Héléna

Par Nascana

– C'est le 29 février, aujourd'hui.

Je ne réponds pas. Je regarde juste par la fenêtre.

– C'est sur le calendrier…

Alors c'est le vrai… Celui que tout le monde peut voir. Pour moi, ça sera toujours pareil… Toujours la même chose…

– Tu veux que je te laisse ?

Derrière moi, Héléna parle. Elle le fait souvent, mais je ne lui réponds plus depuis ce jour : le 29 février…

Comme je ne bouge pas, elle s'en va. Lentement, j'entends le bruit de ses pas qui s'éloigne.

Je replonge dans mes souvenirs.

 

***

 

Quand je me réveille, Héléna est près de moi, dans le lit. Elle me regarde avec un sourire. Alors en retour, j'en fais de même.

Ailleurs, dans l'appartement, j'entends des claquements de talons sur le carrelage. Ma mère et ses sandales font des ravages malgré l'heure matinale. Évidemment, elle ne peut pas mettre de chaussons comme tout le monde. Pour elle, c'est réservés aux vieilles.

Je me lève avant qu'elle décide de casser un mur porteur sur un coup de tête. A peine ai-je mis le nez dehors qu'elle le sait.

– Gaétan, vient m'aider à réorganiser le salon !

Bien sûr, que faire de son lundi matin ?

– Franchement, tu crois que c'est le moment de faire ça ?!

– J'ai eu une idée !

– Ça attendra ce soir que je rentre.

Sans plus m'appesantir sur le problème, je me dirige vers la salle de bain pour me préparer. J'ai à peine ouvert le robinet qu'elle tambourine dans la porte.

– Je veux faire du tri. Tu me diras ce que je peux jeter dans tes affaires !

– Rien ! Je me débrouillerais.

Je me lave en vitesse, craignant le pire. En voyant ma chambre ouverte aux quatre vents, je me rends compte que c'est le cas.

Mes vêtements sont tous sortis de mon armoire et traînent en vrac sur le lit.

– La photo Gaétan, me souffle Héléna.

Je me retourne et avise le cadre sur mon bureau. J'ai oublié de la ranger. C'est la seule qu'il me reste. Ma mère a jeté toutes celles qu'elle avait de ma sœur. J'en ai sauvé quelques-unes. Mais quand elle les trouve, elle les détruit. Son prétexte, c'est qu'on n'a pas besoin de ça. Seulement moi, j'en ai besoin…

Je la retrouve en train de fouiller sur le balcon.

– Tu en fais quelques choses de ça ?

Elle me présente un pot de fleur.

– Oui, ce sont mes plantes et elles restent là.

– Elles sont mortes !

– Juste en sommeil ! On est en février.

Je remets les choses à leur place.

– Maintenant, je dois aller travailler donc calme tes ardeurs de nettoyage de printemps. Au moins, jusqu'à ce que je revienne.

Ma mère repart en faisant claquer ses talons pour montrer son mécontentement. Je le suis et ferme derrière elle.

– La photo, elle l'a sûrement vu, s’inquiète Héléna.

Positionnée devant mon bureau, elle tente de faire barrage avec son corps pour protéger mon bien.

– Ça va aller.

Je ne sais pas qui je rassure avec mes mots. Elle ou moi ?

– Tu vas faire quoi ?

J'hésite.

J'attrape le cadre, le glisse dans un tiroir de mon bureau. C'est ma faute, j'ai oublié de la ranger hier.

– Tu es sûr que ça suffira ?

Héléna n'a pas tord.

– Je vais fermer la porte de ma chambre à clé, ça sera plus sûr.

– Tu devrais la prendre avec toi !

Ça vire à la paranoïa. Je ne vais pas aller travailler avec un cadre sous le bras. Ça deviendrait vraiment n'importe quoi.

Après un tour de clé dans la serrure, je mets celle-ci dans ma poche et pars.

– A ce soir !

Ma mère ne répond pas. Elle est déjà passée à autre chose.

 

***

 

En rentrant, je vois une offre dans une boulangerie : une promo sur les pains au chocolat. Ça me rappelle mon enfance et j'en achète. J'espère en avoir un avant que les autres ne soient mangés.

Alors que je monte dans l'ascenseur, le souvenir des vêtements sur mon lit me revient en mémoire. Il faut encore que je range le bazar qu'elle y a mis.

