Faux Pas

Allant de l’angoisse au langage
Critiquant la tradition
Avec une inquiétude neuve
J’ai ravi la part du feu
Qui me consume à tout moment
Par quoi je suis porté
Dans le royaume imaginaire
Et si réel de la littérature
La solitude est essentielle
Comme me confronter
A mes démons les plus intimes
Et les plus familiers
Je regarde le monde comme Orphée
Désir tout à la fois impatience
Et insouciance
Le livre à venir raconte mon destin
Echapper au chant des sirènes
Connaitre le détour, la fuite, le masque
Mais ma poésie a pour objet et alibi
La poursuite d’autre chose

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez