Etat : L'été de Raphaël et du Grand Ours

Les buissons s’enflammèrent,
De leur force les campeurs repoussèrent,
Les effrayer il fallait
Afin que fût préservée cette forêt.
Rugissèrent les flammes
Pour que se voir sauvées puissent leurs âmes.

A jamais cette forêt
Un secret devra rester.

Mais vint Raphaël,
Sans que cela semblât réel
Et d’un souffle de pluie
Les flammes éteignit.

Le feu ardent 
Avait été transcendant
Et les voyageurs avait fait fuir
Sans jamais leur nuire.

Été, tu survivras,
Tant que l’automne là ne sera.

 

Il est une légende qui raconte que la forêt du Grand Ours abrite des secrets bien plus grands que tout ce que peuvent imaginer les voyageurs qui la traversent ou longeaient la lisière de cette forêt. Les rumeurs qui s’élèvent périodiquement, comme un murmure d’entre les arbres laissent place à tout un folklore très particulier. Et si les rumeurs sont persistantes, peu nombreux sont les courageux qui sont allés traverser les bois animés d’une âme et d’une esprit. Mais tous en sont revenus.

L’esprit du Grand Ours ne ressemble à rien de ce que l’Homme connaît. Essence d’une vapeur, un monstre de flammes que l’été nourrit. C’est un esprit protecteur qui aime la nature qui l’entoure et la protège. Chaque été, il repousse de toutes ses forces les voyageurs, les incitant grâce à des évènements qui paraissent naturels, à rebrousser chemin. Il veille, pendant les mois les plus longs et les plus chauds de l’année. Pendant des années, des siècles même, l’inattention de l’Homme a détruit les bois, entre feux de forêt dévastant tout, faune et flore sur son passage, et déforestation, sans compter le braconnage. Quand le Grand Ours est devenu un esprit, la préservation de cette réserve naturelle, milieu de vie de plus d’une centaine d’espèces végétales, et d’à peu près la moitié moins d’espèces animales, est devenue essentielle, comme si le dessein de son existence s’est soudain résumé à être son protecteur.

Jusqu’alors, le Grand Ours n’a jamais fait preuve de violence, seulement de malice. C’est Raphaël, protecteur des voyageurs qui veille. L’ange et l’esprit ont fait un pacte, il y a des décennies. Si l’Esprit ne faisait pas de mal aux voyageurs égarés ou intrépides, l’Ange l’aiderait à détourner l’attention des voyageurs. C’était dit, acté. Et jusqu’à présent, ça avait toujours marché de cette manière. 

Mais Raphaël a été distrait. Cet été, à travers le monde, le nombre de voyageurs s’est multiplié. De plus en plus, ils avaient besoin de l’intervention de l’Ange, qui s’est éloigné de la Forêt du Grand Ours. En l’absence de la surveillance de l’Ange, l’Esprit a commencé à se montrer plus agressif.

Ce qui devait arriver a fini par se produire. Des voyageurs sont venus, et ont installé un campement dans le cœur de la forêt. Leur véhicule s’est enfoncé au milieu des arbres, pour sortir de la route, écrasant tout sur leur passage. Patiemment, l’Esprit a attendu l’action de l’Ange… Qui n’est jamais venu. Il n’a pas sauvé ce qu’ont écrasé ces voyageurs. Le Grand-Ours a commencé à se révolter. Il a enflammé un buisson, puis deux. Et il s’est mélangé aux flammes, pour faire peur aux campeurs qui détruisaient ses terres. Il fallait les repousser. Les flammes sont devenues plus fortes, brutales, menaçant chacun des présents, trop occupés dans leurs petites affaires d’humains, des broutilles. Ici il n’y a pas de réseau. Ici, il n’y a pas de confort. C’est une forêt, pas un hôtel. La colère du Grand-Ours est devenue une rage en réalisant que la bassesse Humaine les rendait insensibles au danger. Qu’il en soit ainsi.

Les flammes continuent de rugir, comme si un monstre tentait de les apeurer, le visage de l’Esprit de la forêt, fait de flammes violentes, dangereuses. 

Alerté par son don, l’Ange Raphaël a fini par arriver, et a provoqué une pluie forte, drue, mais surtout salvatrice éteignant les flammes, calmant l’Esprit. Il n’aurait pas les campeurs. Pas tant que Raphaël sera là pour veiller. Il a insufflé l’envie de partir aux voyageurs, qui ont laissé l’endroit, en reprenant la route. Le feu était éteint, assassiné par la rafale de pluie qui n’a duré qu’un instant. Ces Humains ont eu de la chance de réchapper à ce buisson ardent, dont les flammes n’ont demandé qu’à se propager.

Été, tu ne gagneras pas. Ensemble, Esprit et Ange sont plus forts. Voilà l’automne qui arrive. 

Et l’esprit enflammé du Grand Ours prendra un nouveau visage pour protéger cette terre qui le fait vivre.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Vous lisez