Je presse le pas, dépose mon sachet sur la table de la cuisine et continu mon chemin. En arrivant devant la chambre, je prends conscience que quelque chose ne va pas. Mon coeur se met à battre très fort, alors que des frissons glacés me parcourent. La porte est ouverte.

Je me précipite sur le bureau, tire le tiroir si fort que je manque de le faire tomber. Le cadre est là. Vide.

Mon monde s'écroule.

Je tombe à la renverse.

Mais non, je ne dois pas abandonner tout de suite.

Je me redresse, je cours jusqu'à la cuisine. J'attrape la poubelle et la renverse. Seulement, celle-ci est vide.

La photo ! La photo ! Qu'est-ce qu'elle a fait de ma photo !

Je m'agite dans la cuisine, comme un pauvre fou.

L'évier attire mon regard. Il est plein de cendres.

De la sueur coule dans mon dos. Ma photo…

Je tombe au sol. Je me recroqueville sur moi-même. Je pleure. Je hurle.

Héléna alertée par tout ce raffut, arrive. Elle tente de mes prendre dans ses bras, me murmure des paroles rassurantes. Je ne l'entends même pas. Je n'entends plus rien.

Ma mère a la mauvaise idée de rentrer à ce moment-là. Elle me fixe, sans comprendre, je crois.

Héléna se redresse, en me chuchotant qu'elle va lui parler. Une chose qu'elle ne fait jamais. Elle déteste ma mère du plus profond de son cœur. Je la laisse faire. Plus rien n'a d'importance, à présent.

J'ai beau les entendre crier, je ne bouge pas. A quoi bon…

 

***

 

– Bonjour, Héléna. J'aimerais vous parler un peu.

– Je vous écoute.

– Qu'est-ce qu'il est arrivé avec la mère de Gaétan ?

– Je dirais qu'elle a eu peur de moi. La vérité fait mal. Elle a couru et glissé dans les escaliers.

– De quelle vérité voulez-vous parler ?

– La mort de sa fille. Elle en était responsable. Un jour qu'elle n'avait que quinze ans, elle l'a emmené avec elle, à une fête. Sans doute parce qu'elle avait repéré un mec. Elle l'a laissé la gamine seule, et celle-ci s'est fait abuser. Après ça, elle ne supportait plus l'idée de rester dans la même pièce que sa mère. Elle a préféré en finir. La vieille le savait. C'est pour ça qu'elle a jeté toutes ses photos.

– Et Gaétan, était-il au courant ?

– Il a lu son journal intime. Mais c'était trop dur pour lui. Alors j'ai promis que je garderais le secret.

– Vous n'avez pas tué la mère de Gaétan ?

– Bien sûr que non. Comme si j'allais me salir les mains. Cette conne a glissé dans les escaliers et sa tête a frappé le sol.

– Héléna, pourquoi rester avec Gaétan alors que vous détestiez sa mère ?

– Il lui fallait bien quelqu'un pour le protéger.

 

***

 

– Gaétan, est-ce que vous pouvez nous parler d'Héléna ?

Je me demande bien pourquoi ils veulent savoir ça.

– C'est mon amie.

– Elle vit chez vous ?

– Oui, avec ma mère et moi.

– Est-ce que c'est votre petite-amie ?

Pourquoi ils me posent cette question ? Les gens sont vraiment sans gêne.

– Non. Nous sommes amis, c'est tout.

– Quand avez-vous rencontré Héléna ?

– Je ne sais plus trop. Mais elle était toujours là, pour moi. Elle me soutient.

– Est-ce qu'elle aurait pu faire du mal à votre mère ?

– Non. Elle n'était pas comme ça !

– Pourtant elle n'aimait pas votre mère.

– C'est vrai mais… Non, pas Héléna.

– Est-ce qu'elle pouvait être violente ?

– Non. Elle prenait soin de moi. Elle était toujours là pour me soutenir.

Ils ne comprennent pas. Héléna est quelqu'un de bien.

– Est-ce qu'elle vous a poussé à partir de chez votre mère ?

– Plusieurs fois. Seulement, ma mère a perdu son emploi et je ne pouvais pas la laisser comme ça… Elle avait besoin de moi.

– Et Héléna ?

Je baisse la tête.

– Elle disparaissait dès que ma mère était là. C'était sa façon de manifester son mécontentement.

– Je vous remercie Gaétan.

– Je peux partir ?

– Non, Gaétan. Il faut que vous restiez encore un peu parmi nous.

– Mais nous sommes le 29 février.

– Non, Gaétan.

– Mais si, je l'ai vu sur le calendrier.

L'autre secoue la tête.

– Ce n'est pas encore pour tout de suite. Il va falloir attendre un peu pour ça.

Alors je cours jusqu'à ma chambre pour lui prouver que j'ai raison, mais quand mes yeux se fixent sur la date, je ne vois que 1 mars. Alors des larmes s'écoulent le long de mes joues. Je ne comprends plus rien.

– Ça va aller.

Héléna est derrière moi. Elle me prend dans ses bras et me bercent tendrement.

 

***

 

– Le 29 février ?

– Gaétan fait une fixation sur ce jour. Celui où sa mère est morte. Il attends toujours le 29 février en étant sûr qu'il pourra sortir. Ça doit être une chose qu'Héléna lui a raconté.

– Alors docteur, est-ce que cette Héléna existe où il raconte n'importe quoi ?

Le policier en face était fébrile. Cette histoire ne l'enchantait pas.

– Elle existe.

– Comment est-ce possible ?

– Sûrement à cause de la lecture du journal de sa sœur. Il ne l'a pas supporté. Il lui fallait quelqu'un pour l'aider. Alors Héléna a fait son apparition.

– Il sait ?

– Non.

Le docteur tendit un journal intime.

– Celui de sa sœur.

Sur la couverture avec des paillettes avait été tracé un gros « appartient à Héléna ».

– Le pire, c'est que la mort de la mère est vraiment un accident, soupira le policier. Pauvre garçon, passer d'une prison à une autre…

– Il n'est pas seul, au moins. Héléna veille sur lui.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Prudence
Posté le 02/04/2020
Je n'ai pu détacher les yeux de ma lecture. C'est très bien mené. On veut savoir tout en sachant. C'est un sujet sensible mais je ne suis pas ressortie du récit avec un mauvais sentiment. C'était tellement doux. Au début, c'était comique et après on arrive dans le vif du sujet. L'interrogatoire est parfait, j'ai tout de suite compris. On ne peut s'empêcher de s'attacher à Gaétan.
Nascana
Posté le 03/04/2020
Merci beaucoup. Je suis contente que cela t'es plu. C'est dur mais je préférais mettre un peu de comique pour atténuer.

Merci encore pour ton passage.
Yvaine
Posté le 17/03/2020
Cette nouvelle retourne. Les différents passages, avec les ellipses, rendent la lecture facile et agréable. On voit des extraits de vie, et peu à peu, on comprend. J'ai beaucoup aimé :) Héléna est étrange, je me doutais qu'elle n'était pas réelle pour tout le monde.
Nascana
Posté le 18/03/2020
Merci beaucoup pour ta lecture. Je suis contente que cela t'es plu.

Oui, Héléna n'est qu'une partie de Gaétan.
Zig
Posté le 07/03/2020
Bon... vous m'aidez pas à terminer mes lectures là ! Si je poste à chaque fois un commentaire parce que ça m'a plu, je n'ai pas fini de lire ! ><

J'ai aimé l'histoire, la douceur... J'ai trouvé que ça avançait bien, et même si je me suis doutée rapidement de la fin (parce que j'avais lu une autre Nouvelle du même type avant), j'ai quand même été agréablement portée dans la trame.

Un joli petit moment de lecture !
Nascana
Posté le 15/03/2020
Merci beaucoup. C'est un retournement de situation assez vu et revu ^^. Je suis néanmoins contente si cela t'a plu.
Nascana
Posté le 15/03/2020
Merci beaucoup. C'est un retournement de situation assez vu et revu ^^. Je suis néanmoins contente si cela t'a plu.
AudreyLys
Posté le 05/03/2020
Coucou ! J'aime beaucoup ta nouvelle, elle est tout en légèreté et en délicatesse, alors que l'histoire en elle-même est lourde. Je trouve que tu as bien traité le sujet, et ton écriture rend le tout émouvant sans être mélodramatique.
Bref, bravo à toi^^
Nascana
Posté le 15/03/2020
Merci beaucoup. Ton commentaire me touche.
Fannie
Posté le 05/03/2020
Coucou Nascana,
C’est un sujet délicat avec lequel plus d’un réalisateur de films est tombé dans la caricature. Mais tu l’as traité avec finesse et sensibilité, en laissant planer suffisamment de mystère pour maintenir le suspense jusqu’à la dernière scène, où on comprend progressivement d’où vient Héléna. À mon humble avis, la mère de Gaétan n’était pas non pas non plus très saine d’esprit. J’ai de la compassion pour Gaétan, mais heureusement, il a trouvé un moyen d’atténuer sa souffrance. Bravo pour cette belle participation.
Coquilles et remarques :
— Comme je ne bouge pas, elle s'en va. Lentement, j'entends le bruit de ses pas qui s'éloigne. [« Lentement » ne se rapporte pas à « j’entends », donc il est mal placé. Je propose : « Comme je ne bouge pas, elle s'en va, lentement. J'entends le bruit » / J’écrirais : « le bruit de ses pas qui s'éloignent » en considérant que ce sont les pas, plutôt que le bruit, qui s’éloignent.]
— Alors en retour, j'en fais de même [je fais de même]
— Pour elle, c'est réservés aux vieilles [réservé]
— A peine ai-je mis le nez dehors qu'elle le sait. [À]
— qu'elle tambourine dans la porte [à la porte]
— Rien ! Je me débrouillerais [débrouillerai ; pas de « s » au futur simple]
— La photo Gaétan, me souffle Héléna. [Virgule avant « Gaétan ».]
— Tu en fais quelques choses de ça ? [quelque chose ; dans cette locution, « quelque » est indéfini, elle signifie une chose quelconque, c’est pourquoi elle est au singulier]
— Elle me présente un pot de fleur [de fleurs ; en général, il y a plusieurs fleurs dans un pot]
— Maintenant, je dois aller travailler donc calme tes ardeurs de nettoyage de printemps. Au moins, jusqu'à ce que je revienne. [Virgule avant « donc » / Pas de virgule après « Au moins ».]
— La photo, elle l'a sûrement vu, s’inquiète Héléna [vue (COD placé avant)]
— Positionnée devant mon bureau, elle tente de faire barrage avec son corps pour protéger mon bien. [« Placée » ou « Postée » ; l’Académie française déconseille cet emploi de positionner : http://www.academie-francaise.fr/positionner-pour-placer]
— Héléna n'a pas tord [tort (« tord » vient du verbe « tordre ») ; voici une astuce mnémotechnique : « Tu as tort et le tort tue »  ;-)]
— A ce soir ! [À]
— dépose mon sachet sur la table de la cuisine et continu mon chemin [continue (sous-entendu « je »)]
— Mon coeur se met à battre très fort [cœur ; ligature]
— Héléna alertée par tout ce raffut, arrive. Elle tente de mes prendre dans ses bras [virgule après « Héléna » / me prendre]
— je ne bouge pas. A quoi bon… [À]
— elle l'a emmené avec elle, à une fête [emmenée / pas de virgule avant « à une fête »]
— Elle l'a laissé la gamine seule [Elle a laissé]
— Est-ce que c'est votre petite-amie ? [petite amie (sans trait d’union)]
— Mais elle était toujours là, pour moi. [Pas de virgule avant « pour moi ».]
— Je vous remercie Gaétan. [Virgule avant « Gaétan »]
— je ne vois que 1 mars. [1er mars]
— Elle me prend dans ses bras et me bercent tendrement [me berce (sous entendu « elle »)]
— Il attends toujours le 29 février [Il attend]
— Ça doit être une chose qu'Héléna lui a raconté [racontée (COD placé avant)]
— Sûrement à cause de la lecture du journal de sa sœur. Il ne l'a pas supporté. [« Il ne l’a pas supportée » (la lecture) ou « Il n’a pas supporté » (sous-entendu ce qui s’est passé)]
— Le docteur tendit un journal intime [lui tendit]
Fannie
Posté le 05/03/2020
P.S. Je suis désolée de devoir contredire HP:

_HP_
Posté le 01/03/2020
"Il faut encore que je range le bazar qu'elle y a mis." → mit

C'est "mis" qui est correct.
Nascana
Posté le 15/03/2020
Merci pour beaucoup pour toutes les fautes. Je suis vraiment désolée de te donner autant de soucis.

Oui, la mère n'était pas très saine d'esprit non plus.

Je suis contente que cela t'es plu. Merci pour ton gentil commentaire.
Elka
Posté le 05/03/2020
Je pensais à un fantôme mais c'est du dédoublement de personnalité, n'est-ce pas ? Top, du coup je l'ai pas senti venir ! La différence de caractère entre Héléna et Gaëtan est très efficace.
Très chouette et triste nouvelle, Nasca !
Nascana
Posté le 15/03/2020
Oui, c'est un dédoublement de la personnalité.

