(H)aine

Maintenant parle-moi, de tes accents profonds

Parle-moi sans tarder des agneaux et des loups

De ses mains exercées, cordes autour de mon cou

De mes doigts emmêlés dans ses longs cheveux blonds

 

 

Je tins la toison d'or et ses lèvres sur les miennes

Il chantait mes louanges sur un air de Police

Comme tu passes ta barbe le long de ma peau lisse

L'instant où tu succombes au fier chant des sirènes

 

 

Et toi, évêque impie, bénis mon front pieux

Oui, viens verser du lait au bas de mon dos creux

Fais-moi me repentir de toute ma noirceur

 

 

Ne cache pas tes yeux, j'en ai vu la lueur

Approche, viens plus près, tu pourras tout à l'heure

Allumer ton poison aux feux de nos ardeurs

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez