Génitrice - Deuxième Strophe

Par Ascoth
Notes de l’auteur : Ce deuxième quatrain est un peu plus riche en sens que le précédent. Bonne lecture

Ses pensées, son esprit, ils attinrent aux cieux.

Un regard terne, les larmes aux yeux,

Dont les sanglots brillent comme des diamants;

Ils étaient dirigés vers sa maman.

-Ascoth-

Explication: Tout d'abord, Ce quatrin est une réponse au premier, à la question "où est ta maman?". Mais outre cela, il y a des rimes plus riche. Il faut immaginer quelqu'un s'approchant de l'enfant, au début il le prend pour un enfant comme les autres, enfantin et immature, puis en se rapprochant, il se rend compte de son innocence perdu, de sa "maturité". Ensuite, le premier vers a beaucoup de sens cachés. Déja, attinrent vient d'attenir, qui veut dire être à coté de, appartenir à. Donc c'est tout d'abord une référence au fait que ma passion, c'est l'astronomie, ensuite une allusion à son étourdissement, son absence (la tête dans les nuages), ensuite, le fait qu'il soit plus "mature" que les autres enfant, plus proche de l'illumination, plus proche des étoiles, et enfin, mais celle ci on ne la comprendra qu'a la suite du poème, je compte faire une sorte de métaphore entre la mère et dieu (que j'expliquerais quand j'aurais écrit le reste), il est donc à proximité de sa mère. C'est tout les sens que j'ai en tête. Sinon il y a aussi les ponctuations toujours aussi présente, donc toujours du silence. Après cela, il y a la rime aux cieux - aux yeux, qui ne se fait entendre que quand on chuchote avec la liaison (le z se prononce s en chuchotant), appuyant le coté silencieux, mais surtout la peur de l'enfant, qui ne veut pas attirer l'attention, et qui chuchote donc. Ensuite, il y a le parrallèlisme entre la mère et les diamants, qu'on assimilé à une sorte d'adulation, il adule sa mère malgrès sa mélancolie. Les diamants peuvent aussi avoir le sens déja de résistance, l'enfant est fort psychologiquement, mais aussi de pureté, et même aussi une référence à l'alchimie (les larmes transformer en diamant), qui est un thème très abordé en poésie, le poète parfois associé à un alchimiste (chez beaudelaire ou rimbaud par exemple). Et enfin, cela concerne les deux quatrins, qui sont tout les deux a peu près la même idée, la description de l'enfant, de la toute petite enfance. Son silence peut s'expliquer par le fait qu'il en ait de vague souvenirs, ce n'est pas l'enfant qui est silencieux, mais ses souvenirs. Vous comprendrais par la suite qu'il s'agit d'une référence à de l'amnésie post traumatique, ou encore à de la dissociation traumatique. En sommes, la description de l'enfant est marqué par un vocabulaire plutôt enfantin, voir même lyrique, avec des termes plutôt doux et calme, mais le sens de tout cela casse cet aspect, et met mal à l'aise le lecteur. C'est tout pour ce deuxième quatrain. J'attend de voir vos commentaires pour poster la suite. Merci et bonne journée.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez