House of the Rising Sun - The Animals

Par Pouiny

J’avais 18 ans. Je venais d’échouer un des examens les plus importants de ma vie, mon couple battait sérieusement de l’aile depuis quelque temps. J’étais dépressif, irritable, peu attentionné, cassé par mes crises d'angoisses et mon manque de sommeil. Mais c’était les vacances d’été, et je partais malgré tout au début du mois d’août, à la conquête de mon amour et de l'océan de Vendée.

 

J’avais fait plus d’un voyage en voiture avec ce garçon. C’était dans cette même petite voiture rouge que l'on s’était rencontré pour la première fois. Elle avait déjà pour moi une aura toute particulière ; quand j’étais dans ce véhicule qu’il conduisait en mettant de la musique grâce au lecteur radio et des pochettes entières de CD de toutes sortes, je me sentais bien. Nous avions nos habitudes de chanson, privilégiant par exemple LEJ, dont je parlerais peut-être plus tard. Mais ce jour-là, ce garçon avait choisi de me faire découvrir d’autres morceaux, qu’il venait tout juste de graver et qu’il était assez content d’écouter.

 

Le trajet jusqu’en Vendée était assez long, alors je n’étais pas attentif sur tout ce qu’il se passait. J’étais fatigué, mais heureux de retrouver mon petit ami, mon « presque-fiancé », et je ne pensais qu’à ça. Je le regardais conduire, concentré, et j’étais apaisé dans mon malheur d’être en vacances avec lui, comme si l’on créait une habitude. On parlait de tout et de rien ; de notre fin d’année, des échecs que j’avais subis, de sa brillante réussite qui le rendait particulièrement serein. Beaucoup de choses s’échangeaient, naturellement ; on commençait à se connaître depuis un petit moment. Mais assez brusquement, il a coupé la discussion et a attiré mon attention sur la chanson qui passait. Et voilà ma deuxième Musique Capsule : The House of The Rising Sun, de The Animals.

 

Souvent, pour apprécier une musique, il faut l’entendre plusieurs fois, le temps de s’habituer à elle. Mais dans certains cas, dès les premières secondes, les premières notes résonnent directement dans notre cœur. Faisant silence pour me concentrer sur le mauvais son de sa voiture rouge, je suis resté bouche bée, attentif aux arpèges, à la voix cassée du chanteur. Et la mélodie, au lieu de sortir par une oreille une fois rentrée, se lova dans mon cœur entre deux battements. J'étais interdit, perturbé par la puissance du chant et de ce qu’elle provoquait en moi comme sentiment. Je ne pouvais plus regarder autre chose que les secondes de la musique défiler sur le tableau de bord du véhicule ; la maison du soleil couchant m’avait hypnotisé.

 

Voyant l’impact, ce garçon rigola un peu, et tenta d’expliquer les paroles et son sens, mais je le défendis de parler durant mon écoute. Il n’eut pas besoin de demander pour comprendre que je voulais la réécouter dès qu’elle fut finie. Il me raconta le texte, son propos mystérieux ; son impossibilité de savoir qui l’avait écrit. Quelle vie a vraiment mal tourné en Nouvelle-Orléans ? Une fille dans une maison close ? Un accro aux jeux d’argent ? Un prisonnier aux chevilles enchaînées ? Mais peu importe le problème. « Not to do what I have done ». Et sa complainte, ses regrets criés en une mélodie vibrèrent en moi comme un véritable conseil.

 

Quand la chanson finit à nouveau, tout en moi supplia de la remettre, encore une fois. Mais je n’osai pas déranger davantage. D’autres musiques passèrent, la conversation reprit. Le CD tourna et il devenait désormais qu’une excuse, en attente du retour de l'unique morceau que j’avais réellement envie d’entendre.

 

À ce moment-là, je ne pouvais savoir que ce serait mes dernières vacances avec ce garçon, cette voiture. Que la maison du soleil couchant accompagnait les derniers jours, les dernières heures de ma relation avec ce presque-fiancé, avec qui je me voyais finir mon existence. Quand les vacances dérapèrent en désastre, et que je fus renvoyé chez moi, hors de sa vie, seule cette musique à la complainte déchirante suivit mes heures de route solitaire. « Not to do what I have done. » Sous le soleil d’août et la mer qui avait effacé les messages de notre amour, ma liaison a pris fin. Mais the Animals ont continué de chanter pour moi, comme s’ils criaient. Et cette chanson devint ainsi son dernier cadeau à mon égard.

