I.12 Les Blessures

Par Flammy

Chapitre 12 : Les Blessures

 

~821 jours avant le cataclysme

 

~0~

 

La richesse des Izanamiens reposent sur des artisanats qu’ils sont les seuls à développer. Ils sont les seuls à maîtriser la production de la soie et ses teintures, les seuls assez patients pour se lancer dans la réalisation d’objets utilitaires mais à la finesse rare en bois de saule scintillant. Leur culture militaire leur offre aussi une maîtrise inégalée en ferronnerie, souvent secondée par quelques Athanoriens.

Notes de Max.

 

~0~

 

Noelia courait à en perdre haleine.

 

Malgré tous les efforts de Noor et l’aide du corbeau, ils avaient été encerclés par les gardes izanamiens. Ceux-ci ne leur avaient pas demandé leur identité, ils ne leur avaient adressé aucune parole. Mettant sa peur de côté, Noor avait essayé de leur parler, de calmer le jeu. En temps normal, il avait le contact facile avec les inconnus. On avait tendance à lui faire rapidement confiance, même avec ses évidentes origines athanoriennes.

 

L’un des soldats l’avait attaqué sans même hésiter. Sans chercher à comprendre plus, Noelia avait fui, aussi bien motivée par sa propre terreur que par les ordres d’Ondine. Elle ne parvenait plus à savoir si c’était vraiment elle qui avait le contrôle de son corps ou l’Esprit.

 

Grâce à son bouclier, elle avait réussi à prendre de court les gardes et à les repousser suffisamment pour percer leur cercle et s’enfuir. Elle courait depuis, sans oser s’arrêter. Elle leur avait donné une preuve de ses origines dimidius, ils ne la laisseraient pas s’échapper si facilement. Elle devait s'éloigner toujours plus, garder sa maigre avance malgré ses poumons en feu et ses jambes douloureuses.

 

Au bout d’un long moment, elle s’écroula contre un arbre. Elle ne pouvait pas se contenter de courir sans but, elle devait retrouver la frontière. Mais isolée dans un territoire qu’elle ne connaissait pas… Ondine se taisait. Elle ne pouvait probablement pas l’aider autrement qu’en rafraîchissant ses joues brûlantes.

 

Noelia s’apprêtait à se remettre en marche lorsqu’elle entendit des pas se rapprocher. Elle se figea, complètement glacée. Elle était trop fatiguée pour distancer un soldat, il lui fallait une autre solution. Elle devait lutter, même si elle n’était pas comme Hawk, elle n’avait jamais appris à se battre. Pourtant, elle n’avait pas le choix. Même si elle tremblait, même si elle se sentait à deux doigts de fondre en larmes, elle devait lutter.

 

Complètement épuisée et mentalement à bout, Noelia se retourna. Deux gardes armés d’épée avançaient vers elle, suspicieux. Ils se séparèrent et commencèrent doucement à l’encercler, prêts à l’attaquer au moindre geste de sa part. Même si elle pouvait se protéger avec son bouclier, ils finiraient par l’avoir à l’usure. Elle devait prendre les devants et les mettre hors d’état de nuire. Elle sentit ses doutes et ses peurs disparaître un peu et une chaleur lui brûla le ventre. Ondine essayait de lui insuffler suffisamment de force pour agir.

 

Lorsqu’un soldat passa entre elle et un arbre, Noelia s’élança. Elle activa son bouclier et se jeta de toutes ses forces sur lui. Il tenta de l’embrocher mais sa lame ripa contre un mur invisible. Il reçut le choc de plein fouet et sa tête claqua lourdement contre le tronc derrière lui. Il s’effondra, inconscient. Noelia ne s’offrit pas le luxe de réfléchir. Elle devait…

 

Sa protection vola en éclats.

 

Le deuxième soldat avait saisi l'occasion et il avait attaqué sans relâche son bouclier, jusqu’à le briser. Noelia était trop fatiguée pour le maintenir plus longtemps. Elle s’écroula avec un cri. La destruction de sa bulle la laissait toujours éreintée, complètement hébétée. Elle entendait dans un coin de son esprit Ondine paniquer, mais cela ne la concernait même plus vraiment. Elle se sentait anesthésiée, bloquée dans un brouillard bienheureux.

 

Le soldat se rapprocha d’elle, vaguement suspicieux. Il s’attendait à un piège probablement. Après quelques instants d’hésitation, il leva son épée. Noelia le regarda faire avec indifférence. Il abattit sa lame, clairement dans le but de la tuer.

 

Une ombre se jeta entre elle et le garde.

 

Les deux silhouettes indistinctes roulèrent au sol et luttèrent. Noelia n’eut même pas le réflexe de baisser les yeux vers eux. Ondine lui hurlait de fuir mais elle ne l’écouta pas. Elle ne se sentait capable de rien. Les cris, les coups, la violence… Du sang éclaboussa ses vêtements et son visage, étrangement chaud. Une odeur de fer envahit ses narines. D’autres bruits de lutte lui parvenaient de derrière elle. Un dernier cri d’agonie retentit dans la forêt et le silence revint.

 

Une des deux ombres se dressa face à Noelia, tituba un instant avant de s’écrouler juste devant elle. Elle cligna des yeux. Elle devait sortir de sa torpeur. Elle sentait que c’était important. Elle prit sur elle pour réussir à baisser la tête.

 

Hawk était allongé devant elle, le visage crispé par la douleur. Une tache rouge s’épanouissait sur ses vêtements, au niveau de son torse. Le sang coulait abondamment. La plaie serait mortelle si personne ne faisait rien. Et elle était sûrement la seule personne du royaume qui avait envie de lui sauver la vie.

 

L’état d’hébétude de Noelia vola en éclat d’un coup. Son rythme cardiaque accéléra brutalement et son souffle se fit court. Elle se pencha sur lui et appuya sur sa blessure. Elle devait empêcher l’hémorragie. Faire quelque chose. Il grogna de douleur mais il n’ouvrit pas les yeux, trop mal en point. Elle ne l’avait jamais vu dans un tel état. La plaie semblait profonde, entre deux côtes. Il ne fallait pas que les organes internes soient trop touchés. Sinon… Sinon…

 

Noelia sentit les larmes monter. Dans de telles conditions, elle ne devait pas se faire d’illusions. Ondine ne disait rien, elle ne lançait même pas une pique, elle ne râlait pas sur le fait qu’elle aide Hawk. La… La situation était-elle si désespérée que ça ?

 

Une branche morte craqua derrière elle. Quelqu’un se rapprochait d’elle. Complètement paniquée, Noelia tourna la tête. Si elle devait gérer la blessure de Hawk et un soldat, ils ne s’en sortiraient pas. Un homme inconnu se tenait derrière elle, mais ses traits n’étaient clairement pas izanamiens. Brun, avec une longue et fine tresse dans le dos, il remonta ses lunettes sur son nez, mal à l’aise et inquiet. Le deuxième garde, celui qu’elle avait assommé, n’était visible nulle part. Il enleva son manteau et s’acharna un instant sur le tissu pour réussir à le déchirer et obtenir une lanière.

 

— Il va falloir le bander, histoire de… de…

 

Il ne termina pas. Malgré sa prise d’initiative, il ne paraissait pas très rassuré. Mais déjà, contrairement à elle, il ne semblait pas sur le point de fondre en larmes. Noelia hocha la tête, incapable de parler. Ses doigts, poisseux de sang, tremblaient. Heureusement, l’homme l’aida. Hawk grogna tandis que le pansement était fermement serré sur sa blessure. Le sang imbiba le tissu mais coula moins fortement.

 

— Hawk ? Hawk… Tu m’entends ?

 

La voix de Noelia tressautait tellement qu’elle n’était pas sûre d’être compréhensible. Hawk ne réagit pas, trop mal en point pour la rassurer. Cette prise de conscience fit monter d’un cran sa panique.

 

— Ça ne suffira pas. Il faut… Il faut…

 

Seul un Dryadien avec sa magie aurait pu les aider. Mais où en trouver un qui accepterait ? Ici ? Hawk allait mourir. Il l'abandonnerait… L’inconnu lui secoua durement l’épaule. Il essayait de capter son attention.

