Episode 10 : Les lettres

Par Isapass

Épisode 10 : Les lettres

 

54. Vacances d’été

 

 

« Cher Nicéphore,

 

J’espère que tu vas bien. Je suis très contente d’apprendre que tu vas passer le début des vacances d’été ici. On va pouvoir se voir tous les jours.

De toute façon, mes parents et tes grands-parents sont tout le temps fourrés ensemble. Surtout Jeanne. C’est elle qui m’a dit de l’appeler Jeanne. Maman et elle discutent pendant des heures ! Et quand Danièle s’y met aussi, c’est encore pire !

 

Chez moi, il y a eu de gros changements. Papa revient tous les week-ends, et il essaye de passer au moins deux jours par semaine à la maison.

Maman s’est transformée en mère parfaite. Avant-hier, elle a voulu qu’on se lance dans la pâtisserie ensemble ! Le gâteau était raté et Danièle ronchonnait parce qu’on avait mis le bazar dans la cuisine, mais on a bien rigolé.

Je fais toujours mes devoirs toute seule quand je rentre de l’école, parce que Maman ferme sa boutique à 19 heures, mais au moins, le soir, on mange tous ensemble et c’est plus sympa.

 

Ton grand-père t’a raconté pour Boris ? Il va peut-être sortir de prison à la fin de l’année. Papa va l’aider à trouver un vrai travail. Il a dit aussi, pour rigoler, que si Boris recommençait à faire des bêtises, Oscar viendrait l’hypnotiser ! Mais je suis sûre que Boris respectera sa promesse.

 

Oscar est installé dans sa chambre, comme un grand. Quand il est revenu, après les quelques semaines qu’il a passées en foyer d’accueil, il a préféré dormir dans ma chambre pendant quelques mois. Mais, là, ça y est, il a choisi la sienne, juste à côté de la mienne.

 

On sait maintenant qu’il a le droit de rester avec nous. On est sa famille d’accueil pour de bon. La mère de ma copine Maïwenn, qui travaille aux services sociaux, nous a beaucoup aidés pour tout faire comme il fallait.

 

Il va à l’école depuis un mois. Et nous apprenons tous à signer. Ça veut dire parler en langage des signes, avec les mains. Du coup, c’est plus facile pour discuter avec Oscar, même si nous ne sommes pas encore très bons. C’est Oscar qui progresse le plus vite.

Il nous parle souvent d’un bateau et d’une montagne. Mes parents pensent qu’il nous dit d’où il vient.

 

Figure-toi qu’ils ont engagé un détective pour essayer de retrouver la famille d’Oscar. Je ne savais même pas qu’il y avait de vrais détectives privés ! Je croyais que c’était seulement dans les histoires.

Celui-là, c’est un très bon, il paraît. Il est venu à la maison, une fois, et il a l’air normal. Comme quelqu’un qui travaille dans un bureau. J’aurais bien voulu qu’il porte un chapeau et un imperméable, comme dans les films ! Ou qu’il remue tout le temps comme le commissaire Martinès.

Il pense qu’Oscar vient d’Amérique du Sud. Du Pérou ou de Bolivie. Alors il est parti là-bas. Il a dit qu’il écrirait à Papa et Maman pour les tenir au courant de ce qu’il trouverait.

 

C’est vrai que j’aurais pu attendre deux semaines pour te raconter tout ça en face. Mais j’aime bien envoyer et recevoir des lettres par la poste. Et comme ça on aura plus de temps pour se baigner dans la piscine. Et peut-être qu’une nouvelle enquête va nous tomber dessus !

 

À bientôt,

 

Prune. »

 

 

 

55. Le descendant

 

 

– Prune, Oscar ! appelle François Destourel au pied de l’escalier. Venez dans le salon !

 

Les enfants s’installent et Céline leur annonce :

– Nous avons reçu une lettre du détective. Nous l’avons déjà parcourue. Vous voulez l’entendre ?

Tous deux hochent la tête et François commence sa lecture :

 

« Monsieur et Madame Destourel,

 

Conformément à la mission que vous m’avez confiée, j’ai recherché les origines de l’enfant dont vous avez la garde. 

L’enquête a été longue et complexe, car il est très difficile de suivre la piste d’un enfant si jeune, particulièrement quand on ne connaît ni son nom ni son prénom.

Mais je suis finalement parvenu à un résultat, dont voici le compte-rendu.

 

Les indices de départ vus ensemble :

- Type physique de l’enfant : latino-américain

- Étiquette du teeshirt qu’il portait à son arrivée mentionnant une manufacture au Pérou

- Informations communiquées par le garçon lui-même : une montagne et un bateau

- Collier en sa possession, en cuir et métal, de fabrication apparemment artisanale

- Photographie que vous m’avez fournie

 

J’ai donc pris l’avion pour le Pérou, le point de départ le plus probable.

 

En arrivant à Lima, j’ai d’abord essayé de retrouver la trace du teeshirt. Mais cette piste ne menait à rien : c’est un vêtement trop courant. J’ai cependant pu savoir que l’usine qui l’avait fabriqué n’exportait pas ses produits vers d’autres pays. J’ai ainsi eu la confirmation que le Pérou était le bon endroit où chercher.

 

Ensuite, j’ai consulté un historien, spécialiste des bijoux.

Cette piste s’est avérée beaucoup plus efficace : le collier est d’origine inca. Dans quelques villages de la cordillère des Andes, leurs descendants fabriquent encore ce type d’ornements. Pour information, le métal qui le compose se trouve être de l’or jaune pratiquement pur. »

 

– Quoi ? s’exclame Prune. Tu serais un descendant des Incas, Oscar ?

Le petit garçon se contente de sourire.

 

François reprend :

 

« J’ai visité plusieurs de ces villages des Andes, perchés très haut dans la montagne. Les gens y vivent très simplement, assez loin de la technologie et des habitudes modernes de notre monde.

J’ai interrogé de nombreuses personnes, jusqu’à ce qu’une femme me parle d’un vieil homme qui habitait dans une maisonnette à quelques kilomètres du village où je me trouvais.

Cet homme avait recueilli, il y a six ans, un bébé orphelin, dont il était le grand-oncle et le dernier parent encore en vie. Ils vivaient tous les deux, isolés dans la montagne. L’enfant était muet. »

 

Prune serre Oscar dans ses bras :

– Oh, Oscar, c’est si triste que tu aies perdu ton père et ta mère !

Oscar hausse les épaules et fait signe qu’il était tout petit. Il ne se rappelle plus.

 

« Elle n’a pas formellement reconnu Oscar sur la photo que je lui ai montrée, mais elle a confirmé qu’il ressemblait au garçon du vieil homme.

 

Il y a environ un an (le 7 juillet de l’année dernière), les villageois ont vu passer le petit. Il a traversé le bourg et a continué sur la route qui descend vers la vallée. Comme ils l’avaient déjà vu se promener seul, personne ne s’est posé de question. Mais au bout de trois jours, quelqu’un a fait remarquer qu’il n’était pas repassé dans l’autre sens.

Ils ont fini par aller jusqu’à la maison du vieil homme. Celui-ci était mort de sa belle mort, bien étendu sur son lit, l’air paisible. Ils l’ont enterré près de la cabane.

Ensuite, ils ont signalé la disparition de l’enfant aux autorités, mais ils n’ont plus jamais eu aucune nouvelle. »

 

– Ton oncle est mort aussi ? s’exclame tristement Prune. Et tu t’es retrouvé tout seul ?

Oui, confirme Oscar d’un signe.

– Pourquoi tu es parti ? Pourquoi tu n’as pas demandé d’aide au village ?

Le petit garçon sourit et pointe son doigt vers elle, puis vers ses parents : il fallait qu’il les trouve…

 

François, ému, essuie discrètement une larme au coin de son œil et poursuit :

 

« Je suis moi-même allé voir la maison. Je ne m’y attendais pas, mais j’y ai découvert des photographies en assez bon état. Il y en a une de l’enfant, qui m’a permis d’obtenir la preuve que c’est bien le même garçon. Et une autre d’un couple assez jeune. Au dos de la seconde, il est inscrit que ce sont les parents du petit.

J’ai également trouvé un extrait de naissance où est inscrite sa véritable identité. Il s’appelle en réalité Guaritito Kuapac et il a un peu plus de six ans. »

 

– Guaritito Kuapac ?! s’écrit encore Prune qui va de surprise en surprise, tandis qu’Oscar confirme. Waouh ! Un vrai nom inca !

– Tu préfères Guaritito, ou est-ce qu’on continue à t’appeler Oscar ? interroge Céline.

 

Il répond par signe : il préfère Oscar !

 

« J’ai aussi récupéré le certificat de décès de ses parents, morts accidentellement en montagne lorsque l’enfant avait 4 mois.

Enfin, j’ai trouvé de nombreux dessins et gravures, sur des morceaux de cuirs et sur les murs de la maison, ainsi que des objets étranges, en métal, en bois, et même en os d’animaux. Ça ressemblait à des artéfacts religieux ou rituels. Les dessins représentaient surtout des personnages avec de très grands yeux ronds. 

J’ai de nouveau interrogé les villageois à ce sujet, et ils m’ont expliqué que le vieil homme était un shaman, un genre de sorcier-guérisseur ″qui soignait les âmes″.

Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, mais ils avaient l’air de penser qu’il descendait d’une lignée de sorciers aux pouvoirs très puissants. Il ″aidait les gens à trouver leur voie″ ou bien il leur ″montrait le chemin en plongeant les yeux dans les leurs″, d’après les dires des voisins. Il était aussi capable de prédire les dangers qui arrivaient. Par exemple, il y a plus de vingt ans, ils ont tous échappé à une très importante avalanche qui a en partie détruit le village, parce que le shaman les avait prévenus et qu’ils ont pu évacuer avant.

Ils ont ajouté que le petit devait sûrement avoir hérité des pouvoirs de ses ancêtres.

 

J’imagine que, comme moi, vous avez du mal à croire à ces informations, mais je vous les transmets tout de même. »

 

– Moi je n’ai pas de mal à y croire ! affirme Céline en regardant Oscar avec un sourire.

– Moi non plus ! renchérit François.

– Ni moi non plus, termine Prune.

 

« Comme je connaissais la date à laquelle le garçon avait quitté le village, il m’a été un peu plus facile de suivre sa trace à partir de là.

J’ai pu retrouver quelques personnes qui l’avaient croisé : il semble qu’il soit allé tout droit jusqu’à l’Atlantique et qu’il se soit embarqué clandestinement sur un cargo ou un paquebot vers l’Europe.

Je pense qu’il est arrivé en France au début du mois de novembre dernier. En effet, j’ai trouvé un compte-rendu de police datant du 5 novembre. Il concernait la découverte d’un enfant seul, dans un grand port où accostent des bateaux provenant d’Amérique du Sud. Le garçonnet, qui correspondait à la description d’Oscar, a été amené dans un poste de police, dont il a mystérieusement disparu une heure plus tard.

 

Je ne sais pas du tout comment il a fait pour se déplacer et se nourrir tout seul à son âge. Cela reste une énigme pour moi. Peut-être pourra-t-il vous l’expliquer lui-même. »

 

– Tu as fait le coup des yeux, hein, Oscar ? Tu les as tous hypnotisés, demande Prune impressionnée. Et tout le monde t’a aidé et t’a donné des choses à manger ?

Oscar confirme de la tête avec un sourire amusé.

 

« Je vous remettrai les documents et les photographies dès mon retour. Mais vous pouvez d’ores et déjà considérer que les preuves que le garçon est orphelin seront suffisantes… »

 

Là, François s’interrompt pour regarder la réaction des enfants avant de poursuivre :

 

« … et vous pouvez donc lancer la procédure d’adoption.

 

Cordialement,

David Limier. »

 

– Tu veux devenir notre fils, Oscar ? demande Céline.

 

Hochement de tête. Le sourire d’Oscar n’a jamais été si grand.

 

Prune se lève, regarde le plafond comme si elle faisait des vocalises sous le dôme étoilé du centre commercial et crie :

– Merci Ô Diva de l’Univers de m’avoir envoyé un petit frère ! 

 

FIN

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Quine
Posté le 31/12/2018
Me voilà encore dans les parages :D
Bon. J'ai tout dévoré d'un coup. XD Waaaaaaa c'était DANTESQUE ! Je me suis tellement amusée, j'avais l'impression d'être moi-même les enfants dans cette palpitante aventure et à la fois d'être dans une montagne russe (huhu) de la joie 8D Je me rends compte que ça m'a fait un bien fou de lire ton histoire, je crois que j'ai libéré beaucoup d'endorphine.
Déjà, je suis scotchée par la manière dont tu arrives si bien à rendre le fantasque de Prune qui se déploie dans cet univers-terrain-de-jeu. D'ailleurs, tu arrives à rendre un lieu que je déteste particulièrement intéressant x) Les agissements et expressions d'Oscar sont très visuels et du coup vraiment très drôles (et il est vraiment adorable). Nicéphore est vraiment très chouette, et c'est très amusant de le voir découvrir Prune et Oscar avec à peu près les même réactions que mo. Et puis Boris <3 Il me fait tout simplement mourir de tendresse ! Tous les autres personnages secondaires sont vraiment très bien rendus et ils ont l'air réels.  Je n'ai vraiment rien à reprocher à ton style ; c'était ludique, imagé et rigolo, avec de belles tournures!
Aussi, tu touches du doigt des trucs vachement plus sérieux comme les méchants russes les parents absents (sujet qui me révolte énormément) tout en rendant ça léger et qui amène à une évolution fort saine. La résolution me fait chaud au coeur et j'éprouve beaucoup de plaisir à imaginer cette famille solidement réunie, avec de forts liens tissés aux grand-parents Ledoux ! <br />
Bref, milles bravos et merci beaucoup parce que l'enfant qui est en moi est extrêmement bondissant tant il est content :D <3 
Isapass
Posté le 31/12/2018
Oooohh la la ! Ben ça alors, le moins que je puisse dire c'est que ton commentaire me fait chaud au coeur pour finir l'année ♥♥♥ !
Je suis vraiment ravie de t'avoir fait retrouver ton âme d'enfant (qui n'est pas si loin, je vois, voire qui ne veut pas du tout partir :D), c'est aussi dans cet état d'esprit que j'ai écrit ce petit roman : pour m'amuser.
Prune est fortement inspirée de ma fille... autant te dire que je ne m'ennuie pas, chez moi ! Quant aux autres personnages, ils ne sont pas forcément très nuancés, mais ce n'est pas forcément ce que je cherchais. Grâce à des retours comme le tien, je vois que ça marche quand même.
Les ME à qui j'ai envoyé le manuscrit ne semblent malheureusement pas aussi enthousiastes que toi (mais bon, Prune est mon premier roman), mais donner des petits moments de lecture plaisir sur FPA, ça me console largement ! 
Boris a remporté beaucoup de suffrages, moi aussi je l'aime beaucoup ;)
Un grand merci pour ton commentaire enjoué et ta lecture ! Plein de bises ♥ 
Liné
Posté le 03/11/2018
Oooh qu'est-ce que c'est chouette ! Cette fin illumine mon weekend !
À vrai dire,  je crois que depuis le début le mystère autour d'Oscar m'intéressait plus que celui des machins rouges et du centre commercial (aussi parce que quelque part on se doute que les péripéties avec les malfrats vont déboucher sur un dénouement favorables aux "gentils", là  où les origines du petit Oscar étaient un mystère complet).
Et ces explications sont très belles ! D'autant que tout rajoutes une touche "voyage extraordinaire" pour ponctuer le final d'un récit qui s'est majoritairement déroulé dans un centre commercial.
Petite suggestion toutefois : il me semble très improbable qu'Oscar ne soit resté que cinq jours dans le foyer et que ce soit un détective privé embauché par la famille de Prune qui creuse le mystère de ses origines (si tu veux rendre la situation plus réaliste, il faudrait qu'il reste plusieurs mois au foyer et que ce soit les autorités publiques qui enquêtent sur ses origines- crois moi je m'y connais ;-) )
Trêves de bavardages, est-ce que tu as fais lire cette histoire à ta fille ? Qu'en a-t-elle pensé ? Et tu n'avais pas pour projet à un moment d'illustrer cette histoire (ou bien je confonds avec une autre) ?
En tout cas : bravo à toi pour ce bel accomplissement et surtout  MERCI de nous y avoir embarqué.es  !
À très vite,
Linė 
Isapass
Posté le 03/11/2018
Ah mais j'avais oublié que tu n'avais pas lu la fin.
Ca me fait plaisir qu'elle t'ait plu ! Je me suis beaucoup amusée en l'écrivant, en tout cas.
Le côté "voyage extraordinaire", en plus, il me donne une orientation si jamais je fais une suite, un jour. Même si je n'y avais pas pensé en l'écrivant.
Pourquoi "crois-moi, je m'y connais" ? Tu travailles dans ce domaine ? Je note ta remarque en tout cas. Pour ce qui est du détective mandaté par les parents, on peut imaginer qu'ils l'ont fait justement pour accélerer les choses, non ? Et pour que ce soit fait jusqu'au bout. Les autorités publiques auraient-elles enquêté jusqu'au Pérou ?
Le truc c'est que j'ai déjà envoyé Prune à quelques maisons d'édition jeunesse. Zéro retour pour le moment (j'ai envoyé début septembre). Si je n'ai que des retours négatifs ou des "non-retours", je ne crois pas que je passe encore beaucoup de temps dessus. Mais j'aurai quand même la satisfaction d'avoir fait passer un bon moment à quelques lecteurs (y compris mes enfants, en effet, et quelques enfants d'amis).
J'ai entendu plusieurs fois que les ME préféraient s'occuper elles-mêmes des illustrations, donc j'ai envoyé le texte sans. 
Un grand merci pour ta lecture et ton enthousiasme ♥ 
Jerome
Posté le 19/06/2018
Ca y est c'est fini :(
Franchement très très belle fin. J'aime beaucoup le coup du détéctive pour expliquer la vérité sur Oscar. C'est bien d'avoir expliqué son parcours et par la même occasion d'où provenaient ses pouvoirs.
Tout est bien qui fini bien. On est content pour Prune qui trouve enfin un climat plus serein, et un petit frère en cerise sur le gateau.
Je trouve également génial ta dernière phrase pour boucler la boucle et faire référence au début de ton histoire. C'est bien maitrisé tout ça!
Enfin, sur la globalité, j'ai trouvé ton récit super du début à la fin. Le rythme est bon, c'est bien écrit, bien construit (même si je sais que tu n'as pas fait de plan). C'est vraiment une très belle histoire. 
Pour répondre à la question du concours Galli maintenant que j'ai une vision globale, je dirais qu'au niveau tranche d'âge tu es dedans. Après, il est difficile de savoir ce qu'ils veulent. Si on se base sur les 2 premiers concours, on peut se penser qu'ils veulent plus des histoires à "séries" plutôt que des one-shot. Mais qui sait, peut-être auront-ils un coup de coeur! En tout ca moi je l'ai eu :) Vraiment bravo et merci pour ce bon moment de lecture.
Isapass
Posté le 19/06/2018
Mwooo c'est vraiment très gentil tous ces compliments !
J'avoue que je ne suis pas mécontente de cette histoire. Après, vu le niveau de ce que je lis parmi les fictions PA envoyées à Galli, vraiment, je n'y crois pas. Je suis en train de lire L'université de EryBlack et... waouh, j'ai juste l'impression qu'on ne joue pas dans la même cour ! 
Sans compter que même s'ils aiment bien, ma théorie c'est que les ventes portées par le concours sont boostées et qu'ils ne vont pas se priver de faire gagner un roman YA qu'ils pourront vendre à des lecteurs jeunesse ET à des adultes (comme la PM, quoi). Or, moi, je suis tout juste dans la cible. 
Je me suis beaucoup amusée en écrivant l'histoire, en tout cas, et je me suis débarassée des notions de "valeurs" et "d'éducation" que j'avais voulu mettre à tout prix dans ma première histoire (Juju et le bonbon magique, que j'ai écrit avant d'arriver sur PA. Et oui, moi aussi j'ai un Juju ! Mais c'est un Julien ;) ). Maintenant, mon objectif, c'est uniquement le divertissement !
Je suis ravie de t'avoir fait passer un bon moment ! C'est franchement le cas pour moi aussi quand je lis Justin. D'ailleurs, as-tu publié un nouveau chapitre ? Je vais aller voir, tiens. 
Un grand merci pour ta lecture et tous tes commentaires ! 
 
GueuleDeLoup
Posté le 18/06/2018
Hello Isapass, me voilà sur le dernier chapitre de Prune.
Alors concernant le style et l'écriture, mon avis reste le même, je suis partagée entre amusement et gêne vis à vis de l'écriture qui ne cible pas ma tranche d'âge, mais dans l'ensemble, ça reste bien sympa.
Par contre, j'ai un véritable reproche à faire vis à vis de l'intrigue: on est d'accord que les malfrat on du rentrer dans les magasins pour mettre en place leur système spécial et que de plus, ils ont piraté les caméras?
Alors pourquoi ils n'ont juste pas activé le scanner pour récupérer les diamnat la nuit au lieu d'accrocher les scanners et faire tout ce système compliqué avec des gens désorientés? 
Ca me parait très incohérent et je pense que des enfants pourraient s'en rendre compte aussi. 
Surtout que si c'était pour éviter qu'on repère les vols, il était possible de mettre les caméras sur une boucle (et comme on sait que les caméras ont été piraté, voilà, voilà. 
Bref, je suis consciente que ça complique un peu les choses, mais de mon point de vue, il faut impérativement revoir ce point.
(Quand à pourquoi est-ce que j'ai lu Prune au lieu des Princes liés, c'est parce qu'on en a parlé lors d'une IRL grenobloise et ça m'a donné envie d'y jeter un oeil ^^)
Voilà, ce sera tout pour les aventures de Prune. Je te dis à bienôt, sans doute sur un autre roman ;).
Loupette
 
Isapass
Posté le 18/06/2018
Comme je suis spécialiste de l'autosatisfaction, je note d'abord que tu as lu l'histoire très vite et jusqu'au bout, et ça, ça me fait bien plaisir :)
Ensuite, bien sûr, je suis très intriguée par ta remarque sur l'incohérence du récit, et je voudrais être sûre de bien comprendre, pour pouvoir rectifier le plus simplement possible. J'étais consciente que mon intrigue était parfois un peu "tirée par les cheveux" (il y avait d'autres manières sans doute plus simples de récupérer les diamants, par exemple : attaquer le camion. Et pour bien, il faudrait que je contre aussi cette possibilité), mais ça m'embête qu'elle soit incohérente.
Ce que tu veux dire, c'est qu'ils auraient pu attendre la nuit après l'arrivée des peluches pour les prendre directement dans les magasins ? Si c'est ça, ils auraient couru le risque que les peluches soient gagnées à la loterie et emmenées chez les clients, donc beaucoup plus compliquées à récupérer. Le truc c'est que les peluches arrivent juste avant le début de la loterie. Bref, je veux bien que tu m'expliques un peu plus sur mon JdB, si ça ne t'embête pas. Ce qui est marrant, c'est que personne (ni lecteurs adultes, ni lecteurs enfants) n'a relevé les faiblesses de l'intrigue. Ton avis m'intéresse donc énormément !
Oui parce que j'avoue qu'après juillet (et les résultats de Galli), j'aurais bien refait une petite correction à Prune pour l'envoyer à quelques ME, on sait jamais, sur un malentendu... D'ailleurs j'y intégrerai ton idée de l'ombre d'Oscar dès le début dans le premier épisode. 
Quant à ton passage sur d'autres romans, je m'en réjouis d'avance (sans pression aucune, évidemment) car je n'ai eu pratiquement que des commentaires positifs sur les Princes liés, et je sens que ton oeil aiguisé serait le bienvenu pour me mettre le nez dans les faiblesses que j'ai pu complaisamment m'autoriser ! ;)
De mon côté, je suis sur l'Université de Eryblack (je me régale) et sur Aaron de Luna (ça démarre très bien aussi), et ensuite je me jetterai dans VN !
Un grand merci pour ta lecture  et ton retour ! Bises 
horizon
Posté le 24/05/2018
Je ne m'attendais pas là non plus à un tel rebondissement! Mais pourquoi pas? Cette fin m'a rappellé les énigmes policières d'Alice Roy (bibliothèque verte) qui se passaient justement souvent dans des pays d 'Amérique du sud avec des diamants volés, des mines d'or...etc Et petite ça m'émerveillait! Donc je suis retombée sous le charme de cette ambiance et de ce procédé:  connaître le fin mot de l'histoire à la dernière page. La lettre du détective est aussi une bonne idée car elle décuple l'imagination. La happy end en prime ravira les petites têtes blondes.
Une seule chose me paraît guère crédible dans ce dernier chapitre c'est que cet enfant de 4 ans ait pu venir tt seul depuis le Pérou. Mais, bon, on est dans une histoire et pas dans la réalité, alors on peut s'arranger avec certains détails!
Bon, ben voilà, fin de cette jolie histoire. Je quitte à regret Prune, Oscar et Boris mes personnages préférés. Je souhaite longue vie à ton manuscrit et même s'il comporte quelques imperfections (ils en ont tous!) c'est un beau travail , très soigné dans les détails dont tu peux être fière
A bientôt pour d'autres lectures.
Horizon 
Isapass
Posté le 24/05/2018
Merci beaucoup pour ce dernier commentaire positif ! Je suis ravie que l'histoire t'ait plu et que même la fin ne t'ait pas déçue (c'est dur de faire une fin !) 
Bien sûr, c'est complètement n'importe quoi que le petit Oscar soit venu tout seul ! Mais j'ai parié sur le fait que c'est un enfant hors norme. Et je soulève la question dans la lettre du détective. Au moins ça montre que je me la suis posée :D 
J'avoue que , oui, je suis assez fière de mon histoire. Je tenterai peut-être de l'envoyer à des éditeurs, mais déjà, rien que pour l'avoir partagée avec mes enfants et qu'ils l'aient aimée, je suis contente de l'avoir écrite. Et je me suis beaucoup amusée en l'écrivant.
Merci pour cette lecture et ces commentaires en accéléré !
A bientôt 
Cliene
Posté le 28/01/2018
J'espère que tu ne m'en voudras pas je n'ai pas fait de commentaires sur les chapitres précédents, j'étais un peu pressee d'arriver à la fin (et en plus je me suis trompée dans mon compte et je ne pensais pas qu'il me restait autant à lire !).
Ta fin est très réussie. Utiliser les lettres de Prune et du détective pour l'amener est original. Je m'attendais à ce qu'Oscar reste dans la famille de Prune mais j'aime le fait qu'on en sache beaucoup sur ses origines. Tu réponds à toutes les questions qui ont pu se poser au cours de la lecture. La boucle est bouclée.
J'espère qu'on retrouvera Prune pour de nouvelles aventures ;-)
Bravo à toi ! 
Isapass
Posté le 28/01/2018
Hihi, non bien sûr, je ne t'en veux pas d'avoir eu très envie de lire la fin ! c'est bon signe !
Très contente que la fin (et l'histoire, globalement, il me semble) t'ait plu. Et du coup je réponds à ton souhait : j'ai vraiment écrit la fin comme un roman one-shot et non comme une série. A priori, je ne me vois pas faire d'autres aventures. Pour l'instant, j'ai trop d'idées de personnages, d'intrigues, d'univers pour avoir envie de garder les mêmes. Mais qui sait ? Peut-être un jour, j'aurais envie de refaire un bout de chemin avec mes petits héros :) ! Surtout que tu n'es pas la seule à m'en parler...
Merci beaucoup de m'avoir suivie, ça me touche énormément.
J'ai pris beaucoup de retard sur A juste Titre, mais ça me titille bien d'aller te lire, car j'avais beaucoup aimé le début. A très bientôt chez toi, du coup ;) 
Rachael
Posté le 18/01/2018
Oh, elle est toute mignonne, cette fin. On s’en doutait un peu que ça allait finir en famille, mais l’histoire est belle, avec ce gamin un peu sorcier qui arrive tout droit du Pérou.
Sympa aussi, l’idée de la lettre. Ca fait une rupture dans le style, mais pas dans un mauvais sens, c’est agréable que ce soit Prune qui s’exprime directement.
Bon, mais c’est triste que ce soit fini ! Elle est chouette, ton histoire, elle tient bien la route du début à la fin, elle a juste ce qu’il faut de naïveté et de réalisme. Bon, évidemment, je n’ai pas l’âge du lectorat, mais je trouve ça très réussi !
Isapass
Posté le 18/01/2018
Aaaaaah, hyper contente que la fin t'ait plu. D'autant plus que, comme tu me l'as dit plusieurs fois à travers tes commentaires, tu n'as pas l'âge du lectorat ! 
D'ailleurs je prends ça comme un signe encore plus positif : j'ai réussi à te garder jusqu'à la fin malgré ça ;) Et vue la vitesse à laquelle tu as lu les 5 derniers épisodes, j'ose même croire que j'ai bien titillé ta curiosité ! 
Un grand grand merci pour toutes tes précieuses remarques, suggestions, corrections et ton accompagnement sur cette histoire ! J'espère te retrouver sur d'autres projets. Quant à moi il faut que je trouve le temps de charger la fin d'Arthen, puis Naelmo, puis l'Eveillé sur ma liseuse, pour les dévorer. 
aranck
Posté le 18/01/2018
Ayé, snifou, c'est bien fini cette fois.
Sur ce dernier chapitre, je suis partagée. Il est bien écrit, il passe bien aussi, il est émouvant et on retrouve Prune-la-fantasque sur la dernière phrase, ce qui est vraiment une bonne idée, mais les pouvoirs d'Oscar expliqués par le shamanisme risquent de ne pas passer, même si de mon côté, je pense que ces personnes ont une telle connaissance de la nature qu'ils sont capables de choses étonnantes. 
Alors je ne sais pas ce qu'il faut faire. Tu peux choisir de laisser ça comme ça, un auteur est libre de croire à ce qu'il veut, mais en même temps, tu t'adresse à des enfants, qui ont des parents, qui eux ont peut-être une vision différente des choses.
La lettre de Prune correspond bien à sa personnalité, mais vu son âge, je la présenterai avec quelques fautes et quelques ratures.
(ça, c'est chouette : J’aurais bien voulu qu’il ait un chapeau et un imperméable, comme dans les films !)
Autre remarque encore : existe-t-il des enfants muets uniquement. Je ne suis pas qualifiée en ce domaine, mais il me semblait qu'un enfant était muet parce qu'il était sourd et ne pouvait donc pas reproduire les sons. L'aphasie était selon moi provoquée par un choc ou une maladie (AVC) ? Merci d'éclairer ma lanterne :-)
Pour conclure, c'est une chouette histoire, parfaitement adaptée à son public, voire à plus vieux. Prune est un personnage attachant ainsi qu'Oscar et Boris pour qui j'ai aussi un faible. Les autres personnages sont bien à leur place et sont cohérents (le commissaire est drôle :-))  ), le suspens est bien tenu, donc bravo ! (Et merci pour ce partage !)
Isapass
Posté le 18/01/2018
Ah c'est marrant que tu te poses la question de l'adhésion des parents pour l'explication des pouvoirs d'Oscar... Rappelle-moi : tu n'écris pas une fiction où presque tous les personnages ont d'énormes pouvoirs magiques ? ;)
Je pense que mon mécanisme est le même que le tien : je n'ai pas du tout essayé de rationnaliser l'explication, en fait. D'abord parce que même si je pense avoir l'esprit ouvert, je suis bien trop cartésienne pour croire moi-même dans cette explication. Et ensuite parce que ça ne veut pas du tout se prétendre plausible. Pour moi c'est du fantastique, ce qui implique que les parents laissent faire, comme s'ils mettaient Cendrillon ou Blanche-Neige (ou Louis-Orhim et les Profanateurs)  entre les mains de leurs enfants. Je ne sais pas si je suis claire...
Pour la lettre de Prune, j'ai essayé de ne pas utiliser un langage trop élaboré et j'ai volontairement laissé trainer des répétitions. Je suis mitigée sur l'idée de mettre des fautes. Pour rappel, elle écrit déjà la lettre au directeur du centre commercial dans l'épisode 1, et je n'y ai pas mis de faute. Quant aux ratures, pourquoi pas...
Je ne me suis jamais posée la question pour les enfants muets, mais je suis sûre à 99% que c'est possible d'être muet sans être sourd. Il peut avoir, par exemple, un problème de larynx ou de cordes vocales. Ou encore, comme tu dis, être aphasique suite à un choc (le pauvre a quand même perdu ses parents bébé et son tuteur à cinq ans). Bref, pour moi, peu importe. Ce que je ne voulais pas, surtout, c'est qu'il se mette à parler. Il vit très bien avec son handicap, et je ne voulais pas donner l'idée que la seule façon de vivre avec un handicap, était de le "guérir".
Merci pour tous tes commentaires, ton soutien et ton accompagnement au long de cette petite aventure ! Je suis ravie qu'elle t'ait plu et que tu aies eu envie d'aller jusqu'au bout. J'espère te donner d'autres raisons de venir me lire et d'être triste parce que la fin arrive, avec d'autres histoires ! Comme tu me donnes à chaque nouveau chapitre de Louis, une irrestistible envie d'en savoir plus !
Des groooooosses bises de remerciements ! 
Olga la Banshee
Posté le 17/01/2018
Tiens, j'ai lu les deux derniers chapitres sans même penser à commnter celui d'avant ! Je ferai donc les deux dans cet unique commentaire :
byebye Prune et Oscar, snif !!! Vous nous manquerez !
Allez mes remarques en vrac : 
- j'insisterai sur l'énergie déployée par Oscar quand il étouffe, il y a un petit décalage, on ne s'attend pas à ce qu'il arrive au point de s'étouffer
-" assez fort pour se déboiter le fémur " > uhuhuh
- "Dommage qu’il ait utilisé ce talent pour commettre des vols, cet imbécile !" > dommage qu'il ait utilisé ce talent à si mauvais enscient ?
- J'étais impatiente de connaître la raison de l'état second des victimes. Bon, c'est un peu gros, disons-le, mais je n'ai pas 9 ans non plus ! :p // plutôt que de justifier en parlant d'inventions récentes, est-ce que Boris ne pourrait pas être le créateur fou et innocent de cette géniale invention ? ca renforcerait le capital sympathie... Une idée comme ça
- " sont tout le temps fourrer ensemble" > tu verras la coquille toi-même ;)
- "Il va à l’école depuis un mois. Et toute la famille apprend à signer. Ça veut dire parler en langage des signes, avec les mains. Du coup, c’est plus facile pour discuter avec Oscar, même si nous ne sommes pas encore très bons. C’est Oscar qui apprend le plus vite.
Il nous parle souvent d’un bateau et d’une montagne. Mes parents pensent qu’il nous dit d’où il vient." > j'aodire ce passage,  c'est très beau !! Ca aurait presque pu s'arrêter là !
Ah, le retour de la diva de l'univers, la boucle est bouclée !!
 
Et ben bravo, surtout depuis que je sais que tout ça est sorti assez spontanément et sans préparation ni plan !!! C'est chouette ! clap clap 
 
Isapass
Posté le 17/01/2018
Merci pour ce retour ! Tu es la première à avoir lu jusqu'au bout :), sur PA en tout cas.
Je note pour l'évanouissement d'Oscar, je rajouterai de l'intensité.
Pour l'hypnose et les ondes radio, je n'ai jamais prétendu faire dans la finesse :D Je verrai par la suite en fonction des commentaires, mais ça n'a posé aucun problème à mes enfants qui ont trouvé ça juste diabolique, niark niark ! C'est vrai que Boris en inventeur innocent et forcé, je n'y avais pas pensé, mais ça aurait pu être un ressort très sympa. Là, ce serait trop compliqué à remettre en place. Et puis j'aime bien aussi que Boris ne soit pas si innocent, sinon sur quelle faute pleurerait-il dans les bras d'Oscar ? Quant à son capital sympathie, je te trouve dure avec lui ;) Il sauve quand même la vie d'Oscar ! ET, il leur donne du chocolat chaud ! 
Affreuse coquille corrigée ! Beurk 
Pour la fin, oui, j'aurais pu faire une fin plus énigmatique et laisser le lecteur imaginer lui même les origines d'Oscar, mais j'ai peur qu'un si jeune public ne trouve ça trop frustrant. Et j'avoue humblement m'être amusée en écrivant le compte rendu du détective privé (pas très pro ni synthétique le compte rendu : faudrait qu'il s'inscrive sur PA celui-là, ça doit être un auteur amateur)... et son nom :) 
Oui, la diva. C'est un peu facile de faire une épanadiplose pour la fin, mais je me suis autorisée, parce que voilà... je suis faible :)
Au risque de casser le mythe, je dois avouer qu'après mon épisode de panique sur les machins rouges, je m'étais quand même obligée à faire un plan. Juste les évènements principaux dans l'ordre chronologique (qui a changé, pour certains). Mais c'est vrai que je laisse beaucoup venir.
J'ai commencé la prochaine histoire, pour ne pas laisser mes fans trop longtemps sans rien à lire (c'était ma minute mégalo).
Merci pour ta fidélité sur Prune et tes encouragements ! 
Vous lisez