Etat : L'automne de Maria

Devant la fenêtre, elle regarde les gens passer. Les feuilles de l’automne sont les plus belles. C’est sa saison préférée. Elle pourrait rester des heures devant la fenêtre, un sourire aux lèvres, à voir les couleurs saisonnières, essayer de les imprimer dans son cerveau, avant de se pencher vers une toile vide, et d’essayer d’exprimer ce qu’elle ressent avec ces couleurs. Elle n’a jamais été douée pour autre chose que pour peindre. Petite, elle savait que la peinture serait sa salvation. Sa façon d’entendre le monde. Sa façon de se sentir exister.

Maria marque un temps d’arrêt en sentant un vibrement. Elle a reçu un texto de son frère. Il arrive bientôt et rentre à la maison. Son meilleur allié va enfin revenir vers elle. Elle va pouvoir lui faire la misère, et lui peindre le visage. Ils passent leur temps à s’imaginer qu’ils viennent de villages tribaux. Et à laisser l’art prendre le dessus. Son instagram est plein des histoires qu’ils ont créées sur le visage l’un de l’autre. C’est grâce à ce compte qu’elle a l’impression de compter, et qu’elle a réussi à se faire des amis. Elle a quelques abonnés fidèles, avec qui elle communique. Eux aussi aiment l’automne. La nostalgie qui les emplit, tout comme elle complète Maria d’ailleurs, c’est plus grisant que désespérant. Le temps s’adoucit, les couleurs prennent son camaïeu préféré. Les odeurs sont plus sèches, et en même temps, c’est l’humidité qui provoque des frissons sur sa peau, les frissons les plus agréables qu’elle n’ait jamais connus. 

L’automne lui donne l’impression d’être unique. Il est son meilleur ami, le seul qui la comprenne vraiment. Parce qu’il lui manque les mots pour dire ce qu’elle ressent, à Maria. Elle arrive à communiquer avec cette saison, par ses couleurs, ses odeurs, la température, et ces frissons qui la font se sentir vivante. Chaque année, c’est comme si pour la première fois, elle a l’impression d’être entendue. Elle voudrait hurler au monde ce qu’elle ressent. Mais elle ne peut pas. Elle ne sait pas. Elle a peur de ce silence qui l’entoure.

Parce que s’il y a quelque chose que l’automne ne fait pas, c’est qu’il ne parle pas à Maria. Parce qu’elle ne peut pas l’entendre. Ni lui répondre. C’est son lot quotidien. Et on ne peut pas signer pour une saison. Tout ce dont elle rêve, c’est d’entendre le bruissement des feuilles, pouvoir tendre l’oreille pour les gouttes de pluie qui se frottent sur les arbres, sur le sol, d’entendre les bruits de boue quand elle marche, entendre l’eau sur l’herbe et le vent venir malmener l’été qui s’en va en fuyant. Elle voudrait être capable de tout ça. Mais c’est Joan, son frère qui représente sa bouche et ses oreilles. Maria ne sait pas parler parce qu’elle n’a jamais entendu comment on pouvait former les mots. Elle a essayé, mais découragée du silence qui l’entoure depuis sa naissance, elle a décidé de se taire, et de faire voeu de mutisme, comme elle le signe si bien à sa famille. 

Pourtant, l’espoir est toujours là. Les médecins disent que sa surdité n’est pas incurable. Les appareils qu’elle porte depuis quelques mois l’aident à entendre son ami l’automne qui susurre son nom à chaque coup de vent. C’est l’automne qui arrive. Et la vie qui recommence. Enfin.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Ilffy
Posté le 29/01/2021
J'ai trouvé ça très beau, très poétique et très bien amené ! C'était aussi très souple à lire, et j'étais vraiment prête à faire passer l'automne pour ma saison favorite, mais j'irais pas jusque là quand même 8D j'ai même un regret quant au fait que ça soit si court ! Continue à me faire rêver ainsi :drama:
MelaisHidden
Posté le 05/04/2021
Haaaa je réalise que j'ai jamais répondu ici /pan
Je te remercie pour ce joli commentaire ♥ Et je suis ravie si ça t'a plu !
Vous lisez