Merci pour ton commentaire.
Nascana
Posté le 15/03/2020
Oui, c'est un dédoublement de la personnalité.

Merci pour ton commentaire.
peneplop
Posté le 04/03/2020
Oh ! Étonnant ! Je sentais qu'il y avait quelque chose de malsain dans cette histoire... J'ai accroché au passage où sa mère retourne la maison. C'était très réaliste, haletant. Les interrogatoires étaient une manière habile d'amener à ta chute ! Très sympa ;)
Nascana
Posté le 04/03/2020
Merci, je suis contente que tu te sois posée des questions.

Merci pour le commentaire.
Renarde
Posté le 03/03/2020
Coucou Nascana,

C'est fou, j'ai tout de suite accroché à Gaétan et eut envie de fuir sa mère en quelques lignes. Tu as bien posé le décor très rapidement.
On sent qu'il y a des mystères, des non-dits... jusqu'à la chute !

Un chouette moment de lecture !
Nascana
Posté le 04/03/2020
La mère n'importe qui aurait envie de la fuir. On ne peut que compatir quand on voit la situation dans laquelle est Gaétan.

Merci pour ton passage.
Elga
Posté le 03/03/2020
Tu m'as tout de suite embarquée dans ta nouvelle et j'elaborais des hypothèses au fur et à mesure de ma lecture, comme dans un labyrinthe. C'est très agréable à lire.
Nascana
Posté le 04/03/2020
J'ai tenté de faire en sorte que le lecteur ne puisse pas trouver la fin tout de suite donc si ça marche tant mieux.

Merci pour ta lecture.
Unam
Posté le 03/03/2020
C'est dûr mais c'est beau, et trés bien construit en effet. Le personnage principal est facile à adopter. On y croit, et tout du long on a peur pour lui. Les thèmes abordés donnent à réfléchir. Merci beaucoup pour cette histoire, et bravo!:)
Nascana
Posté le 04/03/2020
Je suis contente que le personnage te plaise.

Merci pour ta lecture.
Alice_Lath
Posté le 02/03/2020
C'est vraiment très bien construit haha, pas joyeux mais très bien construit. J'aime beaucoup la chute que tu apportes ainsi que le rapport Héléna/mère. Et pis, le choupi, elle a l'air assez féroce pour bien s'occuper de lui, j'en suis certaine! Tant mieux qu'il ait qqun d'aussi dévoué avec lui même si elle n'est que dans sa tête
Nascana
Posté le 04/03/2020
Disons que c'est une partie de lui qui s'occupe de lui. Dis comme ça, ça fait bizarre ^^.

Merci pour ta lecture, je suis contente que les personnages t'aient touché.
Xendor
Posté le 01/03/2020
Punaise cette chute 😯 ! Le côté sombre de l'histoire me rend très triste, mais en même temps je ne peux m'empêcher de dire que c'est quand même vraiment bien fichu l'esprit humain. Merci pour cette nouvelle. Elle est courte mais elle touche à des sujets profonds, alors merci 🙂
Nascana
Posté le 04/03/2020
Contente de voir que la chute faite son effet. C'est vrai que l'esprit est bien fait.
_HP_
Posté le 01/03/2020
C'est magnifique ! J'ai adoré ta façon de raconter ce 29 février ! Bravo !

"Pour elle, c'est réservés aux vieilles." → réservé

"J'ai à peine ouvert le robinet qu'elle tambourine dans la porte." → qu'elle tambourine sur la porte, peut-être plus ^^

"Tu en fais quelques choses de ça ?" → chose

"Je le suis et ferme derrière elle." → la suis

" La photo, elle l'a sûrement vu, s’inquiète Héléna." → vue

"Il faut encore que je range le bazar qu'elle y a mis." → mit

"Je presse le pas, dépose mon sachet sur la table de la cuisine et continu mon chemin." → continue
Nascana
Posté le 04/03/2020
Merci pour les fautes. Je suis pas douée de ce côté-là.

Je suis contente que cela t'es plu.
Cocochoup
Posté le 01/03/2020
Coucou !
Une nouvelle aux saveurs douce amer... Une très jolie balade si mélancolique, c'est joliment écrit et j'ai ressenti beaucoup de compassion pour Gaetan.
Bravo !
Nascana
Posté le 04/03/2020
Merci beaucoup. Je suis contente que Gaétan te touche.
Vous lisez