 

— Le mieux aurait été de rejoindre mes compagnons, mais…

 

Il hésita, avant de reprendre d’une voix plus ferme.

 

— Par là-bas. Une guérisseuse habite par là-bas et le chemin est libre.

 

Noelia peina un instant pour comprendre le sens des paroles. La guérisseuse que Hawk voulait tant voir au point de se servir de Callune comme prétexte. Quelle ironie. Noelia hocha la tête. Ses doigts arrêtèrent de trembler.

 

Il lui restait une solution. Il fallait tenir le coup, encore un peu.

 

~0~

 

Noor fixait Callune, incapable d’articuler le moindre mot. Il ne se remettait visiblement pas du fait qu’on ait pu lui mentir sur quelque chose d’aussi important que l’inquiétude d’un frère pour une sœur. Il jeta un coup d’œil à Ewoomi et Armita. Son visage s’obscurcit. Il réalisait que, s’il voulait s’en sortir, il faudrait réagir rapidement. Il faisait face à un Izanamien, l’un de ceux dont la haine envers les dimidius était la plus violente. Il tenta de se redresser, prêt à s’enfuir. Avec un sourire, Ewoomi posa les mains sur ses épaules et le força à s’asseoir.

 

— Allons très cher. Vous n’êtes pas encore parfaitement remis, il ne serait guère raisonnable de reprendre la route dans de telles conditions. Restez un peu en notre humble compagnie, que nous puissions nous occuper de vous.

 

« Nous occuper de vous ». Noor frissonna. Ils n’allaient pas se contenter de le tuer. Il aurait aimé jeter un regard à Callune, histoire de chercher du soutien, mais il se força à fixer ses pieds. Il avait toujours pensé que les manières un peu rudes de Hawk envers sa sœur étaient dues à son caractère. Mais en réalité… La princesse n’avait sûrement pas dû suivre les dimidius de son plein gré. Elle devait croire qu’il était complice. Qu’aurait-il bien pu attendre d’elle ? L’Izanamien se redressa et frappa dans ses mains, un sourire heureux sur le visage.

 

— Armita ! Accepterais-tu d’aller chercher de quoi manger à notre blessé ? Il a besoin de reprendre des forces.

 

L’albinos hocha la tête.

 

— Bien sûr Ewoomi. Je…

— Noor est végétarien, coupa Callune. Il faudra peut-être adapter votre recette.

— Naturellement ! Merci beaucoup pour cette précision, Callune-hime !

 

Noor les regarda discuter tranquillement, complètement abasourdi. Ils comptaient vraiment juste… le nourrir ? Il essaya de capter l'attention de Callune, mais celle-ci n’avait pas bougé, toujours figée dans la même posture, les yeux sur ses doigts. Elle s’était exprimée d’un ton sans intonation particulière, comme si elle avait agi par réflexe et qu’elle pensait à autre chose. Noor ne savait plus comment réagir. Il aurait déjà dû recevoir des insultes et des menaces, voire des coups ou pire. Que… Qu’est-ce qui se passait ? Ils comptaient l’empoisonner ou quoi ? Le droguer pour mieux le torturer ?

 

Ewoomi restait à ses côtés, le couvant de son sourire. Malgré son apparence sympathique, Noor était sûr qu’il se tenait prêt à le tuer en cas de souci. Il gardait le fourreau d’une épée attachée à sa ceinture, intimidante. Il ne posa aucune question, mais Callune dut sentir qu’on attendait plus d’elle que des précisions sur son régime alimentaire. Elle se redressa et leva un visage étrangement inexpressif vers Ewoomi.

 

— Noor s’était proposé pour m’aider à me rendre jusqu’à quelqu’un pouvant soigner ma fièvre.

 

Ewoomi opina du chef en direction de Noor.

 

— Une grande âme altruiste, c’est tout à votre honneur.

 

Noor n’en crut pas ses oreilles. Son cœur battait la chamade, incontrôlable. Décidément, il n’y comprenait rien. Il se tourna vers Callune, à la recherche de soutien, mais surtout d’un visage familier. Elle lui offrit un léger sourire, mais pas plus. Le dos raide, ses mains sagement posées sur ses cuisses, elle paraissait engoncée dans les bonnes manières, avec son maintien et son expression figée. Elle semblait si différente de la Callune qu’il avait côtoyée lors de la traversée du continent…

 

En même temps…

 

Noor réalisa d’un coup ce qui avait changé. Les yeux de Callune n’étaient plus brillants et ses joues rosies. Elle était guérie et ne subissait plus les effets de la maladie. Noor sursauta et, par réflexe, se rapprocha d’elle pour poser une main sur son front.

 

— Vous vous sentez mieux ?! C’est de l’écorce de saule ? Ou vous êtes définitivement rétablie ?!

 

Callune sourit timidement.

 

— N-Ne vous inquiétez pas. Jusqu’à la prochaine fièvre en tout cas.

 

Noor était réellement heureux. Pour peu, il l’aurait serrée dans ses bras. Une bonne nouvelle, ça lui faisait du bien. Il en avait tellement besoin. Un léger rire troubla son soulagement.

 

— Callune-hime, vous avez dégoté un chevalier servant très empressé ! commenta gaiement Ewoomi.

 

Noor sentit ses joues le brûler. Il… Il n’avait pas voulu… Il réalisa alors qu’il se trouvait très proche de la princesse, probablement plus que ce que l’autorisait l’étiquette. Elle semblait un peu raide, mal à l’aise. Noor se jeta en arrière, affreusement gêné.

 

— J-Je… Je suis désolé ! Je…

 

Qu’est-ce qu’il fallait dire dans ces cas-là ?! Comment se comporter ? D’habitude, c’était Hébrun qui s’occupait des clients importants, pas lui. Armita arriva sur ces entrefaites, une assiette fumante dans les mains. Elle se concentrait sur ses pieds nus pour ne pas trébucher et renverser le repas qu’elle tendit avec un sourire à Noor.

 

— Voilà pour vous monsieur. Il n’y a pas de viande, j’ai fait attention.

 

Noor attrapa le plat, trop surpris pour remercier Armita. Avaient-ils vraiment compris ce qu’il était ? Pourquoi se comporter de manière aussi gentille avec lui ? Il fixa le récipient et saisit machinalement sa cuillère. D’un sens, cela le rassurerait presque que la nourriture soit empoisonnée. Qu’ils ne soient que de trop bons menteurs. Il goûta sans une hésitation. C’était délicieux. Quelques larmes tombèrent dans la soupe.

 

Sans pouvoir s’en empêcher, Noor pleura.

 

~0~

 

Noelia avançait comme dans un rêve.

 

Heureusement pour elle, l’homme à la longue tresse avait pris les choses en mains. Il lui avait donné des directives et, à deux, ils avaient construit une civière de fortune pour transporter Hawk. Celui-ci n’avait toujours pas repris conscience. Il laissait parfois échapper un gémissement en remuant. Le rouge sur son bandage avait foncé, l’hémorragie s’était calmée pour le moment, mais le moindre faux mouvement libérerait un flot de sang.

 

Maxwell parlait.

 

Il s’était présenté, avait raconté une partie de sa vie, avait décrit le décor et commenté le temps. C’était cette voix, plus que tout le reste, qui forçait Noelia à se concentrer et à avancer, fixée sur son objectif.

 

Sans cela, elle continuerait de contempler Hawk et sa blessure, immobile. Ce timbre la guidait et la réconfortait, alors qu’elle ne l’avait jamais entendu auparavant. Un comble. Mais pour le moment, elle en avait besoin. Même Ondine s’était tue, laissant Maxwell la diriger par ses paroles.

 

Ils finirent par déboucher sur une clairière, au centre de laquelle se dressait une maison construite récemment. Un feu brûlait devant l’entrée, preuve que quelqu’un habitait là. Sans une hésitation, Maxwell s’engagea à découvert et s'avança vers la porte. Celle-ci s’ouvrit alors qu’ils ne se trouvaient plus qu’à quelques pas.

 

Une femme sortit. Grande et carrée d’épaules, elle avait remonté ses longs cheveux noirs en chignon. Seule une mèche venait recouvrir une partie de son visage. Son œil visible, en amande, se posa sur Hawk. Son expression ne trahit aucune émotion à la vue du bandage ensanglanté, elle ne prononça aucun mot. Maxwell prit rapidement les choses en main.

 

— Bonjour. Excusez-moi de vous déranger mais… êtes-vous bien Tomoe, la guérisseuse ?

 

Sans même lui jeter un regard, la femme hocha la tête. Maxwell toussota, avant de continuer, mal à l’aise :

 

— Pouvez-vous nous aider ? Notre ami est gravement blessé et il ne s’en sortira pas sans soins…

 

Tomoe garda un instant le silence avant de se décaler de quelques pas. Elle montra d’un geste de la main la porte de sa maison, toujours ouverte.

 

— Entrez et installez-le dans une chambre. Je verrai ce que je peux faire.

 

Immédiatement, le rythme cardiaque de Noelia accéléra et un sourire fleurit sur ses lèvres. Les choses allaient s’arranger. Hawk allait guérir. Tomoe remarqua sa réaction et, d’une voix sans intonation, doucha rapidement son optimisme naissant.

 

— N’espérez pas trop. Il a perdu beaucoup de sang et je ne suis pas une Dryadienne. Commencez dès maintenant à prier les Esprits.

 

Quelque part dans son Esprit, Noelia sentit Ondine rire jaune.

 

~0~

 

Le repas se déroula dans un étrange silence.

 

Armita paraissait inquiète, probablement à cause de l’absence de Maxwell. Malgré les heures, il n’était toujours pas de retour. Noor ne saisissait pas l’origine de cette peur et la prenait pour lui. Il restait en périphérie, à la fois mal à l’aise et reconnaissant. Une drôle de combinaison qui le déconcertait. Callune le comprenait.

 

Non, ce qu’elle avait du mal à interpréter, c’était les réactions d’Ewoomi. Il ne laissait transparaître aucune émotion négative, parfaitement égal à lui-même. Callune ne savait pas vraiment comment le jauger. Jouait-il parfaitement la comédie ou n’arrivait-il à ressentir qu’un seul sentiment ? Difficile à dire. Il lui faudrait plus de temps pour le déterminer.

 

Une fois les écuelles finies, lavées et rangées, Ewoomi s’éloigna du camp de quelques pas, hésitant mais toujours souriant. Après quelques instants d’immobilité, il s'approcha du feu et se plaça entre Callune et Armita. Il prit la parole, presque théâtral :

 

— Notre très cher professeur n’est pas encore revenu, et cela commence à exacerber mon inquiétude.

 

Noor sursauta et intervint :

 

— Un ami à vous est dans la forêt ? C’est dangereux ! Il… Il y a quelque chose d’étrange. Les soldats attaquent sans même… se renseigner avant…

 

Noor avait terminé en piquant un fard, les yeux fixés sur ses doigts. Visiblement, évoquer sa condition de dimidius le mettait terriblement mal à l’aise. Armita sauta immédiatement sur ses pieds, incapable de contrôler plus longtemps sa peur.

 

— Il faut faire quelque chose ! On ne peut pas…

 

Ewoomi sourit un peu plus largement.

 

— Malheureusement, j’ai juré sur mon honneur de rester à vos côtés, mes gentes demoiselles, pour vous protéger de tout danger. Mais si vous décidiez de le rechercher, je serais dans l’obligation de vous suivre, même contre ma volonté, ajouta-t-il malicieusement.

 

Il n’avait pas terminé de parler qu’Armita avait déjà enfilé ses bottines de cuir et préparait ses affaires pour le départ. Callune retint un soupir. Elle aurait aimé rester au calme plus longtemps, mais elle ne pouvait décemment pas leur refuser ce service. Elle hocha la tête en signe d’assentiment.

 

Duo parfaitement rodé, Ewoomi et Armita furent prêts rapidement. Noor accepta de porter la sacoche de Maxwell et la petite troupe se mit en route. Ewoomi menait la marche, toujours souriant, mais il trahissait quelques signes d’anxiété. Il gardait la main sur la poignée de son épée, prêt à réagir en cas de soucis. Noor ne paraissait pas beaucoup plus rassuré mais il suivit sans protester. Il se sentait probablement redevable.

 

Ils progressèrent longtemps, dans un silence inquiétant. Même les animaux de la forêt s’étaient tus.

 

Ewoomi s’arrêta brutalement. Il avait pisté les traces du passage de Maxwell, mais il hésitait pour la première fois. Il se retourna et s’adressa à Noor.

 

— Auriez-vous l’obligeance de mener ces demoiselles par ici ? Le chemin se révèle peu praticable par là mais je souhaiterais confirmer une bricole.

 

Noor parut surpris mais il obtempéra sans poser de question. Il s’engagea dans la direction indiquée, vérifiant à l’oreille si quelque chose clochait. Callune hésita un instant. Pourquoi se séparer et les laisser seuls ? Il devait leur cacher quelque chose. Mais quoi ? Malheureusement, Armita et Noor l’attendaient. Ce n’était guère le moment de se faire remarquer.

 

Après un dernier regard vers Ewoomi, elle obtempéra et suivit ses compagnons sans protester.

 

~0~

 

Ewoomi s’éloigna seul de son côté, rapidement pour ne pas se laisser distancer.

 

Il progressa prudemment, évoluant au milieu de traces de combat récentes. Il restait même un cadavre par terre, la gorge barrée par une profonde entaille. Du sang souillait le sol. Au vu de la quantité, quelqu’un avait été salement touché. Ewoomi grimaça. Il continua de chercher, avant de trouver ce qui l’intéressait caché derrière un buisson. Il hocha la tête et sourit, puis courut pour rattraper ses compagnons de voyage.

 

Le buisson secoué laissa tomber quelques petits fruits lumineux. Ils chutèrent jusqu’au sol, éclairant un deuxième cadavre de garde izanamien. Il ne portait aucune trace de blessure par armes, mais sa peau était profondément lacérée, des fragments rocheux plantés dans les plaies. Quelques instant plus tard, l’éclat des fruits s’éteignit, replongeant la forêt dans l’obscurité.

 

~0~

 

Noelia attendait dans la pièce commune de la maison, un verre fumant à la main. Avant même de commencer à s’occuper de Hawk, elle lui avait servi cette tisane et elle avait lourdement insisté pour qu’elle boive. Noelia avait rapidement compris qu’il s’agissait d’un breuvage apaisant. Elle se sentait plus sereine, l’état de choc se dissipait peu à peu au profit d’une douce torpeur.

 

Depuis un long moment, Tomoe était enfermée dans une chambre pour examiner Hawk, en compagnie de Maxwell. Aucun bruit ne lui parvenait. C’était bon signe, non ? Si Hawk avait été sur le point de mourir, la guérisseuse se serait probablement agitée. Elle l’aurait entendue. Là, on gardait le blessé au calme. C’était forcément bon signe. Elle n’avait pas d’inquiétude à avoir, tout irait bien. Hawk serait bientôt sur pieds.

 

La porte de la chambre s’ouvrit.

 

Tomoe sortit, son visage toujours figé dans son expression neutre. Elle tenait dans ses mains un chiffon rougi avec lequel elle s’essuyait soigneusement les doigts. Maxwell la suivit rapidement, particulièrement pâle, l’estomac au bord des lèvres. Le cœur de Noelia cogna plus fort dans sa poitrine. Incapable d’attendre plus longtemps, elle se leva et se précipita vers Tomoe.

 

— Comment va Hawk ? Est-ce que je peux lui parler ? Quand est-ce que…

 

La voix de Noelia s’éteignit dans un souffle. Elle se trouva soudain stupide. Dans sa tête, Ondine avait déjà compris, mais elle se gardait bien de formuler l’atroce vérité. Impassible, Tomoe prit quelques instants avant de lui répondre enfin, d’un ton froid et factuel.

 

— La blessure est trop profonde. Il lui faudrait l’aide d’un magicien. Je ne peux rien faire de plus. Il est condamné.

 

La sentence tomba comme un couperet et Noelia en oublia de respirer. Dans un état second, elle dépassa Tomoe et Maxwell et pénétra dans la chambre. Elle murmura pour elle-même :

 

— Je... Je dois le veiller. Il va mal dormir sinon.

 

Elle déplaça un tabouret et l’installa près du lit, où elle lissa machinalement les draps. Hawk était totalement immobile, d’une pâleur cadavérique. Il semblait déjà mort.

 

Noelia craqua.

 

Elle pleura. Encore et encore. Plus que depuis des timthrialls.

 

Elle ne voulait pas se retrouver seule de nouveau.

 

~0~

 

Callune se trouvait étrangement en forme.

 

Ses sauveurs inattendus ne s’étaient pas contentés de soigner son rhume. Les effets délétères de son coma avaient disparu. Elle se sentait mieux que jamais. Malgré la longue marche, elle était encore capable d’avancer. Pas de courir ou de se montrer souple, elle restait une Dryadienne, mais comparativement à d’habitude, elle avait l’impression d’être en pleine forme. Une impression étrange, mais pas désagréable du tout.

 

Callune appréciait même l’exercice physique lorsqu’elle se prit les pieds dans une racine. Elle chuta, sans parvenir à retrouver son équilibre. Immédiatement, Noor lui rattrapa le bras. Un peu durement, mais au moins, elle ne s’était pas étalée par terre. Encore déconcertée par sa maladresse, Callune n’eut pas le réflexe de lui adresser les salutations d’usage. Noor ouvrit la bouche mais il bégaya un instant avant d’abandonner l’idée de lui parler. Il n’arrivait visiblement pas à se décider sur comment parler à une ancienne princesse.

 

Devant eux, Armita trébucha à son tour.

 

Lorsque Noor avait serré un peu trop fort le bras de Callune, elle avait sursauté et elle s’était retournée, surprise. Elle en avait oublié de regarder devant elle et une racine s’était dressée sur son chemin. Elle tomba, incapable de se rattraper. Ewoomi, pourtant juste à côté d’elle, l'observa sans intervenir. Une lueur triste voila ses yeux. Il se rapprocha d’elle et s’accroupit, sans lui proposer son aide pour se relever.

 

— Est-ce que tout va bien ?

 

Armita hocha la tête sans répondre. Elle vérifia ses paumes et ses genoux, avant de frotter la saleté sommairement et de se redresser toute seule. Ewoomi la regarda faire sans jamais intervenir. Elle lui adressa un sourire et reprit la marche, l’incident oublié.

 

Callune les avait observés, perplexe. Noor aussi paraissait surpris. Callune sourit intérieurement. Noor était décidément beaucoup trop facile à déchiffrer et à manipuler. Elle ne comprenait toujours pas comment il avait pu croire à l’histoire de Hawk sur leur parenté. Ils étaient beaucoup trop différents pour appartenir à la même famille. Noor n’aurait jamais survécu plus d’une matinée au palais dryadien.

 

Callune se remit en marche. Ce n’était pas le moment de perdre Ewoomi et Armita de vue. Leur progression dans l’obscurité dura longtemps. Callune commençait à s’essouffler, parvenue au bout de ses maigres forces, lorsqu’Ewoomi s’arrêta devant elle. Il se tourna vers elle et lui adressa un sourire.

 

— Les traces mènent ici, il semblerait que nous soyons arrivés à destination ! Je suppute que notre cher professeur se trouve dans cette masure.

 

Il s’écarta pour laisser Callune voir ce qu’il montrait du doigt. Au milieu d’une clairière se dressait une maison en parfait état.

 

Leur destination.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Djina
Posté le 11/05/2020
Toujours moi !

Hmm je me souviens d'une seule faute de frappe mais j'ai oublié où, désolée ><"

Ici le déroulement est très limpide c'est agréable même si le nombre de mystères et aussi de secrets qui vont sûrement être révélés sur ce cher Hawk vont pouvoir peut être sortir ?

Dryadiens, Izanamiens, le comportement de bien séance d'Ewoomi tout en étant dépourvu de compassion pour son apprentie ? C'est très étrange de trouver quelqu'un qui respecte tant l'étiquette, se parant d'une certaine noblesse du geste mais sans émotions. Est ce le côté izanamien et la particularité de suivre un code moral ou éthique emprunt de convenance ?

Je viens de me rendre compte que le bibliothécaire s'appelait Maxwell comme le père de Maxhirst... Cela me fait penser aux paroles des êtres jumeaux de la mort, sa réincarnation dans cet autre monde et sa mort figée dans le monde de Lise.. Une planète pararnte liée aux deux planètes Terre sans magie et avec science et celui de Krea emprunt de magies, de manigances mais aussi des auberges etc...

Comme je le disais tu nous offres une multitude d'intrigues mais je sens qu'on arrive quelque part ici car on a permis à plusieurs personnages différents de se remettre ensemble.

Ah et j'oubliais le choc, Maxwell a prémédité l'enlèvement de Callune ?! Izanamien en force, place d'Ewoomi ?? Et Tomoe je ne me souviens pas si c'est la stratège izanamienne féminine du temple ou je confonds les personnages ?
La time line de chaque histoire, est ce simultanné ? Je commence à me dire que ce n'est peut être pas le cas, qu'on voit un passé, un présent et un futur ^^' L'intrication de ces mésaventures et la méconnaissance que nous avons sur cet Oracle, cet amour abandonné, sur les premiers chapitres du tome 1. Je n'ai pas encore relu mais il me semble oublier des détails de lecture... Dis moi si je me trompes ?

J'avoue que le glossaire, je t'invite à le faire c'est très dur de bien suivre les caractéristiques à chaque fois... ^^' Un sorte de récapitulatif des spécificités découvertes par tome ou des pages intermédiaires, je ne sais quel format serait le plus idyllique.

ET là Hawk qui est sur la ligne de la mort, a besoin d'un magicien => Maxwell en est un non ? Callune qui va mieux, cette fièvre, les esprits scellés ou non et les ondiens qui pourraient avoir leur pouvoir si Ondine le voulait mais ne le voulant pas car elle n'aime pas du tout comment son peuple a tourné. Les esprits sortes de divinités magiques dans ce monde semble si difficile à comprendre. Callune sans pouvoir mais avec un grand intellect ? Je ne sais pas comment dire, je sais qu'elle n'est pas censée détenir de pouvoir il n'empêche....?


Attends tu m'avais répondu sur Malvéace mais ce n'est pas le grand frère de Callune décédé ?

Pour me faire me poser tant de questions et vouloir poursuivre, je te dis bravooo et merci :) Si je finis tes 7 tomes si tu réussis à ne pas te lasser de ton monde et de continuer à nous faire (histoire de pas être narcisse archi fan) ressentir tant et poser des questions, et ce monde, ces noms, ces références comment dire <3 Merci .. Cela serait la première fois après Harry Potter que je suivrai une saga si longue ^^' J'ai tendance à me lasser ou ne pas aimer où on nous mène alors que toi on voit vraiment les choses se mettre en place, se résoudre, on voit le fil conducteur même si la densité de personnages est important, cela me parait faire sens ...

Je continues ce qui me reste pour en savoir plus sur ce Hawk!! Et Hirst :) La révélation des prénoms en H!!! D'ailleurs je veux bien savoir d'où tu pioches des prénoms aussi atypiques.. J'adoooore :)

Ah et le fait que le pouvoir se matérialise chez les prêtres sous forme de Plume, est ce une référence à la communauté ou je me fais des idées ?

Oh j'oubliais mon amour pour la naïveté, l'amour, la confiance de ce Noor, son comportement désintéressé, son soin pour Callune. Elle devrait le protéger et comprendre que ne pas survivre aux manigances du palais, peut être mais être aussi honnête et bon c'est beau... Et savoir ce qu'ils ont dans la tête chacun est tellement chou. Callune qui pense que Noor ne fait pas confiance à ellecar elle lui a menti et lui quui pense que Cazllune doit le haï d'avoir aidé ces geôliers. C'est touchant!! Et j'aime d'autant plus que tu aies choisi un prénom comme Lumière, et feu pour le décrire dans son prénom même => une chaleur réconfortante apportant le sourire par sa lumière. Je m'emporte un peu mais je t'avoue que j'aime vraiment beaucoup ce personnage, je crois que si tu lui faisais du mal, cela me touchera énormément, il donne l'espoir :)

Pas de pression , ce n'est que mon avis, j'espère que tu vois que c'est des encouragements là <3

Courage!
Vous lisez