergèrent lentement hors des ténèbres. Un lutin apparut entièrement. Il souriait, malsain.

 

— Revenez sur l’île ! L’île ! Ici, rien de drôle ! Drôle !

— Mais bien sûr, tu crois qu’on va t’suivre comme ça et te supporter à vie ?

— Vous viendrez, que vous le vouliez ou non ! Non !

 

Alors que l’écho de ses paroles disparaissait, une foule de lutins surgit à ses côtés. Ils tendirent leurs doigts devant eux. Leurs griffes s’allongèrent démesurément. Dans un ensemble parfait, ils hurlèrent et les cris, stridents, déchirèrent les tympans de Noelia. Hawk, pris par surprise, se boucha les oreilles et recula juste d’un pas. Il buta et tomba sur le corps de Callune qui gémit. Le bruit, si fort et aigu, obséda Noelia qui ferma les paupières. Elle eut le réflexe de se jeter en arrière, contre l’éboulement.

 

Elle ne rencontra aucune résistance. Un instant surprise, elle voulut appeler Hawk. De l’eau entra dans sa bouche et se faufila jusqu’à ses poumons. Elle se débattit mais le liquide salé la brûlait de l’intérieur. Affolée, elle ouvrit les yeux et ne vit que du bleu autour d’elle.

 

L’aequor.

 

Ils avaient réussi à franchir l’éboulement.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Arabella
Posté le 02/02/2020
Recoucou Flammy
Un univers toujours aussi riche et toujours aussi frustrant ! A chaque chapitre je veux m’arrêter et laisser un commentaire digne de ce nom, mais tu as maîtrise les cliffhangers en maître !

-J’aime ton humour ! Je ne sais pas qui de Hawks ou Lise sont les plus chauds ! Enfin…je donne la palme à Lise je pense.
« Lise, ou l’incarnation même de la mauvaise foi. » ⇒ criant de vérité ! je me suis tellement marrée !
-l’histoire avance bien, parfois peut etre que je développerai un peu plus les objectifs de chacun. Parfois, je n’ai pas l’impression de savoir ce qu’ils veulent (même si j’imagine que c’est un de tes souhaits).

-Ta géographie, tes personnages sont toujours aussi riches. Les sentiments sont super finement développés (est-ce que Hawks est dans la friendzone avec Noé ? ahahah).
Le monsieur avec les bandelettes m’a fait énormément pensé au montre dans le voyage de chihiro (dans un autre style).

BREF, je passe un TRÈS bon moment de lecture ! Il se passe plein de choses, pas le temps de s’ennuyer. L’alternance entre Lise et Callune nous permet d’apprécier leurs caractères différents. J’adore l’une comme l’autre. D’habitude les personnages passifs comme Callune peuvent m’agacer, mais ici non…peut etre parce qu’on perçoit qu’il y a plus, des choses qui se préparent autour d’elle, qu’elle a un énorme capital sympathie… Je ne saurais dire.

Quelques petits éléments :

-Plein de choses sont hyper complexes et frustrantes parce qu’on voudrait en apprendre plus. Parfois j’ai l’impression que les discours sont peut être un peu trop obscures (je pense à Ondine notamment). C’est fait exprès c’est normal. Quand on parle, on part du principe qu’on a pas tout a expliqué, et cela te permet de conserver le mystère en tant qu’auteur. Parfois je me demande si tu ne pourrais pas un peu plus nous donner des infos (veux plus subir tous ces secrets, moi hihi !!!!).
-un autre élément peut-être : Certes, Lise est sonnée d’apprendre que c’est un nouveau monde, mais je me demande pourquoi elle n’interroge pas plus la troupe ! (Notamment sur celui qui veut la tuer/comment il l’a retrouvée…) A sa place, je poserai MILLE questions !

Voilà, voilà ! des bisous ☺ (au dodo)
Flammy
Posté le 02/02/2020
Re-Re-Coucou !

Désolée pour les fins de chapitres horribles ='D J'avoue que j'ai pris l'habitude et que bon, j'ai du mal à m'en passer <3 Faut donner envie au lecteur de continuer, tu comprends ? :p

Contente de savoir que l'humour passe bien ! J'ai toujours peur que ça tombe à plat ou au mauvais moment, mais bon, je peux pas trop m'en empêcher ='D

Pour les objectifs de chacun, pour moi c'est "normal" de ne les découvrir que quand on est de leur point de vue. Mais si tu trouves que cela devient vraiment gênant pour certains persos, n'hésite pas à me dire de manière plus précise pour qui ^^ Parce que bon, ya aussi le côté que j'ai du mal à me mettre dans la peau du lecteur ^^"

Contente que tu trouves l'univers et les persos riches <3 Pour Hawk et Noé, peut-être xD J'aime beaucoup laisser l'ambiguïté sur ces deux-là <3 Et pour le monstre de Chihiro, je n'y avais jamais pensé, mais en effet, pour le côté totalement déconnecté de la réalité je dirais ^^

Pour Callune, tu n'imagines même pas à quel point ça me rassure ce que tu dis xD Au début, c'était pas forcément un personnage très apprécié et j'ai BEAUCOUP travaillé dessus pour arranger ça ^^"

-Pour les trucs obscures, je jongles en fait avec deux contraintes. Bon, garder du mystère pour plus tard et clairement faire rager mon lecteur, ça on est d'accord :p Mais aussi le fait que si j'en dis trop, je risque à mon sens de noyer les gens x) Du coup, je préfère y aller petit à petit, mais j'espère que c'est pas trop trop frustrant du coup ^^"
-Alors, Lise est clairement dans le déni et, même si ça ne se voit pas encore trop là, dans la fuite en avant. Même si ce n'est pas encore trop visible là, elle est un peu en PTSD vis-à-vis de Riesz et de ce qui s'est passé, aussi, c'est pas si simple que ça d'en parler. Mais je comprends que ça puisse paraître bizarre, est-ce que cela te paraît plus réaliste comme explication ? Dans le prochaine chapitre de Lise, il y aura une scène qui montre à quel point c'est sensible comme sujet, tu me diras si ça suffit ou pas ^^

Un très grand merci pour tous tes retours ! Et désolée d'avoir monopolisé ta soirée ='D

Pluchouille zoubouille !
Slyth
Posté le 05/01/2020
Je termine ce chapitre avec une frustration (mais ce n'est pas de ta faute, rassure-toi) : je suis persuadée d'avoir déjà eu affaire à des lutins (ou autres créatures… peut-être des satyres en fait) qui répétaient systématiquement le dernier mot prononcé, mais impossible de me rappeler où ! Aurais-tu par hasard eu une source d'inspiration précise ?

Au sujet du chapitre 11 :

On sent Lise bien chamboulée après ce premier contact officiel avec la magie. Et, en même temps, on voit qu'elle essaie encore de se raccrocher à des éléments "familiers" (l'impression d'être dans un jeu vidéo), ce qui me paraît tout à fait en accord avec son caractère et ce que l’on a pu voir d’elle jusqu’à présent. J'ai particulièrement apprécié le coup de l'enchantement qui efface les cicatrices portées : j'ai trouvé que ça amenait à une scène (quand Lise s'éloigne) vraiment poignante.

J’ai bien ri aussi parce que je comprends tout à fait l’agacement qu’elle éprouve face au comportement de Rudy et, en même temps, c’est un personnage qui a l’air vraiment adorable et qui amène une touche de légèreté au milieu de tous ces événements ! Je me réjouis d’en apprendre plus à son sujet.

Je suis pas mal intriguée par Eishik, je me demande ce qu’il est exactement et pourquoi il a débarqué si soudainement…

Concernant le chapitre 12 :

J’ai bien apprécié les échanges mentaux entre Noelia et Ondine (malgré leur côté frustrant parce qu’il y a un clairement un truc qui se trame par rapport à Hawk ! xD). J’aime l’idée que ce ne soit pas une cohabitation toute joyeuse "paillettes et arc-en-ciel" : même si Ondine amène certaines réponses et que son utilité n’est pas à discuter, elle a quand même un ton assez autoritaire et semble avoir des avis bien tranchés. Tout comme Noelia ne se laisse pas complètement faire non plus.
Je me demande si Ondine l’a vraiment choisie "faute de mieux" comme elle le dit ou s’il y a quelque chose de plus complexe derrière cela.

Ça faisait un peu bizarre de n’avoir qu’un aperçu de Callune alors qu’on avait accès à ses pensées et son ressenti dans les chapitres précédents. J’espère qu’elle va bien et qu’elle se remettra, même si j’ai tendance à imaginer que le réveil risque d’être brutal ! ^^’’
Flammy
Posté le 13/01/2020
Coucou !

Pour les lutins, je ne peux pas te dire, ça m'est venu un peu par hasard ^^" Mais après, le fait de répéter comme ça, ça m'étonnerait pas que ça soit dans pas mal de trucs au final ^^

Pour le sortilège qui masque les cicatrices, au début, c'était purement utilitaire en mode "C'est louche si elle se retrouve du jour au lendemain couverte de cicatrices ='D", mais au final, j'aime beaucoup tout ce qui en découle, dont cette scène là <3

Pour Rudy, j'aime beaucoup ce personnage, mais bon, c'est sûr que quand tu as envie d'être au calme, il donne juste des envies de meurtre :p Et pour Eishik, mystère, on en apprendra plus sur lui dans la suite ^^

Un truc par rapport à Hawk ? Je ne vois absolument pas de quoi tu veux parler :p Et oui, je ne voulais pas de relation avec Ondine toute rose en mode ça rend Noelia Marie Sue et tout va bien. Chacune essaie un peu de n'en faire qu'à sa tête, malgré cette cohabitation un peu subie.

Et pas trop de PoV Callune, j'aime bien alterner les points de vues ^^ Au début, je me concentre surtout sur Lise et Callune, mais avec le temps, ça va évoluer ^^

Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire <3

Pluchouille zoubouille !
Aliv
Posté le 20/12/2019
Coucou, je vais laisser un commentaire ici, afin de te donner mon ressenti sur cette première partie de ton histoire.
Pour commencer, je n'arrive à accrocher à l'histoire de Lise. J'ai l'impression de lire une autre histoire. La seule chose qui me plaît bien c'est le fort caractère de Lise. À voir ce que va donner la suite de l'histoire.

Pour les trois mousquetaires, j'ai trouvé leur parties palpitantes. On ne s' ennui pas. Il y a aussi un grand travail sur les relations entre les personnages. L'amitié entre Hank et Noelia est très émouvante. La relation entre Hank et Callune est marrante et très intéressante à lire.

Pour l'écriture, je n'ai rien à redire. C'est très agréable, quoique un peu long parfois.

À bientôt pour la suite.
Flammy
Posté le 26/12/2019
Coucou !

Tout d'abord, un gros merci pour ta lecture et ton commentaire <3 Ca fait quand même un bon beau à lire, donc vraiment merci !

Pour l'histoire de Lise, c'est vrai que c'est au début deux arcs qui paraissent très différents mais promis, ya des points communs et des liens :p Normalement, on doit en voir de plus en plus progressivement. Enfin, même si je trouve ça dommage que tu n'accroches pas à Lise (c'est toujours ma hantise ^^" ), d'un sens ça me rassure vu que d'habitude les gens préfère justement Lise, c'est plus une question de goût ^^ J'espère quand même que par la suite ça ira mieux ^^"

Contente que les trois mousquetaires te plaisent \o/ Et pareil pour l'écriture :3

Pluchouille zoubouille !
Hinata
Posté le 12/11/2019
Aaaah mais c'est trop bien !!! J'ai vraiment adoré l'histoire des lutins, c'est des "méchants" super cool, pas clichés en mode "ah, il y a un monstre difforme et assoiffé de chair sur cette île, il faut qu'on parte!!" Les descriptions sont trop bien (ils font peeeeur !) et leur façon de parler aussi, je kiffe !
J'ai beaucoup beaucoup aimé Ondine, elle joue un peu la Sihde (oups, ortho?) parfois mais on sent qu'elle est pas méchante, et puis c'est quand même pratique pour notre trio qu'elle leur file un coup de main ! Je me demande s'il y a des limites à son pouvoir du coup... et ce qu'elle pourrait exiger de Noelia en échange de tous ces services..

Petites remarques :
- Il jura quand il ne trouva que du vide >> on comprend, mais c'est pas très correct, vu que techniquement, ses mains trouvent quand même ses cuisses, nan ? (hihi je pinaille tralalala)
- Il tenait dans ses bras la branche que Hawk lui avait envoyée. > dans ses mains plutôt ? Et c'est plutôt la branche que Hawk a essayée d'attraper, à aucun moment il ne la lance sur le lutin ^^
- Oui, bien sûr, c’est mon… une seconde ! C’est quoi Poséïdon ? >> j'ai trouvé bizarre que Noelia retarde le sauvetage de son pote (qui est quand même en train de crier de douleurs sous ses yeux ou presque) pour poser une question comme ça, alors que pas longtemps avant elle avait fait le contraire et ignoré la mention de l'Oracle. En plus Ondine dit "Poséidon" comme une interjection, j'ai trouvé (en mode, par Saint-George quoi), donc ça suscite pas masse de curiosité logiquement...

- Hawk resta immobile, conscient de la tempête qui faisait rage dans l’esprit de Noelia.>>> Je veux bien qu'il ne pose pas de questions pour cette raison, mais il devrait avoir quand même mal à cause des dards qu'elle est en train de lui retirer, non? Du coup "immobile" donne surtout l'impression qu'il est insensible à la douleur ce cher Hawk

- certaines galeries n’avaient pas été assez creusées pour pouvoir se tenir droit. >> la fin de la phrase doit être rallongée pour être vraiment correct : "pour qu'une personne adulte puisse se tenir droite" par exemple

" Soit Ondine était omnisciente, soit elle farfouillait gaiement dans sa mémoire. Charmant." > j'ai trop aimé cette phrase, et aussi toutes les interventions d'Ondine, qui sont à la fois très claires (la franchise des Esprits XD) et très mystérieuses ^^

D'ailleurs ça me tue que Noelia l'interrompe quand il s'agit de Hawk !! Je suis sûre que les phrases coupées "ce...." n'allaient PAS se finir par dimidius ! En plus avec son histoire de pouvoirs un peu anormaux, et puis Ondine mentionne des dragons et tout, je me dis qu'il y a plein de "créatures" qu'on ne connaît pas, et à tout les coups Hawk est ...quelque chose, de spécial ^^

- Ils se connaissaient suffisamment pour se passer de paroles. > cette phrase est un peu inutile, parce que même sans être amis, y a pas grand chose à commenter d'un petit dérapage. (en plus, c'est le genre d'aspects de leur relation que le lecteur a suffisamment assimilé à ce stade de l'histoire pour que t'ai pas besoin de le rappeler)
- Entre la fatigue et le froid, Noelia n’était pas certaine de repartir. >> j'ai dû relire pour comprendre que tu voulais dire "se remettre à marcher si elle s'arrêtait", je croyais que tu parlais d'un éventuel demi-tour.
- Drôle de situation. Soulagement.>> j'ai pas compris le mot "Soulagement" posé comme ça.

Je prends vraiment un max de plaisir à lire ton histoire ! Bravo pour cette œuvre super élaborée ! Je continue, je continue ^^
Flammy
Posté le 12/11/2019
Coucou !