Depuis, j’ai écouté diverses versions, plus récentes, plus intimes, plus rock. The House of The Rising Sun est une des musiques les plus reprises du monde. Mais cette version de Animals s’est cristallisée en moi avec une odeur de voiture diesel, de vacances à la mer, mais surtout de déception et d’amertume. Un sentiment triste qui se ternit au fil du temps comme de vieilles fleurs séchées.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Karlsefni
Posté le 10/06/2021
Bien le bonjour !
Mon commentaire risque de se mêler aux autres, mais je tiens à saluer cette histoire. Je connaissais The House of the Rising Sun, mais je dois avouer n'avoir jamais envisagé de l'écouter pendant une lecture, ce que tu m'as magistralement fait faire. Rien que pour cela, bravo.
Ensuite, ce qui m'a marqué personnellement, c'est cette identification au narrateur qui s'opère. Cela m'arrive de tomber sur des musiques qui me scotchent dès les premières secondes, mais réussir à retranscrire ce sentiment "sur papier", c'est tout autre chose.
Alors, merci pour cette lecture, ou plutôt, pour cette évasion !
Pouiny
Posté le 10/06/2021
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de mettre un commentaire ! J'espère que l'expérience de lire avec house of the rising sun t'as plus :D
Ewen
Posté le 01/04/2021
[… Si je m'attendais à être cité dans un commentaire ! Merci dodoreve - si tu repasses par là -, quel honneur !!]

Je suis encore plus fan de ce chapitre. C'est marrant comme la durée de lecture approche celle de la chanson sus-citée :O
Mais le plus important c'est cette histoire ! Il était en effet nécessaire de faire ces capsules, avec ce vécu et cette facilité à conter ^^
J'aimais déjà beaucoup le morceau de base, mais avec ton histoire en tête je ne l'écouterai plus de la même oreille ni avec les mêmes images en tête, ça c'est certain
Pouiny
Posté le 02/04/2021
aaaah mais c'était donc toi ! J'avais cherché mais j'avais pas trouvé xD Je vais aller jeter un œil de ce pas, héhé ! :D

Si ça dure le même temps que la chanson, c'est un hasard, parce qu'à l'écrire ça m'a pris beaucoup plus de temps x) Néanmoins quand j'écris, je met la musique concernée en boucle, donc peut-être que je me fais influencer d'une certaine manière.

Merci beaucoup ! Je suis content que ces souvenirs plaisent. A la base, j'avais pas forcément prévu de publier ça, c'était plus pour moi et ne pas oublier les chansons qui avaient marqué ma vie, j'avais peur que ce qui les entourait soit peu intéressant pour quelqu'un d’extérieur à tout ça. C'est quand une connaissance a lu "Loud and Clear" (dont je vais voir ton commentaire juste après !) qu'elle m'a dit que ça valait vraiment le coup de le publier ^^ Et donc voilà :D Je regrette pas, en tout cas !
dodoreve
Posté le 25/03/2021
Coucou Pouiny ! En passant distraitement l'œil sur les histoires de PA que je n'aurai pas le temps de lire (ça me détend ahah), j'ai vu ce petit recueil et ai tout de suite filé sur cette capsule (abandonnant les mails que je devais envoyer). J'espère lire aussi les autres, mais je ne doute pas trop de trouver le temps que j'aurai pour le faire ! (Je t'avoue que le format me semble plus accessible que Les fleurs du soleil, que je n'oublie pas et que j'ai hâte de retrouver.)
Bref, en tout cas j'ai beaucoup aimé m'égarer ici. Je rejoins beaucoup ton ressenti sur ces musiques/souvenirs, et sur l'envie d'écrire avec des sons en tête. (Je ne sais pas si tu as lu les Playlists d'Ewen, d'ailleurs ! C'est différent, mais ça te parlera peut-être ?)
J'aime beaucoup l'ambiance que tu décris. Tu écris ton souvenir si bien qu'on s'y projette sans l'avoir vécu. Et tes mots, que j'aime toujours autant, et cette fin : "Mais cette version de Animals s’est cristallisée en moi avec une odeur de voiture diesel, de vacances à la mer, mais surtout de déception et d’amertume. Un sentiment triste qui se ternit au fil du temps comme de vieilles fleurs séchées." Ah...! <3 (J'ai relu une fois, deux fois, plusieurs fois, et je relirai cette dernière phrase.)
(Et là c'est très frustrant, parce que je suis à la bibliothèque et que je n'ai pas pris mes écouteurs en me disant que non, ce matin, je n'aurai probablement pas envie d'écouter de la musique en travaillant. Résultat : je m'égare sur PA et je veux écouter The Animals. Mais je t'en veux pas, au contraire : merci pour ce souvenir.)
Pouiny
Posté le 25/03/2021
Salut ! T'inquiète pas pour les fleurs du soleil, ça disparaitra pas de toute façon ! ^^ Si tu en lis d'autre pour les musique capsule, hésite pas à me dire ce que t'en penses aussi !

Je connaissais pas les playlist d'Ewen, je vais aller regarder ça ^^ merci pour ce commentaire et il faut écouter House of the rising sun, c'est bien :D
dodoreve
Posté le 25/03/2021
C'est fait ! J'ai réécouté, et pas que celle-ci ! J'avais découvert The Animals quand j'avais peut-être 12-13 ans, à la médiathèque de 30m² de la commune où j'allais au collège, et c'était trop bien *-* Récemment je partais clairement sur autre chose musicalement parlant, mais c'est cool de revenir à des artistes qui ont marqué des petits bouts de ma vie, alors merci encore :D
Pouiny
Posté le 25/03/2021
C'est génial je trouve, quand on arrive à se souvenir précisément de la première fois qu'on a entendu une chanson qu'on adore ! Et c'est cool de voir qu'on est pas le seul a aimer des chansons qui ne font plus l'actualité x)
Vous lisez