Fragment IV : Soake Omna

Notes de l’auteur : N.B. Ce chapitre va être réécrit du point de vue d'Helena lors de ma phase de correction, donc c'est normal que vous notiez une différence importante par rapport au récit des autres fragments. Il a été écrit d'un pdv extérieur car il n'avait pas pour but de devenir un fragment à la base. ^^
Bonne lecture tout de même ;)

— Helena…

Les yeux de la reine Garance étaient si écarquillés qu’ils semblaient prêts à quitter leurs orbites. Elle fixait la femme aux ailes bleues comme si elle revenait tout droit du Néant.

Helena joignit les mains devant elle et inclina la tête froidement.

— Bonjour, Mère. Comme vous pouvez le constater, il ne sera pas nécessaire de poursuivre les recherches à mon encontre.

Garance s’écarta de son siège imposant et commença à contourner la table en direction de sa fille, les bras tendus, paumes ouvertes, devant elle.

— Mais enfin, Helena, où étais-tu pendant toutes ces années ? demanda-t-elle d’un ton implorant.

La fille aux cheveux d’ébène émit un ricanement désabusé, avant de hausser les épaules, faisant osciller ses immenses ailes où se reflétait la lumière du soleil.

— Vous n’étiez pas prêts à m’accepter telle que je suis, alors je suis partie.

Garance ouvrit les yeux encore plus grands, et lança un regard désespéré à Boris qui s’était levé à son tour, son attention obnubilée par sa fille.

— Bien sûr que nous t’aurions acceptée, assura Garance de sa voix profonde et assurée. Tu ne nous as pas laissé le choix. Ce soir-là, à peine as-tu révélé ton secret que tu es partie, pour ne plus jamais revenir. Tu ne nous as même pas laissé une chance…

— Hmpf. Vas-tu vraiment me faire croire que tu aurais accepté une princesse-papillon sur le trône de ton cher royaume ?

Garance eut un mouvement de recul, mais elle se reprit rapidement. Son regard perdit une once de douceur, se fit plus dur, plus intransigeant.

— Jamais tu n’as été aussi cruelle, Helena. Par le Néant, que t’est-il donc arrivé ?

— J’ai simplement choisi mon camp, Mère. Et je peux t’assurer que…

Elle marqua une pause et promena son regard sombre sur l’assemblée de souverains et souveraines, et dans ses yeux bleus, aucune bienveillance, aucune empathie n’était visible. Seuls demeuraient une lassitude et une haine farouches.

— Ce n’est clairement pas celui des humains.

Elle prononça le mot avec un dédain infini, comme si elle parlait de vulgaires insectes qu’elle aurait aimé écraser d’un coup de talon. Ses parents, bouche bée, ne trouvèrent rien à répondre. En revanche, la Table fut soudain perturbée lorsqu’une longue figure noire se leva, quitta son siège et marcha avec lenteur jusqu’à l’intrus, dans un bruit lourd de ferraille qui s’entrechoque.

L’Impératrice Noire leva des mains jointes en direction du visage d’Helena, avant de s’agenouiller au sol à ses pieds, face contre terre.

Soake Onma, les omusei urani totuu, Soake Onma.

— Que vient-elle de dire ? exigea Helena d’une voix tranchante, sans appel, son regard fusant vers les souverains assis autour de la Table des Dix.

— « Ange de la Mort, je vous en conjure, accordez-moi le salut. »

Toutes les têtes virevoltèrent vers Ren, qui avait parlé d’une voix lugubre, qui résonna entre les murs de la large pièce dorée. Helena haussa un sourcil en direction de Ren, avant de baisser les yeux sur l’Impératrice prosternée devant elle, sa bouche tordue dans un rictus dédaigneux.

— Pourquoi tant de respect ? Sait-elle que ce que nous faisons n’a rien de beau ni de louable ?

— Pour les habitants du Nihil, la Mort est belle, répliqua Ren, neutre.

Helena éclata d’un rire vide, dénué de joie.

— Décidément, les humains ne sont pas dignes d’espoir.

Un court silence emplit la salle, mais il fut rapidement brisé par la voix tortueuse de la reine des Ospales.

— Veuillez m’excuser, princesse Helena, mais aussi… chaleureuses soient ces retrouvailles, pourrions-nous savoir quel honneur nous vaut votre visite ?

Lentement, la tête d’Helena pivota vers Diane, ses cheveux virevoltant dans les airs dans son mouvement tels des tentacules noirs.

— Tiens, c’est vous qui avez créé le troisième Abyme. Mais…

Helena s’interrompit, sa phrase suspendue dans les airs alors que ses lèvres s’écartaient dans une exclamation muette. Intriguée, les sourcils froncés, elle contourna la silhouette de l’Impératrice Noire et s’approcha lentement de Diane. Puis un sourire orna ses lèvres, aussi obscur que son être.

— Honnêtement, vous auriez dû prendre l’Abyme en vous, plutôt que de le laisser à ce malheureux garçon. Vous auriez fait un très bon réceptacle. Le Chaos et vous, cela semble faire plutôt bon ménage…

Diane se figea sur son siège, les yeux légèrement écarquillés, ses iris de diamant brillant d’un air inquiété, et inquiétant.

— Je ne sais à quoi vous faites référence, mais sachez que rien de tout cela ne fut un acte volontaire de ma part.

Helena poussa un soupir de fausse déception. Et à sa plus grande surprise, elle fut coupée par une voix fluette, tremblotante.

Eléanor se leva sur ses jambes aux appuis incertains.

— Attendez, vous… Euh… Vous venez de dire… troisième Abyme ?

La princesse-papillon haussa un sourcil impatient.

— Oui, c’est ce que je viens de dire. Il faut trois Abymes vivant conjointement dans le monde afin que le Chaos soit équilibré.

— Equilibré ? répéta Amalric, dans un rire à moitié fou. Mais comment le Chaos peut-il être équilibré ?

Les yeux plein de ténèbres d’Helena volèrent jusqu’à Amalric et semblèrent s’assombrir encore.

— Il ne le peut pas. Sauf lorsqu’il existe trois Abymes. Vous avez écouté ce que je viens de dire ?

— Oui, grommela Amalric, vexé, mais ce n’est pas…

— Et… euh, le coupa Eléanor, comme si elle ne l’avait jamais entendu. Est-ce que… à tout hasard… Les autres Sources doivent être équilibrées… elles aussi ?

Helena posa sur elle des yeux ronds de stupéfaction.

— Évidemment. Comment croyez-vous que ce monde tourne ? Enfin, si l’on peut appeler ça tourner… Mais justement, peut-être que si les Sources étaient mieux équilibrées, il y aurait moins de phénomènes étranges. Peut-être aussi que cette dynastie ne serait pas autant déchirée. Quoique, ça… ça n’a sans doute pas grand chose à voir avec la magie, ajouta-t-elle d’un ton cynique.

— Cela signifie que… quelque chose… équilibre les Sources de magie ? continua Eléanor, imperturbable, ses yeux noisette scintillant d’une curiosité passionnée.

— Évidemment, confirma Helena d’une voix lasse. Le Chaos est équilibré par les Abymes, l’Air par l’Equilibre de l’Air, la Terre par l’Equilibre de la Terre, et l’Harmonie quant à elle s’équilibre lorsque les autres Sources sont équilibrées. Mais ce sont des informations plutôt basiques que vous me demandez là…

— Je suis navrée, Ange de la Mort, murmura Eléanor dans un sourire contrit, mais nous n’avons pas accès à beaucoup d’informations, nous humains.

Helena lui adressa un regard indéchiffrable, et alors qu’elle allait répliquer, la voix froide résonna à nouveau.

— Il me semble que je vous ai posé une question, princesse Helena.

L’interpellée fixa Diane de ses yeux sans fond, et pencha la tête de côté.

— On ne vous a jamais rien refusé à vous, n’est-ce pas ? Mais peu importe, je vais vous répondre.

Elle marqua une pause, s’assura que tous les regards étaient fixés sur elle, et elle continua, sa voix soudain lointaine et lourde de menace.

— La déesse du Néant et moi-même sommes venues pour nous assurer que l’Équilibre ne serait pas rompu. Une quatrième Abyme a failli être créée dans la nuit, mais heureusement, nous avons empêché cela.

— La déesse du Néant ? murmura Garance, l’air effrayé. Mais que fais-tu avec la déesse du Néant, Helena ?

— Ah, oui.

Helena leva un doigt vers le ciel, comme si elle venait de se souvenir d’un élément capital. Lorsqu’elle baissa les yeux sur sa mère, ils étaient flamboyants de rage.

— Quand les Hommes n’ont pas su m’ouvrir leurs bras, la déesse Velmerys m’a ouvert les siens. J’ai signé un pacte avec elle. J’appartiens désormais au Néant. Désolée, Mère, il est trop tard pour changer cela. La durée du contrat est l’éternité.

Garance fut secouée d’un frisson visible, sa bouche s’ouvrit en grand mais aucun son ne s’en échappa.

Ru Dasmuri, ru Soake.

La reine des Andes et sa fille regardèrent au même moment l’Impératrice qui avait relevé la tête vers Helena. Ses mots étaient emprunts d’un respect et d’une vénération sans borne.

— « Le Néant et l’Éternité », commenta Ren, dans un sourire béant. Il s’agit d’une prière nihilienne, elle signifie que l’on souhaite que le Néant survive à… eh bien, tout.

Alors, un drôle de sourire se peignit sur le visage cadavérique d’Helena. Lentement, elle retourna auprès de la femme agenouillée au sol et se planta face à elle. Puis elle se baissa à son niveau, ignorant les tremblements qui secouaient la femme, et soudain, ses ailes bleues se refermèrent sur sa silhouette recroquevillée, créant autour d’elles un cocon protecteur, parfaitement hermétique au monde extérieur.

Tous observèrent la scène dans un silence total, incrédule.

Et lorsque les ailes s’ouvrirent de nouveau, l’Impératrice Noire fut laissée haletante sur le sol, à la merci des regards avides. Le voile qui recouvrait son visage était tombé. Ren s’en rendit compte immédiatement, et d’un mouvement de la main, elle fit naitre un nuage de fumée noire qui entoura l’Impératrice dans une obscurité salvatrice.

Mais l’Impératrice commit l’erreur de tourner la tête un court instant vers elle, et au milieu des volutes de fumée, son visage apparut, blanc et rond.

— Mais…

Amalric bégaya misérablement, tandis que Christian et Guillaume fixaient tous deux l’Impératrice avec l’air de ceux qui auraient vu un fantôme.

— Mais c’est une enfant ! s’écria Juliette, à mi chemin entre le choc et la colère.

La fumée s’évapora, et l’Impératrice se redressa, son voile de nouveau en place et recouvrant l’entièreté de son visage. Comme si de rien n’était, elle reprit place aux côtés de Ren, sous les yeux ébahis de toute l’assemblée.

— J’ose espérer que ceci n’est rien d’autre qu’une plaisanterie, maugréa Diane entre ses dents.

— Quand bien même ça en serait une, trancha Marina, rien dans la Loi Sacrée n’empêche une enfant de monter sur le trône. Il en est donc de même pour siéger à la Table des Dix.

— Hm… Des enfants enfermés dans une armure de fer qui siègent à un sommet diplomatique et vénèrent la Mort comme leur mère, s’insinua la voix perfide d’Helena. Vous avez raison. Votre monde tourne à la perfection.

Diane lança un regard glaçant en direction de la princesse-papillon, mais cette dernière l’ignora avec flegme. Helena se détourna de l’assemblée et entreprit de marcher vers la fenêtre toujours grande ouverte.

— Quoiqu’il en soit, continuez à détruire votre monde et votre dynastie. C’est ce que vous faites le mieux. Mais sachez que nous veillons. Nous veillerons toujours.

Sans un autre regard pour ceux qui furent un jour ses semblables, l’Ange de la Mort disparut dans une obscurité palpable qui s’engouffra dans la pièce comme un raz-de-marée. Lorsque le noir se retira, les souverains ne purent qu’apercevoir des ailes s’évanouir au loin dans le ciel éclatant.

— Helena ! Je t’en prie, attends !…

À sa supplique désespérée, la reine des Andes ne reçut aucune réponse autre qu’une rafale de vent violente qui ferma les portes d’un coup sec. Vaincue, elle laissa tomber sa main tendue et poussa un long soupir. Avec une difficulté certaine, elle se laissa glisser dans son siège qui l’accueillit avec réconfort, et posa sa main à plat sur le marbre de la Table. Boris prit cette main pour la serrer entre ses doigts pâles, et elle lui adressa un fin sourire sans joie. Elle posa ses yeux de charbon sur Marina d’Elesther, qui lui rendit son regard.

— Madame la Présidente, commença-t-elle, légèrement à bout de souffle. Je crois qu’il est temps de voter.

Marina hocha la tête avec solennité, ses yeux d’ambre emplis de détermination.

— Je le crois également.

Elle adressa un autre signe à Daryn et Perrault qui terminèrent de distribuer les pièces de vote, bronze et or, et parcourut l’assemblée de ses yeux de feu.

— Je crois que nous sommes d’accord. Nul ne mérite de subir le destin de la princesse Helena. Rois et reines de la Table des Dix, il est temps de sauver nos héritiers. Votons.

La proposition fut annoncée, les pièces furent jetées, et la sentence tomba.

Cinq voix contre cinq, la majorité de six inatteignable.

Garance prit une inspiration saccadée, désolée.

Pendant de longues années encore, les femmes demeureront les héritières de la dynastie des damnées.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Capella
Posté le 23/10/2022
J'avais complétement oublié que les fragments existaient tant ça fait longtemps que j'en ai pas vu un ! Celui-là était intéressant, mais sans plus. Je crois que ça s'enchaîne vite et y a certaines scènes que j'ai pas compris mais sur ce point, ça devait être parce que je confondais les personnages, ce genre de choses.
En tout cas les révélations étaient aussi un peu random, sauf celle de l'impératrice enfant ou ça c'était bien fait ; mais pour le reste j'étais surtout en train de me dire "heu ouais ok, je note l'info mais je l'oublierai sûrement avant qu'on lui donne une importance", mais en vrai je sais pas si c'est vraiment tant un problème que ça de donner des infos sans qu'elles aient pour le moment une utilité, même si ouais, vaut mieux le faire subtilement.
A part ça je crois pas avoir d'autre chose à dire vu que c'était un fragment, donc un peu moins agité (ironiquement), mais voilà, bon chapitre malgré tout, de toute façon !
Contesse
Posté le 23/10/2022
Coucou Capella !

Oui pour l'instant toutes ces infos ne font sans doute pas trop sens à ce stade, mais elles en auront bientôt un normalement ahah ^^ Mais c'est important de les donner quand même, justement pour comprendre la suite ! Et je ne vois pas bien comment je peux faire subtilement, ce ne sont pas des infos qui se devinent, contrairement à d'autres x)
Dans tous les cas, ce chapitre doit être réécrit pour coller plus au perso d'Helena, je verrai pour modifier un peu le contenu à ce moment-là :)

Merci pour ton retour comme d'habitude, contente que tu aies apprécié la lecture malgré tout !

A bientôt et au plaisir ;)
Edouard PArle
Posté le 05/09/2022
Coucou !
Je vais être très direct, je trouve ce chapitre en deça des précédents. Je trouve que l'apparition d'Helena, son aura mystérieux et son air effrayant sont gâchés par la longue explication des abymes et des équilibres. Je trouve que ce n'était pas le meilleur moment pour passer ces infos (ou garder seulement les plus marquantes). Passer au pdv d'Helena peut aider.
Le rythme est aussi un peu décousu, on passe d'un sujet à l'autre, ça manque à mon avis un peu de transition. Helena apparaît / explications / Helena disparaît / révélation sur l'Impératrice / vote (alors qu'on a un peu oublié ce dont il était question).
Sur le fond, il y a beaucoup de choses intéressantes. Découvrir que l'impératrice est une enfant est vraiment génial ! Ca casse un peu l'aura redoutable du personnage tout en la rendant encore davantage mystérieuse. Je trouve que ça donne très envie de mieux connaître la culture (ou les cultures) du Continent Inconnu. Belle trouvaille !
Sinon, encore une chute très soignée. Tu mets toujours un brin de poésie dans tes conclusions, c'est toujours agréable (=
Petite remarque :
"Vous n’étiez pas prêts à m’accepter telle que je suis, alors je suis partie." peut-être couper le "telle que je suis" vu que le présent / imparfait sonne moyen (même si c'est très correct)
Hâte de découvrir la suite !
A très vite (=
Edouard PArle
Posté le 05/09/2022
Ps : D'ailleurs, remarque plus générale : au vu du nombre de personnages, ne serait-il pas intéressant de varier encore davantage les pdv ? Je me rappelle que dans les chapitres introductifs on avait plus ou moins eu le pdv de tous les souverains mais ça s'est perdu par la suite. Avoir le pdv de personnages majeurs pourraient les rendre encore plus intéressants qu'ils ne sont ? Ca pourrait faire une alternance Jade / autre pdv / Jade / autre pdv. (fin en plus du pdv à l'intérieur des panthères ça fera peut-être beaucoup).
Contesse
Posté le 01/10/2022
Coucou, je réponds enfin ahah

Merci pour ton retour comme toujours :)
Pour l'alternance des pdv je vais y réfléchir, y a peut-être moyen de varier plus mais je voudrais pas non plus faire une kyrielle de pdv ce n'est pas le but ^^ Parce que j'ai beaucoup de personnages, je ne pourrais pas leur accorder à tous un pdv et je ne voudrais pas que ce soit inégal entre certains alors qu'ils sont de la même importance par exemple ^^ Surtout que les différents pdv à la Table ça n'apporte pas grand chose puisqu'ils sont tous au même endroit de toute façon x) Je vais y réfléchir !

Pour ce qui est de ce chapitre, je sais que je dois le réécrire pour coller plus au pdv de Helena, je suis consciente que le pdv est trop distant ici ^^ En fait à la base ce n'était pas un fragment et j'ai décidé d'en faire un fragment qu'après l'avoir écrit donc oui je devrai le reprendre lors des corrections, et ton retour ne fait que confirmer mon intuition :)

Je note ta remarque sur le rythme du chapitre, je pense que me placer du pdv d'Helena aidera un peu ! Sur les infos qui sont données, je comprends, mais j'avoue que je ne sais pas trop où les mettre, sachant que c'est aussi normal que les persos s'interrogent sur toutes ces notions à ce moment-là ^^ Donc j'avoue je ne sais pas trop comment faire pour gérer mieux les infos à cet endroit ahah

En tout cas merci pour ton retour et tes suggestions, ça m'aide toujours beaucoup ! Je suis ravie que tu aies apprécié la chute du chapitre aussi :)

Au plaisir ;)
Sklaërenn
Posté le 16/04/2022
Me r'voilà !

"— La déesse du Néant et moi-même sommes venues pour nous assurer que l’Équilibre ne serait pas rompu. Une quatrième Abyme a failli être créée dans la nuit, mais heureusement, nous avons empêché cela." Oh God ! Cette info ! Et dire que personne n'a encore conscience de comment ou pourquoi ça a failli se produire ;-;

"Pendant de longues années encore, les femmes demeureront les héritières de la dynastie des damnées." C'est dramatique ;-;

"La reine d’Indeya prit une longue inspiration, avant qu’un sourire vienne illuminer son visage blafard." Je souris aussi :D Je suis trop contente de savoir qu'elle lui a ramenée <3

Un croassement retentit dans l’air.

Et le temps reprit son cours.

Malheureux temps." Argh ! Mais non >O< Je ne suis que tristesse TuT

"Elle ne la vit pas asséner une petite pichenette sur la tête noire." Merci de l'avoir fait pour moi èOè

"— Vous devriez prendre garde où vous placez les décorations dans votre chambre, ma chère nièce. Vous n’êtes pas sans savoir que les peintures ont des yeux…" Maha, ouiiiiiiiiiiii

Aya ce chapitreeeeeeeeeeeeeeeeeeeu <3 Merciiiiiiii Je suis plus que contente d'avoir pris le temps de venir le lire. Je suis comme une gamine, je pourrai sauter partout x) Je suis trop contente de ce qu'il s'y passe ahah. Un peu de douceur, ça fait tellement de bien <3
Contesse
Posté le 22/04/2022
Hey Skla, enfin je te réponds ahah ^^

"Oh God ! Cette info ! Et dire que personne n'a encore conscience de comment ou pourquoi ça a failli se produire ;-; " --> Alors... normalement si, enfin certains pourraient émettre quelques théories à ce sujet en réalité, parce qu'il y a pas mal d'indices :P

"Je souris aussi :D Je suis trop contente de savoir qu'elle lui a ramenée <3" --> ouais, on y croyait plus, hein ? xD

Ahah, Katherine, toujours aussi comique celle-là, elle a toujours le mot pour rire mdr
Et ouais, Neven, ce rabat-joie ouèche, il aurait pu leur laisser plus de temps :/

Sinon, j'adore toujours autant lire tes réactions au compte-goutte ça me fait bien rire xD Je suis contente que tu aies apprécié ce chapitre ! C'est vrai que pour changer, il y a un peu de joie et d'espoir dans ce chapitre héhé ;)

Et je suis aussi super contente que tu aies apprécié la dernière scène entre Jade et Gina et que ça t'ait rendue heureuse à ce point ahah xD Je ne pensais pas créer un tel effet mais écoute, j'en suis agréablement surprise :D

A bientôt, bisouilles <3
Vous lisez