Contente que les lutins te plaisent ^^ Ils sont pas si horribles que ça, ce sont juste des trolls qui s'emmerdent ='D Et qui ont un sens de l'humour très particulier.

Et oui, Ondine est pratique, même si parfois, le tact, c'est pas trop ça ='D Et pour le "prix" de ses services, faudra voir :p Elle est peut-être totalement désintéressée !

Et pour ce qui concerne Hawk, ya aucun mystère particulier voyons, je ne vois pas de quoi tu veux parler :3

En tout cas, je suis vraiment contente que ça te plaise ! Ca me booste vraiment pour continuer mes corrections, je vais tout défoncer ! J'en profite pour te poser une petite question. Là, normalement, la première moitié du livre 1 est finie. J'ai toujours peur que ça fasse trop introductif comme début et pas assez intéressant pour constituer une première moitié de livre. Tu en penses quoi ?

Bref, merci beaucoup pour ta lecture et tous tes retours <3

Pluchouille zoubouille !
Hinata
Posté le 12/11/2019
Non, je pense que ça va comme première partie ! Le genre littéraire demande que le début soit introductif, et considérant que tu narre en même tps deux arcs indépendants l'un de l'autre (pour l'instant, hein) je trouve qu'il se passe pas mal de choses en pas tant de chapitres que ça !
Le but d'une première partie selon moi c'est de familiariser lo lecteur-trice avec le monde, les personnages et leurs relations, et d'introduire du mystère : ton I. fait tout ça très bien ! (après, comme je te l'ai déjà dit je crois, certaines étapes pourraient être raccourci en termes de mots, notamment le trio sur l'île, et avec du recul je me dis que la partie où Lise rencontre Lei avec l'auberge et tout, bah le rythme pourrait être un poil plus soutenu (pour garder le lecteur en tension, tu vois)
Flammy
Posté le 12/11/2019
Merci pour tes retours =D Bon, ça me rassure, j'ai toujours peur de ne pas en faire assez et que ça soit pas intéressant x)

Et c'est prévu, certaines parties vont être raccourcies. Là je termine mes corrections sur la partie II et je repasserai tranquillement sur la I ^^ Ca va couper \o/
Jibdvx
Posté le 03/11/2019
Les plans des esprits et des dieux semble bien capillotractés... Mais Ondine a mentionné Poseidon ? Hmhmmm y aurait-il déjà eu un cataclysme par le passé ? Atlantide aurait-elle disparue dans une autre dimension ? Où alors les trois mondes n'en formaient-ils qu'un ? Je suis perplexe ! En tout cas il y a de l'action et des aventures souterraines dans ce chapitre, et ça me plait beaucoup !
Flammy
Posté le 09/11/2019
Coucou !

Tu te poses pleins de questions intéressantes, mais comme tu t'en doutes, je ne vais pas y répondre pour le moment :p En tout cas, contente que tout ça te plaise !

Merci beaucoup pour ton commentaire et ta lecture ! Pluchouille zoubouille !
Keina
Posté le 21/10/2019
Coucou ! C'est une fin de partie assez décoiffante, dis donc. Bon, un peu plus du côté de Callune que du côté de Lise, mais quand même. Quoique, du côté de Lise, l'arrivée de ce drôle de personnage-momie, c'est curieux. Et c'est quoi cette histoire avec le dieu / esprit Ludificus ?
D'ailleurs, c'est cool qu'on commence vraiment à faire connaissance avec ces fameux esprits qui donnent leur nom à l'histoire. D'un côté Ludificus qui n'est que mentionné, mais qui suscite des sentiments très contradictoires, et de l'autre Ondine, qui manipule Noelia sans vergogne et qui ne semble pas se soucier des autres... Hum, je doute que ces "esprits" soient des alliés très fiables pour tes héros !
En tout cas, je me demande si Noélia, à la fin, est encore sous l'emprise d'Ondine, ou si elle a un nouveau pouvoir qui se manifeste après son contact avec l'esprit. Après tout, les notes de Maxhirst au début parle d'une provenance inconnue de la magie des dimidius... du coup, on se demande...
Flammy
Posté le 21/10/2019
Coucou !

Contente que cette fin de partie te plaise =D Et oui, c'est plus calme du côté de Lise, mais bon, chacun son tour niveau action ='D Et juste pour indication, Ludificus est bien un dieu et pas un Esprit, c'est pas tout à fait pareil ^^

Sur si les Esprits sont des alliés, c'est euh... compliqué ? :p Je te laisserai juger au fil du texte, mais en effet, c'est l'une des question importante ^^

Et je suis contente des interrogations que tu te poses, ça veut dire que j'ai bien réussi à transmettre ce que je voulais \o/

Et j'en profite pour te poser une petite question. Là donc, grosso modo, c'est la moitié du premier livre. J'ai toujours un peu peur que ça ne soit pas assez intéressant/rythmé ou autre pour constitué une première moitié de livre, du coup, est-ce que tu pourrais me donner ton avis là-dessus ?

Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire =D

Pluchouille zoubouille !
Isapass
Posté le 27/04/2018
C’est bien, il se passe plein de choses, on ne s’ennuie vraiment pas. Même pendant la longue marche dans les galeries que tu as su « occupée » par la discussion entre Noelia et Ondine.
L’apparition des lutins est surprenante. Je sais que depuis le début, tu mélanges beaucoup de légendes et de mythologies différentes, mais cette fois, je trouve que les lutins dans un décor plutôt grec ou exotique en tout cas, ça marche plus difficilement. Je pense que ça demande trop d’effort de mixage au lecteur (à moi en tout cas), parce que les lutins sont très liés à l’univers celte ou nordique. C’est peut-être juste le nom, en fait. S’ils tu leur trouvais, ou inventais, un autre nom, je suis sûre que ça ne ferait pas le même effet.
C’est vrai que décidément, cette pauvre Callune, elle n’a pas de bol !
Quant à la présence d’Ondine dans l’esprit de Noelia, je trouve ça bien trouvé 😊 et ça te permet d’avoir de la magie à disposition. D’ailleurs, elle n’a pas de pouvoir Noelia ? Je ne me rappelle pas l’avoir vue faire de la magie (sauf celle d’Ondine, bien sûr).
Détails :
-       « L’explication la plus répandue de leurs origines » : répétition de « origine » avec la phrase précédente.
-       « Parce que sa chute n’avait eu rien d’accidentel. » : n’avait rien eu d’accidentel.
-       « Lorsqu’il déboucha sur la plage, il parut furieux de ne pas trouver l’objet de ses désirs. » : elle n’a pas fait de traces dans le sable, quand elle a couru vers la forêt ?
-       « et s’enfonça sous le couvert des arbres exotique. » : il manque le S à exotique.
-       « Oui, bien sûr, c’est mon… une seconde ! C’est quoi Poséïdon ? » : la coupure dans la phrase désoriente un peu. Il faudrait que tu mettes un ou deux mots en plus avant qu’elle ne s’interrompe. Et d’ailleurs, j’ai mis quelques secondes à comprendre que Poséidon était utilisé comme exclamation.
-       « Normal ? » : NormalE
-       « Ses doigts, inoccupés, se crispèrent doucement puis se figèrent. » : les doigts de qui ? De Noelia ? Ils ne sont pas inoccupés puisqu’ils s’occupent des plaies de Hawk. Les doigts de Hawk ? Ceux d’Ondine (a priori ce sont les mêmes que ceux de Noelia) ? Il faudrait préciser ou reformuler. D’ailleurs, est-ce que cette phrase est nécessaire ?
-       « Cette conversation lui rappelait tant d’autres, avec Hawk comme interlocuteur. » : lui EN rappeler tant d’autres.
-       « Elle ne comprenait pas où Ondine voulait arriver. » : je mettrais plutôt « où Ondine voulait en venir »
« Un lutin apparut totalement. » : je mettrais « entièrement » plutôt que « totalement » qui gêne un peu la compréhension.
Flammy
Posté le 21/10/2019
Coucou !

Je suis contente que ce chapitre te convienne, parce que j'ai vraiment sué dessus ='D Je le trouvais pas assez intéressant, donc que tu trouves les conversations avec Ondine cools, ça me rassure un peu ^^

Pour la dénomination, c'est parce qu'ils ne sont pas originaire des îles normalement, Ondine fait une réflexion dessus à un moment "qu'elle n'aurait pas dû les accepter". Je ne pensais pas que c'était forcément si gênant, mais du coup, je vais essayer de voir ce qu'en pense les autres lecteurs ^^

Merci beaucoup pour tes commentaires et tes retours =D
Rimeko
Posté le 05/10/2016
Suggestions, la suite :<br /> "Elle appréhendait petit à petit à l’idée de parler avec un Esprit" 'S'habituer à' ou juste 'appréhender', mais pas un mélange des deux ^^
"Une fois apaisée, une question émergea, aussi naturelle qu’évidente." Problème de lien : ce n'est pas la question qui est apaisée...
"Cette conversation lui (en ?) rappelait tant d’autres"
"La discussion lui laissait un sentiment de malaise, avant de repousser ses doutes et de se concentrer sur l’essentiel." Problème de lien à nouveau, ce n'est pas la discussion qui repousse ses doutes ^^
"Vu la présence d’eau, le reste de la galerie risque d’être ennoyée." Un néologisme ou une erreur ?
"Elle eu(t) le réflexe de se jeter en arrière, contre l’éboulement"
 
C'EST QUOI CES FINS DE CHAPITRES, NON MAIS EUH. Ça devrait être interdit tous ces cliffhangers ! (Surtout qu'on a toujous pas vraiment revu Calunne depuis sa chute, ne me dit pas qu'on va avoir un chapitre qu'avec Hawk XD)
Bon, après ces quelques protestations, je tiens à dire que je déteste les lutins :D C'est drôle, c'est courant d'en voir des farceurs dans les bouquins, mais des méchants à ce point... Apparemment le but principal de la faune de cette île est d'en défendre l'accès, ou quoi ? ^^
J'aime beaucoup les passages de discussion entre Noelia et Ondine... Je suis très curieuse au propos de l'Esprit. Et pourquoi Noelia ? Une élue ? Et qu'est-ce que vient faire Callune là-dedans ? ... Plus tu nous donnes des répondes, plus tu poses de nouvelles questions ! Ça doit être vraiment perturbant de parler à quelqu'un qui a accès à toutes nos pensées, au passage... Et c'était bien rendu je trouve !
Je reviens dès que possible !
Flammy
Posté le 05/10/2016
Re-Re-Coucou Riri \\o/
Alors alors. Je sens que ça commence à se voir que quand je vois rien en relisant xD Comment ça ma phrase n'est pas claire ?! Faut que j'aille dormir moi ='D
Pour le coup du néologisme, je vois pas où est le soucis en fait. C'est quoi le néologisme ? 
 
Oui, j'avoue que mes fins de chapitres avec Callune sont toujours très sadiques :p Vu que ça bouge pas forcément pas trop pendant le chapitre, ça bouge à la fin ^.^ Et puis bon, c'est quoi ce rejet à l'idée d'un chapitre avec que Hawk ? Il est charmant ce petit :D
Mes lutins sont juste très farceurs. Le soucis, c'est qu'ils ont un humour qui leur est propre x)
Et je suis contente si les passages Noélia/Ondine te plaisent, je lutte un peu pour les écrire xD Donc au moins, je ne souffre pas pour rien :p
Un très très gros merci pour tes commentaires ma Riri ! Ca m'aide beaucoup d'avoir des retours comme ça ^^
Pluchouille zobuouille !  
Vous lisez