Episode 1 : Promenade solitaire

Par Isapass
Notes de l’auteur : Version modifiée suite à vos commentaires (merci !)

Épisode 1 : Promenade solitaire

 

 

  1. La boîte à idées

 

 

– La la la la la la laaaaaaaaaaaaaaaaaaa…

 

Debout sous le dôme étoilé de la galerie commerciale, Prune teste l’écho. Autour d’elle, les passants prennent un air outré, effectuent un détour, et s’éloignent en lui jetant des coups d’œil par-dessus leur épaule. Elle sait très bien qu’ils se demandent :

– Mais que font les parents ?

Ils ne sont pas là, les parents. Prune se promène toute seule, comme d’habitude. Et si ça pose un problème à quelqu’un, qu’il aille se faire cuire un œuf… Ils ne vont pas lui gâcher ce moment, tous ces adultes !

 

Elle reprend sa place, exactement sous le sommet du dôme bleu nuit semé de petites étoiles lumineuses. Elle ferme les yeux, puis se lance dans une nouvelle série de vocalises. Superbe ! Sa voix lui revient additionnée d’un magnifique timbre métallique. On dirait qu’une messagère céleste s’adresse à elle depuis l’immensité de l’espace. Prune interroge à voix basse, les mains serrées sur la poitrine :

– Êtes-vous une diva d’une autre galaxie ? M’avez-vous désignée pour défendre l’univers ?

Puis, satisfaite du petit film qu’elle vient de se jouer à elle-même, elle va s’installer sur un des canapés de l’allée centrale.

 

Dans son sac, elle trouve une feuille de papier pas trop chiffonnée, déchirée seulement dans un coin. Elle choisit un stylo turquoise. Le turquoise, c’est bien : c’est sérieux, mais pas trop.

Alors qu’elle repose sa trousse, elle sent soudain une drôle d’impression, comme si on l’observait. Elle se tourne dans tous les sens, mais personne ne la regarde. Bizarre…

Encore sa trop grande imagination, sans doute.

Utilisant son manuel de maths comme écritoire, elle commence à rédiger sa lettre.

 

« Monsieur le Directeur du centre commercial,

 

J’ai testé l’écho sous le dôme étoilé. Ça résonne bien, de manière très satisfaisante. Vous pourrez féliciter de ma part la personne qui l’a fabriqué. Je pense qu’un dôme encore plus grand, avec un écho encore plus fort, serait encore mieux.

 

Je vous prie, Monsieur le Directeur du centre commercial, de mes salutations les plus salutaires.

 

Prune Destourel. »

 

Prune relit soigneusement. Elle est assez contente d’elle. Le manuel de maths et le stylo turquoise regagnent le fond du sac, d’où elle sort deux élastiques rouges. Elle doit se rendre présentable pour porter une lettre d’une importance pareille. Elle hésite… tresses, queue-de-cheval, couettes ?

C’est plutôt un jour à couettes. Prune sépare en deux sa tignasse blond foncé et attache chaque moitié de ses boucles folles.

Oups, pas terrible… constate-t-elle en voyant son reflet dans une vitrine, au milieu des décorations de Noël.

Les deux couettes ne sont pas à la même hauteur et de toute façon, attachés ou pas, ses cheveux lui donnent toujours l’air d’avoir mis les doigts dans une prise électrique. Ou d’être un lutin des bois.

Eh oui : c’est qu’ils ne possèdent pas de peignes les lutins des bois ! Et ils ont, comme elle, un nez un peu retroussé, des taches de rousseur genre éclaboussures de carotte et des yeux à la menthe. Ils sont également très petits pour leur âge. Et aujourd’hui, elle porte une salopette vert amande et un tee-shirt rayé assorti. On dirait la fée Clochette en version moderne.

Alors la hauteur des couettes quand on a autant de style, ça n’a pas grande importance !

 

Requinquée par cette pensée, Prune arrive au comptoir de l’accueil. Il est installé dans la galerie centrale et il est richement décoré de guirlandes et de boules blanches et argentées.

Elle brandit sa lettre pliée en huit. Avant qu’elle n’ait pu prononcer un mot, la jeune femme assise là, dont le badge annonce Jennifer - Hôtesse d’accueil, tourne vers elle un œil agacé.

– Prune. Encore. Attends, laisse-moi deviner… Une nouvelle proposition pour la boîte à idées ? Ou tu viens me signaler que quelqu’un a jeté un gobelet en carton dans la poubelle jaune et pas dans la verte ?

– Boîte à idées, lâche Prune, contrariée de n’avoir pas pu prononcer le discours qu’elle avait préparé.

– Qu’est-ce que c’est cette fois ? Rien d’aussi gratiné que la demande de toboggan aquatique dans l’aire de jeux, j’imagine ?

– Hééééééé ! s’exclame Prune, vous ne devez pas lire mes lettres ! Sur la boîte, il est écrit que les idées seront étudiées par le directeur du centre commercial !

– Dis donc, gamine, tu ne penses pas que le directeur va perdre du temps avec tes brouillons tout chiffonnés ?

– Mais puisque c’est écrit sur la boîte ! s’étonne la fillette.

– C’est bon, donne-moi ton papier, cède la jeune femme exaspérée. Et maintenant, va te promener plus loin, s’il te plaît. 

– Merci Mademoiselle ! lance Prune courtoisement, comme si la conversation avait été des plus aimables du début à la fin.

 

Et pour lui prouver qu’elle ne demande qu’à lui être agréable, elle s’éloigne vers l’aire de jeux.

 

 

 

  1. Les machins rouges

 

 

En passant devant le magasin Cœur de chocolat, elle adresse un sourire et un signe de la main à Annick, la vendeuse. Elle aime bien Annick : elle rit beaucoup et elle prend souvent le temps de discuter.

Elle est plus jeune que Maman, mais ses cheveux courts sont tout gris. Ça lui donne un look très rock’n’roll. Parfois, elle lui fait goûter les nouveaux chocolats et lui demande si elle les trouve bons.

Mais Annick ne la voit pas passer, car elle est en train d’aménager sa vitrine. Elle compose tout un paysage de montagnes enneigées, avec des bonbons de chocolat blanc.

Prune décide de revenir plus tard, pour admirer l’œuvre terminée et pour discuter avec Annick. Elle remarque au passage un objet rouge suspendu au plafond de la boutique. Ça ressemble à un abat-jour en métal, mais il n’y a pas d’ampoule.

C’est surprenant : Annick, très fière de sa décoration noir et bleu canard, veille d’habitude à ce que tout y soit en harmonie.

Ça ne se marie pas très bien avec le reste, pense Prune en fronçant le nez, il faudra que j’en parle à Annick.

 

L’aire de jeu est composée d’une structure de gros tuyaux bleu, jaune et rouge criard, dans lesquels les enfants sont censés ramper et glisser. Sauf quand ils se coincent à l’intérieur, obligeant leurs parents inquiets à se contorsionner de manière lamentable pour les récupérer. Autour sont disposés des bancs et quelques balançoires montées sur ressorts, en forme d’animaux, pour les tout-petits.

À l’entrée, un panneau indique « Aire de jeu réservée aux enfants de 2 à 7 ans, sous la surveillance des parents ».

 

Prune n’a jamais vraiment compris pourquoi l’aire est interdite aux plus de sept ans. Peut-être que la direction du centre commercial pense que les enfants plus âgés, trop gros, risquent de boucher les tuyaux. Il faudrait alors une ventouse géante, comme celles qui servent à déboucher les toilettes mais en beaucoup plus grand, pour les en expulser. Et le centre ne doit pas en posséder.

Comme elle est d’un gabarit plutôt petit et qu’elle ne rampe pas dans les tuyaux, Prune a décidé d’enfreindre la règle lorsqu’elle a eu huit ans. Tout ce qu’elle demande, c’est de pouvoir s’installer sur sa balançoire : le mignon mouton bleu et rose à ressort. Elle l’aime bien, malgré ses yeux qui louchent et ses pattes ridiculement courtes. Elle se raconte des histoires entières à cheval sur ce mouton.

 

Encore une fois, Prune se retourne vivement, persuadée d’être épiée par quelqu’un. Mais l’aire de jeux est déserte. Elle doit rêver, décidément…

Elle s’installe à califourchon sur la bestiole laineuse et donne au ressort le balancement idéal. Puis, elle reprend dans sa tête son dialogue avec la diva-messagère spatiale débuté sous le dôme, en laissant errer son regard sur la galerie marchande et ses promeneurs :

 

LA DIVA : Jeune Prune, l’Univers t’a choisie pour être la gardienne de ses trésors. Parce que tu es pure et courageuse. Il faudra que tu trouves l’épée de l’Arc-en-Ciel. Elle seule pourra venir à bout de nos ennemis.

 

PRUNE :        Où dois-je la chercher, ô Diva ?

 

LA DIVA :    Sur la planète Cora de la Chocolata. Mais attention, c’est un endroit dangereux. Son atmosphère est constituée de chocolat en poudre et ses fleuves de chocolat fondu !

 

PRUNE :      De chocolat ? Waouh ! Mais pourquoi est-ce que c’est dangereux, ô Diva ?

 

LA DIVA :    Tu peux mourir étouffée dans le chocolat. Ou attraper une crise de foie. Ou te noyer dans un marécage de mousse au chocolat.

 

PRUNE :      Je resterai prudente, ô Diva, je n’en mangerai que deux ou trois kilos par jour.

 

LA DIVA :    Parfait. Quand tu auras trouvé l’épée, tu devras…

 

Prune interrompt le fil de ses pensées. Son œil vient de tomber sur une nouvelle forme rouge. Un objet bizarre, identique à celui de la boutique d’Annick est suspendu au plafond du magasin de vêtements pour femme Persomod.

Étrange… Elle décrit un cercle autour de l’aire de jeux, scrutant l’intérieur de chaque magasin. À chaque fois : le même machin rouge pend du plafond.

Cette affaire est vraiment louche, se dit-elle. Il faut décidément que j’aille en parler à Annick. D’ailleurs, je vais y aller tout de suite.

Et elle se met en marche, renonçant à son doux rêve d’une planète chocolatière.

 

En chemin, elle passe devant le couloir menant à l’endroit pompeusement baptisé « Salon de repos ». En réalité, le soi-disant salon est composé de trois ou quatre fauteuils, d’une machine à café, et des toilettes. Prune se dit qu’une petite pause pipi ne la retardera pas trop pour éclaircir le mystère des bidules rouges. Et ça aura l’avantage de lui libérer l’esprit.

À peine a-t-elle fini de se laver les mains qu’elle fait un bond d’un mètre de haut. Derrière elle se tient un petit garçon qui ne se trouvait pas là la seconde d’avant.

Comment a-t-il atterri à cet endroit, celui-ci ?

 

Elle va lui expliquer qu’il ne devrait pas être ici, puisque ce sont les toilettes des dames, pourtant le premier mot reste bloqué dans sa gorge. Le garçon, qui doit avoir cinq ans, la regarde avec ses yeux noirs en lui souriant d’un air ravi, comme s’il la cherchait depuis longtemps et qu’il n’espérait plus la trouver.

 

– Euh… Bonjour ? hasarde Prune gentiment. Je peux faire quelque chose pour toi ?

Silence.

– Comment tu t’appelles ? Tu as perdu tes parents ? 

Aucune réponse.

– Si tu ne me dis rien, je ne pourrais pas t’aider, explique-t-elle doucement.

Pas un mot, mais toujours ce sourire désarmant.

Prune ne sait plus quoi faire. Elle pense à prévenir Jennifer, à l’accueil, quand le garçon s’avance vers elle et lui prend la main. Dans ses yeux, il y a une telle confiance qu’elle n’a pas du tout envie de le décevoir.

– Tu veux qu’on aille chercher tes parents ensemble, c’est ça ?

Comme prévu la réponse ne vient pas, mais Prune entraîne par la main le petit qui la regarde toujours comme la chose la plus adorable du monde.

 

 

 

  1. Quatre hommes

 

 

À quelques pâtés de maisons du centre commercial, dans une ancienne boulangerie dont la porte est verrouillée et le rideau de fer baissé, quatre hommes sont penchés sur une carte routière de l’Europe.

L’un d’eux, le plus âgé, porte une veste en velours bleu marine, un pull en cachemire et un foulard en soie. On l’appelle l’Élégant.

 

– Où se trouve le camion à l’heure actuelle ? interroge-t-il sans lever les yeux.

– Il approche de Munich, patron, répond le petit brun à tête de fouine en face de lui. Il arrivera dimanche matin, comme prévu.

– Je veux que tu le pistes kilomètre par kilomètre, Jérôme. Pas question d’avoir des surprises et de le perdre.

– Oui, patron, acquiesce Jérôme-la-fouine.

– Et vous, où en êtes-vous ? demande l’Élégant aux deux autres.

– Nous avons réussi à nous faire embaucher au centre commercial, patron, dit celui qui porte un bonnet noir et une combinaison grise sur laquelle un badge indique « Frédéric - Agent de maintenance ». Nous installons les appareils. On en a fixé la moitié. Nous aurons terminé dans deux jours.

– Bien. Et lui, il fait l’affaire ? Pas de problème ? dit le chef en désignant le quatrième lascar.

Celui-ci, un géant de deux mètres bâti comme une armoire à glace, porte lui aussi une combinaison grise. Croyant qu’on s’adresse à lui, il frotte nerveusement son crâne lisse comme un galet avant de répondre d’une voix caverneuse en roulant les R.

– Je pas bien parler France, patron. Je pas compris, je toujours suivre Fred.

– T’inquiète Boris, le rassure Fred en lui tapotant le bras comme on flatterait un cheval. Je le garde à l’œil, patron, ne vous bilez pas. Il est pas très malin, mais il travaille vite et bien.

– Bon, je vois que la situation est sous contrôle. On se retrouve ici demain, même heure, pour faire le point. Si tout continue ainsi, plus rien ne nous échappera dans ce centre commercial.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
touratiy
Posté le 31/05/2018
Coucou Isa, je l'ai lu aujourd'hui dans le bus comme prévu... Et quel plaisir !
 
Le personnage de Prune est hyper attachant, voir attachiant :) Oscar est une curiosité qui te turlipine et te rassure à la fin.
 Bref, j'ai adoré, pris beaucoup de plaisir.
Quelques remarques notées à la volée :
J'aime beaucoup dans ton premier chapitre ta façon de rentrer dans l'histoire avec ce personnage attachiante. Une punky brewster des temps modernes. J'aime aussi la façon que tu as de la décrire en faisant un parallèle avec les lutins.
 
c'est intéressant la façon dont tu marques ses pensées comme un vrai dialogeu avec elle-même( par les tirets)
Ses réfléxions enfantines (ventouse pour déboucher les tuyaux des manèges) sont super bien trouvées
très bon aussi les noms des magasiins
Je trouve l'enchaînement boutique de chocolat - rencontre avec l'agent de maintenance - décision de faire quelque chose un peu rapide
Elle jette un coup d'oeil au prospectus, le jette, puis après tu écris ce qu'il y a dessus. Elle devrait le jetter après l'avoir lu
J'aime beaucoup le rythme donné par la lecture des SMS en parallèle de nic qui s'habille
peut-être que quand le grand-père parle de l'article avec les diamants, il pourrait parler d'autres et que cette infio soit noyée parmi d'autres
Je suis désolé si ça fait un peu fourre tout de remarques, mais ce n'était pas pratique de meiux travailler dans le bus. En tous cas, je répète que j'aime bien les personnages que je tourve crédibles... malheureusement même les parents.
 Bravo :) 
Isapass
Posté le 31/05/2018
Merci pour ces compliments ! Si tu as pris du plaisir à lire, c'est tout ce qui compte ! 
Et c'est sympa d'avoir pris la peine de noter tes remarques, même dans le bus :)
Punky Brewster ! Enfin quelqu'un qui parle la même langue que moi ! C'est vrai que je ne l'avais pas conscientisé, mais je l'avais forcément dans la tête en créant Prune... Waouh, la découverte ! Prune EST Punky Brewster qui frappait à la porte de ma mémoire ! Merci Touratiy pour cette découverte :D
Attachiante, excellent ! C'est un peu ça. En même temps avec la mère qu'elle a, elle s'en sort pas si mal. Elle pourrait être seulement chiante, pas attachiante !
La ventouse géante a eu pas mal de succés ;)
Pour le prospectus, j'ai été relire et je vois ce que tu veux dire : "Elle y jette un œil avant de la jeter dans l’une des poubelles du parc." Ca porte un peu à confusion en effet. Je vais inverser, ça sera plus clair : "Avant de la jeter dans l’une des poubelles du parc, elle y jette un œil." Hop !
Merci pour ta lecture marathon (en fait tu lis comme tu écris ?) et ton retour !
A+ 
shaamallow14
Posté le 25/05/2018
Bonjour isa
Je découvre Prune et c'est un régal. Quelle petite fille imaginative ! 
Les trucs rouges installés par ces mystérieux bonhommes sont intrigants. 
Que va t il se passer. On imagine bien la petite fille se mêler  de ce qui ne la regarde pas .. Comme d habitude... N est ce pas ? 
A bientôt 
Shaanm
Isapass
Posté le 25/05/2018
Salut Shaam !
C'est drôle, personne n'était venue voir ma petite Prune depuis un moment, et là, j'ai trois nouveaux lecteurs coup sur coup ! Ca me fait plaisir, qu'est ce qui t'a poussé à entamer cette lecture (je suis curieuse ;) ) ?
En tout cas je suis ravie que ça te plaise. Et tant mieux si les machins rouges t'intriguent : ils sont là pour ça ! 
Oui, il est possible que Prune se mêle de ce qui ne la regarde pas, la coquine... mais sinon, il n'y aurait pas d'histoire :D
A bientôt, j'espère que la suite te plaira
Merci pour ta lecture et ton commentaire ! 
Jerome
Posté le 22/05/2018
Salut Isa! Ca y est je me lance dans une de tes fictions un peu plus longue. 
Très joli début! Je ne reviens pas sur ton style que j'aime toujours autant. On s'attache très vite à Prune, dont le caractère extraverti et l'humour son savoureux. Je ne sais pas pourquoi, mais j'imagine que derrière cette facade il y a plus de sensibilité qu'elle veut bien le faire voir.  
Seules petites remarques:
J'ai été déconcerté par son âge que j'imaginais un peu plus vieux étant donné son vocabulaire et sa répartie, mais peut-être que je ne me rend pas bien compte d'où en est un enfant à 9 ans (les miens ont 2 et demi et 1!) 
"Jérôme la fouine"... non mais Isa?!!! Pas Jérôme quoi! :D
A très vite pour la suite 
Isapass
Posté le 22/05/2018
Oh, salut Jérôme !
C'est gentil de venir faire la connaissance de Prune ! C'est cette fiction que j'ai envoyée à Galli, mais je dois être juste en termes de public puisque la consigne est 9 à 18 ans. Initialement, j'avais tablé sur 8-10 ans. Depuis j'ai commencé à re-corriger encore (dans une version non postée sur FPA), et je me rends compte qu'il y a pas mal de répétitions, de verbes ternes... bref, c'est encore perfectible.
En tout cas, ça devrait être récréatif à lire. Qu'est-ce qui t'a fait choisir Prune (enfin, Les Grandes personnes ne comprennent rien toutes seules), plutôt qu'un de mes autres projets (oui je suis curieuse) ?
J'ai eu beaucoup de remarques sur l'âge de Prune. Ma fille a 10 ans, et certaines répliques et/ou réactions viennent directement d'elle. Mais il est évident que Prune a aussi des comportements inhabituels pour une gamine de cet âge. J'ai choisi de la garder comme je l'avais imaginée. Après tout, qui a dit que tout devait être vraisemblable ? ;)
Pour Jérôme la fouine... Je suis morte de rire en lisant ton commentaire, désolée. Pour ma défense : on ne se connaissait pas encore ! 
Ravie que ça t'ait plu en tout cas
A+ 
horizon
Posté le 17/05/2018
Hello Isapass,
 Je viens de relire ces 3 textes mais je ne comprends pas ce découpage. Ce sont des chapitres courts pour les jeunes enfants ou tt le manuscrit est découpé  ainsi en petites parties?
Sinon ton histoire est impeccable. Bien écrite avec des phrases courtes, pas de répétition pas de lourdeur dans le style. Rien n'est en trop. Bien adaptée aux enfants.
Le discours intérieur de Prune est très drôle, très coquin. C'est une petite personne rebelle tout se suite attachante.  Elle transforme le Supermarché en superbe terrain  de jeu par le miracle de son imagination et de sa fantaisie. (Sympa l'idée du dialogue au pays du chocolat). Les autres personnages sont aussi bien campés avec pourtant peu de détails.
On a envie de poursuivre car la fin introduit le supense avec l'arrivée de ce petit garçon et des 4 malfrats.Je trouve juste que le le tt début de la partie 3 est un peu redondant ( A qq m du centre commercial. Bien extérieur aux recherches de Prune... ). Je supprimerais la phrase en italique et dirait simplement " Bien loin des recherches de Prune et du petit garçon...etc"ça suffirait il me semble.
Enfin je me pose une question: elle a des parents cette petite Prune où on est dans une histoire un peu hors du réél?
Horizon
Isapass
Posté le 17/05/2018
Salut Horizon !
Alors, le découpage : initialement, j'avais pour projet de créer une plateforme de littérature jeunesse, avec des histoires disponibles par épisodes. Ce qui explique que ce roman est découpé par épisodes, tous de même longueur. Malheureusement, mon étude de marché m'a montré que la littérature numérique pour la jeunesse, c'est pas encore près d'être accepté. Mon projet est donc en suspend, voire... à l'eau. Mais j'en profite pour écrire à fond en espérant être éditée (encore faudrait-il que j'envoie à des éditeurs...).
Ceci dit, les épisodes représentaient de gros morceaux en termes de découpage de l'histoire. Du coup, j'ai fini par faire des découpages plus fins, en chapitres, qui eux ne sont pas du tout de la même taille. Si tu continues à lire, tu verras que certains sont même très petits, ce qui participe énormément au rythme, parfois soutenu, de l'histoire. Quand j'ai décidé d'envoyer au concours Gallimard, j'ai décidé de garder les épisodes ET les chapitres, parce que c'est comme ça que l'histoire a été conçue. On verra bien.
Je suis contente que ça te plaise. Ma petite Prune (qui est un peu inspirée de ma fille <3 ) a eu pas mal de succés ici, avec son caractère trempé. J'espère que la suite te plaira. Tu en sauras plus ensuite sur ses parents ;)
Merci beaucoup pour ta lecture et ton commentaire ! 
A bientôt 
Laure
Posté le 30/01/2018
Coucou Isapass ! 
Depuis le temps que j'entends parler de Prune ! J'ai eu envie d'aller la rencontrer. Et franchement, je la trouve très attachante ! On lui sent une vraie personnalité. Elle me fait penser à Fifi Brindacier. J'ai beaucoup aimé son insolence au centre commercial et ses salutations salutaires.
J'aime aussi que les adultes autour d'elle soient tous habitués à elle, ça permet de créer un passé à Prune ; on sent qu'avant que nous lecteurs arrivions, elle existait déjà. C'est super je trouve.
L'arrivée du garçon m'a un peu surprise ; je sais que moi à neuf ans je n'aurais jamais pris sa main pour partir avec lui, donc ça m'a semblé un tout petit peu étrange, surtout qu'il ne parle pas, alors elle n'a aucun plan pour lui. Mais bon, c'est Prune et c'est pas moi, donc ça reste plausible ! Par contre ce qui pourrait très bien se passer, si je puis me permettre une petite suggestion que tu peux repousser aussi fort que tu veux, ce serait que le garçon suive Prune et qu'elle n'ait pas le choix de l'emmener avec elle.
J'ai adoré le dialogue avec la cantatrice et la planète de chocolat. C'était vraiment bien trouvé et délicieux.
Le machin rouge, je me demande si ce n'est pas un coeur pour la Saint-Valentin. Je suppose que je verrai dans la suite ! Par contre si c'est un coeur, Prune l'aurait applé coeur et pas machin, que je me dis... Je sais pas. Bref je verrai !
Merci pour la chouette lecture ! 
Un détail que j'ai noté et que tu es parfaitement libre d'ignorer totalement :
« Après cette magnifique scène digne d’une grande actrice » je trouve que l'adjectif magnifique ici fait un peu facile, je sais pas. 
Isapass
Posté le 30/01/2018
Oh Ethel-Laure ! 
Merci d'être venue me lire.
Oui, c'est vrai que ma petite Prune a bien commencé à conquérir son public, ici, sur PA, et que ça fait vraiment chaud au coeur :)
Je n'y avais pas pensé, à ce que tu dis : que je lui ai créé un passé. Je l'ai écrit comme ça instinctivement, mais je pense que c'est inconsciemment l'idée que je voulais laisser.
Pour le petit garçon, j'avais pensé à ce que tu suggères : que ce soit lui qui la suive partout. Mais 1) je ne voulais pas que ça lui donne l'image d'un petit chien, et 2) en fait tu verras que ce n'est pas complètement par hasard si Prune s'attache à lui aussi facilement ;). Et enfin, comme je l'ai beaucoup dit, Prune est très inspirée de ma fille qui a le même âge, et je la vois tout à fait prendre un petit par la main pour "faire la grande" et l'aider à retrouver ses parents !
Ah tant mieux, pour le dialogue avec la cantatrice ! J'ai encore un peu peur qu'il soit trop... "surréaliste" et qu'il perde mes petits lecteurs, même si mes propres enfants ont bien rigolé.
Nop ! pour le machin rouge, tu es sur une fausse piste ;) ! C'est la période de noël, pas de la saint valentin.
Et pour ta remarque : ce chapitre (la suite aussi mais celui-ci particulièrement) est raconté du point de vue de Prune, et Prune n'est pas particulièrement modeste, et elle aime les superlatifs :) Ceci dit, je crois que tu as raison et que je vais l'enlever, ce "magnifique" : la signification sera la même, et la phrase sera allégée.
Merci pour ta lecture et ton commentaire ! J'espère que la suite te plaira ! 
Mart
Posté le 18/01/2018
Coucou Isapass,
En jettant un coup d'oeil sur ton journal de bord, j'ai eu envie de découvrir cette petite Prune si attachante. Et je comprends l'attachement général après à peine un épisode!
Je pense en plus que tu as réussi à trouver un très bon équilibre dans ta narration: des éléments enfantins comme des expressions, des petites fautes... Sans être réductrice ou ennuyeuse pour quelqu'un de plus matûre. Le résultat est tout à fait charmant! On a vraiment l'impression d'avoir entre les mains une histoire racontée par une petite fille, mais seulement pour ses points positifs.
Si le reste est de la même qualité, il ne te manquera qu'une bonne pub et un joli site pour garantir le succès de ton projet!
Au plaisir de te lire,
Mart  
Isapass
Posté le 18/01/2018
Salut Mart !
Cool, un nouveau lecteur ! Et qui a l'air d'aimer, en plus...
J'aime bien ton analyse sur l'équilibre. En fait, j'ai posé le style assez intuitivement, au fil de l'eau, mais je n'aurais pas forcément su en parler :) Et j'aime beaucoup la qualification de "charmant", je prends !
J'espère que la suite ne te décevra pas.
Merci de ta lecture et de ton commentaire.
A+ 
Liné
Posté le 04/01/2018
Alors, alors... Si je devais choisir un seul mot pour décrire ce que m'a fait ce premier chapitre, je dirai : émerveillée ! Carrément !
Je suis une fan absolue de Prune ! Elle est géniale, je veux la même, je veux que le cerveau de tout le monde fonctionne comme le sien ! Ce serait tellement plus beau... C'est idiot, mais rien que le "lalalaaaa" du début m'a embarquée :-) J'ai beaucoup ri, et j'ai été très attendrie.
D'où est-ce que tu sors tous ces petits "bijoux de réflexion" ? Certains s'inspirent directement de paroles d'enfants que tu connais, ou tout sort de ton imagination à toi ? 
(soit dit en passant : je me faisais moi-même certaines de ces réflexions quand j'étais gamine, notamment rester bloquer dans un toboggan si on avait dépassé l'âge ;-) Donc merci pour ce rapide retour en enfance)
Le style m'a l'air de correspondre à des 8-12 ans (encore que je ne suis pas bonne juge, n'ayant moi-même pas d'enfant). Et en même temps, les adultes s'y retrouvent aussi ! J'aurais beaucoup de plaisir à lire cette histoire seule, ou avec un enfant.
La description physique de Prune est elle aussi magique : j'ai du relire deux fois le paragraphe, car les mots que tu avais choisis étaient si bien précis et imagés, que j'ai cru l'espace d'un instant que Prune n'était pas tout à fait humaine (en raison de ses cheveux carotte, de ses yeux menthe... j'avais rapidement imaginé une espèce de créature anthropomorphe crééé à partir de bouts de végétaux)
Je ne me souviens plus tout à fait de ce que tu expliquais dans ton journal de bord : est-ce que cette histoire a vocation à être illustrée ? Présentée dans un livre interactif avec des énigmes ?
MERCI pour ce petit moment d'enchantement, et sois sûre que je repasserai par ici très TRES vite ! =D
Liné
Isapass
Posté le 04/01/2018
Olala ! Liné, quel commentaire ! Je suis vraiment flattée ! Déjà parce que tu es passée me lire, et surtout par tous ces retours positifs ! (Je savais même pas qu'on pouvait mettre des étoiles...)
Je suis ravie que ma petite Prune te plaise. Pour répondre à ta première question, certaines réflexions sont inspirées de mes propres enfants, en particulier de ma fille qui a l'âge de Prune. Rien à voir physiquement (ma fille est immense pour son âge, brune aux cheveux raides), mais assez fantasque aussi. Même parfois légèrement impertinente... A tel point qu'au début, j'écrivais Louise une fois sur deux au lieu de Prune ! Les autres réflexions viennent de ma capacité à retomber en enfance :D
Je destine plutôt cette histoire aux 8-10 ans, mais il est vrai que mon neveu de 11 ans (qui a dévoré la PM, tu vois le niveau...) a pris du plaisir à la lire.
J'avais une image très précise de Prune, alors sa description physique n'a pas été très difficile à écrire. Je suis très contente qu'elle t'ait plu.
Oui, j'aimerais faire illustrer cette histoire, mais pas forcément comme un album. Plutôt comme un roman, avec 2 ou 3 illustrations par épisode. Quant aux énigmes, je réserve cette question pour plus tard. J'ai aussi écrit Juju et le bonbon magique (pour les 6-7 ans), qui est sur FPA, et j'ai inclus des énigmes. Ca m'a permis de m'apercevoir que c'était assez compliqué et chronophage. En effet, quand, comme moi, on ne dessine pas, la finalisation de certaines énigmes n'est pas possible seule, et trouver des énigmes qui conviennent pour une tranche d'âge entière, c'est très chaud ! Particulièrement pour les 6-7ans. Peut-être que ce serait plus facile pour les 8-10, je ne sais pas. Bref, je verrai plus tard. 
En tout cas, je te remercie encore pour ce retour qui fait chaud au coeur... même si maintenant j'ai grave la pression ! J'espère que la suite continuera à te plaire, vu l'effet que t'a fait le premier épisode ! J'ai essayé de conserver la personnalité de Prune, mais comme il y a plus d'action, je ne sais pas s'il y a autant de "bijoux de réflexions", comme tu dis (wouaouh...).
A bientôt ! 
Natsunokaze
Posté le 03/01/2018
Hello ! 
Voilà un petit moment que ton histoire me faisait de l'oeil, vu ce que tu en dis dans ton JdB. Du coup, je me suis lancée et j'ai vraiment beaucoup aimé ce premier chapitre.
La petite Prune est adorable ! Le genre de gamine qui parait infernal mais qui a en fait une imagination de dingue et que les adultes devraient écouter un peu plus souvent. On espérerait presque qu'elle ne grandisse pas pour ne pas perdre ce petit grain de folie qu'elle possède =) 
J'ai bien aimé sa lettre au directeur, qui, j'en ai peur, ne la lira propablemement jamais. C'était amusant et digne d'une petite fille aussi imaginative. Par contre, je suis presque étonnée que personne ne se soit mis en travers de son chemin pendant qu'elle testait l'écho du dôme, ah ah ! 
Je trouve que tu as vraiment su te mettre dans sa tête et lui donner des réflexions d'enfants, à la fois naïves, amusantes et pertinentes, même si j'ai cru sentir la maturité de l'auteur derrière certaines descriptions ou certaines phrases, comme la description du mouton sur l'air de jeux. Mais après, Prune m'a l'air d'être une enfant trés intelligente alors ça passe crème. Et puis, souvent, c'est parce que le narrateur externe prend le pas sur la Prune-narratrice. Bref, ça ne choque pas =)
Bien entendu, je suis trés intriguée par ce petit garçon qu'elle rencontre dans les toilettes des dames alors qu'il n'est pas une dame, ah ah ! Et je me demande bien ce qu'il veut à Prune. Et puis, ces choses rouges dans chaque boutique, ne serait-ce pas des caméras de surveillance ? On attendra les résultats de la détective Prune pour connaitre le fin mot de cette histoire.
En attendant, les types de la fins me paraissent trèèèès louches et je me demande s'ils ne sont pas à l'origine de ces choses rouges qui choquent le sens de l'esthétique de Prune.
Affaire à suivre !
Je reviendrai lire la suite du coup =D
À bientôt,
Natsu' 
Isapass
Posté le 03/01/2018
Oh merci Natsu pour ton passage ici, ta lecture et ton commentaire ! 
Je suis ravie que Prune t'ait plu : je l'aime aussi beaucoup cette gamine :) Sa maturité est la grande question de cette histoire... Je fais des petits héros qui sont plutôt très autonome pour leur âge (c'est pareil dans Juju et le bonbon magique, qui est pour les 6-7 ans), mais c'est un peu volontaire. Après, j'ai toujours peur de dépasser les bornes, mais d'après ce que tu dis, ça reste crédible, si j'ai bien compris. Ouf ! Il faut dire que suite à d'autres commentaires, j'ai corrigé certaines répliques qui etaient vraiment trop décalées.
J'adore l'expression : ça passe crème :D
Pour les autres questions... tu sauras si tes hypothèses sont bonnes par la suite ;) Mais je trouve ça encourageant que tu essaies de deviner, déjà !
Merci encore pour ton passage et j'ai hâte de savoir si ton impression positive se confirme dans les épisodes suivants.
A+ 
Rachael
Posté le 23/11/2017
Hello, Isapass,
Je ne sais pas si je vais pouvoir rajouter beaucoup par rapport aux autres commentaires. Je n’ai pas trop l’habitude de commenter des textes pour cet âge, alors j’y vais au feeling…Donc si certaines choses te paraissent inappropriées, tu les ignores… Je me permets aussi d’être pointilleuse (chiante…) parce que c’est très bien écrit et déjà très abouti !
D’abord je peux dire (redire après les autres) que ton histoire commence de manière très engageante. Prune frappe tout de suite par son caractère et son originalité. Elle fait mure pour son âge par certains côtés, mais cela ne me choque pas. Ma fille parlait de manière très précise et élaborée à son âge (peut-être pas tout à fait autant quand même), et je dirai qu’en grandissant, avec le côté mimétique des ados, elle a plutôt « perdu » que gagné . ^^
Donc bravo pour cette héroïne que tu campes très bien en peu de phrases.
Voilà une réflexion que je me suis faite en passant : un petit lecteur pourra se demander où est la maman/le papa/l’accompagnant de Prune. Bien sûr, elle n’a pas l’air du tout angoissée, donc elle n’est pas perdue, mais ce n’est quand même pas forcément habituel qu’une petite de 10 ans se promène seule dans le centre commercial. Il y a peut-être là une petite phrase de contexte à ajouter. (ou pas, hein, je signale juste que je me suis posée la question).
Je dirais aussi que ce qui m’a le moins plu dans le chapitre, c’est le tout début (et la toute fin, j’y reviens après). On se demande un peu où on se trouve (mais peut-être as-tu prévu une illustration ?) et la phrase avec la castafiore m’a paru un peu « forcée ». Je trouve que l’histoire trouve son ton juste et son rythme quand Prune commence à écrire la lettre au directeur.
Pour la dernière partie, le changement de ton est un peu brutal, puisqu’on ne s’attendait pas à quitter Prune, mais c’est surtout que cela fait finir le chapitre sans Prune, et je trouve ça dommage. Pourquoi n’intercalerais-tu pas l’épisode des hommes avant la rencontre du petit garçon, comme ça tu pourrais finir ton chapitre sur la rencontre de prune et du garçon ? je ne sais pas si cela fonctionnerait…
Bon, j’arrête de te torturer, et je répète que ton début histoire me parait plein de promesses !
Détails
 s’écrie-t-elle avec la voix d’une Castafiore à qui on aurait oublié d’amener son champagne après une représentation : je trouve la phrase un peu longue, et l’image par forcément très crédible dans l’esprit d’une petite fille. Et puis avec Castafiore, tu vas larguer tout de suite la plupart des enfants… (qui ne connaissant pas forcément tintin, c’ets bine malheureux ^^)
Fillette : dans la bouche de prune, j’aurais plutôt vu « petite fille »
Sa voix rebondit dans la voûte : sur la voûte ?
Prune trouve que ça lui donne un côté rock’n’roll : c’est les cheveux courts ou les cheveux gris ? En fait, c’est quoi pour elle un côté rock’n’roll ?
Bon, c’est pas terrible : est-ce qu’il ne faut pas faire les négations ? On se permet volontiers des tournures familières dans des dialogues, ou dans des textes pour ado/adultes, mais là, pour des petits, est-ce qu’il n’y a pas un côté « apprentissage des bonnes pratiques » qu’il faut mettre en œuvre ? Je ne sais pas, hein, je pose la question en toute candeur. Pour éviter le problème dans ce cas particulier, tu pourrais te permettre : Pas terrible !
Isapass
Posté le 23/11/2017
Oh là là Rachael, merci pour ce commentaire plus qu'encourageant ! Je suis toute rouge ! :)
Et merci d'avoir lu, ça me fait plaisir.
Je suis contente si j'ai pu donner une bonne idée de la personnalité de Prune dès le début : je voulais un personnage marquant et attachant. Si j'y suis parvenue, c'est une petite victoire.
"Je me permets aussi d’être pointilleuse (chiante…) parce que c’est très bien écrit et déjà très abouti !" : après un compliment pareil, je t'en prie, tu peux être aussi "chiante" que tu veux ! D'autant que tes remarques ne sont en aucun cas inappropriées, au contraire. Toutes me paraissent judicieuses.
A propos du début : justement je voulais tellement donner de Prune l'image d'une petite tornade fantasque, que j'ai démarré trop vite et trop fort, au détriment de la clarté. J'aimais bien l'idée qu'on ne comprenne pas tout de suite où elle se trouve, mais si ça ne marche pas bien, je vais préciser. Même chose pour expliquer le fait qu'elle soit seule.
Pour la Castafiore, je me suis fait plaisir à moi avec cette référence. Mais j'ai peur que tu aies raison : je vais perdre mes lecteurs. Je vais me passer des services de la dame :)
"Fillette", "petite fille" : je suis de toutes façons bien embêtée, car aucun des deux ne me satisfait. Fillette est desuet, petite fille évoque une enfant plus jeune... et on ne dit pas "la fille" (ou alors avec une autre connotation)... Et je ne peux pas écrire Prune toute les deux lignes ! Bref, si tu as quelque chose d'autre à me proposer, j'étudie tout !
Un côté rock'n'roll, pour Prune, c'est à la fois hors du commun (un peu rebelle) et moderne. Tu ne trouves pas ça très parlant ?
Quant aux négations : tu as tout à fait raison. Ca ne se justifie pas. Je m'autorise déjà à ne pas les mettre dans les dialogues. Je crois que j'ai écrit ça parce c'est la pensée de Prune. Mais ce n'est pas non plus une citation puisque je n'ai pas mis de guillemets... Bref, il faut que je voie quelle option je prends. J'aime bien ta proposition. Avec peut-être un "Oups" devant : "Oups, pas terrible !"
Enfin pour le changement de point de vue de la fin, je vais découper chaque épisode en chapitres, et je ferai probablement de ce passage (les bandits dans la boulangerie) un chapitre à part. Mais j'attends pour le découpage d'avoir terminé l'histoire, justement pour avoir la meilleure cohérence et le meilleur "déroulé" possible. Je le déplacerai peut-être si ce n'est toujours pas convaincant.
Merci encore et n'hésite pas à revenir pour être pointilleuse sur les épisodes suivants ! ;) 
aranck
Posté le 05/11/2017
Hello Isapass ! À mon tour de te commenter.
Quelle nénette cette petite Prune ! Quel caractère ! C’est un personnage haut en couleur avec de multiples facettes, indépendante, culottée pour sûr, à l’esprit vif, pleine d’enthousiasme, de créativité, d’observation et débordante d’imagination, bref, pleine de vie avec une très très forte personnalité.
Tu ne nous donnes pas son âge, et moi, je dirai entre 10 et 11 ans d’après les quelques repères que tu as semés, mais je crois que tu l’as pensée plus jeune.
Parfois, surtout à la fin, quand elle rencontre le petit garçon, elle fait beaucoup plus vieille encore ou dans certaines réflexions (enfants trop gros par ex). Elle prend beaucoup de distance avec les événements ce qu’une enfant de 9 ans a bien du mal à faire de cette façon, mais ça peut être un choix de ta part.
Son vocabulaire est riche et parfois presque trop, même si on suppose qu’elle copie les expressions déjà entendues  (ex : Je pourfendrai...)
L’ensemble de ce chapitre est plein de vie, d’énergie de belles trouvailles, comme ton écriture qui est également fluide, gaie, colorée et parfois aussi plus nuancée, plus émouvante (comme le passage sur le petit garçon)
J’aime beaucoup les passages où Prune se fait son cinéma, j’y ai retrouvé les jeux de mon enfance (loiiiiintaine :-))) ) 
Ce petit garçon muet est intrigant, est-il juste perdu, ou vient-il « d’ailleurs » ?  
Dans les choses un peu plus « négatives » :
Je ne sais pas comment tu as prévu de découper tes chapitres, mais si tu t’adresses à un public de 9/10 ans, ce chapitre est beaucoup trop long, il gagnerait à être coupé en trois parties, ou pourquoi pas en reprenant les coupures de tes paragraphes. Bref, je ne sais pas exactement comment faire, mais il me semble que de petits chapitres courts passeraient mieux à la lecture pour le public auquel tu t’adresses.
De la même façon, la dernière partie est très surprenante (celle avec les types louches), elle arrive sans transition, dans ce cas, je me suis demandé pourquoi ne pas en faire carrément un autre chapitre, ce qui choquerait moins, me semble-t-il, mais je suis loin d’avoir la science infuse et ce n’est que mon ressenti.
En tous cas, ne doute pas de ton écriture, tu la manies fort bien et je n’ai rien à redire dessus, les phrases sont souples et déliées, le vocabulaire riche et choisi, et les images évocatrices.
Bravo pour ce début ! Et à bientôt. 
Isapass
Posté le 05/11/2017
Oh merci Aranck, pour ta lecture et ton commentaire ! Je suis flattée que ça te plaise et que tu trouves Prune sympa !
Si, si, on sait son âge : au jour près ! Elle le dit à l'hôtesse d'accueil lors de la discussion sur la boîte à idée. Elle a donc à peu près 9 ans et demi. Je sais que j'ai tendance à donner beaucoup de maturité à mes héros, en leur laissant leur côté enfantin dans les jeux et les rêves. J'espère que ça reste crédible. J'essaie de me baser le plus possible sur les enfants qui sont autour de moi. Et ma fille qui est ma source d'inspiration pour Prune est tour à tour capable de s'inventer une histoire mirobolante en animant 3 bâtons, et ensuite d'avoir des reflexions d'une maturité ou d'une ironie qui  me laissent pantoise. Elle a l'âge de Prune :)
Et globalement, mon credo est que les enfants grandissent plus vite que ce qu'on croit.
Mais il ne faut pas hésiter à me dire à quel moment ce n'est plus crédible.
Pour ce qui est de la longueur des chapitres... en fait, ce ne sont pas des chapitres mais des épisodes. C'est à dire que si mon idée de plateforme (cf. mon journal) fonctionne ce sera l'" unité de vente" (oui je sais ça fait pas rêver). Ca veut dire que je ne peux pas vendre des morceaux de 2 pages, qu'il faut que ce soit de la même longueur, et qu'il y ait suffisamment de suspense à la fin pour donner envie de continuer. Mais ton commentaire et la taille de tes chapitres à toi, et ce que je vois sur FPA, m'engage à reflechir à un decoupage plus fin à l'intérieur de mes épisodes. Je vais continuer à écrire "au kilomètre" et retravailler sur le découpage et la cohérence quand j'aurai une histoire terminée.
Merci beaucoup pour tes encouragements et tes compliments !
Oups je crois que j'ai mis une énorme tartine ! 
Olga la Banshee
Posté le 02/11/2017
Salut Isapass ! Je rencontre ta petite Prune avec grand plaisir. Fantasque et culotée, oui, c'est bien cela ! J'aime l'idée, et le contexte très terre-à-terre qui contraste avec les mondes de son imagination. Son petit côté punk-rock est super aussi.
 Je trouve juste parfois qu'elle s'exprime trop comme le ferait un adulte, quand elle goûte le chocolat en particulier. Elle peut connaître plein de mots, ça semble crédible, mais peut-être que les expressions peuvent être plus imagées et propres à son univers à elle. Comme la ventouse géante par exemple ! :)
Un détail : "Elle s’achèterait pour se donner des claques"  > pas compris, il manque quelque chose peut-être?
Et mention spéciale pour cette phrase succulente : "Le turquoise, c’est bien : c’est sérieux, mais pas trop." J'adore!!!
Isapass
Posté le 02/11/2017
Oh merci Olga pour ta lecture et ton commentaire !
Oui c'est exactement l'idée : je voulais que Prune ait un peu un côté princesse punk rock.
La phrase sur le turquoise doit beaucoup à l'énormissime série Emile de Vincent Cuvelier. Ce sont des albums à partir de 5 ans où Emile est un petit garçon assez fantasque aussi, mais dans le genre jamais content. Mes enfants et moi on se prend de gros fous rire.
Merci pour ton conseil sur les critiques des chocolats : je vais modifier. D'ailleurs dès que j'ai lu ton conseil, j'ai quelques formules qui me sont venues illico dans la tête. Je vais aussi bien relire les chapitres suivants pour etre sûre que le côté rock'n'roll de Prune est toujours présent. Ensuite je les publierai pour que vous me disiez si c'est bien le cas.
Quant à l'expression, non pas d'oubli de mot. Ca veut dire que quelqu'un t'agace tellement que tu serais prête à l'acheter et donc à dépenser de l'argent juste pour pouvoir lui mettre des claques.
Merci encore ! 
Primrose
Posté le 30/10/2017
C'est un début vraiment prometteur que tu nous offres là Isapass ! Prune est une petite fille très attachante et très éveillée, et le fait de raconter l'histoire à travers son point de vue rajoute un vrai ton décalé, que personnellement j'adore.
J'ai également vraiment apprécié le structure de ton texte, avec des paragraphes vraiment très courts, ce qui donne véritablement l'impression de suivre le flux de pensées de la petite Prune, c'est très immersif, et ça contribue à montrer son caractère fantasque. Je suis très curieuse de lire la suite en tout cas, je te souhaite une bonne continuation et je ne manquerais pas de venir commenter le prochain chapitre.
Isapass
Posté le 30/10/2017
Salut Primrose,
Merci pour ta lecture et ton commentaire. Je suis très contente que Prune t'ait plu et que tu aies envie de voir la suite !
En ce qui concerne la structure du texte, je t'avoue que c'est constructif pour moi de lire ton analyse, car j'ai une écriture complètement intuitive. Du coup ce résultat est arrivé là un peu sans que je le veuille. Je suis donc rassurée que ça donne une structure qui va dans le sens de mon texte et qui est agréable à lire. A la base mon souci est surtout de faire quelque chose d'aéré, à la portée des jeunes lecteurs.
Je redoute un peu de n'avoir pas gardé tout à fait le même ton dans le deuxième épisode et dans le troisième que je suis en train de terminer. Je les publierai et vous me direz si je reste fidèle à la personnalité de Prune. Je ne voudrais pas la trahir !
Merci encore d'être passée 
Cliene
Posté le 26/10/2017
J'ai beaucoup aimé lire ton texte Isapass et je reste sur ma faim de ne pas connaître la suite ! Prune est vraiment très espiègle et ne manque pas d'originalité et de répartie... J'ai vu à plusieurs reprises, des virgules avant tes "et". Je ne sais réellement quelle est la pratique mais je crois que les virgules ne sont pas indispensables... Juste une petite erreur remarquée au fil de la lecture :  - taches de rousseur : tâches de rousseur  Vraiment intriguant ce petit garçon ! En tous les cas, tout ça est très original et décalé ! 
Isapass
Posté le 26/10/2017
Merci pour ton commentaire, ta lecture et tes remarques, Cliène.
Ravie que tu aies bien accroché avec ma petite Prune. Je dois avouer que je l'aime beaucoup, moi aussi. Pour tout dire, elle a beaucoup de ma fille, et d'ailleurs il m'arrive régulièrement d'écrire Louise (ma fille), au lieu de Prune !
Merci pour les tâches de rousseur, je vais corriger. Et pour les "et, " je les utilise pour faire une pause dans la phrase, mais c'est vraiment intuitif et je ne sais pas vraiment si ça se fait ou pas. Il me semble l'avoir souvent rencontré, mais je peux me tromper. 
Je finis le 3ème chapitre de Prune (il doit me manquait 500 à 600 mots), donc rassure-toi, tu n'auras pas trop à attendre pour en savoir plus sur le petit garçon ;)
A bientôt 
Catnitha
Posté le 13/11/2017
Bonjour Isapass,
Je fais suite à ta visite lors de ma présentation FPA (et à ma curiosité de lire des histoires pour enfants).
J'aime beaucoup le caractère de Prune, elle vit dans son monde et l'assume pleinement :) C'est quelqu'un plein de vie !
L'arrivée d'Oscar est singulière et provoque une délicieuse curiosité ^^
Je sais que Prune fait une fixette sur les machins rouges (je n'ai lu que 2 chapitres pour le moment) mais moi, ce qui m'interrresse surtout c'est le mystère qui entoure le petit garçon :)
Comme tu alternes le point de vue de ton récit, on sait que les  machins rouges comportent une certaine importance dans le récit et on aimerait comprendre :)
J'attends de lire la suite de ton récit pour t'en dire plus ^^
Isapass
Posté le 13/11/2017
Hello Catnitha ! 
Merci pour ta lecture et ton commentaire !
Contente que Prune et le petit Oscar te plaisent et que l'histoire t'intrigue. Oui tu as bien vu : les machins rouges sont importants.
Ne vas pas trop vite dans ta lecture : je poste dès que j'ai fini un épisode, ce qui veut dire que ce qui n'est pas posté... n'est pas écrit !
A bientôt ! 
Lily87
Posté le 04/03/2018
Coucou !
J'aime bien ta plume. ^^
Et j'adore cette personnalité fantasque et décalée que tu donnes à cette adorable petite arsouille de Prune. ;) 
Pour ce qui est de l'âge, pas évident pour le moment. Et je ne suis pas du tout spécialiste pour les lectures à partir de 8 ans.
Par rapport à ce que j'ai déjà lu comme livres d'enfants à partir de 9 ou 10 ans, il y a pas mal d'éléments qui conviennent.<br />La personnalité de Prune et pas mal de ses réflexions, son vocabulaire quand elle dialogue avec la réceptionniste, sa lettre et ce 3ème chapitre. <br />Par contre, la description de son jeu imaginaire dans la partie parc, je trouve ça trop enfantin. Pas la forme employée (ça, c'est top !), mais le thème. <br />Et peut-être un peu trop de descriptions infantiles sur ses jeux et sa coiffure. <br />Ces parties-là font plus pour les "petits". <br />À voir comment le style se poursuit dans la suite du récit.<br /><br />Mais, encore une fois, je suis loin d'être une spécialiste ;) .<br /><br />En tout cas, ce qui est chouette dans ce futur livre pour enfants en tant qu'instit, c'est la possibilité d'exploiter la lettre et la pièce de théâtre. Si tu pouvais revenir vers ces formes d'écrits à d'autres moments du récit, ce trouverais ça top. 
À bientôt !
Lily :) 
Petites coquilles relevées : 
Elle est comme ça Prune, fantasque et culottée.  [virgule entre ça et Prune]
Etes-vous une diva d’une autre galaxie ? [Êtes] 
Et aujourd’hui elle porte une salopette vert amande et un tee-shirt rayé assorti. [virgule après aujourd'hui, il faut toujours une virgule quand un complément de phrase débute celle-ci]
L’aire de jeu est composée d’une structure de gros tuyaux bleu, jaune et rouge criards [criard - adjectifs de couleur composés tjs au singulier] 
Isapass
Posté le 04/03/2018
Hello Lily !
Merci pour ton passage. Tes réflexions sont intéressantes : je note tes remarques sur les éléments qui font plus jeunes. Ce premier épisode avait vraiment pour but de camper la personnalité de Prune. Du coup, je me suis peut-être plus attachée à la forme qu'au fond pour ce qui est du dialogue avec la Cantatrice. Comme c'est un passage court, je ne sais pas si je vais le changer. D'autant que le thème est induit par le passage devant la boutique de chocolat... De toutes façons, c'est une réflexion interessante à avoir pour ma dernière relecture avant mon envoi à Galli.
Quant à la description physique, je l'ai ajoutée après, car j'ai une facheuse tendance à oublier de décrire mes personnages, et pour un public jeune, c'est embêtant de ne pas pouvoir se projeter. Peut-être que ça se sent que c'est du "rajout" ? Je vais m'y pencher pour voir si je me sens de retravailler un peu ce passage.
Si tu as envie de continuer, tu verras que le rythme n'est plus le même après : beaucoup plus d'action ! 
Merci pour les coquilles !
Et merci pour ta lecture et ton commentaire.
A+ 
Vous lisez